Panique sur l’Île Milliau

Max : « Salud penn sardinn ! Salud c’est comme demat mais en moins cérémonieux. Quand on parle à des penn sardin on peut dire salud. Aujourd’hui je vais commencer par interroger notre cher bonome pour qu’il nous explique un peu le titre de l’article. Bonome, que s’est-il passé ce matin ? »

Le chevalier : « Ce matin ? J’ai écouté mes petizours au lieu de faire ce qui était prévu ! »

Max : « C’est très partial mais tu es libre de t’exprimer. »

Le chevalier : « C’est rien partial du tout ! J’ai ENCORE risqué ma vie pour vous faire plaisir. As-tu préparé une sélection de fotos ? »

Max : « Oui bonome. Tu veux les voir ? »

Le chevalier : « Oui, comme ça je vais pouvoir expliquer à tes lecteurs ! Alors… Commençons par cette vue générale. »

Le Kastell et l’Île Milliau depuis la Pointe de Bihit

Le chevalier : « A droite c’est Le Kastell puis il y a un gué en deux parties puis l’Île Milliau. Il était prévu que nous traversions Le Kastell puis que nous traversions en partie l’île pour descendre directement sur le site à étudier. Là quelque part… »

L’Île Milliau

Le chevalier : « Mais au lieu de cela, vous m’avez fait passer sur l’estran rocheux. Des centaines de mètres sur des cailloux tout cassés ! Ça a pris plus d’une heure ! Une heure de retard sur la marée ! Sans compter que… J’ai failli tomber dix fois ! Et je me suis fait mal à la main ! Montre un peu cet estran rocheux… « 

L’estran rocheux du Kastell
L’estran rocheux du Kastell. En noir ce sont les quartzophyllades et en orange le granite à gros grains.

L’estran rocheux sur lequel bonome a dû cavaler.

Le chevalier : « Heureusement que j’ai été prudent ! Et que j’ai vérifié la marée ! »

Max : « On a à peine eu le temps d’observer le site ! Tu es passé en courant ! »

Le contact entre les quartzophyllades et le granite à gros grains. On a même pas pu l’étudier.

Le chevalier : « Oui ! En courant sur ces énormes cailloux pour me dépêcher de regagner le chemin sur l’île en escaladant la lande. »

L’Île Milliau

Le chevalier : « J’ai ensuite dû traverser l’île en courant pour passer le gué avec de l’eau jusqu’aux chevilles ! A quelques minutes près et je devais traverser dans l’eau ! »

Max : « Tu t’en es bien tiré 🙂 Tu es plutôt en forme pour un bonome vieux de 15 milliards d’années 🙂 Hop hop en petites foulées avec le sacado ! Bravo bonome ! N’empêche qu’on a pu voir de belles choses. Comme ces ascidies… »

Les petizours observant des ascidies coloniales Botryllus schlosseri.

Les ascidies coloniales Botryllus schlosseri.

Max : « Ou des filons sinueux… »

Un petit filon sinueux

Max : « Tu m’as même fotoé sur les quartzophyllades qui datent de je sais pas quand. »

Max sur les quartzophyllades.

Max : « Et tu as même pris le temps de t’arrêter, de ressortir l’appareil de ton sacado pour fotoer l’allée couverte. Tu m’impressionnes mon bonome. »

L’allée couverte de l’Île Milliau.

Le chevalier : « Je suis bête ! Mais qu’est ce que je peux être bête ! Je me laisse mener par le bout du nez par des petizours ! »

Max : « Du coup, ça a modifié nos plans. Ensuite, tu as décidé d’aller à la Pointe de Bihit. Là tu risquais plus rien de la marée. »

Le chevalier : « Je n’avais pas prévu un tel dénivelé. Après ma course de l’Île Milliau… »

La Pointe de Bihit

Max : « Tu sais de quand datent les roches sur lesquelles tu m’as fotoé ? Tu penses que ce sont les orthogneiss granitiques de Trébeurden ? »

Max sur des roches anciennes.

Le chevalier : « Ou les granites cataclastiques de la Pointe de Bihit… »

Max : « C’est pas le même âge. Les orthogneiss ont un tout petit peu plus de 2 milliards d’années. Ce sont les roches les plus vieilles de France… »

Le chevalier : « Nous étudierons cela. »

Max : « Et là où tu as mangé ton sandouich ? »

Les cailloux de la pause sandouich.
La paysage. Bonome, il adore manger un mauvais sandouich assis par terre dans la nature.
Il faut dire que dans un tel paysage on s’en fiche un peu de la qualité du sandouich.
C’est bôôô !!!

Le chevalier : « Je ne sais pas Maxou. Je suis fatigué. Je voudrais me reposer. »

MAx : « Ben oui. Parce que demain on y retourne ! »

Le chevalier : « QUOI ? »

Max : « Mais cette fois on t’embêtera pas pour passer par l’estran. Tu pourras tout cavaler sur le bon chemin. On y va vite fait pour voir le contact entre le granite et les quartzophyllades puis après tu te dépêches d’aller à Porz Mabo avant de filer au Toënno. »

Le chevalier : « C’est tout ? »

Max : « Ben… On aimerait bien retourner voir les granites de l’Île Grande. »

Le chevalier : « Bien sûr. Et c’est tout ? »

Max  : « La Grève blanche pour quelques fotos complémentaires.  Mais seulement si tu veux bien. »

Le chevalier : « Tu n’es pas raisonnable Max. »

Max : « On verra demain bonomou. Va te coucher. Je passerai te gratouiller le front et te faire ton bizou de bonnuit. Fais de beaux rêves bonome. Moi je montre quelques zoisos à mes lecteurs et dodo ! »

Goéland argenté
Goéland marin
Huîtriers-pies
Sterne caugek
Sterne caugek
Mouette qui rigole et goéland argenté
Mouette qui rigole et goéland argenté
Des zoisos
Des zoisos
Mésange huppée
Lichens
Lichens
L’arc en ciel du matin

Voilà ! C’est tout pour ce soir.

Noz vat penn sardin !

Continuer la promenade

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.