Le Port de Ploum’

Samedi 20 février, An IX – Après la longue chevauchée…

Max : « Oulala ça fait du bien de se dégourdir les pattes ! »

Samuel : « Elle a l’air bien cette cabane. Juste sur le port de Ploumanac’h. On voit la mer 🙂 »

Max : « On voit plutôt le port et il doit se vider à marée basse. »

Léo : « Dites, il faut aller chercher Yann. »

Max : « Ben oui. Mais on sait même pas où il est ! »

Léo : « Si. Je sais moi. Le Vent me l’a dit en rêve cette nuit. Yann nous attend sur le petit bombement de granite entre les deux petits fleuves côté port. »

Max : « Bonome, tu sais où c’est ça ? »

Le chevalier : « C’est juste là. Nous pouvons y être en une dizaine de minutes. »

Max : « Alors on y va bonome ! On y va ! On va pas faire attendre notre cousin breton. »

Samuel : « A mon avis, il doit observer les zoisos ou contempler le paysage. Il sait s’occuper cousin Yann. »

Max : « C’est pas une raison pour le faire attendre. Remets tes chaussures bonome ! Allez ! Dépêche-toi un peu ! »

Le chevalier : « Je suis prêt. Dépêchez-vous de vous pocher. Allez ! Vous traînez là ! »

Léo : « Max arrive pas à grimper à cause de ses grosses fesses 🙂 »

Samuel : « Tu manges trop de chocolat cousin Max 🙂 »

Max : « J’ai pas des grosses fesses. C’est mon pantalon qui me grossit. J’ai su rester svelte moi. »

Le port de Ploumanac’h

Max : « Alors ça c’est le port de Ploumanac’h ? »

Le chevalier : « Exact. Ou alors de Perros-Guirec. Je ne sais pas si Ploumanac’h est un hameau ou une vraie commune. »

Max : « Ah oui… Mais on s’en fiche de l’administration. C’est le port de Ploumanac’h et puis c’est tout. »

Léo : « Il y a un petit fleuve… »

Le Petit Traouiéro

Le chevalier : « C’est Le Petit Traouiéros. »

Samuel : « C’est très beau. »

Max : « On admirera la beauté plus tard. Yann nous attend. »

Léo : « C’est quoi cette construction ? On est sur une digue ? »

Un moulin à marée

Le chevalier : « Oui Léo. Nous sommes sur un barrage et cette construction est un moulin à marée. »

Max : « Bonome ! Tu penses à Yann ? Tu nous expliqueras tout ça au retour ! »

Le chevalier : « D’accord Max. Je cavale. »

Le port de Ploum’

Max : « C’est comme ça que tu cavales toi ? En t’arrêtant pour fotoer ? Pfff ! Mais qui m’a fichu un bonome pareil !!! »

Samuel : « Cousin Max, cesse un peu de ronchonner. Cousin Yann peut patienter encore quelques minutes. »

Léo : « Il est là ! Sur un petit bombement de granite 🙂 »

Yann : « Demat les machins 🙂 Demat bonome ! »

Le chevalier : « Bonjour Yann. »

Samuel : « Demat Yann ! »

Léo : « Penn Sardinn ! »

Max : « On est pas des machins ! »

Samuel (à Yann) : « Cousin Max ronchonne 🙂 »

Max : « Je ronchonne pas ! J’étais pressé pour pas laisser Yann tout seul ! Et en plus il nous appelle les machins ! J’aurais dû le laisser seul. »

Yann : « Je vois 🙂 Maxou est fatigué par la chevauchée. »

Léo : « Bonome, tu fotoes tes petizours ou pas ? »

Le chevalier : « Je fotoe 🙂 »

Les petizours
Les petizours

Max : « Les petizours sur le granite rose. C’est le granite de Ploumanac’h ? »

Léo : « Il y a des chances. C’est un granite et nous sommes à Ploumanac’h. De là à ce que ce soit le granite de Ploumanac’h… »

Yann : « Vous voulez bien me rappeler le granite s’il vous plaît ? »

Max : « On commence direct ? On prend même pas des nouvelles ? D’accord. »

Léo : « On papotera ce soir. Je te rappelle qu’on est couvrefeués à 18h. Si bonome rentre pas à l’heure il va aller en prison et les vacances seront terminées. »

Max : « Oui oui. Bonome, tu fotoes le granite en gros plan puis tu nous explique tout ça. »

Le granite de Ploumanac’h

Le chevalier : « Que voyez-vous ? »

Samuel : « Il y a de gros cristaux de feldspaths roses. »

Max : « Je vois du quartz gris sale à l’aspect de gros sel. »

Léo : « Des feldspaths d’un blanc-verdâtre… »

Yann : « Et des petits cristaux noirs un peu partout. »

Le chevalier : « C’est ça 🙂 Les cristaux roses sont des feldspaths alcalins colorés par l’oxyde de fer. En blanc-verdâtre ce sont des feldspaths plagioclases plus proches du pôle sodique que du pôle calcique. Je dirais oligoclase ou andésine. Il y a bien du quartz et les minéraux noirs sont la biotite et la hornblende. »

Léo : « Bonome, on voit souvent des feldspaths et ils ont des noms compliqués. Je sais qu’il y a les alcalins et les plagioclases mais tu aurais pas un document pour nous montrer un peu mieux ? »

Le chevalier : « Si. Bien sûr. Je cherche… Voilà ! »

Diagramme des feldspaths

Max : « Ah bah oui ! Comme ça on voit où sabine elle habite ! »

Léo : « La sanidine et l’albite Maxou ! »

Yann : « Il y aura interro sur les feldspaths ? »

Max : « Oui. Demain matin au réveil et si tu as faux, tu viens pas avec nous. »

Léo : « D’accord. Alors c’est pareil pour toi Maxou. »

Samuel : « On fait pas d’interros cousin Yann. On apprend un peu à la fois et un jour on connaîtra bien les feldspaths. »

Yann : « Merci petit Sam 🙂 »

Léo : « Oui oui oui… Il y a les alcalins qui vont du pôle potassique avec l’orthose ou le microcline au pôle sodique avec l’albite. Et les plagios. D’accord. Et ils sont pas miscibles. Bonome ça veut dire quoi ça ? »

Le chevalier : « Cela veut dire que deux feldspaths vont se former. Un alcalin et un plagioclase. »

Léo : « Ah d’accord ! Donc on peut pas avoir un seul feldspath avec à la fois du potassium et du calcium. Merci bonome. »

Le chevalier : « Et même pour les alcalins il arrive qu’ils se séparent quand les conditions s’y prêtent. Quand le refroidissement est lent, il y a ségrégation. On peut voir des lamelles de feldspath alcalin sodique dans un plus grand cristal de feldspath alcalin potassique. C’est ce qu’on appelle une perthite ou une structure perthitique. »

Yann : « C’est un peu compliqué. Revenons aux choses plus simples si vous le voulez bien. Donc, ça c’est un granite ? »

Le chevalier : « Un granitoïde plutôt… »

Léo : « Oui oui oui… Comment dire… »

Max : « Oui, comment dire… A chaque fois qu’on croit comprendre quelque chose, tu nous démontres qu’on est des béotiens ! C’est un peu vexant. »

Samuel : « Cousin Léo, je pensais que tu aimais bien que bonome affine. »

Léo : « Oui c’est vrai. Affine bonome, affine ! »

Le chevalier : « Vous voulez voir la classification de Streickeisen ? »

Max : « C’est quoi ça ? »

Le chevalier : « Un diagramme qui permet de déterminer à quel type de granitoïde nous avons affaire. »

Léo : « Montre ! »

Diagramme de Streckeisen

Yann : « Ça a l’air compliqué. »

Le chevalier : « Pas tant que ça Yann. Il y a trois pôles : le quartz, les feldspaths alcalins et les feldspaths plagioclases. Si on arrive à déterminer les pourcentages de ces trois minéraux il suffit de placer le point et voir dans quel champ on se retrouve. »

Max : « On fait comment pour déterminer les pourcentages des minéraux ? »

Le chevalier : « Le plus simple est de le faire à partir de l’analyse de la composition chimique. On calcule la norme et… »

Max : « Non bonome, on fait pas ça nous. Tu peux me dire comment on fait l’analyse chimique d’un granitoïde quand on est un petitours ? Et on sait même pas ce que c’est la norme. »

Le chevalier : « J’ai appris ça dans ma jeunesse 🙂 J’aimais bien. On calcule les minéraux en utilisant les éléments chimiques dans l’ordre où ils cristallisent. »

Max : « On est plus à l’Archéen bonome. Elle est loin ta jeunesse. Tu calcules pas la norme et tu nous dis tout de suite le granite de Ploumanac’h qui est pas un granite. »

Le chevalier : « C’est un monzogranite. »

Max : « Je résume. Ça fait une heure qu’on est arrivés et on découvre que le granite de Ploumanac’h existe pas puisque Ploumanac’h existe pas et que le granite est pas un granite mais un monzogranite. Les vacances commencent bien… »

Léo : « On va étudier le monzogranite de Perros-Guirec 🙂 »

Le chevalier : « Tu vois Max, je t’avais dis que ça pouvait être intéressant d’étudier du granite 🙂 »

Samuel : « C’est bon. On a vu le granite de Ploumanac’h. On peut rentrer maintenant 🙂 »

Max : « On rentre rien du tout ! On se promène un peu. »

Léo : « Bonome, je suppose que le granite de Ploumanac’h est pas partout pareil. »

Le chevalier : « Effectivement. Vous venez de découvrir le granite type Traouiéros. Un peu plus vers l’ouest il passe au granite type La Clarté. Avec moins de plagioclases et plus d’alcalins ça devient une syénogranite. »

Samuel : « Donc le granite de Ploumanac’h existe sous différents types : La Clarté, Traouiéros… Il y en a d’autres ? »

Le chevalier : « Vous verrez bien 🙂 »

Léo : « Ça veut dire oui 🙂 »

Yann : « Vous avez vu les constructions sur les digues ? »

L’autre moulin à marée

Léo : « Il y en a une autre ? »

Samuel : « On a vu la première mais cousin Max a pas laissé bonome nous expliquer. Il était pressé. »

Max : « Je voulais pas te laisser tout seul Yann. »

Yann : « Merci Maxou. »

Max : « Bonome, tu peux nous expliquer les moulins à marée maintenant. »

Le chevalier : « Je ne sais pas grand-chose. C’est le Seigneur de Lannion qui a décidé de leur construction au 14ème siècle. Les digues datent de cette époque. Elles permettent l’accumulation de l’eau dans les bassin de rétention et lorsque le niveau est suffisant, l’eau s’écoule dans de petites canalisations et actionnent les roues des moulins. »

Léo : « Les roues actionnent à leur tour des tas de mécanismes et ça fait tourner une meule qui crabouille le blé pour en faire de la farine. »

Max (à Yann) : « On a déjà vu un moulin médiéval nous. »

Yann : « Vous êtes allés au Moyen-Âge ? »

Max : « C’est plutôt le Moyen-Âge qui est venu à nous. C’était à Guédelon. Guédelon c’est un château qui est construit comme au Moyen-Âge. C’est un château philippien. On doit être vers 1250 à Guédelon. Et il y a un moulin de l’époque. Il marche bien. Il a fallu faire des réglages mais maintenant il tourne tout seul 🙂 »

Yann : « Vous en avez de la chance ! »

Samuel : « J’arrête pas de leur dire ! »

Max : « On sait qu’on a de la chance. On a visité des châteaux un peu partout. »

Léo : « Au Château des Angles on a croisé Aliénor d’Aquitaine, la bi-reine 🙂 »

Yann : « J’ai bien aimé la visite du Château de la Roche-Goyon. »

Max : « On a même pas pensé à observer les roches dans l’enceinte du château ! C’était pourtant l’occasion de voir les gneiss dioritiques. »

Léo : « On peut pas penser à tout Maxou. »

Yann : « Et si on regardait les zoisos du port ? »

Samuel : « Si tu veux cousin Yann. »

Max : « J’ai aperçu des bernaches cravants. »

Bernaches cravants (Branta bernicla, Anséridés)

Léo : « J’en ai compté 48. Mais on voit pas tout le port d’un coup. Il doit y en avoir plus que ça. »

Yann : « Et lui ? C’est qui ? »

Chevalier guignette (Actitis hypoleucos, Scolopacidés)

Max : « Lui ? C’est un guignette. Ou plutôt un chevalier guignette. »

Samuel : « Actitis hypoleucos, Scolopacidés. »

Yann : « Il doit y en avoir trois ou quatre. Je les ai vus pendant que je vous attendais. Ils sont passés en volant juste au ras de l’eau. »

Léo : « C’est fréquent. Ils volent plutôt vite et leur vol peut être un peu acrobatique. »

Yann : « Il y a aussi des goélands argentés. Comme lui. »

Goéland argenté (Larus argentatus, Laridés)

Yann : « Dos gris clair et pattes roses. J’ai bon ? »

Samuel : « Tu as bon cousin Yann. »

Yann : « J’ai pas vu d’autres espèces dans le port. Mais j’ai pas compté les individus. »

Max : « C’est pas bien grave. »

Yann : « Et il y a au moins une aigrette garzette. C’est bien celle qui a ses chaussettes jaunes ? »

Samuel : « Oui cousin Yann. »

Léo : « Il y a une là. »

Aigrette garzette (egretta garzetta, Ardéidés)

Léo : « J’en avais vu une dans le petit fleuve en passant mais c’est peut-être la même. »

Yann : « Non. Celle-ci a pas vraiment bougé. Je l’ai eu dans mon champ visuel pendant tout le temps que je vous attendais. »

Samuel : « Tu as attendu longtemps ? »

Yann : « Non. En fait je sais pas. Ça m’a pas paru long. J’ai profité de la vue. »

Max : « Tu es venu en vent ? »

Yann : « Oui. Il m’a prévenu en rêve alors je l’ai attendu. Il m’a déposé ici tout à l’heure. »

Léo : « On continue la promenade avant le couvre-feu ? »

Le chevalier : « Si vous voulez. »

Max : « Parle-nous un peu de ces petits fleuves s’il te plaît. »

Le Grand Traouiéro

Le Grand Traouiéro

Le Grand Traouiéro

Le chevalier : « Il y a le Petit et le Grand Traouiéro. Leurs vallées parallèles orientées Nord-Sud débouchent dans le port. Elles sont fortement boisées et sont profondément enfoncées. »

Max : « C’est à cause de l’érosion ça. »

Le chevalier : « Oui Maxou. On y trouve de nombreux blocs chaotiques et quelques grottes aux noms évocateurs comme la Grotte des Lépreux, la Grotte des Contrebandiers… »

Max : « On peut aller dans ces vallées ? »

Le chevalier : « Des chemins y ont été aménagés. Mais je ne sais pas si nous aurons le temps d’y aller. »

Max : « C’est pas la priorité. On touristera quand on aura terminé l’itinéraire que tu as prévu. »

Yann : « C’est vraiment beau… »

Léo : « Dommage qu’il soit déjà tard et qu’il fasse gris. On va pas voir le vert sur tes fotos bonome. C’est dommage. »

Le chevalier : « J’aime bien cette ambiance. »

Max : « Oui mais toi tu aimes la nature toujours et en tout lieu. Quelque soit le temps. Avec le Vent, la pluie, la neige… »

Le chevalier : « C’est un peu vrai 🙂 »

Léo : « Tu surveilles l’heure bonome. »

Le chevalier : « Oui Léo 🙂 Nous avons le temps d’aller jusqu’au bout du port. La vue doit y être agréable. »

Max : « Tu as le temps de fotoer le goéland argenté ? »

Le chevalier : « J’ai 🙂 »

Goéland argenté (Larus argentatus, Laridés)

Léo : « C’est pas un rougegorge que j’entends ? »

Le chevalier : « Si. Il est là. »

Max : « Il s’est envolé. »

Léo : « Dis bonome, si je dis pas des erreurs, il y a les Sept-Îles pas loin. Je sais que c’est une réserve ornithologique mais tu crois qu’on peut y aller ? »

Le chevalier : « En temps normal il est possible de se faire déposer sur l’une de ces îles et de faire le tour des autres en bateau. Mais avec le virus je pense que nous ne pourrons pas. »

Max : « Il est vraiment embêtant ce virus. »

Samuel : « Moi, ce qui m’embête le plus, ce sont les gens qui ont toujours pas compris l’intérêt de bien porter le masque. »

Max : « Ah bah ça… Dites, je propose qu’on parle pas de ça. »

Léo : « D’accord. »

Samuel : « D’accord aussi. »

Léo : « On ira pas aux Sept-Îles alors. Tant pis. »

Le chevalier : « Nous arrivons au bout du port. »

Max : « Ça alors ! Mais il y a des îles ! »

Le chevalier : « La côte est très découpée dans le secteur 🙂 Grimpez sur le rocher mais faites attention. »

Max : « On y va ! »

Léo : « On est en place ! »

Le chevalier : « Parfait 🙂 »

Le Tourony

Le Tourony

Samuel : « Il y a un château sur l’île ? »

Le chevalier : « Oui. Le château de Costaérès. »

Le château de Costaérès

Max : « Il se visite ? »

Le chevalier : « C’est une propriété privée. En fait le terme château n’est pas vraiment adapté. C’est plutôt un manoir de style néo-médiéval. Sa construction s’est terminée en 1896. »

Max : « Ah oui. Il est récent alors. C’est pas un vrai château. »

Le chevalier : « Je n’aurais quand même rien contre m’y installer 🙂 Il me semble que son aménagement intérieur a été réalisé avec le bois d’un trois-mats échoué. Le Maurice. »

Samuel : « Ça veut dire quoi Costaérès ? »

Le chevalier : « Yann, parles-tu breton ? »

Yann : « Je connais quelques mots. »

Le chevalier : « Coz-seherez ça te dit quelque chose ? »

Yann : « Peut-être Kozh-sec’herezh. Ça voudrait dire vieille sécherie. »

Max : « Vieille sécherie ? Ça veut même rien dire ! »

Le chevalier : « Si Maxou. Avant la construction du manoir, les pêcheurs avaient l’habitude de faire sécher leurs poissons sur cet îlot. »

Léo (à Yann) : « Bonome, il a toujours des anecdotes à raconter 🙂 »

Yann : « J’avais remarqué 🙂 »

Le chevalier : « J’en ai une autre. Un livre ayant valu le prix Nobel de littérature à son auteur a été écrit dans ce manoir. »

Samuel : « Lequel ? »

Le chevalier : « Quo vadis. Henryk Sienkiewicz séjournait dans ce manoir quand il a écrit son chef-d’œuvre. »

Panarama du Tourony

Max : « Hé ! Tu vas où bonome ? »

Le chevalier : « Entre les deux rochers. Je pense que la foto sera plus belle. »

Max : « Tu fais attention ! On a besoin de toi pour ces vacances ! »

Le chevalier : « 🙂 Oui Max. »

Panorama du Tourony

Léo : « On va visiter tout ça ? »

Le chevalier : « L’Île Renote, la Baie de Sainte-Anne, le Tourony… »

Max : « Tu nous montreras une vue aérienne en rentrant ? »

Le chevalier : « Si vous voulez. Il faut rentrer maintenant. »

Max : « Oui bonome. »

Yann : « Tu as avancé dans ton blog Max ? »

Max : « Un peu. Tu te souviens des Pierres Sonnantes du Guildo ? »

Yann : « Le filon de dolérite ? Oui. Selon la légende c’est Gargantua qui les a recrachées 🙂 »

Max : « On en est là. Pour la suite il y a un problème. Léo a remarqué qu’on avait pas bien inspecté. On a raté des sites. »

Yann : « Vous pouvez y retourner. »

Max : « Si bonome est d’accord. Et si on peut parce que plus rien est sûr avec le virus… »

Léo : « Pourquoi tu t’arrêtes bonome ? »

Le chevalier : « J’ai cru voir… Oui, c’est ça ! »

Samuel : « J’AI VU ! J’AI VU ! OULALA ! FOTOE BONOME ! FOTOE ! »

Max : « Qu’est ce qu’ils ont vu ? »

Léo : « Je sais pas… »

Le chevalier : « Pas facile de fotoer… »

Yann : « Ce serait pas une chauve-souris ? »

Le chevalier : « Si 🙂 »

Samuel : « Tu l’a eue ? »

Le chevalier : « J’espère avoir au moins une foto présentable… »

Une chauve-souris qui sait pas qu’elle est nocturne.

Max : « On va encore pas savoir qui c’est la chauve-souris. C’est étrange quand même. On les voit en plein jour. »

Yann : « Comme sur le chemin du Château de la Roche-Goyon. »

Max : « On leur a peut-être pas dit qu’elles sont nocturnes… Bonome, il faut leur faire une formation ! Ça va pas du tout ça ! »

Le chevalier : « Je te laisse t’en occuper. »

Max : « J’envoie un rapport à Princesse. On verra bien ce qu’elle va dire. »

Léo : « C’est le Grand Traouiéro ? »

Le Grand Traouiéro

Le chevalier : « Oui Léo. La vallée se continue sur plusieurs kilomètres. Savez-vous que les deux vallées n’ont convergé dans le port qu’il y a que 4500 ans ? »

Max : « On savait pas. Mais c’était comment avant ? »

Le chevalier : « Elles se prolongeaient toutes les deux jusque la mer. »

Léo : « Avec les variations du niveau de la mer je pense que la côte était pas du tout pareille à l’époque. »

Le chevalier : « Les variations du niveau marin, l’érosion… C’est sûr que le paysage devait être différent. »

Yann : « Dire que ce bâtiment date du 14ème siècle… »

Le moulin à marée

Max : « La grande fenêtre est pas d’époque. »

Le chevalier : « Non. Ce moulin se visite. Je pense que la fenêtre permet d’éclairer les mécanismes du moulin. »

Léo : « Ben voilà. On est presque arrivés… »

Samuel : « On peut faire une petite pause pour chercher des zoisos. On a le temps bonome ? »

Le chevalier : « Je ne pense pas que les gens d’armes passent ici. Et puis la cabane est juste là. »

Max : « Alors on reste un peu ! »

Léo : « C’est pas grébou là-bas ? »

Grébou (Tachybaptus ruficollis, Podicipédidés)

Grébou (Tachybaptus ruficollis, Podicipédidés)

Yann : « Grébou ? »

Samuel : « Le grèbe castagneux. Tachybaptus ruficollis, Podicipédidés. C’est notre copain. On le connaît bien. »

Max : « Je m’attendais pas à le voir ici. »

Yann : « Vous avez vu la flèche bleue qui vient de passer ? »

Max : « Une flèche bleue ? Il y a Martin ? »

Léo : « C’est Martine ! Elle s’est posée sur le bateau ! »

Martine (Alcedo atthis, Alcédinidés)

Yann : « Comment tu sais que c’est Martine et pas Martin ? »

Léo : « La partie inférieure du bec est orange. Elle est noire chez Martin. »

Max : « Tu vois ça d’ici toi ? »

Léo : « Ben oui 🙂 »

Samuel : « Elle a ploufé ! Elle remonte avec un poisson ! »

Martine a attrapé un poisson (Alcedo atthis, Alcédinidés)

Max : « Gloub le poisson ! »

Martine a gloubé son poisson (Alcedo atthis, Alcédinidés)

Léo : « C’est vrai que c’est l’heure de manger. On rentre ? »

Le chevalier : « Deux dernières fotos et on rentre. »

Chevalier guignette (Actitis hypoleucos, Scolopacidés)
Bernaches cravants (Branta bernicla, Anséridés)

Plus tard dans la soirée…

Max : « Bonome, tu nous montres la vue aérienne du secteur s’il te plaît ? »

Le chevalier : « Avez-vous fait votre toilette ? »

Max : « Ben oui ! On est propres nous ! »

Le chevalier : « Alors d’accord. J’installe l’ordinateur… Voilà… Alors… La voici. »

Léo : « C’est une vue assez large ça. »

Yann : « La côte est vraiment toute découpée. Il y a des caps, des anses, des baies, des îles, des îlots, des récifs… »

Samuel : « On va parcourir toute la côte ? »

Le chevalier : « Presque tout. »

Max : « On commence par où ? »

Le chevalier : « L’ouest. Demain matin nous longerons de nouveau le port pour nous rendre sur la Pointe de Ploumanac’h en passant par la plage de Saint-Guirec. Nous y observerons le granite, son altération… Puis nous arriverons au Ranolien. J’ai peur d’y être un peu perdu. Ensuite, nous ferons le retour par le même chemin des douaniers. Ensuite, direction le Tourony et ce sera tout pour la journée. »

Léo : « Ça me va 🙂 »

Yann : « Et tu as hâte d’y être 🙂 »

Léo : « Oui 🙂 »

Le chevalier : « Je vous montre une vue un peu plus rapprochée. »

Vue aérienne (source : Géoportail)

Max : « Tu as rien indiqué dessus. »

Le chevalier : « Non. »

Samuel : « On voit quand même les sites dont tu as parlé. »

Léo : « Le programme est un peu chargé non ? »

Le chevalier : « Ce n’est pas trop difficile mais je vais devoir cavaler. »

Max : « Alors au lit bonome ! »

Le chevalier : « Vous aussi. »

Samuel : « On y va ! »

Le chevalier : « Bonnuit mes petizours. »

Les petizours : « Bonnuit bonome ! »

Continuer la promenade

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.