Le Tourony

Max : « Bonjour à tous ! Nous vous avions laissés au lieu-dit Le Ranolien. »

Léo : « Bonome devait tout cavaler pour rentrer à la cabane après une journée bien chargée. »

Samuel : « Mais une mauvaise surprise nous y attendait. »

Yann : « La cabane était fermée et nous avions même pas la clé. »

Max : « Décision de bonome : ‘Allons explorer la plage du Tourony ! C’est juste là !’ »

Léo : « Il est comme ça notre bonome 🙂 »

Samuel : « On vous raconte ça de ce pas. »

Au Tourony

Max : « Qu’est ce qu’on va voir au Tourony bonome ? »

Le chevalier : « Le granite de Ploumanac’h 🙂 »

Max : « Encore ! »

Léo : « Maxou, on va passer une semaine sur le massif de Ploumanac’h alors je pense qu’on va beaucoup le voir ce granite. »

Max : « Ça va pas lasser mes lecteurs ? »

Le chevalier : « Ça, mon petitours, c’est ton problème 🙂 A toi de rendre le sujet intéressant en rédigeant tes articles. »

Max : « D’accord. Je vois. C’est mon problème et toi tu t’en fiches. Bien. »

Le chevalier : « Je m’en fiche totalement 🙂 »

Max : « Mes lecteurs apprécieront… »

Samuel : « Il y a des choses particulières à voir ? »

Le chevalier : « Oui mon petitours. Nous voilà à la plage. »

Yann : « Tu avais raison de dire que c’était juste à côté. »

Samuel : « C’est une bien belle plage. »

La plage du Tourony

Léo : « On voit encore le château de Costaérès. »

Le château de Castaérès

Le chevalier : « Il faut dire qu’il est sur l’îlot qui ferme en partie la grande baie appelée Castel Menguy je crois. Il y a le port de Ploum’ et sa passe et plus à l’ouest la Baie de Sainte Anne. »

Max : « On le voit de partout ce château. »

Yann : « Dites, ce serait pas un huîtrier-pie ? »

Huîtrier-pie (Haematopus ostralegus, Haematopodidés)

Max : « Ah oui 🙂 On va le voir ? »

Le chevalier : « Non. Je vous emmène sur la droite. J’espère trouver… Ça ! »

Des traînées sombres dans le granite rose

Yann : « Il y a des lignes sombres. »

Léo : « Ce sont des lichens qui se sont installés dans des fissures ? »

Samuel : « Non cousin Léo. Observe bien. Ce sont des minéraux sombres qui sont à l’origine de ces lignes. »

Max : « Ça alors ! Comment c’est possible ça ? »

Le chevalier : « Continuons à observer. Là par exemple. Ou là. »

Des traînées sombres dans le granite rose

Des traînées sombres dans le granite rose

Max : « Cette fois c’est arrondi ! »

Léo : « Ça me fait penser… »

Yann : « A quoi penses-tu Léo ? »

Léo : « Je peux prendre une image culinaire ? »

Max : « Ben oui. Mais tu évites de parler du chocolat. Je commence à avoir faim moi. »

Léo : « Zutalor ! J’allais prendre un exemple chocolaté… Je change. Imaginons une crème rose. »

Samuel : « A la framboise alors. Bonome aime bien les framboises. »

Léo : « Si tu veux petit Sam 🙂 J’ajoute un liquide sombre dedans. Un peu comme du chocolat. Juste une grosse goutte. Et ensuite je donne un ou deux grands coups de cuillère mais lentement. »

Yann : « Ça fait des grandes lignes comme on voit là. »

Max : « Ça voudrait dire qu’il y a eu comme un mélange ? Tu en penses quoi bonome ? »

Le chevalier : « Retenez ce que viens de dire Léo 🙂 »

Samuel : « D’accord. »

Léo : « Il y a d’autres huîtriers là-bas. Avec des courlis… »

Huîtriers-pies et courlis cendrés

Max : « Je vois pas de ligne claire sur la calotte. Ce sont des cendrés. »

Samuel : « Et là il y a une aigrette garzette avec des bernaches cravants. »

Aigrette garzette et bernaches du Canada

Léo : « Des zoisos classiques pour ce genre de milieu… »

Samuel : « Je sens une pointe de regret dans cette phrase. »

Léo : « Ben… On a pas vu beaucoup des zoisos depuis notre arrivée. »

Yann : « Je suis pas d’accord moi. »

Max : « Vous avez raison tous les deux. On a vu des zoisos mais pour un ornithologue aguerri comme notre cher Léo il y a rien eu d’exceptionnel. »

Samuel : « Vous avez vu les taches noires dans le granite ? »

Max : « Des taches noires ? »

Samuel : « Je vais te montrer cousin Max. »

Léo : « J’en ai vu aussi. J’y vais. »

Samuel et une enclave

Léo et une enclave

Max : « Étrange… »

Léo : « Sauf si on envisage que ce sont des enclaves basiques… »

Max : « Des enclaves basiques dans du granite ? Genre des morceaux de socle mal digérés ? Sauf que le socle c’est pas de la roche basique. »

Samuel : « Et puis ça marcherait pas pour expliquer la couleur sombre du granite et les traînées sombres. »

Léo : « Il reste plus que ce que bonome nous a expliqué au Ranolien : le mélange de magmas. »

Samuel : « Ça expliquerait tout. »

Le chevalier : « Mon Léo c’est peut-être le moment de reprendre ta comparaison culinaire. »

Léo : « Il y a eu mélange d’un peu de magma basaltique avec le magma granitique ? »

Le chevalier : « Je pensais vous le dire plus tard mais puisque tu as trouvé… »

Léo : « Tu nous as un peu aiguillés tout à l’heure 🙂 »

Yann : « Tu es trop fort Léo. »

Léo : « J’écoute ce que dis mon bonome 🙂 »

Max : « Oui mais toi tu as parlé d’un coup de cuillère. Il y a pas une cuillère qui a mélangé les magmas. »

Samuel : « Dans un liquide chaud il y a des mouvements de convection il me semble. Ici, on est plus en bordure du massif. La bordure est plusieurs kilomètres vers l’est. Ce sont peut-être les mouvements de convection qui sont à l’origine des traînées sombres. »

Max : « Ça m’a l’air évident dit comme ça. Reste la richesse en minéraux sombres. On peut supposer qu’il y a vraiment eu mélange par endroits. »

Le chevalier : « Vous n’avez plus besoin de moi mes petizours. »

Max : « Il recommence… Ça faisait longtemps que tu nous avais pas embêtés avec ça. Tu es pénible ! Mais tu es pénible ! »

Le chevalier : « Ce que je veux dire c’est que vous êtes de plus en plus autonomes en ce qui concerne la géologie. Vous observez, vous discutez, vous interprétez. Je ne dis presque plus rien moi. »

Max : « Et ça nous fait des vacances ! »

Yann : « Max, tu es pas gentil ! »

Max : « Mais je rigoooole ! »

Samuel : « Cousin Max est un polisson. Et puis il est pudique. Il dira jamais qu’il idolâtre son bonome. Il préfère le critiquer et lui crier dessus. Mais on est pas dupes nous 🙂 »

Yann : « Il est étrange ce petitours à casquette 🙂 Vous êtes quand même bien bonomisés. Moi j’aurais pas trouvé tout ça. »

Samuel : « Le zoiso ! LE ZOISO ! C’EST UN HARLE ! OULALA RHOOOO TABARNAK ! »

Max : « ‘Oulala rhoooo tabarnak’ ? Ah oui ?! Il est où le harle ? »

Léo : « Là Max ! »

Un harle huppé mâle adulte (Mergus serrator, Anatidés)

Max : « Mais c’est un harle huppé mâle adulte lui ! On l’a jamais vu celui-là ! »

Léo : « La chance ! »

Yann : « C’est rare le harle huppé ? »

Max : « Ici je sais pas. Mais chez nous oui ! On a vu deux juvéniles il y a quelques mois et les fotos de bonome sont dans le rapport sur les zoisos rares d’Île-de-France ! »

Léo : « Avec ton nom dessous 🙂 »

Max : « J’y peux rien si c’est moi qui gère Faune-IDF. »

Samuel : « Il va par là ! On le suit ? »

Le chevalier : « Si tu veux mon petitours. Nous étudierons le mélange de magma demain. »

Max : « Fotoe quand même l’huîtrier-pie en passant. »

Huîtrier-pie (Haematopus ostralegus, Haematpodidés)

Samuel : « Il est là le harle huppé… »

Un harle huppé mâle adulte (Mergus serrator, Anatidés)

Un harle huppé mâle adulte (Mergus serrator, Anatidés)

Max : « Il est rigolo avec son long bec fin 🙂 »

Léo : « Il est pas tout seul ! Il est avec madame ! »

Monsieur et madame Harle huppé (Mergus serrator, Anatidés)

Monsieur et madame Harle huppé (Mergus serrator, Anatidés)

Monsieur Harle huppé (Mergus serrator, Anatidés)

Madame Harle huppé (Mergus serrator, Anatidés)

Le chevalier : « Un couple de zoisos passe et vous oubliez la géologie… »

Max : « On oublie rien du tout ! »

Léo : « Mais c’est pas tous les jours qu’on voit un couple de harles huppés ! »

Samuel : « Le granite sera encore là demain. »

Yann : « Les harles on est pas sûrs ! »

Léo : « Il est quand même bien sombre le granite ici. Et ça ? Je vais voir ! »

Léo et des filons

Léo et un filon

Léo : « On dirait des filons. »

Samuel : « Mais ils contiennent de gros cristaux… »

Max : « Serait-ce possible que ces cristaux aient migré du magma au filon ? »

Le chevalier : « Des cristaux peuvent effectivement migrer. Mais là, il y en a beaucoup. »

Léo : « Qu’est ce qu’il s’est passé alors ? »

Le chevalier : « Aucune idée… »

Léo : « Tu es fatigué ? »

Le chevalier : « J’ai bien cavalé aujourd’hui et il ne fait pas chaud. »

Max : « Tiens, pour une fois tu ne dis pas que la fraîcheur est vivifiante ? »

Le chevalier : « Elle l’était pendant une grande partie de la journée 🙂 Maintenant elle contribue à ma fatigue. »

Yann : « En plus tu as pas beaucoup mangé. Un sandouich ça fait pas beaucoup. »

Max : « Et tu as même pas pu aller te caféiner à la taverne. Pauvre petit bonome… »

Samuel : « Et ta chute ? Tu es remis ? »

Le chevalier : « Oui mon petit Sam. Je te remercie de t’en inquiéter. »

Yann : « Il y a beaucoup d’enclaves sombres… »

Des enclaves basiques

Max : « C’est cohérent avec le mélange de magma. Mais il devait pas y avoir beaucoup de magma basique. »

Le chevalier : « Un petite quantité. »

Samuel : « Je peux donner l’échelle pour une vue rapprochée ? »

Le chevalier : « Si tu veux petit Sam. »

Samuel donne l’échelle

Samuel : « Il y a beaucoup de minéraux verts. C’est quoi ? »

Le chevalier : « Peut être des amphiboles alcalines. Ou plutôt une ferro-hornblende, vu le contexte…»

Max : « C’est pas nous qui allons te contredire 🙂 »

Yann : « On est encore au Tourony ? »

Le chevalier : « Non Yann. Nous sommes sur les rives de l’Anse Sainte-Anne. »

L’Anse Sainte-Anne

Léo : « Et si je dis pas des erreurs, il y a de gros blocs de roches basiques. C’est ça que tu vas nous montrer demain ? »

Le chevalier : « Oui Léo. Entre autres. »

Max : « Ouvrez un peu les yeux ! Les harles sont justes devant les gros blocs de roches basiques ! »

Yann : « Ah oui 🙂 »

Monsieur Harle huppé (Mergus serrator, Anatidés)

Madame Harle huppé (Mergus serrator, Anatidés)

Le chevalier : « Mes petizours, l’heure tourne. Le couvre-feu approche à grands pas et en plus il commence à pleuvoir. »

Max : « Encore quelques fotos et on rentre bonome. »

Le chevalier : « D’accord Maxou 🙂 »

Monsieur Harle huppé (Mergus serrator, Anatidés)

Monsieur Harle huppé (Mergus serrator, Anatidés)

Monsieur Harle huppé (Mergus serrator, Anatidés)

Monsieur Harle huppé (Mergus serrator, Anatidés)

Max : « Et là-bas ! Au fond de la baie ! Il y a un tadorne qui dort il me semble. »

Des zoisos

Des zoisos

Léo : « J’avais pas vu les bécasseaux variables ! »

Samuel : « Il y a même quelques tournepierres à colliers. Tu les as pas fotoés bonome ? »

Le chevalier : « Pas réussi à les avoir nets. »

Léo : « Avec aussi peu de lumière et un angle rasant, la mise au point est presque impossible. »

Max : « Alors on rentre. »

Monsieur Harle huppé (Mergus serrator, Anatidés)

Madame Harle huppé (Mergus serrator, Anatidés)
Un chaos

L’estran

Une boule de granite

Le soir on a été sages pour que bonome se repose et se remette de sa chute. On a installé l’ordinateur pour la soirée fotos et gratouillis. Mais c’est nous qui l’avons câliné. Il le mérite notre grand dadais. C’est grâce à lui qu’on peut voir tous ces paysages magnifiques et qu’on apprend autant de choses fort savantes. Sans lui, on serait que des porte-clés et pas des petizours naturalistes.

Continuer la promenade

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.