L’Anse Sainte-Anne

Dans la cabane, aux aurores…

Max : « Allez bonome ! On se lève ! »

Le chevalier : « Mmmmmm… Ondorplu ? »

Max : « On dort plus ! On se lève ! »

Le chevalier : « Ilékéleur ? »

Max : « L’heure de te lever grosse marmotte ! Tes petizours sont déjà prêts à partir inspecter. »

Le chevalier : « Vous êtes matinaux vous. Je dors encore un peu moi. »

Max : « Ah bah non ! On t’attend nous ! Et ton café refroidit. »

Le chevalier : « Il y a du café ? »

Max : « Léo a montré à Yann comment préparer ta boisson préférée 🙂 Ils voulaient te l’apporter au lit mais on peut pas monter les escaliers nous. On est trop petits. Alors avec ta tasse d’un hectolitre… »

Le chevalier : « C’est l’intention qui compte 🙂 Bon… Je dors plus alors 🙂 »

Max : « Non. Tu te dépêches de descendre. Dis, tu veux bien me porter pour descendre ? »

Le chevalier : « Oui Maxou. »

Le chevalier descend pour aller dans la cuisine…

Max : « LES COUSINS ! LA GROSSE MARMOTTE S’EST ENFIN LEVÉE ! »

Le chevalier : « Alors… Comment dire ?… Tu sais que je n’ai rien contre les surnoms que tu me donnes Maxou. Mais… POURRAIS-TU CESSER DE HURLER DANS MES OREILLES ? »

Max : « Oula ! Tu es de mauvaise humeur toi quand tu as pas tes 18h de sommeil… »

Léo : « Bonjour bonome ! »

Samuel et Yann : « Bonjour ! »

Le chevalier : « Bonjour mes petitzours 🙂 Vous m’avez fait du café ? »

Léo : « On te doit bien ça 🙂 »

Samuel : « Bonome, aurais-tu crié sur cousin Max ? »

Le chevalier : « C’est lui qui a commencé 🙂 »

Léo : « Maxou a l’air en forme aujourd’hui 🙂 »

Max : « Je suis toujours en forme moi ! »

Yann (à Samuel) : « Ça lui arrive d’être calme ? »

Max : « Hé ! Toi ! Le petitours breton ! Tu sais que je t’entends ! »

Yann : « 🙂 »

Le chevalier : « La journée va être agitée 🙂 Max, tu ne veux pas arriver directement à la question rituelle du matin ? »

Max : « Pas la peine bonome ! On sait où on va 🙂 Nous allons continuer l’itinéraire. Hier nous sommes allés au Tourony. Même que c’était déjà l’Anse Sainte-Anne. Aujourd’hui on va de l’autre côté du petit fleuve qui nous a empêché d’avancer plus hier. »

Le chevalier : « C’est surtout l’heure et la pluie qui nous ont empêchés d’avancer. »

Max : « Peut-être… Donc aujourd’hui on va chevaucher pour aller au fond de l’Anse Sainte-Anne. Tu vas te trouver une taverne pour ingurgiter ton second hectolitre de café matutinal et l’inspection va enfin commencer. »

Samuel : « Et on va voir des magmas qui se sont mélangés 🙂 »

Léo : « Tu veux bien montrer les traditionnelles vues aériennes s’il te plaît ? »

Le chevalier : « Oui mon Léo. Je reprends la vue générale pour situer précisément les sites que nous allons explorer. »

Yann : « Les sites ? On va en faire plusieurs ? »

Le chevalier : « Oui Yann. »

Yann : « Chouette alors ! »

Max : « On est comme ça nous ! On rigole pas 🙂 On fait DES sites 🙂 »

Le chevalier : « Alors… »

Vue aérienne (source : Géoportail)

Samuel : « J’ai repéré la cabane ! (CAB) ! On a déjà fait la partie Est. »

Yann : « C’était bien mais un peu compliqué. »

Max : « On a vu des gneiss icartiens ! Rholala ! »

Samuel : « C’était très beau. »

Léo : « On va à SA aujourd’hui ? »

Le chevalier : « Oui. SA comme Sainte Anne 🙂 Puis nous irons faire le tour de l’Île Renote (IR). Ce n’est pas très loin. Puis peut-être que nous enchaînerons avec la Grève Blanche, la Grève Rose et la Grève des Curés. »

Max : « Ah oui… Tu vas tout cavaler alors. »

Yann : « On va encore voir le granite de Ploumanac’h ? »

Max : « Il y a des chances 🙂 Bon, bonome, tu vas t’habiller parce que tu vas pas sortir comme ça. Et peigne toi un peu ! »

Le chevalier : « Oui Max. »

Un peu plus tard…

Max : « Alors toi ! Tu sors de la taverne avec tes deux ééénooormes cafés et tu vas t’asseoir face à la mer pour les boire. Tu devrais arrêter de pétuner… »

L'Anse Sainte-Anne
L’Anse Sainte-Anne

Le château de Costaérès

Le chevalier : « On est pas bien là ? »

Léo : « Ah si ! Oulala ! »

Yann : « Je resterais bien là pendant des heures. »

Samuel : « Peut-être pas pendant des heures. Avec tout ce qu’on a à voir ! »

Le chevalier : « Tout ce qu’on va voir ? Une grande partie se trouve juste là. »

L’Anse Sainte-Anne

Léo : « Là ? Ces quelques dizaines de mètres de cailloux ? »

Le chevalier : « Oui Léo 🙂 Sur la vue aérienne ça représente… la première pointe boisée 🙂 »

Vue aérienne du site étudié (source : Géoportail)

Max : « Oui ben c’est pas une raison pour passer à journée à se prélasser au soleil ! On y va ! »

Le chevalier : « On y va ! »

Yann : « Je me demande quels détails nous allons voir aujourd’hui. Je pensais pas qu’on pouvait voir des tas de choses juste en étudiant un granite. »

Léo : « Il faut apprendre à regarder. »

Samuel : « C’est mieux aussi quand quelqu’un nous explique ce qu’on voit. »

Yann : « Mon cher petit cousin, je te rappelle que tu as trouvé tout seul comment s’est formée la chaîne cadomienne ! L’accrétion de terranes avec la subduction… »

Samuel : « J’ai pas trouvé tout seul. Et puis c’était qu’une hypothèse. »

Le chevalier : « Nous arrivons. »

Le premier site du jour

Max : « C’est pas le granite de Ploum’ ça. »

Le chevalier : « Non 🙂 »

Des roches basiques

Léo : « Ce sont des roches basiques. »

Samuel : « Cousin Léo, je t’ai connu plus rigoureux. Tu commences par la conclusion ! »

Léo : « Oui 🙂 Mais on le sait déjà 🙂 Par contre je comprends pas bien les traînées blanchâtres… »

Des roches basiques avec des traînées blanches

Le chevalier : « Avançons un peu…. Voilà. »

La norite et le granite G1
La norite

Léo : « D’accord. On voit mieux et maintenant je comprends. »

Yann : « Alors il faut que tu m’expliques Léo. »

Léo : « La roche grise, on voit bien qu’elle est constituée de petits cristaux. C’est une roche sombre donc basique. J’en déduis que c’est un microgabbro. »

Le chevalier : « C’est plutôt un norite. »

Max : « Une norite ? C’est quoi ça ? »

Le chevalier : « C’est une roche intrusive basique qui contient principalement des plagioclases riches en calcium… »

Samuel : « Riche comment en calcium ? »

Le chevalier : « Moitié ou deux tiers… »

Samuel : « Alors c’est la labradorite. »

Léo : « Tu te souviens de ça toi ? »

Samuel : « Albite, oligoclase, andésine, labradorite, bytownite, anorthite. Ce sont les plagioclases. L’albite c’est le pôle sodique avec moins de 10 % de calcium. Après, les limites sont 30, 50, 70 et 90 % de calcium. Au delà de 90 % de calcium c’est l’anorthite, le pôle calcique. Si il y a moitié ou deux tiers de calcium alors c’est la labradorite. »

Yann : « Bravo petit Sam ! »

Max : « Je me demande quand même si il est pas autiste genre Asperger… »

Léo : « Ah non ! Tu vas pas recommencer avec ça ! Tu arrêtes avec ça ! Ou je te fossilise dans le granite ! »

Max : « C’est même pas possible 🙂 »

Léo : « Petit Sam est pas autiste ! Il a une mémoire prodigieuse ! Et puis il écoute et il étudie lui ! »

Samuel : « Qu’est ce qu’il y a d’autre comme cristaux ? »

Le chevalier : « Aucun n’est vraiment visible. Au microscope nous verrions de l’olivine et de l’hypersthène. »

Samuel : « Tu veux bien donner les formules chimiques ? »

Le chevalier : « Olivine : (Mg, Fe)2[SiO4] hypersthène : (Mg, Fe)[Si2O6] »

Samuel : « Merci bonome. Je note ça dans ma tête 🙂 »

Max : « Fer, magnésium, calcium et silice. On est bien dans des roches basiques. »

Samuel : « Ah ça oui ! Mais… »

Le chevalier : « Oui petit Sam ? »

Samuel : « Ben… Cousin Léo a dit que la norite est une roche microgrenue. Or je vois bien des gros cristaux moi. Et puis elle est collée au granite de Ploum’ qui lui a que des gros cristaux. »

Le chevalier : « Gardons les gros cristaux de la norite pour plus tard. La différence de cristallisation du magma basique et du magma acide s’explique facilement si on tient compte des températures de cristallisation de leurs minéraux constitutifs. »

Max : « Ça c’est sûr ! Ça s’explique facilement oulala ! »

Yann : « Ben moi j’explique rien du tout ! »

Max : « Cher Yann, souviens toi que les minéraux du magma basique se forment à relativement basse température. Vers 700°C je crois. »

Yann : « C’est une basse température ça ? »

Max : « Ça dépend à quoi tu compares ! Si tu chauffes le chocolat à cette température c’est très très chaud ! Il se vaporise et c’est du gâchis. Mais si tu compares aux minéraux basiques qui se forment vers 1100°C… »

Yann : « Je vois. »

Max : « Ben oui 🙂 Quand les magmas se refroidissent, les minéraux basiques ont pas trop le temps de grandir avant de se figer parce qu’il fait trop froid 🙂 Alors que les minéraux acides continue à se former pendant longtemps. »

Yann : « Merci pour cette explication Maxou. »

Léo : « On peut descendre et observer ? »

Le chevalier : « Si vous voulez. »

La norite et le granite G1

La norite
Norite et granite G1

Max : « C’est quand même étrange de voir du granite et du gabbro collés comme ça. »

Léo : « Une norite Max, pas du gabbro. »

Max : « Et ça change quelque chose ? Ça fait moins étrange ? »

Léo : « Non 🙂 C’est même pire étrange 🙂 »

Yann et Max

Samuel et Léo
Léo

Léo : « Bonome, je pense qu’il est temps de se pencher sur les gros cristaux. Regarde un peu ça ! »

La norite

La norite et les grands cristaux qu’elle contient

Max : « Ils sont quand même grands ces cristaux pour une roche microgrenue. Je te rappelle que microgrenue ça veut dire ‘avec des petits grains’. »

Yann : « C’est pas des petits grains ça ! »

Feldspath à structure Rapakivi

Max : « Il y a même une bordure blanche autour du cristal. »

Le chevalier : « Oui. Nous sommes en présence d’un cristal de feldspath à structure Rapakivi. »

Max : « Ah… Oui… Si tu le dis… »

Yann : « Je suis pas le seul à pas comprendre et ça me rassure un peu. »

Max : « Personne comprend Yann. Ça c’est bonome ! Il utilise des mots savants et compliqués que personne connaît à part lui pour faire croire qu’il est intelligent et cultivé mais IL FAIT RIEN QU’À M’ÉNERVER ! »

Le chevalier : « Vous êtes témoins que Max me crie encore dessus. »

Léo : « Nous le sommes ! »

Samuel : « C’est quoi la structure Rapakivi ? »

Le chevalier : « C’est une auréole réactionnelle. »

Léo : « Une auréole réactionnelle ? La bordure du cristal a réagi ? Mais elle a réagi avec quoi ? »

Le chevalier : « Avec le magma dans lequel il se trouve. »

Max : « Il y a pas d’auréole d’habitude. »

Samuel : « Je crois que j’ai compris. C’est grâce à cette structure qu’on sait que les magmas se sont mélangés ! Le feldspath il est trop grand pour venir de la norite qui est microgrenue. Ce feldspath vient du granite et c’est pour ça qu’il y a l’auréole réactionnelle ! »

Max : « Il a bon ? »

Léo : « C’est possible ça ? »

Le chevalier : « Oui et oui 🙂 Des cristaux du granite ont été injectés dans la norite. La bordure de ces cristaux a été déstabilisée et c’est ainsi que sont apparues les structures Rapakivi. »

Yann : « Tu es trop fort petit cousin ! »

Léo : « Alors ça ! Bravo petit Sam ! »

Samuel : « J’aime bien la géologie moi 🙂 »

Yann : « Moi aussi mais c’est pas pour ça que j’aurais trouvé. »

Samuel : « Cousin Yann, tu viens de commencer la géologie ! Tu peux pas tout trouver tout de suite. »

Léo : « C’est donc comme ça qu’on peut mettre en évidence un mélange de magma. D’accord. Mais alors ça veut dire qu’ils sont contemporains ces magmas. »

Max : « Bonome nous l’a expliqué au Ranolien. La fusion crustale a été tellement profonde qu’elle a également touché le sommet du manteau ! Donc les magma sont contemporains. »

Léo : « Je préférerais que tu dises que nous savons que la fusion a également touché le sommet du manteau parce que nous avons mis en évidence que les magmas sont contemporains. Nous voyons des roches Maxou. Pas le manteau d’il y a des millions d’années. »

Max : « Oui Léo. Tu as raison Léo. Tu as toujours raison Léo. »

Samuel : « Si je résume… Hier nous avons vu des traînées de roches basiques dans le granite de Ploum’ »

Le chevalier : « Des schlieren. »

Max : « Des quoi ? »

Le chevalier : « Des schlieren. Les figures que nous avons interprétées hier comme des arguments en faveur d’un mélange de magmas sont appelées schlieren. »

Max : « D’accord. Et pourquoi tu l’as pas dit hier ? »

Le chevalier : « J’ai oublié. »

Max : « Tu as oublié ? Il a oublié ! Et comment on fait pour connaître les schlieren nous si tu oublies de nous en parler ? »

Le chevalier : « Je n’ai pas oublié de vous en parler. J’ai oublié de vous en donner le nom. »

Léo : « Et maintenant on sait ! »

Samuel : « On a appris les sackungs dans les Alpes et maintenant on apprend les schlieren 🙂 On en a de la chance 🙂 »

Léo : « Ah ça oui ! Je reprends. Hier nous avons vu les schlieren et aujourd’hui, nous observons des feldspaths à structure Rapakivi. Nous savons donc qu’il y a eu mélange de magmas ! Rholala ! Et dire que tu avais peur ce ce soit lassant d’étudier le Granite de Ploumanac’h cousin Max. »

Max : « Je savais pas tout ça moi. »

Le chevalier : « Observez d’autres cristaux. »

Yann : « J’en ai déjà vu mais je voulais pas vous interrompre. Regardez. »

Quartz à auréole réactionnelle

Quartz à auréole réactionnelle
Quartz à auréole réactionnelle

Max : « On dirait du quartz ! Cette fois l’auréole réactionnelle est noire ! Il y a pas du quartz dans une roche basique ! »

Yann : « Pourquoi ? »

Max : « C’est à cause de la fusion de la roche qui donne le magma. Je peux pas tout dire comme ça mais disons qu’un magma basique va contenir moins de silice qu’on magma acide. »

Samuel : « Un magma basique c’est entre 40 et 52 % de silice. »

Max : « Il sait ça lui ? Pfff… Merci quand même petit Sam. Quand un tel magma cristallise, toute la silice est utilisée pour former de minéraux. Il en reste plus pour faire du quartz. Dans le magma acide il y a tellement de silice qu’elle trouve plus d’autres éléments auxquels se combiner et elle reste toute seule pour former le quartz. »

Yann : « Je comprends. Donc dans la norite il devrait pas y avoir de quartz… »

Léo : « C’est encore un cristal qui a migré ! Du coup, il y a eu une réaction chimique avec le magma basique. »

Le chevalier : « Il me semble que dans ce cas là ce sont des pyroxènes qui se forment. »

Samuel : « Bonome, ce serait abuser de demander les formules chimiques des pyroxènes ? »

Le chevalier : « Non 🙂 Mais je vais devoir simplifier : XYSi2O6 où X est un gros cations et Y un cation de taille plus petite. Lesquels pourrais-je citer ? Mg2Si2O6 (enstatite) Fe2Si2O6 (Ferrosillite)… »

Samuel : « L’hypersthène MgFeSi2O6 ! »

Le chevalier : « Exact petit Sam ! »

Samuel : « Je l’avais noté dans ma tête 🙂 »

Léo : « On sait tout alors ? »

Le chevalier : « Vous en savez suffisamment 🙂 »

Max : « Si on continue petit Sam aura plus de place dans sa tête pour noter les autres informations 🙂 »

Yann : « On fait quoi alors ? »

Léo : « Et si on s’asseyait sur un rocher pour raconter l’histoire de ce mélange de magma ? »

Max : « On reprend tout ? »

Yann : « Moi je veux bien. Comme ça je vais mieux comprendre. »

Le chevalier : « Qu’en penses-tu Samuel ? »

Samuel : « Je suis d’accord. »

Yann : « Je sais pas si vous avez remarqué mais c’est petit Sam le chef. »

Samuel : « Je suis pas le chef moi. »

Yann : « Si 🙂 Mais tu le sais pas. La tribu finit toujours pas demander ton avis et sans t’en rendre compte, c’est toi qui décide. C’est toi le chef petit Sam 🙂 »

Samuel : « Je m’en fiche de qui est le chef. Il y a pas de chef dans notre tribu. Je voudrais qu’on raconte l’histoire du mélange de magma. »

Léo : « Tu veux résumer ? »

Samuel : « Moi ? »

Max : « C’est toi le meilleur résumeur petit Sam. »

Samuel : « Je veux bien essayer. Alors… En profondeur, il y a eu la fusion partielle dans la croûte ce qui a donné le magma acide. Comme il était moins dense que les roches qui l’entouraient, il est remonté. A un moment, sa densité s’est équilibrée avec celle des roches qu’il a rencontrées et sa remontée s’est arrêtée. Là, il a commencé à cristalliser. Les cristaux ont grandi, grandi… Mais le magma était pas encore tout solide. Au même moment ou juste un peu avant, la partie supérieure du manteau a fondu elle aussi. Il y a eu le magma basique. Il est remonté et s’est mélangé avec le magma acide en cours de solidification. Je sais pas comment dire parce que ce machin acide était plus vraiment liquide mais pas encore solide. »

Le chevalier : « Un mush. On parle de mush pour la bouillie cristalline dans laquelle les orthoses et les quartz grossissent. »

Samuel : « Merci bonome. Donc le magma basaltique s’est insinué dans le mush. C’est à ce moment là que des cristaux du mush, déjà bien développés, se sont injectés dans le magma basique et les auréoles réactionnelles sont apparues. Il y a la structure Rapakivi pour les feldspaths et la bordure noire de pyroxènes autour des quartz. Pour un magma basaltique, un mush acide c’est un peu froid alors ce magma a cristallisé relativement rapidement. C’est pour cette raison que le magma basique a pas bien cristallisé et qu’il a donné que de tout petits cristaux. Et puis il y a eu des mouvements de convection dans le mélange de magma. Ce sont ces mouvements qui ont donné les schlieren. Ensuite tout était trop froid et ça c’est figé. Et puis maintenant c’est comme ça et la norite et collé au granite G1. Je crois que j’ai terminé. J’ai oublié quelque chose ? »

Max : « Oui 🙂 Tu as oublié de dire des erreurs 🙂 »

Yann : « Petit Sam tu m’impressionnes. Tu as tout ça dans ta tête ! Bravo petit Sam ! Bravo ! »

Léo : « Petit Sam tu es trop fort ! Mais est-ce que tu me permets un petit ajout ? »

Samuel : « Bien sûr cousin Léo. »

Léo : « Tu aurais pu ajouter que lors du mélange, des fragments de norites ont été dispersés dans le granite G1 ce qui explique les enclaves basiques. »

Samuel : « Ah oui ! Zutalor ! J’ai oublié ! Merci cousin Léo. »

Max : « Bonome, il a vraiment bon notre petit Sam ? »

Le chevalier : « Je n’aurais pas fait mieux 🙂 »

Léo : « Alors Maxou, tu penses toujours que c’est lassant de voir le granite de Ploum’ pendant huit jours ? »

Max : « Non Léo. Je l’ai dit tout à l’heure. Je savais pas tout ça moi. »

Yann : « On fait quoi maintenant ? »

Le chevalier : « Je propose que nous avancions un peu pour aller explorer l’Île Renote. »

Max : « On y va à pattes ? »

Le chevalier : « Votre Megapus y va à pattes pendant que vous pochez. »

Max : « Comme ça je veux bien 🙂 Allez ! On grimpe ! »

Léo : « On est installés ! »

Max : « Tu peux y aller Megapus ! »

L’estran

Léo : « J’aime bien voir le sable mouillé comme ça. On sait que la marée descend et qu’on va pas se noyer 🙂 »

Max : « Je te rappelle que nous savons nager Léo. »

Léo : « Pfff ! On a pisciné ! On a pas appris à nager dans la mer avec les grosses vagues et les congres. C’est pas pareil. »

Yann : « Regardez ! On retourne dans le chaos 🙂 »

Le chaos

Le chaos

Le chaos

Le chaos
Le chaos

Yann : « Regardez ce rocher ! »

Une enclave dans un rocher érodé

Yann : « On va voir si j’ai bien retenu. Sa forme montre le niveau de la terre autrefois. C’est dans le sol qu’il s’est érodé. Alors la partie la plus élargie tout en haut donne le niveau du sol. Et puis il y a un tache sombre dedans. Tu peux la fotoer s’il te plaît bonome ? »

Détail de l’enclave

Yann : « C’est un morceau de roche basique qui se trouve là à cause du mélange des magmas. Si je voulais avoir l’air intelligent et cultivé je dirais qu’il y a une enclave de norite dans le monzogranite de Perros-Guirec 🙂 »

Samuel : « Tu as bien retenu cousin Yann 🙂 »

Léo : « C’est un bon résumé 🙂 »

Max : « On continue ? »

Le chevalier : « Oui Max. Nous ne sommes pas encore sur l’Île Renote. »

Max : « On y va alors bonome ! On y va ! »

En chemin, on a arrêté la géologie et on a vu des tas de beaux lichens sur les rochers. Le problème c’est qu’on connaît rien du tout aux lichens et qu’avec tout le travail qu’on a on a pas pris le temps de se pencher sur le sujet. Alors on vous présente les fotos comme ça. Si vous avez des identifications à proposer, hésitez pas à nous contacter 🙂

Des lichens sur un rocher

Des lichens

Des lichens

Des lichens

Des lichens

Des lichens

Des lichens

Continuer la promenade

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.