206 – L’Îlot du Verdelet

Le matin, dans la cabane…

Le chevalier : « Bonjour Maxou. Bien dormi ? »

Max : « Oulala non ! On peut pas dormir avec ces cousins… »

Léo : « Léo a encore siffloté toute la nuit ? »

Max : « Léo ? Non non. Il a pas pu dormir non plus lui. »

Le chevalier : « C’est petit Sam qui vous a empêchés de dormir ? »

Max : « Oui. Il a pas arrêté de parler de géologie. Les anataxites, le néosome, le paléosome, les granites… Sans parler des chaînes de subduction et des racines crustales… »

Le chevalier : « Pourquoi tu ne l’as pas réveillé ? »

Max : « J’y pensais mais Léo a pas voulu. Il faut dire qu’il avait un bon argument Léo. D’après lui, c’est dans ces moments là que le cerveau assimile et organise les connaissances. C’est comme ça qu’on apprend et qu’on mémorise. On pouvait pas réveiller notre petit Sam en plein apprentissage. »

Samuel : « Réveiller qui ? »

Le chevalier : « Bonjour petit Sam. »

Samuel : « Bonjour bonome. Bonjour cousin Max. Vous voulez réveiller cousin Léo ? C’est pas la peine. Il arrive avec cousin Yann. »

Léo : « Je suis là 🙂 »

Yann : « Moi aussi 🙂 »

Le chevalier : « A ce qu’il paraît tu as appris cette nuit mon petit Sam. »

Samuel : « J’ai appris quoi ? Je dormais moi. J’ai bien dormi d’ailleurs. »

Max : « Tu es bien le seul… »

Léo : « Tu as parlé toute la nuit ! Que du géologien… »

Yann : « C’était un peu compliqué mais j’ai bien aimé. »

Samuel : « C’est vrai ? Mmmm… Il me semble bien avoir rêvé de l’Unité de Saint-Malo… »

Max : « On a eu la bande sonore 🙂 Bon, bonome, on fait quoi aujourd’hui ? On retourne sur l’Unité de Saint-Brieuc ? »

Le chevalier : « Oui. Nous allons vraiment nous y attaquer. »

Max : « Ça va être compliqué comment ? »

Le chevalier : « Mmmmm… Nous allons vraiment commencer l’étude de la chaîne cadomienne. »

Max : « Et c’est compliqué comment ça ? »

Le chevalier : « La chaîne cadomienne ? Euh… C’est la chaîne qui précède la chaîne hercynienne Max. »

Max : « Et c’est compliqué ? »

Léo : « Une chaîne de montagne… C’est soit la subduction soit la collision continentale. Un socle et sa couverture contre un socle et sa couverture. Oulala oui ! Si si ! Ah bah oui ! Oulalala ! »

Max : « Qu’est ce qu’il t’arrive Léo ? »

Léo : « Ça va être gravement compliqué ! Forcément ! Oulala ! »

Max : « Tu peux t’expliquer Léo ? »

Léo : « Max ! Quand même ! Un socle ! Tu sais ce que c’est un socle ? »

Max : « Ben oui ! J’ai déjà étudié un peu la tectonique moi. Je suis pas un béotien ! »

Samuel : « Je crois que je comprends. Et cousin Léo a raison. Ça va être compliqué. Je dirais oulala aussi. »

Max : « Ben oulala alors ! »

Yann : « 🙂 »

Léo : « Max, un socle c’est souvent une ancienne chaîne de montagnes complètement érodée. Tout plat. Mais c’est aussi souvent la racine profonde de cette chaîne qui se retrouve à la surface à cause de l’érosion. Et la racine a déjà subi le métamorphisme et l’anatexie ! »

Max : « Ah oui ! Oulala ! Oui oui. Ça va être grave compliqué. »

Yann : « Vous m’expliquerez ? »

Léo : « Bien sûr Yann 🙂 Les roches qu’on va voir ont, pour les plus anciennes, connu une première orogenèse que je sais pas laquelle c’est. Puis il y a eu l’érosion. Puis l’orogenèse cadomienne qu’on va étudier. Puis l’érosion. Puis l’orogenèse hercynienne. Puis l’érosion. »

Samuel : « Cousin Léo, je suppose que tu as hâte d’y être 🙂 »

Léo : « Oh oui ! Rholala ! »

Max : « Bonome, il a bon Léo ? On va voir des roches qui ont subi trois cycles orogéniques ? »

Le chevalier : « Il a bon 🙂 »

Max : « Ça existe la géologie pire compliquée que ça ? »

Le chevalier : « Oui. Mais c’est rare 🙂 »

Max : « Tu vas réussir à tout nous expliquer ? »

Le chevalier : « Je vais faire de mon mieux. »

Max : « Et on commence par quoi ? »

Le chevalier : « L’Îlot du Verdelet. »

Max : « L’Îlot du verre de lait ? Il y a un verre de lait sur un îlot ? C’est une exposition des producteurs de lait ? Et ça va nous aider à comprendre la chaîne cadomienne d’aller voir un verre de lait sur un îlot ? »

Le chevalier : « Le Verdelet Max. »

Max : « Ah ouiiiii ! Le Verdelet ! Ah bah oui ! D’aaaccooooord ! Bon on y va ? »

Léo : « J’ai pas pris mon petit déjeuner. »

Max : « Dépêche toi Léo. »

Après la chevauchée…

Le chevalier : « Nous y voilà ! »

L’Îlot du Verdelet

Max : « C’est ça le Verdelet ? »

Le chevalier : « C’est ça 🙂 »

Yann : « C’est très beau. »

Max : « C’est très beau mais on peut pas y aller à cause de la marée… D’accord. Quelle précision dans les horaires bonome ! »

Le chevalier : « Max, si tu n’es pas content je t’y envoie d’un coup de pied aux fesses. »

Max : « VOUS ENTENDEZ ÇA ! JE VAIS ME PLAINDRE À PRINCESSE ET TU VAS ALLER EN PRISON ! MALTRAITANCE CARACTÉRISÉE ! »

Léo : « Tu crois que tu y arriverais bonome ? »

Samuel : « Il faut pas te tromper d’un petit degré sinon, à cette distance, cousin Max plouferait. »

Yann : « Et il finirait dans l’estomac d’un congre. »

Max : « HÉÉÉÉ ! »

Léo : « Tu es encore là toi ? »

Samuel : « A ta place j’arrêterais de ronchonner un petit moment. »

Max : « Je ronchonne même pas ! Vous dites toujours que je ronchonne mais je ronchonne même pas. C’est bonome qui me menace et vous vous dites même rien. C’est vraiment trop injuste. »

Le chevalier : « Mon pauvre Maxou. Je te demande pardon pour mes menaces. Je sais que tu ronchonnes quand tu n’as pas assez dormi. Tu peux faire une sieste dans ma poche si tu veux. »

Max : « J’accepte ta demande de pardon mais je fais pas la sieste sinon je vais rater le Verdelet ! Je veux pas rater le Verdelet moi ! »

Samuel : « Qu’est ce qu’on fait en attendant la marée ? »

Léo : « La vue aérienne qui montre le programme du jour ! »

Le chevalier : « D’accord. La voilà. »

Vue aérienne (source : Géoportail)

Max : « On va faire quoi ? »

Le chevalier : « C’est simple : l’Îlot, Un peu de géologie compliquée et peut-être des zoisos. »

Léo : « Ça me va. »

Samuel : « Moi aussi. »

Yann : « Ben moi aussi mais j’ai peur de pas tout comprendre… »

Samuel : « Rassure-toi cousin breton, nous non plus on va pas tout comprendre 🙂 »

Le chevalier : « Nous pouvons déjà aller faire un tour sur l’estran. Nous verrons peut-être les roches. »

Max : « On y va bonome ! On y va ! »

Samuel : « Il faut pas aller très loin 🙂 »

Microtrondhjémite du Verdelet

Max : « Tu peux faire des fotos zoomées pour mon blog s’il te plaît mon bonomou ? Nous on descend voir de près. »

Microtrondhjémite du Verdelet

Microtrondhjémite du Verdelet

Léo : « C’est une roche plutôt claire. On voit des cristaux blancs millimétriques. Je dirais que ce sont des feldspaths. Autour on dirait… On dirait une matrice. C’est une roche volcanique ? »

Le chevalier : « Pas tout à fait. Au microscope optique nous verrions que ce que tu prends pour la matrice est en fait constituée de tout petits cristaux. »

Léo : « C’est microgrenu avec des phénocristaux alors. »

Le chevalier : « C’est ça 🙂 »

Max : « Tu sais ce que c’est comme feldspaths ? »

Le chevalier : « Des plagioclases. Ce sont les feldspaths qui vont du pôle sodique (albite ; NaAlSi3O8) au pôle calcique (anorthite ; CaAl2Si2O8). »

Léo : « C’est plutôt basique alors. Et c’est quoi comme roche ? »

Le chevalier : « La trondhjémite. »

Max : « La tranche de mite ? Bonome, je crois que tu as pas bien dormi toi non plus. Je sais pas bien tous les insectes moi mais je sais bien que ça c’est pas une tranche de mite ça. Oulala non ! »

Yann : « 🙂 »

Samuel : « Cousin Max polissonne déjà 🙂 »

Le chevalier : « 🙂 Trondhjémite Max ! Pour être précis c’est la microtrondhjémite du Verdelet. »

Max : « Ah bah oui ! C’est mieux d’être précis oulala ! La tranche de mite du verre de lait. D’accord. »

Samuel : « Et c’est quoi la trondhjémite ? C’est pas volcanique. C’est pas vraiment grenu… »

Le chevalier : « C’est une roche hypovolcanique mon petitours. Léo, je ne t’ai pas corrigé. Le feldspath est plutôt calcique mais la roche contient du quartz. Ce n’est donc pas une roche basique. »

Max : « C’est embêtant ça. »

Samuel : « Bonome, je veux pas t’embêter avec mes questions mais je comprends pas bien la roche hypovolcanique. »

Le chevalier : « Tu ne m’embêtes pas mon petit Sam. Une roche hypovolcanique se met en place à faible profondeur généralement sous un édifice volcanique. »

Samuel : « C’est comme un filon ? »

Le chevalier : « Oui. »

Max : « Sauf qu’un filon c’est fin et petit. L’Îlot de Verdelet est pas fin et petit. Il fait quelle taille le machin de tranche de mite ? »

Le chevalier : « L’Îlot du Verdelet et les petits îlots autour de lui, la Pointe de Pléneuf… C’est à peu près tout. »

Max : « Oui ben ça c’est pas un filon ça. »

Yann : « C’est peut-être un énorme filon. »

Léo : « C’est plutôt comme une cheminée volcanique sous le volcan. »

Le chevalier : « Un dyke ? Oui… »

Samuel : « Tu as l’air un peu contrarié. »

Le chevalier : « Les trondhjémites… Je ne comprends pas bien. Je sais qu’elles font souvent partie de ce qu’on appelle le complexe TTG : Trondhjémite, Tonalite et Granodiorite. Je sais également que les TTG sont présentes dans des batholites liés à un volcanisme d’arc… Mais je ne comprends pas bien. »

Max : « Petit Sam et Léo ont déjà pensé à un volcanisme d’arc dans le cadre d’une subduction. »

Léo : « Elles ont quel âge ces trondhjémites ? »

Le chevalier : « Fini pré-cambrien à cambrien. »

Max : « Bien bien bien. On vient d’arriver. On a vu une roche et on comprend rien du tout. Léo, tu dois te régaler 🙂 »

Léo : « Je connaissais pas les trondhjémites moi. »

Samuel : « Moi non plus. »

Yann : « Inutile de vous dire que moi non plus 🙂 Si vous comprenez rien du tout, je fais vraiment partie de la tribu 🙂 »

Samuel : « Bien sûr cousin Yann. »

Max : « A mon avis, il y a pas beaucoup de monde qui connaît les tranches de mite du verre de lait 🙂 »

Microtrondhjémite du Verdelet

Max : « On fait quoi en attendant la marée ? »

Le chevalier : « On se promène. Venez. »

Léo : « On te suit bonome ! On te suit ! »

Max : « Je rêve ou le chemin est taillé dans la roche ? »

Le chemin

Le chevalier : « Tu ne rêves pas Maxou. Pourtant il ne doit pas aller bien loin… »

Samuel : « Il est beau cet îlot. Il y a des zoisos ? »

L’Îlot du Verdelet

Le chevalier : « C’est une réserve ornithologique. La réserve ornithologique Edmond Tranin si je ne dis pas des erreurs. »

Yann : « C’est qui lui ? Vous le connaissez Edmond Tarin ? »

Le chevalier : « Il avait un gros nez 🙂 C’est Edmond Tranin Yann. C’était un grand reporter qui est à l’origine de la mise en réserve de cet îlot. »

Léo : « Il y a qui comme zoiso ? »

Le chevalier : « Le panneau d’information parle des eiders à duvet qui se nourrissent parfois sur le plateau moulier à marée haute ou bien du bécasseau violet. Mais il y a surtout des goélands argentés et des grands cormorans. »

Max : « Les panneaux parlent toujours des zoisos qu’on voit jamais. C’est pas bien ça. Les néophytes sont déçus et après et ils veulent pas faire l’ornithologie et personne connaît rien aux zoisos. Ce serait plus pédagogique de présenter les zoisos qui sont vraiment visibles par tout le monde. »

Le chevalier : « Je suis entièrement d’accord Max. Fais un rapport à Princesse. »

Max : « J’y compte bien ! Une note sur les panneaux d’information. Dès ce soir ! »

Samuel : « Cousin Max prend sa mission très à cœur 🙂 »

Yann : « On va aller voir cette plage ? »

La Plage des Vallées

Max : « On y est déjà allés Yann. Je suis pas sûr que bonome accepte d’y retourner. »

Le chevalier : « Le programme est chargé. Nous ne pourrons pas y retourner et faire tout ce que vous me demandez. »

Yann : « C’est pas grave si on y va pas bonome. Tu nous montres déjà des tas de belles choses. »

Samuel : « On te montrera les fotos ! »

Max : « Soirée fotos alors ? »

Léo : « Ben oui 🙂 »

Samuel : « Un pipit maritime ! »

Un pipit maritime, notre zoiso-gardien (Anthus petrosus, Motacillidés)

Max : « Bonjour zoiso-gardien ! Tu viens voir si tout va bien ? C’est gentil ça. »

Léo : « Et c’est rassurant. Avec toutes les acrobaties de bonome… »

Le chevalier : « Acrobaties que je fais pour vous montrer ce que vous me demandez. »

Léo : « Merci bonomou 🙂 »

Samuel : « Ça c’est un beau rocher. C’est la trondhjémite ? »

Un beau rocher

Le chevalier : « Oui petit Sam. »

Max : « Bonome, je crois que le passage est découvert. »

Le chevalier : « Alors allons-y ! »

L’Îlot du Verdelet et son tombolo

Léo : « C’est étrange quand même ce gué. »

Le chevalier : « C’est un tombolo. »

Max : « Bonome ! On dit pas un tombolo mais une tombola. Et je vois pas ce que ça vient faire là. »

Le chevalier : « Un tombolo Max ! Je sais quand même ce que je dis ! C’est un cordon de galets ou parfois de sable qui se met en place entre le continent et une île, un îlot ou un récif. »

Yann : « Comment ça se fait ? »

Le chevalier : « Une histoire de diffraction des vagues je crois. La présence d’un îlot non loin de la côte réduit la force des vagues ou des courants. Du coup, ils n’ont plus la force de déplacer le sable ou les galets qui s’accumulent et forment un tombolo. Sa courbure nous renseigne sur le sens des courants dominants. »

Léo : « Ils viennent de la Plage des Vallées alors. »

Max : « Sauf que là il change de sens le tombolo du verre de lait. »

L’Îlot du Verdelet

Samuel : « Tout ça de trondhjémite ! »

L’Îlot du Verdelet

L’Îlot du Verdelet

Le chevalier : « Les îlots que vous voyez sont faits de la même roche. »

D’autres îlots

Encore un îlot
Un autre îlot

Max : « Le rocher est tout blanc ! Zoome bononome ! »

Un rocher blanchi

Du guano

Max : « C’est du guano ! Les zoisos doivent souvent se percher là. Peut-être même qu’ils nidifient. »

Yann : « Je préfère revenir à la géologie moi. Alors là c’est comme si on était sous un volcan ? »

Le chevalier : « Sous un très ancien volcan. Ou alors le magma s’est arrêté non loin de la surface et il n’y a même pas eu d’éruptions. C’est possible également. C’est même plutôt ça. »

Les parois de l’Îlot
Microtrondhjémite du Verdelet

Samuel : « Ça vient d’où la trondhjémite ? »

Le chevalier : « Pfff… Je ne sais pas. Cette roche est parfois appelée granodiorite. C’est l’équivalent grenu de l’andésite. »

Max : « Et l’andésite c’est la roche volcanique des zones de subduction ! On revient à une subduction ! »

Léo : « Ben oui mais je vois pas qui passe sous qui ! Je vous rappelle qu’une subduction c’est quand une lithosphère océanique passe sous une autre lithosphère océanique ou sous une lithosphère continentale. »

Samuel : « Il y a l’extrémité du domaine mancellien pas loin. »

Max : « Et entre les deux il y aurait eu un bout d’océan qui serait passé sous le domaine mancellien ? »

Samuel : « Bonome, quand tu nous as annoncé qu’on verrait la chaîne cadomienne, tu as pas parlé de terranes ? »

Le chevalier : « Si. »

Max : « Tu as vraiment une mémoire prodigieuse petit Sam. Je sais même pas ce que c’est les terranes moi. »

Samuel : « Je me demande… Si c’était des petites terres comme des micro-continents, on pourrait imaginer qu’ils sont séparés les uns des autres par des petits bouts d’océans. On comprime tout ça et ça fait la subduction. Et après on a un plus gros continent avec des tas d’unités collées les unes aux autres. »

Max : « C’est carrément ce qu’on voit ! Des unités collées les unes aux autres avec des roches qui viennent de la subduction ! »

Léo : « Si on ajoute des amphibolites qui seraient des basaltes océaniques métamorphisés… »

Max : « Bonome, que penses-tu de l’hypothèse de ton petitours préféré ? »

Le chevalier : « Je suis impressionné 🙂 C’est l’une des explications possibles pour la formation de la chaîne cadomienne en effet. Des terranes se seraient agglomérés les uns aux autres en marge d’un continent. »

Max : « Donc petit Sam a bon ? »

Le chevalier : « Il a peut-être bon 🙂 Il y a d’autres explications possibles je ne les connais pas bien. »

Léo : « Tu nous dis tout ça s’il te plaît ? »

Le chevalier : « Descendez et installez vous sur le rocher. »

Max : « Oui bonome ! »

Samuel : « On est prêts ! »

Léo : « On t’écoute 🙂 »

Le chevalier : « Je ne parlerai que de l’hypothèse de notre petit Sam. Le Domaine Nord-Armoricain se serait formé vers 540 millions d’années par accrétion de terranes (Saint-Brieuc, Saint-Malo et domaine mancellien) à la marge gondwanienne. »

Max : « Donc ce qui est une unité actuellement était avant une petit bout de terre qui se baladait dans l’océan ? »

Le chevalier : « C’est un peu simplifié mais c’est ça 🙂 »

Léo : « Et si tu affinais ? »

Le chevalier : « Vous voulez ? »

Max : « Bonome, tu nous connais quand même ! »

Samuel : « On veut savoir ! »

Le chevalier : « D’accord. Bien, nous commençons par la subduction de l’océan celtique sous la marge active d’une plaque continentale. »

Max : « Le Gondwana ? »

Le chevalier : « Ben… Je ne suis pas trop sûr que ce soit le Gondwana. Disons un Gondwana un peu incomplet. »

Max : « D’accord. Il y a bien la subduction. »

Léo : « Et un premier socle qui va s’engager dans l’orogenèse. »

Le chevalier : « Tu y tiens à ce socle 🙂 Oui Léo. C’est le socle pentévrien. Ce nom vient du Pays de Penthièvre où il a été défini. Il me semble que ce terme est un peu désuet et qu’on parle plutôt de socle Icartien. »

Samuel : « Elle commence quand cette subduction ? »

Le chevalier : « Il y a environ 750 millions d’années. »

Yann : « Ah oui ! Quand même ! »

Léo : « Yann, le socle est encore plus vieux ! »

Le chevalier : « De cette subduction il reste des gabbros et des pillow-lavas plus ou moins métamorphisés. »

Max : « On va en voir ? »

Le chevalier : « Euh… Nous verrons bien. »

Léo : « Et ensuite il y a les terranes ! »

Le chevalier : « Oui, la nappe granodioritique du Trégor, la nappe d’orthogneiss de Saint-Brieuc, la nappe de migmatites de Saint-Malo. »

Samuel : « Il y aurait eu trois terranes ? Oulala ! »

Le chevalier : « Mais ce n’est pas terminé. La subduction se poursuivant, un arc volcanique est apparu. »

Max : « Comme les Antilles ? »

Le chevalier : « Oui Max. Il en reste des granodiorites et des basaltes. Ensuite ça se complique. »

Max : « Parce que jusque là c’était simple ? »

Le chevalier : « Non. Mais ça se complique quand même 🙂 Nous avons donc de l’extérieur vers l’intérieur, l’océan, l’arc insulaire volcanique et au-début un petit bout d’océan avant la marge continentale. »

Léo : « Jusque là ça va. »

Le chevalier : « Dans le petit bout d’océan situé entre l’arc et la marge continentale, il se crée une zone d’accrétion. C’est ce qu’on appelle un bassin d’arrière arc. »

Max : « Tu aurais pas un schéma s’il te plaît ? »

Le chevalier : « Si. »

Schéma d’une zone de subduction avec un arc insulaire et un bassin d’arrière arc

Le chevalier : « A gauche, il manque la marge Nord-Gondwanienne et la cordillère qui s’y développe. »

Max : « Yann, une cordillère c’est un alignement de volcans juste en arrière de la côte. Ça fait une chaîne de montagnes volcaniques comme dans les Andes actuellement. »

Yann : « Merci Maxou. »

Le chevalier : « Oui Max. Là, nous sommes il y a environ 600 millions d’années. »

Samuel : « Ensuite tout ça se ferme je suppose. »

Le chevalier : « Oui Sam. Je ne connais pas bien les étapes précises. Mais il y a obduction d’une partie du bassin arrière-arc puis collision de l’arc insulaire avec la cordillère vers 580 millions d’années. »

Léo : « C’est quoi l’obduction ? »

Le chevalier : « C’est quand la croûte océanique passe dessus la croûte continentale. »

Max : « Ça arrive ça ? »

Le chevalier : « Bien sûr 🙂 Il y a un bel exemple dans les Alpes françaises. Le Massif du Chenaillet montre une lithosphère océanique qui est passé sur une lithosphère continentale. »

Max : « Il faudrait aller voir ça bonome ! »

Le chevalier : « Peut-être un jour. Revenons ici. La fermeture du bassin d’arrière d’arc, l’obduction et la collision se terminent vers 540 millions d’années et il y a épaississement crustal qui favorise la fusion crustale. »

Léo : « Là tu as bien affiné 🙂 Merci bonome. »

Samuel : « Donc quand on se promène dans le secteur on a les roches des terranes, des roches volcaniques, des roches magmatiques profondes et tout ça est injecté de remontées de magmas qui se sont formés en profondeur à la fin de l’orogenèse. »

Léo : « Et tout ça est très métamorphisé ! »

Max : « Les géologues qui ont compris tout ça sont quand même forts. »

Samuel : « Bravo les géologues ! Bravo ! »

Yann : « Vous voudrez bien me réexpliquer ? J’ai pas tout suivi. Surtout l’obduction. »

Max : « On va tout revoir. Surtout si on fait d’autres observations. On comprendra mieux avec d’autres observations. »

Léo : « N’empêche que petit Sam a trouvé tout seul ! »

Max : « Bravo petit Sam ! Bravo ! »

Samuel : « UN FAUCON ! UN FAUCON ! »

Faucon pèlerin (Falco peregrinus, Falconidés)

Faucon pèlerin (Falco peregrinus, Falconidés)

Le chevalier : « Fotoé ! »

Max : « Bien joué mon bonome. »

Léo : « C’est un faucon pèlerin ! La chaaance ! »

Max : « C’est sûr que c’est pas tous les jours qu’on en voit 🙂 »

Léo : « Il aime bien les grandes parois verticales. Il doit être bien là. »

Yann : « On en a pas vu un au Cap Fréhel ? »

Samuel : « Si cousin Yann. »

Yann : « Il y a beaucoup de faucon pèlerins ici ? »

Samuel : « Apparemment oui 🙂 »

La paroi de l’Îlot

Max : « Je peux faire l’escalade ? »

Léo : « Max, c’est une réserve ornithologique. On fait pas l’escalade dans une réserve ornithologique ! »

Samuel : « Et tu pourrais te faire prédater par le faucon pèlerin. »

Max : « Ah oui. Bon ben je ferai un autre jour. »

Samuel : « Notre zoiso-gardien nous gardienne 🙂 »

Un pipit maritime, notre zoiso-gardien (Anthus petrosus, Motacillidés)

Un pipit maritime, notre zoiso-gardien (Anthus petrosus, Motacillidés)

Un pipit maritime, notre zoiso-gardien (Anthus petrosus, Motacillidés)

Un pipit maritime, notre zoiso-gardien (Anthus petrosus, Motacillidés)

Max : « Bonome, je crois que les zoisos sont inquiets à cause de tes acrobaties. »

Le chevalier : « Explique leur que vous voulez étudier la chaîne cadomienne et que cela ne se fait pas dans un fauteuil. »

Samuel : « Je crois qu’ils ont compris et c’est pour ça qu’ils restent vigilants. Regardez, il y en a un autre là. »

Un pipit maritime, notre zoiso-gardien (Anthus petrosus, Motacillidés)

Léo : « Et un autre là 🙂 »

Un pipit maritime, notre zoiso-gardien (Anthus petrosus, Motacillidés)

Max : « Merci zoisos-gardiens 🙂 Oh ! C’est quoi ça ? Je descends voir ! »

Max et sa découverte
Des vertèbres de poisson

Max : « On dirait des vertèbres ! »

Le chevalier : « Des vertèbres de poissons en effet. »

Léo : « Comment tu sais que ce sont des vertèbres de poissons ? »

Le chevalier : « Elles ont une cavité sur la face antérieure comme sur la face postérieure. On dit qu’elles sont amphicoeles. »

Max : « Bonome ! Elles sont pas en ficelle ! On voit bien qu’elles sont en os ! Tu as vraiment pas bien dormi toi. Tu veux faire une sieste sur les rochers ? »

Le chevalier : « Je te remercie pour ta sollicitude Maxou mais je me passerai bien de sieste. Elles ne sont pas en ficelle mais amphicoeles. »

Max : « Si tu fais le grékancien je démissionne de toi 🙂 »

Léo : « C’est pas la peine qu’il fasse le grékancien ! On a compris 🙂 »

Samuel (à Léo) : « Si il démissionne de bonome, il démissionne de nous ? »

Léo (à Samuel) : « Ce serait logique. Nous somme les petizours de bonome après tout. »

Samuel : « Bonome, tu veux pas faire le grékancien s’il te plaît ? »

Max : « HÉÉÉÉ ! Vous voulez plus de moi ? »

Samuel : « On veut te taquiner 🙂 »

Léo : « Comme tu taquines bonome 🙂 »

Max : « Ah bah ça va alors 🙂 Il reste quand même un problème. »

Léo : « Quel problème ? »

Max : « Que font ces vertèbres en ficelle sur les tranches de mite du verre de lait ? »

Le chevalier : « 🙂 Max, si tu n’étais pas mon petitours je t’adopterais 🙂 C’est sûr que c’est un problème : que font des vertèbres en ficelle sur les tranches de mite du verre de lait 🙂 »

Max : « Je suis scientifique moi ! J’observe et je tire un problème de mon observation puisque je suis un esprit curieux 🙂 »

Le chevalier : « Je dirais plutôt que tu as un curieux esprit. »

Max : « Tu dis ce que tu veux mon bonome 🙂 »

Samuel : « Tu es rigolo cousin Max 🙂 »

Max : « Je sais. Mais j’ai toujours pas ma réponse… »

Le chevalier : « C’est une pelote de régurgitation. Vu les zoisos présents ici je dirais qu’elle vient d’un goéland ou d’un grand cormoran. »

Léo : « Les Laridés et les Phalacrocoracidés régurgitent eux-aussi ? »

Le chevalier : « Oui Léo. Énormément d’oiseaux régurgitent ce qu’ils n’ont pas digérés. »

Max : « On a déjà vu des pelotes faites de morceaux d’écrevisses ! Tu m’avais dit que c’était un Ardéidé ou peut-être une cigogne ! Je me souviens bien. Elle doit être dans ma collection ! »

Le chevalier : « Tu veux vraiment que nous parlions de ta ‘collection’ ? »

Max : « Je l’aime bien moi ma collection même si tu dis que c’est un foutoir sur une étagère. Je l’ai un peu rangée et elle me rappelle des souvenirs alors tu critiques pas ma collection s’il te plaît bonome. »

Le chevalier : « D’accord mon petitours. »

Max : « Je peux vraiment pas faire l’escalade ? »

L’Îlot du Verdelet
Les parois de l’Îlot
Les parois de l’Îlot

Léo : « Tu déranges pas les zoisos Max. »

Max : « Pfff… Comme si un petitours dérangeait les zoisos… Ils s’en fichent de moi les zoisos. »

Samuel : « Sauf si ils te prennent pour leur déjeuner. Je voudrais pas perdre un cousin moi. Ça me perturberait. »

Max : « Je veux pas te perturber petit Sam. Je fais pas l’escalade. »

Samuel : « Merci cousin Max. »

Max : « Bonome, fais une foto de la flaque gelée s’il te plaît. »

Le chevalier : « Je ne veux pas te perturber Maxou 🙂 »

Une flaque gelée

Max : « C’est pas tous les jours qu’on voit de l’eau de mer gelée. »

Léo : « Pendant ce séjour, si 🙂 »

Max : « Tu as encore raison mon Léo. »

Samuel : « J’aime bien voir les goélands planer comme ça… »

Goéland argenté (Larus argentatus, Laridés)

Goéland argenté (Larus argentatus, Laridés)

Samuel : « Pas un seul coup d’ailes pendant des minutes entières. Juste un petit mouvement des rémiges de temps en temps et ils restent immobile dans le vent… »

Léo : « Et d’un coup, gros virage sur l’aile ! »

Max : « Vous allez larider longtemps ? »

Léo : « Je les observerais bien pendant des heures sans me lasser 🙂 »

Samuel : « Moi aussi. »

Max : « D’accord:) Laridons un peu alors. »

Des goélands

Goélands argentés (Larus argentatus, Laridés)

Goélands argentés (Larus argentatus, Laridés)
Goélands argentés (Larus argentatus, Laridés)

Yann : « Vous avez vu comment il s’est posé ? »

Léo : « Il s’est mis face au vent et il s’est posé tout doucement 🙂 »

Samuel : « Atterrissage en douceur 🙂 »

Goélands argentés (Larus argentatus, Laridés)

Goélands argentés (Larus argentatus, Laridés)

Max : « Lui aussi 🙂 Si on continue on va faire le torticolis. Bonome, on a tout vu ici ? »

Le chevalier : « Nous avons vu la trondhjémite, un faucon pèlerin, une pelote de régurgitation et nos zoisos-gardiens… »

Léo : « Et des goélands ! »

Max : « Ça veut dire qu’on a vu tout ce qu’il fallait voir. On retourne sur le continent par la tombola ? »

Le chevalier : « La tombola qui nous a permis de voir des vertèbres en ficelle sur les tranches de mites du verre de lait ? »

Max : « Voilà ! C’est exactement ça ! »

Samuel : « Ben moi je préfère le tombolo qui nous a permis de voir les vertèbres amphicoeles sur les trondhjémites du Verdelet. »

Max : « Toi tu es trop sérieux. »

Samuel : « Je retiens mieux comme ça. »

Max : « Et moi je retiens mieux mes erreurs. Je me souviens de ma bêtise et après je corrige avec les vrais mots. »

Léo : « Les deux méthodes se défendent. Ce qui compte c’est l’adaptation à la personne. Max, ta méthode fonctionne chez toi alors il faut continuer. En plus c’est rigolo. Petit Sam, tu t’en fiches que Max dise que tu es trop sérieux. Tu mémorises comme tu veux. »

Samuel : « Je sais cousin Léo et je sais que cousin Max aime bien polissonner. »

Max : « C’est bizarre de se dire que ça, c’est la partie profonde d’en dessous d’un peut-être volcan. »

L’Îlot du Verdelet

Léo : « Pas trop profonde quand même. »

Samuel : « Ça me plaît bien ça en géologie de voir les profondeurs depuis la surface 🙂 »

Léo : « Bonome, regarde la trondhjémite ! »

Encore la microtrondhjémite

Max : « Les feldspaths sont roses ! Comment ça se fait ça ? »

Léo : « Il me semble que les feldspaths sont roses quand ils contiennent de l’oxyde de fer. »

Le chevalier : « Oui Léo. »

Max : « C’est d’origine ou c’est l’altération qui est à l’origine de l’enrichissement en fer ? »

Le chevalier : « Bonne question 🙂 C’est le premier échantillon de ce type que nous voyons. A mon avis c’est le résultat de l’altération. »

Max : « D’accord. Et la Pointe ? C’est pareil que l’îlot ? »

La Pointe de Pléneuf

Le chevalier : « Oui Max. »

Le tombolo

Yann : « C’est étrange les tombolos… Dire que ce sont les vagues et les courants qui les forment… »

Samuel : « Tout ça de cailloux bien alignés. »

Max : « C’est comme ça la nature 🙂 Ben voilà ! On est revenus sur le continent:) »

L’Îlot du Verdelet

L’Îlot du Verdelet

Léo : « Bonome, je peux te poser une question ? »

Le chevalier : « Bien sûr Léo. »

Léo : « La trondhjémite est bien intrusive ? »

Le chevalier : « Oui Léo. »

Léo : « Elle s’est donc injectée dans un socle. C’est quoi le socle ? »

Samuel : « Ça c’est une bonne question cousin Léo. »

Léo : « Merci petit Sam. »

Le chevalier : « C’est une bonne question en effet. La trondhjémite s’est mise en place dans les formations cadomiennes de Port-Morvan et Lanvollon-Erquy. La formation de Port-Morvan est constituée de gneiss (ςγ5). La formation de Lanvollon-Erquy est ici représentée par des roches dioritiques à gabbroïques hypovolcaniques (μήθL). Il y a également la trondhjémite d’Hillion (Lγ5). »

Max : « Et juste pour rigoler, elle s’appelle comment la tranche de mite du verre de lait ? »

Le chevalier : « μLγ5 dans sa version microtrondhjémite. Lγ5 ailleurs et AμLγ5 quand elle a subi l’anatexie. »

Max : « D’accord 🙂 Yann, tu as bien écouté ? On te fait une interro en rentrant ! »

Yann : « Une interro ? »

Léo : « Pfff ! Même Maxou aurait une sale note ! Tu as retenu quelque chose à ces dénominations Maxou ? »

Max : « Rien du tout 🙂 »

Samuel : « Cousin Yann, cousin Max plaisantait. Il y aura pas d’interro. On fait une soirée fotos. »

Le chevalier : « Oui Yann. Pas d’interro 🙂 »

Yann : « Ouf alors ! »

Le chevalier : « On rentre ? »

Max : « Déjà ? On fait que le Verdelet aujourd’hui ? »

Le chevalier : « Oui. Je suis un peu fatigué. »

Léo : « On peut faire un petit résumé avant de partir ? »

Max : « Les petits résumés c’est la spécialité de notre petit Sam. »

Léo : « Tu veux bien petit Sam ? »

Samuel : « Je veux bien essayer. D’abord il y a un socle cadomien constitué des gneiss de Port-Morvan injecté de la trondhjémite d’Hillion. Mais je sais pas de quand ça date sauf que c’est cadomien. »

Le chevalier : « Les gneiss de Port-Morvan ont été datés de 750 Ma et la trondhémite d’Hillions de 635 Ma environ. »

Samuel : « Merci bonome 🙂 Dans ce socle il y a eu une nouvelle injection de roche granodioritique ou tonalitique qu’on appelle trondhjémite. C’est celle du Verdelet. Cette nouvelle injection date de la fin du Protérozoïque ou du tout début du Cambrien et elle indiquerait une autre subduction. »

Max : « Il a bon bonome ? »

Le chevalier : « Je n’aurais pas fait mieux 🙂 »

Yann : « Petit cousin tu m’impressionnes 🙂 »

Max : « C’est parce qu’il révise en dormant. On peut pas dormir mais grâce à lui on comprend tout. Bon, Léo, as-tu d’autres questions ? »

Léo : « Oui. Il y aura des gratouillis pendant la soirée fotos ? »

Le chevalier : « Oui Léo. »

Léo : « Alors on peut rentrer 🙂 »

Continuer la promenade

2 réflexions au sujet de « 206 – L’Îlot du Verdelet »

  1. Bonjour Arthur 🙂
    On savait que ça te plairait la tombola qui a permis de voir les vertèbres en ficelle sur les tranches de mites du verre de lait 🙂
    C’est vrai que c’est un peu compliqué la géologie compliquée du Pays de Penthièvre. On comprend pas tout. Mais c’est passionnant.
    Nous te serrons chaleureusement la patte et gratouillis à Brindille.
    La Super Team 🙂

  2. Hello les petizours !
    Léo avait raison ! C’est compliqué oulala la tombola qui vous a permis de voir des vertèbres en ficelle sur les tranches de mites du verre de lait ! On est des béotiens, nous, donc c’est encore plus compliqué pour nous mais c’est fascinant de découvrir tout ce que la nature peut faire en géologie !
    En tous cas, on adore la façon de Max de mémoriser les infos 😀
    Et on a découvert avec intérêt les régurgitations des Laridés !
    Merci pour ce nouvel article intéressant !
    Gratouillis et serrage de pattes à la Super Team 🙂
    Arthur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.