196.1 – L’arrivée au Cap Fréhel

Dans la cabane. Le chevalier se rend dans la cuisine et voit Léo et Yann à la fenêtre…

Le chevalier : « Bonjour Léo. Bonjour Yann Déjà prêts ? Je vois que vous avez vos sacs sur le dos 🙂 »

Léo : « Bonjour bonome 🙂 Oui, j’ai hâte d’y aller 🙂 »

Yann : « Bonjour chevalier. Léo est tellement impatient que ça m’a contaminé. Moi aussi j’ai hâte d’y être 🙂 »

Max arrive…

Max : « ‘Jour… »

Léo : « Bonjour Maxou ! Tu es pas encore prêt ? »

Max : « Mmmm… Pas bu mon chocolat moi. Faut pas me parler si j’ai pas bu mon chocolat… »

Le chevalier (à Léo) : « Petit Sam n’est pas prêt lui ? »

Léo : « Il arrive. »

Samuel : « Bonjour bonome ! Bonjour cousin Max ! »

Max : « ‘Jour… »

Léo : « Maxou, tu vas avaler ton chocolat un jour ? »

Max : « L’est trop chaud… »

Léo : « Ben souffle dessus ! »

Samuel : « Cousin Max est pas bien réveillé 🙂 »

Léo : « Pfff ! Avec un empoté comme ça on va jamais partir ! »

Le chevalier : « Tu m’as l’air bien pressé d’aller inspecter mon Léo. »

Léo : « Bonome, je suis pas idiot moi. J’ai bien compris notre itinéraire depuis notre arrivée ! Nous avons avancé vers le Cap Fréhel et c’est aujourd’hui qu’on y arrive ! Allez ! On y va ! »

Max : « Pas fini mon chocolat… »

Léo : « Il m’embête avec son chocolat lui ! MAX, TU AVALES TON CHOCOLAT, TA TASSE ET LA CUILLÈRE AUSSI ET TU SAUTES DANS TES CHAUSSETTES ! »

Samuel : « C’est plutôt le style de cousin Max ça 🙂 »

Max : « J’ai pas des chaussettes. Je peux pas sauter dans mes chaussettes si j’ai pas des chaussettes. »

Léo : « Tu m’énerves ! TU M’ÉNERVES ! »

Samuel (au chevalier) : « Bonome, tu montres la carte en attendant cousin Max ? »

Le chevalier : « Si tu veux mon petit Sam. Où est-elle ? … Là. »

Vue aérienne du Cap Fréhel (source : Géoportail)

Samuel : « On va longer toute la côte ? »

Le chevalier : « Non mon petitours. Aujourd’hui nous ne longerons que la partie ouest, le Cap… »

Léo : « On ira à la Fauconnière ? »

Le chevalier : « Oui Léo. »

Léo : « Chouette alors ! »

Samuel : « C’est quoi la Fauconnière ? »

Léo : « C’est l’endroit où il faut aller ! On va y rester longtemps bonome ? »

Le chevalier : « Oui Léo 🙂 »

Samuel : « Ça me dit pas ce que c’est ! »

Léo : « Tu verras petit Sam. Je sais déjà que ça va te plaire 🙂 »

Yann : « Pourquoi il y a deux couleurs ? »

Samuel : « Il doit y avoir deux types de végétations. »

Le chevalier : « C’est ça. Il y a la lande rase et la lande haute. »

Léo : « C’est normal que les bandes suivent la direction des filons de dolérite ? »

Le chevalier : « Oui Léo. »

Samuel : « Si le sous-sol est pas le même le sol sera pas pareil et il y a pas la même végétation. »

Yann : « On va faire la botanique aujourd’hui ? »

Léo : « Je préférerais faire la zoisologie ! »

Le chevalier : « Moi aussi 🙂 »

Samuel : « Où vas-tu cousin Max ? »

Max : « Je vais me préparer. »

Léo : « Tu as enfin terminé ton chocolat ? »

Max : « Oui mais je vais en boire un autre quand je serai prêt. »

Samuel : « Cousin Léo, tu veux pas me dire ce que c’est la Fauconnière ? »

Léo : « Bonome, tu peux zoomer la carte ? »

Le chevalier : « Je peux. »

Vue aérienne du Cap Fréhel (source : Géoportail)

Le chevalier : « Voici le Cap. En bas il y le phare actuel. »

Léo : « La Fauconnière est à droite. Ce sont les rochers isolés juste au bord de la falaise. Si je dis pas des erreurs, ils sont totalement séparés de la falaise. Il peut pas y avoir des prédateurs alors les zoisos s’y installent pour nidifier. »

Yann : « Il y a qui comme zoisos ? »

Léo : « Des zoisos marins 🙂 Mais j’en dis pas plus pour le moment. J’y suis jamais allé en vrai et je sais pas si ils seront là. Tu peux encore zoomer ? »

Le chevalier : « Oui Léo. »

Vue aérienne du Cap Fréhel – La Fauconnière (source : Géoportail)

Samuel : « Je vois les rochers dont tu parles cousin Léo. »

Yann : « Il y a une construction ! Qu’est ce que c’est ? »

Le chevalier : « Il y a quelques années c’était un restaurent. Il a été détruit et maintenant c’est un observatoire. »

Max : « Je suppose qu’on va y aller. »

Léo : « Tu es enfin prêt ! »

Max : « Un autre chocolat et on peut démarrer ! … Voilà ! »

Léo : « Alors en route ! »

Après la chevauchée…

Léo : « Tu t’arrêtes aussi loin du Cap ? »

Le chevalier : « Oui. J’ai envie de cavaler partout 🙂 »

Yann : « C’est très beau ici. »

En route vers le Cap !

Samuel : « C’est un filon de dolérite qu’on voit en bas de la falaise ? »

Le chevalier : « Ce serait cohérent avec la couleur. Je ne vois pas bien d’ici. Avançons encore. »

Max : « On cavale comme ça sans faire la botanique ? »

Léo : « C’est ce qui a été décidé tout à l’heure Maxou. »

Max : « Quand ça ? »

Léo : « Pendant que tu mettais des heures à te préparer ! »

Max : « J’ai même pas mis des heures ! »

Le chevalier : « Pardonnez-moi de vous interrompre. D’ici nous voyons mieux. »

Un filon de dolérite

Samuel : « Ça doit être la dolérite. Je vois pas ce que ça pourrait être d’autre. »

Max : « On pourrait descendre voir. »

Léo : « Tu es fou dans ta tête toi ! Tu as vu comme c’est pentu ! Bonome pourrait tomber ! »

Max : « Vu comme il est maladroit ce serait pas étonnant. D’accord. On descend pas. »

Léo : « On avance ! Allez Megapus ! Au trot ! »

Samuel : « Elles sont impressionnantes ces falaises. »

La falaise en grès de Fréhel

Détail
La glace. C’était lors de notre premier séjour pendant lequel il faisait tout froid.

Max : « Ce sont les grès de Fréhel ? »

Le chevalier : « Oui Maxou. »

Léo : « On connaît ! Et la différence de couleur montre des différences dans la finesse des dépôts. C’est à cause des variations de niveau de la mer. On sait tout ça ! »

Yann : « Léo est vraiment pressé d’arriver au Cap 🙂 »

Léo : « J’ai envie de savoir qui est là comme zoisos ! »

Samuel : « Patience cousin Léo ! »

Yann : « Oh ! Regardez la falaise ! Elle est coupée nette ! »

La falaise

La falaise coupée net

Max : « Tu peux expliquer ça bonome ? »

Le chevalier : « Mmmm… Faille ? Filon érodé ? »

Léo : « Tu sais pas ? »

Le chevalier : « Non. Et puis le chemin est un peu sinueux. Je ne me rends pas bien compte de l’orientation là. Je sais qu’un peu plus à l’est il y a une faille presque N-S. Il ne serait pas surprenant qu’elles soient plusieurs et parallèles… »

Léo : « On s’en fiche ! »

Max : « Comment il est lui ! »

Yann : « Sois patient Léo. Regarde, le Cap approche. »

Vers le Cap
Les petizours

Samuel : « En toute rigueur c’est pas le Cap qui approche mais nous qui nous approchons du Cap 🙂 »

Léo : « On approche pas très vite… »

Samuel : « 🙂 Cousin Léo, si les zoisos que tu espères voir sont bien là, ils seront pas partis quand nous arriverons. »

Léo : « J’aimerais qu’on ait bien le temps de les observer. »

Samuel : « Qu’est ce que tu regardes cousin Max ? »

Max : « Ce qu’on a déjà parcouru comme chemin… »

Le chemin parcouru

Max : « On a fait tout ça ? »

Le chevalier : « Oui Maxou. Au fond c’est la Falaise des Hôpitaux. Avec les jumelles nous verrions l’îlot Saint-Michel. »

Max : « Le Mont Saint-Michel des petizours 🙂 »

Yann : « J’ai bien aimé la chapelle et la promenade. »

Samuel : « Moi j’ai bien aimé toutes nos sorties pour le moment. »

Max : « Nous arrivons aux phares. Pourquoi il y en a deux ? »

Le chevalier : « Il y a l’ancien et l’actuel qui est en réalité le troisième. »

Samuel : « Tu nous racontes s’il te plaît. »

Le chevalier : « Le Cap Fréhel est la plus grande avancée de terre entre les baies de Saint-Brieuc à l’ouest et de Saint-Malo à l’est. Ce secteur est difficile à naviguer en raison des vents et des courants. C’est Vauban qui a décidé la construction du premier phare en 1694 il me semble. Mais c’est l’ingénieur Siméon Garangeau qui en établira les plan en s’inspirant de ceux du phare du Stiff. »

Samuel : « C’est quoi le phare du Stiff ? »

Le chevalier : « C’est un phare de l’Île d’Ouessant. »

Max : « J’aimerais bien aller sur une île moi. »

Le chevalier : « Peut-être un jour 🙂 Revenons à nos phares. Le premier allumage eut lieu en 1702. Jusqu’en 1717 il n’était allumé que l’hiver. Ce premier phare se dégrada petit à petit si bien que la construction d’un nouvel édifice sera décidé en 1840. Je passe un peu ses péripéties. Pendant la seconde guerre mondiale il a été occupé par les allemands qui s’en servirent comme point d’observation. A leur départ ils le dynamitèrent. »

Max : « Boum ! Plus de phare ! »

Le chevalier : « Jusqu’en 1950 ! »

Max : « Plus de phare du tout ? »

Le chevalier : « Un feu était installé sur l’ancienne tour Vauban. »

Samuel : « C’est quand même mieux un vrai phare. »

Le chevalier : « C’est pour cela que le troisième phare fût construit. »

Léo : « Ça y est ! On a passé les phares ! On est vraiment au Cap maintenant ! Rholala ! »

Le chemin

Yann : « C’est encore un phare là-bas ? »

Le chevalier : « Non Yann. C’est la tour qui porte la corne de brume. »

Max : « La corne de brume c’est pour quand il y a tellement de brouillard que la lumière du phare est même pas visible. »

Samuel : « Si un bateau entend la corne de brume c’est qu’il arrive près de la côte. »

Yann : « C’est bôôô ! »

La falaise

Samuel : « Oui mais ce sont de hautes falaises ! Bonome, tu fais attention ! »

Le chevalier : « Oui mon petitours. »

Max : « Elles font quelle hauteur ? »

Le chevalier : « Une soixantaine de mètres… »

Max : « Là, on dirait des gradins ! C’est pour qu’on s’installe pour regarder les zoisos ? »

Les gradins 🙂

Le chevalier : « Les grès sont fortement diaclasés et il se trouve que les diaclases sont perpendiculaires aux strates. Du coup, les grès se débitent en cubes. »

Léo : « Rhooo ! »

Samuel : « Qu’est ce que tu as vu cousin Léo ! »

Léo : « Là ! Des cormorans ! Ce sont des cormorans huppés ! Rholala ! »

Cormorans huppés (Phalacrocorax aristoletis, Phalacrocoracidés)

Léo : « ILS FONT DES ŒUFS ! FOTOE BONOME ! FOTOE ! Rholala ! La première fois qu’on voit des cormorans huppés et ils sont en train de faire des œufs ! »

Cormorans huppés (Phalacrocorax aristoletis, Phalacrocoracidés)

Cormorans huppés (Phalacrocorax aristoletis, Phalacrocoracidés)

Cormorans huppés (Phalacrocorax aristoletis, Phalacrocoracidés)

Cormorans huppés (Phalacrocorax aristoletis, Phalacrocoracidés)

Cormorans huppés (Phalacrocorax aristoletis, Phalacrocoracidés)

Cormorans huppés (Phalacrocorax aristoletis, Phalacrocoracidés)

Max : « Là, je comprends ton enthousiasme mon Léo 🙂 »

Yann : « Vous aviez jamais vu des cormorans huppés ? »

Léo : « Ben non ! Nous on connaît bien les grands cormorans mais pas les huppés ! Les huppés sont seulement sur les falaises en bord de mer ! Et même pas partout ! Bonome, tu veux bien me donner le beau livre de zoisos de Max s’il te plaît ? »

Max : « Attends ! On descend avant ! »

Le chevalier : « Tiens Léo. »

Léo : « Merci bonome. Alors… Regarde Yann. Là c’est le grand cormoran et là le cormoran huppé. »

Yann et Léo

Les petizours qui étudient.

Léo : « Il y a environ 78 000 couples de huppés dans le monde et ils sont tous en Europe. Il me semble que la Bretagne en accueille environ 600 couples dont près de 400 ici. »

Max : « On a pas vu de nid ! Ils font des œufs mais ils ont pas de nids ! »

Léo : « Il doit y en avoir quelque part. A la Fauconnière il y en a sûrement. Ils font les œufs puis ils construisent le nid. Rholala ! Des cormorans huppés ! Allez, on y retourne ! »

Le chevalier : « Vous grimpez ? »

Max : « On va pas avancer à pattes ! Allez les cousins ! »

Léo : « Tu veux pas nous porter plutôt ? »

Le chevalier : « Si vous voulez 🙂 Binômes ? »

Léo : « Yann, tu veux venir avec moi ? »

Yann : « Volontiers ! »

Max : « Et donc petit Sam avec moi 🙂 »

Le chevalier : « En route vers la corne de brume…

La tour de la corne de brume

Yann : « J’aime beaucoup ces pinacles. »

Les grès

Max : « La beauté dans les yeux 🙂 »

Yann : « Je vais finir par te croire Maxou 🙂 »

La tour de la corne de brume
Les phares
Les grès
C’est vertigineux !

Samuel : « C’est vertigineux… Fais attention bonome s’il te plaît. »

Le chevalier : « Vous aussi. Restez bien dans la poche. »

Max : « On sort juste la tête. »

Le chevalier : « Et évitez de vous agiter. »

Léo : « Oui bonome. On est sages. »

Max : « C’est rigolo de voir des goélands argentés par au-dessus 🙂 »

Des goélands argentés (Larus argentatus, Laridés)

Léo : « C’est pas tous les jours que ça arrive 🙂 »

Samuel : « Et eux ? Qu’est ce qu’ils font ? »

Une prise de bec

Une prise de bec

Une prise de bec

Une prise de bec

Max : « On dirait une prise de bec 🙂 »

Léo : « Ils font la bagarre ! »

Une prise de bec

Une prise de bec

Une prise de bec

Une prise de bec

Une prise de bec

Une prise de bec

Une prise de bec

Une prise de bec

Yann : « Pourquoi ils se prennent le bec comme ça ? »

Léo : « Conflit territorial ? Il me semble que les nids sont un peu serrés. Et puis chez les goélands, les nids les plus hauts sont les plus appréciés. Ils se battent peut-être pour avoir la meilleure place. »

Max : « Ou alors ce sont des mâles qui se battent pour une femelle. On est en période de nidification là. »

Samuel : « Peut-être que l’un des deux mâles a dragué le femelle de l’autre… »

Max : « Dites les goélands, ça suffit maintenant la bagarre ! »

Yann : « Les deux autres ont l’air atterré… »

Goélands argentés (Larus argentatus, Laridés)

Le chevalier : « Avançons… »

La tour de la corne de brume

Le chevalier : « Ça vous dirait que je m’installe là pour observer calmement ? »

Un petit promontoire

Max : « Là ? Juste au bord de la falaise ? »

Le chevalier : « Oui ? Prudemment et bien assis. »

Samuel : « Ça va pas s’écrouler ? »

Le chevalier : « Le chemin lui même peut s’écrouler… »

Léo : « Si tu fais pas de mouvements brusques je suis d’accord. »

Le chevalier : « Oui Léo. Je n’ai pas envie de chuter moi. Alors… Là. Je suis bien installé. »

Samuel : « Oh ! Des huîtriers-pies ! »

Huîtriers-pies (Haematopus ostralegus, Haematopodidés)

Huîtriers-pies (Haematopus ostralegus, Haematopodidés)

Max : « Ils nichent ici ? »

Le chevalier : « Il y a quelques couples nicheurs mais ils ne sont pas très nombreux au Cap. »

Samuel : « Le fou de Bassan a l’air tout petit ici… »

Fou de Bassan (Morus bassanus, Sulidés)

Le chevalier : « Eux ne nichent pas dans le secteur. Ils se regroupent aux Sept-îles. Il y a des milliers de couples sur ces îles. »

Samuel : « On a déjà vu des documentaires. Les nids sont tout serrés. Parfois il y presque 180 nids pour 100m2

Léo : « Rholala ! Bonome ! LÀ ! LÀ ! LES RATE PAS S’IL TE PLAÎT ! »

Le chevalier : « Bien vu Léo 🙂 »

Un dauphin 🙂

Un dauphin 🙂

Max : « Des dauphins ! »

Samuel : « La chaaaance ! »

Yann : « Léo, je comprends que tu avais hâte ! »

Max : « Tu savais qu’on pouvait voir des dauphins ? »

Léo : « On peut jamais savoir si ils seront là mais ça arrive. Rholala ! »

Max : « Je crois qu’il va me plaire ce Cap 🙂 »

Yann : « Il y a encore un fou de Bassan. »

Fou de Bassan (Morus bassanus, Sulidés)

Fou de Bassan (Morus bassanus, Sulidés)

Fou de Bassan (Morus bassanus, Sulidés)

Fou de Bassan (Morus bassanus, Sulidés)

Max : « Et là ? C’est qui lui ? »

Léo : « Où ça ? Ah oui ! Rhooo ! »

Pingouin torda (Alca torda, Alcidés)

Max : « Tu connais Léo ? »

Léo : « Ben oui ! C’est un pingouin torda Maxou ! »

Max : « C’est un pingouin torda ? Le petit pingouin ? »

Léo : « Ouiii 🙂 »

Max : « Bonome, tu peux le zoomer plus ? »

Le chevalier : « Avec le gros zoom. Mais la foto ne sera pas très belle. »

Max : « On s’en fiche ! C’est un pingouin torda bonome ! »

Pingouin torda (Alca torda, Alcidés)

Samuel : « Rholalaaa ! »

Yann : « C’est rare le pingouin torda ? »

Léo : « C’est le plus rare des zoisos marins nicheurs de France avec la sterne de Dougall. Il y a à peine une cinquantaine de couples nicheurs en Bretagne. J’espère qu’on verra leurs nids mais c’est pas sûr. Ils aiment bien les fissures ou les amoncellements blocs rocheux dans lesquels ils cachent les nids. Du coup, ils sont pas faciles à voir et leur reproduction est pas bien connue. Après la nidification, ils se dispersent tout du long de la côte Atlantique voire en Méditerranée. »

Max : « Je vois que tu as bien étudié les zoisos du Cap Léonou. »

Léo : « Maxou, on est dans un haut lieu de l’ornithologie française. Je voulais m’y préparer un peu 🙂 »

Samuel : « Un cormoran huppé se prépare à décoller. »

Cormoran huppé (Phalacrocorax aristoletis, Phalacrocoracidés)

Cormoran huppé (Phalacrocorax aristoletis, Phalacrocoracidés)

Max : « Ça c’est comme le grand cormoran. Il s’essore les ailes avant de prendre son élan. »

Yann : « Et lui ? C’est qui lui ? »

Guillemot de Troïl (Uria aalge, Alcidés)

Guillemot de Troïl (Uria aalge, Alcidés)

Léo : « Un guillemot de Troïl ! C’est un guillemot ! »

Yann : « Il est rare lui ? »

Léo : « Je sais pas trop la population mondiale. En Bretagne il doit y avoir environ trois cents couples dont une bonne partie ici. Il faudra trouver leur corniche. Ils font pas de nids les guillemots de Troïl. La femelle pond son œuf unique directement sur la roche. La forme de l’oeuf fait que si il roule, il tourne en rond. C’est rare qu’il tombe du coup. »

Yann : « Tu connais tous les zoisos du Cap Léo ? »

Léo : « Je sais pas… Il faut voir. Vous vous rendez pas compte de la chance qu’on a d’être ici. »

Samuel : « Je commence à comprendre. Je suppose qu’on va avoir d’autres surprises. »

Léo : « Je peux pas l’affirmer. Mais j’aimerais bien. »

Max : « Encore un fou de Bassan. »

Fou de Bassan (Morus bassanus, Sulidés)

Yann : « Et là un guillemot… »

Guillemot de Troïl (Uria aalge, Alcidés)

Guillemot de Troïl (Uria aalge, Alcidés)

Léo : « C’est vraiment un beau zoiso. Et c’est un super ploufeur ! Il peut ploufer à près de 100 mètres de profondeur pour attraper ses proies. »

Samuel : « 100 mètres ! »

Léo : « Oui oui 🙂 Tu imagines ? »

Yann : « C’est impressionnant ! »

Max : « Vous avez vu passer les zoisos noirs ? »

Léo : « Oui. Ce sont des guillemots ou des pingouins tordas. Ils doivent être sur les corniches en dessous de nous et ils vont pêcher. »

Samuel : « Bonome, tu penses que tu peux réussir à les fotoer au passage. »

Le chevalier : « Je veux bien essayer. Mais je ne les vois pas décoller et ils passent vraiment très vite. »

Max : « Pendant ce temps on surveille partout nous. »

Le chevalier : « Raté ! »

Léo : « Vous voyez quelque chose vous ? »

Samuel : « Rien de spécial… »

Yann : « Pas mieux. »

Le chevalier : « Zutalor ! Encore raté ! »

Max : « Ils passent trop vite ? »

Le chevalier : « Le temps de les voir et de zommer… Pfff ! »

Samuel : « On a le temps bonome. »

Le chevalier : « Là ! Peut-être… Voyons-ça… »

Guillemot de Troïl (Uria aalge, Alcidés)

Max : « Mouai… »

Léo : « Ce sont des guillemots. »

Yann : « Ils volent les pingouins ? »

Léo : « Oui Yann. Les pingouins volent tous. Ce sont les manchots qui volent pas. Mais dans l’hémisphère nord il y a que des pingouins. Les manchots c’est dans l’hémisphère sud. »

Samuel : « Les guillemots volent plutôt bien. »

Le chevalier : « Je confirme. Ils sont même très rapides. »

Yann : « Regardez ! Il y en a beaucoup là ! »

Guillemot de Troïl (Uria aalge, Alcidés)

Guillemot de Troïl (Uria aalge, Alcidés)

Max : « Et on va en voir sur les corniches plus loin ? »

Léo : « Ben… On devrait. j’espère qu’ils seront pas trop loin. »

Le chevalier : « Je l’ai eu ! »

Guillemot de Troïl (Uria aalge, Alcidés)

Guillemot de Troïl (Uria aalge, Alcidés)

Max : « Là c’est mieux. »

Samuel : « Bravo bonome ! Bravo ! »

Le chevalier : « Je pense que je ne ferai pas mieux… »

Léo : « Il y a des tordas ! Là ! On dirait un couple ! »

Pingouin torda (Alca torda, Alcidés)

Max : « Il y en a pas que deux… »

Pingouin torda (Alca torda, Alcidés)

Pingouin torda (Alca torda, Alcidés)

Yann : « On dirait bien des couples. »

Léo : « Rholala ! Il y en a que quelques dizaines et on en voit deux ! Alors ? Il est pas bien le Cap Fréhel ? »

Max : « Si Léo 🙂 »

Léo : « Et encore, on est même pas à la Fauconnière ! »

Samuel : « Tu penses que ça va être encore mieux ? »

Léo : « Je peux pas l’affirmer mais le site est bien connu des ornithos. »

Max : « On y va ? »

Le chevalier : « Si vous voulez. Enfoncez-vous bien dans ma poche pendant que je me relève. »

Max : « Oui bonome. Je voudrais pas falaiser… »

Le chevalier : « Allons-y… »

Léo : « Il est quand même impressionnant ce chemin. »

La falaise

Le chevalier : « Mais très agréable 🙂 »

Léo : « Je confirme ! »

Fou de Bassan (Morus bassanus, Sulidés)

Continuer la promenade

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.