Le Reposoir

Max : « Bonjour à tous ! Soyez les bienvenus dans notre dernier bulletin d’informations de Charentmaritimie. »

Léo : « Bonjour 🙂 Ce bulletin est intégralement consacré aux zoisos de mer. »

Samuel : « Il faut dire que nous voyons pas souvent la mer quand nous venons ici. Nous allons sur l’Île Où On Va à Pieds à marée basse et la mer est tout là-bas. »

Max : « Et nous allons au Reposoir. »

Léo : « Je rappelle que Le Reposoir est la partie la plus tardivement immergée du Royaume des Sternes de Mer. »

Max : « Voilà à quoi ça ressemble. »

Le Reposoir quand la marée est déjà montée un peu.

Samuel : « Là, la marée est déjà un peu montée. On voit bien que seul Le Reposoir émerge. »

Léo : « Avant ça, il y a l’estran vaseux dans toute la baie. »

Max : « Évitez absolument de vous aventurer sur cet estran vaseux. Vous risqueriez de vous y enfoncer jusqu’à… Je sais pas. Mais c’est embêtant et ça peut être dangereux. Il faut pas y aller. »

Léo : « En plus c’est pas la peine. On voit les zoisos depuis le chemin-digue. »

Samuel : « Ça évite également de déranger les zoisos. »

Max : « Quels sont les zoisos présents ici nous demanderez-vous ! »

Léo : « Tu dis pas qu’on en a déjà parlé à plusieurs reprises et qu’il suffit aux lecteurs d’aller relire les articles ? »

Max : « J’aurais pu. J’aurais dû même 🙂 Mais j’ai envie de graver cet article. J’aime beaucoup Le Reposoir moi. »

Samuel : « Moi aussi 🙂 »

Léo : « Je précise que bonome y arrive toujours beaucoup trop tôt pour la marée de peur d’être en retard. »

Max : « Il fait ça tout le temps. On est toujours en avance 🙂 »

Léo : « Du coup bonome passe à la taverne mais après il est encore trop tôt et on va inspecter le Royaume des Cisticoles. On vous en parle pas parce qu’on y croise les mêmes zoisos que dans les marais. »

Samuel : « Passons donc aux zoisos de mer sur l’estran vaseux avant que la mer remonte. »

Max : « Il y a lui. »

Grand gravelot femelle adulte nuptiale (Charadrius hiaticulata, Charadriidés)

Léo : « Un grand gravelot adulte en plumage nuptial. »

Samuel : « Là il a le masque plus marron que noir. J’en déduis que c’est une femelle. »

Max : « Nous sommes donc en présence d’une femelle adulte nuptiale. »

Léo : « Il y a des mâles aussi comme sur la foto suivante. Le masque est bien sombre. »

Grand gravelot mâle adulte nuptial (Charadrius hiaticulata, Charadriidés)

Samuel : « Il y a eu des codes 50 chez les grands gravelots. On le sait parce qu’il y a des juvéniles. »

Grand gravelot juvénile (Charadrius hiaticulata, Charadriidés)

Grand gravelot juvénile (Charadrius hiaticulata, Charadriidés)

Grand gravelot juvénile (Charadrius hiaticulata, Charadriidés)

Grand gravelot juvénile (Charadrius hiaticulata, Charadriidés)

Max : « Il me semble me souvenir qu’il t’a chiffonné ce petit 🙂 »

Léo : « J’avais oublié le plumage du juvénile. J’espérais que ce fût une autre espèce… »

Max : « Ben non. C’est juste un juvénile de grand gravelot. »

Samuel : « C’est quand même pas tout le temps qu’on en voit 🙂 »

Léo : « Les grands gravelots il y en a des dizaines ici mais ils sont dispersés sur tout l’estran. On en voit quelques uns à la fois. »

Max : « Par contre, les bécasseaux variables sont souvent en grandes bandes. »

Bécasseaux variables (Calidris alpina, Scolopacidés)

Léo : « Nous pouvons pas vous dire combien il y en a au total. Probablement des milliers. Peut-être des dizaines de milliers… »

Samuel : « Le bécasseau variable, de son petit nom Calidris alpina, est facile à reconnaître en plumage nuptial. »

Bécasseaux variables (Calidris alpina, Scolopacidés)

Samuel : « Il est plutôt brun avec une grande tâche noire sous le ventre. »

Max : « On la voit mieux comme ça. »

Bécasseaux variables (Calidris alpina, Scolopacidés)

Léo : « Ce bécasseau a été fotoé sur l’Île Où On Va à Pieds mais comme on a pas fait d’article sur cette île on vous le montre maintenant. Sa bague a été posée aux Pays-Bas. On le sait parce que Maxou a publié la foto sur Faune 17 et un gentil monsieur nous a contacté parce qu’il avait vu le même baguage sur un autre bécasseau en Loire-Atlantique. Il nous a demandé si on connaissait le programme de baguage mais on savait pas. On a même pas eu le temps de chercher qu’il nous envoyait les références. »

Max : « J’ai écrit au responsable du programme mais il a pas encore répondu. Nous vous montrerons la fiche biographique de ce zoiso dès que nous l’aurons. »

Samuel : « Notez bien que le bécasseau variable a un bec plutôt long et légèrement courbé. »

Max : « Je sais pourquoi tu donnes cette précision petit Sam 🙂 C’est à cause des fotos suivantes… »

On est bien embêtés par ce bécasseau.

Léo : « Là, on est bien embêtés. Il y a évidemment un grand gravelot et trois bécasseaux variables. Mais les deux autres… »

Max : « Commençons par celui du milieu. Il est en plumage de transition. Je pense à la mue post-nuptiale. Son bec a l’air plutôt long et un peu courbé. Comme bécasseau à bec courbé il y a que le violet, le variable et le cocorli. »

Léo : « Tu oublies le falcinelle Maxou. »

Samuel : « Il y a aussi le bécasseau de Bonaparte, le semi-palmé et celui d’Alaska. »

Max : « D’accord… Mais sur la foto on voit qu’il fait la même taille que le bécasseau variable soit 17 à 21 cm. Il reste qui avec cette taille. »

Léo : « Attends ! Je regarde… Alors… Le cocorli est trop grand de toutes façons. Le falcinelle… 15-18 cm. J’ai pas dit le violet parce que le plumage colle pas du tout. Le Bonaparte 16-18… Semipalmé : 13-15 cm. Et celui d’Alaska c’est beaucoup trop improbable. »

Max : « Il reste qui alors ? »

Léo : « Falcinelle, Bonaparte et semipalmé. »

Samuel : « Le falcinelle ça colle pas. »

Max : « Le semipalmé peut être confondu avec le sanderling. »

Léo : « Le bec du sanderling est court et assez épais. »

Samuel : « Ben oui mais là on voit pas le bec… »

Max : « LE DOIGT POSTÉRIEUR ! LE SEMIPALMÉ À UN DOIGT POSTÉRIEUR ET ÇA LE DISTINGUE DU SANDERLING ! »

Léo : « Montre la foto… »

Bécasseaux variables (Calidris alpina, Scolopacidés)

Léo : « Mouai… Ça nous avance pas… »

Max : « C’est qui ce bécasseau ? »

Samuel : « Le plus probable reste le sanderling. On sait qu’il y en a ici. »

Max : « D’accord. Et l’autre ? »

Un autre bécasseau chiffonnant…

Léo : « Il a un sourcil blanc et fait la même taille que le variable juste derrière lui… »

Max : « Le bec est long et arqué… »

Léo : « Le lore est marron… Que dit ton beau livre de zoisos Maxou… »

Max : « Tiens, le voilà… On va quand même pas laisser un bécasseau non identifié ! »

Samuel : « Et si tu demandais au gentil monsieur de Faune 17. »

Max : « Oulala non ! Je lui ai encore envoyé un pigeon électronique il y a deux jours. »

Samuel : « Pour quoi ? »

Max : « La plume de l’an dernier. On avait dit une effraie mais je pense que c’est un moyen-duc. J’ai dit que c’était le dernier problème avant notre prochain séjour. Je veux plus l’embêter. »

Léo : « Écoutez ça ! ‘Calotte et scapulaires supérieures rousses chez les juv. les plus colorés’. Ça colle ça ! En plus il y a un sourcil blanc ! »

Max : « C’est qui ? »

Léo : « Bécasseau semipalmé. »

Max : « Montre ? Le bec est trop court… »

Léo : « C’est qui alors ? »

Max : « Un variable qui mue ? »

Léo : « Demande à monsieur Google… »

Max : « D’accord. Alors… Non… Non, non, non… Non… Non. Mais non ! Pfff ! »

Léo : « On trouve pas là. »

Samuel : « Non. »

Max : « On se fait ratatiner par un bécasseau ? »

Léo : « Je crois bien. »

Max : « En direct-différé… »

Léo : « Oui. »

Max : « Pour qui on va passer ? »

Léo : « Des ornithologues qui trouvent pas toujours qui c’est le zoiso. »

Samuel : « Le mieux est de passer à la suite. »

Max : « On va pas encore pas savoir ? »

Léo : « Je pense pas 🙂 »

Max : « Le courlis tu sais qui c’est ? »

Courlis cendré (Numenius arquata, Scolopacidés)

Samuel : « C’est un cendré. Il a pas de sourcil blanc ni de raie sommitale blanche. »

Max : « Tu vois ça sur un courlis en vol toi ? »

Samuel : « Ouiiii 🙂 »

Léo : « Petit Sam voit tout 🙂 »

Samuel : « Je vois pas tout et je retiens pas tout. Mais je sais distinguer un courlis cendré d’un courlis corlieu en vol. »

Max : « Ben t’es fort 🙂 »

Léo : « Bon, si on passait aux Laridés ? »

Max : « Laridons Léo, laridons 🙂 »

Mouettes mélanocéphales (Larus melanocephalus, Laridés)

Léo : « Bon ben ça ce sont des mouettes mélanocéphales. »

Samuel : « Cousin Léo, tu as vu les goélands ? »

Des goélands du genre Larus 🙂

Léo : « Oulala ! Alors… Il y a des tout petits 🙂 Le tout gris est vraiment tout jeune. Si je dis pas des erreurs il y a des leucophées et un argenté. »

Samuel : « Et le tout petit ? »

Léo : « Comme il est juste à côté de l’argenté je dirais que c’est un tout jeune argenté. »

Max : « Là, il y a un marin parmi les mélanocéphales… »

Des Laridés

Samuel : « LÀ-BAS ! LÀ-BAS ! ILS S’ENVOLENT ! »

Un envol

Léo : « Il y a une barge à queue noire et… » 

Max : « Bécasseaux variables et sanderlings. »

Samuel : « Il y a même quelques tournepierres à colliers ! »

Des bécasseaux
Encore des bécasseaux

Max : « Les plus sombres sont les variables. »

Léo : « Les vraiment sombres sont ombrés par ceux du dessus 🙂 Oh ! Un autre goéland marin ! »

Goéland marin (Larus marinus, Laridés)

Goéland marin (Larus marinus, Laridés)

Max : « Oulala ! Il a pas l’air content 🙂 »

Goéland marin (Larus marinus, Laridés)

Goéland marin (Larus marinus, Laridés)

Samuel : « Ce serait pas là barge qu’on a vue en vol là ? »

Une barge (Limosa sp., Scolopacidés)

Léo : « Une barge en mue… »

Samuel : « Je voudrais pas vexer bonome mais avec une telle foto, il nous est impossible de savoir. »

Max : « Bonome va pas se vexer. »

Léo : « Encore des mélanocéphales… »

Mouettes mélanocéphales (Larus melanocephalus, Laridés)

Samuel : « Il y a un jeune il me semble. Là. »

Mouette mélanocéphale juvénile (Larus melanocephalus, Laridés)

Léo : « Exact ! Bien vu petit Sam ! »

Samuel : « Code 50 chez les mélanos ! »

Max : « C’est bien beau tout ça mais on a pas encore vu de sternes. C’est embêtant pour le Royaume des Sternes… »

Léo : « On va en trouver 🙂 »

Samuel : « Une sterne naine ça compte ? »

Max : « Bien sûr ! Quelle question ! »

Samuel : « Alors il y en a une là. »

Sterne naine (Sternula albifrons, Laridés)

Léo : « Et une pierregarin là-bas. C’est un adulte ! »

Sterne pierregarin (Sterna hirundo, Laridés)

Max : « Là, il y a un juvénile presque grand. »

Sterne pierregarin juvénile (Sterna hirundo, Laridés)

Léo : « Ben voilà ! On a vu des sternes. »

Max : « Il y a pas de caugek ? »

Samuel : « Pas vu. »

Léo : « Moi non plus. »

Samuel : « Cousin Léo, regarde un peu les goélands là. »

Léo : « Où ça ? »

Samuel : « Juste là. Tu vois ? »

Léo : « Je vois 🙂 »

Deux goélands

Léo : « On dirait un leucophée et un argenté côte à côte. »

Samuel : « C’est bien ce que je me disais. »

Max : « Vous êtes sûrs ? »

Léo : « Regarde Maxou. »

Goéland argenté (Larus argentatus, Laridés) et goéland leucophée (Larus michaellis, Laridés)

Léo : « Le premier a les pattes rosées alors que le second les a jaunes. Et puis ils sont pas tout à fait de la même couleur. En plus, celui du fond, le leucophée, a bien un cercle orbitaire rouge. Pas celui du premier plan. »

Max : « Le leucophée a pas le bec plus crochu que celui de l’argenté et son angle du gonys est pas plus saillant normalement ? Là, le deux becs sont pareils. »

Samuel : « Le bec de celui de derrière a l’air plus fort. »

Léo : « Pfff… »

Samuel : « Cousin Léo, tu vas pas recommencer à déprimer à cause des Laridés ! Ça fait pas si longtemps que ça que les leucophées ont été érigés en espèce ! C’est bien que même les spécialistes sont pas tout à fait au point. »

Léo : « Ils ont même pas de points blancs sur la queue. Ils devraient en avoir ! Ce sont les taches blanches sur les pointes des primaires ! »

Max : « Léo, tu sais bien que ce qui est montré dans les livres se sont un peu les cas idéaux des plumages. Ils mettent jamais les plumages de transition ou les plumages aberrants. »

Samuel : « D’après les couleurs des pattes on est bien en présence d’un argenté et d’un leucophée. »

Max : « On garde cette foto comme référence. Ça pourra nous aider. Observons plutôt les bécasseaux… Là ce sont bien des sanderlings. »

Bécasseaux sanderlings (Calidris alba, Scolopacidés)

Samuel : « Pas très typiques… En cette saison ils devraient être nuptiaux. »

Max : « J’ai l’impression qu’ils commencent à muer. »

Léo : « Il y a une autre arrivée ! Ça commence 🙂 »

Une autre arrivée…

Max : « Variables, sanderlings et un tournepierre. »

Samuel : « Il a la tête toute noire ! Lui aussi est déjà en internuptial ? »

Max : « Ceux qu’on a vus sur l’Île étaient nuptiaux. »

Des zoisos
Des zoisos

Léo : « Il y a une sterne naine dans le lot. »

Max : « Il faudrait une foto des zoisos posés pour montrer à nos lecteurs ce que ça donne. »

Samuel : « Bonne idée cousin Max ! »

Des zoisos qui se reposent sur le reposoir.

Max : « Voilà ! C’est comme ça Le Reposoir. Il y a des tas de zoisos qui se reposent. »

Léo : « Il y a quelque chose que je comprends pas. Pourquoi s’installent-ils toujours près de l’eau ? Quand la marée monte ils doivent décoller et ils se posent quelques dizaines de centimètres plus loin. Après, ils doivent recommencer. »

Samuel : « Ils se sentent plus en sécurité au loin. »

Léo : « Même de ce côté-ci ils risqueraient rien. »

Max : « Il faut leur demander. Si on parlait le zoiso comme bonome… »

Des zoisos

Samuel : « Vous arrivez à compter les sternes ? »

Léo : « Environ 50 pierregarins et 70 naines. Mais elles arrêtent pas de bouger alors je peux pas être plus précis. »

Samuel : « C’est déjà bien 🙂 »

Une sterne pierregarin adulte et la tête d’une sterne naine à droite 🙂

Léo : « Il y a encore des sternes qui arrivent 🙂 »

Une arrivée de sternes
Une arrivée de sternes

Max : « Leur arrivée a dérangé un bécasseau variable… »

Un bécasseau variable dérangé par l’arrivée des sternes.

Léo : « Nouvelle arrivée de bécasseaux ! »

Des bécasseaux arrivent.

Samuel : « Tout ça de bécasseaux… »

Max : « Tous ceux de la baie vont venir se reposer ici. »

Léo : « Ils vont où après ? Quand la marée recouvre Le Reposoir ? »

Max : « Je suppose qu’ils vont dans les marais. A marée haute il y a toujours plus de zoisos de mer dans les Marais. Léo, je te rappelle qu’il y a des tas de marais derrière nous. Même qu’un jour on a vu arriver des dizaines de courlis au Marais d’Y. »

Léo : « Je sais bien tout ça. Mais on voit quand même pas tout ça de zoisos dans les marais. Et des sternes il y en a jamais ! Elles vont où les sternes ? Elles doivent bien aller quelque part ! »

Max : « Ah bah forcément 🙂 »

Samuel : « Il faudra enquêter. Moi j’admire le spectacle. »

Encore des bécasseaux
Toujours des bécasseaux
Ils se sont posés.

Léo : « Je suis sûr qu’un spécialiste verrait autre chose que des variables et des sanderlings. »

Max : « Tu crois ? »

Léo : « Tu te souviens pas qu’un fois on a découvert un bécasseau violet parmi les autres au 648ème visionnage des fotos ? »

Max : « Si 🙂 »

Samuel : « Encore des sternes ! Bravo les sternes ! Bravo ! »

Sterne pierregarin (à gauche) et sterne naine (à droite)

Max : « Oh ! Elles s’envolent ! Attendez les sternes ! Dites-nous où vous allez ! Hé ! »

Les sternes s’envolent.
Les sternes en vol encore.

Léo : « Elles vont peut-être au Royaume Secret 🙂 »

Max : « Pfff ! Bonome veut toujours pas nous dire où il est ce Royaume Secret. Je préfère même plus en parler. »

Léo : « 🙂 Elles sont pas toutes parties Maxou. Tu peux encore leur demander où elles vont. Vous voyez bien qu’elles restent juste au bord de l’eau. Dans quelques minutes elles vont devoir se déplacer. C’est pas très reposant ça. »

Des sternes

Samuel : « Cousin Léo, tu te poses trop de questions. Au Reposoir on profite du spectacle 🙂 »

Max : « Et on doit applaudir les zoisos comme toi ? »

Samuel : « Vous faites ce que vous voulez. Moi je les applaudis 🙂 »

Léo : « Enfin deux bécasseaux sanderlings qui ressemblent à des bécasseaux sanderlings 🙂 »

Bécasseaux sanderlings (Calidris alba, Scolopacidés)

Max : « Typiques ? Pas tant que ça… »

Samuel : « Moi je regarde les sternes. Là, il y a une jeune pierregarin avec son parent. »

Sternes pierregarins (Sterna hirundo, Laridés)

Samuel : « Et là, des tas de pierregarins avec des naines 🙂 »

Des sternes

Léo : « Bon ben cette fois elles ont l’air de partir vraiment pour aller on sait même pas où… »

Le chevalier : « Il est temps de rentrer alors. »

Max : « Déjà ! Mais on vient d’arriver ! »

Le chevalier : « Max… Quand nous sommes arrivés on ne voyait pas la mer. Maintenant elle recouvre presque tout le reposoir. Nous sommes là depuis au moins quatre heures. »

Max : « Quatre heures ça passe vite quand on zoisote ! »

Le chevalier : « Je n’ai pas compté le temps passé au Royaume des Cisticoles. »

Max : « Ça change rien au fait que le temps passe vite quand on zoisote 🙂 »

Le chevalier : « Il faut quand même rentrer. »

Léo : « On se poche ! »

Samuel : « Je pense que je vais bien dormir pendant la chevauchée. »

Léo : « Cette nuit je vais rêver du Reposoir. »

Max : « Et nous allons dormir en Laridie avec les chants des mouettes, des goélands, des sternes… »

Samuel : « Chouette alors ! »

Max : « Mouai… Bonome, je peux dormir avec toi ? »

Le chevalier : « Non Max. Votre lit est juste à côté du mien et les chants de Léo atteindront tes oreilles tout pareil que dans ton lit. Et puis je n’ai pas envie de te crabouiller pendant mon sommeil. Après tu aurais le rembourrage tout déplacé. »

Samuel : « Comme quand je te ratatine à la bagarre 🙂 »

Max : « J’ai la solution ! Petit Sam me ratatine à la bagarre. Mon rembourrage se déplace et toi tu me crabouilles la nuit et il se remet en place 🙂 »

Le chevalier : « 🙂 Tu dors dans ton lit et c’est tout. Ce n’est pas négociable. »

Max : « Pas négociable du tout ? »

Le chevalier : « Pas du tout. »

Max : « D’accord. Et demain j’aurai les yeux plein de sommeil à cause que j’aurais pas dormi. »

Le chevalier : « Oui. »

Max : « Et je serai ronchon. »

Le chevalier : « C’est probable. »

Max : « Tu vas m’énerver et je vais te crier dessus. »

Le chevalier : « Cela arrive. »

Max : « Et tu vas plus m’aimer et tu vas me rejeter. »

Le chevalier : « Pas possible. Je t’aime déjà pas. »

Max : « QUOI ? »

Le chevalier : « Ben oui. »

Max : « Je vais me jeter dans la mer ! »

Le chevalier : « Tu sais nager maintenant. »

Max : « Et les congres ? Tu as pensé aux congres ? Ils vont me dévorer. »

Le chevalier : « Aucun risque. Tu n’es pas comestible. Même les congres ne voudraient pas de toi. »

Samuel : « Dites les duettistes, vous êtes plutôt rigolos tous les deux mais je vous rappelle que nous sommes encore en direct-différé. Vous pourriez faire votre scène de ménage plus tard ? »

Léo : « On doit rentrer maintenant 🙂 »

Le chevalier : « 🙂 »

Max : « Il est donc temps de conclure nos bulletins d’informations en direct-différé depuis la Charentmaritimie ! »

Léo : « Ce fut un bien agréable séjour même si nous avons pas vu énormément de zoisos. »

Samuel : « 90 espèces seulement. »

Max : « Nous retiendrons en particulier la colonie de guêpiers d’Europe. »

Samuel : « Et les circaètes Jean-le-Blanc. »

Léo : « Ainsi que la découverte de l’Albien terminal. »

Max : « Voilà voilà… »

Samuel : « La prochaine fois nous serons en direct-différé depuis le Grand Étang et le Petit Royaume Sauvage pour vous dire ce qu’il s’y sera passé pendant le mois d’Août. »

Max : « Ce qu’il s’y est passé plutôt. »

Léo : « C’est pareil 🙂 »

Samuel : « A bientôt ! »

Continuer la promenade

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.