Les spatules blanches

Max : « Bonjour à tous ! »

Léo : « Nous sommes ravis de vous retrouver 🙂 »

Samuel : « Nous vous demandons d’excuser le rythme un peu lent de nos publications en cet été de l’an VII. Cela mérite une explication. Cousin Max, veux-tu bien expliquer à tes lecteurs pourquoi nous publions si peu ? »

Max : « Cela me semble nécessaire. Nous publions peu car nous travaillons beaucoup. Croyez pas qu’on reste les pattes croisées en attendant que le temps passe. C’est pas notre style. Je vous ai parlé d’un projet qui se nomme la Faune de Max. Il s’agirait de vous présenter tous les zanimos que nous avons croisés au cour de nos aventures. C’est à cela que nous travaillons. »

Léo : « C’est un travail énorme ! Il nous faut vérifier toutes les fotos de bonome ! Et puis il y a des tas de fotos de zanimos pas encore identifiés ! »

Max : « Nous vérifions tout foto par foto ! »

Samuel : « C’est passionnant 🙂 »

Max : « Oui 🙂 Mais quel travail ! Et puis par moment c’est déprimant aussi ! On, cherche, on cherche… Et on trouve pas qui c’est le zanimo ! »

Léo : « Et il y a les groupes d’espèces qui nous agacent. Prenons des exemples. Nous avons bien avancé dans les Lépidoptères. Les Hétérocères, c’est fait ! »

Max : « Oui, sauf les trois espèces que bonome a fotoées après que nous ayons terminé… »

Samuel : « Ça c’est un problème. Ce sera jamais fini puisque nous continuons à inspecter… »

Léo : « C’est vrai… Revenons à nos Lépidoptères. Nous avons des problèmes avec les Piéridés. Piérides du chou, du navet, de la rave… »

Max : « Et les Nymphalidés ! Le groupe procis, amaryllis et myrtil… Pfff !!! »

Léo : « Les Lycanidés aussi nous posent parfois problème… Et j’ose même pas parler des Orthoptères… »

Max : « J’en profite pour lancer un appel ! Si vous avez envie de nous aider… »

Léo : « Bien. Maintenant que nous avons expliqué tout ça nous pouvons revenir à notre article. »

Samuel : « Vous oubliez de dire que nous avions oublié de trier des fotos ! »

Max : « Ah oui ! En cherchant des fotos pour cet article et le suivant nous nous sommes rendus compte que nous avions pas du tout trié les fotos de l’été dernier en Charentmaritimie. Nous nous y sommes mis d’urgence. 1200 fotos à trier ! Pfff !!! »

Léo : « Vous imaginez pas le temps que ça prend… Bien, maintenant que nous avons expliqué, nous pouvons revenir à nos zoisos. »

Samuel : « Lors de notre précédent numéro nous vous avions parlé des Ardéidés. »

Léo : « De bien beaux zoisos 🙂 »

Max : « Oui et en mettant la truffe dans les fotos à trier nous avons découvert d’autres fotos d’Ardéidés… Nous les mettrons dans la galerie plus tard. »

Samuel : « Les Ardéidés sont cousins des Threskiornithidés. Vous vous souvenez ? Dans le grand groupe des Ciconiiformes s.l. »

Max : « Les Ciconiiformes s.l. ? C’est quoi ça . »

Samuel : « Sensu lato. Ça veut dire ‘au sens large’. »

Max : « Ah ouiiii 🙂 Il y a les Ciconiiformes s.s. et les Ciconiiformes s.l. 🙂 »

CICONIIFORMES s.l.

Pélécaniformes

Pélécanidés

Ardéidés

Threskiornithidés

Scopidés

Balaenicipidés

Ciconiiformes s.s.

Ciconiidés

Falconiformes

Falconidés

Charadriiformes

Charadriidés

Scolopacidés

Haematopodidés

Récurvirostridés

Burhinidés

Laridés

Stercorariidés

Alcidés

Extrait de la classification de Silbey-Alhquist qui est très compliquée oulala…

Léo : « Comme nous avions décidé de faire des articles monographiques ou presque, il nous a paru judicieux de présenter les Threskiornithidés de Charentmaritimie après les Ardéidés. C’est logique. »

Samuel : « Comme les Ardéidés, les Threskionithidés font partie des Pélécaniformes. Eux aussi ont de longues pattes et un long bec. »

Max : « Pourtant, ils ressemblent pas aux Ardéidés. On peut pas confondre. »

Samuel : « Les Threskiornithidés comportent 13 genres et 35 espèces. Ils se subdivisent en deux sous familles : les Threskiornithinés et les Plataléinés. »

Léo : « Ce sont les ibis et les spatules. Ici, il y a les ibis sacrés du Nil, les ibis falcinelles et les spatules blanches. Nous allons commencer par les spatules blanches. »

Samuel : « La spatule blanche, également appelée Platalea leucorodia, est un très beau zoiso. »

Spatule blanche

Max : « De loin, elle peut être confondue avec un grand Ardéidé blanc, comme la grande aigrette. Mais son bec est très caractéristique. En forme de spatule, il est à l’origine du nom de l’espèce : la spatule ou Platalea. Comme cette espèce est blanche, cela donne spatule blanche. »

Samuel : « Mais pourquoi leucorodia ? »

Max : « Bonne question ! C’est à cause du grékancien ! C’est toujours à cause du grékancien. En cette langue que personne parle, leuco signifie blanc. Jusque là tout va bien. Pour la suite ça se complique et ce que je vais dire est qu’une hypothèse. Il existe un mot qui pourrait convenir : ροδον. Ça se dit rhodon et ça veut dire rose. Or, le dessous du bec de la spatule blanche est rose. Regardez… »

Spatule blanche se nourrissant. Le dessous du bec rose est bien visible sur cette foto.

Léo : « L’hypothèse est séduisante 🙂 Platalea leucorodia signifierait donc la spatule blanche et rose. »

Max : « Attention ! La spatule blanche est pas toujours d’un blanc immaculé ! Le juvénile a la pointe des ailes noires. Ça se voit bien en vol. »

Spatule blanche juvénile en vol. Le bord des ailes est noir.

Max : « Et il y a le plumage nuptial. En période nuptiale, la spatule blanche se laisse pousser l’aigrette et se pomponne en mettant du jaune là et là. »

Spatule blanche en plumage nuptial. Notez l’aigrette et le jaune là et là.

Léo : « Je déplore le manque de luminosité lors de cette prise de vue… »

Samuel : « La spatule blanche est un zoiso d’assez grande taille. »

Spatule blanche qui fait rien du tout.

Samuel : « Elle mesure 80 à 90 cm de haut et son envergure peut atteindre 130 cm. »

Max : « Autant dire qu’un petizours se sent tout petit à côté d’une spatule blanche 🙂 »

Léo : « Contrairement aux Ardéidés, les spatules volent le cou tendu. Et c’est très beau. »

Spatule blanche en vol. Les spatules volent le cou tendu.

Spatule blanche en vol.

Max : « Les spatules blanches fréquentent les milieux aquatiques ouverts de faible profondeur : les marais, les étangs, les lagunes… »

Léo : « C’est pour ça qu’on la voit beaucoup dans les marais de Charentmaritimie. C’est leur habitat naturel. »

Samuel : « Elles se nourrissent de zanimos aquatiques. Nous vous avons déjà expliqué. Elles avancent doucement dans l’eau, le bec entrouvert, bougeant la tête de droite à gauche puis de gauche à droite, jusqu’à ce que leur bec extrêmement sensible détecte un petit zanimo. Le bec se ferme alors automatiquement et la proie est avalée. Gloub la proie ! »

Max : « Un petit film vous permettra de mieux visualiser. »

Léo : « Comme vous le voyez, les spatules blanches sont plutôt grégaires. Elles vivent en groupe. Il est d’ailleurs pas rare d’observer des groupes de 30 ou 40 individus dans le marais. Elles sont souvent accompagnées d’Ardéidés blancs tels que les aigrettes garzettes, les grandes aigrettes ou les hérons garde-bœufs. Malheureusement ce sont des zoisos craintifs qui s’envolent dès que vous vous approchez trop. »

Envol d’un groupe de spatules blanches.
Il doit y avoir des Ardéidés blancs dans le groupe…

Max : « Elles nichent un peu partout si elles s’y sentent en sécurité : dans les roselières, dans les arbres et même parfois directement au sol. Malheureusement nous avons jamais vu de nid de spatule. Jamais. Je sais qu’elles nichent dans les arbres au Parc du Marquenterre mais notre cher bonome nous y a jamais emmenés. Vous y croyez vous ? Nous, des petizours naturalistes, nous sommes jamais allés au Parc du Marquenterre ! »

Léo : « Les petits sont nidicoles. Ils sortent de leur œuf tout couvert de duvet avec un petit bec un peu courbé. C’est pour qu’il puisse rentrer dans l’œuf. Quand ils sortent du nid, ils ont presque la taille des adultes mais ils s’en distinguent par un peu de noir au bout des rémiges primaires. Comme vous l’a dit Maxou, ça se voit bien en vol. »

Spatule blanche juvénile en vol. Le bord des ailes est noir.

Samuel : « J’aime beaucoup voir les spatules en vol moi 🙂 »

Spatules blanches en vol.

Spatules blanches en vol.

Spatules blanches en vol.

Spatules blanches en vol.

Léo : « Les spatules sont des zoisos partiellement migrateurs. Les individus du nord de l’Europe migrent vers le sud. Ils peuvent s’arrêter en France ou aller encore plus au sud. Par contre, il me semble que les individus de la région restent là toute l’année. »

Max : « Nous avons observé deux individus ayant séjourné au Pays-Bas. Nous le savons grâce aux bagues. Nous avions publié des fotos de deux individus bagués dans Faune 17 et nous avons reçu leur fiche biographique 🙂 »

Léo : « Ça me fait penser qu’il faudrait qu’on gère mieux les données des zoisos bagués. On devrait créer un fichier et le tenir bien à jour. »

Max : « Oui. J’en ai commencé un mais il est pas à jour du tout… »

Samuel : « Je reviens aux spatules blanches. C’est une espèce en préoccupation mineure. »

Max : « C’est pas clair ce que tu dis petit Sam. »

Samuel : « Je parle du statut de conservation UICN. Cette espèce n’est pas menacée mais il faut quand même faire attention. Le statut est donc préoccupation mineure. En France, elle bénéficie d’une protection totale sur l’ensemble du territoire. Elle est également protégée par la directive zoisos de l’Union Européenne et par la convention de Washington. »

Max : « Ce qui veut dire que si quelqu’un ose toucher à une plume de spatule blanche, il va directement en prison ! Au pain sec et à l’eau ! On touche pas aux spatules ! On embête pas les spatules ! On respecte les spatules ! »

Léo : « Sinon, c’est à lui là-bas que l’on aurait à faire 🙂 »

Samuel : « Il me semble que nous avons tout dit sur les spatules blanches. »

Max : « Léo, veux-tu faire la conclusion ? »

Léo : « Je veux bien. En conclusion, nous pouvons dire que les spatules blanches sont de très beaux zoisos 🙂 »

Spatule blanche en habit nuptial.
Spatules blanches en vol.
Spatules blanches en vol.
Spatules blanches en vol.
Spatule blanche en vol mais de profil cette fois.
Spatule blanche les pattes dans l’eau.
Vous avez vu ses bagues ?
Là, il y a une aigrette garzette aussi.
Spatule blanche en vol de trois quarts face.
Jeune spatule blanche en vol.
Deux spatules blanches.
Des tas de spatules blanches…
Elles ont pas envie de vous voir alors elles s’envolent…
Vous pensiez qu’elles allaient rester ?
Pas trop déçus ?
Là, elles mangent.
Là aussi. Ça prend du temps de se nourrir de petits zanimos.
Elle est pas folle dans sa tête : elle fait sa toilette !
Le goéland marin donne l’échelle.
Une spatule blanche parmi des colverts.
Ça la démange alors elle se gratte.

Continuer la promenade

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.