Le Grand Étang en juillet

Max : « Bonjour à tous ! »

Léo : « Aujourd’hui nous allons vous parler de l’actualité du Grand Étang en ce mois de juillet de l’an VII. »

Samuel : « Nous vous disons souvent que nous avons eu de belles surprises mais cette fois c’est encore plus vrai que d’habitude 🙂 »

Léo : « Rhooo oui ! »

Max : « Nous vous conseillons de suivre ce bulletin jusqu’à sa fin 🙂 »

Léo : « Je propose que nous allégions un peu les informations pour nous concentrer sur le plus important. »

Max : « Tous les zoisos sont importants Léo. »

Léo : « Encore une fois je me suis mal exprimé. Merci de me reprendre Maxou. Nous allons donc vous parler des faits les plus marquants de l’actualité. »

Max : « Ah oui ! Il y a une nouveauté ! Pour les légendes des fotos, nous respectons les codes de Faune IDF. »

Léo : « Avec les points de couleurs et les couleurs pour les noms. »

Samuel : « Ça donne une indication sur la rareté des zoisos. »

Max : « Mais ça nous a donné du travail ! Oulala ! »

Léo : « Comme vous connaissez pas forcément tous les codes, voici les plus utiles… »

  Max : « Vous les apprenez par cœur ! … C’est fait ? Bien 🙂 »

Samuel : « Il y a que le panneau avec le point d’exclamation que nous avons pas su faire. Nous avons simplement mis le point d’exclamation rouge. »

Max : « Vous savez donc déjà que nous avons vu un zoiso dont l’observation doit être validée par le Comité Régional d’Homologation 🙂 »

Léo : « Ce préambule étant terminé nous pouvons passer aux informations. »

Samuel : « Commençons par le niveau d’eau. Il baisse. »

Max : « Voyez par vous-mêmes. »

Vue depuis le Grand Observatoire (3/07)
Vue depuis le Grand Observatoire (15/07)
Vue depuis le Grand Observatoire (19/07)

Léo : « Par moments, nous avions l’impression de voir le niveau baisser en temps réel… »

Samuel : « Cela peut vous paraître étrange mais c’est vrai. »

Max : « Vous connaissez bien le Grand Étang maintenant. Vous savez que ces fotos ont été prises du Grand Observatoire. Pour nous y rendre nous devons prendre le chemin qui longe le Saule Blanchet. »

Léo : « Le champ est planté de chanvre. C’est bien pour les zoisos. Les hautes plantes servent de perchoir et les graines nourrissent les granivores. »

Max : « Et il y a des rousserolles verderolles 🙂 »

Rousserolle verderolle (Acrocephalus palustris, Acrocéphalidés)

Rousserolle verderolle (Acrocephalus palustris, Acrocéphalidés)

Samuel : « Nous avons compté jusque quatre mâles chanteurs. »

Max : « Les verderolles sont pas très fréquentes. C’est pour cela que nous vous les signalons. »

Léo : « Les mâles chanteurs étaient très bien visibles en tout début de mois. Puis, ils l’étaient moins. »

Max : « L’hypothèse principale pour expliquer ce fait est qu’ils nidifient. »

Samuel : « Les verderolles viennent ici pour se reproduire. Elles font des petits, les élèvent puis repartent en Afrique subsaharienne. »

Léo : « Pour faire de petits, elles doivent trouver des partenaires. C’est pour ça que les mâles chantent à s’en faire éclater la syrinx 🙂 »

Rousserolle verderolle (Acrocephalus palustris, Acrocéphalidés)

Rousserolle verderolle (Acrocephalus palustris, Acrocéphalidés)

Rousserolle verderolle (Acrocephalus palustris, Acrocéphalidés)

Rousserolle verderolle (Acrocephalus palustris, Acrocéphalidés)

Rousserolle verderolle (Acrocephalus palustris, Acrocéphalidés)

Rousserolle verderolle (Acrocephalus palustris, Acrocéphalidés)

Samuel : « Les verderolles ont pas de chant à elles. Ce sont des imitatrices. Ça fait bizarre d’entendre des enchaînements de fragments de chants de tas de zoisos qui viennent du même point. »

Léo : « Là, un mâle a même imité le chant de la bouscarle. »

Max : « Bouscarle que nous entendons plus… »

Samuel : « Elle aussi doit nidifier. »

Max : « Voilà donc pour la première surprise. »

Léo : « La présence de verderolles au Saule Blanchet est plus vraiment une surprise pour nous. C’est plutôt une bonne nouvelle. »

Max : « Bien que nous ayons décidé d’alléger notre bulletin d’informations, je propose de faire un bref point sur quelques passereaux. »

Léo : « Bonne idée. Un peu partout le long des berges il y a des familles de bergeronnettes grises. »

Max : « Les lavandières. »

Samuel : « Les petits sont déjà ados. Mais ils aiment bien que leurs parents continuent à les nourrir. »

Léo : « Voyons cela en images… »

Max : « Les petits de la famille du premier observatoire… »

Lavandière (Motacilla alba, Motacillidés)

Lavandière (Motacilla alba, Motacillidés)

Lavandière (Motacilla alba, Motacillidés)

Lavandière (Motacilla alba, Motacillidés)

Samuel : « Si je me souviens bien il y avait un couple et quatre petits. »

Léo : « Au Grand Observatoire le couple a que deux petits. Ou alors nous avons pas vu les autres… »

Max : « Là c’est le papa. »

Lavandière (Motacilla alba, Motacillidés)

Léo : « Pour une fois qu’une foto permet bien de déterminer le sexe d’un adulte:) »

Max : « Je réexplique. Chez les lavandières adultes la calotte est noire et le dos est gris. Chez le mâle la transition entre le noir et le gris est nette. C’est la cas sur la foto précédente. Chez la femelle la transition se fait par un léger dégradé rapide. »

Samuel : « La maman s’occupe elle aussi de ses petits mais nous avons pas de foto l’identifiant formellement. »

Lavandière (Motacilla alba, Motacillidés)

Lavandière (Motacilla alba, Motacillidés)

Max : « Le repas est prêt 🙂 »

Léo : « Là aussi 🙂 »

Lavandière (Motacilla alba, Motacillidés)

Lavandière (Motacilla alba, Motacillidés)

Samuel : « Apparemment il y a de la demoiselle au menu. »

Léo : « Les petits ont pas encore de noir dans leur plumage. Ils sont tout en nuances de gris. »

Lavandière (Motacilla alba, Motacillidés)

Lavandière (Motacilla alba, Motacillidés)
Lavandière (Motacilla alba, Motacillidés)

Max : « Sinon… Il y a quelques pinsons des arbres. Nous entendons presque toujours des mâles chanteurs mais nous les voyons rarement. »

Léo : « Pour une fois l’un d’eux est venu nous voir… »

Pinson des arbres (Fringilla coelebs, Fringillidés)

Pinson des arbres (Fringilla coelebs, Fringillidés)

Samuel : « Une bande de chardonnerets habite dans le secteur. Il me semble avoir aperçu des juvéniles. »

Chardonneret élégant (Carduelis carduelis, Fringillidés)

Max : « Étant donné la densité de l’actualité je propose que nous nous contentions de ces quelques passereaux. Les autres nous en voudrons pas. »

Léo : « Tout à fait d’accord cher Max ! Il me semble que nous vous avons déjà dit que la bande de terre émergée est territoire Laridés en ce moment. Nous vous en montrerons quelques uns plus tard. Il arrive que tout le monde s’envole d’un coup. »

Max : « Un observateur peu habitué à ce phénomène peut se demander la raison de ces envols massifs et brutaux. »

Samuel : « Il y a deux causes majeures. La première est l’arrivée d’un héron cendré. Ils arrivent généralement en criant et tous les Laridés le fuient d’un coup. »

Héron cendré (Ardea cinerea, Ardéidés)

Léo : « Là c’est un jeune de première année. »

Max : « Nous en avons compté jusque sept sur les îlots. »

Samuel : « L’autre cause d’envols massif et brutal est le passage d’un rapace. »

Léo : « Comme ce hobereau… »

Faucon hobereau (Falco subbuteo, Falconnidés)

Max : « Mais cela peut être un milan noir ou une buse variable. L’effet sera le même. »

Léo : « Nous avons toujours pas vu de bondrée apivore cette année… »

Samuel : « Ni d’épervier d’Europe… »

Max : « Certes mais nous avons quand même pas à nous plaindre cette année. Nous avons déjà vu de nombreuses espèces. Passons à l’actualité de l’Anatidie. »

Léo : « L’Anatidie regroupe les Anatidés et les Anséridés. »

Samuel : « Ou bien les Anatidés Anatinés et les Anatidés Ansérinés. »

Max : « Les canards et les oies 🙂 »

Léo : « Les cygnes tuberculés… »

Cygne tuberculé (Cygnus olor, Anséridés)

Cygne tuberculé (Cygnus olor, Anséridés)

Max : « Rien de spécial à en dire. Il y en a une vingtaine dont un couple avec des petits. »

Léo : « Une seule ouette d’Égypte cette année… »

Ouette d’Égypte (Alopechen aegyptiaca, Anséridés)

Ouette d’Égypte (Alopechen aegyptiaca, Anséridés)

Samuel : « Madame Viviane a signalé que le gentil couple d’ouettes d’Égypte du Royaume des Bernaches a trois poussins. »

Léo : « Zutalor ! On pourra pas les voir tout petit ! »

Max : « Elles se reproduisent bien dans la région alors… J’aime bien que les zoisos perpétuent leur espèce mais ça fait quand même une espèce férale de plus… »

Léo : « Oui. Elles colonisent de plus en plus le territoire national… »

Samuel : « Comme autre surprise Ansérinienne il y a eu une oie cendrée. »

Oie cendrée (Anser anser, Anséridés)

Oie cendrée (Anser anser, Anséridés)

Max : « Cette espèce est pas rare dans la région mais c’est quand même pas tous les jours qu’on en voit. »

Léo : « Là, on l’a plus devinée que vue… »

Samuel : « Comme la nonnette ce jour-là… »

Bernache nonnette (Branta leucopsis, Anséridés)

Bernache nonnette (Branta leucopsis, Anséridés)
Bernache nonnette (Branta leucopsis, Anséridés)

Max : « Seule de son espèce dans ce Royaume, elle a été adoptée par le groupe de bernaches du Canada. »

Bernache nonnette (Branta leucopsis, Anséridés)

Léo : « Elle est inséparable de son amie du Canada au phénotype particulier. Si vous observez bien vous verrez que cette bernache du Canada a deux sourcils blancs et une bande blanche le long du cou. C’est sa particularité. »

Max : « Ce que le grand Darwin a appelé la variabilité intra-spécifique. Tous les individus d’une espèce sont pas exactement pareils. C’est la base de l’évolution. »

Léo : « Oui Maxou. Je remontre une foto de la nonnette et nous passons à la suite. »

Bernache nonnette (Branta leucopsis, Anséridés)

Samuel : « Nous restons encore en Anatidés. »

Max : « Là, c’est vraiment une surprise. Une première pour nous ici ! »

Oie à tête barrée (Anser indicus, Anséridés)

Oie à tête barrée (Anser indicus, Anséridés)

Léo : « Une oie à tête barrée ! Une oie à tête barrée au Grand Étang ! »

Samuel : « Les oies à tête barrée sont d’origine asiatique. Ce sont les zoisos qui volent le plus haut du monde ! »

Max : « Forcément ! Elles vivent l’hiver au sud de l’Himalaya et l’été au nord. Deux fois par an elles doivent voler par dessus les plus hauts sommets du monde pour migrer ! »

Léo : « Il est pas rare qu’elles croisent des avions 🙂 »

Samuel : « Le plus souvent, elles sont au-dessus des avions 🙂 »

Max : « Nous pensons que cette oie à tête barrée est un individu qui s’est échappé d’un parc ou jardin. Mais elle a pas d’anneau en plastique à la patte… »

Léo : « Généralement, les zoisos d’ornement ont un petit anneau en plastique à une patte. »

Oie à tête barrée (Anser indicus, Anséridés)

Oie à tête barrée (Anser indicus, Anséridés)

Oie à tête barrée (Anser indicus, Anséridés)

Oie à tête barrée (Anser indicus, Anséridés)
Oie à tête barrée (Anser indicus, Anséridés)

Max : « Voilà pour l’actualité de l’Anatidie. »

Léo : « Quand nous vous disions que nous avions eu des surprises 🙂 »

Max : « Revenons à des espèces habituelles… »

Samuel : « Martin est passé nous saluer. Il est pas resté longtemps mais il avait entendu dire que nous étions inquiets de pas le voir. »

Léo : « Il s’est posé, nous a montré qu’il allait bien et il est reparti faire des trucs de Martins… »

Martin (Alcedo atthis, Alcédinidés)

Martin (Alcedo atthis, Alcédinidés)

Martin (Alcedo atthis, Alcédinidés)

Martin (Alcedo atthis, Alcédinidés)

Max : « Le couple de petits gravelots va bien lui aussi. Mais pas encore de petits en vue… »

Petit gravelot (Charadrius dubius, Charadriidés)

Petit gravelot (Charadrius dubius, Charadriidés)
Petit gravelot (Charadrius dubius, Charadriidés)

Petit gravelot (Charadrius dubius, Charadriidés)

Petit gravelot (Charadrius dubius, Charadriidés)

Léo : « Le 3 juillet, un visiteur inattendu a pointé le bout de son bec. »

Samuel : « Si nous vous disons que nous avons été surpris vous allez dire que nous nous répétons. Mais quand même… »

Combattant varié (Philomachus pugnax, Scolopacidés)

Combattant varié (Philomachus pugnax, Scolopacidés)

Combattant varié (Philomachus pugnax, Scolopacidés)

Combattant varié (Philomachus pugnax, Scolopacidés)

Max : « Il est pas facile à reconnaître là. Il est en pleine mue ! »

Léo : « Il est en train de passer du plumage nuptial au plumage internuptial. »

Combattant varié (Philomachus pugnax, Scolopacidés)

Combattant varié (Philomachus pugnax, Scolopacidés)

Combattant varié (Philomachus pugnax, Scolopacidés)

Combattant varié (Philomachus pugnax, Scolopacidés)

Samuel : « En plumage nuptial, il a des grandes plumes ébouriffées au niveau du cou. Là, il les a toutes perdues et les autres ont pas encore poussé. »

Max : « Devant, il a encore des plumes du plumage nuptial. »

Léo : « Vous avez peut-être reconnu un combattant varié. »

Max : « Les fotos de bonome ont eu un certain succès sur Faune IDF. »

Léo : « Tu as même reçu un pigeon-électronique de félicitations Maxou 🙂 »

Max : « Oui 🙂 »

Combattant varié (Philomachus pugnax, Scolopacidés)

Combattant varié (Philomachus pugnax, Scolopacidés)

Samuel : « Revenons à des habitués du Grand Étang. »

Léo : « Grébu 🙂 »

Grébu (Podiceps cristatus, Podicipédidés)

Max : « Il y en a beaucoup en ce moment. Mais surtout des célibataires. Ils se rassemblent et pêchent en groupe en fin d’après-midi. »

Grébu (Podiceps cristatus, Podicipédidés)

Léo : « Nous avions jamais observé ce comportement auparavant en été… »

Max : « Là, il y en avait soixante-dix environ. Pas facile de les compter puisqu’ils ploufaient et reploufaient sans cesse. »

Samuel : « Mais il y a quand même quelques couples. »

Max : « Nous avons pu observer quelques courtes parades… »

Grébu (Podiceps cristatus, Podicipédidés)

Grébu (Podiceps cristatus, Podicipédidés)

Léo : « Et un petit conflit frontalier entre deux couples. »

Grébu (Podiceps cristatus, Podicipédidés)

Grébu (Podiceps cristatus, Podicipédidés)

Max : « Comme d’habitude ils se sont criés dessus puis ont fait la parade et le conflit était terminé. »

Samuel : « Bonne surprise en ce qui concerne les grébous. Nous avons vu un adulte avec un petit déjà grand. »

Grébous (Tachybaptus ruficollis, Podicipédidés)

Grébous (Tachybaptus ruficollis, Podicipédidés)

Grébous (Tachybaptus ruficollis, Podicipédidés)

Grébous (Tachybaptus ruficollis, Podicipédidés)

Léo : « Son plumage est encore strié sur son visage et il aime pas trop s’éloigner de son parent. »

Max : « Merci Léo. Il est temps de passer aux nouvelles de Laridie. Que se passe t-il en Laridie ? »

Léo : « Il se passe des tas de choses 🙂 Commençons par donner des nouvelles des mouettes qui rigolent. »

Samuel : « Vous savez déjà qu’il y a quelques juvéniles. »

Max : « Les mouettes qui rigolent se reproduisent ici chaque année. Nous savons pas où sont les nids mais nous voyons les petits alors nous sommes sûrs de la nidification. »

Samuel : « Nidification réussie : code 50 ! »

Léo : « Les petits sont tous les mêmes, quelle que soit leur espèce. Ils demandent du manger à leurs parents… »

Mouettes rieuses (Chroicocephalus ridibundus, Laridés)

Mouettes rieuses (Chroicocephalus ridibundus, Laridés)

Samuel : « Les parents mouettes apportent pas du poisson frais à leurs petits. Ils mangent, digèrent et régurgitent des boulettes de nourriture pré-digérée pour leurs petits. »

Mouettes rieuses (Chroicocephalus ridibundus, Laridés)

Mouettes rieuses (Chroicocephalus ridibundus, Laridés)

Max : « Nous ça nous paraît pas très appétissant mais nous sommes pas des bébés mouettes. »

Samuel : « Les bébés mouettes ça leur plaît bien. Ils en redemandent et s’attaquent à des boulettes trop grosses pour eux 🙂 »

Mouettes rieuses (Chroicocephalus ridibundus, Laridés)
Mouettes rieuses (Chroicocephalus ridibundus, Laridés)
Mouettes rieuses (Chroicocephalus ridibundus, Laridés)

Léo : « Les goélands sont toujours aussi nombreux, de l’ordre du millier… Ce sont presque tous des leucophées. »

Goélands leucophées (Larus michaellis, Laridés)

Goélands leucophées (Larus michaellis, Laridés)
Goélands leucophées (Larus michaellis, Laridés)

Samuel : « Passons aux sternes pierregarin. Ce sont des estivants fréquents ici. Elles se reproduisent chaque année. »

Léo : « Je vous incite à relire l’article que nous avions consacré aux sternes du Grand Étang. Le lien est ici : ici. »

Max : « J’aime beaucoup les sternes. Ce sont de très beaux zoisos. »

Sterne pierregarin (Sterna hirundo, Laridés)

Sterne pierregarin (Sterna hirundo, Laridés)

Sterne pierregarin (Sterna hirundo, Laridés)

Sterne pierregarin (Sterna hirundo, Laridés)

Sterne pierregarin (Sterna hirundo, Laridés)

Sterne pierregarin (Sterna hirundo, Laridés)

Samuel : « Les sternes sont essentiellement piscivores. Elles volent plus ploufent d’un coup. La sortie de l’eau m’impressionne à chaque fois. Elle redécolle depuis en-dessous de l’eau ! »

Max : « Parfois, elles volent en rase-flotte et attrapent de petits proies en passant. »

Léo : « Quand une sterne attrape un poisson, elle frime. Elle se promène avec sont trophée en criant. Elle fait tout le tour de l’étang pour montrer qu’elle est la plus forte 🙂 »

Samuel : « Lors de notre dernier passage au Grand Étang, une sterne a attrapé un gros poisson. Elle est arrivée sur la bande de terre émergée en criant mais elle fût fort déconfite en arrivant ! Ses copines étaient pas là. Elle pouvait pas frimer. On a bien vu qu’elle était frustrée ! Je suis certain que son poisson lui a paru moins bon. »

Sterne pierregarin (Sterna hirundo, Laridés)

Sterne pierregarin (Sterna hirundo, Laridés)

Max : « Une autre était bien embêtée. Quelques brins de végéto aquatique s’étaient emmêlés dans ses pattes. Elle arrivait pas à s’en débarrasser ! »

Sterne pierregarin (Sterna hirundo, Laridés)

Max : « Elle volait en agitant les pattes. Elle ploufait brutalement… Rien y faisait ! La pauvre ! On lui a proposé de l’aider mais elle a pas voulu. Et puis, la délivrance est enfin arrivée 🙂 »

Léo : « C’est bien joli tout ça mais nos lecteurs doivent se demander si il y a des petits… »

Max : « Bonne nouvelle ! Il y en a au moins trois ! »

Sterne pierregarin (Sterna hirundo, Laridés)
Sterne pierregarin (Sterna hirundo, Laridés)

Sterne pierregarin (Sterna hirundo, Laridés)

Sterne pierregarin (Sterna hirundo, Laridés)

Léo : « Ils sont pas très vieux encore. A cet âge là, ils aiment bien être avec leurs parents. »

Sterne pierregarin (Sterna hirundo, Laridés)

Sterne pierregarin (Sterna hirundo, Laridés)

Sterne pierregarin (Sterna hirundo, Laridés)

Sterne pierregarin (Sterna hirundo, Laridés)

Samuel : « Il est pas facile de compter les sternes quand elles sont en pleine partie de pêche. Par contre, en fin d’après-midi, quand elles sont repues, elles se rassemblent juste là. Et on peut les compter. »

Léo : « Entre deux passages de hérons cendrés ou de rapaces 🙂 »

 

Sterne pierregarin (Sterna hirundo, Laridés)
Sterne pierregarin (Sterna hirundo, Laridés)

Max : « A un moment de calme nous en avons dénombré seize posées et quatre en vol. »

Samuel : « Vingt sternes pierregarins au minimum ! »

Max : « Là, je sens que vous vous demandez où sont les belles surprises annoncées. »

Léo : « Elles arrivent. »

Samuel : « Voici la première 🙂 »

Guifette noire (chlidonias niger, Laridés)

Guifette noire (chlidonias niger, Laridés)

Max : « Atterrissage d’une guifette noire en direct-différé ! »

Léo : « On vous remontre au ralenti 🙂 »

Guifette noire (chlidonias niger, Laridés)

Samuel : « Alors elle est pas belle cette surprise ? »

Max : « Si ça vous suffit pas je sais pas ce qu’il vous faut ! Et vous d’abord ? C’est quand le dernière fois que vous avez vu des guifettes noires ? Dites nous un peu… Alors ? Ben oui… Alors ça suffit maintenant ! Profitez de ces belles images 🙂 »

Guifette noire (chlidonias niger, Laridés)

Guifette noire (chlidonias niger, Laridés)

Guifette noire (chlidonias niger, Laridés)

Guifette noire (chlidonias niger, Laridés)

Guifette noire (chlidonias niger, Laridés)

Guifette noire (chlidonias niger, Laridés)

Léo : « Nous pouvons même vous les montrer en vol 🙂 »

Guifette noire (chlidonias niger, Laridés)

Guifette noire (chlidonias niger, Laridés)

Samuel : « Habituellement nous voyons des guifettes noires vers le premier mai ou le premier octobre. »

Léo : « Lors de leurs passages migratoires. »

Max : « Elles font une pause ici. Quelques jours, pour se requinquer un peu. »

Léo : « Elles partent jamais sans nous avoir salués. Elles nous attendent. Comme cette année. Nous sommes allés les voir en retard à cause du confinement. Et bien deux d’entre elles étaient encore là. »

Max : « Chaque année un groupe de six à huit individus fait une halte ici. »

Samuel : « Voir un couple en plein été c’était un peu inattendu et pour tout dire inespéré. »

Léo : « Bonome a fait quelques dizaines de fotos et il a décidé d’aller pétuner à l’extérieur de l’observatoire. »

Samuel : « D’un coup, il s’est mis à fotoer en l’air. »

Max : « Comme on sait qu’il est fou dans sa tête, on s’est dit qu’il fotoait le ciel. »

Léo : « On avait pas vu nous ! »

Max : « Puis il est retourné d’un pas décidé dans l’observatoire. Il allait là, puis là, puis là… »

Samuel : « Là, on se doutait de quelque chose. »

Léo : « Mais on avait toujours pas vu ! »

Max : « Et là, d’un coup, la mâchoire de Léo s’est décrochée. Le cœur de petit Sam aurait cessé de battre si il en avait eu un et moi j’ai commencé à rholalaer ! »

Léo : « A vrai dire ça fait pas longtemps que Maxou a arrêté de rholalaer 🙂 »

Max : « Ben forcément ! Regardez ! »

! Labbe parasite (Stercocarius parasiticus, Stercorariidés)

! Labbe parasite (Stercocarius parasiticus, Stercorariidés)

! Labbe parasite (Stercocarius parasiticus, Stercorariidés)

! Labbe parasite (Stercocarius parasiticus, Stercorariidés)

! Labbe parasite (Stercocarius parasiticus, Stercorariidés)

Samuel : « Les fotos sont pas exceptionnelles je vous l’accorde… »

Max : « Bonome voulait encore aller tout au fond de son lit et plus jamais en sortir quand il a vu ce qu’il appelle ‘le désastre’. »

Léo : « Nous ça nous suffit. Vous avez vu ? »

! Labbe parasite (Stercocarius parasiticus, Stercorariidés)

Samuel : « Pas facile de reconnaître… »

Max : « Bonome a tout de suite dit : ‘Des labbes parasites ! Ce sont des labbes parasites !’ »

Léo : « Je confirme 🙂 »

Samuel : « Cousin Max, pourquoi as-tu hypothésé des labbes pomarins dans Faune IDF ? »

Max : « A cause de fotos du juvéniles. Je regrette. J’ai gouré. »

! Labbe parasite (Stercocarius parasiticus, Stercorariidés)Stercorariidés)

! Labbe parasite (Stercocarius parasiticus, Stercorariidés)

! Labbe parasite (Stercocarius parasiticus, Stercorariidés)

Léo : « Des labbes parasites ! Rholalaaaaa ! »

Max : « Déjà qu’on avait vu le grand labbe 🙂 »

Samuel : « Nous nous spécialisons en Stercocariidés du Grand Étang 🙂 »

Max : « Que disent tes fiches petit Sam ? »

Samuel : « Je commence par le grand labbe. Il me semble qu’il y a eu qu’un seul individu observé en IDF. Celui que nous avons vu. »

Léo : « C’est pas nous qui l’avons découvert. Il nous a été signalé et même montré dans une lunette. »

Samuel : « Quant aux labbes parasites… Il y a eu en tout huit observations en IDF avant aujourd’hui. Nous sommes le neuvième observateur 🙂 Et avant nous il y a que des grands noms ! Guillaume P., Yvém, Olivier L. … »

Max : « Rholalaaaa ! »

Léo : « Combien tu as reçu de pigeon-électroniques de félicitations Maxou ? »

Max : « Trois ! Même d’un observateur qui nous connaît pas ! »

Samuel : « Cousin Max, tu es une vedette 🙂 »

Max : « La vedette ce sont les labbes parasites ! On montre les fotos ! »

! Labbe parasite (Stercocarius parasiticus, Stercorariidés)

! Labbe parasite (Stercocarius parasiticus, Stercorariidés)

! Labbe parasite (Stercocarius parasiticus, Stercorariidés)

! Labbe parasite (Stercocarius parasiticus, Stercorariidés)

Léo : « Un adulte et deux juvéniles. Ils sont arrivés à 15h34. Nous les avons vu pour la dernière fois à 17h14. Nous avons eu la chance d’être au bon endroit au bon moment. »

Max : « Nous avons eu le talent de les voir et de les identifier ! »

Samuel : « Vous avez tous les deux raisons. Il faut la chance d’être là et le talent de le reconnaître. »

Léo : « C’est bonome qui les a reconnu tout de suite ! »

Max : « Quand je pense qu’il a montré les fotos à un monsieur et que le monsieur a même pas réagi ! Il voulait voir les sternes de Caugek qui avait été signalées quelques jours plus tôt. Hé ! Le béotien ! Quand on te montre un labbe parasite tu dis merci et tu demandes urgemment où qu’il est ! »

Léo : « Oukilé ? »

Max : « Je m’énerve et ça se mélange dans ma tête ! On demande à voir où est le labbe parasite ! Et puis on dit sterne caugek le béotien ! Pas sterne de Caugek ! Pfff ! »

! Labbe parasite (Stercocarius parasiticus, Stercorariidés)

! Labbe parasite (Stercocarius parasiticus, Stercorariidés)

Samuel : « Cousin Max, au lieu de t’énerver et d’être pas gentil avec les béotiens en oubliant que toi aussi tu l’as été, pourrais-tu nous parler des labbes parasites ? »

Max : « Je peux ! Il y avait un adulte et deux juvéniles. Les labbes parasites ont rien à faire ici à part nous faire plaisir. Normalement, ils vivent tout au nord en bordure des océans Atlantiques et/ou Pacifique. Écoutez ce que j’ai lu : ‘Le nord de l’Écosse semble être la région la plus au sud des populations de labbes parasites peuvent être trouvées.’ »

Léo : « Le nord de l’Écosse… On est bien au sud nous ! »

Max : « Ce qui montre que ce sont des individus en pleine migration. La reproduction des labbes parasites a lieu dans la toundra sèche en haut de hautes falaises, sur des îles… Mais au-delà du cercle arctique. Dès que les petits sont aptes à voler sur de longues distances, ils migrent vers le sud. Je vois pas trop où ils peuvent aller… En Patagonie, en Afrique du sud ou carrément sur le continent antarctique. »

Samuel : « Cousin Max, peux-tu nous expliquer pourquoi on l’appelle le labbe parasite ? »

Max : « Bien sûr petit Sam. C’est noté dans mes fiches 🙂 Les labbes parasites capturent parfois des petits mammifères. Dans le grand nord, ce sont surtout des lemmings. Je connais pas les lemmings moi. Mais apparemment les labbes aiment bien en manger. Toutefois, le plus souvent, ils harcèlent d’autres zoisos pour leur chiper leur manger. Ils s’y mettent parfois à plusieurs jusqu’à ce que le pauvre Laridé lâche sa proie ou régurgite sa nourriture. »

Samuel : « Je comprends mieux pourquoi il est qualifié de parasite alors. »

Léo : « Et moi je comprends mieux la scène à laquelle nous avons assisté. »

! Labbe parasite (Stercocarius parasiticus, Stercorariidés)

Max : « Il y a pas d’autres fotos ? »

Léo : « Bonome les a supprimées. On voit bien que le labbe parasite harcèle la pauvre sterne. Et la différence de taille est flagrante. »

Samuel : « Une seule zone blanche sous l’aile. D’après ce que t’a dit monsieur Stanislas, ça permet de le distinguer du labbe pomarin. »

Max : « On a vu deux espèces de Stercocariidés ! En Île de France !

Léo : « Rholala oui ! On en a de la chance ! »

Samuel : « Chers lecteurs, nous croyez-vous maintenant quand nous vous disons que nous avons de belles surprises ? »

Max : « Je reprends un peu : les rousserolles verderolles qui prennent la pose, la bernache nonnette, l’oie à tête barrée, les guifettes noires et les labbes parasites. Je remets des fotos du labbe ! »

! Labbe parasite (Stercocarius parasiticus, Stercorariidés)
! Labbe parasite (Stercocarius parasiticus, Stercorariidés)
! Labbe parasite (Stercocarius parasiticus, Stercorariidés)

Léo : « 🙂 »

Max : « Il est à présent temps de conclure notre bulletin d’informations. »

Samuel : « Qu’allons-nous faire ensuite ? »

Léo : « Nous ne savons pas encore. Évidemment, le long du chemin nous avons rencontré quelques Arthropodes. Nous aimerions vous les présenter. »

Léo : « Puis nous sommes allés au Petit Royaume Sauvage et à l’Écluse des Œdicnèmes. »

Max : « Nous avons également une synthèse de la faune d’Arthropodes des Friches à rédiger. »

Samuel : « Une inspection rapide du Royaume des Milans. Nous avions une visite à faire pour vérifier quelque chose… »

Max : « Ce qui nous fait beaucoup de travail… Alors qu’au moment où nous écrivons ces lignes nous sommes déjà en Charentmaritimie ! »

Léo : « Pour le moment, nous avons pas fait de rencontres exceptionnelles. »

Samuel : « Nous vous ferons probablement une synthèse des vacances. »

Max : « Bonome vient de finir son second café à la taverne. Ça veut dire qu’on va décoller ! »

Léo : « Direction : ‘Le Marais’ ! »

Samuel : « Il est donc temps de vous dire à bientôt ! »

Continuer la promenade

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.