Juin, le 9 – Trois villages

Mardi 9 Juin, An VII

Dans la cabane du chevalier…

Le chevalier : « Les machins ! … LES MAAACHIIIIINS ! Où sont-ils ? … Vous êtes là ! Vous n’entendez pas quand je vous appelle ? »

Max : « Tu as appelé des machins. »

Léo : « Or, nous sommes pas des machins. »

Samuel : « Nous sommes des petizours ! »

Le chevalier : « Et même des petizours naturalistes avec des sacados 🙂 Alors enfilez vos sacados ! »

Max : « On va inspecter ? »

Le chevalier : « Oui. J’ai envie de marcher. »

Max : « Oulala ! Ça sent la longue inspection là ! On va où ? »

Le chevalier : « Territoire Busard, Royaume des Milans, Bord du Grand Fleuve, Le Trou, Royaume des Fauvettes… »

Max : « Tout ça ? »

Léo : « Euh… On va pocher nous ? »

Le chevalier : « Bien sûr 🙂 »

Samuel : « Alors c’est d’accord ! »

En Territoire Busard…

Max : « Bon ben c’est parti 🙂 Tu vas pouvoir tout cavaler bonomou 🙂 »

Léo : « Tu vas pas trop vite quand même. On voudrait profiter du paysage nous. »

Samuel : « Et voir des zanimos 🙂 »

Le chevalier : « D’accord. Alors commençons par cette Astéracée… »

Une Astéracée

Léo : « Chardon ou cirse ? »

Max : « On s’en fiche. Si on fait la botanique ça va prendre des heures ! »

Samuel : « D’accord. »

Max : « Alors… Combien d’espèces d’insectes vous voyez ? »

Samuel : « Sur la tige il y a des pucerons noirs et une coccinelle. »

Léo : « Sur le capitule… A gauche c’est un Syrphidé. Tu le connais bonome ? »

Le chevalier : « C’est le syrphe porte-plume, Sphaerophoria scripta. »

Léo : « Merci bonome. »

Samuel : « Il y a des tas de petits Coléoptères noirs. Je dirais que ce sont des Chrysomélidés mais je suis pas sûr. »

Max : « Il y a un Hyménoptère. On le voit pas bien alors je ne me hasarderais pas à proposer une identification. »

Léo : « Et pour terminer il y a deux oedemères nobles. »

Samuel : « Ça fait six espèces. Six ! Pour un seul capitule ! »

Max : « Et les zoms disent que c’est une mauvaise herbe. Mais c’est pas du tout une mauvaise herbe ! C’est un resto à insectes ! »

Léo : « Il vaudrait mieux parler de plantes adventices. »

Samuel : « Cousin Léo, tu veux bien redéfinir les plantes adventices s’il te plaît ? »

Léo : « Bien sûr petit Sam. Une plante adventice est une plante qui pousse dans un endroit sans y avoir été invitée. »

Samuel : « Merci cousin Léo. »

Max : « Bonome, refais une foto. »

Une Astéracée

Max : « Merci. On avance ? »

Léo : « Ben oui ! Avec tout ce qui est prévu… »

Samuel : « J’entends des alouettes des champs. »

Max : « Il y en a là, et là… Là-bas aussi. J’aime bien leur chant mais à force, il m’agace les oreilles… »

Léo : « Il y a des hérons en territoire busard ! J’en vois cinq. »

Samuel : « Sept ! Il y en a sept ! »

Max : « Bonome, tu vas pas pouvoir tous les fotoer d’un coup. Tu te débrouilles pour faire une belle image. »

Paysage champêtre

Max : « Tu te prends pour Brindille ? C’est obligé qu’elle soit floue la foto ? »

Léo : « Max, c’est le zoom… Il fait chaud. L’air chaud monte et brouille l’image. Avec autant de distance ça se voit sur la foto. »

Samuel : « On voit un héron de première année, un adulte et une buse variable sur la meule de foin. »

Léo : « C’est bucolique. »

Samuel : « J’aurais dit pastoral… »

Max : « C’est la campagne 🙂 »

Léo : « Ça m’inquiète. Les busards nichent dans les champs. Là, la moissonneuse est passée. J’espère qu’il y avait pas de nid ou bien qu’il était connu et qu’il a pas été moissonné. »

Max : « Vous voyez des busards vous ? »

Léo : « Non. Il y a le couple de crécerelles. »

Samuel : « Et un milan noir… »

Milan noir (Milvus migrans, Accipitridés)

Max : « Pas de busard en Territoire Busard… »

Léo : « Bonome, tu vois ce coquelicot ? »

Le chevalier : « Je le vois. »

Un syrphe sur un coquelicot

Samuel : « Nous l’avons déjà vu il me semble… Au Royaume des Tariers. Genre Eupeodes. Bonome était pas allé jusque l’espèce. »

Léo : « J’ai cherché un peu. Il y a Eupeodes luniger et Eupeodes corollae. Le second s’appelle le syrphe des corolles mais l’autre a pas de nom. Je pense que celui-ci est de l’espèce luniger. »

Max : « Oui mais il faudrait le voir de côté et de face pour voir d’autres critères. »

Samuel : « Alors on reste au genre : Eupeodes sp., Syrphidés. »

Max : « Pourquoi tu cavales comme ça bonome ? Tu as rendez-vous ? »

Le chevalier : « Non 🙂 Quoi que… J’aimerais bien. Non, je cavale parce que je ne vois rien à observer et que j’ai envie de cavaler. »

Léo : « Après plusieurs semaines enfermé. Je comprends. »

Samuel : « Cousin Léo, tu entends les zoisos ? »

Léo : « Oui petit Sam. Il y a des grisettes et des linottes. »

Samuel : « Mais on les voit pas ! »

Max : « Ben à cette vitesse… On est déjà en bordure du Royaume des Milans. »

Léo : « En territoire Oedipode. »

Samuel : « C’est pas encore la saison des oedipodes turquoises. »

Max : « Ça illustre à merveille ce que j’ai dit de l’abondance relative des êtres vivants en un lieu. Ici, il y en a plein des oedipodes turquoises mais c’est l’un des rares endroits du secteur où on en trouve. Tu furtives là bonome. Tu fais le fantôôôme 🙂 »

Léo : « Alors il nous faut chuchoter… »

Samuel : « Je crois savoir. C’est ici qu’on a vu la famille l’an dernier… »

Le chevalier : « Oui mon petitours 🙂 »

Samuel : « Il est pas un peu tôt pour voir une famille ? »

Le chevalier : « Pour les petits si. Mais les parents doivent être là. Enfin je l’espère… »

Max : « De qui vous parlez ? »

Le chevalier : « Là Max… »

Pie grièche écorcheur (Lanius collurio, Laniidés)

Samuel : « Au même endroit à quelques mètres près. »

Léo : « Rhoooo ! »

Max : « Tu le savais ! C’est pour ça que tu cavalais ! Tu avais rendez-vous avec monsieur Pie-grièche écorcheur ! »

Le chevalier : « Je vais essayer de m’approcher de quelques pas… »

Pie grièche écorcheur (Lanius collurio, Laniidés)

Le chevalier : « Encore quelques uns… »

Pie grièche écorcheur (Lanius collurio, Laniidés)

Léo : « Ça c’est une inspection qui commence bien. On pourrait presque rentrer maintenant. »

Max : « Pas d’accord du tout ! Bonome a envie de tout cavaler et moi j’ai pas envie de rentrer ! »

Samuel : « Moi non plus 🙂 »

Léo : « Je me doute bien. »

Max : « C’est qui ces chenilles ? »

Fausses chenilles de lydie du poirier

Le chevalier : « Ce ne sont pas des chenilles. »

Max : « Ce sont pas des chenilles ? »

Le chevalier : « Non, ce ne sont pas des chenilles. »

Max : « C’est quoi si ce sont pas des chenilles. »

Le chevalier : « Ce sont de fausses-chenilles. »

Max : « Des fausses-chenilles ? Il y a des faussaires qui font des fausses chenilles et qui viennent les mettre ici ? »

Le chevalier : « Non Max. »

Max : « ‘Non Max’ ! Mais c’est quoi alors ? »

Léo : « Je voudrais bien savoir moi aussi… »

Le chevalier : « On appelle fausses-chenilles les larves des tenthrèdes. Les tenthrèdes sont des Hyménoptères Symphytes. »

Samuel : « C’est rare que tu nous parles des Symphytes. »

Le chevalier : « Je vous en parle quand l’occasion se présente mon petit Sam. »

Samuel : « Je sais bien mon grand bonome 🙂 »

Léo : « Pourquoi parle t-on de fausses-chenilles ? »

Le chevalier : « Parce que par définition une chenille est une larve de Lépidoptère. Il en sort un papillon. Alors que ces larves ci donnent des Hyménoptères. »

Léo : « D’accord. »

Max : « Et tu les connais ces fausses-chenilles ? »

Le chevalier : « Mmmmm… Jaune-orangée, tête noire, et une tâche noire cornée sur le premier segment thoracique. Neurotoma saltuum ou lyda du poirier, famille des Pamphyliidés. »

Léo : « Merci bonome. On regarde les zoisos ? J’ai cru entendre un tarier pâtre… »

 

Max : « Il est là. »

Tarier pâtre (Saxicola rubicola, Muscicapidés)

Samuel : « J’entends un pouillot véloce… »

 

Max : « Oh non… Chiff chaff chiff chiff chaff chiff chiff chaff… »

Samuel : « Te vexe pas cousin Max mais cousin Léo imite le pouillot véloce mieux que toi 🙂 »

Pouillot véloce (Phylloscopus collybita, Phylloscopidés)

Max : « Je sais bien petit Sam. Il l’imite la nuit… »

Samuel : « Moi j’aime bien quand cousin Léo chante comme les zoisos la nuit. »

Max : « Ben non. Ça m’empêche de dormir moi ! Je cherche le zoiso. Déjà que les vrais m’empêchent de dormir. En ce moment, le rougequeue noir commence à chanter à 3h50 environ. C’est de plus en plus tôt. Quand je l’entends, j’arrive plus à me rendormir. »

Léo : « C’est pour ça que tu veux toujours faire la sieste 🙂 »

Samuel : « Pauvre cousin Max… »

Max : « Surtout que Merle se met à chanter pas longtemps après. Vers 4h15 – 4h30. Et après, il y a monsieur Charbonnière. »

Léo : « Je crois que la deuxième couvée est sortie du nid. »

Samuel : « On a pas vraiment fait attention à cette couvée. »

Max : « Une troisième se prépare. »

Léo : « Tu penses ? »

Max : « J’ai vu un couple venir visiter le nid. »

Samuel : « Et côté bureau, il y a eu au moins deux familles charbonnières. »

Léo : « Ça en fait des petits 🙂 »

Max : « Plus les pies, les mésanges bleues, les étourneaux… Bonome, tu vas longer le Grand Fleuve ? »

Le chevalier : « C’est ce que j’avais prévu. »

Max : « On va faire l’arthropodologie alors 🙂 »

Léo : « Commençons pas un papillon… »

Tircis (Pararge aegeria, Nymphalidés)

Tircis (Pararge aegeria, Nymphalidés)

Samuel : « C’est un tircis. »

Léo : « Il y en a beaucoup des tircis. Bonome, tu as une histoire épouvantable à raconter à propos de Tircis ? »

Le chevalier : « Non Léo. »

Léo : « Non… Non ? Ou alors non parce que tu as pas envie de parler ? »

Le chevalier : « Non non 🙂 »

Max : « Il y a le couple de sternes comme chaque année. »

Sterne pierregarin (Sterna hirundo, Laridés)

Léo : « On commence à bien les connaître les Royaumes. On sait qui habite où. »

Samuel : « C’est plus facile pour savoir si tout le monde va bien. »

Max : « On passe et si il manque quelqu’un ça se voit. »

Léo : « On a pas vu Martin ! »

Samuel : « Si ! Je l’ai vu passer en criant. »

Max : « C’est vrai. »

Léo : « Zutalor ! Je l’ai pas vu. Il doit avoir des trucs de Martin à faire. »

Max : « Bonome, tu passes entre les orties là. Tu as pas peur de te faire urtiquer ? »

Le chevalier : « Non, je n’ai pas peur. Je sais que je vais me faire urtiquer. Ce sont des orties dioïques hautes de un mètre cinquante. Le chemin fait au moins 20 cm de large. L’urticage est inévitable. »

Max : « Urticage ? J’aurais dit urtication… »

Léo : « C’est normal qu’ortie et urtiquer ça se ressemble ? »

Max : « Ben, les orties urtiquent. Ça me paraît donc normal. »

Le chevalier : « C’est la même étymologie. »

Samuel : « Il y a des Odonates. »

Le chevalier : « J’ai vu. Mais ils ne sont pas très variés. Des pennipattes bleuâtres et des caloptéryx éclatant. »

Max : « Ben fotoe les ! »

Pennipatte bleuâtre (Platycnemis pennipes, Platycnémidés)

Léo : « Les pennipattes sont faciles à reconnaître. Ils sont bleu clair et ils ont de large pattes bleues à bandes noires. »

Samuel : « Et les caloptéryx sont de couleur métallisée. Vert chez la femelle et bleu chez le mâle. »

Caloptéryx éclatant (Calpoteryx splendens, Caloptérygidés)

Caloptéryx éclatant (Calpoteryx splendens, Caloptérygidés)

Max : « Bonome, c’est vrai qu’on aime beaucoup Brindille. Ça c’est sûr. Mais tu es pas obligé de l’imiter en faisant des fotos floues comme elle ! »

Léo : « Max, tu vas comprendre un jour que c’est pas facile de fotoer de près avec un super-méga-zoom ? En plus, quand on fait la mise au point sur une partie du zanimo, le reste est forcément flou. Regarde le pennipatte. Sa tête et son thorax sont presque nets mais l’abdomen c’est pas possible. C’est une histoire de distance focale. »

Max : « On peut pas focaler sur tout le zanimo ? »

Léo : « Ben non ! C’est pas possible. »

Le chevalier : « C’est encore pire en macro. La mise au point se fait dans un plan. Tout ce qui est en avant ou en arrière de ce plan est flou… »

Samuel : « Tiens ! Une tourterelle des bois ! »

Max : « Ben voilà ! Bonome ! Tu as pas réagi assez vite ! »

Le chevalier : « Elle était de dos et à contre-jour. »

Léo : « Les vanneaux huppés ! Dans le champ ! »

Vanneau huppé (Vanellus vanellus, Charadriidés)

Max : « On a jamais vu des petits vanneaux. Pourtant ils se reproduisent dans la région. J’ai déjà vu des fotos de petits dans Faune IDF. »

Léo : « Un autre arrive… »

Vanneau huppé (Vanellus vanellus, Charadriidés)

Vanneau huppé (Vanellus vanellus, Charadriidés)

Max : « Ben, en fait, ils habitent là tous les ans. »

Samuel : « Regardez ! Un anax napolitain ! »

Anax napolitain (Anax parthenope, Aeshnidés)

Samuel : « Pourquoi il bouge pas ? Il est tout mort ? »

Max : « Je descends voir. … Ah bah non ! Quand j’approche ma patte ses ailes se mettent à vibrer… »

Léo : « Bonome, tu peux en profiter pour faire des gros plans. »

Anax napolitain (Anax parthenope, Aeshnidés)
Anax napolitain (Anax parthenope, Aeshnidés)

Samuel : « Pourquoi il bouge pas ? Il devrait s’envoler ! »

Max : « Il est peut-être tout neuf ? Vous voyez une exuvie quelque part ? »

Léo : « Tu penses qu’il vient d’émerger ? Il serait tombé de son cocon en en sortant ? »

Max : « Je sais pas… Je vois pas d’autre hypothèse. »

Samuel : « On verra au retour si il est encore là. »

Léo : « Son absence sera pas la preuve qu’il s’est envolé. Il se sera peut-être fait dévorer. »

Max : « On retrouvera ses ailes alors. Les prédateurs mangent pas les ailes. »

Léo : « Il y a pas d’effarvattes ? L’an dernier il y en avait dans la roselière en bord du Grand Fleuve. »

Max : « Peut-être qu’on les entend pas. »

Léo : « Pas entendre une effarvatte ? Max… »

Max : « Elle est peut-être partie faire une course… »

Le chevalier : « Je propose une pause au bord de l’eau. »

Max : « C’est d’accord. On va pouvoir se dégourdir les pattes et toi tu vas manger ton sandouich. »

Léo : « Bonome et ses sandouichs 🙂 »

Samuel : « C’est pour ça que tu aimes tellement les longues inspections. Tu es pas obligé de te préparer du manger dans la cabane 🙂 »

Le chevalier : « 🙂 »

Max : « Tu nous donnes notre chocolat s’il te plaît ? »

Le chevalier : « Le voilà. Ne chahutez pas trop au bord de l’eau. »

Max : « On va faire attention 🙂 »

Un peu plus tard…

Le chevalier : « Vous êtes tout essoufflés. »

Léo : « On a joué à chat 🙂 »

Samuel : « Il y a pas des Odonates… »

Le chevalier : « Il est peut-être encore tôt dans l’année. »

Max : « Par contre il y a des araignées. C’est qui elle déjà ? »

Pardosa sp.

Le chevalier : « Pardosa sp. »

Max : « Tu précises pas l’espèce ? »

Le chevalier : « Peut-être lugubris… Pour savoir il faut la découper et étudier ses genitalia. »

Max : « Bonome, on découpe pas les zanimos ! Tu vas pas bien dans ta tête toi ! »

Léo : « Quand on gravera l’article il faudra rappeler ce que c’est la boule blanche sous son abdomen. »

Max : « Ce sont ses œufs. On l’a déjà vu. Par contre, on a jamais vu quand elle transporte ses petits. »

Le chevalier : « Petizours, pochage ! »

Max : « On grimpe ! »

Léo : « On est prêts ! »

Samuel : « Tu peux cavaler ! »

Max : « Tu as encore du chemin à parcourir. Tu es sûr de vouloir aller jusqu’au Royaume des Fauvettes ? »

Le chevalier : « Je l’ai déjà fait. »

Max : « Oui mais on venait pas de tout au bout du Territoire Busard. Là, tu fais le tour des trois villages. »

Léo : « Vous continuerez à discuter plus tard. Il y a une éphémère… »

Éphémère

Max : « Tu t’y connais en éphémères bonome ? »

Le chevalier : « Pas vraiment. »

Max : « Pas du tout ? »

Le chevalier : « D’accord 🙂 Comme vous le voyez, il ne replie pas les ailes sur son dos. Ce sont donc des Paléoptères comme les Odonates. »

Léo : « Il y en a pas d’autres ? »

Le chevalier : « Les autres ordres de Paléoptères sont connus uniquement à l’état de fossiles. »

Samuel : « Ephéméroptères et Odonates. D’accord. »

Max : « Quoi d’autres ? »

Le chevalier : « Les Ephéméroptères sont apparus au Carbonifère. »

Léo : « Il y a 350 millions d’années environ. »

Samuel : « Ah bah oui ! Il y a Meganeura au Carbonifère. C’est un Odonate. »

Max : « Pour ceux qui connaissent pas Meganeura je préciserai que c’est une espèce de libellule qui faisait environ 70 cm de large et un peu plus de long. »

Léo : « Oui mais au Carbonifère les zanimos étaient un peu géants. Les cafards mesuraient 10 cm, les araignées 20 cm. »

Samuel : « Et les Myriapodes ! Certains mesuraient 2 mètres de long pour 60 cm de large ! »

Max : « C’est parce que le taux de dioxygène dans l’air était bien plus élevé que de nos jours. Vous parlez de zanimos qui respirent par des trachées. Ça permet pas une grande taille les trachées. Sinon, il y a plus de tuyaux dans le zanimo que de zanimos. Sauf si le pourcentage de dioxygène est très important. Il me semble qu’au Carbonifère il atteignait 30 %. Ça fait beaucoup. Il faudrait que je trouve l’extrait du documentaire qui montre les élevages de blattes avec des pourcentages de dioxygène différents. A 25 % les blattes sont presque deux fois plus grandes qu’à 20 % de dioxygène. »

Léo : « J’aurais peur au Carbonifère moi. »

Max : « Il faut prévenir Tante Yvonne ! Elle sait pas forcément qu’au Carbonifère les zanimos étaient géants ! Le vent ! Dis le vent, tu veux bien prévenir Tante Yvonne pour qu’elle fasse attention. Dis lui bien qu’il vaut mieux éviter le Carbonifère. Et puis tu fais une bourrasque pour la dépeigner 🙂 »

Léo : « Merci le vent 🙂 »

Samuel : « Un opilion ! »

Faucheux (Phalangium opilion, Opilionidés)

Max : « Il est encore accompagné de ses acariens. »

Samuel : « C’est la phorésie ? C’est bien ça ? »

Max : « Oui petit Sam. »

Léo : « Qu’est ce que tu regardes bonome ? »

Le chevalier : « L’arbre là-bas… »

Léo : « Tu reconnais les zoisos ? À l’oreille je dirais qu’il y a des petites charbonnières. »

Le chevalier : « Bien ouïe Léo 🙂 »

Mésange charbonnière (Parus major, Paridés)

Le chevalier : « Il y a une petite grisette aussi… »

Fauvette grisette (Sylvia communis, Sylviidés)

Fauvette grisette (Sylvia communis, Sylviidés)

Le chevalier : « Et un petit véloce… »

Pouillot véloce (Phylloscopus collybita, Phylloscopidés)

Max : « C’est pas un arbre ! C’est une crèche 🙂 »

Samuel : « Tout ça de petits 🙂 »

Max : « Fais d’autres fotos bonome. »

Mésange charbonnière (Parus major, Paridés)

Fauvette grisette (Sylvia communis, Sylviidés)

Fauvette grisette (Sylvia communis, Sylviidés)

Léo : « Il faut pas rester. On est un peu loin mais j’ai pas envie d’effrayer tous ces petits. »

Samuel : « C’est la première fois qu’on voit des petits de trois espèces aussi proches. »

Max : « C’est vrai ça. C’est notre première crèche de zoisos. »

Le chevalier : « Dites les machins, il vous rappelle quelque chose ce Diptère ? »

Nephrotome de Pierre (Nephrotoma appendiculata, Tipulidés)

Max : « C’est un Tipulidé. »

Léo : « Le Nephrotome de Pierre ! »

Le chevalier : « Bravo Léo ! »

Max : « Il y a pas beaucoup des papillons. Des demi-deuils, quelques procrits… »

Léo : « Un Robert-le-diable ! »

Samuel : « Un vulcain. »

Max : « Et des Piéridés qu’on sait pas qui c’est… On progresse pas beaucoup en Rhopalocères. »

Léo : « On peut pas tout faire Max. Et puis on peut pas progresser si les Rhopalocères se montrent pas. »

Le chevalier : « Je prévois quelques sorties d’Arthropodologie. »

Max : « Quand ça ? »

Le chevalier : « A l’approche des vacances ou au début des vacances. »

Max : « Dans quels Royaumes ? »

Le chevalier : « Royaume des Geais… Et peut-être d’autres. Nous verrons bien. »

Samuel : « Ici et maintenant il y a surtout des pennipattes bleuâtres et des caloptéryx. »

Caloptéryx éclatant (Calpoteryx splendens, Caloptérygidés)

Pennipatte bleuâtre (Platycnemis pennipes, Platycnémidés)

Le chevalier : « Bon, je cavale jusqu’au Trou. »

Max : « D’accord:) Dire qu’au maximum des inondations tout était sous l’eau ici. »

Léo : « Il reste même plus une petite flaque. »

Samuel : « La terre doit quand même être bien mouillée. »

Note de Max : Au Trou, on a rien vu de spécial. Il y avait pas un seul Odonate ! Alors comme on est très en retard dans nos écrits, on va passer ce passage. On se retrouve sur le chemin 🙂

Léo : « Pas un seul Odonate ! »

Max : « Et presque pas de zoisos. »

Samuel : « Il y avait quand même un morillon. »

Max : « UN morillon ! Petit Sam, parfois il y en a des dizaines ! »

Léo : « Il y a quand même des alouettes des champs. »

Max : « Des mâles qui font des vols nuptiaux 🙂 »

Alouette des champs (Alauda arvensis, Alaudidés)

Alouette des champs (Alauda arvensis, Alaudidés)

Max : « C’est qui là-bas ? »

Le chevalier : « Je zoome… Ça va vous plaire 🙂 »

Bruant proyer (Emberiza calandra, Embérizidés)

Bruant proyer (Emberiza calandra, Embérizidés)

Max : « Un bruant proyer ! »

Léo : « C’est pas tous les jours qu’on en voit ! »

Samuel : « L’an dernier, on l’a vu avant le Trou. Mais c’est un peu le même secteur quand même. »

Max : « Ça laisse penser qu’ils viennent tous les ans ici. C’est bien ça. Il faudra le dire à Faune IDF. »

Léo : « Oh ! Qui vient de s’envoler ? »

Samuel : « Là ! Il s’est posé ! »

Max : « Ça alors ! »

Tourterelle des bois (Streptopelia turtur, Colombidés)

Léo : « Une tourterelle des bois ! »

Max : « Elle se sauve même pas ! »

Léo : « Vous avez vu son bec ? Il y a pas les cirres ! C’est une jeunette ! »

Tourterelle des bois (Streptopelia turtur, Colombidés)

Tourterelle des bois (Streptopelia turtur, Colombidés)

Samuel : « Code 50 chez les tourterelles des bois alors ! »

Max : « Ça alors ! C’est bien la première fois qu’on voit un code 50 chez les tourterelles des bois ! »

Léo : « Max, on en a vu pour la première fois dans la région l’an dernier il me semble. »

Max : « Je savais qu’elle se reproduisait rapidement mais quand même ! »

Léo : « Belle journée:) Monsieur Pie-Grièche écorcheur, un bruant proyer et maintenant une tourterelle des bois juvénile. »

Samuel : « Ça fait un peu Charentmaritimie 🙂 »

Max : « Bonome, tu es sûr de vouloir aller au Royaume des Fauvettes. J’ai l’impression que tu fatigues. »

Le chevalier : « Oui Max, je fatigue. Je dirais même que j’ai mal partout. Mais j’ai envie quand même. »

Léo : « Ça je comprends. Tu as envie de te défouler, de prendre l’air et de te fatiguer sainement. »

Le chevalier : « Oui Léo. Et de penser à autre chose qu’à la schola. »

Léo : « C’est pas facile de télé-enseigner par ordinateur. »

Le chevalier : « Ce n’est pas si difficile que ça. Mais c’est routinier et je suis assis tout le temps face à l’ordinateur. »

Max : « Tu le diras pas mais les élèves te manquent 🙂 »

Le chevalier : « Max, je suis maître dans une schola. C’est mon travail d’être avec les élèves. Oh ! »

Clytre des saules ou clytre lustré (Clytra laeviscula, Chrysomélidés)

Léo : « Des clytres de saules qui perpétuent leur espèce 🙂 »

Max : « On l’appelle parfois le clytre lustré. Je sais pas pourquoi. »

Samuel : « Il y en a un peu partout. C’est pas une surprise d’en voir. »

Max : « Ils sont souvent confondu avec des coccinelles. Mais ils sont trop allongés et le tarse à quatre segment comme chez n’importe quel Chrysomélidé. C’est pas un Coccinellidé le clytre. »

Max : « Bon, comme cet article est interminable, je vais gagner du temps en vous racontant directement. C’est plus facile que de refaire tous les dialogues. Alors… Ensuite, on a fait le tour de l’Étang des Fauvettes avec la traditionnelle pause au bord de l’eau. Toujours pas d’Odonates au bord de l’eau. Par contre, sur le long du chemin, nous avons vu des tas de caloptéryx.

Caloptéryx éclatant (Calopteryx splendens, Caloptérygidés)

Max : « Et puis une libellule fauve également. La première de l’année 🙂 »

Libellule fauve (Libellula fulva, Libellulidés)

Max : « Question papillons, ça a pas été terrible. Des demi-deuils et puis un paon du jour. J’aime bien cette foto alors je vous la montre. »

Paon du jour (Inachis io, Nymphalidés)

Max : « Ensuite, on est arrivés au 3ème village. »

Le village

Max : « Je voyais bien que bonome était tout fatigué. Et il fallait retourner à notre monture au premier village. C’est pas juste à côté. Alors, avec Samuel et Léo, on a décidé de faire silence. On a même fait semblant de dormir. Comme ça, bonome marchait sans s’arrêter et ça allait plus vite. Mais il a pas pu s’empêcher de faire le naturaliste notre bonome. Il a fotoé un jeune sympétrum strié. »

Sympetrum strié (Sympetrum striolatum, Libellulidés)

Max : « Et puis il a continué à cheminer sur le chemin. J’aime bien le paysage. »

Le village

Max : « C’est tout simple : un champ de blé, quelques arbres et un clocher. Mais nous on aime vraiment ces paysages. C’est un peu les vacances. On rêve pas toute l’année de partir deux semaines trop courtes au bout du monde nous. On préfère passer quelques heures à quelques lieues de chez nous. Ça nous aère. Et bonome aussi.»

Max : « Après le village, on est arrivés au Petit Bois qui borde le Territoire Busard. Il est tout petit ce Petit Bois. C’est plutôt un grand bosquet. On est jamais rentrés dedans. Mais là, il y avait des zoisos en sa bordure. Un hypolaïs… »

Hypolaïs polyglotte (Hippolais polyglotta, Acrocéphalidés)

Max : « Un pouillot véloce… »

Pouillot véloce (Phylloscopus collybita, Phylloscopidés)

Pouillot véloce (Phylloscopus collybita, Phylloscopidés)

Max : « On pense que c’est un petit. Ce serait le second code 50 de la journée chez les pouillots véloces. Il y avait aussi des linottes mélodieuses et des mésanges charbonnières. Mais on peut pas tout vous montrer. Déjà qu’il est interminable cet article… Comme bonome avait pas envie de rentrer, il a décidé de faire le détour par le Petit Royaume Sauvage puis par le Grand Étang. Je laisse la parole à Léo. »

Le Petit Royaume Sauvage…

Léo : « L’arrêt au Petit Royaume Sauvage a été assez court. C’était juste pour par rentrer tout de suite 🙂 On a fait le relevé à l’oreille en jetant juste un œil. On a vu un parent grébu. On a pas vu les petits mais on les a bien entendus 🙂 »

Grébu (Podiceps cristatus, Podicipédidés)

Léo : « Mais surtout, on a croisé un verdier d’Europe ! C’est pas rare un verdier mais ça faisait longtemps qu’on en avait pas vu ! Je les avais même oubliés moi. Honte sur moi ! Alors j’ai demandé pardon au verdier. Apparemment il m’en voulait pas puisqu’il a pris la pose. »

Verdier d’Europe (Carduelis chloris, Fringillidés)

Verdier d’Europe (Carduelis chloris, Fringillidés)

Verdier d’Europe (Carduelis chloris, Fringillidés)

Verdier d’Europe (Carduelis chloris, Fringillidés)

Léo : « Voilà pour le Petit Royaume Sauvage. Samuel, tu prends la suite ? »

Samuel : « D’accord. Alors on va au Grand Étang. »

Le Grand Étang…

Samuel : « C’est un hypolaïs polyglotte qui nous a accueillis. Il habite là avec sa famille… »

Hypolaïs polyglotte (Hippolais polyglotta, Acrocéphalidés)

Hypolaïs polyglotte (Hippolais polyglotta, Acrocéphalidés)

Samuel : « Au premier observatoire, il y avait les garrots. »

Garrot à oeil d’or (Bucephala clangula, Anatidés)

Samuel : « Là on en voit six à contre-jour mais certains observateurs en ont signalé jusque neuf. Ce sont surtout des juvéniles. Ils intriguent un peu le petit monde des ornithologues franciliens ces garrots. Avant le confinement, il y avait un couple. Et après le confinement, il y a ces petits déjà un peu grands. Ils sont capables de voler. Alors il y a deux hypothèses. Soit ce sont des petits nés ici pendant le confinement. Soit ce sont des petits qui sont nés ailleurs et qui sont arrivés petit à petit. Parce que dans les observations, au début, il y en avait pas neuf des garrots. Le nombre a augmenté au fil du temps. Au moment où j’écris ces lignes, ils sont plus là. On saura sûrement jamais si ils sont nés ici. D’après mes fiches, ce serait une première… Ensuite, on a revu un rossignol philomèle. »

Rossignol philomèle (Luscinia megarhynchos, Muscicapidés)

Rossignol philomèle (Luscinia megarhynchos, Muscicapidés)

Rossignol philomèle (Luscinia megarhynchos, Muscicapidés)

Rossignol philomèle (Luscinia megarhynchos, Muscicapidés)

Samuel : « L’an dernier, nous avons appris à reconnaître son chant et on entendait partout après. Et cette année, on les voit 🙂 C’est ce qui me plaît dans les inspections du Pays des Zoisos. On entend et on voit de plus en plus de zanimos 🙂 Mais cousin Max ronchonne parce que la saisie des données dans Faune IDF prend de plus en plus de temps. Comme on renseigne tous les groupes zoologiques, ça prend du temps… Oups, j’ai pas dit que le rossignol c’était au Grand Observatoire. Après on a vu une jeune fauvette à tête noire. Mais comme il commençait à être tard, la lumière est pas terrible… »

Fauvette à tête noire (Sylvia atricapilla, Sylviidés)

Samuel : « Du coup, on a décidé de rentrer. Mais vous savez comment c’est d’être naturalistes. Même quand on décide de rentrer on continue à observer. Ça s’arrête jamais. Et j’ai vu une grosse chenille sur le chemin… »

Bombyx du chêne (Lasiocampa quercus, Lasiocampidés)

Bombyx du chêne (Lasiocampa quercus, Lasiocampidés)

Samuel : « C’est la chenille du bombyx du chêne. C’est un Hétérocère. Chez les Hétérocères les chenilles sont souvent très grandes. Souvent elles sont plus grandes que le papillon lui-même. C’est étrange… Puis nous sommes revenus au premier observatoire. Le coucher de soleil s’annonçait pas terrible à cause qu’il y avait trop de nuages. Bonome était épuisé. Il a baissé la tête et vlan ! »

Larve de ver luisant (Lampyris noctiluca, Lampyridés)

Samuel : « Je sais. La foto est moche. Mais toutes les batteries de l’appareil étaient vides. Bonome a fotoé avec son téléphone et c’est pas fait pour… Ce zanimo est un larve de ver luisant. J’ai jamais vu de ver luisant la nuit. Ça doit être très beau. Et puis c’était pas fini… »

Rhinocéras (Oryctes nasicornis, Scarabéidés)

Rhinocéras (Oryctes nasicornis, Scarabéidés)

Samuel : « Oh ! Le gros coléoptère ! C’est la femelle du rhinocéros. Pas le rhinocéros Mammifère ! Le rhinocéros Coléoptère:) Là c’est une femelle. Alors elle a pas la corne sur le nez. Mais c’est vrai que le mâle rhinocéros ressemble beaucoup à un rhinocéros:) Voilà. Là c’est terminé. »

Max : « Merci petit Sam. Cet article très long est maintenant terminé. Il faut dire que l’inspection était très longue elle aussi. Pour la suite… On sait pas trop comment faire. Nous savons que les sorties suivantes ont été centrées sur l’Arthropodologie. »

Léo : « Il y a de chouettes fotos 🙂 »

Samuel : « Mais nous nous disons que ça va être un peu long à graver. »

Max : « Et puis tonton Rico m’a installé un nouveau site pour faire la Faune de Max ! Pour le moment, le site est juste dans l’ordi de bonome. Il est pas sur Internet. »

Léo : « Heureusement 🙂 Il est vide le site 🙂 »

Max : « Ben oui 🙂 Il vient d’être livré 🙂 On va y travailler et quand il y aura des tas d’articles on le mettra sur Internet. Mais ça fait beaucoup de travail. C’est pour ça qu’on sait pas trop ce qu’il va se passer. On va peut-être pas graver les articles de toutes les sorties qu’on a déjà faites. Ou alors des résumés. On verra bien. »

Léo : « Pour le moment, on va aller chahuter 🙂 »

Max : « J’ai une revanche à prendre sur petit Sam à la bagarre ! »

Samuel : « Ton rembourrage s’est enfin remis en place ? Profites-en ! »

Léo : « Chers lecteurs, nous vous remercions de votre fidélité ! »

Samuel : « Et nous vous disons : à bientôt ! »

Continuer la promenade

2 réflexions au sujet de « Juin, le 9 – Trois villages »

  1. Hello les machins ! Euh pardon les petizours 😀
    Il était interminable cet article, peut-être mais pas du tout ennuyeux au contraire et quand on est arrivés à la fin, on aurait bien dit « c’est fini déjà ? » 🙂
    De superbes fotos ! Rhoo la chance ! Pie grièche écorcheur, bruyant proyer, tourterelle des bois, verdier d’Europe !
    Nous aussi on a aperçu avec joie un verdier d’Europe ! le premier depuis longtemps 🙂 Et y a des codes 50 de charbonnières et pies dans notre mini royaume 🙂
    Brindille remercie Léo d’avoir expliqué à Max que parfois… ben les flouïdés on peut difficilement y échapper, air chaud, luminosité faible, c’est des histoires de focale touça quoi.. 🙂
    Serrage de pattes à tous et bonnes vacances au Chevalier, qui les a bien méritées !
    Arthur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.