Mai, le 22 – Le Royaume des Bruants

Max : « Bonjour à tous ! »

Léo : « Un bulletin d’informations un peu exceptionnel aujourd’hui ! »

Samuel : « Très exceptionnel même ! On en fait pas le mercredi d’habitude ! »

Max : « Mais là, il s’est passé quelque chose qui mérite d’être conté ! »

Léo : « Absolument cher Max ! »

Samuel : « Tout commence mardi soir, quand bonome est enfin rentré de la schola. »

Max : « On s’est connectés à Faune IDF pour savoir ce qu’il s’était passé dans la journée. »

Léo : « C’est obligatoire si on veut rester au courant de l’actualité. »

Samuel : « Et on a vu la nouvelle ! »

Max : « Mais trop tard ! »

Léo : « Quelle nouvelle nous direz-vous ? »

Max : « Un plongeon arctique est passé dans la région ! »

Samuel : « Gavia arctica, Gaviidés ! »

Léo : « Un plongeon arctique ! A vingt minutes de chez nous ! »

Max : « On est allés voir mercredi après midi. Bonome a accepté de sacrifier sa sieste pour cela ! »

Samuel : « Mais il était déjà parti le plongeon. »

Léo : « Zutalor ! »

Max : « Nous on l’a pas vu. On le regrette oulala ! »

Léo : « Bonome encore plus ! Il m’a dit que les plongeons sont les zoisos qu’il a le plus envie de voir. Il en parle jamais parce qu’il y en a pas dans la région normalement. »

Samuel : « Vous nous direz : ‘C’est bien joli tout ça, mais pourquoi parlez-vous d’un zoiso que vous avez même pas vu ? »

Léo : « Ben, déjà parce qu’on vous tient au courant de l’actualité ! »

Max : « Et parce qu’on a une image quand même ! »

Samuel : « Grâce à monsieur Thierry ! Il est gentil monsieur Thierry et il connaît bien les zoisos oulala ! »

Max : « Lui a vu le plongeon. La chaaance ! »

Léo : « Et il veut bien qu’on utilise sa foto ! Merci monsieur Thierry ! »

Plongeon arctique par monsieur Thierry 🙂

Max : « Voilà ! Vous avez vu le plongeon arctique ! »

Léo : « Quel beau zoiso ! »

Samuel : « Maintenant nous allons pouvoir vous faire un petit compte rendu de notre sortie. »

Max : « C’était au Royaume des Bruants. Il s’agit du petit Royaume où nous avions rencontré le harle piette. Vous vous souvenez ? »

Léo : « On était jamais retournés dans ce Royaume. »

Max : « Là, on est pas restés longtemps. Juste le temps que notre Tringa megapus fasse le tour de l’étang. »

Samuel : « Mais on s’est régalés quand même à cause que c’est la saison des petits ! »

Léo : « On en a vu beaucoup ! »

Max : « Et on a quand même eu une belle surprise. Commençons. »

Samuel : « Et nous débutons par une famille de bernaches du Canada. »

Bernaches du Canada Branta canadensis, Anséridés

Max : « Rien d’exceptionnel à cela ! Mais quel plaisir de voir ces petits 🙂 »

Léo : « Nous rappelons quand même que c’est une espèce férale, limite invasive… »

Max : « C’est vrai cher Léo. Comme les cygnes tuberculés, les canards mandarins, les perruches à colliers et des tas d’autres qui m’échappent au moment où je vous parle. »

Samuel : « Les foulques sont pas férales elles. »

Max : « Mais elles font des petits aussi comme le montre cette pas magnifique foto ! »

Foulques macroules, Fulica atra, Rallidés

Léo : « Je vous rappelle que nous étions dans ce Royaume pour voir le plongeon. Alors Megapus observait pas tout. Mais il a vu quand même cette libellule 🙂 »

Libellule déprimée, Libellula depressa, Libellulidés

Max : « Elle est comme bonome. Elle est déprimée 🙂 »

Samuel : « Bonome est pas déprimé ! »

Max : « Il est fatigué. Et quand il est fatigué il déprime. Il reste dans son fauteuil en se répétant qu’il est bon à rien. »

Léo : « Il nous emmène quand même aux zoisos ! »

Samuel : « Et il fait son travail pour la schola ! »

Max : « Oulala ! D’accord ! Il est juste fatigué ! Moi je le connais bien. Quand il est tout fatigué comme ça il déprime mon bonome. Et au lieu de le nier ils feraient mieux de prendre soin de lui… »

Léo : « Qu’est ce que tu marmonnes Maxou ? »

Max : « Rien du tout ! Je marmonne rien du tout !  Parlez plutôt de la scène avec l’insecte qu’on sait pas qui c’est ! »

Léo : « Oui Maxou. Pas râler Maxou 🙂 »

Max : « Grrr !!! »

Samuel : « Effectivement on sait pas qui c’est cet insecte. On l’a vu, agrippé à sa branche, jouer à déployer et replier ses ailes avant de s’envoler sans même dire au revoir. »

Léo : « Ensuite on a croisé un fuligule morillon 🙂 »

Fuligule morillon, Aythya fuligula, Anatidés

Max : « Ils sont rares en cette saison. Normalement ils migrent et on sait pas où ils vont. »

Samuel : « Lui a dû rater le départ. »

Léo : « Ou alors il se plaît bien ici et à décidé de rester. »

Max : « On remarque que les zoisos sont un peu perturbés à cause du réchauffement climatique. Les cartes de répartitions ancestrales commencent à plus être à jour. »

Samuel : « Certains zoisos passent l’hiver là où autrefois ils faisaient une simple pause pendant leur migration. »

Léo : « D’autres migrent plus du tout. »

Max : « Les zoisos du sud de la France remontent de plus en plus vers le nord. »

Samuel : « Et ceux du nord remontent aussi. »

Max : « Mais bon, on va pas parler de ça sinon on va encore détester les zoms et leurs bêtises ! »

Léo : « Ils veulent pas comprendre qu’eux aussi dépendent de l’environnement et qu’un jour ils auront plus du manger. »

Samuel : « Déjà que l’air devient irrespirable ! Ça fait des dizaines de milliers de morts par an chez les zoms ! »

Max : « Mais pas des morts brutales. Des morts anticipées. La personne aurait pu vivre plus mais non. Arg ! Mais ça se voit pas. »

Léo : « Alors que lorsqu’il y aura plus du manger ça va se voir. »

Samuel : « Mais il sera trop tard. »

Max : « Revenons aux petits du Royaume des Bruants. »

Samuel : « Il y a eu les petits colverts 🙂 »

Canards colverts, Anas platyrhynchos, Anatidés

Léo : « Et c’est à ce moment qu’on a eu notre belle surprise. »

Max : « Pas aussi belle que le plongeon arctique qu’on a raté mais quand même ! »

Samuel : « Un zoiso est arrivé en volant à basse altitude. »

Léo : « Il décélérait pour se poser. »

Max : « Avec la surprise, la vitesse, on l’a pas reconnu en vol. »

Samuel : « On s’est dit que c’était un héron cendré. »

Max : « Mais non ! »

Oie à tête barrée Anser indicus, Anséridés

Léo : « Une oie à tête barrée ! La chaaance ! »

Max : « On est pas venus pour rien 🙂 »

Samuel : « C’est encore une espèce férale. Normalement elle vit en Asie l’oie à tête barrée. »

Léo : « C’est l’un des zoisos qui vole le plus haut ! Plus de 8000 mètres d’altitude ! Là où le dioxygène est rare ! »

Max : « Mais elle a pas le choix l’oie à tête barrée ! Elle passe l’été au nord de l’Himalaya et l’hiver au sud ! Alors elle doit passer par dessus cette gigantesque chaîne de montagnes en volant ! »

Léo : « Voilà pour la surprise. »

Samuel : « Pour terminer ce bulletin d’informations je vous propose un peu de douceur encore une fois. »

Max : « Grâce à une famille de cygnes tuberculés 🙂 »

Cygnes tuberculés, Cygnus olor, Anséridés

Le plongeon arctique

Max : « Le plongeon arctique (Gavia arctica) est un zoiso aquatique de la famille des Gaviidés, ordre des Gaviiformes. C’est donc un cousin des Grèbes. Il peut atteindre 70 cm de long pour une envergure de 120 cm environ. Sa masse corporelle est comprise entre 2500 et 3400 g selon qu’il a gloubé un poisson juste avant la pesée ou qu’il est au régime forcé pour cause de migration. Notons qu’il peut vivre jusqu’à 27 ans ! »

Plongeon arctique par monsieur Richard 🙂

Léo : « L’été, le plongeon arctique habite les régions circum-polaires d’Eurasie et d’Amérique du nord. En automne il migre vers le sud mais sans dépasser la latitude de la Méditerranée. On le trouve un peu partout sur les bords des mers intérieures d’Eurasie mais aussi le long des océans. Il peut aussi hiverner sur des grands lacs. Les retours de migrations, à partir de la mi-août, peuvent se faire en partie à la nage à cause que les petits tout neufs volent pas encore très bien. Les migrations se font toujours en petits groupes. »

Pareil 🙂

Samuel : « Le plongeon arctique est un très bon ploufeur ! Il nage grâce à ses pattes mais peut également utiliser ses ailes pour avancer plus vite. Ses plongées durent jusque 45 secondes et il peut atteindre 6 mètres de profondeur. Les images sous marines montrent que le plongeon provoque presque aucun remou sous l’eau ! »

Encore 🙂

Max : « Ce magnifique zoiso est malheureusement en régression un peu partout. En Finlande par exemple, où la pollution des œufs par le mercure entraîne une baisse du taux de natalité. Un peu partout c’est la disparation des zones humides ou la pression humaine sur les zones côtières qui représente une menace sur les populations de plongeon arctique. Toutefois l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature le classe seulement en préoccupation mineure. »

Samuel : « Pour terminer, signalons qu’au Japon les plongeons ont longtemps été considérés comme des messagers des dieux. En effet, lors de leur hivernage dans l’archipel ils avaient l’habitude de pêcher les grands bancs de petits poissons. Or ces grands bancs attirent également de gros poissons que les zoms aiment à pêcher. Et les plongeons signalaient les bancs aux pêcheurs qui, parfois, réalisaient de telles pêches qu’ils gagnaient en une sortie de quoi vivre toute l’année. Cette anecdote montre que zoms et zanimos peuvent vivre en toute harmonie 🙂 »

Max : « Voilà ! Ce bulletin d’information est maintenant terminé ! Nous vous remercions de l’avoir suivi 🙂 »

Léo : « Nous vous souhaitons une bonne journée ! »

Samuel : « Et nous vous disons : à bientôt ! »

Continuer la promenade

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.