Mai, le 6 – Le Grand Étang

Max : « Bonsoir à tous ! »

Léo : « Nous voici de retour chez nous ! »

Samuel : « Après des vacances reposantes riches en zoisos 🙂 « 

Max : « A vrai dire, ici aussi c’est riche en zoisos 🙂 « 

Léo : « C’est ce qu’on va vous raconter de ce pas ! »

Max : « Dans un bulletin d’informations en direct-différé encore une fois un peu particulier. »

Samuel : « C’est toujours un peu particulier 🙂 « 

Max : « Là c’est parce qu’on a fait deux sorties au Grand Étang. »

Léo : « Dimanche après midi malgré les averses. »

Max : « Bonome en avait assez de corriger des copies alors il a sauté dans ses chaussures et zou ! Au Grand Étang ! »

Samuel : « Et on a eu une surprise ! Vous imaginez même pas ! »

Max : « Mais les fotos étaient pas belles alors quand bonome a ouvert les yeux ce matin et qu’il a vu qu’il faisait beau il a re-sauté dans ses chaussures et re-zou ! Au Grand Étang ! »

Léo : « Et la surprise était encore mieux ! »

Max : « Mais on va pas commencer par la surprise. »

Léo : « Ben non 🙂 « 

Samuel : « On va donner des nouvelles des zoisos ! »

Max : « En commençant par les Ansériformes. Avec juste quelques nouvelles. Samuel, nous vous écoutons ! »

Samuel : « Et bien il y a des nettes rousses. Nous avons vu trois mâles adultes. »

Nette rousse, mâle adulte, Netta rufina, Anatidés

Samuel : « Mais nulle trace de notre cher petit couple dont la femelle a une grosseur à la base du cou. Nous espérons qu’elle va bien. »

Max : « Nous l’espérons 🙂 « 

Samuel : « Nous vîmes également deux couples de canards chipeaux. »

Monsieur et madame Chipeau Anas strepera, Anatidés

Samuel : « Monsieur Chipeau a pris la pose aujourd’hui 🙂 Et il me semble que madame cherchait un site de nidification dans la végétation au pied de l’observatoire. »

Madame Chipeau

Samuel : « Je signalerai également un conflit entre ces deux couples de chipeaux. Rien d’étonnant si l’hypothèse de la nidification d’un des deux couples est vraie. Passons maintenant aux bernaches du Canada. Deux couples semblent nidifier dans la prairie qui borde le Grand Étang. Un autre couple a déjà des petits ! »

Léo : « Des bernachons ? Il y a des bernachons ? »

Samuel : « Il y en a quatre ! »

Max : « Rhooo la chaaance ! Montrez nous un peu ça cher Samuel ! »

Bernache du Canada Branta canadensis, Anséridés

Samuel : « Pour terminer je signalerai la présence de quelques fuligules morillons et de canards colverts. »

Max : « Et les cygnes tuberculés ? »

Samuel : « Rien à signaler de ce côté. Il est toutefois possible qu’un couple couve mais il se trouve tout là-bas et on voit pas bien. A vérifier… »

Max : « Merci pour ces nouvelles des Ansériformes cher Samuel. Léo, des nouvelles de Laridie ? »

Léo : « Bien sûr ! Les Laridés les plus abondants en ce moment sont les mouettes qui rigolent. Et elles s’accouplent ! »

Samuel : « Code atlas : 6 ! »

Mouettes qui rigolent Chroicocephalus ridibundus

Léo : « Il y a également des jeunes goélands. Malheureusement notre cher bonome perd des cheveux à chaque fois qu’il cherche à identifier des goélands immatures. Nous pensons qu’il y a surtout des jeunes leucophées de deuxième année civile. Mais il nous semble également avoir aperçu des goélands bruns de même âge… »

Jeunes goélands Larus sp.

Max : « C’est un peu compliqué les jeunes goélands. »

Léo : « Et oui. Il nous faudrait une formation. Nous vîmes également quelques sternes pierregarins. Pas plus de cinq ou six alors qu’il doit y en avoir une vingtaine actuellement. La bonne nouvelle est qu’elles paradent ! »

Sterne pierregarin Sterna hirundo, Laridés

Léo : « Et il y a les guifettes noires ! Elles sont toujours là ! Toutes les sept 🙂 « 

Guifettes noires, Chlidonias niger, Laridés

Max : « Je vois qu’elles sont en plumage nuptial. Nichent-elles ici ? »

Léo : « Je ne pense pas. La plupart des observations ici ont eu lieu en avril ou en mai. Je pense plutôt qu’elles sont de passage lors de leur migration. »

Max : « Où vont-elles ? »

Léo : « Aucune idée ! Je sais qu’elles hivernent au large de l’Afrique du nord. Pendant leur hivernage elles sont essentiellement pélagiques c’est à dire qu’elles ne reviennent que rarement sur la terre ferme. »

Max : « Merci pour ces précisions cher Léo. D’autres nouvelles ? »

Léo : « Et bien non. Pas de trace des guifettes moustac… Je vous cède donc la parole. »

Max : « Merci Léo. Quelques brèves en commençant par les bergeronnettes. Les grises sont bien agitées et il me semble en avoir aperçu qui transportaient de la nourriture. »

Samuel : « Code atlas 16 ! »

Max : « Merci petit Sam 🙂 Et il me semble avoir vu une jeune bergeronnette des ruisseaux. »

Bergeronnette des ruisseaux Motacilla cinerea, Motacillidés

Max : « Qu’en pensez-vous chers cousins ? »

Samuel : « Elle a vraiment l’air toute jeune. »

Léo : « Les pattes roses sont caractéristiques de la bergeronnette des ruisseaux. Je suis d’accord avec vous cher Maxou. »

Max : « Alors elle doit attendre de grandir encore un peu avant de migrer elle aussi. Et puis il y avait trois grébas ! »

Grébas, Grèbes à cou noir, Podiceps nigricollis, Podicipédidés

Max : « Voilà pour les quelques brèves. Nous vîmes également quelques fauvettes grisettes et à tête noire. »

Léo : « Et une fauvette babillarde ! On l’a bien vue ! »

Samuel : « On l’a même bien reconnue ! »

Max : « Et bonome a pas réussi à la fotoer ! Mais qui nous a fichu un bonome pareil ? Rater une fauvette babillarde juste là ! »

Léo : « Cher petit Sam, pouvez-vous nous parler des chevaliers pendant que notre cher Maxou se calme un peu ? »

Samuel : « Je peux 🙂 Nous vîmes trois espèces : trois ouaf-ouaf, un gambette et au moins quatre guignettes ! »

Chevalier aboyeur Tringa nebularia
Chevalier gambette Tringa totanus

Chevalier guignette, Actitis hypoleucos

Aboyeur et gambette

Aboyeur et guignette

Samuel : « Voilà pour les chevaliers ! Il y avait aussi bonome qui est un grand chevalier mais c’est pas un Scolopacidé 🙂 « 

Léo : « Merci petit Sam. Max, des nouvelles des œdicnèmes criards ? »

Max : « Nous avions signalé un code 18 potentiel (nid vu avec un adulte couvant). Mais on peut pas vérifier. Hier on a pas pu voir le nid à cause qu’il faisait pas beau. Et aujourd’hui on y a pas pensé… Mais on a vu un œdicnème quand même ! »

Samuel : « Il s’est posé juste là ! Devant nous comme ça ! »

Max : « Alors on l’a suivi en fotoant le plus possible. On vous montre ça… »

Burhinus oedicnemus Burhinidés

Max : « On a mis beaucoup de fotos parce que c’est pas tous les jours qu’on le voit bien comme ça l’oedicnème. »

Léo : « C’est un zoiso très craintif ! »

Samuel : « Il se sauve très vite ! »

Max : « Mais nous on l’a vu comme ça 🙂 Bon, on passe à la surprise ? »

Samuel : « Oh oui ! »

Léo : « On rejoue la scène avec des fotos prises sur le vif ! »

Max : « C’est parti ! »

Dimanche

Le chevalier : « Mon Léo, tu connais vraiment tout le beau livre de zoisos de Max ? »

Léo : « Pas encore bonome mais je progresse. »

Max : « Pfff ! Il le connait pas cœur ! »

Le chevalier : « Je pose les jumelles. Dis moi ce que tu penses de ce zoiso. »

Samuel : « Oulala cousin Léo a fait poum ! Bonome, il faut faire quelque chose ! »

Le chevalier : « Je m’en occupe. Regarde toi aussi mon petitours. »

Max : « Ah bah petit Sam a poumé aussi. Bonome, tu as deux petizours en arrêt cardio-ventilatoire. Tu vas faire quelque chose ? Le bouche à bouche ? Le massage cardiaque ? »

Le chevalier : « Ils vont se remettre 🙂 Tu veux voir ? »

Max : « Ben… Si ça doit me provoquer l’arrêt cardio-ventilatoire aussi je préfère pas. »

Samuel : « Mmmm… J’ai rêvé ? Cousin Léo ? Tu es pas remis ? Cousin Léo ! »

Max : « Il revient à lui 🙂 Bon, on peut voir ce zoiso sans que vous poumiez dans les pommes ? »

Léo : « Bonome… C’est même pas possible ! »

Le chevalier : « Ben… Il est là, devant nous… »

Max : « Montrez moi la foto ! »

Le chevalier : « Je te préviens : elle est moche. »

Max : « Montre ! »

Le zoiso

Max : « Ah… Donc ce zoiso vous fait cet effet. Et c’est qui ? »

Léo : « Bonome, aurais-tu l’obligeance de me donner le beau livre de Max s’il te plaît ? »

Le chevalier : « Bien sûr mon Léo. Je te l’ouvre à la bonne page… Voilà. »

Les petizours et le beau livre de zoisos de Max

Max : « Donc c’est un grand labbe… »

Samuel : « Stercocarius skua, Stercocariidés. »

Léo : « Max ! C’est un zoiso pélagique normalement ! Il vit au large ! Même sur les côtes bretonnes il est rare ! »

Max : « Et il vient ici ? »

Le chevalier : « Apparemment… »

Léo : « Bonome, il faut fotoer sinon les lecteurs de Max vont pas nous croire ! Et Faune IDF non plus ! »

www.faune-iledefrance.org

Ça c’est la capture d’écran de quand on s’est connectés après avoir publié nos obs 🙂 Les dernières observations en haut à droite, c’est nous 🙂 Et les symboles bizarres devant le nom du grand labbe ça veut dire que Faune IDF arrive pas à y croire. L’obs doit être vérifiée par le comité national d’homologation. Mais on s’en fiche parce qu’on a des fotos à montrer ! Alors ça va être validé 🙂 Puisqu’on parle des fotos… Il y a les moches de dimanche. Et des mieux d’aujourd’hui 🙂

Un grand labbe un peu impressionniste 🙂

Là il était encore un peu loin. Bonome le fotait régulièrement et observait ailleurs. Parfois on le voyait plus. Et puis, d’un coup, en retournant le voir, on a vu un zoiso décoller de l’eau…

Apparemment il est blessé à la patte droite. Elle reste pliée en vol. Et quand il a ahétanhi c’était pas bien maîtrisé. On devrait le présenter à notre ami le leucophée handicapé de la patte du Royaume des Bernaches. Il pourrait lui donner des conseils. Bon, on l’a raté quand il était tout tout proche le grand labbe. Mais là, il était quand même pas loin 🙂

C’est pas tout le monde qui a vu un grand labbe en Île de France 🙂 Je dirais bien qu’on voit de beaux zoisos mais j’ai peur de vous lasser. Avec Samuel et Léo on se demande comment ça se fait qu’on en voit autant ces derniers temps. On se dit que c’est parce qu’on observe de mieux en mieux. Ou bien qu’on a de la chance. Mais on préfère penser que c’est parce que les zoisos nous aiment bien et qu’ils veulent voir le grand chevalier aux petizours 🙂

Continuer la promenade

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.