Mars, le 27 – Nos zoisos

Max : « Bonsoir à tous ! »

Léo : « Nous revoici ! »

Samuel : « En direct différé depuis notre cabane ! »

Max : « Ben oui… »

Léo : « A cause que bonome a des tas de copies qu’il veut même pas brûler pour s’en débarrasser. »

Samuel : « Comme on peut pas aller aux zoisos on s’est dit qu’on pourrait les fotoer depuis la cabane. »

Max : « Bonome nous a installé l’appareil et on s’est débrouillés tout seuls. »

Léo : « Le gros appareil est tellement lourd qu’on doit s’y mettre à trois pour le tourner. »

Max : « Mais on y arrive quand même ! »

Samuel : « Parce qu’on est très forts 🙂 « 

Max : « Bon en fait, on fait un bulletin d’informations en direct différé pour donner des nouvelles de nos zoisos. »

Léo : « Parce que notre ami Arthur, petitours de Brindille, nous a envoyé un petit film en direct différé depuis le Petit Royaume de Brindille. »

Samuel : « Nous on a des zoisos mais Brindille a carrément un Royaume ! »

Max : « Trêve de jalousie ! Envoyez le petit film de Brindille ! »

Max : « Merci Arthur et Brindille de nous donner des nouvelles de votre rougegorge. »

Léo : « Bonome, qui est polyglotte du zoiso, veut pas nous traduire ce que dit rougegorge. »

Samuel : « Il dit que nos petites oreilles de petizours en rougiraient ! »

Max : « Parce que rougegorge est pas toujours très poli. Bien, passons aux nouvelles du jour ! Léo, quel est le titre principal de cette édition ? »

Léo : « Les rougequeues noirs sont revenus ! »

Max : « Les rougequeues noirs ? »

Léo : « Oui oui ! Les rougequeues noirs ! J’ai d’abord reconnu le chant du mâle. »

Samuel : « Il faisait le code atlas numéro 3 : mâle chanteur ! »

Max : « Cher Léo, pourriez-vous nous imiter ce rougequeue noir mâle qui chante s’il vous plaît ? »

Léo : « Je peux ! »

Samuel : « Précisons que ce charmant zoiso chante bien avant le lever du soleil. »

Léo : « Et qu’il reprend le soir quand le soleil se couche. »

Max : « Merci chers cousins. Mais le vîmes-nous ? Avons-nous des images à proposer à nos chers lecteurs ? »

Samuel : « Bien sûr ! Nous vîmes d’abord le mâle en train de chanter mais sous un éclairement assez peu favorable… »

Rougequeue noir mâle Phaenichurus ochruros, Muscicapidés

Max : « Ces images sont suffisantes pour bien l’identifier. Un zoiso noir dessus, gris dessous avec du blanc sur l’aile et du orange sur la queue. »

Samuel : « Plus tard nous vîmes monsieur et madame se courir après. »

Léo : « Se voler après serait plus juste cher petit Sam. »

Max : « Êtes-vous en train de dire qu’ils paradaient ? »

Samuel : « Absolument cher cousin Max ! Juste sous nos yeux ébahis ! Code atlas 6 ! »

Max : « A peine arrivés et ils se préparent déjà à faire des œufs ! Quelle bonne nouvelle ! »

Léo : « Il me semble que vous avez une autre bonne nouvelle Maxou. Pouvez-vous nous en dire plus ? »

Max : « Il se trouve que pendant que nous observions les rougequeues je vis un zoiso passer et se poser là-bas sur l’arbre. Un peu loin certes mais cela est plus un problème avec le super méga zoom ! »

Samuel : « Et qui était donc ce zoiso ? »

Max : « Voyez par vous mêmes ! »

Pic épeiche Dendrocopos major, Picidés

Léo : « Un pic épeiche ! A deux pas de notre cabane ! »

Max : « Il me semble qu’il visitait cet arbre. »

Samuel : « Oulala ! J’espère que ça lui plaît et qu’il viendra s’installer en couple pour faire des œufs ! »

Max : « Le tronc me paraît un peu mince pour accueillir un nid de pic épeiche. Passons aux zoisos fréquents dans le secteur mais qu’il nous est toujours plaisant d’observer. »

Samuel : « Oui cousin Max. Il y a les pigeons ramiers par exemple. »

Pigeon ramier Columba palumbus, Columbidés

Samuel : « Ou les étourneaux sansonnets… »

Etourneau sansonnet, Sturnus vulgaris, Sturnidés

Max : « Quel magnifique zoiso ! Il me semble qu’un couple a niché non loin d’ici l’an dernier. »

Léo : « Oui et nous irons sous peu inspecter le site pour voir si cette année encore le couple a une nichée. »

Samuel : « Avec un peu de chance nous pourrons montrer les petits à nos lecteurs. »

Max : « Nous l’espérons cher petit Sam. Passons sur les moineaux et les perruches à colliers dont nous avons aucune image… Léo, quel reportage nous avez-vous préparé ? »

Léo : « Il me semblait judicieux de parler des mésanges. »

Max : « Ah, nos chères mésanges 🙂 « 

Samuel : « Les bleues ont été assez discrètes pendant notre période d’observation. Une seule s’est manifestée… »

Léo : « Et les fotos ont disparu ! »

Max : « Cette tête de linotte de bonome a dû les supprimer par mégarde ! Qu’il est étourdi ce grand dadais ! »

Samuel : « Ne soyez pas trop sévère avec lui cher cousin Max ! Nous aurons l’occasion de prendre d’autres fotos et certainement de plus belles. »

Max : « Ben oui mais là on a pas des fotos à présenter ! Pfff ! »

Léo : « Alors passons aux mésanges charbonnières. Tonton Rico nous disait il y a peu qu’il en entendait dès potron-minet. Dois-je imiter ce chant quelque peu irritant quand il résonne avant le réveil ? »

Max : « L’information avant tout cher Léo ! »

Léo : « Alors je m’exécute ! »

Max : « Chers cousins vous êtes témoins que j’aime beaucoup les zoisos. »

Léo : « Nous sommes ! »

Max : « Eh bien parfois, en entendant ce chant, j’ai envie de caillasser le zoiso ! »

Samuel : « De le caillasser ? »

Max : « Absolument ! Pour le faire taire ! »

Léo : « Mais vous le faites pas ! »

Max : « Ben non ! Je suis bien éduqué moi. Je retiens mes pulsions d’agressivité. Mais j’ai envie quand même. »

Léo : « De si beaux zoisos ! Regardez un peu ça ! »

Mésange charbonnière femelle, Parus major, Paridés

Léo : « Chez les mésanges charbonnières monsieur se distingue de madame par sa large cravate noire qui se prolonge et s’élargit sous le ventre. »

Max : « Et par le fait qu’il pioutepioute dès potron-minet et qu’on peut pas dormir dans cette cabane parce que les mésanges font des codes atlas ! »

Samuel : « C’est le prix à payer pour voir les petits cher cousin Max. »

Léo : « Ça devrait pas tarder ! Monsieur et madame ont visité un appartement. En fait, ils l’occupent tous les ans pour y faire leurs petits. Et maintenant qu’on a des restaurants à zoisos, ils sont privilégiés. »

Samuel : « Ils ont du manger en deux coups d’ailes ! »

Léo : « Et ensuite les petits peuvent venir eux-aussi sans se fatiguer. »

Samuel : « Et nous on se régale en les observant. »

Max : « Je comprends que vous vous réjouissiez par avance de ce spectacle fascinant mais avez-vous des images de la visite de l’appartement ? »

Léo : « Bien sûr ! »

Samuel : « Nous nous étions dépêchés sur place en urgence pour en pas rater une miette ! »

Léo : « Nous sommes des professionnels de l’information en direct différé nous ! »

Samuel : « Envoyez donc les images ! »

Max : « Madame a effectivement l’air très satisfaite de la visite. Nos charbonnières sont donc passées en code 7 ! »

Léo : « Bien sûr ! Nous les avons même vues apporter de quoi l’aménager ! »

Samuel : « Alors c’est code 10 ! Si on pouvait les voir faire des œufs ! »

Max : « Ce serait un grand plaisir ! D’autres informations ? »

Léo : « Non, c’est tout pour aujourd’hui ! »

Samuel : « Alors nous pouvons rendre l’antenne sur une magnifique image de mâle charbonnier chanteur ! Au revoir amis lecteurs et à vous en particulier Arthur et Brindille ! »

Léo : « Babbati aussi ! »

Max : « Et Coquelicot et Paul même si ils donnent jamais de nouvelles et que c’est pas gentil ! Grrr ! »

Continuer la promenade

4 réflexions au sujet de « Mars, le 27 – Nos zoisos »

  1. Bonjour Babbati,
    Nous on a pas la huppe fasciée dans notre jardin. Il y en a de signaler parfois dans la région mais c’est très rare. Alors on se contente de la voir en Charentmaritimie 🙂
    Et puis c’est pas les cigognes qui brûlent mais leur nid ! On comprend pas comment le nid a pu brûler. Il faudra que tu nous expliques ça…

  2. Bon Ben oui, y’a du bô zoizos, mais Babbati il a du Huppe fasciée dans son jardin…. rhôôôô et des cigognes qui prennent feu mais qui revivent ailleurs, Na, c’est triste mais Na quand même.
    Et même qu’il entend le chant (cri) du huppe le weekend, ce qui veut dire l’habite pas loin…. re na.

  3. Bonjour Arthur,
    Le pic épeiche était un peu loin et il a fait que passer. Mais on est bien contents de l’avoir vu depuis la cabane. Nous aussi on a des perruches qui viennent chiper le manger de nos mésanges et nos moineaux. Mais on les laisse faire…
    Le chant du rougequeue noir on l’a volé à monsieur Internet. Mais ce soir on l’a enregistré en vrai. On va refaire l’article sur nos zoisos. Il sera à part et on le fera évoluer en fonction de nos observations. On fait ça dès qu’on a le temps et on mettra le chant du rougequeue noir. Léo s’entraîne à l’imiter. On pourra mettre votre film aussi dans cet article. Là, on fait l’article des infos d’hier. on est retard…
    A bientôt Arthur. On te serre la patte. Et gratouillis à Brindille 🙂

  4. Hello les potes ! merci pour cet article sur les zoisos de votre cabane ! Rhoo la chance de voir un pic épeiche et des mésanges qui visitent un appartement !
    Nous on a des perruches qui viennent dévorer les cacahouètes dans le mini Royaume de Brindille ! Grrr.. On vous a envoyé une vidéo !
    On a aussi un rougequeue noir qui vient chanter en ce moment, mais il chante pas comme le vôtre, on en est tout chiffonnés avec Brindille 🙁 Peut-être il est triste d’être tout seul ? on va essayer de l’enregistrer pour vous faire écouter.
    Gratouillis et serrage de pattes 🙂
    Arthur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.