Février le 28 – L’Île Où On Va à Pieds

Jeudi 28 Février, An VI

Léo : « Max ! Maaax ! Réveille toi ! On s’est endormis ! »

Max : « Mmmmm… »

Léo : « Max ! On a tout dormi ! »

Max : « Mmmm… Quoi ? On a siesté ? »

Léo : « Ben oui ! Je viens de me réveiller ! »

Max : « Oulala ! Et notre bulletin d’informations alors ! Vite, on s’y met ! »

Samuel : « C’est prêt 🙂 « 

Max : « C’est prêt ? »

Samuel : « Oui. Quand j’ai vu que vous dormiez j’ai demandé à bonome de m’aider à tout préparer. Si vous acceptez mes choix, tout est prêt ! On peut se lancer pour le direct différé. »

Max : « On peut voir ? »

Samuel : « Ben oui ! Comme ça vous préparez vos interventions. »

Léo : « Bravo petit Sam ! »

Un peu plus tard…

Max : « Amis lecteurs, bonsoir ! Soyez les bienvenus dans notre bulletin d’informations quotidien ! »

Léo : « En direct différé depuis la Charentmaritimie ! »

Samuel : « Commençons par le titre principal. Quel est-il cher cousin Max ? »

Max : « Et bien, à vrai dire, il s’agit d’une fort mauvaise nouvelle. Il y a pas des zoisos ! »

Léo : « Pas de zoisos ? »

Max : « Pas… J’exagère un peu. Disons qu’ils sont rares. Déjà hier nous avons été surpris d’en voir si peu au Royaume des Chevaliers. »

Léo : « Aujourd’hui nous avons longuement parcouru le Marais et c’est vrai que les zoisos étaient rares. »

Samuel : « Ce qui est de plus en plus fréquent. »

Max : « Est-ce ponctuel ou est-ce annonciateur d’une tendance lourde ? »

Léo : « Seul le temps nous le dira mais nous craignons une forte diminution des populations. »

Samuel : « Ce que de nombreuses études semblent déjà indiquer. »

Max : « Après ce premier titre inquiétant passons à l’actualité du jour en nous tournant vers les rapaces. Léo, que pouvez-vous nous dire ? »

Léo : « Comme d’habitude les plus fréquents ont été les crécerelles. Puis viennent les busards des roseaux. Nous en avons quelques belles fotos que je vais pas tarder à vous montrer. Ensuite il y a quelques buses variables. Mais pour le moment, pas de milans. Ni noirs, ni royaux. Et nulle trace de notre busard Saint-Martin habituel… »

Max : « Encore une triste nouvelle. Passons aux fotos… »

Busard des roseaux Circus aeruginosus, Accipitridés

Léo : « Les Anséridés à présent. Quelques dizaines, ou centaines de bernaches cravant ont été aperçues autour de l’Île Où On Va à Pieds. Il s’agit de l’un de leurs lieux d’hivernage favoris. Elles trouvent là le repos et le couvert. »

Samuel : « On en trouve un peu partout dans l’archipel Charentais notamment le long des vastes estrans vaseux qui séparent le continent de la vaste Île d’O où nous sommes jamais allés. »

Bernaches cravant, Branta bernicla, Anséridés

Samuel : « Il semblerait donc que les bernaches cravant aillent bien. Passons maintenant aux Ardéidés. »

Léo : « Oui petit Sam. Ils sont très fréquents dans la région qui offre en abondance leur habitat préféré, à savoir les marais. Les hérons cendrés, grandes aigrettes et aigrettes garzette sont légions… »

Héron cendré Ardea cinerea, Ardéidés
Grande aigrette Aigrette garzette

Max : « Nous avons eu la chance de rencontrer un groupe comprenant une quarantaine de Hérons garde-bœufs. »

Samuel : « Bubulcus ibis, Ardéidés. »

Hérons garde-boeufs, Bubulcus ibis, Ardéidés

Max : « Mais ils gardaient du rien du tout ! Attention les garde-bœufs ! Si vous gardez rien cela signifie que les bœufs sont pas gardés et ils risquent de se faire voler ! »

Léo : « Et oui… Quel souci les garde-bœufs ! Notons que pour le moment les hérons pourprés ne sont pas encore revenus de tout là-bas où ils passent encore l’hiver. »

Samuel : « Nous vîmes ni bihoreaux gris ni crabiers-chevelus… »

Max : « Autant dire que la famille Ardéidés est pas encore au complet ! Mais patience… »

Léo : « Oui, patience. Notons aussi que certains garde-bœufs sont déjà en plumage nuptial comme vous avez pu le voir sur les fotos. »

Samuel : « Passons aux Laridés. Cher cousin Léo, vous qui aimez tant les Laridés pouvez-vous nous en parler ? »

Léo : « Que dire ? Nous en avons vu assez peu. Quelques mouettes rieuses de ci de là, un ou deux goélands marins… Même les Laridés semblent rares. A part les goélands cendrés qui commensalisent ? »

Max : « Comment ça, Lise ? »

Léo : « Rho la saproblague ! »

Max : « Ils commencent à Lise ? »

Samuel : « Encore pire  ! »

Léo : « Non mon cher Maxou. Ils commensalisent ! Nous avons pu les observer suivant un tracteur qui retournait et fractionnait des mottes de terre dans un champ faisant apparaître des tas de petits zanimos qui étaient enfouis sous la terre. Les goélands cendrés profitaient donc de l’activité d’un autre être vivant (le zom) pour en tirer un bénéfice nutritif. Donc ils commensalisaient ! Regardez par vous-mêmes ! »

Goélands cendrés, Larus canus, Laridés

Max : « Nous aurions pu nous attendre à voir des mouettes qui rigolent en lieu et place des ces magnifiques goélands cendrés. »

Léo : « Tout à fait Maxou. Notons que ces goélands étaient accompagnés de très nombreuses bergeronnettes grises et de quelques pinsons des arbres. »

Samuel : « Nous vîmes aussi un goéland brun, Larus fuscus, Laridés. »

Goéland brun Larus fuscus, Laridés

Léo : « Ce qui fait une bien maigre récolte de Laridés… »

Samuel : « Les Threskiornitidés à présent. Nous vous avons signalé deux spatules blanches hier au Royaume des Chevaliers… »

Max : « Nous en vîmes également deux aujourd’hui en vol au dessus de nous. »

Léo : « Ainsi qu’un ibis sacré. »

Samuel : « Donc deux espèces de cette famille. Mais pas d’ibis falcinelles… »

Spatule blanche, Platalea leucorodia, Therskiornithidés Ibis sacré, Threskiornis aegyptacus, Therskiornithidés

Max : « Venons en aux Phasianidés parfois classés dans les Gallinacés. »

Léo : « Oui Max, parfois regroupés en une sous-famille des Gallinacés, parfois érigés au rang de famille, ce sont les perdrix et les faisans. »

Samuel : « Que de bonnes nouvelles ! »

Max : « Tout à fait cher petit Sam. Il est fréquent que nous rencontrions des faisans de Colchide ou des perdrix grises sur l’Île Où On Va à Pieds. Mais là… »

Léo : « Ce furent d’abord deux perdrix rouges ! »

Perdrix rouge Alectoris rufa, Phasianidés

Max : « Nous en avions déjà vu dans la région mais bien plus au nord ! »

Léo : « Absolument. Ce fût une première sur l’Île. Puis vinrent les faisans de Colchide. »

Samuel : « Un couple. Une femelle suivie, ou poursuivie, par un mâle. »

Léo : « Et quel mâle ! »

Max : « Un mâle faisan 🙂 « 

Samuel : « Cher cousin Max, pourriez-vous cesser vos saproblagues pendant nos bulletins d’informations s’il vous plaît ? »

Max : « J’y tâcherai 🙂 « 

Léo : « Voyons maintenant les fotos de ces faisans… »

Faisans de Colchide Phasianus colchicus, Phasianidés

Max : « Pour les lecteurs qui ne sont pas spécialistes des zoisos, observez bien l’avant du mâle. Eh bien oui, il est dans les teintes violet-foncé ce qui est assez inhabituel… »

Max : « Ce bulletin d’informations est maintenant terminé. »

Léo : « Nous vous souhaitons une bonne journée / bonne soirée / bonne nuit (choisir la proposition la plus adaptée). »

Samuel : « Et nous vous disons à demain pour un nouveau bulletin d’informations. »

MAx : « Pfff ! Voilà, c’est terminé. »

Léo : « Bravo petit Sam. Tu as assuré ! »

Samuel : « Vous avez bien dormi ? »

Max : « Ben oui 🙂 « 

Léo : « Je crois que je vais y retourner de ce pas. »

Max : « C’est épuisant ce rythme ! Les inspections, le premier tri des fotos, la publication des obs, le second tri de fotos, le bidouillage des fotos, la préparation du bulletins, la présentation du bulletin… »

Samuel : « Ça prend la journée complète ! »

Max : « J’espère au moins que nos lecteurs apprécient… »

Léo : « On s’en fiche ! On rigole bien 🙂 « 

Samuel : « Oui, à chaque étape on peut chahuter 🙂 « 

Max : « Et bonome nous aide. »

Léo : « Ça lui donne du travail. »

Max : « Mais il est avec ses petizours. Bon, on va au lit ? »

Samuel et Léo : « On y va ! »

Continuer la promenade

2 réflexions au sujet de « Février le 28 – L’Île Où On Va à Pieds »

  1. Bonsoir Arthur !
    Ça faisait longtemps que tu avais pas donné de nouvelles ! J’espère que Brindille a publié ses obs dans Faune IDF pour que la LPO sache où sont les zoisos. Ici il y en a pas beaucoup en quantité mais il y a une belle diversité. Et puis c’est pas les mêmes. Ici le pic noir est rare ! Par contre il y a des zoisos qui vont jamais en IDF… Pour les bernaches il est fort probable que ce soit celles du Canada. Parce que les cravants restent à la mer. Les oies, elles crient toujours en vol. C’est pour bien rester en formation. Ça les essouffle même pas. Bon, ce soir on fait pas le bulletin d’informations à cause qu’on est trop fatigués. On cavale, on cavale… Mais les vacances c’est aussi pour se repose. Ce soir : dodo !
    A bientôt Arthur et gratouillis à Brindille 🙂

  2. Hello les copains !
    Merci pour vos informations en direct différé de Charentmaritimie ! Oui, Max, vos lecteurs apprécient le travail fourni chaque jour entre inspection, tri des fotos et préparation du bulletin 🙂
    Ici, Brindille a vu une grive mauvis, noté que rouge-gorge a haussé le volume sonore de son chant et que les nombreux étourneaux forment une très belle chorale, mais elle ajoute qu’ils sont pas en mesure 😀 Ce matin, on a vu passer un groupe de bernaches dans le ciel ! Trop loin pour distinguer des cravants ou des bernaches du Canada, mais qu’est ce qu’elles étaient bavardes en tous cas !
    Bonnes inspections les petizours !
    Serrage de pattes à tous trois et respect au grand Chevalier !
    Arthur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.