167 – Le Grand Étang avec Boris

Samedi 29 Juillet, An IV

Max : « Ben voilà ! On est de retour chez nous ! »

Léo : « Bonome, on va montrer notre chambre à Boris ! »

Le chevalier : « D’accord. Je range les sacs, moi. »

Léo : « Merci bonome. Viens Boris ! »

Max : « Bonome, tu vas où comme ça avec tes grandes pattes ? »

Le chevalier : « Remettre votre lit dans votre chambre. Pour montrer à Boris 🙂 »

Max : « Il est bien ce bonome. On devrait l’adopter 🙂 »

Léo : « C’est déjà notre bonome 🙂 »

Samuel : « Mais comme ça on montrera vraiment la chambre à cousin Boris. »

Max : « On arrive à peine et bonome est déjà reparti. »

Léo : « Il faut d’abord grimper sur le matelas de bonome. »

Max : « Il a pas de lit lui. Il dit que ça sert à rien un lit quand on a un bon matelas. »

Boris : « Rhooo ! C’est votre chambre ? »

La chambre des petizours

Max : « Oui 🙂 »

Samuel : « Grimpe cousin Boris. »

Boris : « Rholala ! Elle est bien votre chambre ! »

Les petizours dans leur chambre

Léo : « Elle est ensoleillée l’après midi. Comme ça le soir on a chaud. »

Boris : « Et vous avez des cadres, des tableaux aux murs, des livres… »

Max : « Normalement nos beaux livres de zoisos sont là mais ils sont encore dans le sac de bonome. »

Samuel : « Dites, on pourrait enlever nos sacados. »

Max : « Oui oui ! Boris, pose le là. C’est là qu’on les met, nous. Viens voir notre mamonite 🙂 »

Léo : « C’est une ammonite Max ! »

La mamonite

Boris : « C’est un fossile ? »

Max : « Oui. On l’a trouvée avec bonome en Normandie. »

Samuel : « Il y a beaucoup des ammonites en Normandie. »

Léo : « Même qu’on a vu le stratotype du Bajocien. »

Boris : « Vous avez vu beaucoup de belles choses, vous… »

Samuel : « C’est grâce au chevalier. Il est si gentil avec nous. »

Léo : « Viens on visite Boris. »

Les Coquelicots de Claude Monnet

Léo : « Là c’est les Coquelicots de Claude Monnet. Mais c’est pas le vrai tableau. C’est une carte postale de notre amie Coquelicot 🙂 »

Boris : « C’est bôôô ! »

Léo : « Très 🙂 »

Boris : « Vous avez même des vêtements de rechange ! »

Max : « Ben oui. »

Max : « Là c’est notre lit mais tu le connais déjà. Au-dessus c’est une carte postale de notre amie Brindille. Avec des Laridés 🙂 »

Le lit et les dessins

Léo : « Et il y a des dessins. Celui de gauche c’est Hézil qui l’a fait. C’était une élève de bonome. Et à droite c’est un dessin de Coquelicot. Mais il y a longtemps. Elle a fait des gros progrès depuis. »

Max : « Bon, bonome va vouloir nous fotoer. Allez dans le lit ! »

Samuel : « Ben… et toi cousin Max ? »

Max : « On rentrera pas tous les quatre. Je vais me mettre par terre. Bouchez-vous les oreilles… BOOONOOOOOOME ! »

Le chevalier : « Oui Maxou. »

Max : « Tu arrives de plus en plus vite. On t’a bien dressé 🙂 »

Léo : « Maaax ! »

Max : « Oh mais je rigole ! Pfff ! Bon, bonome, je sais que tu aimes fotoer tes petizours. Nous sommes prêts. »

Le chevalier : « Merci mon Maxou. Tu ne vas pas avec tes cousins ? »

Max : « On rentre pas à quatre dans le lit. »

Le chevalier : « D’accord. Voilà… Encore… Mmmmm… Merci mes petizours 🙂 »

Les petizours

Laissons là la tribu des petizours. Après la visite et les fotos il y eu les chamailleries, la bagarre, la toilette (les petizours ça fait beaucoup sa toilette), le câlin et une histoire écourtée par l’endormissement des petizours. Ce qui n’empêcha pas ‘bonome’ de leur faire un bisou.

Lundi 31 Juillet, An IV

Max : « Bonome, tu sais que tu as des petizours naturalistes ? »

Le chevalier : « Je sais Maxou. »

Max : « Tu te souviens de ce que ça veut dire naturaliste ? »

Le chevalier : « Je vois… »

Max : « Et que vois-tu mon bonomou ? »

Le chevalier : « Voudrais-tu zoisoter ? »

Max : « Non bonome. Je suis pas un petitours égoïste moi. Nous voudrions zoisoter. Tu oublies Léo, petit Sam et Boris. »

Le chevalier : « Je vois. Vous voudriez zoisoter. »

Max : « Petizours naturalistes. Cf. supra ! »

Le chevalier : « Oui oui. Et où veux-tu aller ? Oups, pardon ! Et où voudriez-vous aller ? »

Max : « On a pensé au Grand Étang. »

Le chevalier : « Le Grand Étang… On y va souvent. »

Max : « Parce qu’il y a de beaux zoisos et que tu es pas obligé de beaucoup marcher. »

Le chevalier : « Le Grand Étang… D’accord. »

Max : « Et on part quand ? »

Le chevalier : « Le temps de sauter dans mes chaussettes 🙂 »

Max : « LES COUSINS ! SAC SUR LE DOS ! LE GRAND DADAIS SAUTE DANS SES CHAUSSETTES ET C’EST PARTI ! »

Au Grand Étang…

Max : « Boris tu vas voir. Ici, on va dans l’observatoire tout là-bas et on regarde les zoisos. »

Boris : « Il y en a beaucoup ? »

Max : « On peut pas savoir. Mais on a déjà eu de belles surprises. »

Léo : « 240 espèces signalées ici. »

Boris : « Tout ça ! »

Max : « Oui mais pas en même temps… »

Samuel : « Vous imaginez 240 espèces de zoisos en une seule inspection ? »

Léo : « Max supporterait pas. Il ferait le malaise ! »

Max : « Mon cher Léo, je pense que tu le ferais avant moi le malaise 🙂 »

Samuel : « Chut ! On arrive ! »

Max : « Bonome, tu nous poseras sur les ouvertures s’il te plaît. Avec les jumelles pour Boris. Et les livres. »

Le chevalier : « Oui oui Maxou. »

Max : « Merci bonome. Tu oublies les jumelles ! Pour une fois que j’ai pensé à les prendre 🙂  Regarde un peu ça Boris ! »

Le paysage

Max : « Bon, là, il y a pas beaucoup d’eau. Mais ça dépend. Des fois il y en a, des fois il y en a pas beaucoup. »

Léo : « Il y a des sternes ! »

Boris : « Des sternes ? Comme à la mer ? »

Léo : « Non, pas les mêmes. Ici ce sont des sternes pierregarins. »

Samuel : « Sterna hirundo, Laridés. »

Max : « Léo, où vois-tu des sternes ? »

Léo : « Ben là-bas ! Bonome, tu peux fotoer pour Max s’il te plaît ? »

Le chevalier : « Oui… Tenez, regardez ! »

Les sternes pierregarins

Max : « Ah oui ! Bravo Léo ! »

Samuel : « Il y a deux juvéniles ! »

Boris : « Deux juvéniles ? »

Samuel : « Oui. Sur le caillou c’est un adulte. Dans l’eau au-dessus il y a un juvénile. Et l’autre est tout à gauche de la foto. »

Max : « Ah oui ! »

Boris : « Elles ressemblent aux autres sternes. »

Max : « Ben oui, les sternes se ressemblent. Mais là le bec est rouge. Chez la caugek il est noir à pointe jaune et chez la sterne naine il est plus orange. »

Samuel : « Et il y a pas de tâche blanche sur le front. »

Max : « Si il y a des sternes bonome va essayer de les fotoer en vol 🙂 »

Boris : « Et les zoisos noirs ? »

Léo : « Des vanneaux huppés. »

Samuel : « Vanellus vanellus, Charadriidés. »

Max : « Bonome… »

Le chevalier : « Oui, je fotoe pour Boris 🙂 »

Des vanneaux huppés

Max : « On l’a vraiment bien dressé 🙂 Il faudra que tu dresses ton bonome toi aussi Boris. Hésite pas à lui crier dessus. Les bonomes, si on leur crie pas dessus, ils comprennent rien du tout ! »

Léo : « Je suis pas solidaire. »

Samuel : « Moi j’ai jamais crié sur le chevalier et il a toujours été gentil avec moi. »

Boris : « Je pense que Max polissonnait 🙂 »

Léo : « Oui, mais je suis pas solidaire quand même. Boris, viens, on va étudier les sternes. D’abord tu vas bien les observer en jumélant et après on regardera dans mon beau livre pour que tu les mélanges pas. On les voit souvent ensemble les sternes. »

Les petizours

Boris : « Ce sont des beaux zoisos les sternes. »

Max : « Tu dis ça à Léo ? Léo il adore les Laridés 🙂 »

Samuel : « Cousin Léo aime tous les zoisos ! »

Max : « Oui… Bon, il y a des sternes, des vanneaux, des bernaches du Canada, des foulques, des poules-d’eau… Rien de terrible… »

Léo : « Tu t’entends parler Maxou ? »

Max : « C’est parce qu’on les voit toujours ici ces zoisos. J’aimerais bien qu’il y ait de belles surprises pour Boris. »

Boris : « Ben moi j’aime déjà ces zoisos là 🙂 »

Max : « Bonome, tu fotoes les sternes en vol ? »

Le chevalier : « Oui… »

Max : « Je vous l’avais dit ! Tu nous montreras ? »

Le chevalier : « Oui oui… »

Max : « Il va montrer des belles fotos mais il dira qu’elles sont pas terribles, qu’il devrait faire mieux… Il est jamais content ce bonome. »

Le chevalier : « Regardez et dites moi ce que vous en pensez… »

Une sterne en vol

Samuel : « Ooooh ! »

Boris : « Bravo ! »

Léo : « C’est l’un des jeunes ! »

Max : « Mal cadrées… »

Léo : « Max tu m’énerves ! »

Max : « Elles sont pas mal cadrées peut-être ? »

Léo : « Si. Et alors ? Tu as déjà fotoé des zoisos en vol toi ? »

Max : « Je peux pas ! J’ai pas de doigts et l’appareil est trop lourd ! »

Le chevalier : « Léo, laisse dire Max. Tu sais bien qu’il aime me taquiner. »

Léo : « C’est pas gentil ! Elles sont bien tes fotos ! »

Le chevalier : « Et Max est trop pudique pour le dire. Alors il critique pour me taquiner. »

Léo : « Tu es trop gentil avec lui. »

Le chevalier : « Tu dis ça parce qu’il t’énerve mais tu sais bien que c’est un gentil petitours. »

Samuel : « Il veille sur nous. »

Léo : « Max, tu arrêtes quand même ! »

Max : « Oui Léo. Bien Léo. D’accord Léo. »

Samuel : « Oh ! LÀ ! »

Une fauvette grisette

Léo : « Une fauvette grisette ! »

Max : « C’est la première fois qu’on en voit ici ! »

Samuel : « Sylvia communis, Sylviidés. »

Léo : « On dirait un jeune ! »

Samuel : « Il y aurait une famille ? »

Max : « C’est possible. C’est la saison… »

Boris : « Ah ben ça c’est une belle surprise ! »

Léo : « Max, où vas-tu ? »

Max : « Je vais voir dans les buissons là-bas. »

Léo : « On vient avec toi ! »

Le chevalier : « Ne tombez pas mes petizours. »

Max : « Bonome, on est des peluches. On peut pas être tout cassés NOUS ! »

Le chevalier : « 🙂 Soyez quand même prudents… »

Léo : « Oh ! »

Samuel : « Chuuuut ! »

Max : « Bonome, viens fotoer… »

Une fauvette grisette

Max : « Un fauvette grisette en train de manger ! »

Léo : « Elle s’est gavée de mûres. »

Samuel : « Comme nous en Charentmaritimie. »

Max : « Bonome en mange des kilos ! »

Léo : « Certains jours il mange que des mûres pendant la journée. Mais qu’est ce qu’il en mange ! »

Boris : « La fauvette en mange une ou deux et elle est rassasiée. »

Max : « Et elle a le bec tout rouge. »

Léo : « Regardez ! »

Un chardonneret élégant

Max : « Un chardonneret rigolo ! On en a jamais vu ici ! Vous pensez qu’il nous a suivis pour être notre zoiso-gardien ici ? »

Léo : « Je sais pas. Il y en a dans la région, des chardonnerets rigolos. »

Samuel : « Cousin Boris, c’est nous qui les appelons chardonnerets rigolos. Normalement on dit chardonneret élégant, Carduelis carduelis, Fringillidés. »

Boris : « Vous pensez que moi aussi j’aurai des zoisos-gardiens ? »

Max : « Oui, les petizours naturalistes ont des zoisos-gardiens. Mais on peut pas te dire qui ce sera. Il faudra que tu sois vigilant parce qu’au début ils sont discrets. Mais quand on les a repérés, après ils se montrent et c’est rassurant. »

Boris : « Des zoisos-gardiens… La chance ! »

Max : « Ben on peut pas partir en mission comme ça, sans protection. »

Léo : « Il y a grébu ! »

Boris : « Grébu ? »

Samuel : « Le grèbe huppé, Podiceps cristatus, Podicipédidés. »

Max : « On le connaît bien grébu mais on l’a jamais vu en Charentmaritimie. »

Samuel : « Grébu c’est un grand ploufeur. »

Max : « Tiens d’ailleurs il ploufe ! »

Un grèbe huppé C’est grébu 🙂

Léo : « On a écrit un article sur grébu. On te le montrera ce soir. Viens Boris, on va l’étudier dans mon beau livre de zoisos. »

Boris : « D’accord. J’aime bien quand tu m’expliques les zoisos. »

Pendant que Léo ‘explique le grèbe huppé’ à Boris le chevalier fotoe les sternes en vol…

Léo et Boris

Max : « Alors bonome ? Tu as des belles fotos ? »

Le chevalier : « Je ne sais pas… Tu veux voir ? »

Max : « Ben oui 🙂 »

Le chevalier : « Tiens, je te laisse regarder. »

Max : « Oui oui… Mmmm… Pas mal, non, non… ah oui ! D’accord. Bon je vais pas toutes les garder pour mon blog mais il y en a des biens. Bravo bonome ! On voit un adulte avec un poisson dans le bec. Et il va le donner à ses petits 🙂 »

Une sterne pierregarin

Samuel : « Chevalier… »

Le chevalier : « Oui mon petitours ? »

Samuel : « Ça te ferait plaisir de me fotoer ? »

Le chevalier : « Oui mon petitours 🙂 Et toi ? »

Samuel : « Moi j’aime bien te faire plaisir. Tu es tellement gentil avec tes petizours. »

Le chevalier : « Alors prends la pose mon petit Sam. Max et Léo sont trop occupés eux. »

Max : « Je tout zoome ! »

Léo : « Je jumelle ! »

Le chevalier : « Oui oui 🙂 »

Samuel et Boris Max et Léo

Le chevalier : « Prévenez moi si vous voyez un beau zoiso. Je retourne fotoer les fauvettes grisettes. »

Max : « Fais de belles fotos bonome. »

Le chevalier : « Je vais faire de mon mieux Maxou… »

Une fauvette grisette

Le chevalier : « Tiens, vous avez échangé vos places ! »

Samuel et Léo Max et Boris

Léo : « Oui, c’est petit Sam qui jumelle. »

Max : « Boris et moi on se met de la beauté dans les yeux. »

Boris : « Il est bien ce Grand Étang rholala ! »

Max : « C’est pour ça qu’on vient souvent. Et puis tu as vu, on s’installe et on gambade sur les ouvertures. On embête pas bonome. Ou pas beaucoup : pour qu’il installe les jumelles ou l’appareil foto qu’il nous prête. Et lui il fotoe les sternes en vol 🙂 Il pourrait le faire toute la journée. »

Léo : « Grébu a attrapé un poisson ! »

Grébu et son poisson

Max : « Moi je retourne observer les buissons. »

Samuel : « Je viens avec toi cousin Max. »

Max : « On va revoir les fauvettes 🙂 »

Samuel : « C’est un beau zoiso la fauvette grisette. »

Max : « Ben oui. C’est très beau un zoiso. »

Samuel : « Elle est là ! »

Max : « C’est une fauvette grisette ça ? Tu es sûr ? Bonome, viens s’il te plaît… C’est qui ce zoiso ? »

On est pas sûrs (une rousserolle verderolle)

Le chevalier : « Oula ! Appelons Léo. »

Max : « LÉO ! LÉÉÉÉOOOOOO ! »

Léo : « Max ! On crie pas dans un observatoire ! Tu vas faire fuir tous les zoisos ! »

Max : « Meu noooon ! Ils me connaissent les zoisos 🙂 Dis Léo, c’est qui ce zoiso ? »

Léo : « Pfff !!! … Mmmm… Le dessus du bec est noir… »

Max : « Oui Léo, le dessus du bec est noir. »

Léo : « Vous l’avez entendu chanter ? »

Max : « Non Léo, nous l’avons pas entendue chanter. »

Léo : « Je dirais que c’est une rousserolle. Il y a la verderolle, l’effarvatte… Il y a presque le chant qui les différencie. Si vous l’avez pas entendue chanter… »

Samuel : « Mais le dessus du bec noir ? Tu peux pas dire avec le dessus du bec noir cousin Léo ? »

Léo : « Je peux hypothéser… Rousserolle verderolle, Acrocephalus palustris, Acrocéphalidés. »

Max : « Un nouveau zoiso ! »

Samuel : « Tu vois cousin Boris, on peut toujours avoir des surprises 🙂 »

Boris : « Vous rencontrez encore des nouveaux zoisos… »

Max : « Boris, Léo a dit tout à l’heure qu’il y a 240 espèces de zoisos qui ont été signalées juste ici. Nous on a même pas vu 200 encore. Alors on a des tas de zoisos à voir encore ! »

Boris : « Vous avez vu 200 espèces de zoisos !!! »

Max : « Je sais pas exactement. Il faudrait que je mette à jour mon fichier. Mais on doit approcher des 200 espèces. »

Boris : « La chaaance ! »

Samuel : « Toi aussi tu en verras cousin Boris. »

Léo : « Viens Boris, on va profiter du paysage… »

Léo et Boris

Léo : « C’est beau n’est ce pas ? »

Boris : « Oui 🙂 et c’est calme. »

Léo : « On entend trop les avions. Ils sont fous les zoms avec leurs avions. C’est les zoisos qui volent ! Pas les zoms ! »

Boris : « Je suis venu en avion moi. »

Léo : « Oui mais c’est pas pareil. Les avions c’est pas fait pour les petizours. C’est pas les petizours qui ont inventé les avions. »

Samuel : « Cousin Léo, il faut pas ronchonner. On profite du calme, de la beauté, des zoisos… On est dans la nature avec le chevalier alors on ronchonne pas ! »

Léo : « Tu as raison petit Sam. C’est pas si grave le bruit des avions. »

Boris : « Grébu ploufe encore ! »

Max : « Oui, pour avoir assez du manger il doit ploufer plusieurs heures par jour. Parce qu’il attrape pas toujours des proies. »

Boris : « Il mange quoi grébu ? »

Max : « Un peu tout ce qu’il trouve. Des poissons, des larves, des grenouilles, des écrevisses… »

Léo : « Il a quelque chose dans le bec ! »

Samuel : « Bravo grébu ! Bravo ! »

Max : « Bonome, tu as réussi à fotoer ? »

Le chevalier : « Oui Max. Je vous montre… »

Grébu et une écrevisse

Après ça on a plus vu beaucoup de zoisos. Mais on observait plus attentivement. On profitait de la nature. Le vent soufflait à peine. Il nous a gentiment caressé le visage, comme ça, pour nous montrer qu’il était là. Mais il avait pas envie de parler lui non plus. On était bien, tous ensemble. Bonome, lui, continuait à essayer de fotoer les sternes en vol. Je me répète mais il pourrait faire ça pendant des heures. Et c’est pas facile.

Une sterne pierregarin

Au bout d’un long moment de silence j’ai compris qu’on allait rentrer. On pouvait pas rester là toute la vie quand même. Alors j’ai discrètement dit à bonome de ranger pour pas que les cousins le voient. Puis je lui ai demandé de s’approcher doucement de nous. Les cousins ont compris et on s’est pochés en silence, par binomes. On avait quand même laissé dépasser nos petits yeux de la poche. Au cas où… Et on a eu bien raison. Parce qu’arrivés à l’observatoire de Là Où Le Soleil Se Couche il y a une patrouille zoisotière qui nous a survolés à basse altitude pour nous dire au revoir 🙂 Boris a été très impressionné 🙂

Des bernaches du Canada

Voilà pour cette inspection Princesse. Je te raconte pas la soirée parce que c’était une soirée assez classique avec fotos, câlins, bagarre et tout ça. Une soirée de petizours 🙂

Je t’embrasse Princesse et j’espère que tu vas bien.

Continuer la promenade

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.