160-2 Le Royaume des Chevaliers, encore…

Samedi 22 Juillet, An IV (suite)

Au Royaume des Chevaliers…

Max : « J’aime beaucoup ce Royaume moi. »

Léo : « La première fois que tu y es venu tu pensais que c’était le Royaume de bonome. »

Max : « Bonome il a pas de Royaume. Tous les Royaumes c’est son Royaume ! »

Samuel : « C’est le grand roi du Pays des Zoisos ! »

Le chevalier : « Holà ! Calmez votre enthousiasme mes petizours ! Je ne suis qu’un tout petit chevalier moi. Un chevalier errant en plus ! »

Max : « Tu es le plus grand de tous les chevaliers ! Mais tu es pas un Scolopacidé 🙂 »

Le chevalier : « Pour vous peut-être… »

Max : « Oui, pour nous . Les autres on s’en fiche. Bon, bonome, on va au premier observatoire. »

Le chevalier : « Directement ? »

Max : « Oui ! Et tu te dépêches, avec tes grandes pattes ! »

Léo : « Non, on y va pas tout de suite. Boris aime beaucoup les rapaces alors on regarde le faucon crécerelle ! »

Samuel : « Il y a un crécerelle ? »

Léo : « Là ! Il mulote ! »

Max : « Les crécerelles volent sur place pour repérer leurs proies. Ils observent et leur fondent dessus quand ils jugent le moment opportun. »

Léo : « Les crécerelles voient les rayons ultra-violets alors ils voient les traces d’urine sur le sol. »

Max : « Et les campagnols sont pas malins ! Ils font pipi partout pour retrouver leur chemin alors les faucons les repèrent facilement. »

Boris : « Pourquoi il a des plumes de la queue plus courtes que les autres ? »

Max : « Bonne question Boris ! Elle prouve que tu observes bien et que tu cherches à savoir ! »

Léo : « C’est à cause de la mue. Chaque année les zoisos changent leurs plumes. Mais pas toutes d’un coup. Là il a perdu deux plumes de la queue et il y en a deux autres qui sont en train de pousser. Il fait petit à petit. »

Samuel : « J’ai lu que chez certaines espèces la mue est tellement rapide que les zoisos peuvent plus voler pendant ce temps là. Ils perdent pas toutes leurs plumes d’un coup quand même… »

Boris : « Il a piqué le faucon ! »

Max : « Oui, mais il remonte sans proie dans son bec. Il a raté son coup. »

Léo : « On a trouvé des tas de pelotes de régurgitation de faucon un jour. Enfin, on suppose que c’était des pelotes de crécerelles. On les a étudiées et on a vu qu’ils mangeaient surtout des insectes. »

Max : « C’est plus facile à attraper 🙂 »

Léo : « Boris, pourrais-tu nous rappeler les rapaces que nous avons vus ensemble ? »

Boris : « Oui Léo. Le faucon crécerelle. Mais vous m’avez pas donné son nom en scientifique. Le milan noir, Milvus migrans, Accipitridés… La buse variable et le busard cendré. »

Léo : « Très bien Boris ! Revoyons les noms en scientifique. Le crécerelle c’est Falco tinnunculus, Falconidés. La buse variable : Buteo buteo, Accipitridés. Le busard cendré : Circus pygargus, Accipitridés. »

Samuel : « On a pas vu le busard des roseaux aussi ? »

Max : « Je me souviens plus. »

Léo : « On en voit souvent ici alors je sais plus. Lui c’est Circus aeroginosus, Accipitridés. »

Boris : « Vous en connaissez d’autres ? »

Max : « Le faucon hobereau, le hibou des marais… »

Léo : « On connaît pas les rapaces nocturnes parce qu’on a jamais fait d’inspection la nuit. »

Max : « On aimerait bien… »

Samuel : « Ça doit faire peur quand même. »

Léo : « Pas avec bonome ! »

Max : « Pour le moment, on avance ! »

Samuel : « Cousin Max a l’air pressé ! »

Léo : « Il a envie de voir des zoisos 🙂 Tiens, Boris, c’est qui ce zoiso ? »

Boris : « Un aigrette garzette, Egretta garzetta Ardéidés. En Granrussien on dit Малая белая цапля.»

Léo : « Tu as appris les noms en granrussien ? »

Boris : « J’ai regardé quand tu m’as fait réviser hier sur le beau site de zoisos 🙂 J’ai pas tout retenu mais celui-là oui 🙂 »

Samuel : « Rholala cousin Boris ! Tu connais les zoisos en deux langues ! »

Max : « Tu fais de grands progrès Boris ! C’est bien ça. Allez, à l’observatoire ! »

Le chevalier : « Quelle impatience Maxou 🙂 »

Max : « Oui, on sait : Max est impatient. Max a tous les défauts de la terre… »

Le chevalier : « Je n’ai jamais dit ça mon petitours. »

Léo : « Hé ! Vous allez pas vous chamailler ! On arrive ! »

Max : « Bonome, tu nous poses sur les planches s’il te plaît. »

Le chevalier : « Je sais Maxou. »

Max : « Merci bonome. Bon, Boris, tu observes et tu nous présentes tous les zoisos que tu vois. »

Léo : « J’en ai déjà aperçu pas mal. C’est une bonne journée… »

Boris : « Tous les zoisos ? Mais je les connais pas forcément ! »

Max : « Boris, présente nous les zoisos que tu vois ! »

Samuel : « Fais toi confiance cousin Boris. »

Boris : « D’accord. J’essaye. Commençons par là… »

Boris : « Il est blanc dessous. Le blanc remonte sur les épaules… Il agite la queue de haut en bas… C’est un chevalier guignette, Actitis hypoleucos, Scolopacidés. »

Samuel : « Bravo cousin Boris ! Bravo ! »

Max : « Là, Boris. »

Boris : « C’est un chevalier aussi. Blanc dessous mais sa poitrine est tachetée… Il est gris… Son bec est légèrement arqué vers le haut. Il me dit quelque chose… Un chevalier ouaf-ouaf ? »

Léo : « Oui Boris. Mais en vrai c’est un chevalier aboyeur. »

Max : « Tu connais son nom en scientifique ? »

Boris : « Les chevaliers c’est Tringa sauf le guignette. Mais je me souviens plus pour l’aboyeur. »

Samuel : « Tringa nebularia cousin Boris. »

Max : « C’est pas mal Boris. C’est pas facile tout ça. Tu continues ? »

Boris : « Alors… Là ! »

Boris : « Lui je le reconnais tout de suite ! C’est le chevalier gambette, Tringa totanus. »

Léo : « Très bien Boris ! Очень хороший Борис ! »

Boris : « Спасибо Лео ! »

Léo : « Вы продолжаете ? »

Boris : « Encore ? »

Samuel : « Ben oui, tu y arrives bien ! »

Boris : « D’accord. Je cherche… Lui… »

Boris : « Encore un chevalier ! »

Max : « C’est normal de voir des chevaliers au Royaume des Chevaliers 🙂 »

Léo : « Tu le reconnais ? »

Boris : « On l’a vu ici déjà. Il est en train de muer. C’est un chevalier arlequin, Tringa… Tringa… »

Samuel : « Tringa erythropus, Scolopacidés. »

Max : « C’est très bien tout ça Boris. Tiens, les petits là-bas. On les a vu au Royaume des Échasses. »

Boris : « Ce sont des bécasseaux variables, Cadidris alpina et ce sont des Scolopacidés aussi. »

Léo : « Calidris Boris, Calidris. »

Max : « Bien. Les cousins, qu’est ce que vous en pensez ? »

Léo : « Il s’en sort bien. »

Samuel : « Il a appris tout ça de zoisos en quelques jours. »

Léo : « Il pose de bonnes questions. »

Samuel : « Et le soir il demande pour réviser. »

Max : « Je suis d’accord. Bon, bonome, tu me donnes ce que tu sais s’il te plaît. »

Le chevalier : « Oui Maxou. »

Léo : « Закрой глаза Борис. »

Max : « Oui oui, zakroy glaza Boris. »

Boris : « Que je ferme les yeux ? Mais pourquoi ? »

Max : « Parce qu’on te le demande ! »

Boris : « D’accord, je ferme les yeux. »

Max (au chevalier) : « Donne moi le sacado… Boris, tu peux ouvrir les yeux ! »

Boris : « Красный рюкзак ! C’est pour moi ? »

Max : « Non, c’est pour les zoisos ! »

Samuel : « Ben oui c’est pour toi cousin Boris. »

Léo : « On pense tous que tu le mérites. »

Max : « Les petizours naturalistes ont des sacados. »

Boris : « Je peux le mettre ? »

Max : « Non, c’est pour manger. Tu veux quelle sauce avec ? »

Samuel : « Cousin Max ironise encore 🙂 »

Boris : « Vous m’offrez un sacado ! Je le mets de ce pas ! »

Léo : « Oui Boris 🙂 »

Max : « Bonome, je suppose que tu vas fotoer. »

Le chevalier : « La remise du sacado est un grand moment dans la vie d’un petitours naturaliste… »

Max : « C’est vrai ça 🙂 On est plus pareil après 🙂 Boris, montre ton sacado à bonome… C’est bon, tu as fotoé ? Bon, foto de groupe maintenant… »

Max : « Ça y est bonome ? »

Le chevalier : « Oui Max. »

Max : « Bon, ben on peut se promener tranquillement maintenant. »

Boris : « C’était une interro ! Vous m’avez fait une interro ! »

Max : « On voulait vérifier ce qu’on savait déjà. »

Léo : « On avait vu que tu étudiais bien le soir malgré la fatigue. »

Samuel : « Et on a vu que tu aimais beaucoup la nature. »

Max : « C’était pas vraiment une interro. »

Boris : « Vous trouvez vraiment que je mérite mon sacado ? »

Max : « Ben… Comme on sait pas combien de temps tu vas rester avec nous on fait un peu la formation accélérée. Si on avait plus de temps on te l’aurait pas forcément donné aujourd’hui. Mais tu le mérites quand même. »

Léo : « Ça nous fait plaisir de te le remettre. »

Samuel : « C’est pour t’encourager aussi. Parce que tu doutes trop de toi cousin Boris. »

Max : « On va se promener ? »

Boris : « On inspecte plus ? »

Max : « On a déjà beaucoup travaillé depuis que tu es avec nous. Là, on avance tranquillement. »

Léo : « On regarde quand même. »

Samuel : « Mais un peu moins attentivement que lorsqu’on inspecte. »

Max : « Allez bonome ! Avance ! »

Samuel : « Dites les cousins, et si c’était cousin Boris qui faisait le guide puisqu’il a un sacado ? »

Léo : « Bonne idée ça ! »

Max : « Proposition acceptée ! »

Léo : « Bonome, on a un nouveau guide 🙂 »

Boris : « Mais je suis pas guide moi ! Je suis un débutant ! »

Max : « Tu vas devoir former des petizours Boris. C’est une mise en situation pratique. Et avec nous tu risques rien. »

Léo : « On te laissera pas dire des erreurs. »

Samuel : « On est là pour t’aider. »

Max : « Allez, c’est parti ! »

Boris : « Alors là, vous pouvez voir du rien du tout. Mais alors rien du tout ! Comme celui que gardent les gardes-bœufs. Il faudrait leur faire une formation d’ailleurs à ces zoisos. Je vais faire un rapport pour Princesse. Oulala ! C’est du souci les garde-bœufs ! »

Léo : « 🙂 Maxou, je crois que Boris te connaît déjà très bien ! »

Samuel : « Il se moque même de toi ! »

Max : « Oui… Je vois… C’est pas tout à fait comme ça que j’imaginais qu’il ferait le guide… »

Léo : « 🙂 Tu dis exactement ça ! »

Samuel : « Bravo cousin Boris ! Bravo ! »

Boris : « J’espère que tu m’en veux pas Max 🙂 »

Max : « Ben non ! Tu me parodie gentiment. Et puis tu as raison, c’est bien ce que je dis parfois ! »

Léo : « Oups ! Là on a un problème… »

Max : « Un problème ? Quel problème ? »

Léo : « Ben Boris connaît pas ces zoisos… »

Max : « Ah oui… Bon, Boris on te les présente… »

Boris : « Oulala ! Tout ça de zoisos ! »

Samuel : « Ils s’envolent ! »

Max : « Ils ont juste changé de bassin. Bonome, on y va ! »

Léo : « Oui mais doucement. Il faut pas les faire fuir encore… »

Max : « Fais le fantôme bonome ! Furtive ! »

Boris : « Il y en a beaucoup ! »

Max : « Ce sont des avocettes élégantes. »

Samuel : « Recurvirostra avosetta, Récurvirostridés. »

Léo : « Elles aiment bien être en groupe. »

Boris : « Récurvirostridés ? Comme les échasses blanches ? »

Max : « Tout à fait Boris, tout à fait ! »

Léo : « Mais là c’est un peu plus justifié. Regarde bien leur bec. »

Boris : « Il est incurvé vers le haut ! »

Léo : « Et oui ! Elles ont le bec courbé. »

Boris : « Récurvi : recourbé et rostridés, comme rostre ou bec. Bec recourbé ! »

Samuel : « Tu vois cousin Boris, tu le mérites ton sacado 🙂 »

Max : « Bonome ! EN VOL ! »

Le chevalier : « Vu ! … Fotoé ! »

Max : « Vous l’avez vu ? »

Léo : « Pas moi… »

Boris : « Moi non plus… »

Samuel : « Moi oui !!! »

Max : « Tu leur montres bonome s’il te plaît ? »

Le chevalier : « Bien sûr Maxou. Regardez… »

Léo : « Un bihoreau gris juvénile ! Rhoooo ! »

Samuel : « C’est pas tous les jours qu’on en voit ! »

Max : « Bonome, ça va pas ça ! Tu as pas bien cadré la focale ! Et la lumière ! Tu as pas fait la mise au point sur la lumière ! »

Samuel : « Là, cousin Max taquine cousin Léo. Parce que cousin Léo il fotoe très bien. Et il connaît très bien le vocabulaire technique que cousin Max connaît pas du tout. Alors de temps en temps il dit n’importe quoi en espérant avoir bon 🙂 »

Boris : « 🙂 »

Le chevalier : « C’est vrai que les fotos ne sont pas bien cadrées… »

Léo : « Boris, le bihoreau gris est un petit Ardéidé plutôt nocturne. »

Samuel : « En scientifique il s’appelle Nycticorax nycticorax. »

Léo : « Nycti comme nocturne… Mais il se sauve dès qu’il est dérangé. Alors on en voit parfois le jour. »

Max : « C’est la première fois qu’on en voit ici. »

Boris : « Comment vous savez que c’est un juvénile ? »

Max : « Les couleurs Boris ! »

Léo : « Les juvéniles sont tout gris sombre avec des taches blanches sur le dessus des ailes. »

Max : « On verra peut-être des adultes en allant dans le marais… »

Léo : « Un bihoreau gris… »

Boris : « Et là il y a les tadornes de Belon ! Tadorna tadorna, Anatidés. »

Samuel : « Très bien cousin Boris ! »

Boris : « Même que c’est une nursery gardée par un adulte. »

Léo : « Il y a beaucoup de petits ! »

Max : « Ils nous ont repéré alors ils se sauvent. »

Léo : « Ils vont ploufer ! »

Max : « Bonome ! Regarde sur la barrière ! »

Léo : « Mmmmm… »

Boris : « C’est une bergeronnette grise ! Motacilla alba, Motacillidés. »

Samuel : « Pourquoi tu mmmmmes cousin Léo ? Il a raison cousin Boris ! »

Max : « Elle est pas comme les autres… »

Boris : « On dirait qu’elle sort de son bain… »

Léo : « Peut-être… »

Boris : « Là-haut il y a le nid des cigognes blanches, Ciconia ciconia, Ciconiidés. Et… La boîte ? C’est un nid de faucons crécerelles ? »

Léo : « Absolument Boris ! »

Boris : « Et ça pose pas de problèmes ? »

Max : « Non non ! Même que souvent il y a des nids de passereaux dans l’épaisseur des nids des cigognes. »

Léo : « Ce poteau est un immeuble à zoisos ! »

Max : « Comme une HLM. »

Léo : « Le loyer est vraiment modéré 🙂 »

Max : « Bon, on va faire la pause sur le banc du bout du Royaume. C’est une tradition petitoursienne 🙂 »

Le chevalier : « On ne peut pas lutter contre les traditions… »

Max : « Il y a une autre tradition… Le partage du chocolat ! »

Léo : « Je m’y attendais ! »

Boris : « Moi j’aime bien cette tradition 🙂 »

Samuel : « Moi aussi ! »

Léo : « Vous allez avoir des grosses fesses 🙂 »

Max (à Boris) : « Néglige ce que dit Léo… Bonome ! Le chocolat ! »

Boris : «  пожалуйста, рыцарь. »

Max : « Pajalouista bonome 🙂 »

Le chevalier : « Qui pourrait vous résister 🙂 »

Max : « Nous sommes irrésistible 🙂 »

Boris : « Max, tu partages ? »

Max : « Ben oui ! Samuel… Boris… Léo… Et moi ! »

Le chevalier : « Je vais pétuner plus loin moi. »

Max : « Mais tu reviens après ! »

Léo : « Mais oui il va revenir ! »

Boris : « J’imagine mal le chevalier vous abandonner. »

Samuel : « Cousin Léo a toujours peur d’être abandonné. »

Léo : « Il faudrait en parler au docteur de la tête. »

Max : « Ben oui ! Allons chez le docteur de la tête ! Comme ça il verrait bien que tu es autiste ! »

Léo : « Je suis pas autiste ! Tu arrêtes avec ça ! »

Max : « Et toi tu arrêtes de dire que je dois aller chez le docteur de la tête ! »

Léo : « Pourtant il faudra bien que tu lui parles un jour de ton addiction au chocolat ! »

Samuel : « Tu vois cousin Boris, Max et Léo peuvent pas s’empêcher de se chamailler. Pourtant ils s’aiment beaucoup. »

Boris : « Ils sont bêtes dans leur tête ! »

Max et Léo : « ON EST PAS BÊTES DANS NOS TÊTES ! »

Samuel : « Cousin Boris, tu viens de les réconcilier 🙂 »

Léo : « On se chamaillait ? »

Samuel : « Ben oui… »

Max : « C’est une autre tradition petitoursienne 🙂 »

Le chevalier : « Ah… Je pensais que c’était parce que vous êtes des juvéniles… »

Max : « Tout à fait ! Il est de tradition petitoursienne que les juvéniles se chamaillent ! »

Le chevalier : « Tu as réponse à tout toi 🙂 »

Max : « Ouiiiii !!! »

Le chevalier : « Vous avez terminé le chocolat ? »

Samuel : « On a tout mangé ! »

Max : « Gloub le chocolat ! »

Boris : « C’était très bon ! »

Léo : « J’ai un gros ventre… »

Le chevalier : « Mon pauvre Léo… Bon, pochez vous ! »

Max : « Tu nous as pas fotoés ? »

Le chevalier : « Je n’allais quand même pas immortaliser votre orgie de chocolat ou vos chamailleries ! »

Samuel : « Là on mange plus et on chamaille pas. »

Le chevalier : « Je vois. Prenez la pause 🙂 »

Max : « Allez ! C’est parti pour le retour ! »

Boris : « Et on sait pas ce qu’on va voir ! »

Max : « Ben non ! On sait jamais ce qu’on va voir au Pays des Zoisos ! »

Samuel : « On va peut-être revoir les petits tadornes. »

Léo : « On va voir ça tout de suite ! »

Max : « Ils vont là-bas tout au bout. »

Léo : « Pour par être embêtés. »

Max : « J’espère que le renard est pas là. Il pourrait en croquer un. »

Léo : « Ça c’est un problème pour les naturalistes. On aime tous les zanimos. Alors on veut pas qu’il arrive du mal aux tadornes. Mais le renard doit manger. Et pour manger il peut croquer un petit tadorne. Et on peut pas lui en vouloir. »

Samuel : « La nature est bien faite cousin Léo. Il nait plus de petits tadornes qu’il peut y en avoir qui arrivent à l’âge adulte. Alors c’est pas grave si il y en a qui se font croquer. »

Boris : « Petit Sam est très sage. »

Max : « Oui, c’est probablement le plus sage d’entre nous. Mais il sait s’amuser aussi. »

Léo : « Il est fort à la bagarre 🙂 »

Max : « Il est surtout malin. Il chatouille pour prendre l’avantage 🙂 »

Samuel : « Mais c’est souvent cousin Léo qui gagne. »

Le chevalier : « Mes chers petizours, je ne voudrais pas vous interrompre mais si vous leviez un peu la tête… »

Boris : « Un milan noir ! Milvus migrans, Accipitridés ! »

Léo : « Il va plus vite que nous ! »

Max : « Ça alors ! »

Samuel : « Tu vois cousin Boris, il faut avoir confiance en toi. »

Boris : « C’est vraiment beau les rapaces… »

Max : « Léo et ses Laridés, Boris et ses rapaces… »

Léo : « Max et son bonome 🙂 »

Max : « Je le partage mon bonome ! C’est aussi le tien Léo ! Et celui de Sam le brodé ! »

Léo : « Et celui de Boris si il restait avec nous. »

Max : « Oh ! C’est qui ce zoiso ? »

Boris : « Quel zoiso ? »

Léo : « Là-haut ! »

Max : « Mmmmm… Son bec me dit quelque chose… »

Léo : « Ben oui ! C’est l’une de ses caractéristiques principales ! Surtout quand il est ouvert ! »

Max : « Le bruant proyer ! C’est un bruant proyer ! »

Samuel : « Je le connais pas le bruant proyer. »

Léo : « Emberiza calandra, Embérizidés. »

Max : « Il a pas l’air d’avoir peur de nous. Bonome, fotoe le encore… »

Max : « Bonjour Bruant ! Tu vas bien ? Dis, tu veux bien prévenir tous les zoisos qu’il y a un nouveau petitours naturaliste s’il te plaît. Dis leur de venir nous voir qu’on puisse leur présenter. Merci zoiso. »

Le chevalier : « Je remarque que le bruant a eu droit à s’il te plaît et merci… »

Max : « Ben oui ! Je suis poli moi ! »

Léo : « Pas avec bonome ! »

Samuel : « Tu lui as demandé de fotoer sans les politesses de rigueur. »

Boris : « C’est pas bien Max. »

Max : « J’ai oublié ? Pardon mon bonome. Je te gratouillerai le front ce soir. »

Le chevalier : « Pardonné mon petitours. »

Max : « On fait quoi ce soir ? »

Boris : « On révise. »

Max : « Non, pas ce soir ! Tu travailles trop Boris. Il faut aussi te détendre. »

Léo : « On pourrait faire une soirée fotos et gratouillis ! »

Samuel : « Avec la bagarre ! »

Max : « Petit Sam veut faire la bagarre ? »

Samuel : « Sam le brodé ! Je suis un pirate moi ! »

Max : « Encore un qui va pas bien dans sa tête ! »

Léo : « Max ! Je t’interdis de dire que Sam le brodé va pas bien dans sa tête ! Il va très bien dans sa tête ! TU ARRÊTES MAINTENANT OU JE TE PLOUFE ! »

Boris (à Samuel) : « J’ai déjà entendu ça 🙂 »

Samuel (à Boris) : « Mais cousin Léo a pas évoqué les brochets… Milvus migrans, Accipitridés ! »

Léo : « Ou ça ? »

Max : « Tu joues au zoisos ? Mais on a pas lancé le jeu ! »

Samuel : « Il tournoie au-dessus de nous. »

Boris : « C’est beau les rapaces… »

Léo : « это очень красиво ! »

Boris : «  Да, очень… »

Samuel : « Boris, tu veux jouer aux zoisos ? »

Boris : « Je sais pas ce que c’est moi, jouer aux zoisos. »

Samuel : « Quand on voit un zoiso il faut dire son nom le premier pour avoir un point. Normalement on doit donner le nom en scientifique mais pour toi on va faire une exception parce que tu débutes. Tu peux donner le nom en français ou en granrussien si tu veux. »

Max : « C’est de la triche ! Et on avait pas donné le signal de départ du jeu ! »

Léo : « Max est un très mauvais perdant 🙂 »

Samuel : « J’oubliais… Samuel : un point ! »

Max : « Il compte pas ! On avait pas dit ! »

Le chevalier : « J’accorde le point à Sam. »

Max : « Ben voilà ! C’est du favoritisme ! »

Le chevalier : « Absolument ! J’assume ! Et on est tous ligués contre toi pour que tu perdes. Évidemment. »

Max : « Vous faites tout pour me désavantager parce que vous savez que c’est moi le meilleur au jeu des zoisos. C’est même moi qui l’ai inventé ce jeu… »

Léo : « Cesse donc de ronchonner Maxou. A chaque fois c’est pareil : tu ronchonnes alors tu vois pas les zoisos. Donc tu perds et tu ronchonnes… »

Samuel : « C’est le cercle vicieux. »

Max (très rapidement) : « Recurvirostra avosetta, Récurvirostridés, Limosa limosa, Scolopacidés, Chroicocephalus ridibundus, Laridés… Max : 3 points ! Et vlan, vlan et vlan ! »

Boris : « J’ai même pas eu le temps de voir les zoisos… »

Léo : « Mouette rieuse ? Où ça ? »

Max : « Là ! Et là ! »

Léo : « Ah oui 🙂 Bien vu Maxou ! »

Samuel : « Cousin Max, je voudrais pas passer pour un pinailleur mais tu es sûr que ce sont des barges à queue noires ? On les voit pas bien d’ici… »

Max : « Oui je suis sûr ! »

Léo : « Mauvaise foi ! On est rarement sûrs même quand elles sont près ! Alors là… Mais je t’accorde le point quand même. »

Samuel : « Cousin Boris ! Un busard des roseaux ! »

Samuel : « Avec sa tête marron clair, on le reconnaît bien ! »

Max : « Circus aeroginosus, Accipitridés ! Max : 4 points ! »

Léo : « Max, petit Sam montrait à Boris ! »

Max : « Oui mais le jeu est le jeu… J’ai donné le nom. J’ai le point. »

Léo (à l’oreille de Boris) : « Circus pygargus Accipitridés. »

Boris : « Circus pygargus, Accipitridés ! »

Max : « Le busard cendré ! Bien vu Boris ! »

Samuel : « Boris : un point ! »

Léo : « Ça fait deux fois qu’on le voit dans le secteur. Il doit habiter ici. C’est une bonne nouvelle ça. On a vu deux fois un mâle. C’était sûrement le même les deux fois. J’espère qu’il s’est trouvé une femelle et qu’ils ont fait des œufs… »

Après ça, on a plus vu de zoisos… J’ai pas donné le score du grand jeu pour pas décourager Boris. En rentrant on a tout organisé pour la soirée fotos. Bonome a fait sa toilette puis il nous a rejoints. Mais Sam, qui se prend pour un pirate depuis que j’ai appelé notre nouveau cousin Boris le rapiécé avait l’air très agité. Il tenait pas en place Sam le brodé. Alors il a lancé la bagarre je sais même plus pour quel pretexte. Il a fait alliance avec Boris contre Léo et moi. Et on a tout bagarré. Bonome rigolait bien de voir ses petizours chahuter comme ça. Quand on s’en est rendus compte, on a fait une alliance des quatre petizours contre le bonome. Et on l’a chatouillé. Normalement les chatouilles sont pas autorisées pendant la bagarre. C’est déloyal. Mais on a bien rigolé. Et quand on rigole bien après avoir bien chahuté, après une longue journée, on est vite tout fatigués. Alors on s’est allongés contre bonome, tous les quatre tout serrés et on s’est vite endormis. Bonome, qui normalement se retourne dans son lit toutes les trois secondes, il a pas bougé de la nuit pour qu’il nous arrive rien. Il est gentil notre bonome et on l’aime beaucoup.

Voilà Princesse. On prend soin de notre nouveau cousin Boris et on fait en sorte qu’il soit formé pour son retour en Grande Russie.

Je t’embrasse et j’espère que tu vas bien.

Continuer la promenade

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.