158-3 Les cigogneaux

Jeudi 20 Juillet, An IV (Encore…)

Max : « Amis lecteurs bonjour ! »

Léo : « Bienvenus dans le Blog de Max ! »

Samuel : « Nous sommes bien contents que vous soyez là ! »

Max : « Nous vous avions parlé dans les articles précédents des cigognes de Charentmaritimie. »

Léo : « En particulier des cigogneaux. »

Samuel : « C’est rigolo les cigogneaux:) »

Max : « Vous vous impatientiez 🙂 »

Léo : « Nous savons que vous attendez de les voir. »

Samuel : « On a fait exprès de vous faire languir 🙂 »

Max : « Mais trêve de suspense ! »

Léo : « Voici les fotos ! »

Samuel : « Commençons par le parent… »

Max : « Je vous rappelle que nous allons vous présenter des cigogneaux qui demandent du manger à un parent. »

Léo : « Nous vous avons déjà présenté la même scène mais chez nos mésanges. »

Max : « Souvenez-vous : pour demander du manger les petites mésanges piaillent en agitant les ailes. »

Léo : « Nous avons souvent observé cette scène, avec de nombreuses espèces… »

Max : « Les mésanges bleues, les mésanges charbonnières, les corneilles noires… »

Léo : « Avec des tas de zoisos ! »

Max : « Ce qui nous a permis d’affirmer que beaucoup de petits zoisos se comportaient ainsi pour demander du manger. »

Samuel : « Voyons ça chez les cigognes ! »

Max : « Le parent est là et les petits se sont approchés… »

Léo : « Que va t-il se passer ? »

Max : « Eh bien oui ! »

Léo : « Les cigogneaux eux aussi piaillent en agitant les ailes pour demander du manger 🙂 »

Samuel : « Mais ça fait pas pareil que les mésanges 🙂 »

Léo : « Forcément parce que les cigogneaux c’est quand même plus grand que les mésanges 🙂 »

Max : « Continuons l’observation… »

Léo : « Nous voyons clairement que les petits tapent leur bec contre celui du parent. »

Max : « Cela fait parti du rituel de demande de manger. »

Samuel : « Tap tap tap ! »

Max : « Nous avions déjà observé ce comportement. »

Léo : « Surtout chez les Laridés. »

Max : « Amis lecteurs, avez-vous déjà remarqué la tâche rouge qui se trouve sur le bec de nombreux Laridés ? »

Léo : « Une foto s’impose… »

Max : « Cher Léo, en tant que spécialiste des Laridés, pouvez-vous nous en dire plus s’il vous plaît ? »

Samuel : « Nous vous écoutons cher Léo. »

Léo : « De nombreux Laridés possèdent cette tâche rouge sur le bec. Les petits la frappent du bec pour avoir du manger. Des expériences ont montré que les petits tapaient moins si la tâche était pas au bon endroit ou de la bonne couleur. »

Max : « Merci pour ces précisions mon cher Léo. »

Samuel : « Mais tout le monde a pu remarquer que la cigogne a pas de tâche rouge sur le bec. »

Max : « Évidemment ! Tout le monde a vu ça ! »

Léo : « Toutefois l’intégralité du bec est rouge chez les cigognes adultes. »

Max : « Devons nous en déduire que le rouge provoque chez les petits zoisos l’irrépressible envie de donner des coups de bec ? »

Samuel : « Euh… »

Max : « Oui cher cousin Samuel ? »

Samuel : « Nos sacados sont rouges ! »

Max : « Aïe ! »

Léo : « Oulala ! »

Samuel : « Si on s’approche trop des petits zoisos ils vont nous donner des coups de bec ! »

Max : « On leur tourne pas le dos ! Jamais ! »

Léo : « Et on s’éloigne plus de bonome ! »

Samuel : « De toutes façons il veut pas qu’on s’approche des petits zoisos. »

Max : « Il veut pas qu’on se chamaille avec eux. »

Léo : « Il a raison. Il faut pas embêter les petits zoisos. »

Samuel : « Peut-être qu’il savait pour le rouge qui déclenche les coups de bec… »

Max : « Ça m’étonnerait pas de lui ça. »

Léo : « Samuel, merci de nous avoir rappelé que nos sacados étaient rouges. »

Samuel : « De rien cousin Léo 🙂 »

Max : « Revenons à nos cigogneaux. »

Léo : « Ils piaillent en agitant les ailes puis donnent des coups de bec dans le bec rouge du parent. »

Samuel : « Que se passe t-il ensuite ? »

Max : « Voyons ce que nous apprennent les fotos… »

Léo : « Nous voyons donc que le parent régurgite ce qu’il a lui même mangé plus tôt. »

Max : « La régurgitation c’est quand le contenu de l’estomac remonte par l’œsophage et ressort par la bouche. »

Samuel : « C’est un peu beurk pour nous mais c’est comme ça chez beaucoup de zoisos. »

Léo : « C’est plus facile pour les petits. Ce qu’ils avalent est déjà digéré en partie. »

Samuel : « C’est quand même un peu beurk… »

Léo : « Transposons un peu, pour mieux comprendre. Bonome, notre bonome mâche du chocolat puis le déglutit. Gloub le chocolat ! Puis plus tard il le régurgite pour nous le donner. »

Max : « Ça va pas la tête ! Le meilleur dans le chocolat c’est de le mâcher ! Il faut qu’il fonde dans la bouche ! Même, il faut commencer par le regarder, l’observer… J’ai lu que si on prend le temps de bien le regarder avant de le manger le cerveau produit des messagers chimiques du plaisir ! Alors bonome le mâche pas pour nous ! Il le digère pas pour nous ! Il touche pas au chocolat sauf pour nous le donner ! »

Samuel : « Cousin Max et le chocolat 🙂 »

Max : « Vous croyez qu’il y en a en réserve ? Je vais voir… »

Léo : « Pendant que notre cher Maxou, dit Maxou le chocovore, est parti chercher sa gourmandise préférée faisons un petit résumé de ce que nous avons vu. »

Samuel : « Vas-y cousin Léo. Tu résumes bien toi. »

Léo : « Toi aussi petit Sam. Je t’écoute. »

Samuel : « Tu me corriges si je dis des erreurs. Alors, tout d’abord les cigogneaux attendent, les pattes dans l’eau en cherchant négligemment de la nourriture. Puis le parent arrive. Les petits s’en approchent précipitamment puis commencent immédiatement à demander du manger en piaillant et en agitant les ailes. Ensuite ils donnent des coups de bec dans celui du parent pour bien se faire comprendre. »

Max : « Me voici ! Avec du chocolat 🙂 J’en ai pas pris beaucoup pour que bonome se rende pas compte qu’on en a pris. »

Léo : « On en a pas pris nous. »

Max : « Vous en voulez pas ? »

Samuel : « Moi si 🙂 »

Léo : « Moi aussi 🙂 »

Max : « On partage ! Samuel… Léo… Et moi. Vous en étiez où ? »

Léo : « Petit Sam a fait un petit résumé. »

Max : « D’accord. C’est bien ça. »

Léo : « Et il est très bien son petit résumé. »

Max : « Le parent régurgite la nourriture déjà en partie digérée. »

Samuel : « Et ensuite ? »

Max : « Regardons cha… »

Léo : « Max ! On parle pas la bouche pleine ! »

Max : « Ch’est parchque ch’est trop bon le chocolat 🙂 »

Samuel : « Dégoûtant ! »

Léo : « Si le parent régurgite pas assez vite, les petits hésitent pas à aller chercher la nourriture directement dans son bec. »

Max : « Mais c’est quand même mieux si le parent régurgite… »

Samuel : « Mais il régurgite par terre ! Les petits prennent leur repas par terre ! Beurk ! »

Léo : « Petit Sam, tu es trop sensible 🙂 C’est comme ça chez les zanimos. »

Samuel : « Moi j’aimerais pas manger par terre… »

Max : « Les cigogneaux s’en fichent ! Regardez ! On dirait qu’il y a un petit poisson au menu ! »

Léo : « Et le repas dure tant que le parent régurgite… »

Max : « En fait, le repas dure plus longtemps que ça. Parce que le parent il a pas que ça à faire. Alors il vide son estomac par terre puis il laisse ses petits manger tout seuls. Il s’en va le parent. »

Léo : « Il va manger pour lui. Ou recharger son estomac pour le repas suivant de ses petits. »

Samuel : « Parce que les petits ça fait rien qu’à manger ! »

Léo : « Il faut bien qu’ils grandissent ! »

Max : « N’oublie pas que dans trois mois à peu près ils vont migrer tout là-bas en Afrique ! »

Léo : « Rappelons que chez les cigognes la migration est pas mixte. Les mâles partent entre mâles et les femelles entre elles… »

Samuel : « Et les petits ? »

Max : « Bonne question… »

Léo : « Deux hypothèses : ils sont déjà assez grands pour suivre les individus de leur propre sexe. »

Max : « Ou alors ils migrent avec les femelles… »

Samuel : « Nous allons nous renseigner… »

Léo : « Parfois d’autres zoisos cherchent à profiter du repas. »

Samuel : « Comme cette aigrette garzette. »

Max : « Elle est venue voir si il y avait pas de quoi manger mais elle est vite repartie. »

Léo : « Il faut dire que les becs des petits sont plutôt impressionnants. »

Samuel : « Elle a eu peur de se faire chasser… »

Max : « Et les petits ont pu terminer leur repas tranquillement. »

Léo : « Voilà pour cette première scène. »

Max : « Nous espérons que cela vous a plu. »

Samuel : « Parce que nous on a beaucoup aimé 🙂 »

Max : « Il vaut mieux que ça vous ait plu parce que c’est pas fini 🙂 »

Léo : « Après ce repas, les cigogneaux avaient encore faim. »

Samuel : « Ils erraient les pattes dans l’eau, espérant peut-être réussir à se nourrir par eux-mêmes… »

Max : « Mais un parent s’est posé dans le nid… »

Léo : « Les petits l’ont rejoint en quelques coups d’ailes. »

Max : « Et ils se mirent aussitôt à piailler en agitant les ailes pour demander du manger. »

Samuel : « La suite vous la connaissez. »

Léo : « Coup de bec, régurgitation et repas… »

Max : « Sans oublier d’agiter les ailes ! »

Max : « Après ça, le parent en a eut assez. »

Léo : « Il s’est éloigné de ses petits. »

Samuel : « Pour se reposer. »

Max : « Voilà, cette fois c’est fini. »

Léo : « Encore une fois nous espérons que ça vous a plu. »

Max : « Hésitez pas à nous laisser des commentaires 🙂 »

Samuel : « Ça fait toujours plaisir. »

Max : « Amis lecteurs nous vous saluons ! »

Léo : « Kenavo à vous ! »

Continuer la promenade

4 réflexions au sujet de « 158-3 Les cigogneaux »

  1. Bonjour Paul ! Bienvenu dans le blog pour ton premier commentaire 🙂
    Comment vas-tu ? Tu es guide dans les musées ? Rholala ! On va le dire à bonome et il va falloir organiser des visites.
    Bon, là je travaille sur mon blog alors je peux pas papoter mais on essaye de se voir bientôt 🙂
    Gratouillis à toi de la part de toute la tribu 🙂

  2. Salutations mes amis naturalistes !
    Sympathique ce nouvel article !
    Nous n’avons jamais vu de bébés cigogneaux demander du manger nous, en plus les photos de Coquelicot ne sont pas aussi belles…
    Moi je ne suis pas encore guide naturaliste mais je suis guide dans les musées, et je connais bien les peintures naturalistes !
    Je vous fais une visite quand vous voulez les cousins !
    Bon je vous laisse moi, je dois aider la fleur rouge à ranger ses livres.
    Au plaisir de vous lire,
    Paul petitours.

  3. Chers amis reporters naturalistes, vous nous invitez à laisser des commentaires et un mot me vient immédiatement à l’esprit : waouh! 🙂
    Merci pour ce beau reportage et ces superbes fotos 🙂
    Je crois pas que vos sacados attirent les cigogneaux sinon on verrait des corridas avec des cigogneaux comme avec les taureaux 😀
    Trop bien vos articles 🙂
    Serrage de pattes à tous 3 et à votre grand dadais 🙂
    Arthur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.