152-1 Le Grand Étang 1

Vendredi 26 Mai, An IV

Max : « Bonomou, tu travailles ? »

Le chevalier : « Oui Maxou. Tu veux que je fasse une pause ? »

Max : « Je m’ennuie. Les zoisos me manquent… »

Le chevalier : « Je vois. »

Max : « Léo et Samuel tournent en rond. Ils ont même plus envie d’étudier. »

Le chevalier : « Mes pauvres petizours. »

Max : « On va finir par faire la dépression… »

Le chevalier : « Aïe ! »

Max : « Tu imagines un peu. Trois petizours qui errent dans la cabane, le regard vide, sans envie… »

Le chevalier : « Ce serait terrible. »

Max : « Ben oui… »

Le chevalier : « Ça me coûterait cher en antidépresseurs amputant d’autant mon budget café… »

Max : « QUOI ? C’EST TOUT L’EFFET QUE ÇA TE FAIT ? »

Le chevalier : « Ben… »

Max : « BONOME, JE TE DÉTESTE ! »

Le chevalier : « Max. »

Max : « Je te parle plus. Va boire ton café ! »

Le chevalier : « Maxou… »

Max : « Quelqu’un me parle ? »

Le chevalier : « Mon petitours, je voulais te taquiner avant de te dire d’aller préparer les sacados. »

Max : « Préparer les sacados ? Maintenant ? »

Le chevalier : « Oui Maxou. »

Max : « On va en inspection maintenant ? »

Le chevalier : « Si mes petizours sont d’accord. »

Max : « SAM ! LÉO ! SAUTEZ DANS VOS PANTALONS ! ON VA EN INSPECTION ! »

Le chevalier : « Tu vas mieux ? »

Max : « Ouiiiii 🙂 Merci bonome. … Euh, on va où ? »

Au grand Étang…

Max : « Rholala ! Vous avez vu ? Les gardes ont construit un nouvel observatoire ! »

Léo : « C’est mieux que les parois en paille. »

Samuel : « On va être mieux installés. »

Max : « Et l’autre côté… Wouah ! Vous avez vu le bel observatoire ! »

Max : « Bonome, en rentrant on rédige un rapport pour Princesse. Il faut lui dire que les gardes ont bien travaillé. On peut demander une médaille pour eux ? »

Le chevalier : « Tu peux demander Maxou. Pour le moment tu es le seul médaillé de l’Ordre de la Médaille. Je pense qu’à ce titre tu peux transmettre une demande de médaille. »

Max : « Je suis le seul médaillé de l’Ordre de la Médaille ? »

Le chevalier : « Oui Max. »

Max : « Il y a que moi ? »

Léo : « Maxou, si tu es le seul il n’y a que toi. C’est une tautologie. »

Samuel : « Ou un pléonasme. »

Max : « Le seul médaillé de l’Ordre de la Médaille… Ça alors ! »

Samuel : « Je suis fier d’être ton cousin cousin Max. »

Léo : « Et si on s’intéressait aux zoisos ? »

Max : « Oui oui… Alors… Un nid de foulques… Un nid de grébus… »

Samuel : « Les cygnes !!! »

Max : « Deux nids, des cygnes en vol, des nouveaux observatoires… Elle commence bien cette inspection 🙂 »

Léo : « Max, je partage pas ton enthousiasme. Regarde un peu là… »

Max : « Mmmm… C’est quoi ça ? BONOME ! TU AS VU ? IL FAUT PRÉVENIR LA POLICE DES NIDS ! ON PEUT PAS LAISSER FAIRE ! »

Samuel : « Pourquoi les foulques se sont-elles installées dans le nid des grébus ? »

Max : « C’EST DU VOL DE NID ! ET DEVANT TÉMOIN EN PLUS ! BONOME, APPELLE LES GENS D’ARMES ! »

Léo : « Vous avez remarqué que les grébus ont fait une petite parade de tête avec les huppes ? »

Max : « LÉO ! IL Y A VOL DE NID LÀ ! On fait pas l’étude des comportements des zoisos ! »

Samuel : « Tu sais pourquoi ils ont fait la parade cousin Léo ? »

Léo : « Mmmm… Peut-être pour resserrer les liens au sein du couple dans cette situation délicate… »

Max : « LES GRÉBUS PASSENT À L’ATTAQUE ! ALLEZ-Y GRÉBUS ! REPRENEZ VOTRE NID ! SUS AUX FOULQUES ! »

Léo : « Hoplà ! Les foulques se sont faites oustées ! »

Samuel : « Bravo les grébus ! Bravo ! »

Max : « J’espère qu’il y avait pas des œufs… »

Léo : « Je pense pas. Les grébus auraient pas quitté le nid si il y avait eu des œufs. »

Max : « Rholala ! Elles sont terribles ces foulques. Résumons un peu : Elles passent leur temps à se chamailler ; elles mangent des poissons alors qu’elles sont phytophages ; elles volent les nids… »

Léo : « Max, tu vas devoir écrire un autre rapport à Princesse… »

Max : « Pfff ! Encore du travail ! Bonome, va gronder les foulques s’il te plaît. »

Le chevalier : « Non Max. Vas-y toi même ! »

Max : « Mais bonome, je sais pas nager moi ! Tu veux quand même pas que j’aille me ploufer dans le Grand Etang ? »

Le chevalier : « Non mon petitours, je ne veux pas que tu te ploufes. Mais que tu gardes ton calme par contre… »

Max : « Même en cas de flagrant délit de vol de nid ? »

Le chevalier : « Oui Maxou. »

Max : « Je devrais rien dire ? »

Léo : « C’est le principe de la non-intervention de l’observateur Max. »

Max : « Et on laisse les grébus se faire voler leur nid… »

Samuel : « C’est comme ça la nature cousin Max. »

Léo : « Et puis tu as pu voir par toi même que les grébus se sont pas laissés faire. Deux ou trois coups de becs bien placés et le problème a été réglé. »

Max : « Vous avez raison. Il faut pas s’inquiéter pour les grébus… »

Samuel : « Dites, vous avez vu le canard ? »

Léo : « Quel canard petit Sam ? »

Samuel : « Le canard noir qui nage là devant… »

Léo : « On dirait… Bonome, tu veux bien me donner le beau livre de zoisos de Max s’il te plaît ? Il est dans ton sac. »

Le chevalier : « Bien sûr Léo. »

Léo : « Merci bonome. Max, tu prends l’appareil pour bien observer. Sam, avec moi pour chercher dans le beau livre. »

Samuel : « A vos ordres chef Léo 🙂 »

Léo : « Max, il a la tête noire, le cou blanc et le corps gris très foncé ? »

Max : « Exact Léo ! »

Léo : « L’œil jaune ? »

Max : « Absolument Léo ! »

Léo : « Petit Sam, tu penses comme moi ? »

Samuel : « Je sais pas ce que tu penses cousin Léo. Je suis pas dans ta tête moi. Mais je suppose que c’est un garrot à œil d’or. »

Léo : « Bucephala clangula, Anatidés. »

Max : « Un garrot à œil d’or ? »

Léo : « Oui Maxou. Une femelle… »

Max : « Un garrot à œil d’or… Rhoooo ! »

Léo : « La chance ! »

Samuel : « On a vu au Royaume des Paons. Mais là, c’est dans la nature. »

Max : « Vous avez vu ? Les gardes mis un panneau d’information sur lequel il y a un garrot à œil d’or et on voit un garrot à œil d’or 🙂 »

Samuel : « Il faudrait mettre des panneaux avec des tas de zoisos 🙂 »

Léo : « Oui petit Sam 🙂 »

Le chevalier : « elle vous plaît cette inspection ? »

Max : « Oui bonomou 🙂 »

Le chevalier : « Foto de petizours ? »

Max : « Oui bonomou 🙂 »

Max : « Tu es content ? Tu as une foto de tes petizours 🙂 »

Le chevalier : « Oui Maxou. »

Max : « On reprend l’observation alors. Les cousins, au travail ! »

Léo : « Rholala ! La garrote s’étire ! »

Max : « Fotoé bonome ? »

Le chevalier : « Au gros zoom… »

Max : « Montre… »

Max : « Oui, avec l’autre appareil les fotos auraient été plus nettes. C’est vrai. Mais on a une garrote qui s’étire les ailes ! Bravo bonome ! »

Léo : « Elle a des grosses joues 🙂 »

Max : « Oui, ben c’est parce qu’elle mange bien. C’est bien ça pour faire des œufs. »

Samuel : « Pour faire des œufs il faut un mâle… »

Léo : « Et là, on en voit pas… »

Max : « Il va arriver… Ou peut-être l’année prochaine. C’est la première fois qu’on voit un garrot ici. On va quand même pas demander qu’ils fassent des œufs tout de suite ! »

Léo : « Oui Max… Vous entendez ? »

Samuel : « Entendre quoi ? »

Léo : « Je sais pas trop. On dirait des zoisos qui se chamaillent. Bonome, ça vient de par là. Tu veux bien nous porter et nous emmener vite ? »

Le chevalier : « Sautez sur mon bras… C’est parti ! »

Samuel : « Là-haut ! »

Max : « Ce sont des hirondelles des rivages. Riparia riparia, c’est ça ? »

Léo : « Oui Maxou. Famille des Hirundinidés. »

Samuel : « Elles faisaient la parade ? »

Max : « On sait pas identifier les sexes chez les hirondelles des rivages. Mais ils avaient pas l’air de faire la bagarre. »

Léo : « Je pense que monsieur voulait impressionner mademoiselle pour faire des œufs. »

Max : « Bonome, si je dis pas des erreurs, les hirondelles des rivages creusent des nids dans les falaises de sables ou de terre. »

Le chevalier : « Tu ne dis pas d’erreur Max. »

Max : « Elles sont où les falaises ? »

Le chevalier : « Tu te souviens du Royaume des Libellules ? »

Max : « Oh oui ! Il est bien ce Royaume. Pourquoi on y va plus ? »

Le chevalier : « C’est interdit Max. »

Max : « On pourrait y aller quand même. On est en mission pour Princesse. Puis Léo et Sam le connaissent pas… »

Le chevalier : « Je vais y réfléchir. »

Max : « Oui bonome. Mais pourquoi tu me parles de ce Royaume ? »

Le chevalier : « Parce qu’il y a un énorme butte de terre aux parois abruptes. »

Max : « Tu penses qu’elles habitent là-bas les hirondelles des rivages ? »

Le chevalier : « C’est une hypothèse… »

Max : « Bonome, il y a une hirondelle toute calme. Tu veux bien en faire une belle foto s’il te plaît ? »

Le chevalier : « Malgré les fils électriques ? »

Max : « Ben, on essaye d’éviter les objets techniques mais là on peut pas faire autrement… »

Le chevalier : « D’accord Maxou. »

Léo : « On retourne voir l’étang ? »

Max : « Oui, la parenthèse hirondelle des rivages est terminée. »

Samuel : « Merci de nous avoir pris dans tes bras chevalier. C’était très agréable et très pratique. »

Le chevalier : « Merci mon petitours. Je vous redépose sur le la tablette. »

Léo : « Mmmm… Il est étrange cet étourneau… »

Max : « Je pense que c’est un juvénile. »

Léo : « Oui, c’est une hypothèse tout à fait vraisemblable. Il dépend plus de ses parents mais il s’en éloigne pas trop quand même. »

Max : « Petit Sam, il faut savoir que les étourneaux sansonnets vivent en groupe pouvant comporter plusieurs millions d’individus. »

Samuel : « Plusieurs millions ? »

Max : « Oui oui ! A Rome par exemple. Les zoms aiment pas trop parce que ça fait beaucoup du bruit. Et tu imagines la quantité de fientes. »

Samuel : « Des millions de zoisos d’un coup… Chevalier, on va aller à Rome voir les étourneaux ? »

Max : « Oulala ! A Rome il y a les ruines antiques ! Si on y va on va avoir droit à la Rome Antique tout le temps ! »

Samuel : « Mais on verrait les étourneaux… »

Max : « On se ferait recouvrir de fientes aussi. Tu veux te faire fienter toi ? »

Samuel : « Vu comme ça, ça donne pas envie… Mais j’aimerais bien voir quand même. Et entendre… »

Max : « Je crois que bonome aime pas voyager. C’est pas bon pour l’environnement… »

Le chevalier : « C’est vrai Maxou. Je tiens à protéger la planète moi. Et il y a suffisamment de beauté autour de chez nous. »

Léo : « Tu aimerais pas voir la Rome Antique ? »

Le chevalier : « Rome ne m’attire pas. Par contre j’ai beaucoup aimé Athènes. »

Max : « Bonome et sa Grèce Antique… Tu es allé sur les traces de tes amis Socrate et Platon ? »

Le chevalier : « Voir l’œuvre de Phidias, essayer de retrouver l’esprit de Périclès et d’Aspasie… Bias de Priène… Assister aux balbutiements de la science moderne avec Leucippe, Démocrite, Pythagore ou Hippocrate… »

Léo : « Max ! Pourquoi tu l’as lancé sur la Grèce Antique ?! Tu vas pas bien dans ta tête ! Il va buguer et partir dans sa tête il y a 2500 ans ! »

Max : « Oups ! J’ai fait une bêtise… »

Léo : « Il faut le redémarrer. »

Max : « Tu sais comment on l’éteint ce bonome ? »

Samuel : « J’ai une idée ! Bonome, tu veux un café ? »

Le chevalier : « Mmmmm… Un café ? Pourquoi pas ? C’est toi qui me le propose mon petit Sam ? »

Samuel : « Oui bonome 🙂 »

Le chevalier : « Et tu m’appelles bonome ? »

Samuel : « Oui bonome 🙂 »

Max : « Bien joué petit Sam ! »

Léo : « On peut reprendre la zoisologie 🙂 »

Le chevalier : « Ben ! Et mon café ? »

Max : « Ta gourde est dans ton sacado. Tu l’ouvres, tu prends ta gourde et tu te caféines… »

Le chevalier : « Bien… D’accord… »

Léo : « Revenons au nid des grèbus… Tout se passe bien apparemment… »

Max : « Ils ont refait une petite parade de tête la huppe déployée. »

Samuel : « C’est un couple solide. »

Léo : « Ils vont faire des œufs bientôt. »

Max : « Et il va y avoir des petits grébus. »

Léo : « Les cygnes ! »

Max : « Oulala ! Mais ils sont agités les cygnes aujourd’hui ! »

Léo : « Agitation prè-nuptiale. Les mâles se chamaillent pour les femelles et les territoires. »

Max : « Je me demande si ils méritent pas un avertissement de comportement quand même. Les chamailleries à répétition… On peut pas laisser faire. Ils vont finir par se blesser ! »

Léo : « Oh c’est pas la peine Maxou. Ils vont bien finir par se calmer. »

Max : « Tu es trop laxiste Léo. »

Léo : « Je suis un peu plus patient que toi 🙂 »

Max : « Et voilà ! Max l’impatient ! »

Samuel : « Le garrot est encore là… »

Max : « Bon, on sait maintenant que c’est un canard ploufeur. »

Léo : « Je m’étais même pas posé la question. »

Max : « Tu as pourtant eu la réponse 🙂 »

Samuel : « Regardez les grébus ! »

Léo : « Quelle chance ! C’est tellement rare de voir un grébu en dehors de l’eau ! Tu as pu voir la forme de son corps petit Sam ? La disposition des pattes ? Bonome, tu as fotoé ? »

Le chevalier : « Oui Léo. »

Léo : « Chouette ! Bravo bonome ! On va pouvoir étudier ça avec Sam. Tu as vu ? Les pattes sont en arrière du corps. Il a l’air vraiment debout quand il est sur ses pattes. Alors que chez les canards, elles sont au milieu de la face ventrale. »

Max : « On a pas graver un article sur les grébus déjà ? »

Léo : « Ah oui ! J’avais oublié 🙂  On le lira ce soir Sam. Tu vas voir. Bonome a fait de très belles fotos d’un parents avec ses petits. (96 – Notre ami grébu) »

Max : « Et si on allait à l’autre observatoire. J’ai hâte d’admirer le travail des gardes moi. »

Léo : « Attends Maxou, j’entends piailler… Mmmm… Oui, il est là ! »

Max : « Des mésanges à longue queue ! »

Léo : « Il y avait un petit ! »

Max : « Un petit ? »

Léo : « Oui ! Si j’ai bien vu c’était d’abord un adulte. Puis le petit est venu se poser et ensuite le parent s’est envolé. Bonome, tu peux montrer le petit s’il te plaît ? Merci bonome… Vous voyez ? »

Max : « Une petite mésange à longue queue ! »

Samuel : « Tabarnak la chance ! »

Léo : « On voit des belles choses aujourd’hui. »

Max : « Je suis pas sûr qu’en tentative de vol de nid de grébu par des foulques soit une belles choses mais je voudrais pas lancer un débat interminable… On va à l’autre observatoire ? »

Le chevalier : « On y va ! Petizours, pochage ! »

Continuer la promenade

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.