150-1 Une journée tranquille…

Mardi 11 Avril, An IV

Max : « Bonome, qu’est ce qu’on fait aujourd’hui si il y a pas des zoisos ? »

Le chevalier : « Nous pourrions aller chercher des fossiles… »

Max : « Où ça ? Sur l’Île Où On Va à Pieds ou Là Où Les Cailloux Sont Tout Cassés ? »

Le chevalier : « Seconde proposition. Nous irons sur l’Île demain. »

Max : « Les cousins, que pensez-vous de ce programme ? »

Léo : « Je suis pour. »

Samuel : « D’accord. »

Max : « Alors c’est parti ! »

Là Où Les Cailloux Sont Tout Cassés…

Max : « Bonome, on cherche, on cherche et on trouve rien du tout ! Pourquoi il y a pas des fossiles ! »

Léo : « C’est vrai ça ! C’est pas à cause des zoms ça ! »

Le chevalier : « Mes petizours, vous savez que nous ne sommes pas les seuls à venir chercher des fossiles ici. »

Max : « On a jamais vu d’autres fossileurs ! »

Le chevalier : « Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y en a pas. »

Max : « D’accord. D’autres fossileurs prennent les fossiles mais ils prennent pas tout ! »

Le chevalier : « Il y a une autre explication. »

Léo : « Je vois pas… »

Max : « Tu nous expliques s’il te plaît ? »

Le chevalier : « Vous venez ici depuis assez longtemps pour comprendre. Surtout toi Maxou. »

Max : « Je devrais savoir ? »

Le chevalier : « Tu pourrais trouver… »

Max : « … Non, je vois pas… »

Le chevalier : « Presque partout en France la côte recule. Les falaises s’érodent, il y a des éboulements, des écroulements, des effondrements… Ce qui donne des cailloux tout frais qui contiennent des fossiles que l’érosion libère petit à petit… »

Léo : « Je comprends ! »

Samuel : « Cousin Léo comprend toujours tout. »

Léo : « Ici, la mer avance pas. Même que c’est de plus en plus recouvert par les sédiments. Là-bas, un peu plus loin, au début il y avait des petits cailloux bien propres. Maintenant, on les voit presque plus sous la vase. Et il me semble pas avoir vu de nouveau blocs éboulés depuis qu’on vient. »

Max : « Pas d’érosion donc pas de nouveaux fossiles… »

Samuel : « Et les fossileurs prennent ceux des anciens blocs éboulés… »

Max : « Alors si je comprends bien il y aura de moins en moins de fossiles ici. »

Le chevalier : « Oui, tant que l’érosion ne sera pas plus forte. »

Max : « Et pourquoi ici la mer rogne pas la côte ? »

Le chevalier : « Ce n’est pas vrai partout. Je pense qu’ici les falaises sont protégées de la mer par les Îles. La mer n’est jamais vraiment déchaînée. Ou très rarement. Elle n’est pas assez forte pour grignoter la côte. »

Léo : « Mais bonome, quand tu discutes avec le gentil monsieur de l’échoppe des zoisos, à la Charmante Petite Ville, il dit que la mer grignote la digue du Royaume des Chevaliers. Même qu’il trouve pas l’argent pour la consolider. »

Le chevalier : « Précisons que ce gentil échoppier est aussi maire de la commune sinon les lecteurs de Max ne comprendront pas pourquoi un échoppier doit entretenir une digue 🙂 La digue est en sable. Elle s’érode plus facilement que les falaises calcaires. De toutes façons je ne suis pas sûr qu’il faille absolument la consolider. Peut-être qu’en laissant faire la nature… »

Max : « Mais et le Royaume des Chevaliers alors ? Qu’est ce qu’il deviendrait ? »

Le chevalier : « Une lagune. La nature trouverait un équilibre. Selon moi, il serait plus malin d’acheter les terres qui se trouvent en arrière du Royaume et les intégrer à la Réserve. Si je gagnais à la loterie c’est ce que je ferais. »

Max : « Tu agrandirais la Réserve Naturelle ? »

Le chevalier : « Oui 🙂 Pour le moment nous sommes dans une situation absurde. D’un côté du chemin c’est une Réserve Naturelle, de l’autre c’est une réserve de chasse. »

Samuel : « Excusez moi de vous interrompre mais il y a une hirondelle rustique sur l’estran. »

Léo : « C’est pas banal. »

Max : « Elle vient chercher de la vase pour faire son nid ! C’est une bonne nouvelle ça ! »

Léo : « Je sais pas où elle fait son nid… »

Max : « Pas trop loin. Peut-être sur une maison qu’il y a là-bas… »

Samuel : « Il va y avoir des petits 🙂 »

Max : « On a vu des bébés hirondelles des fenêtres un jour, dans la Charmante Petite Ville. Leurs têtes sortaient à peine du nid et ils piaillaient pour avoir du manger. »

Léo : « Les petits piaillent toujours pour avoir du manger. Et ils agitent les ailes comme ça… »

Le chevalier : « Samuel, ne t’éloigne pas trop s’il te plaît. Je n’ai pas envie de te perdre moi. »

Samuel : « J’ai trouvé un zoursin 🙂 »

Léo : « Bravo petit Sam ! »

Samuel : « Je l’ai vu de loin pendant que vous parliez 🙂 »

Max : « Bonome, tu connais ce zoursin ? »

Le chevalier : « C’est un oursin régulier… un Arbaciidé il me semble… Je dirais qu’il appartient au genre Goniopygus… Mais l’espèce… Goniopygus menardi ? Peut-être… »

Max : « C’est dommage que tu trouves plus de boites-vitrines. On pourrait en faire une belle avec tous les zoursins qu’on trouve… »

Le chevalier : « Oui, c’est dommage… »

Max : « Dites, si on trouve pas des fossiles, on pourrait se promener tranquillement. »

Léo : « Sans inspecter ? »

Max : « En inspectant tranquillement. »

Samuel : « On pourrait voir des zoisos… »

Max : « On en voit jamais beaucoup ici. Mais c’est normal. C’est difficile de zoisoter en fossilant. »

Samuel : « Il y en a un beau là… »

Léo : « Un rougequeue noir ! Il me semblait bien l’avoir entendu ! »

Max : « Phoenicurus ochruros, Muscicapidés. Il doit habiter pas loin. On en voit souvent ici. »

Le chevalier : « Cette espèce vit essentiellement en montagne. Les rougequeues noirs nichent dans les éboulis. »

Max : « Ici aussi il y a des éboulis. C’est comme à la montagne mais à la mer 🙂 »

Léo : « Là il y a une linotte mélodieuse. C’est un mâle… »

Samuel : « La linotte aussi vit dans les éboulis ? »

Le chevalier : « Non, elle fait son nid dans les arbustes ou les fourrés. »

Max : « Il y a tout ce qu’il faut sur la falaise… Dis Léo, c’est pas une mésange charbonnière qu’on entend ? »

Léo : « Si. Je la cherche… Là ! »

Max : « À côté il y a un autre mâle linotte. »

Samuel : « Ils chantent tous les deux. »

Léo : « Code Atlas 3 : Mâle chanteur présent sur son territoire pendant la période de reproduction. »

Max : « Léo, tu vas pas donner les code Atlas à chaque fois qu’on voit un zoiso ! »

Léo : « Je les connais pas tous. Mais là c’était facile 🙂 »

Samuel : « Il y a un autre mâle sur les rochers… »

Max : « On mettra toutes les fotos dans mon blog comme ça mes lecteurs sauront bien reconnaître les linottes. »

Léo : « De dos c’est facile. Dos marron cou et tête grise : c’est une linotte. Hoplà ! »

Max : « De face, avec du rouge, c’est un mâle. »

Léo : « Si on fait pas attention on peut confondre avec le sizerin flammé. Mais il est plus rare le sizerin flammé. On l’a même jamais vu. Alors quand on hésite, il vaut mieux dire que c’est une linotte. »

Max : « Ben oui. C’est plus probable. »

Samuel : « Mais il faut vérifier quand même. »

Léo : « Tiens, voilà une femelle… »

Max : « Elle est moins caractéristique. »

Léo : « Avec un peu d’habitude on la reconnaît même de face. »

Max : « Mais c’est pas facile quand même. »

Samuel : « Vous croyez qu’elle a déjà choisi un mâle pour faire des œufs ? »

Max : « Ben, je sais pas. Mais elle a le choix. On a déjà vu trois mâles. »

Léo : « Ou trois fois le même ! »

Max : « Non Léo. Celui sur le rocher on l’a observé en même temps que celui sur l’arbre. Il y en a au moins deux ! »

Léo : « Alors il va y avoir des petites linottes bientôt 🙂 »

Samuel : « Des zoisos se posent sur l’estran ! »

Max : « Ce sont des chevaliers. Ils devraient être au Royaume des Chevaliers… »

Léo : « Ils peuvent pas il y a pas d’eau. »

Samuel : « Ils viennent manger sur l’estran. »

Max : « Et plus loin il y a un héron cendré… »

Léo : « Lui aussi il vient manger. »

Là, on a assisté à une étrange scène avec ce héron cendré et un goéland. Bonome a tout fotoé et on va en faire un article spécial. Juste après. Tu vas voir Princesse, c’était rigolo et intriguant. Patience 🙂

Max : « Dites, si on faisait une pause ? Ça m’épuise de cavaler sur ces cailloux tout cassés. »

Léo : « Moi aussi ! D’accord pour la pause. »

Samuel : « J’osais pas la demander… »

Léo : « Pauvre petit Sam. Tes petites pattes sont encore plus petites que les nôtres… »

Max : « Oh ! Regardez ce caillou ! »

Léo : « C’est rigolo ! »

Samuel : « Et original ! »

Max : « Quelle était la probabilité qu’on tombe sur un tel caillou ? Je vous le demande… »

Léo : « C’est la nature qui a un message pour nous 🙂 »

Max : « Bonome, tu peux nous fotoer avec le beau caillou ? »

Le chevalier : « Bien sûr ! Installez vous ! »

Max : « C’est un message pour nos lecteurs réguliers 🙂 »

Léo : « Bonome, tu vas pétuner en te caféinant ? »

Le chevalier : « Si vous faites une pause… »

Léo : « Tu veux bien me donner mon beau livre de zoisos s’il te plaît. J’aimerais réviser les linottes. »

Max : « Tu me donnes le mien aussi ? »

Samuel : « Et le mien. S’il te plaît. »

Le chevalier : « D’accord. Les voici… »

Max : « Bonne pause bonome 🙂 »

Max : « Tu profites de la vue bonome ? »

Le chevalier : « Oui, j’aime bien le calme de la mer qui descend. »

Max : « ÉLÉOULAMER ! ÉLÉOULAMER BONOME ? »

Le chevalier : « Mon petitours 🙂 »

Max : « Je reconnais que je suis parfois… pas gentil. »

Le chevalier : « Tu n’as pas ta langue dans ta poche, c’est vrai. Mais tu as le mérite de dire ce que tu penses. Tu étais déçu de ne pas voir la mer… »

Max : « On a quand même passé une bonne journée ce jour là. J’ai bien aimé la Plage Sauvage. »

Le chevalier : « C’était ta première sortie à la mer. »

Max : « Maintenant je connais bien. Grâce à toi. Merci mon bonomou. »

Léo : « Dites, on voit pas de zoisos. Il y a pas des fossiles. Mais il est tôt. Qu’est ce qu’on fait maintenant ? »

Le chevalier : « Nous pourrions nous mettre en quête d’un nouveau Royaume… »

Max : « Un nouveau Royaume ? On y va ! »

C’est comme ça qu’on s’est retrouvés au Royaume des Bergeronnettes 🙂

Au Royaume des Bergeronnettes…

Max : « Pourquoi on est jamais venus ici ? »

Le chevalier : « Je ne sais pas. J’ai toujours eu l’impression que nous ne verrions pas grand-chose… »

Léo : « Alors comme on voit rien ailleurs, tu tentes ta chance ici 🙂 »

Le chevalier : « Oui. Et un élanion blanc a été signalé dans le secteur. »

Léo : « Un élanion blanc ? Elanus caeruleus, Accipitridés ? »

Le chevalier : « Oui Léo. »

Léo : « Ici ? »

Le chevalier : « Oui Léo 🙂 »

Léo : « Mais normalement il dépasse pas les Pyrénées ! Il y en a pas ici ! »

Le chevalier : « Ben si ! Il y en a au moins un de signalé. »

Max : « J’espère qu’on va le voir… »

Samuel : « Je sais pas si on va le voir mais il y a une bergeronnette printanière sur le poteau. Elle fait rien qu’à crier. »

Léo : « C’est pas un code 3 là. Elle nous demande de quitter son territoire. »

Max : « Peut-être qu’elle a des petits pas loin et qu’elle veut nous intimider… »

Léo : « code 8 ! »

Samuel : « C’est quoi le code 8 ? »

Léo : « ‘Cri d’alarme ou tout autre comportement agité indiquant la présence d’un nid ou de jeunes aux alentours.’ »

Max : « Ce serait pas surprenant. C’est la saison des petits. »

Léo : « Et ce code n’est à utiliser qu’en période de reproduction. Il y a des espèces qui crient toute l’année. »

Max : « Comme rougegorge. Toute l’année il veut nous chasser de son territoire. Même quand il a pas des petits. »

Samuel : « Et il est pas poli. »

Léo : « Je parle pas le bergeronnette mais je pense que ce zoiso est pas poli non plus 🙂 »

Max : « Là, on dirait un jeune… »

Léo : « Il en a un peu l’attitude mais pas le bec… »

Samuel : « Pourquoi pas le bec ? »

Léo : « Petit Sam, tu feras bien attention la prochaine fois qu’on voit un petit. Il aura un bec anormalement large pour son espèce. Et il y a comme un prolongement sur le côté. Je sais pas comment dire. Mais tu verras par toi même. »

Max : « Là, le bec est normal. Le plumage a l’air de celui d’un adulte… »

Léo : « Qu’est ce que tu fotoes bonome ? »

Le chevalier : « Je crois que j’ai fotoé trop tard… il y avait une bergeronnette grise au sol et une printanière est venue la chasser. »

Max : « Montre tes fotos… »

Max : « On voit pas bien… »

Léo : « On devine… »

Samuel : « C’était pas facile… »

Max : « Bon, on voit des Bergeronnettes au Royaume des Bergeronnettes. C’est un peu normal. Mais pas d’élanion blanc… »

Léo : « Ça m’étonnerait qu’on le voit… »

Samuel : « On sait jamais. Si il est signalé… »

Max : « Ils sont beaux ces colverts… »

Le chevalier : « Je fotoe 🙂 »

Max : « Merci bonome. C’est pas très original un colvert mais c’est quand même un beau zoiso 🙂 »

Léo : « Et là, sur la berge… On dirait une tortue… »

Le chevalier : « Une cistude d’Europe ! »

Max : « Une cistude d’Europe ? On en a jamais vu ! »

Le chevalier : « C’est plutôt rare. »

Max : « Tu nous expliques la cistude d’Europe s’il te plaît ? »

Le chevalier : « Emys orbicularis, Emydidés. C’est une petite tortue d’eau douce et carnivore. Elle est classée quasi-menacée par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN). »

Max : « Encore un zanimo menacé ! C’est encore à cause des zoms ? »

Le chevalier : « Et de la disparition de son habitat. Elle vit dans les canaux, les tourbières, les rivières, les étangs… Tous ces milieux aquatiques ont été détruits pendant des années. Ils ne rapportaient rien à part des moustiques. »

Max : « Alors les zoms les ont détruits. Je vois. »

Le chevalier : « Oui… Pour construire des résidences. Certaines ont gardé des noms qui rappellent qu’autrefois c’était des zones humides : les grenouillères, les saussaies… Et elles sont régulièrement inondées. »

Max : « Quelle surprise ! Une zone autrefois humide peut-être inondée ! Ben ça alors ! »

Le chevalier : « Oui Maxou. La bonne nouvelle est que ces zones humides sont de plus en plus protégées voire réhabilitées ou recréées. »

Léo : « Tu peux en revenir à la cistude s’il te plaît ? »

Le chevalier : « Oui mon Léo. Que veux-tu savoir ? »

Léo : « Tout 🙂 »

Le chevalier : « Sa raréfaction est également due à une hausse de sa prédation ! Plus particulièrement de ses œufs. Ils sont la proies des corbeaux, des belettes ou des rats… »

Max : « Les rats qui pullulent à cause des zoms… »

Le chevalier : « En ville. Pas dans les marais. La cistude est un animal diurne. Elle passe une grande partie de sa journée à se chauffer au soleil. Mais elle est toujours prête à s’enfuir à la moindre alerte. A l’automne, elle s’enfouit dans la vase où elle passe l’hiver. »

Max : « Elle hiberne alors. »

Le chevalier : « Oui Maxou. Les cistudes sont des animaux qui ont une longévité exceptionnelle. Elles peuvent vivre de 60 à 70 ans. »

Max : « Tout ça ! »

Max : « Et oui 🙂 »

Léo : « Et la reproduction ? »

Le chevalier : « L’accouplement est rapide et aquatique. La couvée compte en moyenne 5 à 6 œufs. Ils sont pendus dans un trou du sol, loin de l’eau. La couvaison dure trois mois. Il en sort des petits pesant 6 à 8 grammes. Beaucoup meurent en cherchant à atteindre l’eau. Soit ils se dessèchent en se perdant, soit ils sont la proie des corbeaux ou des Ardéidés. Parfois des renards. Les petits sont adultes vers 10 à 12 ans. »

Léo : « Forcément, avec une durée de vie de 70 ans, le cycle biologique est lent… »

Samuel : « Et la nourriture. Tu as dit qu’elles sont carnivores. Elles mangent quoi ? »

Le chevalier : « Tout ce qu’elles trouvent dans l’eau : insectes, crustacés, mollusques, alevins de poissons, des têtards… Elle peut se faire nécrophage quand l’occasion se présente… Plus elles vieillissent plus elles se nourrissent de végétaux. »

Max : « Un carnivore qui devient phytophage… »

Léo : « Les végétos se sauvent moins vite 🙂 »

Max : « Bonome, tu peux rappeler la classification des tortues s’il te plaît ? Parce que les Reptiles ça existe pas… »

Le chevalier : « Si tu veux Maxou. Ce sont des Vertébrés Tétrapodes Amniotes. »

Max : « Ben oui, elles ont des os, des pattes et elles pondent des œufs. »

Léo : « Bonome, avec la classification phylogénétique il faut aussi dire que ce sont des Ostéichtyens Sarcoptérygiens. Avant Amniote il me semble. »

Samuel : « Même avant Tétrapodes ! »

Max : « Alors… Vertébré, Ostéichtyen, Sacroptérygien, Tétrapode, Amniote… »

Le chevalier : « Sauropside. »

Max : « Sauropside ? »

Léo : « C’est quoi Sauropside ? »

Le chevalier : « Un groupe monophylétique qui regroupe tous les oiseaux et les Reptiles actuels. »

Max : « Pas possible bonome ! »

Le chevalier : « Et pourquoi donc ? »

Max : « Parce que les reptiles ça existe pas ! »

Le chevalier : « Et oui. Évidemment… Alors pas Sauropside… »

Léo : « Mais Anapside oui 🙂 »

Samuel : « C’est quoi Anapside ? »

Léo : « Les zanimos qui ont pas de fenêtres dans leur tête. »

Samuel : « Alors il y fait tout noir 🙂 »

Max : « Oui petit Sam 🙂 »

Le chevalier : « Sauf que… »

Max : « Sauf que quoi bonome ? »

Le chevalier : « D’après certains auteurs les tortues seraient des Diapsides qui auraient perdu leur fenêtres temporelles au cours de l’évolution… »

Max : « Dakordakordakor… Bien bien bien… Alors déjà qu’on arrive pas à retenir et les auteurs sont même pas d’accord entre eux. Et comment on fait nous pour savoir ? Tu me dis comment on fait ? »

Le chevalier : « On sait pas… »

Max : « Et on est des béotiens ? Des ignares ? Pas d’accord bonome, pas d’accord ! »

Léo : « Et les Chéloniens, on sait un peu les Chéloniens ? »

Le chevalier : « Le groupe des tortues. Il est assez homogène. Que ce soient des Diapsides ayant perdu leurs fosses temporelles ou des Anapsides vrais, ils sont anapsides. Ce sont les seuls à ma connaissance. La particularité des Chéloniens est la carapace. Elle est formée d’un plastron ventral et d’une dossière. Ces éléments sont reliés par des ponts osseux. Notons que les tortues ont un bec corné. »

Léo : « Tu en dis pas plus ? »

Le chevalier : « C’est suffisant Léo. On peut ajouter que les 144 familles de tortues se répartissent en trois groupes : les tortues terrestres, les tortues dulçaquicoles et les tortues marines. »

Max : « Bien, on a enfin vu une vrai tortue. »

Le chevalier : « Pourquoi tu dis ‘une vraie tortue’ ? »

Max : « Ben jusqu’à maintenant on avait vu que des tortues de Floride relâchées par des propriétaires peu soucieux de l’environnement… »

Le chevalier : « C’est vrai… »

Max : « Au moins on connaît la cistude maintenant. »

Léo : « Mais toujours pas d’élanion blanc… »

Max : « On le verra pas Léo. »

Léo : « Comment tu sais ? »

Max : « On voit pas de zoisos depuis hier alors pourquoi on verrait celui-là… »

Léo : « … »

Samuel : « On se fait encore crier dessus par une bergeronnette… »

Max : « Ça doit être la même que tout à l’heure… »

Léo : « On repasse sur son territoire. »

Samuel : « Bergeronnette, il faut pas nous gronder. On veut pas t’embêter, on fait que passer. »

Max : « Léo, arrête donc de regarder en l’air ! Tu vas avoir le torticolis ! »

Léo : « Je cherche l’élanion ! »

Samuel : « Là c’est pas un élanion mais il est très beau ce zoiso… »

Léo : « C’est milan noir. Milvus migrans, Accipitridés. »

Max : « C’est impressionnant comme zoiso. »

Léo : « Avec son bec crochu et ses serres aiguisées… »

Max : « Il pourrait nous prédater… »

Samuel : « Le chevalier le laisserait pas faire ! »

Léo : « Vous imaginez la tête du milan si il nous attrapait ? Il serait tout content d’avoir une proie et hop ! Une peluche même pas mangeable ! »

Max : « Oui, et au passage on serait éventrés et tout morts ! »

Le chevalier : « Mes peluches sont vivantes… »

Max : « Ben oui bonome ! Pas de chance ! Tu as rencontré les seules peluches vivantes sur terre 🙂 »

Léo : « Même que la troisième est venue toute seule 🙂 »

Max : « Tu es un aimant à peluches vivantes. »

Le chevalier : « J’espère qu’il n’y en a pas d’autres… »

Léo : « Un crécerelle ! »

Max : « Tu l’as fotoé bonome ? »

Léo : « Ben oui, il fotoe toujours les crécerelles qui mulotent 🙂 »

Max : « C’est un mâle… »

Samuel : « Comment tu sais ? »

Max : « La queue : elle est grise avec juste une barre noire au bout. Chez la femelle elle est grise mais rayée de noir sur toute sa longueur. »

Samuel : « Merci cousin Max. »

Léo : « Bon, Maxou avait raison. On verra pas l’élanion. Qu’est ce qu’on fait maintenant ? »

Max : « Il est tôt. On va pas rentrer quand même ! »

Le chevalier : « Et si nous allions faire les échoppes ? »

Max : « Toi ? Faire les échoppes ? Depuis quand ? »

Le chevalier : « La Librairie de la Mer et l’échoppe de la LPO… »

Max : « Ah bah ouiiii ! Ces échoppes làààà ! D’accoooord ! »

Plus tard, à la terrasse d’une taverne de la Ville-Arsenal… 

Max : « Bonome, ferme les yeux. »

Le chevalier : « Pourquoi ? »

Max : « FERME LES YEUX BONOME ! »

Le chevalier : « D’accord, oulala, je voudrais pas te fâcher ! Voilà ! »

Max : « Tu peux les ouvrir ! »

Le chevalier : « Un sifflet de bosco ! »

Max : « C’est pour toi ! Cadeau de tes petizours ! »

Léo : « Tu pourras siffler le rassemblement des petizours 🙂 »

Le chevalier : « Merci mes petizours ! Mais… Où l’avez-vous eu ? »

Max : « Ben… A l’échoppe bonome ! Quelle question ! »

Le chevalier : « Vous l’avez volé ? »

Max : « HÉ ! HO ! ON EST PAS DES VOLEURS ! »

Léo : « On l’a payé ! »

Samuel : « Pendant que tu regardais les livres… »

Le chevalier : « Mais avec quelle argent ? »

Max : « Pas avec notre argent de poche, ça c’est sûr… »

Le chevalier : « D’où ma question. »

Max : « Disons qu’on t’a emprunté quelques piécettes. »

Léo : « Dans ton porte-monnaie… »

Samuel : « Mais seulement pour pouvoir te faire un cadeau. »

Le chevalier : « D’accord. Bon, l’intention étant bonne je ne vous ferai pas remarquer que prendre de l’argent dans mon porte-monnaie sans mon autorisation est un vol… »

Max : « Non, tu le feras pas 🙂 »

Léo : « Il te plaît ? »

Le chevalier : « Oui 🙂 J’ai toujours eu envie d’un sifflet de bosco 🙂 Il va falloir que j’apprenne le langage des boscos. »

Max : « Aïe ! »

Léo : « C’était pas prévu ça ! »

Samuel : « Il va siffler tout le temps maintenant ! »

Max : « Tu vas nous commander au sifflet ? »

Le chevalier : « C’est fait pour Maxou 🙂 »

Max : « Bonome, tu peux nous punir pour avoir volé l’argent dans ton porte-monnaie. Mais punis nous franchement. Une fessée, tu nous mets au coin, on est privés de câlins… Mais tu nous commandes pas au sifflet s’il te plaît ! »

Léo : « Aie pitié de nous ! »

Samuel : « On mérite pas ça ! »

Le chevalier : « D’accord 🙂 Merci mes petizours. Et je ne vais même pas vous punir. »

Max : « Merci bonomou 🙂 »

Le chevalier : « J’aurais bien aimé voir la tête du vendeur à l’échoppe quand vous êtes passés à la caisse 🙂 »

Max : « Il en croyait pas ses yeux. »

Léo : « Max a dû lui crier dessus pour qu’il arrête de se frotter les yeux. »

Max : « Et je crois qu’il s’est trompé en rendant la monnaie… »

Samuel : « Il avait l’air tout perturbé ce pauvre vendeur. »

Max : « Bon, on va à l’échoppe de la LPO maintenant ? »

Le chevalier : « Allons-y ! »

A l’échoppe on a acheté un hôtel à insectes et une mangeoire. Pour la cabane où on loge en Charentmaritimie. Regarde Princesse.

Voilà Princesse. C’était une petite journée tranquille en Charentmaritimie.

Je t’embrasse et j’espère que tu vas bien.

Continuer la promenade

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.