149 – Le Royaume des Chevaliers

Au mois de Mai de l’An V, dans la cabane du chevalier… 

Léo : « Tu viens Maxou, on va graver ton blog. »

Max : « Pas envie… »

Léo : « Tu as pas envie ? »

Max : « Non… »

Samuel : « Ça va pas cousin Max ? »

Max : « J’en ai assez ! Je suis trop en retard ! Et puis après la Bretagne c’est plus drôle ! Surtout qu’on vient de finir de graver la Normandie…»

Léo : « C’est pas vrai. On a vu de jolies choses après la Normandie. »

Samuel : « On est allés quelques jours en Charentmaritimie aux vacances d’après. »

Max : « On connaît par cœur. C’est plus drôle. »

Léo : « C’est vrai qu’on connaît bien… Et si on faisait juste des petits articles ? On montre pas tout. Juste les nouveautés, ou les belles fotos de bonome. »

Samuel : « Les zoisos qu’on aime bien… »

Max : « Ben non. On peut pas faire les zoisos qu’on aime bien. On aime tous les zoisos. »

Samuel : « Ah oui… Ben, les belles fotos alors. »

Max : « Si on va vite Princesse va dire qu’on bâcle notre travail. »

Léo : « Princesse va voir qu’on inspecte sérieusement et on est pas obligés de tout lui dire. On raconte l’essentiel et c’est tout. »

Max : « Bonome, il en pense quoi ? »

Léo : « Bonome il est dans sa tête. Il parle plus : il grommelle maintenant. »

Samuel : « Il peut pas redevenir sauvage ici. »

Léo : « Oui mais il faut faire attention. J’ai vu qu’il avait fait des recherches pour aller en Bretagne. Là-bas il peut se creuser un terrier vite fait et disparaître. »

Max : « Il partirait pas sans nous ! »

Léo : « Et tu te vois vivre dans un terrier avec un bonome sauvage ? »

Max : « C’est mon bonome. Si il redevient sauvage, moi aussi. »

Samuel : « Pour le moment ça va. On pourrait se mettre au travail. »

Max : « D’accord. On choisit les fotos. Mais on en prend pas beaucoup ! »

Royaume des Chevaliers, Lundi 10 Avril, An IV…

Max : « En arrivant en Charentmaritimie on est allés tout de suite au Royaume des Chevaliers. »

Léo : « C’est là que bonome va quand il a pas envie de réfléchir à où aller. »

Max : « Et on est sûrs de voir des beaux zoisos. »

Samuel : « Sauf que là on en a pas vu beaucoup… »

Léo : « C’est vrai petit Sam. »

Max : « C’est parce qu’il faisait tout sec. Il y avait pas d’eau nulle part ! »

Léo : « Il faut rappeler que le Royaume des Chevaliers est un ensemble de bassins longs et étroits parallèles les uns aux autres. »

Max : « Et là il y avait pas d’eau ! La plupart des bassins étaient secs. »

Léo : « C’est un problème ça. J’ai lu un article là dessus. Les périodes d’assecs sont de plus en plus précoces et de plus en plus longues. »

Max : « C’est le dérèglement climatique… »

Samuel : « Ben oui mais les zanimos ont besoin d’eau ! »

Léo : « Surtout au printemps ! »

Max : « Toutes les espèces qui dépendent de l’eau dans leur cycle biologique vont avoir des ennuis si ça continue. »

Léo : « Les amphibiens, les odonates… »

Max : « Et les zoisos migrateurs ! Normalement ils s’arrêtent en Charentmaritimie pour reprendre des forces. Mais si il y a pas d’eau dans les marais, ils trouvent pas du manger et ils reprennent pas de forces. »

Léo : « Ils meurent en chemin… »

Samuel : « C’est une catastrophe ! »

Max : « Ben oui. Mais les zoms s’en fichent… »

Léo : « Sauf quand il y a les inondations. »

Max : « Ça c’était cet hiver. Vous vous souvenez au Grand Étang ? »

Léo : « On a pas pu y aller ! La Marne avait débordé et elle formait un unique plan d’eau avec la boucle où se trouve le Grand Étang. Encore maintenant on voit plus les îles du Grand Étang. »

Samuel : « Alors que l’automne avait été très sec. »

Max : « En Charentmaritimie, le Grand Fleuve avait atteint un niveau tellement bas qu’il était à la limite de la pénurie d’eau. La pire sécheresse de ces 60 dernières années… »

Léo : « C’est tout déréglé ! »

Max : « Il pleut pas pendant des mois puis après il pleut tout d’un coup ! »

Samuel : « Alors il y a l’inondation ! »

Léo : « En plus les zoms abîment les sols. Ils mettent des glyphosates qui tuent tous les zanimos. »

Max : « Tout ça parce que les insectes peuvent faire perdre une partie des récoltes. »

Samuel : « Avec tout ce qu’ils mettent à la poubelle… »

Léo : « Mais les glyphosates tuent aussi les vers de terre… »

Max : « Tout le monde sait que c’est très important les vers de terre ! Ils aèrent la terre et la rendent cultivable. »

Léo : « La terre est meilleure et les rendements augmentent. »

Samuel : « Ça rattrape ce que les insectes détruisent. »

Max : « Mais sans vers de terre la terre est plus bonne. »

Léo : « Quand elle est sèche parce qu’il pleut pas, elle s’émiette. »

Max : « Et quand il pleut, ça forme une croûte en surface qui empêche l’eau de s’infiltrer. »

Samuel : « Et ça fait l’inondation. »

Max : « C’est vraiment n’importe quoi. Ils m’énervent les zoms. »

Samuel : « Et si on revenait au Royaume des Chevaliers au mois d’Avril de l’an IV ? »

Max : « On a tellement pas vu de zoiso que bonome s’est lancé dans l’entomologie… »

Léo : « On a vu quelques zoisos quand même. En arrivant tout au bout du Royaume. Des zoisos en vol… »

Samuel : « C’était pendant notre pause au bout du Royaume. »

Max : « Il y a eu le groupe de grisets qui est passé en criant. »

Léo : « On sait pas l’espèce mais c’est pas grave. »

Max : « C’était des jeunes goélands turbulents. »

Léo : « Les jeunes ça turbule beaucoup 🙂 »

Samuel : « Puis il y a eu un canard colvert et un tadorne… »

Max : « Plus d’une heure de marche pour voir des grisets, un colvert et un tadorne… »

Léo : « Alors bonome s’est engagé sur le chemin de la Charmante Petite Ville. »

Samuel : « On a vu des insectes. »

Léo : « Les premiers on sait même pas qui c’est. Mais j’aime bien la foto 🙂 »

Max : « On sait quand même que c’est un insecte Hémiptère du sous-ordre des hétéroptères. »

Léo : « Je comprends pas tout à la classification des Hétéroptères. »

Max : « C’est un peu compliqué. Leurs pièces buccales forment un rostre qui leur sert à piquer et à sucer. »

Léo : « Ils sont surtout phytophages. Ils se nourrissent de sève. »

Samuel : « Il y a quelques hématophages. »

Max : « Mais c’est rare. »

Léo : « Et si on se servait des fotos suivantes pour illustrer nos propos ? »

Max : « On peut ! Ce sont des Hémiptères hétéroptères aussi. »

Samuel : « Mais on a trouvé leur nom ! »

Léo : « Commençons pas celui-ci. »

Léo : « C’est Carpocoris fuscipinus, Pentatomidés. »

Samuel : « On est quand même pas tout à fait sûrs. »

Max : « On voit bien les antennes. »

Léo : « Chez les Hémiptères il y a deux grands groupes : ceux qui vivent dans l’air et dont les antennes sont bien visibles et ceux qui vivent dans l’eau et dont les antennes se replient et se coincent là comme ça. Je donne pas des mots compliqués que personne connaît même pas moi parce que personne s’en souvient de ces mots compliqués. »

Samuel : « Avec les antennes bien visibles se sont les Gymnocérates ou Géocorises. »

Max : « Merci pour cette précision cher Samuel, mais tu crois que quelqu’un va se souvenir de Gymnocérates ou de Géocorises ? »

Samuel : « Moi je m’en souviens. »

Max : « Tu dois être le seul sur terre… »

Léo : « Petit Sam a une incroyable mémoire. Vous vous souvenez comment on arrive à Hétéroptère ? »

Max : « Les Hétéroptères ont une première paire d’ailes hétérogènes. L’aile antérieure comporte une partie rigide et une partie membraneuse. On parle d’hémélytre. »

Samuel : « Mmmm… »

Léo : « Qu’est ce qu’il y a petit Sam ? »

Samuel : « On a dit des erreurs. Dans l’ordre c’est : ordre des Hémiptères, sous-ordre des Hétéroptères, section des Gymnocérates. »

Léo : « Tu as raison ! »

Max : « Revoyons la foto… »

Léo : « La partie qui a deux pointes c’est le corselet du pronotum. »

Max : « En arrière, triangulaire, c’est l’écusson ou scutellum. »

Samuel : « Puis il y a les hémélytres. »

Léo : « Les antennes ont 5 articles. »

Max : « Avec d’autres critères que j’ai oubliés, ça nous dit que c’est la famille des Pentatomidés. »

Léo : « Et après avoir cherché un peu partout, on a proposé l’espèce Carpocoris fuscipinus. »

Max : « Vous croyez que ça intéresse quelqu’un la classification des Hémiptères ? »

Léo : « Bah… En vrai, quand on présente un zanimo à quelqu’un il finit toujours par demander ce que c’est. Même si on vient d’expliquer pendant des heures. »

Max : « Il faut donner un nom simple que le quelqu’un connaît. »

Samuel : « Là on aurait dit ‘C’est une punaise’ les gens auraient été contents. »

Léo : « Des fois ils veulent savoir si c’est embêtant pour leur jardin. »

Max : « Pour savoir si ils doivent mettre des insecticides. »

Léo : « Max… »

Max : « Oui mon Léo ? »

Léo : « Je crois que je suis comme bonome. »

Max : « Ça fait un moment que je te dis que tu lui ressembles de plus en plus. Mais pour quelle raison précise dis-tu cela ? »

Léo : « Jémpaléjens… »

Max : « Ah… Oui, je te comprends. »

Samuel : « Les insecticides s’attaquent en général au système nerveux des insectes. Globalement, il fonctionne comme celui des zoms. Donc les insecticides s’attaquent aux cerveaux des zoms qui les utilisent… »

Léo : « D’après un article récent, on constate une augmentation très importante des cas d’autisme chez les zoms. On suppose que c’est en partie dû aux insecticides et à d’autres produits connus comme toxiques mais encore employés massivement. L’article a été publié aux États-Unis par le Center for Disease Control and Prevention mais on estime qu’en France on est passés d’un cas d’autisme pour 2000 naissances en 1960 à 1 cas pour 150 naissances actuellement ( www.cdc.gov/ncbddd/autism/data.html ) »

Max : « Dites les cousins, je crois que l’humeur de bonome déteint sur nous. »

Léo : « Pourquoi dis-tu ça Maxou ? »

Max : « Ben bonome est dans sa tête. Il gromelle. Il aime pas les gens… Et nous on écrit un article déprimant. »

Samuel : « C’est pas l’article qui est déprimant. C’est la réalité. On ne fait que donner des faits. On y peut rien nous. »

Max : « Vous croyez que c’est bien de manger du chocolat ? »

Léo : « Max, je t’en ai déjà parlé. La production du chocolat et son système de commercialisation est pas très écologique. »

Max : « Alors on va plus en manger. »

Léo : « Plus du tout ? »

Max : « On est des peluches. On est pas obligés de manger. »

Samuel : « Cousin Max a raison. »

Léo : « Plus jamais de chocolat ? »

Max : « On peut essayer. C’est bon pour la planète. »

Léo : « Plus jamais de chocolat… Et c’est toi qui le dis… »

Max : « On en parlera à bonome. Bon, on reprend l’article ? »

Léo : « En essayant d’être moins déprimants. »

Samuel : « Après c’est encore un Hémiptère Hétéroptère Gymnocérates. »

Max : « C’est la punaise ornée du chou. »

Léo : « Eurydema ornata, Pentatomidés. »

Max : « Elle s’attaque aux choux. Attention les zoms ! Cette punaise est méchante ! Elle dévore tous vos choux. Vous aurez plus rien à manger ! Il faut les tuer jusqu’aux dernières ! »

Léo : « Sus aux punaises ornées du chou ! »

Samuel : « À mort les punaises ornées du chou ! »

Max : « Il faut les exterminer ! »

Léo : « On arrête ? »

Max : « Oui, on arrête 🙂 »

Léo : « C’est quoi après ? »

Samuel : « La bergeronnette printanière. »

Max : « Motacilla flava, Motacillidés. »

Samuel : « C’est un beau zoiso. »

Max : « Avec un bec fin d’insectivore. »

Léo : « On pourrait parler des études qui montrent la diminution inquiétante des populations de zoisos en Europe. »

Max : « Mais ce serait encore déprimant… »

Samuel : « Si on en parlait, il faudrait parler des moineaux domestiques. »

Léo : « Et dire qu’en Grande-Bretagne leur population a diminué de 62 % entre 1970 et 1999 ? »

Samuel : « D’après l’étude CORIF/LPO menée à Paris entre 2003 et 2016 la baisse est de 73 % »

Max : « Mais on va pas dire tout ça. »

Léo : « Oulala non ! »

Samuel : « Et puis on s’en fiche des moineaux. Ça fait des fientes. »

Max : « C’est pas bien les fientes. Ça salit. »

Léo : « Et les maladies ! Vous pensez aux maladies ? »

Max : « La grippe aviaire par exemple ! »

Samuel : « Ah ben oui ! Oulala ! »

Léo : « La France a acheté 40 millions de doses de vaccins. Les experts redoutaient une hécatombe mondiale. »

Max : « Jusqu’à 30 % de la population allait mourir ! Vous vous rendez compte ? »

Samuel : « Et alors ? »

Léo : « Mmmmm… 60 cas en Europe je crois. »

Max : « On est même pas sûrs que c’était la grippe aviaire. »

Samuel : « Ça valait la peine d’acheter tous ces vaccins. »

Max : « Ben oui ! Quand même ! On pouvait pas laisser faire ! »

Samuel : « Et celui qui a fait acheter les vaccins est en prison ? »

Léo : « Ben non ! Même qu’il faudrait lui donner une médaille ! Il a agi pour le bien des zoms. »

Samuel : « Et le laboratoire pharmaceutique qui a vendu le vaccin, il va bien ? »

Max : « Samuel ! Insinuerais-tu que… Quelle honte ! »

Léo : « Supposer qu’il s’agirait d’une simple histoire d’argent ! »

Max : « Alors qu’on parle ici du principe de précaution ! »

Samuel : « Dites, vous avez remarqué que les zoms politiques ou les gens riches sont jamais accusés de vol ? C’est toujours d’enrichissement personnel dont ils sont accusés. »

Léo : « Alors qu’une caissière qui prend deux billets dans la caisse est bien accusée de vol, elle. »

Le chevalier : « Vous gravez le blog de Max ? »

Max : « Oui, en dissertant. »

Léo : « Tu es sorti de ta tête ? »

Le chevalier : « Vous me demandez ça depuis la Bretagne… »

Max : « On te connaît bonome. On voit bien quand tu es dans ta tête. Tu veux pas nous dire pourquoi ? »

Le chevalier : « Il n’y a rien à dire. Je suis pas ‘dans ma tête’. »

Max : « Tu es pas dans ta tête ? Heureusement… Qu’est ce que ce serait sinon… »

Le chevalier : « Pfff !!! »

Max : « Pfffe tant que tu veux bonome. »

Samuel : « La tête du chevalier est comme le Tardis. Elle est beaucoup plus grande à l’intérieur 🙂 »

Max : « ET ON PEUT S’Y PERDRE ! ET JAMAIS EN REVENIR ! »

Le chevalier : « Oui Max. Je peux lire votre article ? »

Max : « Il est déprimant. »

Le chevalier : « Je lis… Oui, effectivement. Pas très réjouissant tout ça… »

Samuel : « On donne des faits nous. Rien que des faits. »

Le chevalier : « Pas seulement mon petitours. Vous ironisez aussi 🙂 »

Max : « L’humour est la politesse du désespoir bonome. »

Le chevalier : « Mon Maxou… Je vous laisse terminer. Essayez d’être un peu moins pessimiste dans la suite de cet article. Je pense que les lecteurs préfèrent quand vous êtes drôles. »

Max : « On continue ? »

Léo : « Après c’est encore une bergeronnette grise. »

Max : « Motacilla alba, Motacillidés. Prise de loin, au gros zoom… »

Samuel : « C’est un beau zoiso. »

Léo : « C’est dommage que le gros appareil de bonome fasse pas de belles fotos. »

Max : « Lui dis pas sinon il va encore ronchonner. »

Samuel : « Après il y a eu nos zoisos-gardiens. »

Max : « Les chardonnerets rigolos 🙂 »

Léo : « Carduelis carduelis, Fringillidés. »

Max : « Ils sont venus nombreux. »

Samuel : « Ils voyaient bien qu’on était déçus de pas voir des zoisos. Alors ils sont venus nous remonter le moral. »

Max : « Ils sont gentils les chardonnerets rigolos. »

Léo : « Ils veillent bien sur nous. »

Max : « C’est rassurant. »

Samuel : « Quand je pense qu’on a des zoisos-gardiens… »

Max : « C’est sûr que c’est pas tout le monde qui en a 🙂 »

Léo : « Ils se sont proposés spontanément. On a même rien demandé nous. »

Max : « Et à la mer ce sont les pipits maritimes. »

Léo : « Les Pipers nous surveillent aussi. »

Max : « Oui mais ils le montrent pas. Alors que les pipits maritimes viennent nous voir, gazouillent un peu puis nous tournent autour de loin en gardant un œil sur nous. »

Léo : « Moi je pense qu’ils viennent prendre des nouvelles. Comme bonome parle le zoiso… »

Max : « Tu crois qu’ils viennent se présenter ? »

Léo : « Oui. »

Max : « ‘Bonjour le chevalier et les petizours. Je suis votre zoiso-gardien ici. Je viens voir si tout va bien. En cas de besoin hésitez pas à m’appeler. Je suis à votre service. Bonne inspection !’ »

Léo : « Ça doit être ça. »

Samuel : « On arrive au poliste… »

Max : « On fait la classification des Hyménoptères ? »

Léo : « Non. On s’en fiche. On dit que c’est une guêpe papetière et puis c’est tout. »

Samuel : « Montrez les fotos ! »

Max : « On dit vraiment les guêpes papetières ? »

Léo : « On peut. C’est parce qu’elles font des nids en une matière qui ressemble un peu à du papier. Ou plutôt du carton. Elles mâchouillent des fibres de bois et le mélangent à leur salive. C’est un peu le principe de la fabrication du papier. »

Max : « Je suppose que tu as fait des recherches. »

Léo : « Un peu. Mais je suis pas sûr de l’espèce. C’est un poliste ça c’est sûr. Peut-être Poliste gallicus. Mais les joues du poliste de France sont bien noires. Là, il y a du jaune je crois. Et la tâche jaune sur le front a pas vraiment la bonne forme. Mais j’ai pas trouvé vraiment. Par contre, je suis sûr que c’est une femelle fondatrice. Elle a hiberné et elle est sortie d’hibernation il y a pas longtemps. Sa première mission, après son hibernation, a été de faire ce petit nid de quelques alvéoles dans lesquels elle a pondu des œufs. On en voit un sur l’une des fotos. Il y a un œuf par alvéole. On voit bien qu’il est pas vieux cet œuf. Ce sont des femelles stériles qui vont naître bientôt. Elles ressemblent à la fondatrice mais sont un peu plus petites. Elles vont participer à l’entretien du nid, construire des alvéoles supplémentaires et s’occuper de l’alimentation des larves. Cet automne la fondatrice va pondre des œufs qui donneront des femelles fécondes. Celles-ci pondront des œufs qui donneront des mâles. »

Max : « Il y a pas de fécondation ? »

Léo : « Non. C’est un cas de parthénogenèse. Je sais pas comment une femelle peut donner des mâles. Mais c’est comme ça. Les mâles vont féconder les femelles puis mourront. Ces femelles fécondées sont de futures fondatrices qui vont se disperser avant de chercher un abri pour passer l’hiver. »

Samuel : « Rholala, cousin Léo, tu m’impressionnes. »

Léo : « J’aime bien faire des recherches 🙂 »

Max : « C’est étrange. Il y a une société de polistes qui se constitue chaque année juste pour que l’année d’après une autre société se constitue. »

Léo : « C’est la vie Maxou. Il y a des petits pour qu’ils deviennent adultes et qu’ils fassent des petits. La vie se perpétue. »

Samuel : « C’est une société avec une cheffe 🙂 »

Léo : « On parle de société monogyne. Pour être précis, il peut y avoir plusieurs femelles reproductrices dans la colonie. »

Max : « Chez les abeilles la société persiste l’hiver. »

Léo : « Et certaines espèces de guêpes ou d’abeilles sont solitaires… »

Max : « Oui mais elles vivent au même endroit. Et parfois, il y a de grandes populations d’abeilles solitaires. »

Samuel : « Mais elles forment pas de société. »

Max : « Bonome avait déjà fotoé un petit nid de polistes presque au même endroit. »

Léo : « Il doit y avoir de nombreux nids au Royaume des Chevaliers. »

Samuel : « Les guêpes sont de bonnes pollinisatrices. »

Max : « Oui petit Sam. »

Léo : « On parle de la disparition des abeilles ? »

Max : « Jusqu’à 80 % des populations dans certaines régions. »

Léo : « Essentiellement à cause des néonicotinoïdes. »

Max : « On sait depuis 25 ans qu’ils tuent les abeilles les néonicotinoïdes. »

Léo : « Et qu’ils sont dangereux pour les zoms. »

Max : « Mais ils sont pas interdits. »

Léo : « Ben non ! Des études montrent qu’ils sont inoffensifs ! »

Max : « Les études financées par les fabricants seulement. Les autres disent qu’ils sont dangereux. »

Léo : « Oui mais ce sont des amateurs les autres ! Ils savent pas de quoi ils parlent ! »

Max : « Ils sont pas sérieux ! »

Samuel : « Vous ironisez encore ! »

Léo : « Petit Sam, c’est à cause de tout ça qu’on a pas vu de zoisos ce jour là. »

Samuel : « Il y en a de moins en moins… »

Max : « Et les zoms s’en fichent. »

Léo : « Pas tous. Et surtout la plupart des zoms savent pas tout ça. Vous avez remarqué la réaction de gens quand bonome leur rappelle qu’il y a quelques années il y avait de nombreux insectes morts sur les pare-brises après un trajet même court ? »

Max : « Oui, ils avaient oublié. »

Samuel : « Ils répondent toujours : ‘Ah oui, c’est vrai ! Je m’en souviens maintenant.’ »

Max : « Et les grands rassemblements d’hirondelles sur les fils électriques en automne ? »

Léo : « Tout le monde a oublié. »

Max : « Il y a encore des hirondelles mais elles sont devenues rares. »

Léo : « Sur le site Faune Ile de France, quand on déclare avoir vu une hirondelle rustique il faut remplir tout un questionnaire. Enfin, on est pas obligé. Mais c’est mieux quand même. Ça, c’est parce que c’est devenu rare une hirondelle rustique alors il faut bien étudier pour voir comment les préserver. »

Samuel : « C’est compliqué tout ça. »

Max : « Ben c’est pas facile de résoudre ce genre de problème tout seul dans sa cabane. Arrêter le chocolat et donner des graines aux zoisos c’est pas suffisant. »

Léo : « On est des petizours nous. On peut faire beaucoup plus. »

Max : « On en discutera avec bonome. »

Léo : « Pour le moment on continue l’article. »

Samuel : « C’est encore des bergeronnettes printanières. »

Max : « On les a vues au tout début du chemin, presque au niveau de la Ferme des Tannes. »

Léo : « Il y avait des tas de papillons sur le bel arbre. Vous vous souvenez ? »

Samuel : « Ouiiii 🙂 »

Max : « On a pas identifié l’arbre… »

Léo : « Une Rosacée ligneuse sans aiguillon. Peut-être un cognassier… »

Samuel : « On s’en fiche ! On regarde les papillons. J’aime bien les papillons. Ils ont de belles couleurs. »

Léo : « Oui petit Sam, on regarde les papillons. »

Samuel : « Je les connais pas moi. Vous m’expliquez les papillons s’il vous plaît ? »

Max : « Tu veux faire la lépidoptèrologie ? D’accord. Alors il faut savoir que les papillons ont de toutes petites écailles sur les ailes. Ce sont ces écailles qui sont colorées. Si un jour tu touches un papillon tu auras des écailles sur les pattes. »

Samuel : « Il faut pas toucher les papillons ! »

Max : « Quand il y a un tout mort dans la cabane, on peut le toucher. »

Samuel : « Ah oui… Vous connaissez celui-là ? »

Léo : « Le paon du jour, Inachis io, Nymphalidés. »

Max : « Bonome nous a raconté une histoire interminable un jour pour expliquer l’origine de ce nom. Avec la mythologie grecque. »

Samuel : « Vous vous en souvenez ? »

Max : « Moi non ! Je sais juste que c’était des histoires terribles avec des meurtres, des adultères… Il faut pas raconter ça à un petitours. »

Samuel : « Tu fais la censure cousin Max ? »

Max : « Non, je t’évite une histoire pas intéressante. »

Samuel : « Et celui-là ? »

Léo : « Le piéride de la rave, Pieris rapae, Piéridés

Max : « Tu es sûr ? On est pas très forts en Piéridés. »

Léo : « Il y a trois espèces qui se ressemblent beaucoup : le piéride du chou, le piéride du navet et le piéride de la rave. Là je pense que c’est celui de la rave. Disons que c’est mon hypothèse. Les autres Piéridés se reconnaissent bien mais on les a jamais vus… »

Samuel : « Et les bleu ? Il est très beau le bleu 🙂 »

Max : « C’est un azuré. Pour savoir l’espèce il faudrait voir le revers de l’aile… »

Samuel : «  Cousin Léo, tu as pas une hypothèse pour l’espèce ? »

Léo : « Je pense à l’azurée des nerpruns, Celastrina argiolus, Lycanidés. Mais Max a raison. Pour être sûr il faudrait voir les deux côtés des ailes et plus de fotos. »

Max : « Le suivant on le connaît bien… »

Max : « C’est le vulcain, Vanessa atalanta, Nymphalidés. »

Léo : « Vulcain ? Comme le Dieu de la Grèce Antique ? »

Max : « Aïe… »

Léo : « Petit Sam, en présence de Max, il vaut mieux éviter de parler de la Grèce Antique. On fera des recherches plus tard pour savoir pourquoi on l’appelle comme ça ce papillon. Appellons Vanesse ce sera plus simple. »

Max : « Bon, ben je crois qu’on a fini… »

Léo : « Il reste deux fotos ! »

Samuel : « Ben oui ! Il faut mettre une cigogne. Au Royaume des Chevaliers il y a des cigognes. »

Max : « Et le moineau domestique. J’aime bien la foto. Et il y a une grande maison de moineaux à la Ferme des Tannes. On voit toujours des moineaux quand on y va. »

Max : « Cette fois c’est terminé. On fera un autre article demain. Qu’est ce qu’on fait en attendant ? »

Samuel : « Moi je sais 🙂 »

Léo : « Toi tu sais ? »

Samuel : « Oui, moi je sais 🙂 »

Max : « Qu’est ce qu’on fait alors ? »

Samuel : « BAGARRE DE PETIZOURS ! »

Continuer la promenade

2 réflexions au sujet de « 149 – Le Royaume des Chevaliers »

  1. Bonjour Arthur 🙂
    C’est pas qu’on déprime mais c’est un peu inquiétant tout ça… Les zoms comprennent pas qu’ils dépendent de la nature et que si ils l’abîment trop ils vont en mourir… Bonome dit parfois que la disparition des zoms serait une bonne nouvelle pour la nature et que les zanimos feraient la danse de la joie sur le cadavre du dernier des zoms… Enfin…
    Merci pour le lien. On va étudier ça. Si j’avais le temps je ferais un article avec tous les liens mais je suis en retard dans mon blog, dans mes cours… Et je voudrais commencer mon cahier… J’ai trop de travail moi. Pfff…
    Serrage de pattes aussi et gratouillis à Brindille 🙂

  2. Demat les copains !
    Ben dis donc ça déprime grave, les petizours ! Il est vrai que les zom font tant de dégâts dans la nature.. Mais il y en a quand même qui sont attentifs à ne pas abimer la Terre, donc il ne faut pas désespérer, mais continuer à informer comme vous le faites !
    On a trouvé un site Internet qui pourrait intéresser vos lecteurs : il explique bien les insectes pollinisateurs 🙂 https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/insectes-pollinisateurs/index.html

    Serrage de pattes à tous trois et respects au grand chevalier 🙂
    Arthur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.