140-1 L’Île Où On Va à Pieds

Mardi 27 Décembre, An III

Bonjour Princesse, c’est Samuel. Cousin Max et cousin Léo ont décidé que ce serait moi qui graverais cet article. Tu vas comprendre pourquoi plus tard. Je te connais pas, moi, Princesse, et j’ai jamais gravé tout seul alors je sais pas si ça va te plaire.

Cousin Léo voulait aller sur l’Île Où On Va à Pieds. On y pas allés hier je sais pas pourquoi. Le chevalier a dit que c’était à cause de la marée. Mais aujourd’hui la marée basse était plus tardive alors on a pu y aller. En faisant attention quand même, pour pas rester coincés…

On était tout prêts et on sortait pour partir quand cousin Léo a vu ce drôle de zanimo…

Bon, moi je suis pas très fort en entomologie encore. Je suis arrivé en automne et il y a plus beaucoup des insectes en automne. Le chevalier était très étonné de rencontrer ce zanimo en cette saison. Cousin Max et cousin Léo ont pas voulu m’aider pour la détermination. Il ont dit que c’était mon article alors je devais me débrouiller. C’est un peu un rite initiatique je crois. Je me lance… Il faut pas m’en vouloir si je dis des erreurs Princesse.

Je refais pas tout. Tu as reconnu un insecte. Là, l’insecte ressemble à une brindille. Mais pas à Brindille 🙂 Il y a un groupe d’insectes qui peuvent ressembler soit à des brindilles soit à des feuilles. Ce sont les phasmes. En scientifique on dit les Phasmoptères. Ils ont tous le corps très allongé. Les Phasmoptères comprennent deux familles : les Phasmides, en forme de brindille, et les Phyllides, en forme de feuilles. Le chevalier a expliqué que Phyllide vient du grékancien Phyllon qui veut dire feuilles. Et cousin Max a ronchonné. Il a dit qu’on s’en fichait du grékancien, que personne parlait le grékancien et que le chevalier parlait du grékancien pour faire croire qu’il était intelligent et cultivé mais que personne, à part lui, pouvait le croire. C’était du grand Max 🙂 Tu sais Princesse, cousin Max fait souvent le polisson mais il m’a expliqué pourquoi. C’est à cause que quand il est arrivé, le chevalier avait souvent l’air triste. Et cousin Max a vu que quand il faisait le chenapan le chevalier souriait. Alors il le fait exprès. Mais c’est pas un polisson ni un chenapan. Il est très gentil cousin Max. Bon, revenons à notre insecte. Je remets les fotos…

On voit bien qu’il ressemble à une brindille. C’est donc un Phasmoptère Phasmide. Si je dis pas des erreurs il y a que trois espèces en France. Je les cite toutes les trois : Bacillus rossius, Clonopsis (Bacillus) gallica et Leptynia hispanica. C’est pas beaucoup trois espèces. Mais je sais quand même pas laquelle on a vu 🙁 Je pense à Clonopsis gallica.

En faisant les recherches j’ai découvert des choses très intéressantes. Il faut que je te raconte ça Princesse.

D’abord il faut savoir qu’il y a pas de mâles des phasmes en France. Ou très très peu. C’est étrange n’est ce pas ? Les femelles se reproduisent par parthénogenèse. La parthénogenèse c’est bizarre. C’est quand une femelle fait des bébés toute seule, sans fécondation. On peut dire que c’est du clonage parce que tous les individus obtenus par parthénogenèse sont génétiquement identiques. C’est pas très bien ça, parce que tous les individus sont sensibles de la même façon aux maladies ou aux parasites… Je sais pas pourquoi, mais il existe des femelles qui ressemblent à des mâles. On dit qu’elles sont gynandromorphes… Mais ce sont quand même des femelles.

Deuxième chose importante : les phasmes sont des spécialistes du camouflage. Pour cela il ont deux stratégies : l’homochromie et l’homotypie. Homochromie ça veut dire même couleur en grékancien. On parle d’homochromie quand un zanimo a la même couleur que le substrat sur lequel il vit. L’homotypie c’est quand il a la même forme que le substrat. Les phasmes bâton ont la couleur et la forme d’une brindille et les phasmes feuilles ont la forme et la couleur d’une feuilles. Quelquefois ils ont même la forme d’une feuille qui s’est fait grignoter par une chenille 🙂 Je mets pas des images parce que je sais pas citer les vrais auteurs et je voudrais pas que le chevalier aille en prison à cause de moi.

Troisième chose à savoir sur les Phasmoptères ils sont spécialistes de l’immobilité réflexe également appelée catalepsie. Si on les embête ils se figent d’un coup. Déjà qu’ils ressemblent à des végétos… Des fois, ils se laissent tomber et bougent plus du tout. Et on peut plus les trouver. Bon, je dis tout ça mais c’est la première fois que j’en vois un et j’ai jamais observé moi-même tout ce que je viens de dire…

Allez, une dernière chose… Les Phasmoptères sont capables d’autotomie et de régénération. Oulala ! Encore des mots compliqués que personne connaît à part le chevalier 🙂 Autotomie ça veut dire qu’ils peuvent se découper eux-mêmes une patte ou une antenne pour échapper à un prédateur. Après, la patte ou l’antenne repousse. C’est la régénération. Bon, ça marche pas toujours très bien la régénération. Parfois une patte repousse à la place d’une antenne et quand une patte repousse, elle est plus simple que l’originale. Il y a moins de parties…

Sur les fotos, on voit qu’il manque une patte à ce phasme. Peut-être va-t-elle repousser…

Voilà pour les Phasmoptères Princesse. J’espère que tu t’es pas lassée trop vite de ces zanimos très originaux. En conclusion je dirai que les Phasmoptères sont de très beaux zanimos 🙂

Bien, prenons la route pour la belle Île 🙂

Cousin Max avait l’air très pressé. Il cavalait partout et voulait jamais faire de pause. Jusqu’aux pieds de cette falaise.

Là, il a demandé au chevalier de s’arrêter et à moi de fermer les yeux. Puis il m’a demandé de regarder…

Princesse, j’ai un sacado aussi maintenant ! Tu te rends compte ? Cousin Max, cousin Léo et le chevalier ont estimé que je méritais un sacado ! Comme un petitours naturaliste ! Je pensais pas que je le méritais, moi. Je débute à peine. Cousin Léo a dit que c’est parce que je connais déjà bien les zoisos. Cousin Max lui a affirmé que c’est parce que je révise et que j’étudie beaucoup, alors je connais bien la nature déjà. Il m’avait longuement interrogé sur la géologie de la Vendée il y a quelques jours. J’ai compris pourquoi maintenant 🙂 Il évaluait mes connaissances pour savoir si j’avais droit à un sacado. Le chevalier, lui, a simplement dit qu’il était ravi de me faire plaisir.

Regarde Princesse, c’est ton équipe de petizours naturalistes au grand complet 🙂

Cousin Max dit que c’est notre mission d’inspecter le Pays des Zoisos mais c’est même pas vrai. C’est la mission du chevalier. Nous, on fait que l’aider. Enfin… A vrai dire, avec tout le temps qu’il passe à nous expliquer les zanimos, on peut pas dire qu’on soit vraiment une aide. Cousin Léo dit que ça le motive et que grâce à nous, il inspecte mieux, pour mieux nous expliquer. Je sais pas, moi.

Après ma remise de sacado, cousin Max était plus détendu et l’inspection a enfin commencé. On est allés au bord de l’eau, ou plutôt un peu plus près, pour chercher des zoisos. Et j’ai aperçu ce zoiso.

C’est un bécasseau variable, Calidris alpina, Scolopacidés. On le connaît bien ce zoiso. Celui-là m’amusait à ploufer sa tête dans l’eau pour trouver du manger. Plouf la tête ! Il la ressortait le bec tout sale 🙂 Je sais pas si il garde les yeux ouverts quand il ploufe la tête…

Puis Pierre Petitpierre est passé nous voir, comme ça, vite fait…

Pierre Petitpierre en vrai il s’appelle tournepierre à collier ou plutôt Arenaria interpres. C’est aussi un Scolopacidé. Pour embêter cousin Max, Léo et moi on a parlé de la diversité des Limicoles. Cousin Max aime pas du tout qu’on parle de Limicoles. On le sait et on fait exprès pour le taquiner. Puis le chevalier a aperçu des bernaches cravants de très loin.

Il a des superzieux ce chevalier 🙂 Pour qu’on les voit mieux, et pour les fotoer, il s’est approché tout doucement. Il a furtivé comme dit cousin Max. Il a fait le fantôôôme 🙂

Puis on a continué le tour de l’Île, pour voir si tout s’y passe bien. Sur la côte ouest on voit pas souvent des zoisos mais il y a les fossiles bizarres du chevalier. On a joué à en trouver.

Cousin Max en a trouvé un qui s’était descellé des roches. Il était posé là, comme ça. Puis cousin Léo en a trouvé un en place. Les cousins ont voulu que je rentre dedans pour me faire fotoer.

Oups, j’ai pas dit. Ces fossiles sont des Sphaerulites foliaceus. Ce sont des Rudistes. C’est un groupe étrange de Mollusques Bivalves. Ce sont des Rudistes. Il ont tous disparu à la fin du Crétacé les Rudistes. Ils ont pas survécu à la grande crise Crétacé/Tertiaire… Comme les dinosaures non-aviens…

J’aime beaucoup cette île moi. Surtout cette partie…

Il y a pas des zoisos. Ou alors des passereaux dans les petites haies en bord de chemin. Mais on les voit jamais parce qu’on veut rester sur les rochers. Cousin Max et cousin Léo peuvent pas s’empêcher de courir partout sur ce platier rocheux. Ils font la course, jouent à chat… Et après ils sont tout essoufflés 🙂

Après le platier rocheux, on retourne sur le chemin. En pochant 🙂 En cheminant sur le chemin le chevalier guette les passereaux. Ils sont terribles ces petits zoisos parce qu’ils bougent tout le temps. Le temps de les trouver et hop ! Ils sont partis ! Il y a des mésanges bleues, des verdiers, des linottes mélodieuses, des pinsons des arbres, des chardonnerets rigolos… Et là on a aucune foto à te montrer. Mais on s’en fiche, parce que le chevalier a réussi ces fotos là 🙂

Elles sont belles ces fotos n’est ce pas Princesse. Il est fort ce chevalier 🙂 C’est un faucon crécerelle, Falco tinnunculus, Falconidés. On en voit souvent ici mais pas aussi bien. Là, c’est mâle en train de muloter. On peut dire que c’est un mâle grâce aux couleurs de la queue. On voit bien qu’elle est grise, barrée de noir vers son extrémité et ourlée de blanc. Je remets une foto parce que je l’aime bien.

Muloter, c’est quand le faucon fait du vol sur place pour repérer sa proie. C’est pas tous les zoisos qui savent muloter. Je suis pas sûr, mais à ma connaissance il y a que les faucons. Quand on le voit en vrai, on remarque que la tête du zoiso reste parfaitement en place. Le corps bouge un peu mais les yeux restent quasiment au même endroit. Cette fois, le faucon a pas attrapé de proie. Il a piqué un peu puis est remonté muloter. Alors le chevalier s’est approché et a recommencé à fotoer. Et ces fotos sont encore plus belles 🙂

Tu vois comme il replie bien les pattes ? Même ses doigts sont repliés. Le faucon crécerelle est vraiment un très beau zoiso. Il existe d’autres espèces de faucons et j’aimerais bien les voir. Cousin Max a eu la chance d’observer un faucon hobereau déjà. Et il me semble que le faucon pèlerin est le zoiso le plus rapide du monde. Il peut atteindre 180 km/h voire 350 km/h lors de vol en piqué. Rholala ! 350 km/h !

Après le faucon, on a continué à avancer sur le chemin. A notre droite il y a l’estran. Mais on y voit pas beaucoup des zoisos. Ils sont trop loin. Et on peut pas aller dans la vase sinon on s’y enfonce tout entier et après on est tout morts et c’est pas rigolo.

Alors on regarde vers la gauche. Il y a des petits canaux entre des morceaux de prairies. C’est cousin Léo qui a vu l’aigrette en premier. Le chevalier l’a fotoée tout de suite parce que les aigrettes se sauvent souvent très vite.

Puis on s’est approchés discrètement, furtivement 🙂 Elle avait pas l’air inquiète cette aigrette.

Pour pas l’embêter, le chevalier s’est éloigné tout de suite après avoir fait les fotos. Ensuite on a plus rien vu du tout jusqu’à notre monture… Cousin Max répétait que c’était le genre de rien du tout que les garde-bœufs pourraient garder mais qu’ils venaient même pas ! Si j’ai bien compris, c’est du souci les garde-bœufs 🙂

Arrivés à notre monture j’ai repéré une bergeronnette grise, Motacilla alba, Motacillidés.

Elle non plus avait pas l’air inquiète. Peut-être que les zoisos s’habituent à nous sur cette île 🙂

Voilà Princesse, c’est tout pour moi. Je devais graver le rapport concernant l’inspection de l’Île Où On Va à Pieds et j’ai accompli ma mission. Mais la journée était pas terminée 🙂

Je te connais pas Princesse mais je t’embrasse quand même 🙂 J’espère que tu as aimé mon article.

Samuel : « Cousin Max ! Cousin Léo ! Vous pouvez venir s’il vous plaît ? »

Léo : « On arrive ! »

Max : « On est là ! »

Léo : « Que pouvons-nous faire pour toi mon petit Sam ? »

Samuel : « J’ai fini de graver mon article et je voudrais que vous le relisiez. Vous voulez bien ? »

Léo : « Bien sûr ! Montre nous ça… »

Max : « Alors… Les Phasmoptères… Pfff ! Bonome et son grékancien ! A la parfin ! Il nous ennuie ! »

Léo : « Commence pas à ronchonner Maxou 🙂 … Parthénogenèse, gynandromorphe, homotypie, homochromie… Dis donc, toi qui rêves de ressembler à bonome tu es bien parti 🙂 »

Max : « Et tu crois que quelqu’un va comprendre quelque chose à ce que tu racontes en utilisant ce genre de mots ? Mon petit Sam… Qu’allons nous faire de toi ? »

Léo : « L’écoute pas Sam. Maxou, tu connaissais tout ça toi ? »

Max : « Ben non. J’avais jamais rencontré de phasmes alors je les ai pas étudiés. »

Léo : « La catalepsie, l’autotomie et la régénération… Oulala, tu as bien travaillé toi ! Bravo petit Sam, bravo ! »

Samuel : « Ça te plaît ? »

Léo : «  Beaucoup. On apprend autant avec toi qu’avec bonome. Tu mérites vraiment ton sacado toi 🙂 »

Samuel : « Je raconte la remise du sacado après 🙂 »

Max : « Laisse nous lire ça… »

Léo : « Moi je l’ai eu au Royaume des Chevaliers. »

Max : « Là où bonome m’a offert mon beau livre de zoisos 🙂 J’avais envie de changer 🙂 »

Léo : « Tu étais surtout pressé d’adouber ton petit cousin 🙂 »

Samuel : « Ce sont les chevaliers qui sont adoubés, pas les petizours naturalistes. »

Max : « Oui petit Sam, tu as raison petit Sam. La suite… »

Léo : « Mmmmmm… Les bernaches… »

Max : « Les fossiles bizarres… »

Léo : « Le faucon… C’est vrai qu’elles sont belles ces fotos. »

Max : « Tu as découvert la torture du choix des fotos 🙂 Il en a fait combien du faucon ? »

Samuel : « Je sais plus… une cinquantaine… »

Max : « Et tu en as gardé que 10 ! Bravo ! »

Léo : « On lit la suite ? »

Max : « Oui ! »

Léo : « … L’aigrette garzette… et la bergeronnette. C’est très bien tout ça ! Bravo Samuel ! »

Max : « Oui oui, c’est bien… »

Samuel : « Cousin Max, tu as l’air contrarié. Qu’est ce qui ne va pas ? »

Max : « Il fallait pas le dire ! »

Léo : « Qu’est ce qu’il fallait pas dire ? »

Max : « Il fallait pas le dire et puis c’est tout ! »

Samuel : « Le polisson et le chenapan ? C’est ça ? Je peux l’enlever si tu veux. »

Max : « Non, il est bien comme ça ton article… »

Samuel : « Je voulais que Princesse sache que tu es un gentil petitours, pas seulement un polisson. »

Max : « Bonome va lire… »

Léo : « Maxou, c’est ton bonome. C’est un bon berger et un bon berger connaît ses brebis. Il sait déjà tout ça. »

Max : « Mouai… »

Samuel : « Cousin Max… »

Max : « Il est bien ton article petit Sam 🙂 »

Samuel : « Tu vas le publier ? »

Max : « Oui ! Et tel quel ! On enlève rien ! Au travail ! »

Continuer la promenade

2 réflexions au sujet de « 140-1 L’Île Où On Va à Pieds »

  1. Bonjour toi,
    c’est gentil ce que tu dis. Je suis content que ça te plaise. J’ai fait très simple parce que je suis pas très fort en ordinateur. Je préfère me concentrer sur les textes que sur l’esthétique.
    Merci pour tes encouragements et bonne lecture 🙂

  2. C’est vraiment pas mal. C’est la première fois que je vais sur votre site et j’apprécie énormément l’esthétique de celui-ci.
    continuez ainsi monsieur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.