125-3 Le Royaume des Paons (troisième partie)

Mercredi 26 Octobre, An III (troisième partie)

Max : « Alors Léonou, tu te remets ? »

Léo : « On a déjà vu beaucoup de zoisos quand même. »

Samuel : « 37 espèces. Des Charadriiformes, des Ciconiiformes, des Pélicaniformes, et des Gruiformes. Et les Ansériformes. »

Max : « Tu as tout retenu ? Me dis pas que tu pourrais réciter tous les noms d’espèces ! »

Samuel : « Ben non, quand même ! 37 noms d’espèces d’un coup ! »

Léo : « 37 espèces ! Rhoooo la chance ! Et on a même pas fini ! »

Max : « Ben non, parce que chez les Ansériformes il y a aussi les Anatidés ! Les canards ! Et on a pas encore vu les canards ! »

Léo : « Il y a pas que les canards Max. Il y a les fuligules, les nettes, les sarcelles… »

Max : « Oui oui, mais on met tout ça sous le même vocable. Ce sont les canards. »

Léo : « Ah oui ? Alors tous les zoisos blancs à la mer ce sont des mouettes peut être ? Max, on est naturalistes je te rappelle. Alors on dit pas c’est des canards et hopla ! On se doit d’être précis. »

Max : « Je vois que tu es de nouveau d’attaque 🙂 On peut continuer l’inspection. »

Samuel : « Oh oui ! »

Max : « Alors c’est reparti ! »

Les Anatidés

Les canards de surface.

Léo : « Un canard chipeau ! Anas strepera ! Rhooo ! On arrive jamais à s’en approcher d’habitude. »

Samuel : « Vous le connaissez ? »

Max : « On connaît quelques canards déjà. Mais je pense que nous allons avoir quelques belles surprises encore. »

Léo : « Petit Sam, il faut que tu saches que les canards peuvent se diviser en deux. »

Max : « Il y a les canards ploufeurs et les canards de surface. »

Léo : « Les ploufeurs ploufent pour aller chercher leur nourriture. »

Max : « Alors que les canards de surface restent en surface. Ils peuvent quand même mettre la tête sous l’eau mais ils ploufent pas. »

Léo : « Sinon ce seraient des ploufeurs 🙂 »

Max : « Le plus étrange est que certains canards de surface ploufent quand ils sont petits. »

Léo : « Mais après ils arrêtent. »

Max : « On sait même pas pourquoi. »

Léo : « C’est bien qu’il y ait des ploufeurs et des non ploufeurs comme ça ils mangent pas au même endroit. »

Max : « Et ils peuvent vivre ensemble. »

Samuel : « Et le beau canard chipeau, c’est un ploufeur ou pas ? »

Max : « Non non ! C’est un canard de surface. Comme le colvert que tu connais déjà. »

Léo : « On a encore oublié quelque chose ! Petit Sam, souvent, chez les canards, il y a un dimorphisme sexuel. Le mâle et la femelle sont pas pareils ! »

Samuel : « Alors sur les deux fotos il y a un mâle et une femelle ? »

Léo : « Ben oui ! Et, la plupart du temps, le mâle est coloré alors que la femelle est plutôt marron. Elle est discrète la femelle. »

Max : « Le problème c’est quand les mâles sont en plumage d’éclipse. Ils ressemblent beaucoup aux femelles. Et comme toutes les femelles se ressemblent un peu… »

Léo : « Tous les canards se ressemblent. Et c’est pas facile. »

Max : « Parce qu’il y a plus que des canards marrons. »

Samuel : « Vous connaissez bien les canards 🙂 »

Max : « C’est parce qu’on aime bien les Royaumes qui ont des étangs alors on voit souvent des zoisos aquatiques. »

Léo : « Regarde comme il est beau le mâle chipeau… »

Samuel : « Ooooh ! Il a du marron sur l’aile. »

Max : « Et il a les fesses noires. »

Léo : « Moi, j’aime beaucoup les plumes du cou… »

Max : « Un canard pilet ! »

Léo : « Anas acuta. »

Samuel : « Ooooh ! Lui aussi il a une tache colorée sur l’aile. »

Léo : « C’est le miroir alaire petit Sam. Je t’en ai déjà parlé. Chez le canard pilet il est vert sombre. »

Samuel : « Lui aussi c’est un canard de surface ? »

Max : « Oui oui. Il avance le bec dans l’eau et il la filtre pour récupérer les petits zanimos qui flottent. »

Léo : « Il peut manger des végétos aussi. »

Max : « Les canards sont pas très exigeants pour la nourriture. Ils mangent un peu tout ce qu’ils trouvent. »

Samuel : « Il y a en a un autre là. Il est coloré. J’en déduis que c’est un mâle. On voit pas la femelle ? »

Max : « C’est vrai ça ! Il y a pas de femelle ! Comment ils peuvent faire des œufs si il y a pas de femelle ? »

Léo : « Max, parle moins fort. Il dort ce canard. Tu voudrais pas le réveiller quand même ! »

Max : « Alors on va plus loin. Il doit y avoir d’autres canards. »

Samuel : « Ben oui, regardez. Vous savez sûrement qui sont ceux-là, avec leur gros bec aplati. »

Léo : « Gros bec aplati ? »

Max : « Ce sont des souchets. »

Léo : « Anas clypeata. »

Samuel : « Là, il y a des mâles et des femelles. Ils sont rigolos leurs gros becs aplatis 🙂 »

Max : « Oui 🙂 Mais j’aime beaucoup ce canard. C’est encore un canard de surface. »

Léo : « Comme la sarcelle d’hiver, Anas crecca. C’est le plus petit des canards. »

Max : « Les mâles ont les fesses jaunes 🙂 »

Léo : « Tu parles toujours des fesses des canards toi. »

Max : « Non, même pas vrai ! Seulement pour le chipeau et la sarcelle d’hiver. Parce que l’un a les fesses noires et l’autre les a noires. »

Léo : « Mouai… Normalement tous ces canards sont des migrateurs. »

Max : « Mais là ils migrent pas… »

Léo : « Il y a la femelle ! Observe la bien petit Sam, parce que c’est pas tous les jours qu’on la voit aussi bien. »

Léo : « Normalement elle a un petit miroir alaire vert. Mais on le voit pas… »

Samuel : « C’est pas grave cousin Léo. C’est pas de ta faute. »

Max : « Ooooh ! »

Léo : « Qu’est ce que… Rhoooo ! »

Samuel : « Qu’ils sont bôôôô ! »

Léo : « On les connaît pas ! »

Max : « Bonome ? »

Le chevalier : « Ce sont des sarcelles élégantes, Anas formosa. Elles vivent normalement au nord et à l’est de la Sibérie. »

Max : « Encore des zoisos qui n’ont rien à faire là ! »

Le chevalier : « Encore des oiseaux d’ornements introduits dans les parcs et jardins. Je doute qu’il s’agisse d’oiseaux occasionnels qui arrivent là par hasard. »

Léo : « Pourtant elles sont dans le beau livre de zoisos de Max. »

Le chevalier : « Oui… comme oiseaux occasionnels… »

Léo : « Encore une fois, on voit pas la femelle ! Comment peut-on enseigner dans ces conditions ? Sam connaîtra jamais les sarcelles élégantes femelles ! »

Samuel : « Mais c’est pas grave cousin Léo. On va pas les voir souvent les sarcelles élégantes et si les femelles sont avec les mâles on les reconnaîtra. T’énerve pas. »

Max : « Si Léo s’énerve il faut lui gratouiller le front. Ça le calme 🙂 »

Samuel : « D’accord 🙂 Viens ici cousin Léo. »

Léo : « Je suis pas énervé. Et j’ai cru voir… oui c’est ça ! Venez ! »

Max : « Des carolins ! Aix sponsa ! On a déjà vu un mâle tout seul au Royaume des Mandarins. Mais là, il y a des femelles. Léo, tu vas pouvoir enseigner 🙂 »

Samuel : « Qu’est ce qu’il est beau ce canard ! »

Max : « Oh oui alors ! C’est dommage qu’il y ait pas le mandarin à côté. »

Samuel : « Le canard mandarin ? »

Léo : « On te le montrera. Il y a le Royaume des Mandarins pas loin de chez nous. »

Max : « Le carolin a une toute petite voix:) »

Léo : « Mais là, il dit rien du tout. »

Max : « Bonome, pourrais-tu me faire une jolie foto du mâle et une autre de la femelle s’il te plaît ? »

Le chevalier : « Je vais faire de mon mieux. »

Max : « Merci mon bonome. »

Léo : « Bon, on continue ? »

Max : « Ben oui ! Il faut finir l’inspection de ce Royaume. »

Samuel : « Vous avez vu là-bas ? »

Léo : « On dirait… chevalier, ce serait pas les nettes rousses ? »

Le chevalier : « Rhoooo ! »

Max : « Je propose une pause au bord de l’eau avant d’aller voir les canards ploufeurs. »

Léo : « Parce que les nettes rousses sont des ploufeurs Samuel. »

Le chevalier : « Pause ? »

Léo : « Je veux bien. Et toi petit Sam ? »

Samuel : « Oui. On voit tellement de zoisos… »

Max : « C’est presque trop. On peut même pas tous les présenter. »

Le chevalier : « Pauvre Max ! Il y a trop de zoisos 🙂 Je te maltraite vraiment. Dès demain je me présente aux gens d’armes de Princesse pour qu’ils me mettent en prison. »

Max : « Bonome, c’est pas bien de se moquer de son petitours. »

Samuel : « C’est bien fait ! Tu te moques de tout le monde toi 🙂 »

Léo : « Sam a raison ! Bien fait ! »

Max : « D’accord, je reconnais, je l’ai bien mérité. Mais quand même ! Tu imagines le travail pour graver tout ça ! Comment je vais faire, moi ? Et je suis sûr que tu as déjà fait 3000 fotos ! Juste pour les trier il va me falloir une semaine ! Je vais encore prendre du retard dans mon blog, moi ! »

Le chevalier : « Pauvre Maxou. »

Léo : « On va t’aider nous. »

Max : « Vous allez m’aider ? »

Samuel : « Ben oui. »

Léo : « On va graver tous les trois ! »

Max : « Rhoooo, merci les cousins 🙂 »

Samuel : « On reprend l’inspection ? Je veux voir les nettes rousses, moi ! »

Max : « On y va ! »

Les canards ploufeurs

Léo : « Monsieur et Madame Nette rousse 🙂 »

Max : « Netta rufina. »

Léo : « Encore une fois la femelle est plus discrète. »

Max : « Comme tu peux le voir Samuel, les mâles ont la tête tout ébouriffée. On se demande si c’est à cause des plumes ou si son crâne a cette forme là. »

Samuel : « Ils sont rigolos les mâles 🙂 »

Max : « Oui 🙂 Nous, on en a déjà vu au Grand Étang, mais de loin. »

Samuel : « Vous avez déjà vu beaucoup de zoisos, vous. »

Max : « Je me souviens d’avoir passé le centième zoiso dans mon blog. Mais je pourrais pas dire combien on en a observé. Bonome, tu sais toi ? »

Le chevalier : « Avant aujourd’hui ? Je ne sais pas. Environ 130 espèces… »

Samuel : « TOUT ÇA ! Tabarnak ! »

Léo : « Aujourd’hui tu vas nous rattraper d’un coup 🙂 Et tu en as déjà observés quelques uns depuis ton arrivée. »

Le chevalier : « Et ce n’est pas un concours. »

Max : « Bonome, on arrive aux fuligules ! »

Les fuligules

Léo : « Tiens ! Des fuligules milouins, Aythya ferina. Encore une fois on voit que les mâles. »

Samuel : « Ils ont les yeux rouges. »

Max : « Il y a beaucoup des zoisos aquatiques qui ont les yeux rouges… Mais pas tous… »

Samuel : « Il a ploufé ! »

Léo : « Oui petit Sam. Les fuligules sont des ploufeurs. Ils peuvent plonger à plusieurs mètres et rester sous l’eau environ une minute. »

Max : « Pendant nos inspections, bonome peut rester de longues minutes à fotoer les zoisos ploufer. »

Samuel : « Et lui il est fatigué et il fait dodo. »

Léo : « Les zoisos dorment souvent en mettant la tête sous l’aile. »

Max : « Et toi tu dors tout serré contre Léo 🙂 Léo c’est ton doudou 🙂 »

Léo : « Max, je t’ai déjà dit de pas te moquer de Samuel ! »

Max : « Et pourquoi s’il te plaît ? Je me moque de toi, de bonome, de moi aussi. Alors pourquoi pas de Samuel ? »

Léo : « Je veux pas que tu lui fasses de la peine ! »

Samuel : « C’est gentil cousin Léo, mais je crois avoir compris cousin Max : il se moque avec affection. Il est pas méchant cousin Max. Alors ça me fait pas de la peine. »

Léo : « Tu es sûr ? Sinon je le gronde ! »

Samuel : « Il faut pas gronder Maxou. »

Léo : « Tu l’appelles Maxou ? »

Samuel : « Ben oui, comme vous 🙂 »

Max : « Maxou le gentillours 🙂 Là, ce sont des fuligules morillons, Aythya fuligula. »

Léo : « Eux ont les yeux jaunes. Et une petite huppe derrière la tête. Mais il y a encore que les mâles ! »

Max : « C’est pas grave. On voit souvent les fuligules milouins et morillons. On aura l’occasion de te présenter les femelles. »

Léo : « Ben ça alors ! Regarde Max ! »

Max : « Ils ressemblent aux morillons mais ce sont pas des morillons… »

Léo : « Le dos est plus clair chez les mâles. »

Max : « Et il paraît strié. »

Léo : « Et tu as vu le bec des femelles ? »

Max : « Oui, juste avant il y a un anneau blanc. »

Le chevalier : « Ce sont des fuligules milouinans, Aythya marila. »

Max : « Ils sont rares ? »

Le chevalier : « Assez peu nombreux. »

Max : « Où peut-on les voir ? »

Le chevalier : « En France ? Dans les milieux littoraux. »

Max : « On pourrait en observer en Charentmaritimie alors ! »

Le chevalier : « Certains sont signalés dans la Baie de l’Aiguillon. »

Max : « D’accord. Bon, bonome, il faut bien les fotoer. Le mâle d’abord. »

Le chevalier : « Voilà. »

Max : « Le bec est gris bleu, assez clair. Plus que chez les morillons. Tu peux fotoer le couple en train de dormir ? Et zoomer sur la femelle ? »

Le chevalier : « Bien sûr Maxou. »

Max : « Bien, comme ça on aura des fotos de références. Merci bonome. »

Léo : « Ils vivent où sinon, les milouinans ? »

Le chevalier : « Ils nichent au nord de la Scandinavie et hivernent sur les côtes européennes. »

Léo : « Rhoooo ! Un autre fuligule ! »

Max : « Léo, je crois qu’il y en a d’autres encore… »

Léo : « Qu’ils sont bôôôô ! »

Le chevalier : « J’ai l’impression de me promener dans un beau livre de zoisos 🙂 »

Léo : « Ce sont des mâles ? »

Le chevalier : « Il me semble que mâles et femelles sont identiques. »

Max : « Ils sont tout pareils ? »

Le chevalier : « Mmmmmm… »

Max : « Il mmmmm en se grattant la tête 🙂 »

Samuel : « Attention à tes cheveux chevalier 🙂 »

Le chevalier : « Voyons… »

Max : « Là, Samuel, tu assistes à une scène intéressante. Bonome est parti dans sa tête. »

Samuel : « Il est parti dans sa tête ? »

Max : « Oui, ça lui arrive. C’est fréquent quand il étudie les Odonates. Il va dans sa tête pour consulter ses livres. Parce qu’il a toute une bibliothèque dans sa tête. J’aimerais bien la visiter un jour. Il a son fauteuil, son café, son herbe à pétun. Il s’installe dans le fauteuil dans sa tête et il consulte ses livres. Pendant ce temps, ça sert à rien de lui parler. Il entend plus rien. Tiens, regarde. Bonome, Léo s’est fait dévorer par un brochet et un faucon a éventré Samuel. »

Le chevalier : « Mmmm… oui, c’est bien Maxou. Tu es un bon petitours… »

Max : « Et Princesse est là. »

Le chevalier : « Oui oui, tu auras du chocolat… »

Samuel : « Ah oui, c’est impressionnant. »

Le chevalier : « Revoyons la troisième foto. Regardez ! »

Max : « Ben il y a deux fuligules dont un flou. »

Léo : « Tu nous as même pas dit l’espèce ! »

Le chevalier : « Oh, pardon ! Aythya nyroca. Vous ne voyez pas la différence entre les deux individus ? »

Max : « Si. Il y en a un net et bien cadré et l’autre est flou et dans un coin. »

Le chevalier : « Oui, certes. Mais regardez mieux ! »

Léo : « VU ! L’un a les yeux bleus et pas l’autre ! »

Le chevalier : « Bravo mon Léo ! Le mâle a les yeux bleus ! »

Max : « C’est tout ? Il y a pas plus de dimorphisme sexuel ? »

Le chevalier : « En plumage nuptial le mâle est plus bordeaux que la femelle. »

Max : « D’accord bonome. »

Le chevalier : « C’est étrange… Je ne sais pas pourquoi je pense à des brochets et des faucons… Max, Léo, vous allez bien ? »

Max : « Oui bonome, t’inquiète pas. On va bien. »

Léo : « Tu t’inquiètes pas pour Samuel ? »

Le chevalier : « Non, excuse moi Samuel mais, un instant, j’ai cru que Max et Léo étaient en danger. Je suis fatigué moi. »

Max : « Ça arrive bonome, c’est pas grave. »

Eider

Léo : « Rholalaaaa ! »

Max : « Wouaaaah ! »

Samuel : « Hostie de kaliss ! »

Max : « Hostie de kaliss ? »

Le chevalier : « C’est un cran au-dessus de tabarnak 🙂 »

Léo : « Rhoolalaaaa ! »

Le chevalier : « Le mâle est en plumage nuptial… »

Léo : « Des eiders à duvet ! La chance ! »

Le chevalier : « oh oui ! Quelle chance ! Et le mâle est en plumage nuptial. Somateria mollissima. »

Max : « Tu l’avais déjà vu bonome. »

Le chevalier : « Une femelle, au Royaume des Grèbes. Mais un mâle en plumage nuptial ! »

Max : « Là tu as les deux 🙂 »

Samuel : « Rhoooo ! On voit vraiment de beaux zoisos avec vous. »

Max : « C’est pas tous les jours comme ça tu sais Sam. »

Léo : « Heureusement… Je crois que je survivrais pas très longtemps si on voyait autant de zoisos chaque jour. »

Max : « Bon, je renonce à découvrir le Royaume Secret. Léo supporterait pas. »

Le chevalier : « Des eiders à duvet… »

Max : « Tu as l’air surpris. On croise une espèce tous les trois mètres depuis des heures et c’est seulement maintenant que tu as l’air surpris. »

Le chevalier : « Oui Maxou. Difficile à expliquer. Certains des oiseaux que nous avons rencontrés sont exceptionnels en France et pourtant… »

Max : « Parle nous un peu des eiders à duvet. »

Le chevalier : « Ce sont des canards marins qui s’observent normalement sur les côtes atlantiques, surtout au nord de l’Europe. Ils hivernent un peu sur les côtes de la Mer du Nord, de la Manche. Certains vont jusqu’en Bretagne. Chose étrange, il existe deux sites d’hivernage en Méditerranée : l’un vers la frontière franco-italienne, l’autre dans la région de Venise. »

Max : « C’est pour les eiders romantiques 🙂 »

Le chevalier : « Avez-vous remarqué que les eiders ont une pointe de plumes sur la base du bec ? »

Max : « Oui, on a vu. »

Le chevalier : « Des eiders à duvet… »

Max : « Bonome, il faut te remettre ! On a déjà perdu Léo. »

Le chevalier : « Léo s’est perdu ? »

Max : « Au sens figuré bonome ! Il arrête plus de rholalaer. Tu l’entends pas ? »

Le chevalier : « Léo, mon petitours. Viens ici. »

Léo : « Tu as vu ? »

Le chevalier : « Oui, j’ai vu 🙂 »

Léo : « On est tout morts ? On est au paradis ? »

Max : « Samuel, voici une deuxième scène intéressante. Quand Léo voit trop de zoisos, il pense qu’il est tout mort au paradis. »

Samuel : « Ça lui arrive souvent ? »

Max : « Non, heureusement. La dernière fois c’était sur l’île d’Ut je crois. Il faut dire qu’elle est magnifique cette île. Bon, bonome et Léo, vous allez défaillir ou on peut continuer ? Parce qu’on a même pas fini l’inspection ! »

Léo : « On va encore avoir des belles surprises ? »

Max : « Mon Léo, je crois que c’est fort probable 🙂 »

Léo : « Bonome, je peux rester contre toi ? S’il te plaît ? »

Le chevalier : « Bien sûr mon petitours. »

Max : « Samuel, viens avec moi dans la poche. »

Samuel : « J’arrive cousin Max. »

Max : « Tu es bien installé ? C’est bon ? On peut continuer ? »

Le chevalier : « Oui Max. Allons-y. »

Max : « Ben voilà, on fait trois pas et on tombe sur une autre espèce ! »

Les harles

Max : « Bonome, c’est qui encore ces zoisos ? »

Le chevalier : « Je pense que ce sont des harles piette, Mergullus albellus. »

Max : « Des harles ? Je savais même pas que ça existait ! Ça existe les harles quint ? »

Léo : « Pfff ! La saproblague ! »

Max : « Ouiiii 🙂 »

Léo : « Bonome, tu peux nous parler des harles s’il te plait ? »

Le chevalier : « On appelle harles plusieurs espèces d’oiseaux aquatiques de la famille des Anatidés. Autrefois, toutes les espèces de harles étaient regroupées dans le seul genre Mergus mais la systématique a fait des progrès et désormais, seules quatre espèces sont placées dans ce genre. Les deux autres sont classées chacune dans un genre qui ne compte qu’une espèce. »

Max : « Si je comprends bien il existe 6 espèces de harles dont deux qui sont pas vraiment des harles. »

Le chevalier : « Tu comprends bien 🙂 »

Léo : « Et lui, c’est qui ? Tu as pas donné son nom d’espèce. »

Samuel : « Si ! Il l’a dit ! Mergullus albellus, le harle piette ! »

Léo : « Oups pardon bonome. »

Max : « Mergullus ? Alors c’est pas un vrai harle. »

Léo : « C’est un beau zoiso quand même ! Vous avez vu son bec ? »

Max : « On dirait pas un bec de canard. »

Le chevalier : « Parce que les harles sont piscivores. »

Léo : « Piscivore ça veut dire qu’ils mangent des poissons.

Samuel : « Merci cousin Léo. Il vient d’où le harle piette ? »

Le chevalier : « De Scandinavie et du nord de la Russie. Il va hiberner sur les côtes de la Mer du Nord et de la Manche. Depuis quelques années il s’aventure jusqu’à l’estuaire de la Loire. »

Léo : « Ca m’impressionnera toujours ces petits zoisos qui volent sur de très longues distances. »

Max : « Vous savez qu’ils ne s’y prennent pas tous de la même façon. »

Léo : « Comment ça ? Explique toi Max. »

Max : « Prenons les hirondelles. Elles volent dix heures et font une pause d’une journée pour reconstituer leurs réserves de graisse. Parce que la graisse, c’est la forme de stockage de l’énergie et il faut beaucoup d’énergie pour voler. Puis elles revolent dix heures et ainsi de suite. Les chevaliers, eux, volent plusieurs jours puis font une longue pause. Quelquefois ils restent plusieurs semaines là où ils font leur pause. Ils reconstituent leurs réserves et repartent. Saviez-vous que les Royaumes de Charentmaritimie sont la dernière escale avant l’Afrique pour beaucoup de Scolopacidés que nous rencontrons ? »

Léo : « Je savais pas moi. Alors un chevalier peut faire trois mille kilomètres d’un coup d’aile, comme ça ! »

Max : « Il lui faut plus d’un coup d’aile Léo 🙂 Mais sinon, oui. Charentmaritimie Maroc sans escale. C’est pour ça que les réserves naturelles de Charentmaritimie sont très importantes. Si les zoisos peuvent plus faire de pause ils peuvent plus migrer. »

Léo : « Maxou, je dirai plus jamais que tu étudies pas assez. »

Max : « 🙂 On observe quand même qu’il y a de plus en plus de migrateurs qui vont plus jusqu’à leurs sites d’hivernage. Ils restent là où avant ils faisaient leur pause. »

Samuel : « Vous connaissez vraiment beaucoup de choses vous, tabarnak ! »

Léo : « Toi aussi tu en connaîtras beaucoup petit Sam. »

Max : « Tabarnak, hostie, kaliss… Il faudra m’expliquer pourquoi les québécois jurent en utilisant des mots tirés de la liturgie… Samuel, tu feras attention à ton vocabulaire quand nous irons à la messe. On dit pas ces choses là dans une église. »

Samuel : « Oui cousin Max, c’est promis 🙂 »

Léo : « Il est beau le harle piette… »

Max : « Et eux ? Ce sont des vrais harles ou pas ? »

Le chevalier : « Mergus merganster, ou harle bièvre. C’est un harle. Vous pouvez voir la femelle, à gauche, et le mâle, à droite. »

Max : « On s’en serait doutés. A cause des couleurs. Lui aussi est piscivore ? »

Le chevalier : « Oui. »

Samuel : « Pourtant cousin Max a expliqué que les Ansériformes ont un bec aplati avec des lamelles cornées pour pouvoir se nourrir en filtrant l’eau. »

Le chevalier : « Bonne remarque Samuel. Mais la nature sait comment faire pour s’adapter. Les lamelles cornées se sont transformées en petites dents cornées qui permettent aux harles d’agripper les poissons. »

Léo : « Des harles… On a vu des harles… »

Max : « Et c’est pas fini Léo 🙂 Regarde ! »

Léo : « Rholala ! »

Le chevalier : « Lophodytes cucullatus, le harle couronné. C’est normalement une espèce nord américaine qui ne s’observe qu’exceptionnellement en France. On ne sait pas si les individus rencontrés sont présents en raison d’une erreur de migration ou si ce sont des évadés 🙂 Les harles couronnés nichent dans des trous d’arbres à plusieurs mètres de hauteur. Ils n’hésitent pas à occuper un nid de canard carolin abandonné. Ces deux espèces se rencontrent fréquemment ensemble. »

Samuel : « Il y a des canards qui vivent dans les arbres ? »

Max : « Oui, plusieurs espèces. Je pense même que c’est assez fréquent. Ils utilisent souvent d’anciens trous de pics. Le problème, c’est quand les petits doivent sortir du nid. Ils sont obligés de se jeter dans le vide et poum le petit canard ! »

Samuel : « Mais ils doivent se faire mal ! »

Max : « Non, ils planent et comme ils sont tout légers, ils arrivent pas avec beaucoup d’énergie alors le choc est pas trop violent. En plus, ils sautent à un moment de l’année où il y a encore beaucoup de feuilles mortes au sol. Ça amortit la chute. En général tout se passe bien mais il y a quelques accidents à déplorer… »

Léo : « On voit bien le mâle et la femelle… »

Max : « Bonome, fotoe s’il te plaît. »

Le chevalier : « La femelle… »

Le chevalier : « … et le mâle. Voilà. »

Max : « Merci bonomou. Il y a encore des harles ? »

Le chevalier : « Apparemment non… »

Léo : « Qu’est ce qu’on va voir maintenant … »

Les érismatures

Max : « Le canard ! Là ! Il se jette à l’eau ! »

Léo : « Encore un qu’on connaît pas… »

Max : « Tu le connais pas ? Tu connais pas tout ton beau livre de zoisos ? »

Léo : « Je me rends compte de l’étendue de mon ignorance… »

Max : « Léonou, tu peux pas tout connaître. Il avance sur l’eau. On le voit mieux là. »

Le chevalier : « C’est une érismature à tête blanche, Oxyura leucocephala. Je ne comprends pas bien son plumage et ses couleurs. Normalement la tête est bien plus blanche et le bec est bleu. »

Max : « C’est une femelle ? Un juvénile ? Un mâle en plumage d’éclipse ? »

Le chevalier : « Une femelle adulte ou un juvénile… »

Léo : « Petit Sam, il faut savoir que souvent les juvéniles ressemblent aux femelles. »

Samuel : « D’accord. Je m’en souviendrai. »

Max : « Bonome, regarde… »

Léo : « Rholala ! »

Le chevalier : « Erismature rousse, Oxyura jamaicensis. Originaire d’Amérique. Ces deux espèces d’érismatures peuvent s’hybrider. »

Max : « Et les descendants sont féconds ? »

Le chevalier : « Il me semble, oui. »

Samuel : « C’est quoi hybrider ? »

Max : « C’est quand deux espèces se reproduisent entre elles. Un mâle d’une espèce et une femelle d’une autre. Normalement les descendants sont stériles. Ils peuvent pas faire des bébés. Mais parfois les hybrides sont féconds. Et on sait plus qui c’est. Mais on t’expliquera les espèces plus tard. Aujourd’hui on a déjà appris beaucoup de choses. »

Samuel : « Oui, je suis fatigué moi. »

Max : « C’est pas grave. Je crois qu’on a fait le tour du Royaume des Paons. »

Samuel : « C’était bien ! »

Léo : « Rholala oui alors ! Tout ça de zoisos ! »

Max : « C’est vrai qu’on en a vu vraiment beaucoup aujourd’hui. On va tout mélanger dans nos têtes… Et puis, quand on les verra dans la nature ce sera plus pareil. »

Le chevalier : « Pauvre Max. On a vu trop de zoisos… »

Max : « Tu vas pas recommencer à te moquer de moi ! »

Le chevalier : « Si 🙂 »

Léo : « Tout ça de zoisos… Merci chevalier. »

Samuel : « Oh oui ! Merci chevalier 🙂 »

Le chevalier : « Ne me remerciez pas. Moi aussi je suis enchanté de cette sortie. »

Max : « Toi, tu vas rêver d’eider à duvet 🙂 »

Léo : « Et moi de tous les zoisos 🙂 »

Max : « Aïe ! »

Samuel : « Tu t’es fait mal ? »

Max : « Non, j’ai peur de pas pouvoir dormir cette nuit. »

Samuel : « Pourquoi ? »

Max : « A cause de Léo le siffloteur ! Il a entendu plusieurs dizaines de zoisos et son inconscient a tout enregistré… »

Samuel : « Aïe ! On va pas dormir alors ! »

Léo : « Vous m’enfermez aux cabinets… »

Le chevalier : « Nous verrons cette nuit. Pour le moment il nous faut rentrer. »

Max : « D’accord bonome. Petizours, à mon commandement : pochage ! »

Le chevalier : « Vous êtes bien installés ? »

Max : « Tout va bien à bord ! »

Le chevalier : « Alors c’est parti ! »

Le soir, dans la cabane…

Le chevalier : « Vous vous êtes débarbouillés ? »

Max : « On est tout propres ! »

Léo : « On sent bon ! »

Max : « Qu’est ce qu’on fait maintenant ? »

Léo : « Et si on regardait les fotos ? »

Samuel : « Oh oui ! Pour réviser ! »

Max : « Et trier un peu… Il doit y en avoir des moches, des floues… »

Léo : « Soirée fotos ! »

Max : « Léo, tu vas allumer l’ordinateur ! Bonome, tu apportes les beaux livres de zoisos ! Samuel et moi on prépare les coussins ! »

Après quelques fotos…

Le chevalier : « Ils se sont endormis tous les trois… Bon, je range et je vais me coucher moi aussi. Quelle journée ! »

Un peu plus tard alors que le chevalier vient de s’endormir Max et Samuel viennent le rejoindre…

Max : « Bonome, tu dors ? … Bonomou… Booonooome !

Le chevalier : « Mmmmm… Max ? Tu ne dors pas ? Samuel est avec toi ? »

Max : « On peut venir avec toi ? »

Le chevalier : « Pourquoi ne dormez-vous pas ? »

Max : « Ben, c’est à cause de Léo. »

Le chevalier : « Il sifflote dans son sommeil ? »

Max : « Non, il rholalae. ‘Rholala, des cygnes noirs… Rhoooo des harles ! … Tout ça de zoisos… Rholala un eider à duvet…’ Il s’arrête plus. Et Samuel veut pas le réveiller. »

Samuel : « Ben non, il faut pas le réveiller si il rêve de zoisos. »

Le chevalier : « Alors vous venez me réveiller, moi… »

Max : « On voulait savoir si on pouvait dormir avec toi ? »

Le chevalier : « Dormir avec moi ? Vous n’avez pas peur que je vous écrase ? »

Max : « Avec ton gros ventre ? 🙂 »

Samuel : « S’il te plaît chevalier… »

Max : « S’il te plaît bonomou… »

Le chevalier : « A vos risques et périls 🙂 »

Max : « Merci bonome ! »

Voilà Princesse. Bonome nous a fait découvrir le Royaume des Paons. C’est un bien beau Royaume. J’espère que tu as aimé. Il y a beaucoup de zoisos dans ces articles mais c’est pas ma faute. Si j’ai bien compté, on a pu observer 54 espèces dont 27 nouvelles pour nous.Et c’est pas tous les jours qu’on voit ça 🙂

Je t’embrasse Princesse et j’espère que tu vas bien.

Continuer la promenade

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.