125-1 Le Royaume des Paons (première partie)

Mercredi 26 Octobre, An III

Le chevalier : « Mes petizours ! Réveillez vous j’ai une surprise pour vous 🙂 »

Max : « Mmmm… Ondorencor… »

Léo : « Zzzzzz… »

Samuel : « Zzzzzz aussi… »

Le chevalier : « Vous ne voulez pas vous lever ? Dommage, j’avais une belle surprise pour vous, avec des oiseaux… »

Léo : « Une surprise ? »

Samuel : « Avec des zoisos ? »

Le chevalier : « Oui, une surprise avec des oiseaux 🙂 »

Max : « Ondorplu ! »

Léo : « On est réveillés ! »

Samuel : « On est prêts 🙂 »

Le chevalier : « Allez vous débarbouiller et vous habiller. Je vous attends. »

Max : « En te caféinant 🙂 »

Léo : « Je suppose que tu as bu ton premier hectolitre avant de venir nous réveiller 🙂 »

Max : « Et tu vas attaquer le second… »

Le chevalier : « Allez vous préparer ! »

Quelques minutes plus tard…

Léo : « On est prêts ! »

Max : « On part quand ? »

Samuel : « On va où ? »

Max : « Je dois prendre les jumelles ? »

Le chevalier : « Non, pas la peine. Nous partons tout de suite pour un magnifique Royaume qui ne peut que vous plaire. »

Max : « Il y a des zoisos dans ce Royaume ? »

Le chevalier : « Oui, il y a des zoisos dans ce Royaume… »

Pendant la chevauchée…

Max : « C’est encore loin ? »

Léo : « On arrive quand ? »

Max : « Il s’appelle comment ce Royaume ? »

Léo : « Il est même pas en bord de mer ! »

Le chevalier : « Il est dans le Marais et nous arrivons dans quelques minutes. Si vous pouviez cesser de râler… »

Max : « On râle pas ! »

Léo : « On s’informe ! »

Max : « Si on peut même plus demander où on va… »

Léo : « Et quand on arrive… »

Max : « On est vraiment mal traités… »

Léo : « On va se plaindre… »

Max : « Je vais faire un rapport à Princesse et elle va te mettre en prison. »

Le chevalier : « Oui mes petizours. Je vous maltraite et Princesse va me mettre en prison. Bon, nous sommes arrivés. Samuel, que dirais-tu d’aller inspecter un superbe Royaume. »

Samuel : « Je suis d’accord moi. On laisse les duettistes sur la monture ? »

Le chevalier : « Oui, comme cela ils auront de vraies raison de râler 🙂 »

Max : « PAS D’ACCORD ! On vient avec vous ! Et toi, le petitours blanc, la prochaine fois que tu proposes de… »

Léo : « MAX ! Tu menaces pas Samuel ou je te mords ! »

Max : « Oulala ! Léo ! Comment tu me parles ! »

Le chevalier : « Bon, vous allez vous calmer. Nous sommes arrivés et je ne veux pas de petizours énervés. Max, Léo, chacun dans une poche ! »

Léo : « Et Samuel ? »

Le chevalier : « Avec toi je suppose… »

Max : « Ben voilà, et moi je suis tout seul. C’est pas juste. C’est encore moi qui suis puni alors que j’ai même rien fait ! Si on peut même rien demander… »

Comme j’étais tout seul Samuel et Léo l’ont pas vu, mais bonome a mis la main dans la poche et il m’a gratouillé discrètement le front. J’étais même pas puni. Alors je me suis serré très fort contre sa main. Je suppose que dans l’autre poche Samuel était serré très fort contre Léo. Et puis on l’a vu lui…

Léo : « Rhoooo ! »

Samuel : « Ooooh ! »

Max : « Oulala ! »

Léo : « Rholalaaaa… »

Le chevalier : « Mes chers petizours, j’espère que vous allez varier les dialogues sinon je crains que les lecteurs de Max ne se lassent. »

Max : « On vient d’arriver ! On a encore rien dit ! »

Le chevalier : « Non, mais je m’attends à de nombreux Rhoooo, ooooh, oulala et rholala 🙂 »

Samuel : « C’est qui ce gros zoiso tout bleu ? Qu’est ce qu’il est bôôôô ! »

Max : « C’est un paon bleu, Pavo cristatus, Phasianidés. Bonome, tu as trouvé le Royaume des Paons 🙂 »

Le chevalier : « Oui, soyez les bienvenus au Royaume des Paons 🙂 »

Léo : « Et là, il y a les femelles ! Rholala ! Des paons bleus… »

Max : « Bonome, il y a des cages. Les zoisos sont en cage ! Ça va pas du tout ça ! »

Le chevalier : « Nous sommes dans un parc ornithologique Maxou. Certains zoisos sont en cage, d’autres dans des volières mais la plupart sont en liberté. Ils restent ici parce qu’ils sont bien traités et qu’ils se plaisent bien dans ce marais. Et tu sais, pour montrer les oiseaux et intéresser les gens à leur préservation il peut être utile d’en mettre quelques uns en cage. »

Max : « Ils sont bien traités ? Tu promets ? »

Le chevalier : « Oui Max, c’est promis. Tu verras, ils sont en bonne santé. »

Léo : « Un parc ornithologique c’est un parc avec des zoisos ! Rholala ! On va voir des tas de zoisos de tout près ! »

Le chevalier : « Oui, c’est le but 🙂 Venez voir un peu… »

Les Charadriiformes…

Max : « Un œdicnème criard ! »

Léo : « Rhooo ! »

Max : « Burhinus oedicnemus, Burhinidés. »

Léo : « On l’a déjà vu en vrai. »

Max : « Au Grand Étang. Il était pas loin. Les œdicnèmes sont les spécialistes de l’immobilisme. Ils peuvent rester dans la même position pendant des heures. »

Samuel : « Il est rare ce zoiso ? »

Léo : « Assez rare, oui. Au Grand Étang il y a des zoms qui font des lieues et des lieues pour venir les observer. Mais ils sont souvent très loin. Il faut une grande longue-vue pour les voir. Nous, on a eu beaucoup de chance qu’ils viennent si près. »

Le chevalier : « Il y a entre 5 et 9000 couples nicheurs en France. C’est une espèce considérée comme vulnérable en France. »

Max : « Il faut en prendre soin alors. Dis bonome, il y a beaucoup des zoisos dans ce Royaume ? »

Le chevalier : « Oui Maxou. »

Max : « Alors il faut pas tous les décrire avec précision. On donne quelques informations comme ça mais pas trop. D’accord ? »

Le chevalier : « Comme tu veux Max. »

Léo : « Là, il y a un vanneau huppé, Vanellus vanellus, Charadriidés. »

Max : « Eux, on les connaît bien. On en voit souvent. »

Samuel : « Mais ce sont des beaux zoisos quand même. »

Max : « Oui Samuel, ce sont des beaux zoisos 🙂 »

Léo : « Un huîtrier-pie ! Haematopus ostralegus, Haematopodidés ! »

Max : « Bonome, on est chez les Charadriiformes ici ? »

Le chevalier : « Oui Maxou. »

Samuel : « Vous connaissez l’huîtrier-pie ? »

Léo : « Oui, on le voit souvent au bord de mer. En Charentmaritimie, en Bretagne… Avec son gros bec il peut casser les coquilles des Mollusques. Mais pas les huîtres. C’est trop dur une coquille d’huître. »

Max : « Bonome, de la famille des Haematopodidés on connaît que l’huîtrier-pie. Il y a d’autres zoisos ? »

Le chevalier : « Bien sûr. Mais ce sont tous des huîtriers. Il y a douze espèces il me semble mais la seule que nous puissions observer chez nous est celle-là. »

Samuel : « Ooooh ! Quel drôle de zoiso ! Qu’est ce qu’il a de longues pattes ! »

Léo : « Ça, c’est l’échasse blanche 🙂 De très longues pattes et un long bec tout fin. Max dit que ce zoiso s’est trompé de taille de pattes 🙂 »

Max : « Bonome, regarde un peu ses plumes. Elles sont très légèrement bordées de clair. Et puis ses pattes sont pas rouges. Ce serait pas un juvénile ? Là aussi ! »

Le chevalier : « Bien vu Maxou. Effectivement ce sont des juvéniles. »

Max : « Alors les zoisos se reproduisent ici ? »

Le chevalier : « Apparemment 🙂 »

Max : « C’est qu’ils sont bien traités et que tout va bien. Sinon ils feraient pas des œufs. »

Léo : « Samuel, là c’est un adulte. »

Léo : « Tu vois, le dos est plus unis et les pattes sont rouges. »

Samuel : « Rouge pâle alors 🙂 »

Léo : « Oui petit Sam, rouge pâle. »

Max : « Et là ! Des avocettes élégantes ! Recurvirostra avosetta, Récurvirostridés. Oulala ! »

Samuel : « Elles ont le bec courbé vers le haut. C’est rigolo 🙂 »

Léo : « Ben oui. Récurvirostridé ça veut dire bec courbé. A ce qu’il paraît c’est plus pratique pour attraper des petites proies aquatiques. »

Max : « Bonome, tu peux nous parler des Récurvirostridés s’il te plaît ? »

Le chevalier : « Ce sera vite fait. Il n’y a que trois genres regroupant 10 espèces. Ces genres sont Himantopus (5 espèces), Recurvirostra (4 espèces) et Cladorhynchus (1 espèce). »

Max : « On a jamais vu de Cladorhynchus. »

Le chevalier : « Non, cette espèce ne s’observe qu’en Australie. »

Léo : « Blague de Brindille : Pourquoi ils mentent aux puces les échasses blanches ? »

Samuel : « Brindille a un drôle d’humour… »

Max : « Elle fait des sapro-blagues mais pas autant que bonome 🙂 »

Samuel : « C’est quoi une sapro-blague ? »

Léo : « Ça c’est Max ! Il peut pas s’empêcher d’utiliser des mots compliqués que personne connaît à part lui comme ça il se croit intelligent et cultivé 🙂 Sapro ça veut dire pourri en grékancien. Une sapro-blague c’est une blague tout pourrie 🙂 »

Max : « Alors, on a déjà vu : des paons bleus, des vanneaux huppés, des huîtriers-pies, des échasses blanches et des avocettes élégantes 🙂 »

Léo : « A part le paon, sinon ce sont des Charadriiformes. »

Samuel : « Cousin Max l’a déjà dit. C’est quoi les Charadriiformes ? Je connais les Charadriidés mais pas les Charadriiformes moi. »

Léo : « Si petit Sam. C’est un ordre les Charadriiformes. Il regroupe plusieurs familles. »

Samuel : « Ah oui ! Il y a les Charadriidés, les Scolopacidés. Et puis ceux qu’on vient de voir mais je me souviens déjà plus. »

Léo : « C’est pas grave. Je reprends. Il y a les Charadriidés, les Scolopacidés, les Burhinidés, les Haematopodidés, les Glaréolidés, les Alcidés et les Laridés. Mais on a jamais vu les Glaréolidés et les Alcidés. Les Charadriiformes sont également appelés petits échassiers. Ils aiment les milieux aquatiques où ils se nourrissent. Des fois on dit les limicoles mais c’est pas une vraie définition. »

Samuel : « Merci cousin Léo. Je crois que je vais pas tout retenir aujourd’hui moi. »

Le chevalier : « Ne t’en fais pas Samuel. Aujourd’hui nous allons voir de nombreuses espèces et personne ne pourra tout retenir. »

Max : « Bonome, on voit quoi maintenant ? »

Le chevalier : « Je pense que nous arrivons aux Ciconiiformes. »

Les Ciconiiformes…

Léo : « Les Ciconiiformes sont les grands échassiers. Ils ont de longues pattes et un long cou. »

Samuel : « Comme les hérons ? »

Léo : « Oui petit Sam. Comme les hérons. »

Max : « Justement, il y a un héron cendré là. Ardea cinerea, Ardéidés. »

Léo : « On connaît bien les hérons cendrés. On va pas tout redire. »

Max : « On les admire en silence. »

Léo : « Max qui fait silence ! C’est tellement rare 🙂 »

Max : « Ben et toi ! Même dans ton sommeil tu sifflotes ! »

Léo : « Et toi tu râles tout le temps ! »

Le chevalier : « Les foulques ne sont pas des Ciconiiformes mais des Gruiformes. »

Max : « D’accord, on arrête. »

Léo : « On se chamaille plus. »

Max : « Mais c’est pas notre faute ! »

Le chevalier : « Oui, je sais, vous êtes des juvéniles et les juvéniles se chamaillent. C’est un loi de la nature et on y peut rien… »

Max : « Tout à fait ! »

Léo : « Absolument ! »

Max : « Oh ! Un héron pourpré ! »

Léo : « Vous avez vu ? Il est pas du bon côté du grillage et ça a l’air de bien l’embêter. »

Max : « Pourtant il est du côté de la liberté ! »

Léo : « Il pourrait s’envoler et repartir dans la nature ! »

Max : « Mais il cherche à retourner dans son enclos. »

Léo : « Les zoisos doivent vraiment se sentir bien ici 🙂 »

Samuel : « Vous avez pas donné le nom du héron pourpré en scientifique. »

Léo : « Ardea purpurea, Ardéidés. »

Max : « Tiens, un héron garde-bœufs ! Lui c’est Bubulcus ibis et c’est aussi un Ardéidé. »

Léo : « Ils auraient pu mettre un bœuf pour qu’il le garde. »

Max : « Il se sentirait utile au moins. »

Léo : « Parce que là, il est obligé de garder du rien du tout. »

Max : « Pour une fois c’est pas sa faute. »

Léo : « Mais il va finir par déprimer. »

Samuel : « Et là c’est une aigrette garzette. Egretta garzetta, Ardéidés. »

Léo : « Bien petit Sam. »

Samuel : « On voit bien la différence avec le héron garde-bœufs. Ses pattes sont noires et pas grises et son bec est noir au lieu de jaune. »

Max : « En plumage nuptial les garde-bœufs ont du orange aussi. Et c’est encore plus facile de les distinguer. »

Léo : « Si tu regardes bien les pattes des aigrettes garzettes tu verras qu’elles ont les doigts jaunes. »

Max : « On dirait qu’elles ont des chaussettes jaunes 🙂 »

Léo : « Rhoooo ! »

Max : « Qu’est ce que tu as vu Léo ?  Ah oui ! Rhoooo ! »

Samuel : « C’est qui ce zoiso ? »

Max : « Je réponds parce que la mâchoire de Léo est encore tombée par terre. Le temps qu’il la ramasse et qu’il la remette en place… »

Léo : « Rholala ! »

Max : « Ce sont des bihoreaux gris, Nycticorax nycticorax, Ardéidés. Moi j’en ai déjà vu dans le Marais. Mais pas aussi bien. Ils faisaient la sieste dans des arbres et on les a dérangés sans le faire exprès. Bonome a réussi à les fotoer. On a vu des adultes et des juvéniles. Là, ce sont des adultes. Même qu’ils sont en plumage nuptial. Ça se voit aux longues plumes qu’ils ont derrière la tête. »

Léo : « Des bihoreaux gris… De tout près. Rholala ! »

Max : « Ça me fait quand même bizarre de les voir enfermés dans une volière. »

Le chevalier : « Ils vont bien Max. »

Max : « Oui, je le vois. Mais quand même ! Un zoiso ça doit pouvoir voler en toute liberté. »

Le chevalier : « Pense au côté éducatif. Si ça peut permettre de sauvegarder leurs milieux de vie. »

Max : « Oui bonome. Je sais tout ça… »

Léo : « Rholala ! Quatre espèces d’Ardéidés dont des bihoreaux gris… Rhooo ! »

Samuel : « Cousin Léo dit beaucoup ‘Rhooo’ 🙂 »

Max : « Oui 🙂 Il rholalae aussi 🙂 Et sa mâchoire se décroche et tombe par terre. Mais il la remet très vite en place maintenant 🙂 »

Samuel : « Tu te moques de lui ! »

Max : « Avec affection 🙂 Regarde Samuel, une cigogne blanche. »

Samuel : « Ooooh ! »

Max : « Et oui 🙂 »

Léo : « Ciconia ciconia, Ciconiidés. Elle cherche du manger. »

Max : « On a écrit tout un article sur les cigognes blanches de Charentmaritimie. On te le fera lire. »

Samuel : « On pourra le lire ce soir ? »

Max : « Oui, si tu t’endors pas comme hier 🙂 »

Samuel : « Il faudra me réveiller. On continue ? »

Max : « Oui Sam. Ça alors ! Bonome ! Tu as vu ça ? Oui, tu as vu… Et Léo aussi 🙂 »

Léo : « Rholala ! Il y a des zoisos partout ! On tourne la tête et paf ! Une cigogne noire ! Ciconia nigra, Ciconiidés ! »

Max : « Je savais même pas qu’il y avait des cigognes noires. »

Léo : « Si tu étudiais un peu plus ton beau livre de zoisos tu le saurais. »

Max : « J’ai un blog à graver moi ! »

Léo : « On le fait ensemble depuis des mois ! »

Max : « Mais c’est moi qui renomme et classe les fotos ! »

Samuel : « Vous pouvez pas arrêter de vous chamailler ? »

Max : « On se chamaille pas ! On s’explique ! »

Les Pélicaniformes…

Samuel : « Regardez plutôt la spatule blanche, Platalea leucorodia. »

Léo : « Tu donnes pas la famille ? »

Samuel : « Je m’en souviens plus. »

Léo : « Famille des Threskiornithidés. Elle est pas facile à retenir celle-là.

Samuel : « Vous l’avez déjà vue d’aussi près ? »

Max : « Moi oui. Dans le Marais. On chevauchait et on l’a aperçue alors on s’est arrêtés pour la fotoer. Et une aigrette garzette est venue se poser juste à côté. »

Léo : « Moi c’est la première fois que je la vois de si près. »

Samuel : « On voit bien le bout du bec arrondi et jaune. »

Max : « Il est très sensible 🙂 »

Léo : « Et lui ? Tu peux nous dire chevalier ? Je le connais pas moi. »

Le chevalier : « C’est un ibis falcinelle, Plegalis falcinellus, Threskiornithidés. Il niche rarement en France. On compte moins de 1000 couples nicheurs. Il est donc intégralement protégé. Mais, dans le monde, la population est assez importante. Il peut s’observer en Europe méridionale et en Amérique du Nord. Ces deux populations migrent respectivement en Afrique subsaharienne, en Océanie et en Asie et en Amérique du Sud et aux Antilles. Il n’y a que la Floride qui accueille une population sédentaire. »

Léo : « Moins de mille couples nicheurs en France ! Et on le voit là, juste sous nos yeux ! La chance ! »

Max : « Ça, c’est un ibis sacré du Nil, Threskiornis aethiopicus, Threskiornithidés. »

Samuel : « Vous le connaissez ? »

Max : « Oui, j’en ai déjà vu dans le Marais. C’est à cause qu’ils se sont sauvés d’un zoo ou quelque chose comme ça. Depuis ils nichent en Charentmaritimie et un peu partout le long de la façade atlantique. Ils s’installent dans les héronnières. On dit que c’est une espèce férale. J’espère qu’elles va pas devenir invasive. »

Samuel : « Ils ont le crane chauve 🙂 »

Max : « Bonome pas encore. Mais ça vient 🙂 »

Léo : « On continue ? »

Le chevalier : « On continue 🙂 »

Les Gruiformes…

Léo : « Rhoooo… »

Max : « Ça c’est un très beau zoiso ! Oulala ! »

Samuel : « Qu’il est bôôôô ! »

Léo : « Il me dit quelque chose… N’est-ce pas une grue ? »

Le chevalier : « C’est 🙂 La grue couronnée, Balearica pavonina, GruidésElle vit normalement dans la savane africaine au sud du Sahara mais nidifie dans des zones plus humides. Je ne sais pas ce qu’elle fait dans ce parc. Normalement nous ne devrions y voir que des espèces fréquentes dans la région et quelques espèces occasionnelles. »

Max : « Elle devrait pas être là alors ? »

Le chevalier : « Non, mais c’est une belle occasion de l’observer. »

Max : « Il faut la fotoer bonome. »

Le chevalier : « Déjà fait 🙂 »

Max : « Montre nous. »

Léo : « Rholala ! »

Samuel : « Tabarnak ! »

Max : « Je vais mettre ces deux là dans mon blog ! Et celle-là en grand ! Bravo bonome ! »

Léo : « Et ça continue… Rhoooo la chance ! »

Samuel : « Tout ça de zoisos ! »

Max : « Bonome, tu as eu raison de nous réveiller dès potron-minet 🙂 »

Léo : « Rholala ! Encore des grues ! »

Max : « Je vous propose de nous asseoir quelques instants. Tu veux bien bonome ? »

Le chevalier : « Profitez du spectacle 🙂 »

Léo : « Là, ce sont les grues cendrées, Grus grus, Gruidés. »

Le chevalier : « Elles vivent en Europe du Nord et en Asie de l’Ouest. Les couples sont unis pour la vie et les poussins sont nidifuges. »

Léo : « Nidifuge ça veut dire qu’ils quittent le nid dès l’éclosion. »

Le chevalier : « L’hiver, elles migrent au sud de l’Espagne ou en Afrique du Nord. Certaines passent l’hiver en France notamment dans le parc naturel régional de la Forêt d’Orient. Les vols migratoires sont très beaux. Les grues forment de vastes V et elles crient toutes les 10 à 15 secondes. »

Léo : « J’aimerais bien voir un vol migratoire de grues… »

Le chevalier : « Peut-être un jour… »

Max : « Et là ? Ce sont encore des grues ? »

Le chevalier : « Des grues demoiselles, Grus virgo, Gruidés. Là ce sont des adultes. »

Max : « Et là un juvénile. Il est né ici ? »

Le chevalier : « Je ne sais pas Maxou. »

Léo : « Rholala tout ça de zoisos… »

Max : « Bonome, si Léo commence à rholalaer comme ça il vaudrait mieux faire une pause. Tu veux bien ? »

Le chevalier : « Je veux bien. »

Max : « Il y a un zoiso qui crie ! »

Léo : « Iléou ? »

Max : « C’est qui ce zoiso et pourquoi il crie ? Il est blessé ? »

Léo : « Il crie très fort ! »

Le chevalier : « C’est lui qui crie et il n’a rien. Voyez par vous mêmes. »

Max : « C’est qui ? Je sais même pas dans quelle famille il faut le mettre… »

Le chevalier : « C’est un râle ypéhaca, Aramides ypecaha, Rallidés. Il est originaire d’Amérique du sud. »

Léo : « Un râle ? On a jamais vu de râle. »

Max : « Mais on connaît des Rallidés : la poule-d’eau et la foulque. »

Samuel : « Oui, vous connaissez bien les foulques 🙂 »

Max : « Pfff ! »

Léo : « Et les Rallidés sont des Gruiformes. C’est normal de les voir avec les grues. »

Max : « Bon, cette fois on peut faire la pause. On s’installe et on laisse Léo se remettre. On fera la suite après. »

Léo : « Rholala… »

Max : « Samuel, tu devrais gratouiller le front de cousin Léo 🙂 »

Samuel : « D’accord 🙂 »

Continuer la promenade

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.