HS3 – La Grande Église d’Auxerre, l’architecture

Mardi 13 Juin, An IV

Bonjour Princesse,

Je vais te raconter la suite de la sortie de la Schola en Bourgogne. Je te raconte pas la nuit. Les élèves ont pas été très sages et bonome et les autres maîtres ont dû intervenir à plusieurs reprises pour les calmer. Il a pas dormi beaucoup mon bonome. Parce que, en plus, les élèves ont pas été très sages dès très tôt le matin. Coucher très très tard, tellement tard que c’était déjà tôt, et lever tôt… Mais bon, il dit que c’est comme ça les élèves. Ils profitent des sorties de la schola pour être encore plus bêtes que d’habitude. Enfin, pas tous… Bon, les maîtres ont rassemblé le grand troupeau et on a pris la grande calèche pour aller à Auxerre visiter la Grande Église. Léo, Samuel et moi étions très impatients. Tu sais Princesse, en fouillant dans l’ordinateur de bonome j’ai découvert des tas de documents sur la Grande Église de Saint-Denis. Il m’a dit qu’il avait commencé à écrire un livre. Il a déjà 120 pages… Mais il a autre chose à faire que d’écrire des livres sur les Grandes Églises. Alors il a arrêté d’écrire. Il reprendra à la retraite me dit-il 🙂 Il a aussi été guide à la Grande Église de Saint-Denis. Et il a fait des conférences. Un jour, il a discuté avec un professeur d’histoire de l’art d’une université de Lille. Le professeur lui a dit, je cite : « C’est très intéressant ce que vous dites là ! Et c’est original ! Publiez voyons ! Publiez ! » Quand il raconte ça, il rigole mon bonome. Tu te rends compte Princesse ? Il est comme ça. Il dit qu’il est un tout petit naturaliste et qu’il aime bien les Grandes Églises mais qu’il connaît juste quelques petites choses comme ça. Pas de quoi casser trois pattes à un canard 🙂 Mais quand il discute avec un spécialiste, c’est le spécialiste qui découvre des choses et qui lui conseille de publier. Et lui, ça l’amuse… Quand je te dis qu’il repousse l’étrange aux limites du bizarre 🙂 Bon, j’arrête parce que sinon il va me gronder… Tu comprends que nous étions impatients de visiter avec lui. Mais, dans la vie, il y a des impondérables, des imprévus non prévisibles qui perturbent tout… Là, l’impondérable imprévu a été le mal de grande calèche d’une gentille élève. Elle était tout pas bien cette élève. Elle a tout vomi et elle tenait à peine debout. Alors bonome s’est dévoué pour veiller sur elle à l’extérieur de la Grande Église. Alors on a pas fait la visite. Zutalor ! On a juste eu le temps de rentrer et de ressortir peu de temps après. Tant pis. On ira visiter Saint-Denis 🙂 Léo me dit que c’est mieux pour mon blog. Et il a raison Léo. Il a toujours raison Léo… On a vu les portails et un vitrail et bonome a mis des heures et des heures à tout nous expliquer. Alors imagine un peu si on avait tout vu ! J’aurais écrit un livre de 120 pages 🙂 Bon, je vais essayer de faire bref. Mais ça va pas être facile… Si tu aimes pas la théologie, il faut pas lire cet article Princesse. Je t’en voudrai pas. C’est promis.

Avant tout, je voudrais te montrer quelques images de la vielle ville d’Auxerre. C’est tout à fait charmant. Le centre est très ancien. Mais c’est quand même pas médiéval. On sait pas bien de quand ça date mais on s’en fiche. C’est très beau et ça nous suffit 🙂 Regarde un peu ça !

HS3 101 Une vielle maison HS3 102 Une vielle maison
HS3 103 Une vielle maison HS3 104 Une vielle maison

Sur la première image, tu vois des poutres en façade. On appelle ça des maisons à colombage. On fait plus comme ça maintenant. C’est dommage. Tout le quartier entre la Grande Église et le Grand Fleuve est comme ça. Le Grand Fleuve s’appelle l’Yonne. Il a donné son nom au département. Si tu regardes la liste des départements français, tu verras qu’il y en a beaucoup qui tirent leur nom d’un fleuve ou d’une rivière qui le traverse. Tiens, en fait, l’Yonne c’est pas un fleuve. C’est une rivière qui se jette dans la Seine. Dans l’Yonne, il fait pas tout bleu comme sur les fotos. Non non ! C’est l’appareil de bonome qui s’était déréglé 🙂

C’est en avançant dans ce beau quartier qu’on l’a aperçue, d’un coup, au détour d’une rue…

HS3 105 La cathédrale Face nordC’est la Grande Église 🙂 Le côté nord… En vrai, on doit dire une cathédrale. C’est une grande église quand même. Mais dans une cathédrale, il y a un siège particulier qu’on appelle la cathèdre. Il y a que l’évêque qui peut s’asseoir sur ce siège. L’évêque, c’est le chef des prêtres dans un diocèse. Un diocèse c’est comme un département mais pour l’Église Catholique. Chaque diocèse a un évêque et le siège de l’évêque est dans une grande église qu’on appelle la cathédrale. Mais si l’évêque vient avec son siège dans la cabane de bonome, eh bien la cabane de bonome devient la cathédrale du diocèse. Mais l’évêque se promène pas avec son siège. Il a pas que ça à faire. Bonome dit que, dans l’Église, il y a que l’évêque. Les prêtres et les diacres participent au ministère épiscopal. Mais bonome, il veut toujours faire croire qu’il connaît des choses fort savantes pour frimer 🙂

Léo, qui est un petitours très cultivé, a demandé de quand datait cette belle cathédrale et de quel style elle était. Parce qu’on connaît le style roman et le style gothique. Mais on sait pas bien les reconnaître encore.

Pour mieux comprendre, je vais utiliser une foto de l’intérieur. Tu vas comprendre…

HS3 145 La nef

Je te répète ce que bonome nous a expliqué. C’est pas très facile. Il a commencé par l’Égypte Antique. Il peut pas s’empêcher de remonter à l’Antiquité. Tout le temps. Si tu lui demandes le temps qu’il va faire demain, il va commencer par l’Antiquité. « Qu’est ce qu’on mange ? » Réponse : « Tout commence par une belle nuit d’été dans la Grèce Antique… » Là c’était pour expliquer les bâtiments. Les bâtiments des zoms sont tous pareils. Ils ont des murs et un toit. Toujours. C’est pas compliqué. Mais quand le bâtiment est grand, mettre un toit c’est difficile. Parce que si les murs sont très écartés pour faire un grand bâtiment, comment faire un toit ? Avec des poutres en bois ? Elles sont trop courtes ! Avec des longues pierres qui vont d’un mur à l’autre ? Elles sont trop lourdes et se cassent en leur milieu ! Les Égyptiens de l’Antiquité, qui ont construit de très grands temples, ont mis des colonnes partout pour porter les grosses pierres du toit. Mais 80 % du volume du bâtiment était occupé par les colonnes. Il restait presque plus de place. Après, les zoms ont inventé les charpentes en bois. Comme ça, on pouvait faire un toit relativement léger qui reposait sur les murs. Ou des colonnes. Souvent des murs et des colonnes. Mais pour faire des grands bâtiments, c’était quand même compliqué. Dans l’Antiquité, ils ont quand même réussi à construire des basiliques. Une basilique, c’est le bâtiment pour le basileus, c’est à dire le chef des Byzantins. C’est pas compliqué une basilique. C’est un grand rectangle coupé en trois par deux rangées de colonnes. Et l’un des murs est arrondi. On dit que c’est l’abside. C’est là que se trouvait le trône du basileus. Le toit était constitué de trois voûtes. Il y a eu des grandes basiliques. Mais je peux pas tout raconter. Après, les zoms ont voulu des toits en pierre. Il a fallu réduire la taille des bâtiments. Et ils ont inventé les voûtes de plein cintre. C’est une voûte en demi-cercle.

voute de plein cintreLe problème c’est qu’en posant le toit par dessus, la voûte pousse sur les murs qui ont tendance à s’écarter. Et quand les murs s’écartent, le toit s’effondre. La solution est de faire des voûtes pas trop grandes qui reposent sur des murs très épais. Et renforcés par des contreforts. Dans ces murs, on peut pas faire des fenêtres. Sinon les murs sont plus assez solides et ils s’écartent. Du coup le toit tombe. Ça c’est le style roman. Il est utilisé de la fin de l’Antiquité jusqu’au début du 12ème siècle. Il y a de très belles églises romanes mais elles sont toujours très sombres. Parce que les fenêtres sont très petites. Un jour, un monsieur a inventé la croisée d’ogives. On le connaît pas ce monsieur, mais il a révolutionné l’architecture. Au tout début, la croisée d’ogives, c’est quand deux arcs de cercle en pierre se croisent à angle droit. Entre les ogives, on met des voûtains. J’en ai parlé pour la chapelle de Guédelon. L’avantage de la croisée d’ogives est que le poids s’exerce uniquement sur les supports des arcs. Les murs sont plus porteurs ! Ils servent plus à rien ! Mais au début, on le savait pas. Puis, un autre monsieur s’est dit que ce serait encore mieux avec des arcs brisés. On peut construire plus large, plus haut…

croisée d'ogivesMais, on avait toujours pas compris que les murs portaient plus les voûtes et les toits. Alors on faisait toujours pas de fenêtres. C’était plus l’art roman mais pas encore l’art gothique. Bonome m’a donné des exemples mais j’ai peur de dire des erreurs. Je crois qu’il y a Notre Dame sous terre au Mont Saint Michel et une autre en Normandie. Il y a bien des arcs brisés, des croisées d’ogives. Mais c’est pas encore gothique. Le gothique, on sait qui l’a inventé. C’est un abbé que bonome aime beaucoup : l’abbé Suger de Saint-Denis. Bonome, il connaît toute la vie de l’abbé Suger. Suger, c’est un fils de paysans très pauvres. Il a été offert à l’abbaye de Saint-Denis à l’âge de 10 ans. Il est devenu abbé en 1122 et après il a été régent du Royaume. Deux fois. Sous Louis VI le gros et Louis VII le jeune. Régent, c’est comme roi à la place du roi quand le roi est pas là. Et Suger, il a inventé l’art gothique. L’art gothique, c’est quand, à la place des murs, on met des vitraux. C’est très beau les vitraux. Et ça raconte des histoires. Des tas d’histoires. Mais c’est pas tout le monde qui sait lire ces histoires. Bonome a fotoé un vitrail à la cathédrale d’Auxerre. Je te le montrerai après. Et tu verras que c’est pas facile à lire… Oulala ! Revenons à notre cathédrale d’Auxerre et à sa face nord.

HS3 105 La cathédrale Face nord

On voit bien qu’il y a des vitraux partout. Entre les tours, on voit aussi des gros piliers. Ce sont des contreforts. Entre les contreforts et le mur presque vide, il y a des arcs boutants. Parce que, quand la cathédrale est très haute, les murs s’écartent quand même un peu. Alors on met des arcs qui tiennent les murs et des contreforts qui tiennent les arcs. Au sommet des contreforts, il y a des pinacles. Ils appuient sur les contreforts pour les stabiliser.

coupe gothique

En fait, dans les cathédrales gothiques, le squelette est à l’extérieur, comme un gros insecte 🙂 A l’intérieur c’est tout vide et tout lumineux. A cause des vitraux. Oups, j’ai pas étudié la foto de l’intérieur. Je la remets.

HS3 145 La nefOn voit qu’il y a pas de murs en bas. Il y a des piliers. Bonome dit qu’on peut dater les églises à la forme des piliers. Au début, c’était que des colonnes à fût rond. C’est comme ça dans les parties anciennes de saint-Denis. Mais après, il y a eu la scholastique. La scholastique c’est compliqué. Pour faire simple, c’est une nouvelle façon d’enseigner. Elle apparaît vers le 11ème ou 12ème siècle. Il y a plein de bonnes inventions avec la scholastique : les sommes, qui sont de gros livres qui rassemblent toutes les connaissances de l’époque, l’utilisation de l’ordre alphabétique pour classer les livres dans les bibliothèques, le plan ou le sommaire dans un livre… Quelqu’un a dit que le sommaire permet de lire le livre sans le lire 🙂 Alors les architectes ont dit qu’il fallait pouvoir lire le plan de l’élévation dans une coupe de pilier. Je vais essayer d’expliquer. Tu vois qu’il y a des tas de fines colonnettes qui montent le long des piliers. Chacune a une fonction. Eh bien on les fait partir de tout en bas même si on est pas obligé. Comme ça, si on est malin et qu’on connaît bien, on peut retrouver la structure de l’élévation, juste en étudiant les colonnettes tout en bas. Mais c’est pas facile quand même…

Si tu regardes bien la foto, tu vas voir qu’il y a des éléments identiques collés les uns aux autres. Et ces éléments sont sur trois niveaux. Il y a les grandes arcades, le triforium et les fenêtres hautes. Les chrétiens croient que Dieu est unique mais en trois personnes : le Père, le Fils et le Saint Esprit. Alors ils aiment beaucoup le nombre trois, les chrétiens. C’est la Trinité. Sur la foto, tu vois aussi les croisées d’ogive. Au sommet, il y a la clé de voûte. C’est une grosse pierre énorme qui tient les nervures.

elevationSi tu regardes vraiment bien, tu verras que les piliers, là bas tout au bout, ont un fût cylindrique. Tu vois ? Regarde mieux que ça ! Voyons Princesse ! Ça y est ? Tu as vu ?

C’est parce que les cathédrales étaient toujours construites en allant de l’est vers l’ouest. Oups ! J’ai oublié ! Un truc important ! Les églises ont en général la forme d’une croix. Parce que Jésus a été crucifié… La grande barre c’est la nef. La barre perpendiculaire forme le transept et la suite de la grande barre, après le transept, c’est le chœur. C’est la partie où se trouve l’autel.

plan église gothiqueC’est très important le chœur. C’est pour ça que la construction commençait par là. Comme ça, même si c’était encore en chantier, on pouvait quand même célébrer la messe. La cathédrale d’Auxerre, il a fallu 300 ans pour la construire ! Bonome dit que celle de Cologne, en Allemagne, a été commencée en 1248 et qu’elle est même pas vraiment finie ! Ici, en 300 ans, il y a eu des changements de style. La partie la plus ancienne est le chœur. D’après son style, elle date presque de la même époque que saint-Denis, vers 1150-1180. Peut-être un peu plus tard. 1200… Mais pas plus.

Ça va Princesse ? C’est pas trop compliqué ?

Léo dit qu’il faut résumer un peu. Il est fort en résumés Léo. Je le cite : l’art gothique se caractérise par l’utilisation d’arcs brisés qui forment des croisées d’ogives. Les murs, non porteurs, sont évidés et remplacés par des vitraux qui racontent des histoires. Bonome insiste sur la lumière. L’art gothique fait entrer la lumière !

Question de Samuel : Pourquoi appelle t-on cet art, l’art gothique ?

Cet art, fort apprécié à partir du 12ème siècle, s’est d’abord appelé l’art français ou plutôt Opus francigenum. Parce qu’il est apparu dans la région qui s’appelle la plaine de France. C’est l’Île de France actuelle et une partie du bassin parisien. Saint-Denis, Mantes-la-Jolie, Senlis, Soissons, Laon… Il a été remplacé par d’autres styles : le baroque, le style Jésuite, la Renaissance… au 16ème siècle, un spécialiste de l’architecture, Vasari, a déclaré avec mépris, que cet art était l’art des Goths, considérés comme des barbares d’une époque ancienne. C’est le grand Victor Hugo, grâce à son chef d’œuvre Notre-Dame de Paris, qui a remis au goût du jour cet art. Mais le nom d’art gothique est resté. Bien bien bien… Je pense que je vais m’arrêter là pour la présentation de l’architecture.

Passons à la façade et ses belles statues… Mais pour cela, il va falloir lire l’article suivant 🙂

Continuer la promenade

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.