107-2 L’Île d’Ut – Loix

Samedi 23 Juillet, An III (suite)

Léo : « Rholala ! C’était bien l’Îleau des Niges ! »

Max : « C’est une bien belle réserve naturelle. Mais je suis quand même déçu. J’avais lu qu’on pouvait y observer beaucoup de zoisos. C’est un site connu des ornithologues ! »

Léo : « Tu es déçu ? »

Max : « Juste un peu. On a vu de beau zoisos mais quand même rien d’extra-ordinaire. On les connaissait déjà tous ! »

Le chevalier : « C’est vrai Maxou. Mais je pense que l’hiver est une saison plus propice à l’ornithologie. Et puis nous y étions à marée descendante. Les oiseaux vont se nourrir sur l’estran à ce moment. »

Max : « A marée descendante ? Pourquoi on est pas allés au bord de la mer si la marée était descendante ? »

Le chevalier : « Elle aurait été trop haute à notre arrivée. Il fallait attendre. »

Max : « Mais maintenant, elle va remonter quand on va aller sur l’estran. Et on pourra pas rester aussi longtemps qu’on veut ! Pfff ! »

Léo : « Maxou ronchonne 🙂 »

Max : « Et toi tu te chiffonnes 🙂 »

Léo : « On va où maintenant ? »

Max : « Ben Léo, il nous l’a dit ce matin ! »

Léo : « Tu sais toi ? »

Max : « Heu… On va au deuxième endroit de la journée 🙂 »

Le chevalier : « Nous allons à Loix. Enfin, à l’ouest de Loix, sur l’estran qui borde l’île. Puis nous longerons le Fier d’Ars. »

Léo : « Tu peux nous montrer la carte s’il te plaît ? »

Le chevalier : « Bien sûr Léo. Dès que nous arriverons 🙂 »

Léo : « Ah ben oui 🙂 Pas pendant la chevauchée. Je suis bête moi 🙂 »

Max : « On arrive bientôt ? »

Le chevalier : « Oui, nous laisserons notre monture ici. »

Max : « Tu vas encore tout marcher… »

Le chevalier : « Oui Maxou 🙂 Pour vous montrer des oiseaux 🙂 »

Léo : « C’est gentil 🙂 Tu nous montres la carte ? »

Le chevalier : « La voici. »

Carte Loix

Max : « Je vois Loix. D’accord. C’est sur le bleu. C’est quoi le bleu ? »

Le chevalier : « C’est le Kimméridgien inférieur. »

Max : « Encore ! Mais on l’a déjà vu ! »

Le chevalier : « Ici, c’est sa base. Je me demande même s’il n’y a pas le sommet de l’oxfordien supérieur à l’ouest du secteur. »

Léo : « Et le marron ? »

Le chevalier : « Je n’arrive pas à lire… MzG2 peut-être… »

Max : « Tu parles le géologien ? »

Le chevalier : « Ce sont les abréviations pour des terrains très récents. MzG2 indique des alluvions marines très récentes. »

Léo : « Et le jaune, avec un D dessus ? »

Le chevalier : « Ce sont des dunes. »

Léo : « Des dunes ? Avec du sable ? Alors l’Île d’Ut est surtout constituée de dunes sur les calcaires et les marnes du Kimméridgien. »

Max : « Il faudra étudier ça pour notre grande synthèse régionale. »

Le chevalier : « Oui Max. Tu en parles, mais vas-tu la faire ? »

Max : « Oui bonome. Je m’y mets dès la rentrée. Pendant que tu iras à la schola. »

Le chevalier : « Tu ne viendras pas avec moi ? »

Max : « Je redoutais ce moment. Bonome, il faut que je te parle. On peut s’asseoir ? »

Le chevalier : « Asseyons-nous. »

Max : « Bonome, je veux plus être maître-assistant à la schola. »

Le chevalier : « D’accord. »

Max : « D’accord ? C’est tout ? »

Le chevalier : « Oui Maxou 🙂 Tu es libre. Tu ne veux plus être maître-assistant à la schola. C’est ton choix. »

Max : « Tu demandes pas d’explications ? »

Le chevalier : « Je n’ai pas à en demander. Je regrette juste que tu ne viennes plus avec moi. »

Max : « Je pourrai venir de temps en temps si tu veux. Mais plus comme maître-assistant. Comme ton petitours. Et il y a quelques élèves que j’aimerais voir grandir. On s’y attache à ces machins 🙂 »

Le chevalier : « 🙂 Bien mon petitours. On va zoisoter ? »

Max : « On y va 🙂 »

Léo (discrètement, à Max) : « Tu vois que c’était pas si terrible. Je comprends pas pourquoi tu avais peur de lui annoncer. »

Max : « Je sais pas… J’avais peur qu’il le prenne mal. »

Le chevalier : « Je t’entends Maxou. Pourquoi l’aurais-je mal pris ? »

Max : « Parce que tu aimais bien que je sois ton assistant. »

Le chevalier : « Oui, mais si tu n’as plus envie, il ne faut plus venir. »

Max : « Merci bonomou 🙂 J’aurai plus de temps pour graver mon blog et former Léo. »

Le chevalier : « Et pour chahuter avec lui dans la cabane en mon absence 🙂 »

Max : « On est des juvéniles bonome 🙂 Alors on chahute 🙂 »

Le chevalier : « 🙂 Bien. Nous voici sur l’estran. »

107-2 01 L'estranMax : « Oulala ! Ça c’est un grand estran ! »

Le chevalier : « Oui. Nous regardons vers la passe qui permet l’entrée dans le Fier d’Ars. Le chenal est très étroit à marée basse. Il se trouve juste avant la dune que nous apercevons au loin. »

Léo : « Et on va tout droit ? »

Le chevalier : « Oui, dans quelques centaines de mètres nous irons vers la gauche. Nous serons en bordure du Fier. Je crois qu’il y a une espèce de chenal bordé de digues. »

Max : « Pour que la mer entre pas complètement dans l’île. »

Le chevalier : « Exact. Il y a une zone marécageuse à l’intérieur de cette digue, La Lasse. Nous y verrons peut-être des oiseaux. »

Léo : « Chouette alors ! »

Max : « Bonome, c’est quoi cette vase ? »

107-2 02 L'estranLe chevalier : « Bonne question… Les alluvions marines récentes ? Une couche de marnes du Kimméridgien ? Je ferai des recherche. Je n’avais pas prévu de faire de la géologie. »

Léo : « Et les galets… Vous pensez qu’il y a des fossiles ? »

Max : « Tu veux fossiler ? »

Léo : « Je sais pas. Mais je voudrais voir si on trouve des fossiles. »

Le chevalier : « Allons voir… »

Max : « Trouvé ! »

107-2 03 Un fossile

Max : « C’est un Mollusque Bivalve à côte radiales. Mais on peut pas savoir qui c’est. »

Léo : « On pourra fossiler un peu au retour ? »

Le chevalier : « Si tu veux. Pour le moment, on zoisote 🙂 »

Léo : « J’aperçois déjà une barge rousse. »

107-2 04 Une barge rousseMax : « Limosa lapponica, Scolopacidés. Il y en a une autre là. »

107-2 05 Une autre barge rousseLéo : « Et là-bas il y en a deux. »

107-2 06 Deux barges rousses

Max : « Il y a une unipattiste. La pauvre ! Bonome, tu devrais inventer la prothèse pour zoisos unipattistes. On ouvrirait un cabinet de prothésiste pour zoisos. Et ils viendraient se faire réparer chez nous. »

Le chevalier : « Et nous n’aurions plus le temps de faire nos inspections. Tu sais Maxou, elle n’a pas l’air de souffrir de sa patte manquante. »

Max : « Elle a dû avoir très mal quand même. »

Léo : « Excusez-moi de vous déranger mais j’ai vu quelque chose par terre. On peut regarder ? »

107-2 07 Une araignée de mer 107-2 08 Une araignée de mer 107-2 09 Une araignée de mer

Max : « C’est un zanimo tout mort. Un Crustacé Malacostracé Brachyoures. Mais je sais pas la suite. »

Léo : « Oulala, tu en connais des choses. Tu peux expliquer ? »

Max : « J’aurais du commencer par dire que c’est un Arthropode. Parce qu’il a une carapace et des pattes articulées. Après, c’est parce que je connais un peu. J’ai pas tout regardé. Crustacé c’est à cause des deux paires d’antennes. Malacostracé je sais plus pourquoi.

Le chevalier : « Veux-tu de l’aide ? »

Max : « Oui, s’il te plaît. Le corps est constitué de trois parties : la tête, le thorax et l’abdomen. La tête comporte 5 segments, le thorax en a huit et l’abdomen six ou sept. Parmi ces Malacostracés il y en a qui ont dix pattes. Ce sont les Décapodes. »

Max : « J’avais oublié les Décapodes… »

Le chevalier : « Ensuite, on peut dire que c’est un Brachyoure. »

Max : « Tu expliques les Brachyoures s’il te plaît ? »

Le chevalier : « Leur carapace est aplatie, avec une bordure acérée et fusionnée avec la carapace ventrale sous la bouche. L’abdomen est petit et rabattu en permanence sous la carapace. Les péréiopodes, ou pattes, sont adaptés à la marche ou la nage à l’exception des premiers qui sont transformés en pinces. »

Léo : « Chevalier, il faut pas nous faire une interrogation de crustacés s’il te plaît. Ou alors tu nous laisses réviser avant. Parce que c’est compliqué les Crustacés. »

Max : « Tu en as dans ta collection ? »

Le chevalier : « Oui, quelques uns. »

Max : « Alors tu nous les montreras au retour. Et ce zanimo, tu le connais ? »

Le chevalier : « Pas exactement. C’est une araignée de mer. »

Max : « Les araignées sont pas des Crustacés ! Ce sont des Arachnides ! »

Le chevalier : « Je sais mon petitours. Mais les noms vernaculaires ne sont pas toujours satisfaisants. »

Max : « Et en scientifique, il s’appelle comment ? »

Le chevalier : « Ce ‘zanimo’ est du genre Maja. C’est peut-être l’espèce squinado, famille des Majidés. »

Léo : « C’est normal qu’elle soit couverte d’algues ? »

Le chevalier : « Là, je pense que c’est l’effet des vagues. Vous avez dû remarquer que sa carapace est couverte de pointes acérées. Les algues se sont plantées sur ces pointes. Quand l’araignée de mer est vivante, elle se couvre volontiers d’algues pour se camoufler. »

Max : « Elles sont futées les araignées de mer 🙂 Se sont des prédateurs ? »

Le chevalier : « Pas vraiment. Elles sont surtout détritivores et nécrophages, comme beaucoup de Crustacés. »

Léo : « Elles nettoient la mer. »

Max : « Merci bonome, grâce à toi on connaît un peu mieux les Crustacés. Mais les Crustacés sont pas des zoisos. »

Léo : « Ça c’est sûr ! »

Max : « Léo, il y a un goéland. Il va te chiffonner ou pas ? »

Léo : « Il faut le regarder pour savoir 🙂 »

107-2 10 Une goéland argentéLéo : « Non, ça va. Il me chiffonne pas 🙂 C’est un argenté, Larus argentatus, Laridés. »

Max : « Ouf ! »

Léo : « Et tout là-bas, il y a un groupe de sternes pierregarin. Il faut aller les voir. »

107-2 11 Des sternes pierregarinLe chevalier : « Et je dois avancer sur des cailloux tout cassés… »

Léo : « Si tu veux on y va pas. »

Le chevalier : « Non Léo. Ce ne sont pas quelques cailloux tout cassés qui vont m’arrêter ! »

Max : « Tu fais attention quand même bonome. Parce que sinon tu vas être comme les cailloux. »

Léo : « Max, regarde… »

107-2 12 Un goélandMax : « Ah… Celui-là te chiffonne… Forcément… »

Léo : « Ben oui ! »

Max : « Il a les pattes grises. Pfff… »

Léo : « Ben oui ! J’ai jamais vu ça dans nos beaux livres de zoisos ! »

Max : « Bonome, pourquoi ils font rien qu’à nous embêter les goélands de l’Île d’Ut ? »

Le chevalier : « 🙂 Ils ne vous embêtent pas. Vous regardez de plus en plus attentivement et vous ne laissez plus passer aucun détail. Ni aucun zoiso. »

Max : « Mais c’est qui ce goéland ! »

Le chevalier : « Négligez la couleur des pattes. »

Max : « Je diraid goéland brun alors. »

Léo : « Moi aussi. »

Le chevalier : « Alors c’est un goéland brun 🙂 »

Léo : « On s’approche des sternes… »

Max : « Un peu trop à leur goût ! Elles nous crient dessus ! »

107-2 13 Des sternes pierregarin 107-2 14 Des sternes pierregarin

Léo : « Il y a un petit ! »

107-2 15 Des sternes pierregarinMax : « C’est le plumage usé ! Il est plus tout neuf. »

Léo : « Ça fait longtemps qu’il est sorti de son œuf 🙂 »

Max : « Mais les adultes le gardent bien quand même. »

Léo : « Zutalor ! On s’est trop approchés ! Elles s’envolent ! »

107-2 16 Des sternes pierregarinMax : « C’est beau les sternes… »

Léo : « Tu dis ça de tous les zoisos 🙂 »

Max : « Et toi, tous les zoisos c’est ton préféré 🙂 »

Léo : « Ouiiii 🙂 »

Max : « Oh ! La drôle de mouette ! »

107-2 19 Une drole de mouetteLéo : « Sur l’Île d’Ut, il y a pas des Laridés. Il y a que des Chiffonnidés ! C’est qui encore cette mouette ! »

Max : « En plus, on la voit pas bien ! »

Léo : « Elle a le bec sale. On peut pas savoir si elle a une tâche noire au bout. »

Max : « Et on voit pas si les rémiges sont blanches… »

Léo : « Les pattes sont cachées. On voit que la bague… »

Max : « Il y a que la couleur de la tête. »

Léo : « Mais c’est pas très typique. »

Max : « Ça ressemble à la mouette mélanocéphale. »

Léo : « Mais on peut pas savoir. »

Max : « Et tu es encore tout chiffonné. »

Léo : « En plus, on se fait crier dessus par une sterne ! »

Le chevalier : « Asseyez-vous. Je vais essayer de la fotoer. »

107-2 17 Une sterne pierragarinMax : « Si on s’éloigne pas, elle va continuer à nous crier dessus. »

Léo : « Oui ! Et elle va voler juste au-dessus de nous. On va bien la voir et bonome pourra faire de belles fotos. On peut même s’allonger pour la regarder 🙂 »

107-2 20 Une sterne pierragarin 107-2 21 Une sterne pierragarin
107-2 22 Une sterne pierragarin 107-2 23 Une sterne pierragarin
107-2 24 Une sterne pierragarin 107-2 25 Une sterne pierragarin

Max : « Léo… Léo ! Bonome, Léo s’est endormi. Il s’est allongé et il s’est endormi 🙂 »

Le chevalier : « 🙂 Pourrais-tu le réveiller doucement ? »

Max : « Oui bonome. »

Le chevalier : « Réellement doucement, s’il te plaît. »

Max : « Oui bonome. En lui gratouillant le front… Peu-tit Lé-oo… Ré-vei-lleu toi… »

Léo : « Mmmm… Je me suis endormi en sursaut 🙂 »

Max : « Tu as pas vu la sterne alors. C’est dommage. »

Léo : « Chevalier, tu as fotoé ? »

Le chevalier : « Oui Léo. »

Léo : « Tu me montreras ce soir s’il te plaît ? »

Max : « Ce soir, après le repas, on installe l’ordinateur dans la chambre et on regarde toutes les fotos. Avec supplément gratouillis. Et jusqu’à ce qu’on s’endorme. Soirée fotos ! »

Léo : « Max, tu pourrais demander avant de décider. »

Max : « Tu veux bien Léo ? »

Léo : « T’es trop bête ! C’est pas à moi qu’il fallait demander 🙂 »

Max : « Bonome, si le supplément gratouillis est pour toi ? »

Le chevalier : « D’accord ! Et je ronronnerai comme un gros chat 🙂 »

Max : « On pourrait inviter Mounette… »

Le chevalier : « Non. Pas de chat dans la chambre. »

Max : « Oui bonome. Dis, est-ce que les Insectes Coléoptères avec des grosses mandibules peuvent manger des petizours ? Parce qu’il y en a un qui s’approche tout doucement. »

107-2 26 Une cicindelle 107-2 27 Une cicindelle

Le chevalier : « C’est une cicindèle maritime. »

Max : « On la connaît déjà ! On l’a vue sur l’Île Où On Va à Pieds ! Mais je me souviens plus de son nom en scientifique. »

Le chevalier : « Calomera littoralis, Cicindélidés. »

Léo : « Et elle mange quoi avec ses grosses mandibules ? »

Le chevalier : « Des limaces, des escargots, des vers de terre… »

Léo : « Pas des petizours ? »

Le chevalier : « Non, pas à ma connaissance. »

Léo : « Je propose quand même un repli stratégique. La petitoursophagie est peu documentée dans la littérature scientifique. Je voudrais pas être le sujet d’une publication moi. »

Max : « Repli stratégique accepté ! »

Le chevalier : « Vous reculez face à un insecte ? »

Max : « Tout à fait. »

Léo : « Et nous l’assumons. »

Max : « Ses mandibules bonome. Tu as vu ses mandibules ? »

Léo : « On veut pas se faire dévorer vivant. »

Max : « Et puis, il y a un autre site à inspecter avant d’aller aux marais salants. Alors il faut retourner à notre monture. »

Le chevalier : « Allons-y alors, et laissons la cicindèle en paix. Dites, je pense à quelque chose : vous pensez que je pourrais publier un article dans une grande revue scientifique sur la petitoursophagie chez les Cicindèlidés ? »

Max : « Léo, tu penses que je pourrais publier un article dans une grande revue scientifique sur la bonomophagie chez les Petitursidés ? »

Léo : « Je peux t’aider à l’écrire si tu veux 🙂 »

Le chevalier : « 🙂 Je propose plutôt d’étudier la chocolatophagie des Petitursidés ce soir en regardant les fotos. »

Max : « Ça, c’est une bonne idée ! Double supplément gratouillis pour toi ! »

Le chevalier : « Avec vos pattes pleines de chocolat ? »

Max : « Tu es jamais content ! On propose de prendre soin de toi et tu ronchonnes. Je te signale qu’il y a des instituts de beauté qui proposent des bains de chocolat. Ou des massages au chocolat. »

Léo : « Je propose que nous reprenions l’inspection. On est revenus aux argiles au nom bizarre. On sait pas ce que c’est. »

107-2 28 L'estranMax : « Elles ont l’air posées sur les calcaires. Moi je pense que ce sont des alluvions marines. Comment on peut savoir bonome ? »

Le chevalier : « Il faudrait étudier le contenu. Les alluvions marines récentes contiennent une faune de bivalves semblable à celle qu’on peut observer dans la région : des scobiculaires (scobicularia plana), des coques (Cardium edulis) et des huîtres (Ostrea edulis). »

Max : « Il faut tout creuser et chercher des coquilles ? »

Le chevalier : « Oui. »

Max : « On a pas de pelle. On peut pas creuser. Il faudra revenir pour faire la géologie. »

Le chevalier : « Pour ta grande synthèse régionale ? »

Max : « Exactement ! »

Léo : « On a le temps de fossiler ? »

Le chevalier : « Oui mon petitours. »

Léo : « J’aime bien que tu m’appelles mon petitours 🙂 »

Le chevalier : « Tu es mon petitours Léo 🙂 »

Léo : « Tu le dis surtout à Max. »

Max : « C’est vrai ça ! »

Le chevalier : « Je te demande pardon mon Léo. Toi aussi tu auras un supplément gratouillis ce soir 🙂 »

Max : « Et pas moi ? »

Léo : « Ben non 🙂 On va où pour fossiler ? »

Le chevalier : « Un peu plus loin. Venez voir. »

107-2 36 L'estranMax : « Comment tu sais qu’il y a des fossiles ici ? »

Le chevalier : « Parce que je sais lire une carte géologique Maxou. Il y a un symbole qui indique les sites fossilifères. Il ressemble à un F mais symétrisé. »

Max : « Et donc, selon toi, il y a des fossiles ici ? »

Le chevalier : « D’après la carte, oui. »

Léo : « Alors on cherche ! »

Max : « J’en ai un ! Un Mollusque Bivalve ! »

Léo : « Moi aussi ! »

107-2 29 Un bivalve fossile 107-2 30 Un autre bivalve fossile

Max : « Et là ! Un Brachiopode ! »

107-2 32 Un brachiopode fossile 107-2 33 Un autre brachiopode fossile

Léo : « Il y en a beaucoup des Brachiopodes ! J’en ai déjà vu trois au quatre ! »

Max : « Bonome, tu peux les prendre pour ma collection ? »

Le chevalier : « Si tu veux. »

Léo : « Encore d’autres ! Rholala ! Tout ça de fossiles ! »

107-2 34 encore un autre 107-2 35 Et encore un

Max : « Et là il y a un morceau de corail ! »

107-2 31 Du corail

On est restés un moment à ramasser des fossiles. En fait, bonome nous regardait. Nous on cavalait partout et, quand on avait trouvé un fossile, on le lui apportait. Il avait l’air tout attendri pas ses petizours le grand chevalier 🙂 Et fier aussi. Du coup, il a pas pensé à nous fotoer pour te montrer. Au bout d’un moment il s’est assis par terre. Il s’est mouillé les fesses 🙂 Et il continuait à nous regarder. Puis Léo, en lui ramenant un énième fossile, a grimpé sur ses genoux. Alors je les ai rejoints et on a regardé la mer monter. C’était pas une bonne idée parce qu’après on devait aller au Phare des Baleines. Et, en restant longtemps ici, on aurait plus le temps d’aller sur l’estran au Phare des Baleines. Ben on était bien tous les trois à regarder monter la mer. Le vent est pas venu, par discrétion. Il nous a laissés tous les trois. Puis un courlis cendré est passé.

107-2 37 Un courlis cendré 107-2 38 Un courlis cendré

Léo s’est serré très fort contre son bonome et il a sauté par terre.

Léo : « En route tous les deux ! On va quand même pas rester toute la journée ici ! »

Bonome avait mis nos fossiles dans ses poches de pantalon. Alors on a été obligés de se pocher dans la chemise 🙂

Voilà Princesse. Et ça, c’était qu’une partie de la journée 🙂 On se retrouve au Phare des Baleines.

Continuer la promenade

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.