104-2 Le Royaume des Tadornes et Ailleurs dans le Marais

Mercredi 19 Juillet, an III (suite)

Pendant la chevauchée vers le Marais, Max sort la tête de la poche…

Max : « Bonome, ça fait longtemps qu’on chevauche. C’est encore loin ? »

Le chevalier : « Non, nous arrivons. »

Max : « Tu es sûr de toi ? Parce que là, on chevauche sur des cailloux. C’est pas une route ça. C’est un chemin tout cassé… Tu vas abîmer notre monture. »

Léo : « On devrait s’arrêter et avancer à pattes. »

Le chevalier : « Non, avançons encore un peu… »

Max : « On est déjà passés là. Tu serais pas un peu perdu ? »

Léo : « Le graaand chevalier s’est perdu ! »

Le chevalier : « Je ne suis pas perdu ! »

Max : « Ça arrive, bonome, de se perdre. Il y a pas de honte à se perdre 🙂 »

Léo : « Ben oui 🙂 »

Le chevalier : « Je ne suis pas perdu ! Disons que je suis momentanément égaré… Mais je ne vais pas tarder à retrouver mon chemin ! »

Max et Léo : « Il est perdu ! Il est perdu ! »

Le chevalier (marmonnant dans sa barbe éternellement naissante) : « Ça devrait être là… A droite ? … C’est bizarre… (Le chevalier s’énerve) Mais dans quel état est ce chemin ! Bon, je m’arrête là ! Voyons la carte… »

Le chevalier descend de sa monture, déplie la carte, la pose au sol et l’étudie. Les petizours viennent sur la carte…

Max : « Alors ? »

Léo : « Tu sais où on est ? »

Max (à Léo) : « Sûr qu’il sait ! Il se perd pas lui 🙂 »

Léo (à Max) : « Ben non. Jamais ! »

Max (montrant une tache bleue sur la carte) : « C’est pas là ? »

Léo (montrant un autre étang sur la carte) : « Mais non ! On est là ! »

Le chevalier (passablement énervé, après avoir rangé la carte) : « Nous sommes ici et nous allons là-bas ! »

Max : « Bel itinéraire ! »

Léo : « Maxou, tu m’as dit que ça t’avait plu d’être perdu dans le Marais la première fois que tu y est allé n’est ce pas ? »

Max : « Tout à fait 🙂 »

Léo : « Je crois que tu vas encore aimer 🙂 »

Le chevalier : « IL SUFFIT ! Taisez-vous et pochez-vous ! Je sais très bien où je suis ! »

Max : « Oui bonome. »

Léo : « D’accord bonome. »

Max : « Il faut pas te fâcher bonome. »

Le chevalier : « Nous sommes exactement là où je voulais que nous soyons ! Regardez les balises du chemin de grandes randonnées ! »

Max : « Nous les voyons 🙂 »

Le chevalier : « Il suffit de suivre les balises et nous arrivons au Royaume des Tadornes. »

Max : « Donc c’était normal de chevaucher sur un chemin en pierres envahi par la végétation ? »

Le chevalier : « Surprenant mais normal… »

Max : « Alors en route ! »

Léo : « Ça commence bien 🙂 Il y a un zoiso dans le ciel. »

Max : « Un générateur aléatoire de câlin 🙂 »

Le chevalier : « Vous ne méritez pas de câlin ! »

Max : « Parce qu’on s’est moqués de toi ? »

Le chevalier : « … »

Max : « Tu réponds pas ? Oulala ! Léo, bonome est fâché ! »

Léo : « Bonomou … Il faut pas être fâché… Bonomou… On est tes petizours adorés 🙂 »

Max : « On est des juvéniles alors on dit des bêtises 🙂 »

Léo : « On se moquait pas vraiment… »

Le chevalier : « Je ne suis pas fâché 🙂 Tu parlais d’un zoiso dans le ciel Léo ? »

Léo : « Ouiiii 🙂 Il plane au dessus de nous. Regarde 🙂 »

104-2 01 Une buse variable

Max : « C’est une buse variable ! »

Léo : « Buteo buteo, Accipitridés. On dirait un juvénile… »

Max : « Comment tu vois ça, toi ? »

Léo : « À son plumage 🙂 Et parce que j’étudie, moi 🙂 »

Max : « Moi aussi j’étudie ! »

Le chevalier : « Léo, si tu nous expliquais pourquoi tu penses que c’est un juvénile… »

Léo : « D’accord ! Commençons par l’arrière. Sa queue est striée. Il y a alternance de bandes claires et de bandes sombres. C’est que chez les juvéniles. Chez les adultes, il y a une bande sombre sur le bord de fuite. On voit pas bien l’alternance de bandes. Et puis le dessous des ailes. Il est plus clair chez les adultes. Là, on voit bien que c’est strié aussi. Alors on peut dire que c’est un juvénile 🙂 »

Max : « Bonome, il a bon ? »

Le chevalier : « Il a bon 🙂 »

Max : « Rholala ! Il est fort ce Léo ! »

Le chevalier : « Il étudie plus que toi Maxou. »

Max : « Il a pas un blog à graver lui ! »

Le chevalier : « Il t’aide quand même beaucoup Maxou. Depuis quelque temps vous y travaillez ensemble. »

Max : « C’est vrai… Je devais le former mais maintenant, il connaît mieux les zoisos que moi… »

Léo : « Tu connais mieux les insectes et la botanique toi. »

Le chevalier : « Ce n’est pas un concours vous savez. Vous êtes deux grands naturalistes 🙂 »

Max : « On est quand même que des petizours… »

Léo : « Max ! Regarde ! On arrive enfin dans la zone marécageuse ! »

104-2 02 Ailleurs dans le Marais

Max : « C’est beau ! »

Léo : « Rholala oui ! »

Max : « C’est quand même étrange le Marais. Parce que c’est des morceaux de terre entourés de canaux. Mais c’est jamais pareil… Et c’est toujours très beau. »

Léo : « C’est parce que tu as de la beauté dans les yeux Maxou 🙂 Souviens toi de ce que t’a dit ton ami Oscar Wilde quand vous étiez à la taverne 😀 »

Le chevalier : « Il t’a eu 🙂 »

Max : « C’est pas gentil de se moquer… »

Léo : « Et si on allait au bord de l’eau ? Il y a peut-être des Odonates 🙂 »

Max : « Mais… Il y a une barrière 🙁 »

Le chevalier : « Je pourrais la franchir. »

Max : « C’est interdit bonome ! »

Le chevalier : « Nous n’allons rien faire de mal. Et puis, il n’y a que quelques mètres à parcourir au-delà de la barrière pour atteindre le bord de l’eau. »

Max : « Tu vas pas aller en prison si on franchit la barrière ? »

Le chevalier : « Non, je ne vais pas aller en prison 🙂 »

Max : « Qu’en penses-tu Léo ? »

Léo : « C’est pas bien, c’est vrai. Mais il y a peut-être des Odonates… On veut juste faire l’odonatologie. On va pas faire des bêtises. Et puis ça sent la menthe. Tu pourrais saluer ton amie végéto 🙂 Tu pourrais même te rouler dedans sans que personne te dise rien. »

Max : « On y va alors ? »

Léo : « On y va ! »

Max : « Rholala ! Il y a des Odonates ! Le gros un peu bleu… Tu le connais bonome ? Il arrête pas de se poser et de re-décoller. Tu peux l’identifier ? »

Le chevalier : « Mmmmm… »

Léo : « Il Mmmmm en se grattant la tête 🙂 »

Max : « Tu vas finir par perdre tout tes cheveux à force de les gratter comme ça 🙂 »

Le chevalier : « S’il pouvait se poser plus de quelques secondes… »

Max : « Ben ça alors ! Il se pose et il bouge plus ! Bonome, tu parles l’odonate aussi ? »

Léo : « Il parle le zoiso, le mammifère, l’odonate… »

Max : « Il parle tout le zanimo ce bonome. Il est polyglotte du zanimo 🙂 »

Le chevalier : « 🙂 »

104-2 03 Un orthétrum réticulé

Max : « Tu nous présentes s’il te plaît. Mais sans faire toute la détermination avec les triangles alaires, les nervures anténodales et tout ça. Tu fais simple pour une fois. »

Le chevalier : « D’accord. Max, Léo, je vous présente l’orthétrum réticulé. En scientifique il se nomme Orthetrum cancellatum et c’est un Libellulidé. Un mâle mature. »

Max : « Bonjour orthétrum réticulé. Nous sommes ravis de faire ta connaissance. »

Léo : « On te connaissait pas encore 🙂 »

Max : « Tu peux de nouveau t’envoler si tu veux. »

Léo : « Le chevalier t’a fotoé 🙂 »

Max : « Au revoir orthétrum réticulé 🙂 »

Léo : « Il y a des demoiselles ! »

104-2 04 Naïade au corps vert 104-2 05 Naïade au corps vert

Max : « Bonjour mesdemoiselles 🙂 »

Léo : « Il faudrait dire des Zygoptères. On est naturalistes quand même. »

Max : « La femelle est en train de pondre dans l’eau. Et le mâle la surveille en la tenant par ses … Bonome, comment on appelle les espèces de pinces que le mâle a au bout de son abdomen et qui lui servent à tenir la femelle ? Je me souviens plus. »

Le chevalier : « Des cercoïdes. »

Léo : « Il parle couramment le scientifique aussi 🙂 »

Max : « 🙂 Le mâle a les yeux rouges… Son abdomen est bleu… Ça me dit quelque chose… On les connaît déjà ces demoiselles. »

Léo : « Ces Zygoptères Maxou ! »

Max : « Oui oui… Les bandes anté-humérales vertes sont complètes… ÇA M’ÉNERVE ! JE ME SOUVIENS PLUS DU NOM ! »

Léo : « Tiens, Max s’énerve 🙂 Calme-toi mon cousin 🙂 »

Max : « Grrr !!! »

Léo : « La naïade au corps vert… Erythromma… »

Le chevalier : « Erythromma viridulum… »

Max : « Oui ! C’est ça ! Erythromma viridulum ! »

Léo : « Vous en voyez d’autres ? »

Max : « Ben non. L’orthétrum réticulé continue de patrouiller au-dessus de l’eau… Bonomou, tu veux bien fotoer mon amie la menthe s’il te plaît ? Et je peux en prendre un morceau et le mettre dans mon sacado ? »

Le chevalier : « Oui et oui 🙂 »

104-2 06 Mon amie la menthe 104-2 07 Mon amie la menthe

Max : « J’aime beaucoup la menthe moi. Ça sent bon 🙂 Et le chocolat à la menthe… Huuummm 🙂 Qu’est ce que c’est bon ! »

Léo : « Maxou mange ses amis 🙂 Tu imagines le chevalier en train de dévorer Brindille 🙂 »

Max : « C’est pas pareil ! Quand on coupe un morceau de menthe, il repousse. Brindille, elle repousserait pas. T’es bête toi ! Bon, on peut retourner du bon côté de la barrière maintenant. Parce que je vous rappelle que nous sommes dans l’illégalité la plus totale en étant ici. Et je veux pas aller en prison moi. Il y a pas des zoisos en prison. »

Le chevalier : « D’accord Maxou. »

Léo : « C’est quoi ce bruit ? »

Max : « L’envol du cygne ! Fotoe bonome ! »

Le chevalier : « Voilà ! »

104-2 08 Des cygnes en vol

Max : « J’aimerais bien faire du cygne… On est tellement petits qu’ils nous sentiraient même pas et on pourrait parcourir le Pays des zoisos en volant… »

Léo : « Je voudrais pas être le cygne qui porte le chevalier 🙂 »

Max : « Nos cygnes s’envoleraient avec grâce et élégance et celui de bonome essayerait vainement de courir. Il tomberait à chaque pas et deviendrait tout rouge 🙂 »

Léo : « Le pauvre 🙂 »

Le chevalier : « En fait, je préfère quand vous vous chamaillez. Parce que, lorsque vous êtes complices, c’est toujours à mes dépens… »

Max : « Qui aime bien châtie bien 🙂 »

Léo : « Et on t’aime vraiment beaucoup 🙂 »

Le chevalier : « J’ai dû rater quelque chose dans votre éducation… »

Max : « Non, je trouve pas. »

Léo : « Nous sommes plutôt bien réussis 🙂 »

Max : « La perfection est notre seul défaut 🙂 Enfin, surtout moi… »

Le chevalier : « Pfff… Taisez-vous un peu et pochez-vous. J’aperçois… Cela m’intrigue… »

Max : « Qu’est ce que tu as vu ? »

Le chevalier : « Êtes-vous installés ? »

Léo : « Oui. »

Le chevalier : « Avançons doucement… »

Max : « Il fait le bonome furtif… »

Léo : « Tu as vu quelque chose toi ? »

Max : « Ben non. Mais j’ai pas ses superzieux… »

Le chevalier : « Rhoooo ! Ils sont loin. Quel dommage ! Il faut que vous voyiez ça ! Je zoome et je vous montre ! »

104-2 09 Des tadornes de Belon 104-2 10 Des tadornes de Belon

Max : « Rholala ! »

Léo : « La chance ! »

Max : « Des bébés tadornes ! »

Léo : « Ils sont mignons ! »

Le chevalier : « Alors ça, c’est une belle surprise ! »

Max : « Tu es surpris ? »

Le chevalier : « Oui ! Je ne savais pas que les tadornes de Belon nichaient ici. »

Max : « C’est le Royaume des Tadornes pourtant. C’est toi qui nous l’as dit. »

Léo : « Des bébés tadornes… La chance ! »

Max : « Tu peux nous parler des tadornes bonome. »

Le chevalier : « Je crois que vous savez déjà tout. Ce sont des Anatidés Tadorninés. »

Max : « Famille des Anatidés, sous-famille des Tadorninés. Oui, ça on sait. Quoi d’autre ? »

Le chevalier : « La population de tadornes de Belon en Charentmaritimie est d’environ 25 000 individus. »

Max : « Ah oui, quand même ! »

Le chevalier : « Il y a environ 800 couples nicheurs dans le département. Les tadornes pondent dans les terriers de lapin 🙂 Parfois sous les ronces. »

Max : « Les femelles pondent dans des terriers de lapin ? Ils arrivent à rentrer dans ces terriers ? »

Le chevalier : « Puisqu’ils y pondent 🙂 Dès l’éclosion, les parents guident les petits vers le point d’eau le plus proche. »

Max : « Ils quittent le nid-terrier tout de suite. On dit qu’ils sont nidifuges. »

Le chevalier : « Exact. Les petits sont élevés tous ensemble. »

Max : « Comment ça ? »

Le chevalier : « Je n’ai pas été clair. Les petits de tous les couples sont élevés collectivement. Ils forment un grand troupeau 🙂 »

Max : « On dit pas un troupeau pour les zoisos. »

Léo : « Et il peut y avoir beaucoup de petits ? »

Le chevalier : « De plusieurs dizaines à plusieurs centaines. »

Léo : « Rholala ! Tout ça de poussins ! »

Max : « Là, il y a qu’une seule famille. Et un seul parent. »

Le chevalier : « J’ai aperçu un adulte tout à l’heure. Il nous surveillait. Ce devait être l’autre parent. Normalement, d’après ce que j’ai lu, les adultes partent vers l’Allemagne l’été. Ils y vont pour muer. »

Léo : « Muer, c’est changer de plumes. »

Max : « Et les petits ? »

Le chevalier : « Ils restent ici. »

Max : « Les parents abandonnent leurs petits ? Ça va pas du tout ça ! »

Le chevalier : « C’est comme ça chez les tadornes Maxou. Et puis, les petits sont devenus des juvéniles et ils sont autonomes quand leurs parents partent. Ils restent généralement en groupe. »

Max : « C’est pour ça qu’on voit surtout des juvéniles en hiver ! Je comprends mieux ! Les parents sont partis tout là-bas. »

Léo : « Des bébés tadornes… »

Le chevalier : « Alors ? Est-ce que ça ne valait pas la peine de s’égarer momentanément en chemin ? »

Max : « Ben si. Merci bonome 🙂 »

Léo : « On se moquera plus de toi. »

Max : « Tu es un grand chevalier bonome. »

Léo : « Tu nous trouves toujours des beaux endroits et de beaux zoisos 🙂 On a vraiment beaucoup de chance d’être tes petizours. »

Le chevalier : « Et j’ai beaucoup de chance de vous avoir 🙂 Et si un jour j’ai besoin d’un porte-clés… »

Max : « Il faudra que tu t’en trouves un ! ON EST PLUS PORTE-CLÉS NOUS ! »

Léo : « Max, je crois qu’il nous taquinait 🙂 »

Max : « Mouai… On fait quoi maintenant ? »

Le chevalier : « J’ai repéré un autre endroit sur la carte… Mais je ne suis pas sûr de l’itinéraire… »

Max : « Pas grave ! On y va ! »

Léo : « On peut pocher pour retourner à notre monture ? Je suis un peu fatigué moi. »

Le chevalier : « Grimpez et installez-vous. Et profitez en pour faire une petite sieste. »

Max : « Pas tout de suite bonome, pas tout de suite… »

Léo : « Pourquoi pas ? »

Max : « Regarde Léonou 🙂 »

104-2 11 Des hérons gardes-boeufs 104-2 12 Des hérons gardes-boeufs

Léo : « Des hérons garde-bœufs ! Et ils gardent des bœufs ! »

Max : « Il faudra le dire à Princesse. Ils font des progrès les garde-bœufs. Ils gardent plus du rien du tout ou des moutons. »

Léo : « Tu auras peut-être pas besoin de leur faire une formation. »

Max : « Ça m’arrangerait bien parce que je suis déjà débordé moi. Pfff… Bon, tout va bien dans ce petit Royaume des Tadornes. On peut pocher et siester maintenant. A tout à l’heure bonome. Et te perds pas cette fois 🙂 »

Un peu plus tard, ailleurs dans le Marais …

Le chevalier : « Max, Léo… Réveillez-vous… »

Max : « On dormait même pas. »

Léo : « On se reposait les yeux 🙂 »

Max : « On fermait les paupières pour que la beauté qu’on a dans les yeux parte pas 🙂 »

Le chevalier : « Quelle mauvaise foi ! »

Max : « Tu dis des erreurs bonome. On dit un foie et donc quel mauvais foie. Mais je vois pas ce que notre foie vient faire la dedans 🙂 »

Le chevalier : « Bon, vous m’avez l’air bien réveillés 🙂 Regardez un peu… »

104-2 13 De belles vaches 104-2 14 De belles vaches

Max : « Ce sont de très belles vaches bonome. Mais les vaches sont pas des zoisos. Il va falloir que tu révises un peu. Un zoiso ça a des ailes et ça marche sur les pattes arrières. La vache a pas des ailes et elle marche à quatre pattes. Et c’est pas pareil. En plus, tu m’as déjà expliqué la vache. »

Léo : « Nous, on veut voir des zoisos. »

Le chevalier : « Alors tournez légèrement la tête vers la gauche… »

Léo : « Rhoooo ! »

104-2 15 Des ibis sacrés

104-2 16 Un ibis sacré 104-2 17 Un ibis sacré

Max : « Encore des ibis sacrés du Nil ! En Charentmaritimie ! »

Léo : « Threskiornis aethiopicus, Threskiornithidés. La chance ! »

Max : « On sait déjà que c’est une espèce férale parce que des individus se sont échappés des cirques et se sont reproduits. Tu peux nous en dire plus ? »

Le chevalier : « J’ai lu récemment qu’ils s’étaient échappés d’un parc zoologique situé dans le Morbihan… Mais passons. Le premier ibis sacré de Charentmaritimie a été observé sur l’île de Ré le 31 octobre 1983. Mais la population n’est devenue régulière dans le département qu’au cours des années 1990. On a pu compter jusqu’à 350 individus. Il y a quelques années douze couples se sont reproduits et ont élevé des jeunes dans le marais de la Charmante Petite Ville. Toutefois, il faut éviter que la population ne s’accroisse trop car ils peuvent détruire les œufs des oiseaux locaux. »

Max : « Ils vont pas être éradiqués quand même ? »

Le chevalier : « Non Maxou. Mais un programme de limitation des populations est en cours. »

Léo : « Ils nichent comment les ibis sacrés ? »

Le chevalier : « Souvent dans les héronnières. Je crois que les nids des hérons et ceux des ibis se ressemblent. »

Max : « Tu parles des hérons arboricoles je suppose. »

Le chevalier : « Tu supposes bien 🙂 »

Max : « Et je suppose que les œufs qu’ils détruisent sont ceux des hérons. »

Le chevalier : « Oui. »

Max : « Alors il faut pas que les ibis sacrés se développent trop parce que sinon ils vont embêter les hérons et moi je veux pas qu’on embête les hérons ! Sinon, je fais un rapport à Princesse et ça va pas se passer comme ça ! »

Le chevalier : « D’accord Maxou 🙂 J’ai faim moi. Allons nous installer quelque part que je mange quelque chose. »

Max : « Tu pourras nous donner mon beau livre de zoisos s’il te plaît. »

Le chevalier : « Bien sûr petitours. Tenez. »

Léo : « Maxou, tu veux bien montrer ce que dit ton beau livre sur les ibis sacrés ? »

Max : « Je veux bien 🙂 … Alors… »

104-2 18 Les petizours 104-2 19 Les petizours

Léo : « Il donne pas beaucoup d’informations. Bonome nous en a dit plus. »

Max : « Il est fort quand même notre bonome. Il connaît des tas de choses et il est toujours d’accord pour nous expliquer. On devrait peut-être arrêter de le taquiner… »

Léo : « On pourrait… Mais je sais qu’il aime bien 🙂 On s’amuse bien et il sait qu’on dit rien méchamment. »

Max : « Tu crois ? »

Léo : « Mais oui 🙂 »

Max : « On s’ennuierait si on le taquinait plus. »

Léo : « On se chamaillerait tous les deux. Et tu sais, lui aussi nous taquine parfois. Comme tout à l’heure, quand il disait qu’il était content de nous avoir au cas où il aurait besoin d’un porte-clés 🙂 »

Max : « On peut même plus être porte-clés ! Il a coupé nos fils rouges 🙂 »

Le chevalier : « Vous papotez tous les deux ? »

Max : « Oui, nous devisions 🙂 »

Le chevalier : « Puis-je me joindre à vous ? »

Max : « Tu peux 🙂 Mais tu peux surtout nous prendre sur tes genoux et nous gratouiller 🙂 »

Le chevalier : « Je pourrais vous chatouiller 🙂 Venez là tous les deux. »

Max : « Dis bonome, on fait quoi maintenant ? »

Le chevalier : « Je ne sais pas encore… »

Léo : « Moi oui ! Il y a des zoisos là-bas. Alors on va voir qui c’est ! »

Max : « D’accord ! En avant ! »

Léo : « Ils sont loin… »

Max : « Il va falloir utiliser le gros zoom… Bonome va encore ronchonner parce qu’il fait pas de belles fotos. »

Léo : « On s’en fiche nous. Du moment qu’on peut identifier le zoiso… »

104-2 20 Des zoisos 104-2 21 Des zoisos

Max : « Alors… Commençons par le foto de gauche. Au tout premier plan il y a un vanneau huppé, Vanellus vanellus, Charadriidés. »

Léo : « Et des chevaliers. On dirait des gambettes, Tringa totanus, Scolopacidés. »

Max : « Un tadorne de Belon, qui nous tourne le dos. Tadorna tadorna, Anatidés. »

Léo : « Des échasses blanches, Himantopus himantopus, Récurvirostridés. Dites, vous connaissez la blague de Brindille ? »

Max : « Quelle blague ? »

Léo : « Pourquoi ils mentent aux puces les échasses blanches ? »

Max : « Pfff… Les blagues de Brindille sont pires pas drôles que celles de bonome… Et c’est pas peu dire ! »

Léo : « C’est rigolo ! »

Max : « Si tu veux Léo, si tu veux… On peut revenir aux zoisos ? »

Léo : « Oui 🙂 Il y a aussi deux barges. »

Max : « Tu arrives à voir si ce sont des barges rousses ou des barges à queue noire ? »

Léo : « Mmmmm… Qu’est ce que tu en penses toi ? »

Max : « Le bec a l’air très long et sa base est orange. Barge à queue noire ? »

Léo : « Les plumes sous la queue ont l’air blanches… Oui, barge à queue noire. »

Max : « Sur la foto de droite on retrouve les barges à queue noire, les échasses qui mentent aux puces et il y a des mouettes qui rigolent. »

Léo : « Et là, il y a des tas d’échasses qui mentent aux puces 🙂 »

104-2 22 Des zoisos

Max : « C’est même pas un tas ! Tu imagines un tas de zoisos 🙂 »

Léo : « 🙂 Les pauvres ! Ceux du dessous seraient tout crabouillés ! »

Max : « Bonomou, il est tôt encore. On a bien inspecté le Marais… On va quand même pas rentrer à cette heure ci. »

Le chevalier : « Tu pourrais en profiter pour graver ton blog. »

Max : « Mais toi tu as rien à faire. Tu risquerais de t’ennuyer et je veux pas que tu t’ennuies. Où on pourrait aller ? »

Le chevalier : « Je ne sais pas Maxou. »

Léo : « Pour rentrer, on va prendre le même chemin que ce matin ? »

Le chevalier : « Oui, mais dans l’autre sens 🙂 »

Léo : « Alors on va passer pas loin du Royaume des Chevaliers 🙂 »

Max : « Léo a raison ! On pourrait y passer ! »

Le chevalier : « Vous voulez retourner au Royaume des Chevaliers ? Ce sera la troisième fois depuis que nous sommes arrivés en Charentmaritimie ! »

Max : « C’est un Royaume très important bonome ! Il faut être sûr que tout s’y passe bien et une troisième inspection ne sera pas de trop ! »

Le chevalier : « Si vous voulez 🙂 »

Continuer la promenade

Une réflexion sur « 104-2 Le Royaume des Tadornes et Ailleurs dans le Marais »

  1. Bonjour Max et Léo !
    Je suis un petitours moi aussi. J’habite chez Brindille et je lis vos aventures passionnantes 🙂 Max tu es trop fort ! Graver ton blog sans doigts, rholala ! Moi non plus je n’ai pas de doigts 🙁
    Je n’ai pas de sacado non plus et suis pas naturaliste comme vous, mais j’aime bien fotoer les zoisos dans le jardin de Brindille 🙂 Aujourd’hui, j’ai vu une perruche picorer les cacahouètes, une mésange prendre son bain et des pies apporter plein de brindilles pour faire un nid en haut du grand arbre ! Attention, pas des morceaux de Brindille 🙂 des vraies brindilles en bois 🙂
    J’espère qu’on fera connaissance un jour ! 🙂
    Je vous serre la patte amicalement 🙂
    Arthur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.