97 – Les sternes du Grand Étang

Un autre jour dans la cabane du chevalier…

Max, renfrogné, est assis dans le fauteuil du chevalier…

Léo : « Qu’est ce que tu fais Maxou ? »

Max : « Rien… »

Léo : « Tu fais rien ? »

Max : « Non, rien du tout… »

Léo : « Viens, on va graver l’article sur les Sternes du Grand Étang. »

Max : « Pas envie… »

Léo : « Allez, viens ! »

Max : « J’ai pas envie de travailler. J’ai envie de rien… »

Léo : « Mais si, allez ! »

Max : « Pas envie… »

Léo : « On va demander à bonome de nous aider. »

Max : « Mmmmm… »

Léo : « On s’installera sur ses genoux. Et tu sais comment il est avec ses petizours 🙂 »

Max : « Mouai… »

Léo : « Il va nous câliner, nous gratouiller… Il va dire des bêtises pour nous faire rigoler 🙂 Et puis on le chatouillera. On pourrait même faire la bagarre tous les trois 🙂 »

Max : « Pas envie de le lui demander… »

Léo : « Je peux le faire moi si tu veux. »

Max : « Je serais curieux de voir ça… »

Léo : « D’accord 🙂 BOOONOOOOME ! AMÈNE-TOI EN VITESSE ! ON A BESOIN DE TOI ! »

Max : « Mouai, pas mal… »

Léo : « ET DÉPÊCHE TOI SINON ON TE COUPE LES OREILLES EN POINTE ! »

Max : « Déjà fait… »

Léo : « Quoi ‘déjà fait’ ? »

Max : « Ses oreilles… Elles sont déjà coupées en pointe. Mais c’est bien essayé. J’apprécie les efforts 🙂 »

Le chevalier : « Un petitours m’a appelé ? Ça ressemblait au style de Max mais avec la voix de Léo 🙂 »

Léo : « TU EN AS MIS DU TEMPS ! »

Le chevalier : « Tiens, aujourd’hui c’est Léo qui me crie dessus 🙂 »

Léo : « Ouiiii 🙂 Max en avait pas envie 🙂 »

Le chevalier : « D’accord 🙂 Et que puis-je pour vous ? »

Léo : « On voudrait que tu nous aides à graver l’article sur les sternes du Grand Étang. S’il te plaît. »

Le chevalier : « Vous me criez dessus et ensuite vous dites s’il te plaît 🙂 Vous êtes étranges tous les deux. »

Max : « Hé ! Ho ! J’ai pas crié moi ! Et je te rappelle que toi, tu repousses l’étrange aux limites du bizarre, alors ça suffit ! »

Le chevalier : « Mon Léo, notre Maxou serait-il ronchon ? »

Léo : « Il est, apparemment, de très méchante humeur 🙂 »

Le chevalier : « C’est bien ce qu’il me semble en entendant son ton »

Léo : « Souhaitons donc qu’il ne le soit plus dans une heure. »

Max : «  Allez-vous donc tous deux, pendant longtemps encore, m’agacer les tympans avec vos vilains vers ! »

Léo : « C’est par un grand hasard mon cousin, que nous fîmes terminer chaque phrase par ces odieuses rimes. »

Max : « Et bien si vous cessiez je vous en saurais gré… »

Léo : « Et alors pour te plaire nous cessons de le faire 🙂 »

Max : « Pourrions-nous s’il vous plaît commencer à graver ? »

Léo : « Mais pour pouvoir graver mon cousin, il nous faut avoir choisi d’abord, il me semble, les fotos ! »

Max : « Et parmi des centaines nous devons faire le tri ! Et pour pouvoir finir, commençons je vous prie. »

Quelques minutes plus tard…

Léo : « Voilà le choix est fait et nous pouvons graver ! »

Max : « C’est de la vie des sternes dont nous allons parler. Mais par quel aspect allons nous commencer ? »

Léo : « De la reproduction cela me semble clair ! »

Max : « Et c’est l’introduction qu’il va nous falloir faire ! Bonome, ô mon bonome, pourrais-tu nous aider et de tes connaissances vas-tu nous éclairer ? »

Le chevalier : « C’est dans ce but là que vous avez crié et qu’on vous entendit de toute la forêt 🙂 Pardonnez-moi amis si je vous contrarie, mais des sternes jolies, nous ne dirons la vie. Seule la reproduction sera abordée et ce sera, je crois, un très bel exposé. »

Max : « Il est vrai chevalier, que nous vîmes seulement divers événements proches de l’accouplement. »

Léo : « Commençons tout d’abord par une scène que j’adore ! Quand le mâle s’approche et qu’on sort de ta poche ! »

Max : « Mon cousin, doucement ! Il me semble qu’avant, chacun des partenaires va sa toilette faire ! Nous avons de fotos bien plus qu’il nous en faut ! »

Léo : « Mettons-en mais pas trop : illustrons nos propos. »

97-01-la-toilette-1 97-02-la-toilette-1
97-03-la-toilette-1 97-04-la-toilette-1
97-05-la-toilette-1 97-06-la-toilette-1

Max : « Mon Léo, il suffit, c’est assez bien ainsi. Nous pouvons remercier notre bon chevalier pour la qualité de tous ces beaux clichés. »

Léo : « C’est après seulement que le mâle s’approche de la femelle choisie qui n’est pas vraiment moche. »

Max : « Elle est très belle Léo, comme tous les zoisos ! »

97-07-il-lui-tourne-autour 97-08-il-lui-tourne-autour
97-09-il-lui-tourne-autour 97-10-il-lui-tourne-autour
97-11-il-lui-tourne-autour 97-12-il-lui-tourne-autour
97-13-il-lui-tourne-autour 97-14-il-lui-tourne-autour

Léo : « Le mâle est rigolo ! Il tourne autour du pot 🙂 »

Max : « Mais quel pot vois-tu là ? C’est la femelle ! Bêta ! »

Léo : « Chevalier entends-tu ? Max me crie dessus ! »

Le chevalier : « C’est bien que son humeur soit devenue meilleure 🙂 »

Léo : « Tu es trop indulgent avec ce petit gens ! Ce n’est pas bien méchant mais c’est très agaçant de se faire houspiller par ce petit benêt ! »

Le chevalier : « Tu connais Max, Léo, et sais que ses propos, s’ils sont fort peu plaisants, ne volent pas vraiment haut 🙂 Cessez donc vos querelles. »

Max : « C’est vraiment trop injuste ! Ventrediou ! Macarel ! Qu’ai-je bien dit au juste ? Que tu étais béta ? Mais c’est bien ton état ! »

Le chevalier : « Mes petizours à moi, cessez vos pugilats ! Venez tous deux ici, et restez donc assis. Je peux vous câliner mais si vous vous calmez ! »

Max : « On est sages ! »

Léo : « Bien assis ! »

Max : « A notre âge… »

Léo : « Tout petits… »

Max : « On se comporte ainsi ! »

Le chevalier : « Puisque vous êtes calmés, je peux vous câliner 🙂 »

Max : « Comme j’aime ces moments où, merveilleusement, tu nous grattes le front avec nos ronrons 🙂 »

Le chevalier : « 🙂 Et si nous revenions à nos observations ? »

Léo : « Car nous n’avançons guère dans notre rédaction ! »

Max : « Où en étions-nous donc ? Monsieur s’était lavé et de sa belle dame, il se rapprochait. Sur ses petites pattes, les ailes écartées, tout autour de sa belle, il se mit à tourner. »

Léo : « La poitrine gonflée, la tête bien tendue, tout son corps exposé, il était bien en vue. »

Max : « ‘Regarde ma jolie, comme je suis bien bâti ! Peut-être pourrions-nous au prochain rendez-vous nous connaître un peu mieux et faire de jolis œufs !’ »

Léo : « Mais chez ces beaux zoisos, être très bien bâti n’est jamais suffisant pour aller jusqu’au nid ! A l’art de parler, le mâle doit s’exercer . »

Max : « Avec quelques fotos, nous pouvons le montrer ! »

97-15-ils-papotent 97-16-ils-papotent
97-17-ils-papotent 97-18-ils-papotent
97-19-ils-papotent 97-20-ils-papotent
97-21-ils-papotent 97-22-ils-papotent

Léo : « Ces étapes franchies monsieur peut continuer par sa belle dame d’essayer d’être aimé ! »

Max : « Pour cela il lui faut pêcher un beau poisson car chez ces beaux zoisos, telle est la séduction ! »

97-23-un-poisson 97-24-un-poisson
97-25-un-poisson 97-26-un-poisson
97-27-un-poisson 97-28-un-poisson
97-29-un-poisson 97-30-un-poisson
97-31-un-poisson 97-32-un-poisson
97-33-un-poisson 97-34-un-poisson

Léo : « Un poisson dans le bec il revient vers sa belle. »

Max : « Ce modeste présent sera-t-il suffisant ? »

Léo : « Déçue par le cadeau le délaissera-t-elle ? »

Max : « Tout cela pour lui doit être bien angoissant ! »

Léo : « Si le cadeau lui plaît, elle le prend dans son bec et se met à voler. »

Max : « Et le mâle aussi sec se met à l’imiter. »

Léo : « Et c’est alors en l’air un superbe ballet ! »

97-35-un-poisson 97-36-un-poisson
97-37-un-poisson 97-38-ils-senvolent
97-39-ils-senvolent 97-40-ils-senvolent

Max : « Après avoir ensemble parcouru tout l’étang, sur ses capacités la belle est rassurée. Et la voilà nourrie et prête à se donner. »

Léo : « A la place du mâle je dirais : il est temps ! »

Max : « 🙂 Les amoureux alors peuvent aller s’isoler, sur le gros tronc là-bas, pour enfin s’accoupler. »

Léo : « Comme déjà chez les mouettes nous l’avons observé, le mâle sur la femelle va aller s’installer. Pauvre madame sterne, son amant sur le dos ! »

Max : « Que veux-tu mon cousin ! C’est comme ça mon Léo ! »

97-41-laccouplement 97-42-laccouplement

Léo : « Un jeu d’équilibriste doit alors commencer : cloaque contre cloaque ils doivent se frotter pour que la mâle semence puisse être déposée et qu’au moins un ovule soit enfin fécondé. »

97-43-laccouplement 97-44-laccouplement
97-45-laccouplement 97-46-laccouplement
97-47-laccouplement 97-48-laccouplement

Léo : « Sais-tu grand chevalier, combien d’œufs par couvée la sterne en son nid, va-t-elle déposer ? »

Le chevalier : « Deux ou trois œufs, Léo, sont chaque fois pondus et par les deux parents seront bien défendus. Puis pendant vingt deux à vingt six journées, par les deux parents ils seront tout couvés. »

Max : « Nous en sommes pas encore arrivés à couver. Nos zoisos sont toujours en train de s’accoupler. »

97-49-laccouplement 97-50-laccouplement
97-51-laccouplement 97-52-laccouplement
97-53-laccouplement 97-54-laccouplement

Max : « L’abondance de fotos pourrait nous faire penser que l’accouplement est d’une longue durée. »

Léo : « Maxou tu as raison : ce n’est qu’une illusion ! Quelques secondes à peine ! Précision très utile ! »

Le chevalier : « Cette durée s’explique, car en cette position, nos beaux oiseaux s’exposent et sont des proies faciles. »

Max : « Voilà, c’est terminé ! »

Léo : « Que se passe-t-il ensuite ? »

Max : « Il nous faut observer. »

Léo : « Vont-ils prendre la fuite ? »

Max : « Non mon cousin, regarde ! La femelle s’ébroue ! »

97-55-laccouplement 97-56-laccouplement
97-57-laccouplement 97-58-laccouplement

Léo : « Puis le mâle l’imite ! »

97-59-laccouplement 97-60-laccouplement

Max : « Voilà cette fois, c’est tout ! »

Léo : « Non non non ! Regardez ! Après s’être accouplés, ils retournent se laver ! »

Max : « Il faut tout fotoer ! »

97-61-toilette-post-nuptiale 97-62-toilette-post-nuptiale
97-63-toilette-post-nuptiale 97-64-toilette-post-nuptiale
97-65-toilette-post-nuptiale 97-66-toilette-post-nuptiale
97-67-toilette-post-nuptiale 97-68-toilette-post-nuptiale
97-69-toilette-post-nuptiale 97-70-toilette-post-nuptiale

Le chevalier : « Les fotos sont nombreuses. N’allez vous pas lasser ? »

Max : « Quand on voit la beauté il y en a jamais trop 🙂 »

Léo : « Surtout quand, comme là, elle s’envole de l’eau ! »

97-71-toilette-post-nuptiale 97-72-toilette-post-nuptiale
97-73-toilette-post-nuptiale 97-74-toilette-post-nuptiale
97-75-toilette-post-nuptiale 97-76-toilette-post-nuptiale

Max : « J’espère que les deux ne vont pas s’en aller ! »

Léo : « La première, sur la berge, est allée se poser et l’autre continue à se débarbouiller. »

97-77-toilette-post-nuptiale 97-78-toilette-post-nuptiale 97-79-toilette-post-nuptiale

Max : « Oui 🙂 Les zanimos ça fait beaucoup sa toilette ! »

Léo : « Tu pouvais t’en passer ! Tu es vraiment trop bête ! »

Max : « Léo m’insulte ! Bonome, vas-tu le laisser faire ? »

Le chevalier : « Que veux-tu que je fasse ? Dois-je le faire taire ? Le réduire au silence ? »

Léo : « Quelle horrible sentence ! »

Le chevalier : « Petit Léo muet, tu pourrais t’ennuyer et puis c’est votre style, comme deux juvéniles, de vous chamailler à longueur de journée 🙂 »

Max : « Oui bonome 🙂 Et puis je l’aime beaucoup mon cousin 🙂 »

Le chevalier : « En signe de pardon, faites-vous un câlin ! »

Max : « Oulala ! Regardez un peu ça ! »

97-80-toilette-post-nuptiale 97-81-toilette-post-nuptiale
97-82-toilette-post-nuptiale 97-83-toilette-post-nuptiale
97-84-toilette-post-nuptiale 97-85-toilette-post-nuptiale

Léo : « Rhooo ! C’est bôôôô ! »

Max : « Elle s’est envolée et a ploufé dans l’eau ! »

Léo : « Elle me fait penser à d’autres Laridés ! »

Max : « Comme les goélands ? »

Léo : « Et oui ! Exactement ! »

Max : « Mais là nous voyons bien. Nous pouvons confirmer que son comportement sert bien à se laver ! »

Léo : « Pouvons-nous transposer ? »

Le chevalier : « Nous pouvons l’affirmer ! »

Max : « Nous avons progressé : plus besoin d’hypothèse ! »

Léo : « Et donc nous ne dirons plus jamais de fadaises ! »

Max : « Voilà l’accouplement maintenant terminé. »

Léo : « Il y a quand même une scène que je n’peux m’expliquer 🙁 »

Max : « Laquelle mon Léo ? Veux-tu nous en parler ? »

Léo : « Quand un seul des zoisos avait un beau poisson. Il était entouré par trois compagnons. »

97-86-derniere-scene 97-87-derniere-scene
97-88-derniere-scene 97-89-derniere-scene
97-90-derniere-scene 97-91-derniere-scene
97-92-derniere-scene 97-93-derniere-scene
97-94-derniere-scene 97-95-derniere-scene
97-96-derniere-scene 97-97-derniere-scene

Max : « Peut-être qu’il hésitait entre deux demoiselles ? Et qu’un mâle jaloux s’incrustait à coup d’ailes. »

Léo : « Mon bon chevalier, peux-tu nous éclairer ? »

Le chevalier : « Mes petizours à moi je vais vous décevoir et quant à expliquer je n’ai aucun espoir. Cette scène m’a laissé aussi dubitatif. »

Max : « Alors nous resterons tout à fait descriptifs. »

Léo : « Je crois que cette fois, c’est vraiment terminé. Nous avons plus aucun sujet à détailler. »

Max : « Je sens bien dans ta voix une pointe de regrets. »

Léo : « C’est toujours un peu triste d’arrêter de graver. Une page d’histoire va maintenant se tourner. Aurais-tu l’obligeance de faire la conclusion ? Même si je sais déjà ce que tu vas nous dire 🙂 »

Max : « Que pourrais-je ajouter à notre rédaction ? »

Léo : « Vas-tu bientôt conclure ou bien nous faire languir ? »

Max : « 🙂 Je vais pas trop tarder, ni faire le malin. Pour te satisfaire je vais dire mon Léo : nous pouvons affirmer que les sternes pierregarin sont des très beaux zoisos 🙂 »

Voilà Princesse, j’espère que cet article t’a plu. Bonome voulait pas le publier. Il trouve que la versification est pas assez soignée. Mais il ronchonne toujours notre chonchon 🙂 On a l’habitude. Rien n’est jamais assez bien avec lui. Il pourrait mieux faire et tout ça… Mais on s’en fiche. Avec Léo, on a bien rigolé 🙂

Il regrette aussi que nous ayons pas profité des fotos prises juste après l’accouplement pour faire remarquer que le mâle est plus gros que la femelle. C’est le seul dimorphisme chez les sternes. Là, il a un peu raison.

Les sternes du Grand Étang vont bien. On attend maintenant de voir les petits… Mais nous, je te dirai pas comment on va 🙂

Je t’embrasse Princesse.

Merci à Monsieur De La Fontaine pour ses encouragements et à madame De Suez pour ses corrections.

Continuer la promenade

2 réflexions au sujet de « 97 – Les sternes du Grand Étang »

  1. Max, Chevalier, Léo, je vous tire mon chapeau !
    Naturalistes, botanistes, rigolos !
    Tour à tour, pleins d’humour, ronchons ou impatients,
    Cependant vous êtes toujours attendrissants!
    Tant d’infos, vous nous apprenez sur les zoisos !
    Et de très grands poètes vous êtes, bravo 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.