95 – Ben oui… Encore le Grand Étang…

Samedi 7 Mai, An III

Max : « Bonome. »

Le chevalier : « Max. »

Max : « Bonome, Léo et moi on a discuté et on a décidé à l’unanimité qu’il fallait retourner encore au Grand Étang. »

Le chevalier : « A l’unanimité… »

Max : « Oui, à l’unanimité des petizours. Et comme on est en démocratie et qu’on est pour l’adoption des décisions à la majorité des votes exprimés tu n’as pas le choix. Tu dois nous emmener au Grand Étang. »

Le chevalier : « Je n’ai pas le choix ? »

Max : « Ben non. Quelque soit ton vote le Grand Étang reçoit au moins deux voix. C’est, au minimum, 66 % des suffrages. La décision est adoptée. C’est ça la démocratie. Tu n’as pas le choix. »

Le chevalier : « Oui, je vois. Je ne voudrais pas être anti-démocrate. »

Max : « Ben non. »

Le chevalier : « Mais il y a un problème dans ton raisonnement. »

Max : « Ah bon ? Lequel ? »

Le chevalier : « Les juvéniles n’ont pas le droit de vote. »

Max : « On peut pas voter ? »

Le chevalier : « Non. »

Max : « Ah… Tout dépend de toi alors. Tu votes pour quel Royaume ? »

Le chevalier : « Maxou, mon petitours… »

Max : « Ouiiii 🙂 Bonome, mon bonomou… »

Le chevalier : « Pourquoi ne m’as-tu pas simplement demandé de vous emmener au Grand Étang plutôt que faire appel à mon affection pour la démocratie ? »

Max : « Parce que je l’ai déjà fait ! »

Le chevalier : « Et alors ? »

Max : « Ben, il faut bien changer les dialogues de temps en temps, sinon mes lecteurs vont se lasser. »

Le chevalier : « D’accord. »

Max : « Dis donc mon bonome, tu vas nous laisser patienter longtemps avant de nous dire à qui va ton suffrage ? »

Le chevalier : « Le vote n’est pas à bulletin secret ? »

Max : « Euh… J’ai séché les cours d’éducation civique 🙁 »

Le chevalier : « 🙂 Un peu de suspense… C’est bien pour tes lecteurs ! »

Max : « Laisse mes lecteurs en dehors de ça ! BONOME, ON VA OÙ ? Emmène-nous au Grand Étang s’il te plaîtParce qu’il y a des tas de beaux zoisos au Grand Étang… on a des tas de surprises au Grand Étang… Il est très beau le Grand Étang et toi aussi tu l’aimes le Grand Étang»

Le chevalier : « D’accord. »

Max : « D’accord ? »

Le chevalier : « Oui, d’accord. »

Max : « Merci mon bonome 🙂 »

Au Grand Étang…

Max : « Je suis curieux de savoir quel zoiso va nous accueillir… »

Léo : « Les foulques macroules… Fulica atra, Rallidés. »

95-01-foulques-macroules 95-02-foulques-macroules

Max : « Il y a des petits ! C’est quand même pas ceux dont on a vu la conception ?! »

Léo : « Ben non, c’est pas possible, la couvaison dure trois semaines. Ça fait pas trois semaines qu’on les a vus perpétuer l’espèce. »

Max : « Alors il y a plusieurs couples reproducteurs et il va y avoir plein des petits. C’est bien les foulques, vous perpétuez bien. On le dira à Princesse. »

Le chevalier : « Aujourd’hui vous marchez jusqu’à l’autre observatoire. »

Max : « On poche pas ? »

Le chevalier : « Non, vous marchez. »

Max : « D’accord, comme ça on pourra naturaliser en avançant. Parce que toi, tu marches trop vite. On voit rien du tout. Tu viens Léo ? »

Léo : « Oui Maxou, mais si tu cours on verra rien du tout non plus. »

Max : « Il y a un os ! »

Le chevalier : « Il y a un problème ? »

Max : « Non, il y a un os. »

Léo : « Vu ! Viens, on va l’observer. »

95-03-un-os 95-04-un-os

Max : « Bonome, il est à qui cet os ? Parce que c’est pas un os de lapin ça c’est sûr… »

Le chevalier : « Effectivement 🙂 »

Max : « Il est à qui ? »

Le chevalier : « A un vertébré négligent qui laisse traîner ses affaires un peu partout 🙂 »

Max : « C’était une blague ? »

Le chevalier : « ouiiii 🙂 »

Max : « Ah oui… D’accord. Bonome, est-ce que ça te ferait plaisir que nous rigolions ? Parce nous pouvons faire un effort si tu veux. N’est ce pas Léo ? »

Léo : « Oui, en nous concentrant bien et en pensant aux bêtises de Maxou nous devrions pouvoir rigoler… »

Max : « Tu peux répéter ta ‘blague’. On va rigoler cette fois. »

Le chevalier : « C’est gentil à vous 🙂 »

Max : « A ton service mon bonome 🙂 »

Léo : « Mais tu nous as pas dit à qui il est cet os. »

Le chevalier : « Je ne sais pas. »

Max : « Tu sais pas ? »

Le chevalier : « Ben non. »

Léo : « Je peux poser une question quand même ? »

Le chevalier : « Bien sûr mon Léo. »

Léo : « Pourquoi il est creux l’os ? »

Max : « C’est vrai ça ! Tu sais ? »

Le chevalier : « Oui. Enfin… Je vous rappelle qu’une question qui commence par ‘pourquoi’ n’est pas très scientifique. En général c’est qu’elle est mal formulée. Mais passons là dessus. Les os longs, et les os plats, sont généralement creux. La cavité contient la moelle osseuse hématopoïétique. »

Max : « Alors toi ! Tu peux pas faire simple ! Tu es censé nous expliquer et tu compliques tout. C’est quoi la moelle osseuse et mayopoétique ? Ça veux dire quoi mayopoétique ? »

Le chevalier : « Hématopoïétique. »

Max : « D’accord. Et ça veut dire quoi ? »

Le chevalier : « Tu connais le sang ? »

Max : « Léo, tu entends bonome ? Il me demande si je connais le sang ! Mon bonome, si tu me prends pour un béotien c’est le tien qui va gicler ! »

Le chevalier : « Tu me menaces ? »

Max : « Oh mais je rigole ! Oulala ! Pourquoi tu parles du sang ? »

Le chevalier : « Savez-vous de quoi il est constitué ? Ce qu’il contient ? »

Léo : « Il y a beaucoup d’eau un peu salée, des tas de choses compliquées et des cellules. On dit des fois des globules. Des rouges, des blancs… Les rouges transportent les gaz respiratoires : le dioxygène et le dioxyde de carbone… »

Max : « Un seul n à carbone 🙂 »

Léo : « 🙂 Et les blancs nous servent à lutter contre les microbes. »

Max : « Il en connaît des choses mon Léo 🙂 »

Léo : « Oui, un peu. J’ai lu quelque chose sur le sang. Même que la couleur est due à une molécule qui s’appelle l’hémoglobine. »

Le chevalier : « Mon petitours, tu sais tout ce dont j’ai besoin 🙂 »

Max : « Alors tu peux nous expliquer les mayopoétiques. »

Le chevalier : « Hématopoïétique ! Les cellules du sang sont formées dans la moelle. C’est ce que veut dire hématopoïétique : formation du sang. »

Max : « En grékancien je suppose 🙂 »

Le chevalier : « Exact ! »

Max : « Mais si des cellules se forment, c’est qu’il y en a qui meurent ! Elles deviennent quoi ? »

Le chevalier : « J’ai peur de dire des erreurs… »

Max : « Toi ! Dire des erreurs ? Pfff… »

Le chevalier : « Ça m’arrive tu sais. »

Max : « Bon, nous t’écoutons. Tant pis si tu dis des erreurs. »

Le chevalier : « Les globules rouges, appelés hématies, sont formés dans la moelle osseuse. Ils circulent dans le sang pendant 120 jours je crois. »

Max : « Et ils transportent les gaz respiratoires. Des poumons aux organes ils transportent le dioxygène et dans les organes ils échangent le dioxygène contre du dioxyde de carbone qu’ils emmènent jusqu’aux poumons et après on l’expire et les hématies reprennent du dioxygène. »

Le chevalier : « Oui Maxou. »

Max : « Et tu dis qu’au bout de 120 jours ils sont tout usés ? »

Le chevalier : « Je crois que c’est 120 jours. »

Léo : « Et comment ils sont détruits ? »

Le chevalier : « Dans le foie. Le fer que l’hémoglobine contient est récupéré et elle est transformée en bilirubine. Cette molécule est évacuée dans le sang puis excrétée dans les excréments. Si je ne dis pas d’erreur c’est cette molécule qui donne la couleur des excréments. Une couleur un peu pâle peut indiquer un dysfonctionnement du foie. »

Max : « Alors le sang se renouvelle en permanence. »

Le chevalier : « Oui, comme tous les organes. »

Max : « Et les cellules du sang sont formées dans la moelle osseuse je sais pas quoi et c’est pour ça que les os sont creux. »

Le chevalier : « Oui encore mon petitours. Mon Léo, as-tu la réponse que tu voulais ? »

Léo : « Oui. Merci chevalier. »

Max : « Alors on peut avancer. C’était rigolo de tomber sur un os 🙂 »

Léo : « Il y a des belles fleurs bleues là-bas. Tu les connais Maxou ? »

Max : « Allons voir ! … »

95-05-la-botanique 95-06-la-botanique

Max : « Oups, je les ai déjà vues et bonome me les a présentées mais je me souviens plus. Sauf son surnom… Ne m’oubliez pas ! A cause d’un chevalier qui avait ploufé avec son armure et qui avait donné cette fleur à son aimée en lui disant ‘ne m’oubliez pas’. »

Léo : « Tu as pris ta flore Maxou ? »

Max : « Oui. Elle est dans le sacado de bonome. Tu nous la donnes s’il te plaît. On va faire la botanique sur le banc. »

Léo : « Merci chevalier. »

95-07-la-botanique 95-08-la-botanique

Max : « Alors… Tableau général de la page 25… Page 30… »

Léo : « Montre ! … Borraginacées page 77. Vas-y Max, tourne les pages ! »

Max : « Oui ça arrive ! Oulala ! L’impatient ! »

Léo : « Pousse-toi que je vois… Le myosotis ! C’est le myosotis ! »

Max : « Bonome, tu connais le nom en scientifique du myosotis ? »

Le chevalier : « C’est le myosotis des champs, Myosotis arvensis. »

Léo : « C’est une très jolie fleur. »

Le chevalier : « Oui mon petitours. Je l’aime beaucoup moi aussi. »

Max : « On peut la garder puisqu’on l’a coupée pour l’étudier ? »

Le chevalier : « Laisse-la dans ta flore. Elle va s’écraser et tu pourras la garder. »

Max : « Et si on faisait un herbier ? »

Le chevalier : « J’en ai un déjà. »

Max : « Tu nous l’a jamais montré ! Tu en as beaucoup des plantes ? »

Le chevalier : « Je ne sais plus. Je n’en collecte plus. Environ 200 je crois… »

Max : « 200 ! Oulala ! Tu nous montreras. Allez, on avance ! Et cette fois on fait plus des pauses ! »

Le chevalier : « Voulez-vous pocher pour terminer le chemin ? »

Max : « Oui ! »

Léo : « On grimpe ! »

Le chevalier : « Êtes vous bien installés ? »

Max : « Très bien mon bonome. Allez ! File ! Au trot ! »

Le chevalier : « 🙂 »

A l’observatoire…

Léo : « Petit gravelot ! Charadrius dubius, Charadriidés. »

95-09-petit-gravelot 95-10-petit-gravelot

Max : « Tu joues aux zoisos ? »

Léo : « Non, mais je savais pas si tu l’avais vu alors je l’annonce. Il est là-bas, au bord de l’eau. »

Max : « J’espère qu’ils nichent ici. J’aimerais bien voir des petits. »

Le chevalier : « Je ne sais pas si nous les verrons tu sais. Ils doivent être bien cachés. »

Max : « Tu en as déjà vu ? »

Le chevalier : « Jamais. Les petits sont souvent difficiles à observer et je ne pense pas que les petits gravelots nichent ici. Il faudra que je me renseigne… »

Léo : « Chevalier, tu peux fotoer les Laridés s’il te plaît ? »

Le chevalier : « Veux-tu que je te prête un appareil ? »

Léo : « Non, pas aujourd’hui. Et puis je voudrais que tu fotoes les Laridés en vol. Je peux pas moi. Ils bougent tout le temps et je devrais déplacer l’appareil dans tous les sens et il est bien trop lourd pour moi. »

Le chevalier : « D’accord, alors je le fais pour toi mon petitours. »

Léo : « Merci 🙂 Tu nous montreras… »

Le chevalier : « Voilà… »

95-11-des-larides 95-12-des-larides 95-13-des-larides

Léo : « Rhoooo !!! »

Max : « Belles fotos bonome 🙂 »

Léo : « Il y a des jeunes mouettes qui rigolent… Et une sterne pierregarin ! Rholala ! Qu’est ce qu’elles sont belles ! »

Max : « Et là-bas ! Regardez les mouettes qui rigolent qui font sa toilette ! »

95-14-mouettes-qui-rigolent 95-15-mouettes-qui-rigolent
95-16-mouettes-qui-rigolent 95-17-mouettes-qui-rigolent
95-18-mouettes-qui-rigolent 95-19-mouettes-qui-rigolent
95-20-mouettes-qui-rigolent 95-21-mouettes-qui-rigolent

Le chevalier : « Ça fait longtemps que vous n’avez pas précisé que les mouettes qui rigolent sont en réalité des mouettes rieuses… »

Max : « C’est vrai. On dit pas des erreurs, c’est à cause que Léo s’est trompé la première fois et on a bien aimé le nom. C’est pas plus bête, mouette qui rigole que mouette rieuse. Et puis on donne toujours le nom en scientifique : Chroicocephalus ridibundus, Laridés. »

Léo : « Max, tu sais qu’il existe un goéland railleur ? Railler, c’est un peu comme moquer. Et son nom en scientifique c’est Chroicocephalus genei. »

Max : « Chroicocephalus ? Et on dit goéland ? Mais pour la mouette on dit mouette ! »

Le chevalier : « Oui Maxou mais les noms vernaculaires ne sont pas très précis. Et je te rappelle qu’il n’y a pas très longtemps, la mouette rieuse s’appelait Larus ridibundus. »

Max : « Le goéland qui rigole ! »

Léo : « Ils se ressemblent beaucoup les Laridés. Sauf les sternes. Mais c’est peut-être pas des Laridés alors c’est normal. »

Max : « Vous avez vu le zoiso noir ? Je le vois pas bien moi et j’ai pas pris les jumelles. Bonome, tu nous donnes des indices s’il te plaît ? »

95-22-choucas-des-tours 95-23-choucas-des-tours

Le chevalier : « D’accord. Il a les yeux bleus… »

Max : « C’est le Bonomus petunus ! »

Le chevalier : « 😀 Max l’a déjà vu ici… »

Léo : « Je crois savoir… »

Max : « Un autre indice ! »

Le chevalier : « Le cou est plus clair que la face… »

Léo : « Le choucas des tours ! »

Max : « Corvus monedula, Corvidés ! Tu nous as raconté une histoire il y a pas longtemps sur les Corvidés.»

Léo : « Oui, le geai des chênes qui prend des bains de fourmis 🙂 »

Max : « Tu aurais pas une histoire sur le choucas des tours ? »

Le chevalier : « Si 🙂 Lui prend des bains de fumée 🙂 »

Max : « Comment il fait ? »

Le chevalier : « En ville, il va se percher sur les sorties de cheminées. »

Max : « Et ça le débarrasse aussi des parasites ? »

Le chevalier : « Pas de tous mais de quelques uns. Et ça le réchauffe un peu. »

Léo : « Ils sont malins les Corvidés 🙂 »

Max : « Ce sont les plus intelligents des zoisos. Tu sais qu’ils peuvent construire des outils ou avoir des stratégies de l’esprit ? »

Léo : « Oui, j’ai lu ton blog 🙂 Et un article dans un livre de la bibliothèque du chevalier. »

Max : « Ben oui, tu révises tout le temps et tu passes ton temps à lire. »

Léo : « Et je viens t’aider quand tu graves ton blog. »

Max : « Je pourrais le faire tout seul ! »

Léo : « Je sais Maxou. Mais j’aime bien t’aider quand même parce qu’on se chamaille et ça m’amuse. »

Max : « Ben oui, on est des juvéniles 🙂 Bonome, qu’est ce que tu regardes au loin ? »

Le chevalier : « Une surprise 🙂 »

Max : « Encore une surprise ! Tu vois, on a eu raison de revenir encore ! »

Léo : « C’est qui le zoiso ? »

Le chevalier : « Regardez ! »

95-24-nette-rousse-male 95-25-nette-rousse-male

Léo : « Une nette rousse mâle ! Rholala ! La chance ! »

Max : « Oh oui alors ! Il y en a pas beaucoup des nettes rousses par ici ! »

Léo : « Tu peux zoomer plus s’il te plaît ? »

Le chevalier : « Tu sais qu’avec l’autre appareil les fotos ne sont pas très belles. »

Léo : « Fais quand même s’il te plaît. »

Le chevalier : « D’accord mon Léo 🙂 »

95-26-nette-rousse-male 95-27-nette-rousse-male 95-28-nette-rousse-male

Léo : « Rhoooo !!! »

Max : « Bonome, c’est son crâne qui est renflé au sommet de la tête ou c’est juste qu’il est mal peigné ? »

Le chevalier : « Je suppose que ce sont les plumes qui lui donnent cet aspect ébouriffé. »

Léo : « Lui aussi il est en migration ? »

Le chevalier : « Oui, il n’est que de passage. »

Max : « Et on l’a vu ! »

Léo : « On a de la chance quand même ! Voir un mâle nette rousse ! »

Max : « Il est vraiment bien le Grand Étang 🙂 »

Léo : « Oh ! Regardez ! Juste là ! »

95-29-famille-colvert 95-30-famille-colvert 95-31-famille-colvert

Max : « Une famille colvert ! Il y a le papa, la maman et tous les petits ! Oulala, mais il y en a beaucoup ! Bonome, c’est vrai que tu dis des erreurs parfois. Quand je pense que lors de notre première inspection tu m’as dit que les papas colverts s’occupaient pas de leurs petits ! »

Le chevalier : « J’étais certain de l’avoir lu. »

Max : « C’est pas grave mon bonome. Ça te rend plus humain de faire des erreurs. Léo, qu’est ce que tu observes comme ça ? »

Léo : « Le jeune goéland… On dirait qu’il joue avec quelque chose… »

95-32-un-jeune-goeland 95-33-un-jeune-goeland
95-34-un-jeune-goeland 95-35-un-jeune-goeland
95-36-un-jeune-goeland 95-37-un-jeune-goeland
95-38-un-jeune-goeland 95-39-un-jeune-goeland
95-40-un-jeune-goeland 95-41-un-jeune-goeland

Max : « Qu’est ce qu’il a dans son bec ? On dirait qu’il le ploufe et qu’il va le rechercher… Il est bizarre ce jeune goéland. Tu peux expliquer bonome ? »

Le chevalier : « Non. Peut-être joue-t-il… »

Max : « Il pourrait jouer avec ses copains. Il y en a plein des jeunes. »

Léo : « Ou alors c’est du manger. Il le nettoie… »

Le chevalier : « Peut-être… »

Max : « Et lui là-bas ! Il décolle et il ploufe ! »

95-42-un-autre-jeune 95-43-un-autre-jeune

Léo : « On a déjà observé ce comportement. Tu avais fait deux hypothèses chevalier. »

Max : « Oui, je m’en souviens. Soit il pêche, soit il fait sa toilette. Mais on en a déjà vu faire ça plusieurs fois et ils ont jamais avalé quelque chose. Alors soit ce sont de très mauvais pêcheurs, soit ils font sa toilette. »

Le chevalier : « Quand de deux choses l’une c’est souvent une troisième… »

Max : « C’est très beau ce que tu dis mon bonome. C’est de toi ? »

Le chevalier : « Oh non ! Jean Rostand je crois… »

Max : « Rostand ? Comme dans Edmond Rostand a écrit Cyrano de Bergerac ? »

Le chevalier : « Oui Maxou 🙂 Il me semble que Jean Rostand, un grand scientifique, était le fils d’Edmond Rostand et de Rosemonde Gérard, une poétesse. »

Max : « Quelle famille ! Un grand écrivain, une poétesse et un grand scientifique… »

Léo : « Chevalier, au premier plan de ta foto on voit un jeune goéland avec un peu de gris. Ça peut t’aider pour identifier l’espèce ? »

Le chevalier : « Peut-être… Le gris est clair. C’est donc soit un jeune goéland argenté soit un jeune goéland leucophée. »

Max : « Ou peut-être un troisième 🙂 »

Le chevalier : « Je doute fort que nous soyons en présence de goélands cendrés… »

Max : « C’était pour t’embêter 🙂 Tu as dit que tu as déjà observé beaucoup de leucophées mais pas des argentés. Ce serait des jeunes goélands leucophées alors ? »

Le chevalier : « Ont-ils une nette tâche sombre autour de l’œil ? »

Max : « On voit pas bien 🙁 »

Le chevalier : « J’opterais pour des leucophées. Mais sans certitude… »

Max : « Larus michahellis. » 

Léo : « De quelle année ? Tu peux trouver leur âge ? »

Le chevalier : « Quelque soit l’espèce je dirais qu’ils sortent de leur deuxième hiver. »

Max : « C’est compliqué les goélands. Pfff… On demandera au gentil spécialiste en zoisos en Charentmaritimie. »

Le chevalier : « D’accord Maxou. »

Max : « Mais ! Regardez ! Il y en a deux qui se chamaillent ! »

95-44-deux-jeunes 95-45-deux-jeunes 95-46-deux-jeunes

Le chevalier : « J’ai l’impression de voir mes petizours ! »

Max : « On se chamaille pas en volant nous 🙂 »

Léo : « On est pas des zoisos ! »

Max : « Il y a un chevalier guignette qui fait sa toilette. »

Léo : « Actitis hypoleucos, Scolopacidés. »

95-47-la-toilette-du-guignette 95-48-la-toilette-du-guignette
95-49-la-toilette-du-guignette 95-50-la-toilette-du-guignette
95-51-la-toilette-du-guignette 95-52-la-toilette-du-guignette

Max : « Les zanimos ça fait beaucoup sa toilette 🙂 »

Léo : « Vous avez vu les plumes de sa queue ? La bordure est très belle. »

Max : « Blanc ourlé de noir… Bon, on fait quoi maintenant ? »

Léo : « On continue à observer les zoisos Maxou 🙂 »

Max : « Tu vois quelque chose ? »

Léo : « Une tête de bernache qui dépasse. Ah non 🙂 Deux têtes de bernaches qui dépassent 🙂 »

95-53-une-bernache-du-canada 95-54-deux-bernaches-du-canada

Max : « Bernache du Canada, Brenta canadensis, Anséridés. Bonome, c’est vrai qu’il y a un programme national d’éradication des bernache du Canada ? »

Le chevalier : « C’est ce que j’ai lu. »

Max : « Pourquoi ? »

Le chevalier : « Vous savez que les bernaches du Canada ne sont pas originaires d’Europe. »

Max : « Ben oui, elles viennent du Canada. Elles se sont échappées de parcs et sont devenues férales. »

Le chevalier : « C’est vrai Maxou. Mais elles se reproduisent très bien et prennent la place des oies locales. Elles deviennent invasives. »

Max : « Elles prennent trop de place ? Mais on est pas obligé de les éradiquer ! On pourrait juste réduire la population. »

Le chevalier : « On pourrait mais le problème se poserait de nouveau dans quelques années. »

Max : « C’est pas juste ! Elles ont rien fait les bernaches du Canada ! Elles ont pas demandé à venir ! »

Le chevalier : « Max, rassure-toi, elles ne seront pas éradiquées et il en restera toujours. »

Max : « Tu es sûr ? »

Le chevalier : « Quasiment. Il est presque impossible d’éradiquer une espèce. »

Max : « C’est quand même pas gentil. »

Le chevalier : « Pense aux espèces locales Maxou. Elles se font chasser de leur territoire. »

Max : « Oui… C’est compliqué la nature. Mais c’est la faute des zoms ! Ils perturbent tous les équilibres les zoms ! J’aime pas les zoms ! »

Le chevalier : « Et tu te moques de moi parce que ‘jémpaléjens’ 🙂 »

Léo : « LE CYGNE ! »

95-55-cygne-tubercule 95-56-cygne-tubercule

Le chevalier : « Bien vu mon Léo ! »

Max : « Fotoé ? »

Le chevalier : « Fotoé 🙂 »

Max : « Montre 🙂 »

Léo : « Rhoooo ! Quand on pense que ce zoiso peut peser 20 kg ! »

Max : « On voit les impacts de ses pattes. »

Léo : « Au départ il court sur l’eau et après il pousse des deux pattes. »

Max : « Tout ça en battant des ailes. »

Léo : « Et après il vole en faisant du bruit. »

Le chevalier : « Oui, et c’est pour cela que les cygnes ne peuvent s’observer que dans des plans assez grands. »

Max : « Ben oui, sinon ils ont pas la place pour décoller. »

Léo : « Les grands cormorans c’est pareil. »

Max : « Il leur faut des grands étangs. »

Léo : « Oh ! Regardez ! »

Max : « Des mouettes qui rigolent qui font des œufs ! »

Léo : « Rholala ! »

95-57-mouettes-qui-saccouplent 95-58-mouettes-qui-saccouplent
95-59-mouettes-qui-saccouplent 95-60-mouettes-qui-saccouplent

Max : « Et elles font ça en public ! »

Léo : « Devant des enfants ! On voit des juvéniles ! »

Max : « Et la sterne pierregarin les regarde… »

Léo : « Mais non, elle s’en fiche la sterne. Regarde bien, elle se lisse les plumes. »

Max : « Mais la femelle a son mari sur le dos ! »

Léo : « La pôôôvre… »

Max : « Bonome, si elles font des œufs c’est qu’elles nichent ici. C’est une bonne nouvelle ça. »

Le chevalier : « Oui Maxou. Il va y avoir des poussins 🙂 »

Max : « C’est bien qu’elles nichent. Je suis tout content 🙂 »

Léo : « Moi aussi ! Rholala ! C’est qu’elles sont bien ici les mouettes qui rigolent 🙂 »

Max : « MARTIN ! IL Y A MARTIN ! FOTOE-LE BONOME ! LE RATE PAS ! »

95-61-martin 95-62-martin

Léo : « Il est reparti comme il était venu. »

Max : « Il a fait que passer. Zutalor ! »

Léo : « Il est venu nous saluer en passant. »

Max : « Il pouvait pas rester papoter parce qu’il avait des trucs de Martin à faire. »

Léo : « Encore un accouplement ! »

95-63-foulques-qui-saccouplent 95-64-foulques-qui-saccouplent
95-65-foulques-qui-saccouplent 95-66-foulques-qui-saccouplent

Max : « Cette fois ce sont les foulques ! »

Léo : « Elles perpétuent bien leur espèce les foulques. »

Max : « Il va y avoir des tas de petits. »

Léo : « Les petits les plus moches du Pays des Zoisos ! »

Max : « Dis pas ça Léo, je me suis excusé. »

Léo : « Je sais, je te taquine 🙂 »

Max : « Les mouettes qui rigolent s’accouplent encore ! »

95-67-mouettes-qui-saccouplent 95-68-mouettes-qui-saccouplent
95-69-mouettes-qui-saccouplent 95-70-mouettes-qui-saccouplent
95-71-mouettes-qui-saccouplent 95-72-mouettes-qui-saccouplent
95-73-mouettes-qui-saccouplent 95-74-mouettes-qui-saccouplent

Léo : « Vous pensez que c’est le même couple que tout à l’heure ? »

Max : « Ou alors un autre… »

Léo : « Rholala ! Deux couples reproducteurs ! Ça en fait des petits ça 🙂 »

Max : « Bonome, il va falloir qu’on reviennent voir les petits ! Prendre de leurs nouvelles et tout ça 🙂 »

Le chevalier : « Tu as une excuse toute trouvée pour revenir 🙂 »

Max : « C’est pas une excuse mon bonome ! C’est notre mission de venir voir si les petits vont bien. On est en mission pour Princesse n’oublie pas. »

Le chevalier : « En mission pour Princesse, bien sûr 🙂 »

Léo : « Là-bas il y a des canards mais ils sont à contre jour, on voit pas qui c’est… »

Le chevalier : « Mmmm… J’ai une idée. »

Léo : « Tu fotoes à contre-jour ? On va rien voir du tout ! »

Max : « Il a dit qu’il avait une idée… »

Léo : « Montre moi s’il te plaît. »

95-75-canard-chipeau 95-76-canard-chipeau

Léo : « Rhoooo… Tu as surexposé la foto pour qu’on voit les canards ! Alors ça ! J’y aurais pas pensé moi. Bravo bonome ! »

Le chevalier : « Merci mon Léo 🙂 La foto n’est pas belle mais le canard est identifiable. »

Léo : « Oui 🙂 Canard chipeau. Un mâle et une femelle. Bien joué ! »

Max : « Le chipeau s’appelle Anas strepera et c’est un Anatidé. »

Léo : « Il y a beaucoup des Anatidés ici. »

Max : « On a vu des canards : le colvert, le chipeau, des souchets… »

Léo : « Des fuligules aussi : des milouins et des morillons. »

Max : « Et la nette rousse ! »

Léo : « Et puis les cygnes tuberculés, les bernaches du Canada et les tadornes de Belon ! Rhooo… Les tadornes… »

Max : « Ça fait 10 espèces d’Anatidés juste ici ! Tiens, c’est qui cet insecte ? Il vient nous dire bonjour. Bonome, il faut nous présenter. »

95-77-paederus-littoralis 95-78-paederus-littoralis 95-79-paederus-littoralis

Le chevalier : « Entomologie ? »

Max : « Ben oui, on est des naturalistes nous. On est pas que zoisologues. Allez, présentations ! »

Le chevalier : « Si vous voulez mais ne vous en approchez pas. »

Max : « Pourquoi ? Il va nous mordre ? »

Le chevalier : « Il pourrait, avec ses mandibules acérées. »

Max : « Pourquoi il nous mordrait ? On est gentils nous. »

Le chevalier : « Oui vous êtes de gentils petizours. Faites quand même attention de ne pas le toucher. »

Max : « On va pas l’abîmer ! »

Le chevalier : « Je sais, mais il contient une molécule toxique appelée pédérine qui peut provoquer une dermatite. »

Max : « C’est quoi une dermatite ? »

Le chevalier : « Une réaction inflammatoire de la peau. La dermatite provoquée par la pédérine peut durer deux à trois semaines. »

Max : « Oulala ! T’approche pas de l’insecte Léo ! »

Léo : « Merci Maxou. Chevalier, maintenant qu’on sait qu’il faut pas le toucher, tu peux nous expliquer cet insecte s’il te plaît ? »

Le chevalier : « Oui, d’accord. C’est un Coléoptère Staphylinidés. »

Max : « Un Coléoptère ? Il a des élytres ? »

Léo : « Ben oui Max, regarde bien. Elles sont toutes petites mais elles sont là… »

Max : « Et ils ont des ailes membraneuses aussi ? »

Le chevalier : « Oui, elles sont repliées quatre fois pour se ranger sous les élytres. »

Max : « Quatre fois ! Oulala ! Elles sont tout pliées alors ! »

Léo : « Et à quoi on reconnaît un Staphylinidés ? »

Le chevalier : « A leurs courtes élytres 🙂 »

Max : « C’est tout ? »

Le chevalier : « Non, en général il ont un corps allongé avec un long abdomen qu’ils peuvent recourber comme les scorpions. »

Max : « Mais ils piquent pas 🙂 »

Léo : « Il y en a beaucoup des Staphylinidés ? »

Le chevalier : « Il en existe environ 58 000 espèces et les fossiles les plus anciens ont près de 200 millions d’années. »

Léo : « Les 58 000 espèces c’est depuis les 200 millions d’années ? »

Le chevalier : « Non, c’est le nombre d’espèces actuelles 🙂 »

Léo : « Rholala ! 58 000 espèces de Staphylinidés actuelles ! »

Max : « Ça fait beaucoup ! Et celle-là, tu la connais ? »

Le chevalier : « Je suis sûr du genre : Paederus. »

Max : « Et l’espèce ? »

Le chevalier : « Je suppose que tu ne me laisseras pas tranquille tant que je n’aurais pas proposé un nom. »

Max : « Tu suppose bien 🙂 »

Le chevalier : « Alors je proposerai Paederus littoralis. »

Max : « littoralis ? Comme dans littoral ? Mais on est pas au bord de mer ! »

Le chevalier : « Non, mais je pense quand même que c’est cette espèce. »

Max : « D’accord. Alors il faut pas toucher les Paederus parce qu’il peuvent provoquer une dermatite. Merci pour l’insectologie bonome. »

Le chevalier : « Je préfère quand même que tu dises l’entomologie Max. »

Max : « D’accord. Merci pour l’entomologie bonome. On peut reprendre la zoisologie 🙂 »

Le chevalier : « Tu es incorrigible ! »

Max : « C’est ce qui fait mon charme 🙂 Bonome, regarde Léo ! Il est tout figé ! Ça va mon Léo ? »

Léo : « … »

Max : « Léo ! »

Le chevalier : « J’ai compris ce qui lui arrive 🙂 Regarde bien Maxou 🙂 »

95-80-oedicneme-criard 95-81-oedicneme-criard 95-82-oedicneme-criard

Max : « Rhoooo ! C’est qui ce zoiso ? »

Léo : « L’œdicnème criard… »

Max : « Le dicnème criard ? Je connais pas le dicnème criard moi. »

Léo : « Oedicnème criard, Burhinus oedicnemus, Burhinidés, Charadriiformes. Pages 136-137 de ton beau livre de zoisos… Rhooo… Un œdicnème criard… La chance ! J’avais ouï dire qu’il y en avait dans le secteur mais je n’osais même pas rêver d’en voir. Rholala ! Un œdicnème ! »

Max : « Comment il connaît tout ça ? »

Le chevalier : « Tu le dis toi même : Léo lit et révise tout le temps 🙂 »

Léo : « Chevalier, fotoe-le encore s’il te plaît. On sait pas quand on le reverra… Un œdicnème… »

95-83-oedicneme-criard 95-84-oedicneme-criard 95-85-oedicneme-criard

Max : « Rhoooo la chance 🙂 Léo, tu nous expliques l’œdicnème criard s’il te plaît. »

Léo : « Je sais pas quoi dire moi. C’est un visiteur d’été. On peut le voir de mars à octobre. Le reste de l’année il va au sud-ouest de l’Europe ou tout là-bas en Afrique. Il est insectivore. Mais normalement il est surtout actif au crépuscule. On a vraiment de la chance de le voir en plein soleil de l’après-midi. »

Max : « Merci Léo. Il est fort ce Léo quand même. »

Le chevalier : « Comme tu le serais si tu révisais un peu plus 🙂 »

Max : « Je connais mes leçons ! »

Le chevalier : « Oui Maxou 🙂 »

Max : « Oh ! Regardez le papillon ! »

95-86-un-papillon 95-87-un-papillon
95-88-un-papillon 95-89-un-papillon

Léo : « On dirait qu’il est tout neuf ! »

Max : « Oui, sur la première foto ses ailes sont encore repliées. »

Le chevalier : « Je pense qu’il vient de sortir de sa nymphe. Ses ailes se sont dépliées petit à petit et maintenant il va attendre qu’elles durcissent un peu avant de s’envoler. »

Max : « Tu le connais ce papillon ? »

Le chevalier : « Non, pas du tout. »

Max : « Pas du tout du tout ? »

Le chevalier : « Pas du tout du tout 🙂 »

Max : « Pourtant, d’habitude, les papillons tu les appelles par leur prénom 🙂 »

Le chevalier : « Pas celui-là. »

Léo : « Encore un chevalier guignette. »

Max : « Actitis hypoleucos, Scolopacidés. Il a l’air très décidé. Il va où comme ça ? »

95-91-un-chevalier-guignette 95-92-un-chevalier-guignette

Léo : « Il va faire sa toilette 🙂 »

95-93-un-chevalier-guignette 95-94-un-chevalier-guignette
95-95-un-chevalier-guignette 95-96-un-chevalier-guignette
95-97-un-chevalier-guignette 95-98-un-chevalier-guignette

Max : « Vous avez vu comme l’eau coule sur ses plumes sans les mouiller ? »

Léo : « C’est rigolo 🙂 »

Max : « En ruisselant sur les plumes l’eau emporte la saleté ? »

Le chevalier : « Oui, la poussière et les parasites les moins bien accrochés. »

Max : « Un chevalier sylvain ! »

95-99-chevalier-sylvain 95-100-chevalier-sylvain 95-101-chevalier-sylvain

Léo : « Rholala ! »

Max : « Tringa glareola, Scolopacidés. »

Léo : « On a vu que deux espèces de chevaliers aujourd’hui… »

Max : « Oui mais le chevalier sylvain c’est pas tous les jours qu’on le voit ! »

Léo : « Celui qu’on voit le plus c’est le guignette. »

Max : « Bonome, c’est vrai qu’un soir tu en as vu plus de vingt d’un coup ? »

Le chevalier : « Oui, ici, au coucher du soleil. Il se sont rassemblés juste au bord de l’eau. Beaucoup faisaient leur toilette avant d’aller se coucher. »

Max : « C’est pas encore le coucher du soleil. On en verra pas autant alors. »

Léo : « Il y a une bergeronnette grise, Motacilla alba, Motacillidés. »

95-102-bergeronnette-grise 95-103-bergeronnette-grise 95-104-bergeronnette-grise

Max : « On dirait qu’elle a quelque chose dans son bec. »

Léo : « Ça doit être un insecte. Les bergeronnettes grises sont insectivores. »

Max : « Ou entomophages 🙂 C’est du grékancien 🙂 »

Léo : « Elle est trop loin pour qu’on arrive à savoir si c’est un mâle ou une femelle… »

Le chevalier : « Bon, mes petizours, il va falloir rentrer maintenant. »

Max : « Pfff… Il faut toujours rentrer… »

Léo : « Ben oui Maxou. Et puis le chevalier doit soulever ses poids pour réparer son épaule. »

Max : « C’est vrai ? Tu dois le faire aujourd’hui ? »

Le chevalier : « Au moins trois fois par semaine… »

Max : « Alors d’accord. Mais on reste encore un peu. Je suis sûr que c’est prévu 🙂 Tu nous dis de rentrer en avance, on négocie un peu de temps en plus et on part quand tu l’avais prévu. J’ai bon ? »

Le chevalier : « Non Max. J’avais prévu d’être rentré il y a au moins deux heures 🙂 »

Max : « Mais tu avais pas envie de rentrer 🙂 Tu as jamais envie de rentrer. »

Léo : « Un jour tu vas rester toute la nuit et tu vas redevenir sauvage. »

Le chevalier : « Savez-vous qu’il m’est déjà arrivé de ne pas rentrer ? »

Max : « De toute la nuit ? »

Le chevalier : « Oui, mais ne le répétez à personne 🙂 »

Max : « Raconte ! »

Le chevalier : « C’était dans les Alpes. j’avais fait une belle randonnée et, comme d’habitude, j’avais marché trop vite. En arrivant au col qui était le but de ma promenade, j’avais beaucoup de temps devant moi. J’ai exploré les environs en faisant de la botanique. J’avais pris ma flore avec moi. Et un livre. Et puis le temps passait mais je n’avais pas envie de rentrer. J’ai inspecté mon sac. J’avais de quoi me couvrir et de quoi manger. J’ai cherché un ruisseau pour remplir ma gourde et ensuite je me suis installé pour lire. Peu avant le coucher du soleil je me suis trouvé un endroit où dormir. J’ai regardé le soleil se coucher puis je suis allé me coucher moi aussi. »

Max : « Où ça ? »

Le chevalier : « Entre des rochers pour me protéger du vent. J’ai mis ma pelisse pour me tenir chaud et je me suis servi de mon sac comme oreiller. Eh bien, pour une fois, j’ai bien dormi 🙂 Je me suis réveillé au lever du soleil. Oh ! j’avais bien quelques fourmis dans le cou mais j’avais vraiment passé une bonne nuit 🙂 »

Max : « Tu as pas eu peur ? »

Le chevalier : « Non, je n’ai même pas pensé à avoir peur 🙂 »

Léo : « C’était quand même pas très prudent. »

Le chevalier : « Pourquoi ? »

Léo : « Je sais pas. »

Le chevalier : « Ma raison me dit qu’effectivement ce n’était pas prudent mais je ne comprends pas pourquoi. J’ai passé une soirée agréable et une bonne nuit. Qu’avais-je à craindre ? »

Max : « Il y a pas des loups dans les Alpes ? »

Le chevalier : « Si. Tu penses qu’ils auraient pu s’en prendre à moi ? »

Max : « Je sais pas mais tu es fou dans ta tête ! Dormir tout seul dans la montagne ! Tu vas pas bien toi ! »

Le chevalier : « J’aimerais bien vous emmener dans les Alpes… »

Max : « Compte pas sur nous pour dormir entre deux rochers ! »

Léo : « Les Alpes… Ça doit être bôôôô ! Tu connais le Mont-Blanc ? »

Le chevalier : « Je ne l’ai jamais gravi mais je me suis pas mal baladé dans ce massif… Et je sais où aller pour avoir une vue magnifique… Le coucher de soleil sur l’Aiguille Verte… Ça vous plairait… »

Max : « Tu pourrais pas nous organiser une inspection dans les Alpes ? »

Le chevalier : « Je vais voir ce que je peux faire… »

Léo : « LES CYGNES ! »

Max : « Fotoé ? »

Le chevalier : « En quatre images ! »

95-105-cygnes-tubercules 95-106-cygnes-tubercules
95-107-cygnes-tubercules 95-108-cygnes-tubercules

Max : « Trop fort ! »

Léo : « Pour l’ahétanhissage aussi il leur faut un grand plan d’eau ! Tu arrives à évaluer la distance nécessaire chevalier ? »

Le chevalier : « Au moins une dizaine de mètres… »

Max : « UN AUTRE ! FACE À NOUS ! »

95-109-cygne-tubercule 95-110-cygne-tubercule
95-111-cygne-tubercule 95-112-cygne-tubercule

Max : « Poum le cygne 🙂 »

Léo : « Il est vraiment impressionnant ce zoiso, rholala ! »

Max : « On les as pas vu faire des œufs mais on sait qu’ils se reproduisent ici. On a déjà vu des petits. Et au Royaume des Grèbes aussi. »

Le chevalier : « Au Royaume des Sternes… »

Max : « Mon Léo, c’est pas toi qui parlais des grands cormorans tout à l’heure ? »

Léo : « Si:) Phalacrocorax carbo, Phalacrocoracidés. »

Max : « Si bonome le rate pas tu auras des belles fotos d’ahétanhissage de grand cormoran 🙂 »

95-117-grand-cormoran 95-118-grand-cormoran
95-119-grand-cormoran 95-120-grand-cormoran

Léo : « Les zoisos rentrent à l’étang. »

Max : « C’est l’heure pour eux d’aller se coucher. »

Léo : « On veut bien rentrer maintenant chevalier. »

Max : « Oui bonome, on rentre. »

Le chevalier : « Voulez-vous pocher pour retourner à notre monture ? »

Max : « Ouiiii 🙂 »

Léo : « On grimpe 🙂 »

Le chevalier : « Allons-y maintenant. »

On est rentrés calmement. Bonome a installé l’ordinateur pour qu’on puisse regarder les fotos pendant qu’il soulevait ses poids. Après on a fait sa toilette et on est allés nous coucher. Bonome est venu nous gratter le front et nous faire notre bizou de bonnuit. Et Léo, juste avant de s’endormir vraiment, dans le demi-sommeil qui précède le vrai sommeil, a répété trois fois : « Un œdicnème, on a vu un œdicnème… ». Il m’a fait sourire et je me suis endormi.

Je t’embrasse Princesse, mais je te dirai pas comment on va 🙂

Continuer la promenade

« Car, vois-tu, chaque jour je t’aime davantage, aujourd’hui plus qu’hier et bien moins que demain… »

L’éternelle chanson, Rosemonde Gérard

4 réflexions au sujet de « 95 – Ben oui… Encore le Grand Étang… »

  1. Bonjour Linda Rose,
    j’ai pas envie d’inspecter NDV. L’an dernier j’étais maître assistant dans cette schola mais j’ai plus envie.
    Il y a quelques zoisos dans la cour. J’ai vu des mésanges charbonnières, des pigeons biset, des corneilles, des pies bavardes comme toi 🙂
    Mais il y en a pas assez pour faire un article.
    A bientôt et continue de bien apprendre tes leçons.

  2. Coucou Max ta vie est passionnante je lis tous les soirs

    Mais tu pourrais explorer un endroit qui s’appelle NDV et nous raconter, c’est passionnant continu comme ça slt

  3. Bonjour Brindille 🙂
    Je vais essayer de répondre à ta dernière question. Mais c’est pas facile. J’ai demandé à Bonomus petunus mais tu le connais, il faut toujours qu’il donne des réponses compliquées avec des mots que personne connait à part lui 🙂
    Pourquoi veut dire pour quoi… On pourrait dire dans quel but. Mais la nature n’a pas de but… Elle est et puis c’est tout. Prenons un exemple. Si tu veux fotoer, tu peux créer un objet qui a comme but de faire des foto. C’est sa finalité. Bonome dirait que c’est une structure téléonomique mais c’est parce qu’il aime bien frimer 🙂
    Dans la nature rien n’est créé dans un but précis. Par exemple les gens croient qu’une plume ça sert à voler. Mais c’était pas vrai au début. Les plumes sont apparues. On sait pas bien à quoi elles servaient. Probablement pour réchauffer les zanimos qui en avaient. Tu savais que beaucoup de dinosaures non-aviens avaient des plumes ? Le célèbre tyrannosaure, ben il en avait un peu. C’est seulement après qu’elles ont permis de voler. Bien après…
    Autre exemple : tu sais que les zoms font parfois du stop. Et pour ça ils tendent le pouce. Tu dirais pas que le pouce a été créé pour faire du stop !
    Voilà, une structure apparait et si elle se trouve une fonction elle sera conservée et pourra évoluer.
    Bonome explique tout ça bien mieux que moi, mais je fais ce que je peux 🙂
    En fait, la science essaye d’expliquer comment se passent les choses. C’est la religion qui dit pourquoi. Dernier exemple : les scientifiques peuvent raconter comment les Primates ont évolué (et évoluent encore) et ont donné un zanimo bizarre appelé le zom. Mais on sait pas pourquoi il est apparu. Si tu veux savoir pourquoi il faut lire le Gros Livre que bonome lit tout le temps. Mais c’est pas facile.
    J’espère que j’ai réussi à me faire comprendre…
    A bientôt et gratouillis à toi aussi 🙂

  4. Bonjour les juvéniles !

    Remerciez bonomus petunus pour les belles fotos d’ahétanhissage de cygnes et de cormorans, la chaaaance d’avoir vu et fotoé cela ! C’est un grand fotoeur, votre bonome 🙂

    On a bien compris le sang, l’hémoglobine, la bilirubine, etc. grâce à vous. La mayopoétique, c’est pas de la mayonnaise poétique 🙂
    Bon.. blague plus pourrite que celles du chevalier 🙂

    Et puis « De deux choses l’une, c’est souvent la troisième »… que peut être cette troisième hypothèse qu’évoque le chevalier ?

    Et s’il pouvait expliquer la démarche scientifique : pourquoi ne commence-t-on pas par dire « pourquoi » ? que faut-il dire dans ce cas ? « comment » ?

    Gratouillis à tous les deux et bonne journée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.