94 -1 Le Royaume des Sternes

Jeudi 5 Mai, An III

Max : « Bonome, on y retourne ? »

Le chevalier : « Où veux-tu retourner ? »

Max : « Fais pas semblant de pas comprendre. On y retourne ? Allez, on y va… »

Le chevalier : « Parlerais-tu du Grand Étang ? »

Max : « Ben oui 🙂 »

Le chevalier : « Léo, qu’en penses-tu ? »

Léo : « Je suis qu’un petitours moi… Mais j’y retournerais bien quand même. On voit de beaux zoisos au Grand Étang 🙂 »

Le chevalier : « Vous n’avez pas envie de changer d’endroit ? »

Max : « Pour quoi faire ? Il y a des tas de beaux zoisos au Grand Étang. »

Léo : « Rhooo oui 🙂 Mais tu as peut-être envie d’aller ailleurs toi. »

Le chevalier : « J’irais bien au Royaume des Sternes. »

Max : « Des sternes, il y en a au Grand Étang. »

Le chevalier : « Oui mais au Royaume des Sternes on peut faire l’entomologie, la botanique… Et la zoisologie 🙂 »

Léo : « C’est vrai qu’il y a des zoisos… »

Max : « J’ai une idée ! »

Le chevalier : « Nous t’écoutons mon Maxou. »

Max : « On va au Royaume des Sternes et, au retour, on s’arrête au Grand Étang. »

Léo : « C’est une bonne idée. Mais le chevalier va devoir beaucoup marcher. »

Max : « On marche même pas au Grand Étang ! »

Léo : « Tu veux bien chevalier ? »

Le chevalier : « Royaume des Sternes puis Grand Étang… Pourquoi pas ? »

Max : « Chouette alors ! Double inspection ! Allez, on y va ! »

Au Royaume des Sternes…

Max : « On commence par où ? On va tout de suite tout au bout du Royaume ou on inspecte tout dès le début ? Parce que les sternes, on les voit tout là-bas. Et il y aura peut-être Martin. Tu te souviens quand on est venus avec le chevalier et sa belle ? Il y avait deux Martins 🙂 »

Léo : « Vous êtes venus avec un autre chevalier et sa belle ? »

Max : « Oui. Même que c’était moi le guide 🙂 »

Le chevalier : « La veille de l’inspection Maxou a voulu réviser et il s’est endormi sur ses livres 🙂 »

Léo : « Tu as été guide ? Rhooo la chance ! »

Le chevalier : « Tu voudrais être guide mon Léo ? »

Léo : « Oh oui ! »

Le chevalier : « Veux-tu t’entraîner avec nous ? »

Léo : « Tu me proposes d’être votre guide au Royaume des Sternes ? Mais je le connais pas bien ce Royaume… »

Le chevalier : « Une autre fois alors… »

Max : « Bonome ! Regarde la pie ! Qu’est ce qu’elle a dans son bec ? Fotoe-la et avançons… »

 94-1-01-pie-bavarde  94-1-02-pie-bavarde
 94-1-03-pie-bavarde  94-1-04-pie-bavarde

Max : « Un œuf ! On dirait qu’elle avait un œuf dans son bec ! »

Léo : « Un œuf ? »

Max : « Elle a mangé un œuf ! Elle l’a volé dans un nid et elle l’a mangé ! »

Léo : « C’est possible ça ? Un zoiso qui vole un œuf d’un autre zoiso ? »

Le chevalier : « Oui c’est possible. »

Max : « Voilà ! Regardez ! »

 94-1-05-loeuf-vole  94-1-06-loeuf-vole

Léo : « Elle a tout mangé ! »

Max : « C’est pas possible ça ! Alors il y a des zoisos qui font la parade, qui construisent un nid, font un œuf, le couvent. Ils s’absentent deux minutes et une pie vient leur voler leur œuf ! C’est ça ? »

Le chevalier : « Oui, c’est ça. »

Max : « Elle est méchante la pie ! »

Le chevalier : « Max, c’est comme cela dans la nature. »

Max : « M’en fiche. J’aime plus les pies ! Je veux plus voir de pies ! Ça existe même pas les pies ! Je vais faire un rapport à Princesse et j’espère qu’elle va convoquer toutes les pies du Pays des Zoisos et qu’elle va les gronder très fort ! »

Le chevalier : « Pourtant c’est un beau zoiso la pie. »

Max : « C’est quoi une pie ? Je connais pas les pies moi. »

Le chevalier : « Bon, allons voir le premier étang… »

Léo : « Rhooo ! Il y a un grébu et ses petits ! Et il ploufe ! Il va pêcher pour nourrir ses petits. »

 94-1-07-grebu-et-son-petit  94-1-08-grebu-et-son-petit
 94-1-09-grebu-et-son-petit  94-1-10-grebu-et-son-petit

Max : « Vous savez que les grébus plongent environ 400 fois par jour ? »

Léo : « 400 fois ?! Rholala ! »

Max : « Ben oui. Ça fait à peu près 4 heures de ploufage par jour. »

Léo : « 4 heures ! »

Max : « Et c’est tous les jours ! »

Léo : « Il est fort grébu 🙂 »

Max : « Les petits ploufent pas encore. »

Léo : « Mais alors, le parent doit ploufer pour les nourrir ! Ça fait encore plus de temps à passer sous l’eau ! Rholala… »

Max : « Je peux fotoer les petits ? »

Le chevalier : « Bien sûr mon petitours. »

 94-1-11-petits-grebus  94-1-12-petits-grebus
 94-1-13-petit-grebu  94-1-14-petit-grebu

Léo : « Elles sont belles tes fotos Maxou. J’aime bien celle du petit qui s’étire la patte. »

Max : « Oui, oh tu sais, je débute. Il faut que je cadre mieux l’exposition de la focale. »

Le chevalier : « Max. »

Max : « Oui bonome ? »

Le chevalier : « Toi, c’est sûr que tu n’es pas autiste 🙂 »

Max : « J’ai pas bien tout dit comme Léo, c’est ça ? »

Le chevalier : « C’est ça 🙂 »

Max : « Tant pis 🙂 Je crois que Léo a vu quelque chose. »

Léo : « Oui, il y a des insectes qui font des petits. »

Max : « C’est comme ça au printemps. Les zanimos font des petits. »

 94-1-16-chrysomelides  94-1-17-chrysomelides

Léo : « Tu connais ces insectes chevalier ? »

Le chevalier : « On dirait des chrysomélidés. »

Max : « On en a déjà vu des Chrysomélidés. Je me souviens plus desquels. La timarche ténébreuse je crois. »

Le chevalier : « Bien Maxou. Timarcha tenebricosa. Ou l’appelle aussi le crache-sang. »

Max : « JE SAIS ! JE SAIS ! C’est parce que quand elle est inquiétée, il y a un liquide orangé qui s’écoule de ses articulations. J’ai bon ? »

Le chevalier : « Oui Maxou. »

Léo : « Et ceux-là ? Tu les connais ? »

Le chevalier : « Non. Et il y a plusieurs genres qui se ressemblent. Pas envie de chercher… »

Max : « Et là ? On dirait qu’elle est trop remplie la chrysomèle. C’est parce qu’elle est pleine d’œufs ? »

Le chevalier : « Je pense, oui. »

94-1-18-chrysomelides

Max : « Et après elle va pondre les œufs ? »

Le chevalier : « Oui Maxou. »

Max : « Il va y avoir des tas de Chrysomélidés alors. Oulala ! Léo, qu’est ce que tu regardes ? »

Léo : « Les grébus… C’est romantique. Ils ont l’air amoureux 🙂 »

 94-1-19-un-couple-de-grebus  94-1-20-un-couple-de-grebus

Max : « Bonome, c’est amoureux les zanimos ? »

Le chevalier : « Difficile à dire… Je pense que la réponse n’est pas la même selon les animaux. J’ai du mal à imaginer qu’un moustique soit amoureux. Par contre, je le peux pour les Primates. »

Max : « C’est quoi un Primate ? »

Le chevalier : « Le groupe de Mammifères qui comprend l’Homme. On les appelle souvent les singes. »

Léo : « A quoi on reconnaît un Primate ? »

Le chevalier : « Oulala ! La liste est longue… comme tous les Mammifères, les Primates ont des mamelles mais il n’y en a qu’une paire au niveau pectoral. Les griffes sont remplacées par des ongles. Le pouce de la main, appelé pollex, est toujours opposable aux autres doigts. Le pouce du pied, dit hallux, est presque opposable, sauf chez l’Homme. La plupart des Primates sont arboricoles. C’est à dire qu’ils vivent une grande partie du temps dans les arbres. Et leur sens principal est la vision, contrairement à beaucoup d’autres Mammifères qui se servent surtout de l’odorat. »

Max : « Tu sais pourquoi ? »

Le chevalier : « Ils sont arboricoles et pour se déplacer dans les arbres il vaut mieux avoir une bonne vue si on ne veut pas chuter. Si vous regardez attentivement un Primate vous verrez que leurs deux yeux sont situés dans le même plan et que les champs visuels se recoupent ce qui leur donne une vision en relief. »

Max : « Les autres zanimos voient pas en relief ? »

Le chevalier : « Pour voir en relief, il faut que les deux yeux voient la même chose sous un angle légèrement différent. Le cerveau assemble ensuite les deux images et en tire une vision tridimensionnelle. »

Léo : « Alors ça veut dire que c’est le cerveau qui voit ? »

Le chevalier : « Oui. La vision n’est pas un sens, c’est une gnosie. »

Max : « Une gnosie ? »

Le chevalier : « Une connaissance 🙂 La vision est indissociable de l’analyse de ce que l’on voit. »

Léo : « Je crois comprendre. On apprend à voir alors. »

Le chevalier : « Oui mon Léo. »

Max : « Tu as un exemple ? »

Le chevalier : « Je vais essayer de faire simple. Imaginez que vous soyez dans la chambre. Vous dormez. Il fait noir. Il n’y a qu’un rayon de lune qui éclaire légèrement le coin de la mercière qui est dans la chambre. »

Max : « Juste le coin ? »

Le chevalier : « Oui. Tout le reste est dans le noir total. »

Max : « Et on fait quoi ? »

Le chevalier : « Tu as faim et tu veux aller chercher du chocolat. »

Max : « Huuummm du chocolat 🙂 D’accord, j’y vais. Dans le noir ? »

Le chevalier : « Oui, dans le noir. »

Max : « C’est pas grave. Je connais le chemin. »

Le chevalier : « Ta réponse m’arrange 🙂 Ton cerveau te permet de te situer dans la chambre grâce au coin de la mercière qui est éclairé. A partir de ce seul élément, il reconstitue une image de la pièce que tu connais par cœur et tu peux avancer parce que ton cerveau a construit une image. »

Max : « C’est comme si je la voyais ! »

Léo : « Sans la voir… »

Le chevalier : « Oui, vous connaissez. Gnosie, du grec qui veut dire connaissance. Je continue pour que vous compreniez bien. Imaginons que vous soyez dans une cabane que vous ne connaissez pas. Vous y dormez pour la première fois. Le rayon de lune éclaire le coin de la table de nuit. Max se réveille et veut aller chercher du chocolat… »

Max : « Je peux pas. Je connais pas le chemin ! Je vais me cogner contre les murs ! Elle est où la porte de la chambre ? »

Le chevalier : « Voilà ! Comprenez-vous ? »

Léo : « Oui oui ! On voit avec son cerveau ! On a déjà parlé du cerveau pour la motricité. Les aires motrices sont là, sur les côtés. Il y a des aires pour la vision ? »

Le chevalier : « Les aires visuelles. Il y en a plusieurs aussi. A l’arrière du cerveau. D’ailleurs, si elles sont gravement abîmées, la personne perd la vue. »

Max : « Mais ses yeux vont bien ? »

Le chevalier : « Oui, mais comme l’a dit Léo, on voit avec le cerveau. »

Max : « D’accord. Alors les Primates ont des ongles, des pouces opposables, deux mamelles thoraciques et ils voient en relief grâce à leur cerveau. Et selon toi, ils peuvent être amoureux. Mais les zoisos ? »

Le chevalier : « Les oies sont fidèles. Elles restent seules quand elles sont veuves… Mais, vous savez, c’est très difficile de savoir ce que veut dire être amoureux, ou aimer quelqu’un. Alors comment savoir si un animal est amoureux si on ne sait pas définir ce qu’est être amoureux ? »

Max : « Ben oui, forcément… »

Le chevalier : « Et puis il faut se méfier de l’anthropomorphisme. »

Max : « C’est quoi l’anthroformisme ? »

Le chevalier : « Anthropomorphisme. C’est attribuer aux animaux des sentiments humains, ou des comportements humains. »

Léo : « Mais pourtant les zoms sont des zanimos ! »

Le chevalier : « Oui, mais des animaux particuliers. Comme tous les animaux d’ailleurs 🙂 Un chat ne se comporte pas comme un cheval. Et on ne peut pas projeter des comportements de l’un sur l’autre. »

Max : « Et ben moi, je veux bien croire que ces deux grébus sont amoureux. »

Le chevalier : « Mes petizours, je ne vous savais pas si romantiques 🙂 »

Max : « Bonome, on a beau être des petizours on est pas des bêtes ! »

Le chevalier : « 😀 »

Max : « Ben oui 🙂 Dis, tu veux bien qu’on aille à l’étang tout là-bas ? Tu sais, celui qui est tout au bout, où la mouette nous a crié dessus pour protéger ses petits la première fois qu’on est venus tous les deux. »

Le chevalier : « Oui, je vois lequel. Si tu veux. Vous pochez ? »

Max : « Oui, parce qu’il est loin cet étang. Tu viens Léo ? »

Léo : « Je grimpe 🙂 »

On s’est pochés tous les deux. J’aime bien quand on poche. On a juste la tête qui dépasse et on peut tout voir. Bon, quand bonome marche vite on a un peu le mal de mer. Le mal de bonome plutôt 🙂 Mais on peut se reposer. Des fois, je ferme les yeux et je me laisse bercer. Il m’arrive même de somnoler. Je fais toujours de beaux rêves quand je poche. Léo, lui, veut pas s’endormir. Il dit que ce serait dommage de pas profiter du paysage, qu’il pourrait rater un zoiso ou un insecte. Ou une jolie fleur… Alors il observe tout avec tous ses yeux 🙂 Et si il voit de la beauté il me donne un petit coup de coude pour que je me réveille. Des fois il se moque de moi parce que j’ai la bouche ouverte quand je dors. Il dit que ma mâchoire est tombée alors qu’il y a même pas un beau zoiso. Et il rigole. Poum ma mâchoire ! J’aime beaucoup mon cousin Léo. Même quand il se moque de moi 🙂

Le chevalier : « Mes petizours ! Nous y sommes. »

Léo : « Rhooo c’est bôôôô ! »

Max : « Tu es déjà venu ici mon Léo. »

Léo : « Oui, mais c’est toujours aussi beau 🙂 Je peux fotoer ? »

Le chevalier : « Bien sûr. »

94-1-23-un-paysage

Max : « Tu fais de belles fotos mon Léo. »

Léo : « Les tiennes n’étaient pas mal non plus 🙂 »

Max : « Et toi bonome, qu’est ce que tu fotoes ? »

Le chevalier : « un ahétanhissage de monsieur colvert. »

Léo : « Je l’ai vu. Tu as fotoé ? »

Le chevalier : « Oui, mais je crois que les fotos ne vont pas être nettes… »

Max : « Pas grave. »

 94-1-24-monsieur-colvert  94-1-25-monsieur-colvert

Léo : « La mouette ! Fotoe vite ! »

Le chevalier : « Vue ! »

 94-1-26-mouette-qui-rigole  94-1-27-mouette-qui-rigole

Max : « Bravo bonome ! »

Léo : « C’est beau une mouette qui rigole… »

Max : « Chroicocephalus ridibundus, Laridés. Le tas de branches sur la droite du rocher, tu crois que c’est un nid ? »

Le chevalier : « Oui Maxou. »

Max : « Il va y avoir des petits ? »

Le chevalier : « On ne peut pas savoir Max. »

Max : « Dis leur de faire des petits. Léo a jamais vu de poussins de mouettes… »

Le chevalier : « Max, tu crois vraiment que les mouettes vont faire des petits pour que Léo voit leurs poussins ? »

Max : « Ben non, elles vont faire des petits pour perpétuer l’espèce et Léo pourra les voir. Elles les font pas dans le but de les montrer à Léo. Pfff, tu comprends rien ! »

Léo : « Ahétanhissage de mouette ! »

94-1-28-mouette-qui-rigole 94-1-29-mouette-qui-rigole

Max : « Et arochéhissage ! »

 94-1-30-mouette-qui-rigole  94-1-31-mouette-qui-rigole

Le chevalier : « Arochéhissage ? »

Max : « Ben oui, arochéhissage 🙂 »

Léo : « Ben moi, j’aime beaucoup les mouettes qui rigolent. Ce sont des beaux zoisos. Les zoms font plus attention aux mouettes. Ils disent ‘oui ben c’est une mouette’ comme si ils s’en fichaient. Et ils sont bêtes parce qu’ils voient pas la beauté. »

Max : « Philoléo tu as tout à fait raison. Ils sont bêtes les zoms. Ils voient jamais la beauté et après ils râlent parce que tout est moche. »

Léo : « Il y a deux mouettes sur le rocher. »

 94-1-32-mouette-qui-rigole  94-1-33-mouette-qui-rigole

Max : « Il y en a une dans le nid. Peut-être qu’elle couve, parce que c’est pas l’heure d’aller au nid. »

Léo : « Vous pensez que c’est un couple ? Qu’ils habitent tous les deux sur ce rocher et qu’il y a des œufs ? »

Max : « C’est ici qu’on a vu les poussins l’an dernier. Tu te souviens de la date bonome ? »

Le chevalier : « Max, tu pourrais t’en souvenir. C’était l’une de nos premières sorties… »

Max : « Juin de l’an II. Le 28. C’était un dimanche 🙂 »

Le chevalier : « C’est ça 🙂 »

Max : « On est début Mai. C’est peut-être un peu tôt pour les poussins de mouettes. Il faudra revenir… »

Léo : « Regardez ! Les mouettes se prennent pour des foulques ! »

 94-1-34-mouettes-qui-se-disputent  94-1-34bis-mouettes-qui-se-disputent
 94-1-35-mouettes-qui-se-disputent  94-1-36-mouettes-qui-se-disputent
94-1-37-mouettes-qui-se-disputent 94-1-38-mouettes-qui-senvolent

Max : « Pfff… Si même les mouettes qui rigolent se mettent à se chamailler… Zutalor ! Elles s’envolent ! »

Léo : « C’est pas grave. On les a bien observées les mouettes qui rigolent. Et là-bas, sur l’autre rocher, il y aurait pas un autre nid ? »

94-1-39-mouette-qui-couve

Le chevalier : « Bien vu mon Léo ! »

Max : « Lui aussi il a des superzieux 🙂 Bon, on va voir les sternes maintenant ? »

Le chevalier : « Si vous voulez. »

Max : « Attends bonome ! On se poche ! »

Léo : « Voilà, on est installés. »

Le chevalier : « Alors en route ! »

Léo : « Chevalier, je pourrais fotoer les sternes s’il te plaît ? »

Le chevalier : « Bien sûr mon Léo. »

Max : « Bonome, tu as remarqué, Léo sait tout faire. »

Léo : « Tu exagères Maxou. »

Max : « Ben si ! Tu es arrivé après moi et tu connais mieux l’ornithologie que moi. Tu connais bien la géologie. Tu philosophes. Et tu as fotoé deux fois et tes fotos sont aussi belles que celles de bonome. »

Léo : « Elles sont pas aussi belles… Et les tiennes sont belles aussi. »

Max : « Tu en penses quoi toi ? »

Le chevalier : « J’en pense que Léo est effectivement très doué dans de nombreux domaines. Serais-tu jaloux Maxou ? »

Max : « Même pas ! Je suis content pour Léo. Et je suis fier de lui 🙂 Je me réjouis de sa réussite. C’est quoi cet œuf ? »

 94-1-42-un-oeuf-vole  94-1-43-un-oeuf-vole

Max : « C’est encore le méchant zoiso qui avait faim ! »

Le chevalier : « La pie bavarde… »

Max : « Je connais pas les pies. Ça existe pas les pies ! Il y a que des méchants zoisos ! Tu penses un peu aux deux couples de petits zoisos qui ont plus leur œuf ! »

Le chevalier : « Mon petitours, tu sais bien que c’est comme ça dans la nature. »

Max : « Je veux pas savoir ! Je t’ai déjà dit : il faut pas toucher aux zoisos ! Encore moins aux œufs ! Ils peuvent pas se défendre les œufs ! »

Léo : « Calme-toi Maxou. Ça sert à rien de t’énerver. Regarde plutôt ce héron cendré.»

94-1-44-un-heron-cendre

Léo : « C’est un adulte. Il va pas vouloir se chamailler avec nous. Chevalier ta foto est légèrement surexposée. Il y a trop de lumière. Tu aurais dû prendre un temps d’exposition plus court. Ou fermer un peu plus le diaphragme. Si je peux me permettre… »

Le chevalier : « Tu peux te permettre 🙂 »

Max : « Mais comment il connaît tout ça ? Il y a pas de livre sur la fotographie dans la cabane… »

Le chevalier : « Ce petit Léo est très surprenant 🙂 Nous arrivons à l’étang des sternes. Allons à ce que les gens du lieu appelle l’observatoire. »

Max : « C’est la berge qui est en hauteur ? Celle où on voit Martin ? »

Le chevalier : « Oui Max. »

Max : « D’accord. Il y a souvent des sternes là-bas. Et tu pourras installer un appareil pour Léo. »

Le chevalier : « Voilà. Nous y sommes. Léo, cet endroit te satisfait-il ? »

Léo : « Oui oui 🙂 On voit les sternes. Tu peux installer ton appareil ici s’il te plaît ? … Un peu plus à droite… Pas trop… d’accord. Merci chevalier 🙂 »

Max : « Tu oublieras pas de pas trop exposer le diaphragme Léo. Et fais attention à la focale du temps de pause. »

Le chevalier : « Max… »

Max : « J’ai encore pas bien dit ? »

Le chevalier : « C’est ça. »

Max : « Tant pis. »

Le chevalier : « Veux-tu fotoer toi aussi ? »

Max : « Non merci. Les Laridés c’est la spécialité de Léo. On verra tout à l’heure, au Grand Étang. »

Le chevalier : « Ça se passe bien Léo ? »

Léo : « Oui 🙂 Regardez comme elles crient ! »

 94-1-45-sterne-pierrgarrin  94-1-46-sterne-pierrgarrin
 94-1-47-sterne-pierrgarrin  94-1-48-sterne-pierrgarrin
 94-1-49-sterne-pierrgarrin  94-1-50-sterne-pierrgarrin

Max : « Elles crient fort, oulala ! Et vous avez vu comme elles nous regardent ? »

Léo : « Elles est rigolote celle qui est de face 🙂 On dirait qu’elle a un masque noir sur la tête. »

Max : « Bonome, tu commentes pas les fotos de Léo ? »

Le chevalier : « Il n’y a rien à dire. Elles sont très belles. »

Max : « Il est doué Léo. »

Léo : « Ça suffit maintenant. J’aime bien fotoer, c’est tout. »

Le chevalier : « Tu tournes l’appareil ? Veux-tu que je t’aide ? »

Léo : « Je veux bien. Il y a des mouettes qui rigolent là-bas. »

 94-1-52-mouettes-qui-rigolent  94-1-53-mouettes-qui-rigolent

Max : « Vous aviez déjà remarqué l’anneau blanc autour des yeux ? »

Léo : « On le voyait sur les fotos de tout à l’heure. »

Max : « Ben oui. Vous aviez remarqué. Évidemment… Bonome, on peut aller au Grand Étang maintenant ? S’il te plaît. »

Le chevalier : « Léo, tu veux bien ? »

Léo : « Oui, bien sûr. Mais on regarde quand même partout en retournant à notre monture. »

Max : « Ben oui. On est là pour inspecter. Tu croyais pas qu’on aller se promener, les mains dans les poches, en sifflotant. On est pas là pour tourister. »

Le chevalier : « Alors pochez-vous vite 🙂 »

Léo : « Il y a des foulques. Maxou, tu veux retourner t’excuser ? »

Max : « On peut aller les voir. Vous pensez qu’il faut que je m’excuse encore ? Je veux bien moi. »

Le chevalier : « Je ne pense pas que ce soit utile. Les oiseaux parlent entre eux. Toutes les foulques sont informées. »

Max : « Tu es sûr ? »

Le chevalier : « Oui Maxou, ne t’inquiète pas. »

 94-1-54-foulque-macroule  94-1-55-foulque-macroule

Max : « Elle fait sa toilette 🙂 »

Léo : « Il y a deux types de toilette : le bain et le nettoyage lissage avec les becs. »

Max : « Les zoisos remettent leurs plumes en place avec leur bec. Et puis ils peuvent enlever les parasites. »

Léo : « C’est fait comment des plumes ? »

Le chevalier : « Bonne question mon Léo 🙂 Il y a un axe central ou tuyau. Sa base est nue. On l’appelle le calamus. Plus haut, le tuyau porte des barbes. Cette partie est appelée rachis. »

Max : « Quand les gens écrivaient à la plume ils écrivaient avec le calamus 🙂 »

Le chevalier : « Oui Maxou. Ils utilisaient souvent des plumes d’oies. Le rachis porte donc des barbes qui, elles mêmes portent des barbules. On les voit mal à l’oeil nu. Les barbules sont bien mieux visibles à la loupe. Et les barbules sont réunies entre elles par des crochets. »

Max : « Et ça arrive que les barbules se décrochent ? »

Le chevalier : « Oui, c’est fréquent. C’est pour les remettre en place que les oiseaux se lissent les plumes. »

Léo : « Et si ils remettaient pas les barbules en place, ils se passerait quoi ? »

Le chevalier : « Les plumes ne seraient plus imperméables et elles ne rempliraient plus leur fonction. »

Léo : « Le zoiso pourrait plus voler ? »

Le chevalier : « Exact. »

Léo : « Je comprends mieux pourquoi ils passent autant de temps à se lisser les plumes. »

 plume1

Max : « Tu connais d’autres choses sur les plumes ? »

Le chevalier : « Oui. Vous savez qu’il y a plusieurs types de plumes. Je ne prendrai que deux exemples : le duvet et les rémiges. »

Max : « Le duvet, c’est des plumes de dessous. Elles sont courtes et plumeuses et elles servent à tenir chaud. »

Le chevalier : « Bonne réponse Maxou. »

Léo : « Et les rémiges sont les grandes plumes qui permettent le vol. Elles sont insérées sur les ailes et la queue. »

Le chevalier : « Bonne réponse aussi mon Léo. »

Max : « Quoi d’autre ? »

Le chevalier : « Les oiseaux n’ont pas des plumes sur tout le corps. »

Max : « Comment ça ? »

Le chevalier : « Il y a des zones d’implantation appelée ptérylies. D’autres zones en sont dépourvues : ce sont les aptéries. »

Max : « Mais bonome, quand on regarde un zoiso, il a des plumes partout ! »

Le chevalier : « Oui, extérieurement ! Les aptéries sont couvertes par les plumes des ptérylies. »

Léo : « Alors si on prend un zoiso et qu’on lui soulève les plumes on verra sa peau ? »

Le chevalier : « C’est fort possible. »

Max : « On refera un exposé sur les plumes des zoisos un autre jour si vous voulez bien. »

Léo : « Serais-tu pressé d’aller au Grand Étang ? »

Max : « Oui, un peu 🙂 »

Léo : « Alors il va falloir que tu patientes encore un peu. J’ai cru voir un drôle d’insecte 🙂 »

Max : « Tu le connais bonome ? »

Le chevalier : « Laisse-moi le temps de l’observer… »

94-1-56-ctenophore-des-jardins 94-1-57-ctenophore-des-jardins

Max : « Alors ? Verdict ? »

Le chevalier : « Je voudrais savoir ce que tu en penses 🙂 Ou toi Léo… »

Léo : « Je connais pas bien l’entomologie moi… Mais je veux bien essayer. Alors… Il a que deux ailes. C’est un Diptère. »

Max : « Ça ? Un Diptère ? Mais il est noir et jaune ! »

Le chevalier : « Et alors ? Je t’ai déjà expliqué que certains Diptères se déguisent en Hyménoptères. »

Max : « C’EST VRAI ! C’est l’aproximatisme ! »

Le chevalier : « L’aproximatisme ? »

Max : « C’est bizarre, quand c’est toi qui le dis ça fait pas pareil… C’est pas aproximatisme alors… Mmmmm… Les livrées aposématiques ! On parle de livrées aposématiques ! Il y a beaucoup des mouches qui aposématisent. On a vu qui déjà ? Une petite mouche… Bonome, c’était quoi ? »

Le chevalier : « Des Syrphidés. »

Max : « C’est ça ! Mais si c’est un Diptère, on doit voir leurs balanciers. »

Léo : « Les balanciers ? »

Max : « Mais oui Léo ! Regarde bien en arrière des ailes. Il y a des petites boules au bout de petits machins. Ce sont les balanciers, des organes d’équilibration. Ce sont les ailes postérieures qui se sont transformées. »

Léo : « Ça confirme que c’est un Diptère. Et après ? C’est quelle famille ? »

Le chevalier : « Il va m’être difficile de vous l’expliquer… »

Max : « Essaye quand même 🙂 »

Le chevalier : « Observez attentivement le thorax. »

Max : « Léo, le thorax est entre la tête et l’abdomen. »

Léo : « Merci Maxou 🙂 »

Le chevalier : « Il y a une partie antérieure appelée pronotum. »

Max : « On la voit. »

Le chevalier : « La partie médiane du thorax est appelée mésonotum. Et il a une suture transverse commençant de chaque côté de la base de l’aile très marquée. »

Max : « Ah bon ?! Dis bonome, tu as pas un autre critère parce que le mésoprandium suturé ça nous parle pas vraiment. »

Le chevalier : « Et les deux nervures anales distinctes qui rejoignent le bord postérieur de l’aile ? »

Max : « Bon, dis nous directement le nom de la famille, c’est mieux. »

Le chevalier : « C’est un Tipulidé. »

Max : « Et le genre ? Tu connais le genre ? »

Le chevalier : « Je dirais que c’est un cténophore, genre Ctenophora. Pour l’espèce j’hésite. Si je me fonde sur l’anneau brun qu’on peut voir sur la troisième paire de pattes j’opterais plutôt pour Ctenophora flaveolata. »

Max : « Et son nom vernaculaire ? »

Le chevalier : « C’est un cténophore 🙂 En général les Tipulidés ont une vie adulte très courte. Quelques jours… Leurs pièces buccales sont atrophiées voire absentes chez ceux qui ne vivent qu’un jour ou deux. »

Max : « Juste le temps de faire des œufs 🙂 »

Le chevalier : « Oui mon petitours. »

Max : « Bon, c’était un bel insecte. On sait tout sur les Tipulidés. On va au Grand Étang ? »

Le chevalier : « On y va Max ! Mais notre monture est encore loin. »

Max : « Oui mais on y va ! »

Léo : « Max ! Regarde ! Des bébés foulques ! »

 94-1-61-une-foulque-et-ses-petits  94-1-62-petites-foulques

Max : « Mesdames, Messieurs, les foulques macroules, je tiens à vous dire que vos bébés sont très beaux 🙂 Et vous avez bien raison de perpétuer l’espèce. Il y en a beaucoup des foulques. Elles sont pas très craintives. »

Le chevalier : « Non, tu sais bien qu’elles savent défendre leur territoire 🙂 On a voit sur la plupart des plans d’eau. Même en ville. »

Max : « C’est bien ce que je dis : il y en a beaucoup des foulques. Léo, qu’est ce que tu regardes tout la haut ? »

Léo : « Je crois que c’est un faucon. Mais je suis pas bien sûr de l’espèce. »

 94-1-63-faucon-crecerelle  94-1-64-faucon-crecerelle  94-1-65-faucon-crecerelle

Max : « On dirait bien un faucon crécerelle, Falco tinnunculus, Falconidés. Mais il a comme un collier brun foncé. C’est pas normal ça. »

Léo : « C’est peut-être parce qu’on le voit d’en-dessous. Il a la tête grise. C’est sûrement un mâle. »

Max : « D’accord pour le faucon crécerelle mâle. »

Léo : « Maxou, tu as déjà lu les panneaux d’information sur les zanimos ? »

Max : « Non, juste un mais je me souviens plus. Tu veux aller voir celui-ci ? »

Léo : « Oui 🙂 »

 94-1-67-le-panneau  94-1-68-les-petizours

Max : « C’est sur les traces de zanimos 🙂 … Le blaireau ? Il y a des blaireaux ici ? »

Le chevalier : « Je n’en ai jamais vu mais j’ai trouvé un squelette un jour qui pourrait bien être celui d’un blaireau. »

Max : « Où ça ? »

Le chevalier : « Au Royaume des Pics. »

Max : « Tu nous le montreras ? »

Le chevalier : « Si vous voulez. »

Max : « Bon, tu as fotoé le panneau, on peut y aller. »

Léo : « Regardez les bernaches du Canada ! »

 94-1-69-des-bernaches-du-canada  94-1-70-un-paysage

Max : « Position d’intimidation 🙂 »

Léo : « Il est beau cet étang. C’est dommage qu’on puisse pas en faire le tour. »

Max : « On voit pas beaucoup des zoisos ici. On a vu un cygne de tout près, à peine un mètre de nous. J’avais un peu peur. Et puis on voit des Odonates. Oh ! Il y a des fotoeurs là-bas… Ce serait pas le grand fotoeur avec eux ? »

Le chevalier : « Si 🙂 »

Max : « Tu vas aller papoter avec eux ? »

Le chevalier : « Je vais saluer le Grand Fotoeur. »

Max : « D’accord. Alors on se cache dans ta poche. Pas trop longtemps bonome, le Grand Étang nous attend 🙂 »

Bonome a salué les fotoeurs, surtout le Grand Fotoeur. Tout le monde le connaît au Royaume des Sternes. Il est rigolo ce Grand Fotoeur. Toujours en tenue camouflage, cagoule comprise, avec des protections en plastique pour les genoux. Des fois, il sort d’on ne sait où, hopla le voilà 🙂 Ou alors on voit ses traces dans la boue au bord des étangs quand il est allé planquer dans les roseaux. Il est capable de dormir dans les fourrés pour fotoer aux premières lueurs du jour. Et il est très gentil et pas prétentieux. Et je crois qu’il aime bien mon bonome parce qu’il connaît bien les zoisos. Quand des fotoeurs se croisent, ils parlent toujours de ce qu’ils ont fotoé. Là, le Grand Fotoeur a dit qu’il avait vu des beaux zoisos. Mais bonome a répondu qu’il avait pas vu grand-chose aujourd’hui mais qu’au Grand Étang il avait eu des belles surprises. Les fotoeurs ont été un peu méprisants, en disant qu’ils connaissaient déjà les goélands et que c’était pas la peine d’aller aussi loin pour en voir. Alors bonome a fait la liste des zoisos qu’on avait vus ces derniers temps : des chevaliers, quatre espèces, un courlis corlieu, des combattants variés, un bécasseau variable… Et il y a un fotoeur qui était très étonné. Il trouvait que c’était digne d’une sortie à l’île de Ré. L’île de Ré, c’est en Charentmaritimie mais on y est jamais allés. Bonome leur a dit qu’il y allait en quittant le Royaume des Sternes mais ils ont répondu qu’ils avaient pas envie d’y aller parce qu’ils connaissaient et que ça valait pas la peine de perdre son temps à s’y rendre. Et bonome les a salués gentiment et il est parti.

Max : « Bonome, j’ai pas bien compris pourquoi ils aiment pas le Grand Étang. »

Le chevalier : « Avec leurs gros appareils ils ne peuvent pas vraiment être à l’aise derrière les observatoires. »

Max : « Ah bon ? Mais on s’en fiche qu’ils viennent pas. On sera plus tranquilles. »

Le chevalier : « Oui Maxou. Avez-vous vu le bernachon qui se promenait à nos pieds ? »

Max : « Ben non, on était cachés. »

Léo : « Je suppose que tu l’as fotoé 🙂 Tu nous montres ? »

 94-1-71-un-bernachon  94-1-72-un-bernachon

Max : « Oulala ! Mais il tout jeune ce bernachon ! »

Léo : « Rhooo oui ! Et sa mère le laissait se promener entre vous ? »

Le chevalier : « Oui, elle n’avait pas l’air inquiète. »

Max : « Elle devait savoir que les fotoeurs aiment les zoisos 🙂 »

Léo : « Il y a un autre panneau ! On va le voir ? »

Max : « Le premier qui a réussi à grimper a gagné ! »

Léo : « Preums ! »

Max : « Pfff… J’aime pas perdre ! »

 94-1-73-un-autre-panneau  94-1-74-les-petizours

Léo : « Il parle de la sittelle torchepot. »

Max : « Dis bonome, tu sais d’où il vient le nom torchepot ? »

Le chevalier : « Il me semble… Les sittelles nidifient dans des nids qu’elles récupèrent d’autres oiseaux comme les pics. Mais l’ouverture a un diamètre trop important alors elle réduit l’ouverture avec un torchis de boue séchée. »

Max : « Torchis, torchepot… D’accord. Merci bonome. »

Léo : « On est à notre monture 🙂 Maxou il te reste plus longtemps à patienter 🙂 »

Max : « Vous croyez qu’on va encore avoir des surprises ? »

Léo : « Max, tu sais bien qu’on peut pas prévoir au Pays des Zoisos 🙂 »

Continuer la promenade

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.