87.1 – Retour au Royaume des Grèbes

Lundi 18 Avril, An III

Max : « Bonome, il fait beau aujourd’hui 🙂 »

Léo : « Et tu as plus ton attelle. »

Max : « Le docteur a dit que tu étais réparé 🙂 »

Léo : « Et lors de notre dernière inspection, on a vu de belles scènes au Royaume des Grèbes. »

Max : « On pourrait y retourner. »

Léo : « Pour prendre des nouvelles des zoisos. »

Max : « Parce que si ils nous voient pas, ils vont s’inquiéter. »

Léo : « Ils vont croire que tu es encore tout cassé. »

Max : « Tu voudrais pas que les zoisos s’inquiètent quand même ! »

Léo : « Parce qu’un zoiso stressé peut pas faire des œufs. »

Max : « C’est prouvé scientifiquement. »

Léo : « Tu imagines la catastrophe pour le Royaume ? »

Max : « Des zoisos tout stressés… »

Léo : « Tout amaigris… »

Max : « Plus d’œuf 🙁 »

Léo : « Donc plus de petits… »

Max : « Et plus de zoisos… »

Le chevalier : « C’est tout ? »

Max : « Comment ça c’est tout ? »

Le chevalier : « Vous n’avez pas d’autres arguments ? »

Max : « Parce que la disparition de tous les zoisos du Royaume des Grèbes, c’est pas suffisant pour toi ? »

Léo : « A cause de toi en plus ! »

Max : « Qu’est ce qu’il te faut de plus ? »

Le chevalier : « La vérité 🙂 »

Max : « On s’ennuie dans la cabane. »

Léo : « On a envie d’aller aux zoisos. »

Max : « Ils nous manquent les zoisos. »

Léo : « Et on voudrait voir Martin. »

Max : « Et les grébus. »

Léo : « Grébou aussi. »

Max : « On veut aller aux zoisos ! »

Le chevalier : « D’accord. Enfilez vos sacados et allons-y 🙂 »

Léo : « Chouette alors ! »

Max : « Merci bonome 🙂 »

Au Royaume des Grèbes…

Max : « Tu crois qu’on va avoir de belles surprises ? »

Le chevalier : « Max, tu sais bien qu’on ne peut pas prévoir. Et puis, si on savait, ce ne serait plus des surprises. »

Max : « Le vent t’a pas donné des indices ? »

Le chevalier : « Non Max. Et je ne lui demanderai jamais de m’en donner. C’est notre ami le vent. Et je ne veux pas l’importuner pour des bêtises ! »

Max : « C’est pas pour des bêtises ! C’est pour savoir où sont les zoisos 🙁 »

Le chevalier : « Nous verrons bien. Et si, par malchance, nous n’en voyons pas, nous aurons au moins eu la chance de nous promener dans la nature. »

Max : « Oui bonome. Tu as raison bonome. Te fâche pas bonome. »

Le chevalier : « Je ne suis pas fâché mon petitours 🙂 »

Léo : « Il y a des foulques. »

Max : « Il y a toujours des foulques ! Partout il y a des foulques… »

Léo : « Celle-la ploufe pour se nourrir. Elle va chercher des végétos dans l’eau. »

Max : « Bonome, tu peux fotoer ? Comme ça, on pourra expliquer à Princesse ? »

87.1 01 Foulque macroule 87.1 02 Foulque macroule
87.1 03 Foulque macroule 87.1 04 Foulque macroule

Le chevalier : « Que veux-tu expliquer Maxou ? »

Max : « Ben, déjà, que les foulques sont phytophages : elles mangent des végétos. Enfin, quand elles mangent pas du poisson. Et pour trouver des végétos, des fois, elles doivent ploufer. Et c’est rigolo ! »

Le chevalier : « Pourquoi rigolo ? »

Max : « Bonome, tu sais bien… Elles remontent comme des bouchons et, des fois, elle remontent les fesses les premières. C’est rigolo 🙂 »

Léo (se tournant vers le chevalier) : « Un rien l’amuse 🙂 »

Max : « Ben oui. Et alors ? »

Léo : « Oh ! Il y a une petite foulque ! »

87.1 05 Foulques macroules

Max : « Les petits les plus moches du monde ! Quand Dieu a créé les zanimos, il a décidé que les petits des zanimos seraient mignons et que tout le monde serait attendri en les voyant. Sauf pour les foulques. Pour les foulques, il a dit : ‘Vous, les petites foulques, vous serez très moches et tout le monde se moquera de vous. C’est très injuste, c’est vrai, mais qu’est ce qu’on va rigoler :)’ Et les foulques furent 🙂 »

Léo : « Tu es sûr Maxou ? »

Max : « Ben oui ! Non mais tu les as vus ces petits ? Pas de plumes sur la tête, le crâne rouge, un collier de plumes toutes fines et jaunes autour du cou, des moignons d’ailes avec encore des plumes jaunes… Et des pattes gigantesques ! On dirait qu’elles viennent au monde avec leurs pattes d’adulte ! Comme si un bébé zom chaussait du 42 dès la naissance ! Mon Léo, les bébés foulques sont la preuve absolue que Dieu a le sens de l’humour 🙂 »

Léo (se tournant vers le chevalier) : « Que puis-je répondre à ça ? »

Le chevalier : « Rien mon petit Léo 🙂 Mais j’aime beaucoup l’image du petit zom qui chausse du 42 ! »

Léo : « 😀 »

Max : « Bon, ici il y a que des foulques. On va ailleurs. Allez ! »

Léo : « Il y a un grébou ! »

Max : « Il a attrapé quelque chose grébou ! C’est un bon pécheur. Mais on doit le laisser manger. »

87.1 06 Grébou

Léo : « Max, serais-tu impatient d’arriver à l’observatoire de Martin ? »

Max : « Oui 🙂 Quelque chose me dit qu’il va venir aujourd’hui. »

Le chevalier : « Tu risques d’être déçu Maxou. »

Max : « Il est pas venu la dernière fois, parce qu’on l’avait négligé. Mais là, il va venir. On doit lui manquer. Ça fait longtemps qu’on s’est pas vus. Et puis, je voudrais lui donner des nouvelles des Martins de Bretagne. Bonome ! Tu as vu le chemin ? »

Le chevalier : « oui 🙂 »

87.1 07 Le chemin Max : « Tu vois que nos rapports servent à quelque chose ! On avait écrit à Princesse pour que les gardes entretiennent mieux les chemins parce qu’ils étaient tout boueux et très dangereux et hop ! Les chemins sont empierrés ! »

Le chevalier : « 🙂 »

Léo : « Nous voilà à l’observatoire ! »

Max : « Des bernaches du Canada ! Elles vont se poser ! Fotoe-les bonome ! »

87.1 08 Bernaches du Canada 87.1 09 Bernaches du Canada

Max : « Montre s’il te plaît ! … Zutalor ! Tu as pas eu toute la scène ! »

Léo : « Elles sont belles quand même tes fotos chevalier 🙂 »

Max : « Regardez ! Elles se chamaillent ! Elles sont très agitées en ce moment les bernaches du Canada ! Tu crois qu’on devrait les gronder ? »

87.1 10 Bernaches du Canada 87.1 11 Bernaches du Canada

Le chevalier : « Max, je t’ai expliqué que les zanimos sont tous un peu agités au printemps. »

Léo : « A cause de la saison des amours. Ils doivent trouver des partenaires et les mâles font un peu la bagarre pour les femelles. »

Max : « Ils pourraient pas trouver des partenaires calmement ? Sans bagarre ? »

Léo : « Ils montrent leur force ! »

Max : « Pour quoi faire ? »

Le chevalier : « Pour montrer qu’ils sont aptes à défendre les petits contre d’éventuels prédateurs Maxou. »

Max : « Moi, j’aime pas les prédateurs. »

Le chevalier : « Ce n’est pas vrai ! Martin est un prédateur pour les poissons. Les grébus aussi ! Beaucoup d’oiseaux sont des prédateurs. »

Max : « Et ben j’aime pas les prédateurs des zoisos ! »

Le chevalier : « Ils sont pourtant nécessaires, tu sais bien. »

Max : « Peut-être… Bon, Martin va pas venir tout de suite. C’est pas la bonne heure. On reviendra plus tard. »

Léo : « Ce qui veut dire : Allez, on avance ! »

Max : « Qu’est ce que tu as vu bonome ? »

Le chevalier : « Un insecte ! »

Max : « Chouette ! On va faire l’insectologie 🙂 Tu le connais ? »

87.1 12 Un insecte

Le chevalier : « Je l’ai déjà observé, au printemps dernier. »

Max : « C’est qui cet insecte ? »

Le chevalier : « Tu sais que je ne suis pas entomologiste Maxou. »

Max : « Toi, tu as peur des dire une erreur 🙂 »

Léo : « Fais ton hypothèse chevalier 🙂 »

Le chevalier : « D’après la disposition des ailes, l’allure des nervures… je dirais que c’est un sialis, sialis lutaria. »

Max : « C’est quoi comme insecte ? C’est pas un Diptère ! »

Le chevalier : « Un mégaloptère. »

Léo : « Ça veut dire quoi mégalo ? »

Le chevalier : « Grand. Il a de grandes ailes 🙂 Les sialis sont des insectes printaniers. Ils volent mal et on les observe souvent sur la végétation sur la rive de cours d’eau ou d’étang. Les femelles pondent sur des végétaux aquatiques mais émergés. Après l’éclosion, la larve se laisse tomber dans l’eau où elle se développe. La durée totale du développement est d’environ deux ans. »

Max : « Deux ans ! Entre la ponte et l’adulte ! »

Le chevalier : « Et oui 🙂 Et la vie adulte ne dure que quelques mois. Le temps de se reproduire. »

Léo : « C’est bizarre quand même les insectes. Ils passent leur vie sous forme de larve et deviennent adultes juste pour se reproduire. »

Le chevalier : « Pas tous Léo. Mais c’est vrai pour de nombreuses espèces. »

Max : « Merci bonome. Mésange charbonnière ! »

Léo : « Parus major, Paridés ! Je marque un point ! »

Max : « Mais c’est pas juste ! C’est moi qui l’ai vu le premier ! »

87.1 13 Mesange charbonnière

Léo : « Max, c’est toi qui a fixé les règles. Il faut dire le nom en scientifique sinon, ça compte pas ! »

Max : « Je peux changer les règles alors ! Et dire que c’est moi qui gagne 🙂 »

Le chevalier : « Non Maxou. On ne change pas les règles. »

Max : « C’est un mâle ? On voit le noir sous le ventre. »

Le chevalier : « Je crois bien, oui. »

Max : « Tu as pensé à mettre des graines dans la mangeoire avant de partir ? »

Le chevalier : « Maxou, il va falloir arrêter de nourrir nos oiseaux. Ils faut qu’ils se débrouillent seuls maintenant. »

Max : « Mais et les petits ! Ils sont petits encore ! »

Le chevalier : « Justement ! C’est maintenant qu’ils doivent apprendre à se nourrir seuls. »

Max : « Mais si on les nourrit plus, ils vont plus venir et on les verra plus 🙁 Comment on saura si ils vont bien ? »

Le chevalier : « Tu sais Maxou, il faut bien qu’ils s’en aillent. Nous les reverrons cet hiver. »

Max : « On va ré-ouvrir les restaurants ? »

Le chevalier : « Oui, promis. »

Max : « Quand ça ? »

Le chevalier : « Novembre. Un peu avant si l’automne est froid. »

Max : « D’accord. Et on ferme à la fin de cette semaine, comme ça, j’ai le temps de leur dire au-revoir à tous. Et de leur souhaiter un bon été. Tiens ! Un ragondin. »

87.1 14 Un ragondin 87.1 15 Un ragondin

Léo : « Vous pouvez me rappeler son nom en scientifique ? »

Max : « Tu le connais pas ? Myocastor coypus, Myocastoridés. Il a été introduit par les zoms et maintenant il y en a partout. »

Le chevalier : « Ce qui n’est pas forcément une bonne chose… »

Max : « Pourquoi ? Il font du mal à personne les ragondins. »

Le chevalier : « En creusant leur terrier, ils déstabilisent les berges des cours d’eau ou des étangs. Et les berges ont tendance à s’effondrer. »

Max : « Et alors ? Les zoms ont juste à travailler un peu pour tout remettre en place ! Ils peuvent bien faire ça les zoms ! En plus, normalement, les ragondins sont phytophages. Ils mangent les jeunes poussent des végétos qui se développent sur les berges. Ils nettoient donc les berges. »

Léo : « Pourquoi tu dis normalement ? »

Max : « Parce qu’un jour, on en a vu un qui se régalait en mangeant un Mollusque Bivalve qui devait être un Anodonte des cygnes. Et un Anodonte des cygnes, c’est pas vraiment un végéto… »

Léo : « Mais pourtant, quand on a étudié le crâne de ragondin, on a bien vu qu’il avait une denture de phytophage ! »

Max : « Eh oui ! Et les foulques mangent pas de poisson ! Et pourtant… »

Le chevalier : « Vous savez mes petizours, les catégories que nous utilisons sont surtout des constructions humaines qui ont pour but de mettre de l’ordre dans la nature afin de pouvoir mieux la comprendre. »

Max : « Euh… Tu expliques s’il te plaît ? »

Le chevalier : « Comment dire… Phytophage, zoophage… Ce sont des groupes qui ont été créés par les scientifiques quand ils ont décidé d’étudier l’alimentation des animaux. Vous savez bien que ces groupes sont eux-mêmes divisés en sous groupes. »

Max : « Moi ! Moi ! Je sais ! »

Le chevalier : « Nous t’écoutons Maxou 🙂 »

Max : « Par exemple, les zoophages peuvent être subdivisés en insectivores, piscivores… »

Le chevalier : « Exact. Et je vous ai souvent parlé d’oiseaux insectivores. Pourtant, aucun ne l’est strictement. »

Max : « D’accord. »

Léo : « Tu as un autre exemple de catégorie créée par les zoms ? »

Le chevalier : « oui, bien sûr. L’espèce. »

Max : « Une espèce ! Mais c’est pas créé par les zoms ! On en voit plein des espèces ! Elles sont bien réelles ! »

Le chevalier : « Pas tant que ça 🙂 »

Max : « Bon, d’accord, affine l’espèce… »

Le chevalier : « Pouvez-vous me rappeler la définition ? »

Léo : « C’est à mon tour ! Une espèce est un groupe d’individus qui se ressemblent et qui peuvent avoir une descendance féconde. »

Le chevalier : « Bien Léo. Pourtant, il arrive que des individus d’espèces différentes aient une descendance. »

Max : « Ben oui, mais ce sont des hybrides. Ils auront pas des bébés. La descendance n’est pas féconde et la définition n’est pas contredite. »

Le chevalier : « Sauf quand les hybrides sont féconds 🙂 »

Max : « Bonome, pourquoi tu nous apprends des choses pour nous dire le contraire après ? Tu as dit qu’un hybride est un individu stérile obtenu par croisement entre deux espèces. »

Le chevalier : « Max, si nous ne définissons pas espèce, comment pouvons nous appréhender la nature ? Sans cette catégorie, nul raisonnement n’est possible. Nous n’avons que des individus face à nous. Mais la nature s’en fiche de nos catégories. »

Léo : « Je comprends. Mais tu peux donner des exemples d’hybrides fertiles s’il te plaît ? »

Le chevalier : « Si tu veux Léo. J’en donnerai un tiré du règne végétal et un autre, un peu particulier, tiré du règne animal. »

Max : « D’accord. Un végéto et un zanimo. On t’écoute bonome 🙂 »

Léo (se penchant vers Max) : « J’aime bien quand il affine 🙂 »

Le chevalier : « Commençons par le règne végétal. Connaissez-vous les platanes ? »

Max : « On en a déjà vu mais on les as jamais étudiés. »

Le chevalier : « Il en existe plusieurs ‘espèces’. Le premier connu est le platane oriental, Platanus orientalis, Platanacées. Il vit de la Méditerranée orientale à l’Himalaya. Ses feuilles sont découpées en 5 ou 7 lobes. Son écorce se décolle par grandes plaques et ses fruits, plutôt petits, sont regroupés en sphères qui pendent par groupes de 3 à 6. On peut les observer tout l’hiver, même après la chute des feuilles. »

Max : « D’accord pour le platane oriental. Un autre maintenant. »

Le chevalier : « 🙂 En Amérique on trouve le platane occidental, Platanus occidentalis. Ses feuilles n’ont que trois lobes, l’écorce se détache par plaques allongées et les boules de fruits sont solitaires. »

Léo : « Ils vivent pas du tout aux mêmes endroits. Ils peuvent donc pas se rencontrer. »

Le chevalier : « Bonne remarque Léo, mais tu oublies les humains. Les romains ont introduit le platane orientale dans presque tout leur empire, notamment en France. »

Max : « Et le platane occidental ? Il a traversé l’Atlantique à la nage ? Il a pris le bateau ? Il est peut-être venu avec Samuel Champlain quand il est revenu d’avoir fondé Québec. Il s’est dit : ‘Tiens, si j’accompagnais ce cher Samuel. Il va s’ennuyer sur son bateau. Et comme ça je pourrais coloniser l’Europe. »

Le chevalier : « Je ne connais pas son histoire mais je ne pense pas qu’il ait pris le bateau de Champlain 🙂  Ce que je sais c’est que les deux espèces se sont retrouvées côte à côte, dans les jardins d’Oxford, au 17ème siècle. Et il en est sorti un nouveau platane appelé Platanus hybrida. »

Max : « Et il peut se reproduire ? »

Le chevalier : « Eh oui ! La plupart des platanes présents dans les villes ou le long des routes sont des platanes hybrides. »

Léo : « Mais alors, les deux espèces de départ sont pas des espèces ! Ce sont des variantes dans la même espèce. »

Le chevalier : « Peut-être… Mais tu sais mon Léo, ils s’en fichent les platanes, de nos définitions 🙂 »

Max : « Bon, d’accord, il y a des hybrides féconds chez les végétos. Parce que je suppose que tu pourrais multiplier les exemples. Mais chez les zanimos ? »

Le chevalier : « Nous allons nous intéresser aux grenouilles. »

Max : « On en voit souvent. Mais tu donnes pas les noms d’espèces. Tu connais rien aux grenouilles. Tu dis juste que c’est une grenouille verte. »

Le chevalier : « C’est vrai, et tu vas comprendre pourquoi 🙂 La grenouille verte est appelée Rana esculenta ou Pelophylax kl. esculentus et pourtant cette espèce n’existe pas ! »

Max : « Pfff… »

Le chevalier : « Il existe deux autres espèces… »

Max : « Et tu vas dire après qu’elles n’existent pas non plus ! »

Le chevalier : « Si, celles-là existent bel et bien 🙂 »

Léo : « C’est quoi ces deux espèces ? »

Le chevalier : « La grenouille rieuse et la grenouille de Lessona. »

Léo : « Tu peux donner les noms en scientifique s’il te plaît ? »

Le chevalier : « Pelophylax ridibundus et Pelophylax lessonidae. Ce sont des Ranidés. »

Léo : « Et alors ? Qu’est ce qui se passe avec toutes ces grenouilles ? »

Le chevalier : « Il se trouve que les mâles Lessona s’accouplent parfois avec les femelles rieuses. »

Max : « Beurk ! C’est de la zoophilie ! »

Le chevalier : « 🙂 Et il en résulte un hybride fertile appelé grenouille verte. »

Léo : « Pelophylax kl. esculentus ? »

Le chevalier : « Oui mon Léo. »

Max : « Et elle peut se reproduire ? »

Le chevalier : « Oui 🙂 »

Léo : « Mais avec qui ? »

Le chevalier : « Entre Pelophylax kl. esculentus. Et peut-être avec Pelophylax lessonae. »

Léo : « Et… »

Le chevalier : « Et le patrimoine génétique de la grenouille rieuse est totalement éliminé lors de la reproduction. »

Max : « Ce qui veut dire ? »

Le chevalier : « Que les petits sont des Pelophylax lessonae. »

Max : « C’est compliqué tout ça. »

Le chevalier : « Pas très simple, en effet 🙂 Je m’y perds un peu. Il me semble que ces phénomènes d’hybridations n’ont été découverts que dans les années 1970. »

Léo : « En tout cas, ça montre bien que le mot espèce a pas beaucoup d’importance pour toutes ces grenouilles 🙂 »

Max : « Et je comprends mieux pourquoi tu connais rien aux grenouilles ! Elles sont tout mélangées ! »

Le chevalier : « Pas d’autres questions ? »

Léo : « Si ! »

Le chevalier : « Je t’écoute Léo. »

Léo : « Dans Pelophylax kl. esculentus, il veut dire quoi le kl. ? »

Max : « C’est vrai ça ! On a jamais vu de kl. »

Le chevalier : « Klepton. Il indique que c’est une espèce hybride. »

Max : « Une espèce hybride ! C’est bizarre. Ça devrait même pas exister. »

Le chevalier : « Cela montre bien que nos concepts ne sont pas toujours opérants. Mais ils sont bien pratiques. »

Léo : « C’était très intéressant 🙂 »

Max : « Mais un peu déroutant quand même. On apprend des choses qui sont même pas vraies mais qui sont importantes quand même. »

Le chevalier : « Eh oui Maxou. Mais pour raisonner il faut bien mettre des étiquettes, ranger dans des boites… tout en sachant que ces étiquettes ne couvrent pas toute la réalité. Vous, par exemple, vous êtes des petizours naturalistes. »

Max : « Ben oui. On étudie la nature et on a des sacados 🙂 »

Le chevalier : « Mais vous n’êtes pas que ça. »

Léo : « On est aussi des juvéniles. »

Max : « On aime bien chahuter et se chamailler 🙂 »

Le chevalier : « Et vous êtes d’adorables petizours toujours prêts à enlever mes chaussettes 🙂 »

Max : « On le fera plus. »

Léo : « Tu es plus tout cassé 🙂 »

Max : « Je comprends bien ce que tu veux dire. Sans étiquette, même inexactes, pas de raisonnement possible. Bon, on reprend l’inspection ? »

Léo : « Il y a grébu qui passe… »

87.1 16 Grébu 87.1 17 Grébu

Max : « On dirait qu’il se dit : ‘Tiens, vous êtes là ! On ne vous a pas beaucoup vus ces derniers temps.‘ »

Léo : « Tu sais grébu, on vous oubliait pas. Mais le chevalier était tout cassé. »

Max : « On pouvait pas venir vous voir. »

Léo : « Il faut pas nous en vouloir. »

Max : « Bonome, il y a des fuligules. »

87.1 19 Fuligules morillons 87.1 20 Fuligules morillons

Léo : « Aythya fuligula, Anatidés. Deux à zéro ! »

Max : « Pfff… J’aime pas perdre ! »

Léo : « Ça, on l’avait remarqué 🙂 Tu as encore toutes tes chances Maxou. Parce qu’il me semble qu’on va rester un moment ! N’est ce pas chevalier ? »

Le chevalier : « Oui, je crois bien. Je n’ai pas envie de rentrer. Je revis dans la nature. »

Max : « Et puis tu es guéri 🙂 »

Le chevalier : « Tu sais bien que non Maxou. La fracture s’est réduite. Mon épaule va bien mais il va falloir des mois pour guérir. J’espère que ce sera fait pour Septembre. »

Léo : « Pas avant ? »

Le chevalier : « Peut-être… Si je suis sage et que j’ai de la chance. Une guérison totale peut prendre jusqu’à un an. »

Max : « Pas toi bonome. Tu vas pas prendre un an toi. »

Le chevalier : « Nous verrons bien. Pour le moment, je n’ai pas à me plaindre. Profitons de cette belle journée. »

Léo : « Vous entendez ? »

Max : « C’est un zoiso qui chante 🙂 »

Léo : « C’est pas un zoiso. C’est un accenteur mouchet. Prunella modularis, Prunellidés. Il doit pas être loin. On va le chercher ? »

Max : « Là ! Prunella modularis, Prunellidés. Un point pour moi ! »

87.1 22 Accenteur mouchet 87.1 23 Accenteur mouchet
87.1 24 Accenteur mouchet 87.1 25 Accenteur mouchet

Léo : « Il est beau ce zoiso. »

Max : « Tu dis toujours il est beau ce zoiso. »

Léo : « Toi aussi Maxou 🙂 »

Max : « De moins en moins… Tu m’en laisses pas le temps 🙂 »

Léo : « Tu connais des histoires sur l’accenteur mouchet ? »

Le chevalier : « Oui 🙂 Une, mais elle est pas très ragoutante. J’ai peur de vous choquer. »

Max : « Raconte bonome 🙂 »

Le chevalier : « Il faut savoir qu’il y a plus de mâles que de femelles. »

Max : « Comment ça se fait ? »

Le chevalier : « Aucune idée 🙂 »

Léo : « Il doit y avoir des bagarres alors à la saison des amours. »

Le chevalier : « Pas tant que ça. Ils ont trouvé une solution pour limiter les conflits. Le couple accepte un mâle secondaire sur son territoire… »

Max : « Ils vivent à trois ? »

Le chevalier : « Oui 🙂 La femelle y trouve son avantage. Elle, et ses œufs, sont protégés par deux mâles. Les petits seront nourris pas trois adultes… »

Max : «Et c’est qui le papa ? »

Le chevalier : « Le premier mâle. Mais la femelle ‘récompense’ le mâle secondaire par quelques accouplements discrets, dans les fourrés. »

Max : « Mais comment on sait qui est le papa alors ? »

Le chevalier : « La parade est un peu particulière… La femelle montre son cloaque au mâle avant l’accouplement. »

Max : « Beurk ! »

Le chevalier : « Et le mâle le picote du bec 🙂 »

Léo : « Pourquoi ? »

Le chevalier : « Cela provoque des contractions qui éjectent les spermatozoïdes d’un potentiel précédent accouplement. Et la parade n’a lieu qu’avec le mâle principal. »

Max : « Ils sont bizarres les accenteurs mouchets. Je sais pas si je les trouve toujours aussi beaux. »

Léo : « Max, c’est comme ça la nature. Ce comportement est normal chez les accenteurs. Il faut pas regarder ça avec nos règles à nous. Sinon, on comprend rien. »

Max : « Je sais bien Léo. Mais je mets plus de temps que toi. On retourne à l’observatoire de Martin ? »

Léo : « Tu veux pas faire tout le tour ? »

Max : « Non, là-bas, on verra rien. Et je veux pas louper Martin. Parce que si on le loupe aujourd’hui, il nous en voudra. Alors on retourne le voir. Et on attend qu’il vienne. »

Léo : « On s’arrête quand même pour regarder les zoiso ? »

Max : « Ben oui. On va pas les vexer quand même. Et puis je les aime bien, moi, les autres zoisos. »

Léo : « Alors on peut dire bonjour au héron cendré ? »

Max : « Ardea cinerea, Ardéidés ! Deux partout ! »

87.1 26 Héron cendré 87.1 27 Héron cendré

Léo : « Zutalor ! Il s’en va ! »

Max : « C’est pour que bonome le fotoe au décollage 🙂 Tu as réussi ? »

Le chevalier : « Je me suis laissé surprendre 🙁 »

Max : « Tu en as réussi une quand même. »

Léo : « Il y a pas d’autres zoisos 🙁 »

Max : « Ben non. Ils sont au Royaume Secret 🙂 »

Léo : « J’ai fait quelques recherches et je n’ai rien trouvé sur ce Royaume. Tu es sûr qu’il existe ? »

Max : « C’est obligatoire ! Sinon, ils iraient où les zoisos quand on les voit pas ? Ils doivent bien être quelque part ! La meilleure hypothèse est qu’il existe un Royaume Secret. »

Léo : « C’est pas très scientifique comme raisonnement… »

Le chevalier : « Erithacus rubecula, Muscicapidés ! »

Max : « Naaan ! Tu joues pas ! »

Léo : « Il est là ! »

87.1 28 Rougegorge familier 87.1 29 Rougegorge familier

Max : « Lui aussi s’envole ! Tu t’es encore laissé surprendre ? »

Le chevalier : « Oui, et mon appareil aussi 🙂 La foto est floue. »

Léo : « J’ai envie de faire une pause. On arrête pas de marcher. Je voudrais m’asseoir et regarder la beauté. Même si il y a pas de zoisos. »

Le chevalier : « D’accord Léo. »

87.1 30 Les petizours 87.1 31 Les petizours

Le chevalier : « Vous enlevez vos sacados ? »

Max : « Ouiiii 🙂 On va se reposer au soleil 🙂 »

87.1 32 Les petizours

Le chevalier : « Vous vous faites bronzer ? »

Max : « Non, on écoute la nature 🙂 »

Léo : « Mais le vent est pas là 🙁 »

Max : « Il fait peut-être une grosse tempête à l’Ordovicien 🙂 »

Léo : « Ou il raconte des histoires à tante Yvonne 🙂 »

Max : « Ils doivent bien s’amuser tous les deux 🙂 »

Léo : « J’espère qu’elle va bien. »

Max : « Oui mon Léo. Elle va bien. T’inquiète pas. »

Léo : « On va voir Martin ? »

Le chevalier : « Fin de la pause ? »

Max : « Ben oui, on va pas pauser toute la journée quand même. »

Léo : « On est là pour inspecter. »

Max : « Au boulot bonome ! »

Léo : « Il s’y est déjà remis ! »

Max : « Qu’est ce que tu fotoes ? »

Léo : « Une chenille volante ! »

Max : « Pas facile à fotoer. »

87.1 33 Une chenille

Léo : « Pourquoi elle fait ça ? »

Le chevalier : « Pour se déplacer. »

Max : « Elle joue à Tarzan ? »

Le chevalier : « 🙂 Non, mais le vent peut la transporter grâce au fil. Certaines petites araignées utilisent également se mode de déplacement. »

Max : « Il y a plein de zanimos volants alors ! »

Le chevalier : « Oui, ce qui fait le régal des hirondelles par exemple. »

Léo : « Oh ! Un couple de cygnes tuberculés 🙂 »

87.1 34 Un couple de cygnes 87.1 35 Un couple de cygnes
87.1 36 Un couple de cygnes 87.1 37 Un couple de cygnes

Max : « Ils ont l’air très amoureux. »

Léo : « C’est très romantique. »

Max : « Ils font pas de parade bizarre, eux ! Et raconte pas d’histoires étranges sur les cygnes s’il te plaît ! »

Le chevalier : « Je n’en connais pas 🙂 »

Max : « Tant mieux. Un peu de douceur dans ce monde de brutes… »

Léo : « De la tendresse… »

Le chevalier : « Vous m’étonnez 🙂 »

Max : « Parce que tu nous prends pour des sauvages… »

Léo : « …incapable d’apprécier la douceur qui se dégage de ces images… »

Max : « … des rustres sans cœur… »

Léo : « … des barbares sanguinaires… »

Le chevalier : « 😀 »

87.1 38 Grébu Grébu : « Tiens, vous êtes encore là ! Vous passez la journée parmi nous ? »

Léo : « Oui grébu 🙂 On a pas envie de rentrer. »

Max : « On profite de votre environnement. »

Léo : « Mais on se fait discrets. »

Max : « On veut pas vous déranger. »

Le chevalier : « Vous parlez à grébu ? »

Max : « Bonome, je te rappelle que tu parles aux zanimos. Et en zomien en plus. »

Léo : « Tu dis toujours merci au zanimo que tu as fotoé. »

Max : « Alors tu dis rien quand on répond à grébu s’il te plaît. »

Léo : « C’est quoi ce bruit ? »

Max : « On dirait un cygne qui ahétang. »

Léo : « Qui ahétang ? »

Max : « Ben oui, quand on se pose sur terre on dit atterrissage. Et quand on se pose sur un étang, c’est un ahétanhissage. C’est logique. »

Léo : « En quelle langue ? »

Max : « Ben, en petitoursien. »

Léo : « En petitoursien du nord alors. Parce que j’ai jamais entendu ce mot en petitursie du sud. »

Max : « Bonome, tu as fotoé ? Parce qu’on parlait et … »

Le chevalier : « Vous avez raté le cygne qui se posait sur l’eau 🙂 Tenez, regardez… »

 87.1 40 Un cygne  87.1 41 Un cygne
 87.1 42 Un cygne  87.1 43 Un cygne

Max : « Bien joué bonome ! »

Léo : « Max, tu sais à quoi je pense ? »

Max : « Ouiiii 🙂 Au cygne qui viendrait chercher des graines dans la mangeoire ! Poum le cygne ! »

Léo : « Sylvia atricapilla, Sylviidés ! »

87.1 44 Fauvette à tête noire

Max : « Pfff… Ça fait quoi le score ? »

Léo : « Je sais plus. Moi j’ai trois. »

Max : « Moi deux, et bonome un. J’ai encore mes chances 🙂 »

Léo : « C’est encore un mâle. Il y a que des mâles ? »

Le chevalier : « Non. Nous n’avons vu que deux individus. Nous verrons peut être des femelles plus tard. »

Max : « Chut ! On arrive à l’observatoire, plus de bruit. »

Le chevalier : « Installez-vous confortablement 🙂 »

87.1 104 Les petizours
87.1 107 Max 87.1 108 Léo

Quelques minutes plus tard…

87.1 45 Martin 87.1 46 Martin

Max : « Bonjour Martin 🙂 C’est gentil d’être venu. J’étais inquiet pour toi à cause de toute la pluie. Mais je vois que tu vas bien. Tu connais déjà Léo ? Ben oui. On est venus te voir 🙂 »

Léo : « Il s’en va déjà 🙁 »

Max : « Bonome ! Le cygne ! »

87.1 47 Un cygne 87.1 48 Un cygne 87.1 49 Un cygne

Léo : « Poum le cygne ! »

Max : « Tu crois qu’il passerait par la fenêtre de la chambre ? »

Léo : « Non, il est trop large. »

Max : « Il abonomirait tout cassé alors 🙂 »

Léo : « Abonomirait ? »

Max : « Atterrir sur bonome 🙂 »

Léo : « Le chevalier aussi serait tout cassé alors 🙂 »

Max : « On trouverait un gros tas bizarre… »

Léo : « … avec des plumes… »

Max : « … des morceaux d’ailes… »

Léo : « … des morceaux de bonome… »

Max : « … des bouts de fenêtre… »

Léo : « LES GRÉBUS ! REGARDEZ LES GRÉBUS ! RHOLALAAAAAA ! »

87.1 50 Parade de grébus 87.1 51 Parade de grébus
87.1 52 Parade de grébus 87.1 53 Parade de grébus
87.1 54 Parade de grébus 87.1 55 Parade de grébus
87.1 56 Parade de grébus 87.1 57 Parade de grébus
87.1 58 Parade de grébus 87.1 59 Parade de grébus
87.1 60 Parade de grébus 87.1 61 Parade de grébus

Léo : « Rhooooo ! La parade des grébus ! Encore ! La chance ! »

Max : « Eux non plus font pas une parade bizarre ! Ils sont pas comme les accenteurs ! Et ils font pas un couple à trois… Ils sont normaux ces zoisos. »

Léo : « Qu’est ce que c’était beau ! On a vu deux fois la parade ! La chance ! »

Le chevalier : « Max, vas-tu mettre ces fotos dans ton blog ? »

Max : « Ben oui ! Quand on a la chance d’assister à la parade des grébus on partage ! »

Le chevalier : « Tu n’as pas peur de lasser Princesse ? »

Max : « Tu crois qu’on peut se lasser de la parade des grébus ? »

Le chevalier : « Nous, non 🙂 Mais tu sais, tout le monde n’est pas comme nous. »

Max : « Princesse appréciera, j’en suis sûr. »

Le chevalier : « D’accord mon petitours. Alors tu pourras mettre toutes les fotos que tu veux. »

Max : « Martin est revenu ! Il est là-bas ! »

87.1 62 Martin 87.1 63 Martin

Léo : « Il s’envole ! Il est là-bas maintenant ! »

87.1 64 Martin 87.1 65 Martin

Max : « Martin, viens s’il te plaît. Je voudrais te donner des nouvelles des Martins de Bretagne. Et t’expliquer pourquoi on est pas venus ces derniers temps. Viens Martin s’il te plaît. »

87.1 67 Martin 87.1 66 Martin
87.1 68 Martin 87.1 69 Martin

Max : « Bonjour 🙂 Tu sais, on t’a pas oublié. On est allés en inspection en Bretagne. Pour faire notre mission. Et là-bas, on a vu ta famille. Un beau Martin comme toi. Bonome l’a fotoé en train de pêcher. Il a tout ploufé ses pieds pour pouvoir faire les fotos. Et puis, il est tombé et il s’est tout cassé l’épaule mon pauvre petit bonome. C’est pour ça qu’on est pas venus te voir. »

87.1 70 Martin 87.1 71 Martin

Léo : « Bonjour Martin 🙂 Max était inquiet à cause de la pluie qui t’empêche de pêcher. Il voulait t’apporter des poissons mais on pouvait pas venir. »

Max : « C’est gentil d’être venu nous voir. Tu peux retourner faire des trucs de Martin maintenant. On est rassurés 🙂 »

Léo : « Au revoir Martin. Merci d’être passé nous voir. »

Max : « Vous voyez ! Je savais qu’il viendrait ! C’est notre ami Martin. Il pouvait pas ne pas venir ! »

Le chevalier : « Je suis content pour toi Maxou. »

Max : « Il va bien bonome. J’avais peur tu sais. »

Le chevalier : « Mais tu as vu, il est en pleine santé. »

Max : « Oui 🙂 Mais c’était Martine. »

Léo : « Comment tu sais ? »

Max : « A cause du dimorphisme sexuel. Il est très léger chez les martin-pêcheurs. Il y a que le couleur de la base de la partie inférieure du bec qui change. Orange chez la femelle, noir chez le mâle. Et là, c’était orange. Donc c’était Martine. »

Léo : « Tu crois qu’elle va se trouver un Martin ? »

Max : « J’aimerais bien pour elle. Et ils feraient des œufs… »

Le chevalier : « Vous savez que les martins-pêcheurs peuvent faire jusqu’à six portées par an ? »

Max : « Six portées ? Avec combien de petits ? »

Le chevalier : « En général, trois. »

Léo : « Raconte chevalier 🙂 »

Le chevalier : « Le nid des martins-pêcheurs est une longue galerie, pouvant atteindre un mètre, creusée dans la terre des berges des étangs ou des cours d’eau. »

Max : « Alors il faut une berge verticale et assez haute. »

Léo : « Et c’est Martin qui creuse ? »

Le chevalier : « Oui. »

Léo : « Un mètre de long ! Rholala ! Quel travail ! »

Le chevalier : « C’est vrai. Quand la galerie est creusée, la femelle pond ses œufs et les petits viennent au monde. Les deux parents contribuent également à les nourrir. Si tout va bien, les petits se développent. Alors monsieur Martin, s’en va creuser une autre galerie. Puis madame vient le rejoindre. Ils s’accouplent de nouveau puis elle pond. Elle repart alors s’occuper des autres petits pendant que monsieur prend soin des nouveaux. Dès que les petits de la première portée sont autonomes monsieur creuse une nouvelle galerie… »

Max : « Oulala ! Et ils peuvent faire six portées ! »

Le chevalier : « C’est assez rare mais oui. En général, ils n’en font que deux ou trois… »

Max : « Pourquoi on voit pas plus de Martins alors ? »

Le chevalier : « Je pense qu’ils nichent dans des endroits qui ne nous sont pas accessibles. »

Max : « Martin est venu 🙂 »

Le chevalier : « J’aime te voir heureux comme ça mon petitours. »

Max : « Je suis ému. Content et triste à la fois… »

Léo : « Content qu’il soit venu, triste qu’il soit reparti… »

Max : « Oui 🙂 C’était trop court. »

Le chevalier : « C’est toujours trop court quand on voit un ami. »

Max : « Autrefois tu passais des heures avec Princesse. C’était toujours trop court aussi ? »

Léo : « Rholala ! RHOLALA ! RHOOOLAAALAAA… »

Max : « Léo a perdu sa mâchoire 🙂 … LES GRÉBUS ! »

87.1 72 Parade de grébus 87.1 73 Parade de grébus
87.1 74 Parade de grébus 87.1 75 Parade de grébus

Max : « Quelle journée ! »

Léo : « Quelle chance on a ! »

Max : « Oh ça oui ! »

Léo : « Ça c’est de l’inspection ! »

Max : « Et que des bonnes nouvelles ! Qu’est ce que tu regardes ? »

Le chevalier : « Observez bien, là-bas, dans les phragmites… »

87.1 76 Fauvette à tête noire femelle 87.1 77 Fauvette à tête noire femelle

Max : « Une fauvette à tête noire ! »

Léo : « Elle a la tête marron ! »

Max : « C’est une femelle ! On a vu une femelle ! »

Léo : « Chevalier, on peut rester encore ? S’il te plaît ? »

Max : « Oh oui bonome ! »

Le chevalier : « Je n’avais pas prévu de rentrer maintenant. Mais on fait une pause. J’ai faim. »

Max : « Tu as pris ton manger ? »

Le chevalier : « Un repas frugal 🙂 »

Max : « Et nous on te regarde déjeuner… »

Le chevalier : « Tu as faim ? »

Max : « Pas besoin d’avoir faim pour le chocolat. Mais tu en as pas 🙁 Tant pis 🙁 »

Le chevalier : « Tu crois vraiment que je n’ai pas pensé à vous ? Que je vais manger seul dans mon coin ? »

Max : « Tu as du chocolat ? C’est vrai ? »

Le chevalier : « Oui 🙂 Installez-vous sur le banc. Bon appétit mes petizours 🙂 »

Max : « Miam le chocolat 🙂 »

Léo : « Merci chevalier 🙂 »

Max : « C’était bon 🙂 Bien mangé bonome ? »

Le chevalier : « Très bien, merci. Inutile de vous poser la question au vu de vos mines réjouies 🙂 »

Léo : « C’est bon le chocolat 🙂 »

Max : « On y retourne ? Ah ben non. Tu t’es pas caféiné… Je te sers ? »

Le chevalier : « Non merci. Ma gourde est bien trop lourde pour toi 🙂 »

Max : « Léo, connais tu quelqu’un d’autre qui se promène avec une gourde de café ? »

Léo : « Deux ! Il en a pris deux aujourd’hui ! Non, il y a que notre bonome 🙂 »

Max : « On est tombés sur le seul caféinomane du Pays des Zoisos ! »

Léo : « Glou glou glou 🙂 »

Max : « Allez, cette fois, on y va ! »

Léo : « Non ! Ahétanhissage de bernaches en vu ! »

87.1 78 Bernache du Canada 87.1 79 Bernache du Canada

Max : « Elle est sage celle-là. Pas de chamaillerie en vue. On peut changer d’observatoire… »

87.1 80 Etourneau sansonnet 87.1 81 Etourneau sansonnet

Léo : « Sturnus vulgaris, Sturnidés ! »

Max : « Oh non ! Quatre à deux… »

Léo : « Il est dans son nid 🙂 »

Max : « On a trouvé sa maison 🙂 Tu nous fait visiter ? Pfff… il veut même pas. »

Léo : « Tu as des histoires sur les étourneaux ? »

Le chevalier : « Vous voulez une histoire ? »

Max : « Ouiiii 🙂 »

Le chevalier : « Tu ne vas pas l’aimer Maxou 🙂 Les étourneaux ne sont pas très fidèles. Ils n’hésitent pas à s’accoupler brièvement en dehors du couple.  »

Max : « Les deux ? »

Le chevalier : « Oui, monsieur et madame sont infidèles. »

Max : « Ben, au moins, ils sont à égalité. »

Léo : « C’est tout ? »

Le chevalier : « Non. Madame se fait féconder plus que de raison. Monsieur s’en rendrait compte si elle devait pondre des œufs à chaque fois. Alors, il arrive qu’elle aille pondre dans un nid voisin. »

Max : « Un nid d’étourneau ? »

Le chevalier : « Oui oui. Et comme madame coucou, il lui arrive d’éjecter l’un des œufs présents dans le nid. »

Max : « Et pendant ce temps-là, une autre madame étourneau vient faire la même chose dans son nid à elle 🙂 »

Léo : « C’est compliqué les comportements des zanimos. »

Max : « Ça lui sert à quoi d’aller pondre chez la voisine ? »

Le chevalier : « A augmenter sa descendance sans avoir à dépenser d’énergie pour s’occuper des petits. »

Max : « Tu dis ça comme si le seul but dans la vie était d’avoir une descendance… »

Le chevalier : « C’est quasiment le seul Maxou. Un individu doit se nourrir pour survivre et se reproduire pour que l’espèce survive. »

Max : « Mais tous les comportements peuvent pas se résumer à ces deux fonctions : se nourrir et se reproduire. »

Léo : « Je connais pas bien la biologie moi. Mais tout ce qu’on a vu jusqu’à maintenant confirme ce que vient de dire le chevalier. »

Max : « On en reparlera plus tard. Je suis moyennement convaincu… »

Le chevalier : « Parce que tu connais trop les humains 🙂 Leurs comportements sont très variés, complexes, parfois difficiles à comprendre… Mais ils peuvent se réduire à manger et se reproduire. »

Max : « Tous ? »

Le chevalier : « Quasiment… »

Max : « On en reparlera bonome. Laisser moi méditer là-dessus. »

Léo : « Les petits colverts ! Comme ils sont mignons ! »

87.1 82 Des petits colverts 87.1 83 Des petits colverts
87.1 84 La famille colvert 87.1 85 La famille colvert

Max : « Et il y a les deux parents. La maman et LE PAPA ! Ils sont là tous les deux… »

Le chevalier : « Et oui 🙂 »

Max : « Peut-être que la première fois qu’on a vu des colverts, le papa était parti faire une course ? »

Le chevalier : « Max, je pensais réellement que seule la femelle s’occupait des petits. Et j’ai souvent vu des mères colverts célibataires… »

Max : « Il faudra faire des recherches alors. Je voudrais savoir moi. »

Léo : « Il y a un mâle colvert qui fait sa toilette ! »

Max : « Fais des fotos bonome ! J’aime bien voir un zanimo faire sa toilette 🙂 »

Le chevalier : « C’est quelque chose qui te paraît bien exotique 🙂 »

Max : « Sous entendrais-tu que je suis pas propre ? Que je fais pas ma toilette ? »

Le chevalier : « Alors, souvenons-nous… Tu as pris une douche quand Princesse t’a donné rendez-vous pour te confier Léo… Et tu aurais voulu en prendre une avant l’arrivée de Brindille mais tu n’en as pas eu le temps. Ce qui fait… Une douche depuis que je te connais 🙂 »

Max : « C’est parce que je suis pas sale. Si j’étais sale, je devrais me laver. Mais je suis propre moi. Alors j’ai pas besoin de faire ma toilette. Toi, par contre, tu dois être très sale. Parce que tu te laves souvent 🙂 »

Le chevalier : « 🙂 D’accord 🙂 »

Léo : « Vous regardez pas le colvert qui fait sa toilette ? »

Max : « Si si ! »

87.1 86 La toilette du colvert 87.1 87 La toilette du colvert
87.1 88 La toilette du colvert 87.1 89 La toilette du colvert
87.1 92 La toilette du colvert 87.1 93 La toilette du colvert
87.1 94 La toilette du colvert 87.1 95 La toilette du colvert

Léo : « Vous aviez déjà remarqué les deux plumes noires enroulées vers sa queue ? »

Max : « Quelle plumes noires enroulées ? »

Léo : « Regarde bien les deux premières fotos Maxou… »

Max : « Oh oui ! Je les avais jamais vues ! Bonome, tu savais ça ? »

Le chevalier : « Oui Maxou. C’est un caractère spécifique. »

Max : « Caractère spécifique ? C’est quand il y a qu’une espèce qui l’a ? »

Le chevalier : « Ben oui, mais tu sais cela ! »

Max : « Alors si on voit juste ces deux petits plumes enroulées, on sait que c’est un colvert ? »

Léo : « Max, c’est un peu la définition du caractère spécifique 🙂 »

Max : « On pourrait imaginer un jeu. Avec que des petits détails de fotos de zoisos, il faudrait trouver l’espèce. »

Le chevalier : « On pourrait… As-tu le temps de réaliser ce jeu ? »

Max : « Ben non ! C’est à cause de Léo ! »

Léo : « A cause de moi ? »

Max : « Ben oui. Quand j’étais tout seul avec mon bonome, je chahutais beaucoup moins 🙂 »

Léo : « Ah d’accord ! Tu joues à la mauvaise foi ! Pas de problème : c’est entièrement de ma faute ! »

Le chevalier : « Léo, Max est trop pudique pour te le dire, mais il très content que tu sois arrivé parmi nous. Moi aussi d’ailleurs. »

Léo : « C’est gentil 🙂 »

Max : « Ben oui mon Léo 🙂 C’est plus drôle avec toi. On chahute, on se chamaille… Et puis, on peut discuter d’histoires de petizours. J’aimais bien être avec bonome. Mais c’est encore mieux depuis que tu es là. Et puis tu poses des questions auxquelles je penserais pas. On apprend plus à trois. »

Léo : « Arrêtez, vous me gênez… »

Max : « Bon, on reprend l’inspection alors ! »

Léo : « Les fuligules morillons sont encore là ! »

Max : « Ils dorment… »

Léo : « Non ! Le mâle se réveille ! »

87.1 96 Fuligules morillons 87.1 97 Fuligules morillons
87.1 99 Fuligules morillons 87.1 100 Fuligules morillons

Max : « Pas vraiment… il s’est gratté, s’est étiré et a remis la tête sous son aile pour dormir encore. »

Léo : « Les zanimos font tous pareils ! Quand ils se réveillent, il se grattent et s’étirent… »

Max : « Un jour, on a vu un héron cendré se réveiller. Il a baillé ! Le bec grand ouvert. Et après il s’est gratté 🙂 »

Léo : « Max, tu es un zanimo 🙂 »

Max : « Toi aussi tu bailles et tu te grattes au réveil ! »

Max et Léo (se retournant ensemble vers le chevalier) : « TOI AUSSI TU ES UN ZANIMO BONOME ! »

Le chevalier : « 😀 »

87.1 101 Pouillot véloce 87.1 102 Pouillot véloce

Max : « Phylloscopus collybita, Phylloscopidés ! Quatre à trois ! »

Léo : « Bien vu ! Il a l’air de chercher quelque chose ce pouillot ! »

Max : « Il regarde partout ! »

Léo : « Max, il y a une fauvette à tête noire… »

87.1 103 Fauvette à tête noire mâle

Max : « Sylvia atricapilla, Sylviidés ? C’est encore un mâle ! »

Léo : « Quatre partout ! »

Max : « Tu m’as donné le point là ? »

Léo : « Oui 🙂 »

Max : « Pourquoi ? »

Léo : « Je m’en fiche de gagner. Ce que j’aime, c’est jouer. Et toi, tu aimes pas perdre… »

Max : « Comme ça il y a égalité 🙂 On a gagné tous les deux ! Bonome a qu’un seul point ! Merci Léo. C’est bien de gagner tous les deux 🙂 »

Le chevalier : « Mes petizours, j’en ai assez de marcher… »

Max : « Tu veux rentrer ? »

Le chevalier : « Pas vraiment, mais j’en ai assez de marcher. »

Max : « Et on peut pas te prendre dans nos sacados… »

Léo : « On va rentrer alors. On a vu beaucoup de belles choses aujourd’hui 🙂 »

Max : « On a eu beaucoup de chance… »

Léo : « Rhoooo oui 🙂 »

Max : « Bonome, en rentrant, tu voudras bien nous prendre sur tes genoux pour qu’on regarde les fotos ? »

Le chevalier : « Oui 🙂 »

Max : « Et après on fera un gros câlin tous les trois 🙂 »

Voilà Princesse, on a fait une belle inspection aujourd’hui. On a vu des tas de belles choses. Même plus que ce que j’ai mis dans cet article 🙂 Parce qu’il y a eu du rififi chez les grébous 🙂 J’ai fait une page spéciale pour te le montrer…

Je t’embrasse Princesse et j’espère que tu vas bien.

Continuer la promenade

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.