78.3 – Sur la route de Pen Hir et le retour

Lundi 29 Février, An III (Suite)

Max : « Bonome, on peut pas rester toute la vie ici à regarder les bécasseaux. Il faut s’en aller maintenant… Bonome ? »

Léo : « Rholala… Il devient de plus en plus sauvage. A la fin du séjour, il va se creuser un terrier si ça continue… »

Max : « Oui, et il va se nourrir de vers et de racines… »

Léo : « Il faut faire quelque chose ! »

Max : « BONOME ! On va où maintenant ? »

Le chevalier : « Mmmmmm… »

Max : « Ça suffit les bécasseaux ! On va où maintenant ? »

Le chevalier : « Vers le sud… La Pointe de Pen Hir. Avec probablement quelques arrêts en chemin… »

Max : « On va voir quoi ? »

Le chevalier : « Vous verrez 🙂 »

Max : « J’espère qu’il va pas nous faire visiter des terriers qu’il a déjà repérés… »

Le chevalier : « Tenez, voici notre premier arrêt. Nous sommes à Lagad Yar. »

78.3 01 Lagad Yar 78.3 02 Lagad Yar

Max : « Et c’est quoi ça ? Un champ de rochers ? Tu viens faire la récolte ? »

Le chevalier : « Ce sont des mégalithes. On dit parfois menhirs ce qui veut dire pierre longue. Il y en a une centaine. »

Max : « Mégalithes, menhirs… Tu parles quelle langue ? »

Le chevalier : « Plusieurs 🙂 Mégalithe vient du grec ancien… »

Max : « Le grékancien… J’aurai dû y penser ! »

Le chevalier : « Oui, tu aurais pu ! Méga veut dire grand et Lithos, roche. Ce sont de grandes roches. »

Léo : « Et menhir ? C’est quelle langue ? »

Le chevalier : « C’est du breton. Il y a beaucoup de ces pierres dressées en Bretagne. Mais il y en a aussi en Angleterre, en Charentmaritimie, en Espagne… Un peu partout en Europe… »

Léo : « Elles datent de quand ? Tu connais leur histoire ? »

Max : « Moi je sais ! C’est les zoms préhistoriques ! Au début, ils étaient chasseurs cueilleurs. Ils chassaient et ils cueillaient. Mais c’était fatiguant parce qu’ils devaient se déplacer tout le temps. Forcément. Quand ils avaient tout cueilli à un endroit il y avait plus rien à manger et il fallait aller ailleurs. Et pour chasser, il faut poursuivre les proies. Alors ils étaient très fatigués. Et un jour il y en a un qui a dit : ‘Chasseur cueilleur, c’est trop fatiguant. Et on peut même pas avoir de maison. On est obligé d’être sans domicile fixe et ça fait un peu clochard. Alors on va inventer l’agriculture et l’élevage et ça sera mieux. On pourra construire des villages et on aura l’air riches. Les autres savaient pas ce que c’était l’agriculture et l’élevage mais ils ont pas osé le dire de peur de passer pour des idiots. Alors ils ont dit : ‘Oui oui. L’agriculture et l’élevage c’est quand même beaucoup mieux. On est d’accord.’ Et l’inventeur les envoya de par l’Europe entière en leur disant : ‘Prévenez les autres. On est agriculteurs et éleveurs maintenant. Il faut planter, labourer et aussi domestiquer des zanimos.‘ Et les autres partirent en mission. Mais ils savaient pas ce qu’il fallait planter. C’est pour ça qu’un peu partout en Europe les zoms préhistoriques ont planté des cailloux. Au début c’étaient des tous petits cailloux de rien du tout. Mais avec le temps ils ont grandi, grandi… Et maintenant ce sont des mégalithes. »

Léo : « Ça faisait longtemps que tu nous avais pas raconté une belle histoire 🙂 »

Le chevalier : « Le plus étonnant est qu’il y a du vrai dans ta belle histoire 🙂 »

Max : « Ben oui, évidemment… »

Le chevalier : « C’est effectivement lors du passage à l’agriculture et l’élevage que les hommes préhistoriques se sont mis a édifié ces édifices. »

Léo : « C’était quand ? »

Le chevalier : « Il y a environ 5 000 ans. Cette société mégalithique a duré environ 1500 ans. Peut être un peu plus… »

Léo : « Et ils servent à quoi les menhirs ? »

Le chevalier : « Je n’en sais rien mon Léo. Les dolmens, ou tables de pierre, étaient l’armature de tumulus qui servaient de sépultures. Mais la fonction des alignements de menhirs échappe encore aux scientifiques. Du moins, à ma connaissance. Tout ce que je peux vous dire est que ces pierres sont en grès quartzites et qu’elles ont été prélevées un peu plus loin, dans les falaises de la Longue Pointe. »

Léo : « Je sais pas bien la préhistoire moi, mais il y a 5 000 ans, c’était pas encore l’âge de pierre ? »

Le chevalier : « Si mon Léo. Les débuts de la métallurgie sont contemporains de l’ère des mégalithes. Mais les premiers métaux fondus, le bronze et l’or, étaient trop mous pour servir d’outils. Ils servaient à faire des bijoux. »

Max : « Comment ils ont taillé les pierres alors ? Et comment ils les ont déplacées ? Elles doivent peser des tonnes ! »

Le chevalier : « On peut tailler une pierre avec une autre pierre un peu plus dure si on est patient. Et le déplacement de ces pierres nécessitait la coopération de toute une tribu. Les scientifiques pensent justement que ces constructions avaient pour but de souder les tribus et leur permettaient de marquer leur territoire. »

Max : « C’est plus facile de faire pipi tout autour, comme les zanimos 🙂 »

Le chevalier : « C’est vrai 🙂 Avez-vous d’autres questions sur ces mégalithes ? »

Max : « Moi non. Et toi Léo ? »

Léo : « Pas pour le moment. Merci pour tes explications chevalier. »

Max : « On va où maintenant ? »

Le chevalier : « Jeter un œil à la partie est des falaises du Veryach. »

Max : « On va faire la géologie ? »

Le chevalier : « Non, pas vraiment. Nous allons marcher et voir ce qui se présente à nous 🙂 »

Léo : « On va voir des zoisos 🙂 »

Le chevalier : « Nous y voilà ! »

78.3 03 Veryach

Max : « Bonome, il y a un peu de plage avec du sable. Pourquoi tu marches sur les rochers qui glissent ? Tu veux absolument tomber ? »

Le chevalier : « Déjà fait ici 🙂 Pas vraiment une chute. Plutôt une glissade vers l’avant du pied d’appui. Mon tibia a tapé un rocher. J’ai encore la cicatrice 🙂 »

Max : « Tu m’énerves. TU M’ÉNERVES ! »

Le chevalier : « Caaaalme Maxou… Respire profondément. Inspiiiire… Expiiiire… Tu veux que je te gratte le front ? »

Max : « Je te cause plus. »

Léo : « Chouette ! Un peu de silence ! Dis chevalier, c’est encore les Schistes de Postolonnec et les Grès armoricains ? »

Le chevalier : « Oui mon Léo. Ici nous sommes sur les schistes et nous allons voir la transition avec les grès qui constituent la Longue Pointe là-bas. »

Max : « Ça sert à rien. On va rien voir. Tu vas marcher sur des cailloux tout cassés et peut être que tu vas tomber et être tout cassé aussi. »

Le chevalier : « Je te promets de faire attention mon petitours. Et j’espère surtout voir des oiseaux. »

Léo : « Quoi comme zoisos ? »

Max : « On peut pas savoir… »

Le chevalier : « Au lieu de râler, regarde un peu la falaise ouest du Veryarch… »

78.3 04 Veryach 78.3 05 Veryach

Max : « On ira un jour ? »

Le chevalier : « C’est prévu 🙂 Demain si le temps le permet. »

Léo : « Il y a des fossiles ? »

Le chevalier : « Très peu…  »

Max : « Oh ! Regardez ! Qu’est ce qu’il fait le tarier pâtre ? »

78.3 06 Tarier patre 78.3 07 Tarier patre

Léo : « Il attrape des insectes volants ? »

Le chevalier : « Je crois bien. »

Max : « C’est rigolo à voir 🙂  C’est quoi déjà son nom en scientifique ? »

Le chevalier : « Saxicola torquatus, Muscicapidés. »

Léo : « Et là-bas, il y a un huîtrier-pie, Haematopus ostralegus. Max t’imagine même pas le manger ! »

78.3 08 Huitrier-pie 78.3 09 Huitrier-pie

Max : « Je mangerai pas du zoiso Léo. Tu sais, moi aussi j’aime beaucoup les zoisos. Depuis plus longtemps que toi. »

Le chevalier : « Mes petizours. Je vous propose de faire une pause pour profiter du paysage et du soleil. »

Max : « Toi, tu veux t’asseoir et pétuner 🙂 »

Léo : « Et te caféiner 🙂 »

Le chevalier : « Me reposer un peu et profiter du paysage. Regardez un peu… »

78.3 10 Les petizours 78.3 11 Les petizours

Léo : « Rhoooo, c’est bôôôô ! »

Max : « Ça c’est un beau paysage ! »

Le chevalier : « Je m’attendais plutôt à ce que vous regardiez de l’autre côté ! »

Max : « On fera après. »

Léo : « On regarde la Longue Pointe. »

Max : « Et les Tas de Pois. »

Le chevalier : « D’accord. Ne bougez plus. Je vais vous fotoer. »

78.3 12 Léo 78.3 13 Max

Max : « Comme ça on pourra montrer à Princesse 🙂 Pourquoi elle vient jamais avec nous Princesse ? »

Le chevalier : « Je t’ai déjà dit Maxou : elle a autre chose à faire. C’est une princesse. Elle ne va pas arpenter les chemins pour vérifier que tout va bien au Pays des Zoisos. Elle a des chevaliers pour cela. »

Max : « Elle en a un seul ! Et elle pourrait venir juste une fois ! Pour voir à quel point tu fais bien ta mission. »

Le chevalier : « Elle le sait Maxou. Grâce à toi en plus 🙂 »

Max : « Tu es en train de dire que si elle vient pas c’est à cause de mon blog ? »

Le chevalier : « Maxou… »

Léo : « Regardez ! Il y a des tariers pâtres, là, dans les arbustes ! »

78.3 14 Tariers patres

Max : « Pourquoi ils sont pas pareils ? C’est le dimorphisme sexuel ? »

Le chevalier : « Oui, probablement. A gauche c’est le mâle et à droite c’est la femelle. »

Max : « Tu peux les zoomer chacun leur tour s’il te plaît ? »

Le chevalier : « Bien sûr. D’abord le mâle… »

Max : « Ce n’est pas très galant. Ça m’étonne de toi. »

Le chevalier : « Il a l’air plus remuant. J’ai peur qu’il s’envole… »

78.3 15 Tarier patre male 78.3 16 Tarier patre male

Max : « Zutalor ! Tu l’as eu que de face ! C’est pas grave, on le reconnaît bien quand même. »

Léo : « Oui, il a bien la tête noire, un demi-collier blanc et la poitrine est orange. »

Max : « Et la queue est brune. Et la femelle ? Tu l’as fotoée ? Montre un peu… »

78.3 17 Tarier patre femelle 78.3 18 Tarier patre femelle

Max : « On la voit pas bien. »

Léo : « On voit quand même que sa tête est pas noire. »

Max : « Et la poitrine est orangée aussi. »

Léo : « Elle est moins colorée que le mâle. »

Max : « Mais elle est belle aussi. »

Léo : « Ils sifflotent tous les deux. Tu crois qu’ils vont faire des œufs ? »

Le chevalier : « Il est un peu tôt. Nous ne sommes pas encore au printemps. Mais peut être vont-ils faire une parade et former un couple. Bon, Max avait raison. Nous ne verrons pas de roches intéressantes. Retournons à notre monture. »

Léo : « Il y a un pipit. »

78.3 19 Pipit 78.3 20 Pipit
78.3 21 Pipit 78.3 22 Pipit

Max : « Encore un pipit ! Ils le font exprès. Parce qu’on les reconnaît pas. Ils viennent juste pour nous embêter et nous dire qu’on connaît rien du tout aux zoisos. »

Le chevalier : « Maxou, tu sais bien que l’oiseau que nous voyons le plus est celui qui est chargé de veiller sur nous. Les pipits ne viennent pas pour autre chose. »

Max : « Ce sont nos zoisos-gardiens ? Comme les chardonnerets rigolos en Charentmaritimie ? »

Le chevalier : « Oui Maxou. »

Max : « Tu peux le remercier, en zoiso. S’il te plaît. »

Le chevalier : « Il t’a entendu Max. »

Max : « Tu le fotoes s’il te plaît. »

Le chevalier : « C’est déjà fait ! »

Léo : « Tu dirais que c’est lequel de pipit ? »

Le chevalier : « Je n’en sais rien. Le sourcil est très discret. Je dirai pipit maritime. »

Max : « Anthus petrosus. »

Léo : « Il va falloir qu’on travaille les pipits au retour. On peut pas continuer comme ça. »

Max : « C’est vrai ! Ça va pas du tout ça bonome. »

Le chevalier : « Il va falloir organiser une formation 🙂 »

Max : « C’est ça ! Moque toi de moi ! N’empêche que Princesse va finir par se rendre compte qu’on mélange tous les pipits. Et elle va te gronder. Nous, on s’en fiche. Si on connaît pas c’est de ta faute. C’est toi qui nous as pas appris. »

Le chevalier : « Quelle solidarité ! Je ne suis pas certain de t’avoir élevé de cette façon. »

Max : « Tu m’as pas élevé du tout ! Je me suis fait tout seul ! »

Le chevalier : « Je me demandais à quel moment j’avais raté 🙂 Je suis ravi d’apprendre que je ne suis pour rien dans le désastre qu’est ton éducation 🙂 »

Max : « Le désastre ! Quel désastre ? Est-ce que j’ai une tête de désastre ? Je suis un modèle pour toute la jeunesse du Pays des Zoisos moi monsieur. Je suis beau, intelligent, cultivé, aventurier, dynamique… Il faudrait un article complet dans mon blog pour faire la liste de toutes mes qualités. »

Le chevalier : « Quand tu écriras cet article n’oublie pas d’ajouter modeste et humble 🙂 »

Max : « Mais j’y pense. Modeste et humble, c’est tout à fait moi. »

Le chevalier : « Oui mon Maxou. Tu es un véritable modèle. En attendant d’entrer au Panthéon, file dans ma poche pour la chevauchée. Toi aussi Léo, et arrête de rire, tu vas vexer Maxou 🙂 »

Quelques enjambées plus tard…

Le chevalier : « Regardez mes petizours… »

78.3 23 Veryach 78.3 24 Veryach

Léo : « Rholala ! Comme c’est beau ! »

Max : « On était là en bas ? »

Le chevalier : « Oui. La photographie de gauche montre la zone que nous venons d’explorer. »

Léo : « On voit bien les schistes de Postolonnec presque noirs et les grès armoricains presque blancs. »

Max : « Et on a pas vu la zone de transition… »

Le chevalier : « Et non ! La photographie de droite montre la falaise du Veryach. C’est l’une des plus belles coupes de l’Ordovicien et du Silurien de France. »

Max : « Et on va y aller ? »

Le chevalier : « Oui. Demain, si le temps le permet. La dernière photo montre la plage de Lam Saoz. Nous irons aussi. »

Léo : « Encore une journée chargée 🙂 »

78.3 25 Lam Saoz

Max : « Je vais jamais réussir à graver tout ça moi ! Ou alors il va me falloir des mois et je serai encore plus en retard dans mon blog 🙁 »

Le chevalier : « Pauvre Maxou. Je t’aiderai le plus possible. A moins que tu ne veuilles travailler seul comme tu t’es fait tout seul 🙂 »

Max : « Moque toi si tu veux. Pfff… »

Le chevalier : « Bon, laissons là notre monture et continuons à pieds. »

Léo : « On peut continuer en poche ? Parce que toi, tu as de grandes jambes et nous de petites pattes… »

Le chevalier : « Bien sûr mon Léo, tu peux. Max préfère peut être marcher tout seul 🙂 »

Max : « Tu arrêtes maintenant ! Ça suffit ! Ou je dis à Princesse que tu fais rien qu’à te moquer de moi. »

Léo : « Vous êtes agaçant tous les deux à vous chamailler ! On fait quoi maintenant ? »

Le chevalier : « On touriste 🙂 En marchant sur la plate forme de la Longue Pointe. »

Léo : « La Longue Pointe ? C’est Pen Hir ? Avec les Tas de Pois ? »

Le chevalier : « Oui Léo. Et quelques oiseaux… »

Léo : « Tu dis ça à cause du goéland argenté ? »

Max : « Elle est belle ta foto bonome. »

Le chevalier : « Merci Maxou. »

78.3 26 Goéland argenté

Léo : « Et là ! Encore un tarier pâtre ! On en a vu beaucoup aujourd’hui 🙂 »

78.3 27 Tarier patre

Max : « C’est pourtant pas un zoiso de bord de mer. »

Le chevalier : « Pas spécialement. On peut l’observer dans de nombreux milieux. Mais ce n’est pas surprenant d’en voir en Bretagne… Approchez vous de la falaise, je voudrais vous fotoer. »

Max : « Nous fotoer ou nous falaiser ? »

Le chevalier : « Mon petitours, modèle de la jeunesse du Pays des Zoisos, tu es parfois agaçant mais jamais je ne te falaiserai 🙂 »

Léo : « Ben oui Maxou. Qu’est ce qu’il deviendrait sans nous ? »

Max : « Il redeviendrait sauvage… Il nous a entendus dire qu’on voulait pas qu’il redevienne sauvage. C’est pour ça qu’il veut nous falaiser. »

Le chevalier : « 🙂 »

Max : « Bonome, je veux bien que tu nous fotoes au bord de la falaise mais seulement si tu nous tiens. J’ai peur de tomber. »

Le chevalier : « Et j’ai peur que vous tombiez. »

Léo : « Les korrigans nous ramèneraient. »

Le chevalier : « Je ne suis pas sûr et je ne veux pas essayer. Allez ! Fotos ! »

78.3 28 Max 78.3 29 Léo

Léo : « Tu veux bien fotoer les Tas de Pois aussi s’il te plaît. »

Le chevalier : « J’allais le faire 🙂 »

78.3 30 Les tas de pois 78.3 31 Pen Hir

Max : « Et là pointe là-bas, tu la connais ? On pourra y aller ? »

78.3 32 Pointe du Toulinguet 78.3 33 Pointe du Toulinguet

Le chevalier : « C’est la Pointe du Toulinguet. On ne peut pas y aller. Elle est barrée par un gigantesque mur. »

Max : « Pourquoi ? »

Le chevalier : « Il y a un sémaphore de la Marine Nationale. C’est un point stratégique militaire. »

Max : « Ah, d’accord. Si on essaye d’y aller on va se faire tirer dessus. Tant pis. »

Le chevalier : « Mais nous irons voir la plage de Pen Hat et la falaise qui la borde au nord. Bon, mes petizours, il va falloir rentrer maintenant. La journée a été longue. Je suppose que vous êtes fatigués. »

Max : « Oh oui. »

Léo : « J’ai l’impression que cette journée a duré une semaine 🙂 »

Le chevalier : « Nous avons fait six arrêts aujourd’hui. »

Léo : « Six jours de marche 🙂 Presque une semaine. J’avais raison 🙂 »

Max : « On pourra dormir pendant la chevauchée du retour ? »

Le chevalier : « Bien sûr mon Maxou. »

Max : « A tout à l’heure bonome. Tu nous réveilleras en arrivant pour qu’on aille se coucher. »

Le chevalier : « D’accord 🙂 Dormez bien. »

Plus tard…

Le chevalier : « Max… Léo… Réveillez-vous. »

Max : « On est arrivés ? »

Léo : « On va se coucher ? »

Le chevalier : « Non, j’ai fait un arrêt imprévu. Venez voir. C’est une très belle plage. »

78.3 34 La plage

Max : « On est où ? »

Le chevalier : « A Kersiguénou. Regardez, à droite il y a les Tas de Pois et à gauche on aperçoit le Kastell. »

Léo : « Rholala… C’est beau 🙂 Merci de nous avoir réveillés. »

Max : « Ah ça oui alors ! Et ces roches là, c’est quoi ? Elles forment comme un éperon rocheux. »

Le chevalier : « Ce sont des schistes zébrés. »

Max : « Des schistes zébrés ? Du Briovérien ? Comme à Port Zic ? On peut aller les voir ? »

Le chevalier : « Si vous voulez… Hé ! Mais où vous courez comme ça ? Je me demande si je ne préfère pas quand vous dormez 🙂 »

78.3 35 Schistes zébrés 78.3 36 Schistes zébrés
78.3 37 Schistes zébrés 78.3 38 Schistes zébrés

Max : « Ah, tu es enfin arrivés 🙂 »

Léo : « C’est pas tous les jours qu’on peut voir des roches d’il y a 550 millions d’années. »

Max : « Et qui ont connu la formation de deux chaînes de montagnes… »

Le chevalier : « On peut parler d’orogenèses… »

Max : « Du grékancien… »

Le chevalier : « Oui, du grec ancien 🙂 Qui veut dire formation de montagnes. Avançons un peu, nous verrons peut être mieux l’éperon rocheux. »

78.3 39 Schistes zébrés 78.3 40 Schistes zébrés

Max : « Oulala, elles sont tout pliées ces roches. »

Léo : « Ben forcément ! Elles ont connu deux orogenèses. »

Max : « Ben oui, n’empêche qu’elles sont tout pliées. Et on voit bien qu’elles forment un éperon. Bonome, tu sais pourquoi ? »

Le chevalier : « Non mon Maxou. Je ne sais pas tout. »

Max : « C’est pas grave bonome, on t’aime bien quand même. On peut aller sur la plage se promener en regardant le soleil décliner ? »

Le chevalier : « Oui. Regardez comme c’est beau. »

78.3 41 La plage

Léo : « Rhoooo… La chance… C’est pas tout le monde qui voit ça. Tu te rends compte Maxou ? »

Max : « Je me rends compte qu’il va encore ploufer ses pieds 🙁 Ils vont être tout moisis à force… »

Léo : « Arrête de ronchonner et profite de la beauté. »

Max : « Je profite mais quand même ! Il faut en prendre un peu soin de ce bonome. Sinon il pourra plus nous emmener partout. »

Léo : « C’est vrai ça ! Chevalier, faut pas ploufer tes pieds. Et ce soir tu les nettoieras et tu les sécheras bien. Si tu veux on ira chez l’apothicaire quérir des crèmes et des onguents. »

Le chevalier : « Et vous me ferez un massage ? »

Max : « Et puis quoi encore ? »

Le chevalier : « Votre gentillesse envers moi m’étonnait quand même un peu 🙂 »

Max : « On est gentils nous. »

Léo : « Très gentils même. »

Max : « Souvent trop. »

Léo : « Mais on y peut rien. »

Max : « On est comme ça 🙂 Hé bonome, c’est quoi ça ? »

Le chevalier : « C’est un test d’oursin. »

Max : « Ça ? C’est un zoursin ? »

Le chevalier : « Oui, c’est un oursin ! »

Léo : « Regarde Max ! Il y en a plein partout. Viens, on va les ramasser. »

Max : « Regarde bonome tous nos zoursins 🙂 On les prend pour ma collection. Bon, tu nous expliques ce zoursin. »

78.3 42 Un zoursin 78.3 43 Des zoursins

Le chevalier : « Maxou, tu as déjà vu des oursins fossiles. Que peux tu me dire de celui-ci ? »

Max : « Il est bizarre ! »

Le chevalier : « Pourquoi dis-tu cela ? »

Max : « Parce que les zoursins ont une symétrie d’ordre cinq normalement. Ils sont identiques à eux-mêmes quand on les fait tourner d’un cinquième de tour. Mais pas celui là. Lui, il a un axe de symétrie. »

Le chevalier : « C’est bien mon Maxou. Effectivement il y a une symétrie bilatérale secondaire. Vois-tu des tubercules ? »

Max : « Ah non 🙂 Heu… Si, des tout petits. On les voit à peine. Ça veut dire qu’il avait des petits piquants. C’est un zoursin fouisseur. J’ai bon ? »

Le chevalier : « Oui, tu as bon 🙂 Ces oursins vivent enfouis dans le sable. Ils filtrent les sédiments pour récupérer la matière organique dont ils se nourrissent. »

Léo : « Tu as déjà dit ça pour un ver du sable. Le rénicole. »

Le chevalier : « L’arénicole 🙂 Il y a beaucoup d’organismes filtreurs. Certains filtrent les sédiments, d’autres filtres l’eau. »

Max : « D’accord. Et c’est qui ce zoursin ? »

Le chevalier : « C’est un oursin des sables, Echinocardium cordatum, de la famille des Spatangidés. »

Léo : « Il y en a beaucoup ici dis donc. »

Le chevalier : « Oui, ils aiment les sables fins et peuvent vivre jusqu’à 200 m de profondeur. Ils doit y en avoir jusqu’au Kastell… Quand ils meurent, leurs tests sont ramenés sur la plage par les vagues et les marées. Maxou, si tu veux les prendre pour ta collection il va falloir faire très attention. Ils sont extrêmement fragiles. »

Max : « Tu veux bien les porter ? On a pas de doigts nous. Et on peut pas les mettre dans nos sacados. »

Le chevalier : « Je les prendrai au retour. »

Max : « On avance encore ? »

Le chevalier : « Oui, j’ai aperçu des oiseaux sur la laisse-de-mer. »

Léo : « Moi aussi 🙂 On va les voir ? »

78.3 44 Bécasseaux sanderlings 78.3 45 Bécasseaux sanderlings

Max : « Ce sont tes amis ! »

Léo : « Des bécasseaux sanderlings ! Calidris alba, Scolopacidés. »

Max : « Pourquoi il a du noir celui de droite ? »

Le chevalier : « C’est peut être un juvénile. »

Léo : « Zutalor ! On les a fait fuir ! »

78.3 46 Bécasseaux sanderlings 78.3 47 Bécasseaux sanderlings

78.3 48 Bécasseaux sanderlings

Max : « Ils rentrent se coucher. Nous aussi on devrait rentrer maintenant. Tu veux bien bonome ? »

Le chevalier : « Oui, moi aussi je suis fatigué. »

Max : « Dis, je crois qu’il faudra pas nous réveiller en arrivant. Tu pourras nous coucher directement ? Tu es d’accord Léo ? »

Léo : « Oui 🙂 »

Le chevalier : « Alors regardez une dernière fois les Tas des Pois. »

78.3 49 Les tas de pois

Léo : « C’est bôôôô ! »

Max : « Merci mon bonome 🙂 »

Le chevalier : « Bonnuit mes petizours. »

Max : « Ben ! Et notre bisou ? »

Léo : « Et nos gratouillis ? »

Le chevalier : « 🙂 Bonnuit mes petizours. »

Continuer la promenade

8 réflexions au sujet de « 78.3 – Sur la route de Pen Hir et le retour »

  1. Ben voilà ! Encore un défaut ! Max le ronchonneur, l’impatient, l’indiscret et maintenant Max le curieux 🙁 Pfff
    Bonome m’avait pourtant prévenu… Et Léo aussi…
    Bonome c’est un trèèèès vieux prof. Il a appris à nager dans les mers de l’Ordovicien (-500 à -435 millions d’années avant nos jours).
    Et c’est vrai, tu as raison, il se caféine en pétunant. J’ai arrêté de le gronder. Il m’écoute pas de toute façon.
    Et puis il a une petite barbe éternellement naissante. Il aime pas se raser. Il a d’autres choses bien plus intéressantes à faire. Comme chahuter avec ses petizours 🙂
    A bientôt Anonyme 🙂

  2. La curiosité est un vilain défaut max!!!
    Peu importe qui je suis, je lis ton blog que je trouve super. Vous êtes des ptis ours marrants mais aussi très sérieux quand il le faut. Le chevalier fait un excellent travail. On sent tout l’amour qu’il porte à la nature. Surtout vous nous donnez un regard sur ce qu’on voit d’habitude sans vraiment le voir alors continuez.
    Le chevalier ressemble à un vieux prof barbu qui se cafeine avec la clope au bec? ,,,,,,,
    c’est ma curiosité…….
    on se retrouve

  3. Bonjour Anonyme,
    Je vais commencer par donner des nouvelles de l’épaule de mon bonome. L’épaule va bien. Il arrive à bouger et il a retrouvé une mobilité presque normale. Il faut dire qu’il fait bien sa rééducation. Mais, même si il veut pas le dire, il a encore mal. Le gentil kiné dit qu’il faut entre 6 mois et un an pour guérir… Voilà pour les nouvelles.
    Venons-en à la Bretagne… C’est vrai que c’est très beau et ça donne envie de rholalaer 🙂 En discutant avec Brindille, je me demandais si mon blog pouvait pas servir de guide de terrain. Pour la Bretagne j’ai laissé les vrais noms des lieux. Avec une bonne carte (Carte de randonnée de l’IGN, série TOP 25, 0418 ET Camaret Presqu’île de Crozon) tu pourrais tout retrouver. Mais c’est quand même un peu compliqué…
    A bientôt.
    PS : Je respecte ton anonymat, mais je suis quand même un peu curieux de savoir qui tu es 🙂

  4. Bonjour Max
    comme le dit si bien Léo ,rholalalala……. que les photos sont belles, ça donne envie de passer ses vacances en Bretagne,mais pour voir toutes ces belles choses il faudrait un guide car je ne vais pas dans tous ces endroits cachés! d’abord je ne veux pas ploufer,ensuite je n’ai pas les mêmes yeux que le chevalier il voit tout lui et il sait beaucoup de choses, heureusement que tu es la pour bloguer! comment va son épaule ? surveille le bien quand il sera en charentmaritimie il risque de se blesser sur le sable!!!!!!!

  5. Bonjour Anonyme 🙂
    Oui, c’est bien un coquelicot. J’ai un peu hésité avant de choisir cette foto mais j’ai pensé aux personnes qui aiment les coquelicots 🙂
    Il y en a 🙂
    Et oui, c’est bientôt les vacances. Bonome a beaucoup de travail à faire pour la schola. Et puis il est pas très riche alors on va peut être juste aller en Charentmaritimie. Il y a une petite cabane qui l’attend là-bas. Elle est mise à sa disposition, comme ça. On ira voir les beaux zoisos du bord de mer.
    Bonnes vacances à toi 🙂

  6. Il est bien beau ce coquelicot, ou pas ? Le zoiso était plus approprié pour le blog,ça fait plus sombre et le beau ciel bleu de l’autre photo était plus agréable mais!!!!! le changement doit se faire de temps en temps
    Bientôt les vacances,tu pars ou pas Max ? Choisis un endroit ou le chevalier ne doit pas ploufer et surtout où il ne risque pas de casser le peu qui lui reste !
    Bonnes vacances à vous trois et à bientôt pour la suite…

  7. Bonjour Anonyme,
    je suis content que tout cela te plaise. L’explication sur les pierres dressées est un peu simple. Il y a des tas d’autres explications plus complètes dans les livres… Ou alors tu peux demander à monsieur Internet.
    Et bonome il est tout cassé de partout…
    A bientôt 🙂

  8. Enfin une explication sur l’implantation des pierres dressees! Pas mal! L’histoire est bien racontée par max et un peu plus crédible par le chevalier.
    tout ce que tu racontes est très intéressant max et j’apprends beaucoup de choses en m’amusant c’est plus facile. Il va finir par être vraiment abimé le chevalier, la tête, les genoux, les pieds, il ne reste pas grand chose en bon état!!!!
    bonne continuation pour ce blog plein d’humour mais très instructif, vous formez une bonne équipe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.