78.1 – Kerloc’h

Lundi 29 Février, An III

Le chevalier : « Bonjour mes petizours. Vous papotez déjà ? »

Léo : « Bonjour chevalier 🙂 On se demandait si on allait encore marcher plusieurs jours aujourd’hui. »

Max : « Bonjour bonome. Et Léo me racontait son rêve. »

Léo : « J’ai rêvé que je voyageais dans le temps sur le dos d’un Laridé. Il me montrait l’Ordovicien et le Silurien. Et le vent des temps anciens nous portait au dessus des mers. Il y avait des zoisos aux temps anciens ? »

Le chevalier : « Je connais archaeopteryx, un ancêtre des zoisos. C’est encore un dinosaure et déjà un peu un oiseau. »

Max : « Et il date de quand ? »

Le chevalier : « La fin du Jurassique, vers 145 millions d’années… »

Léo : « Et les vrais zoisos ? Il y en a depuis quand ? »

Le chevalier : « Le Crétacé il me semble. Ou le début de l’ère tertiaire. »

Léo : « Rholala… ça fait 65 millions d’années de zoisos… Il y a dû en avoir des espèces… »

Max : « Je préfère pas imaginer tous leurs chants ! Dis bonome, on fait quoi aujourd’hui ? »

Le chevalier : « Kerloc’h, Kameled, Kersigénoux… »

Max : « Léo, tu as ta réponse ! Nous allons encore marcher plusieurs jours aujourd’hui 🙂 »

Léo : « On s’en fiche ! On va pocher 🙂 Dis chevalier, on va faire la géologie ? »

Le chevalier : « Oui. Et j’espère que nous verrons des oiseaux. »

Léo : « Oh oui ! Des tas de zoisos 🙂 »

Max : « Bon allez, on y va maintenant ! »

Le chevalier : « Maxou l’impatient ! »

Max : « Tu papotes si tu veux, mais moi j’y vais ! »

Le chevalier : « Et tu vas où ? Tu vas chevaucher tout seul ? File dans ma poche. Et profite du calme avant de démarrer l’inspection. »

Léo : « Chevalier, on va voir quoi d’abord ? »

Le chevalier : « Les grès armoricains et les schistes de Postolonnec. »

Max : « Mais on connaît déjà ! »

Le chevalier : « Je sais. C’est une interro ! »

Max : « Tu arrêtes avec tes interros ! Léo te l’a crié déjà : ON EST EN VA-CAN-CES ! ON EST PAS À LA SCHOLA ! »

Le chevalier : « Max, Maxou, mon petitours… »

Max : « Ouiiiii 🙂 »

Le chevalier : « Tu viens de battre un record ! »

Max : « Un record ? Quel record ? »

Le chevalier : « Du cri sur bonome le plus rapide du monde ! Moins d’un quart d’heure après le réveil ! »

Max : « C’est vrai ! Je progresse alors 🙂 »

Léo : « Dites les foulques, vous ne voulez pas éviter de vous chamailler pendant la chevauchée ? Ça me donne le mal de mer ! »

Max : « On se chamaille pas, on discute ! »

Léo : « Oui ben discutez calmement alors. »

Max : « Bonome ? »

Le chevalier : « Oui Maxou ? »

Max : « Quand est-ce qu’on arrive ? »

Le chevalier : « Le temps d’une petite sieste… »

Max : « Tu vas pas dormir en chevauchant ? Çavapalatête ! »

Le chevalier : « Moi non, mais profitez du calme de ma poche pour vous reposer. La journée va être longue. »

Max : « Mais on vient de se lever. On va pas siester ! »

Léo : « Si tu te taisais, je crois bien que je siesterais moi. »

Max : « Ben voilà ! On peut même pas parler. Et il faut siester alors que je suis même pas fatigué. C’est pas drôle les chevauchées dans la poche… »

Le chevalier : « Sors ta truffe et regarde le paysage alors. Mais laisse dormir Léo. »

Max : « D’accord 🙂 »

***

Le chevalier : « Maxou, réveille doucement Léo. Nous sommes arrivés. »

Max : « Léo… Léééééoooooo ! Il y a des zoisos ! »

Léo : « Mmmmmm… Des zoisos ? »

Max : « Voilà ! Il est réveillé 🙂 »

78.1 01 Kerloc'h 78.1 02 Kerloc'h

Le chevalier : « Regardez ! Nous sommes à Kerloc’h. Au Pays des korrigans. »

Max : « C’est quoi les korrigans ? »

Le chevalier : « Ce sont des lutins facétieux. Ils vivent dans les profondes grottes des falaises. »

Léo : « Ils sont méchants ? »

Le chevalier : « Non petit Léo. Ils ont même aidé les humains par le passé. »

Léo : « Ils ont aidé les zoms ? Ils doivent être très très gentils alors. »

Max : « Et un peu bêtes aussi. Ils sont ingrats les zoms. Je suis sûr qu’ils les ont déjà oubliés. Qu’est ce qu’ils ont fait les korrigans pour aider les zoms ? »

Le chevalier : « Autrefois il y avait des géants sur les falaises et ces géants avaient pris l’habitude de faire naufrager les bateaux. Alors les marins se noyaient. Un jour, les korrigans allumèrent de gigantesques feux pour attirer les géants et les enfumer. Puis, ils les enfermèrent dans les grottes qu’ils scellèrent par de gigantesques pierres. »

Léo : « Ça veut dire qu’il y a des géants coincés dans les falaises alors ? »

Le chevalier : « Oui Léo. Et c’est pour cette raison que certains rochers dans les falaises ont des formes bien étranges… »

Max : « Bonome, si on voit des rochers bizarres qui cachent des grottes, tu promets de pas les bouger ? Je crois que j’ai peur des géants. »

Léo : « Oh oui, moi aussi ! »

Le chevalier : « Ne craignez rien. Les korrigans les ont bien enfermés. »

Max : « Et les korrigans ? on va les voir ? »

Le chevalier : « Ils ne se sont pas montrés aux zoms depuis bien longtemps… Mais peut être que pour deux petizours… »

Max : « Je veux pas les vexer mais je veux pas qu’ils se montrent qu’à nous et que toi tu les vois pas. Je préfère qu’ils restent cachés. Tant pis. »

Le chevalier : « Quelque chose me dit qu’ils ne seront jamais loin de nous et qu’ils nous observeront discrètement. »

Max : « Pourquoi ? »

Le chevalier : « Ils ne résisteront pas à la tentation de voir un chevalier et ses deux petizours 🙂 Regardez quelquefois derrière vous. Vous les apercevrez peut être en train de vous observer à l’abri d’un rocher. »

Max : « Toi, tu les as déjà vus ! J’en suis sûr. »

Le chevalier : « Qu’est ce qui te fait dire cela ? »

Max : « Tes yeux qui sourient, la façon dont tu en parles… Et puis, comment tu les connaîtrais sinon ? Personne connaît les korrigans de Kerloc’h, à part toi. »

Léo : « Et ils veillent sur toi. C’est sûr. »

Max : « Mon bonome est ami avec les lutins facétieux de la péninsule du bout de la Bretagne 🙂 »

Léo : « Rhoooo… La chance ! J’espère qu’on va les voir ! »

Max : « C’est pas en restant sur l’estran sableux qu’on va les voir. On va où ? La falaise de gauche ou les cailloux tout cassés de droite ? »

Le chevalier : « A droite, les cailloux tout cassés 🙂 »

78.1 03 Kerloc'h 78.1 04 Kerloc'h

Max : « Oulala ! J’espère qu’ils veillent vraiment sur toi les korrigans. Tu fais attention. Tu marches doucement et tu regardes bien où tu mets les pieds. D’accord ? »

Le chevalier : « Max, ne t’inquiète pas. Allez, c’est parti. »

Léo : « Oh ! Il y a des Laridés ! On peut les observer. »

Max : « Oui, on sait. Parce que tu aimes beaucoup les Laridés 🙂 »

78.1 05 Goélands

Léo : « Ben oui. C’est vraiment des beaux zoisos… Rholala ! Tu as vu chevalier ? »

Le chevalier : « Oui 🙂 »

Max : « Qu’est ce que vous avez vu ? »

Léo : « Ben regarde Maxou ! Il y a trois espèces côte à côte ! C’est la première fois qu’on voit des individus appartenant à trois espèces différentes côte à côte! Rholala ! »

Max : « Ah oui ! Les premiers, vers nous, ce sont des goélands argentés, Larus argentatus. A gauche là bas, c’est un goéland brun, Larus fuscus. Et le gros bien sombre c’est un goéland marin, Larus marinus. »

Léo : « On voit bien que le goéland brun est plus clair que le marin. »

Max : « Et il est plus petit… »

Léo : « Le jeune, à droite, on pourra pas savoir. Il est de dos… Quand même, la chance, trois espèces d’un coup. Rholala ! »

Max : « Allez, on avance… Euh… Bonome, il y a beaucoup d’eau là. C’est un petit fleuve qui se jette dans la mer. Comment on fait pour passer ? »

Le chevalier : « Un fleuve… Tu exagères ! »

Max : « Un cours d’eau qui se jette dans la mer, c’est un fleuve ! Je connais mes leçon moi ! »

Le chevalier : « Un fleuve de 15 mètres de large et d’au moins 40 cm de profondeur ! »

Max : « Il se jette pas dans la mer peut être ? »

Le chevalier : « Si ! »

Max : « Et si tu ploufes tes pieds, ils vont pas être mouillés ? »

Le chevalier : « Ben si. Évidemment. »

Max : « A la fin des vacances tu vas avoir les pieds tout moisis à force de les ploufer. T’es pas raisonnable bonome. »

Le chevalier : « Je m’en fiche. Je traverse. »

Léo : « Doucement. Il y a des grands gravelots. »

Max : « Charadrius dubius, Charadriidés ? »

Léo : « Ben oui ! Des grands gravelots ! Là, devant toi ! »

78.1 06 Grands gravelots 78.1 07 Grands gravelots

Max : « Princesse va voir où tu marches. J’espère qu’elle va te gronder. »

Léo : « Maaaaax ! Il faut pas parler quand on s’approche des zoisos ! Tu les as fait fuir ! »

Max : « Ben voilà ! C’est ma faute ! C’est toujours ma faute avec toi ! »

Léo : « C’est pas de ma faute si c’est ta faute ! »

Le chevalier : « Oulala ! Regardez ! Il y a deux foulques ! »

Max : « Où ça ? »

Léo : « Je crois qu’il parle de nous. Parce qu’on se chamaille 🙂 »

Max : « Bonome, je t’ai déjà expliqué : on est des juvéniles. C’est normal qu’on se chamaille. C’est comme ça les juvéniles. C’est la loi de la nature et on ne peut rien faire contre la loi de la nature 🙂 »

Le chevalier : « Si : utiliser des baillons 🙂 »

Max : « Ni pense même pas ! Les korrigans te laisseraient pas bâillonner tes petizours. Ils sortiraient de derrière les rochers pour te gronder et te botter les fesses. »

Léo : « Chevalier, tu as pas dit qu’on verrait les grès armoricains ? »

Le chevalier : « Si, pourquoi ? »

78.1 08 Schistes et grès du Gador 78.1 09 Schistes et grès du Gador

Léo : « Ben regarde ! Au premier plan on voit bien des grès. Mais là-bas, il y a une grosse couches gris foncé. On dirait des schistes. Et tu as dit que les grès armoricains étaient très homogènes. »

Le chevalier : « C’est vrai Léo. J’ai oublié de dire que, vers la base de la formation, il y a un ensemble de couches qui s’appelle les Schistes et grès du Gador. C’est cet ensemble de couches que je voulais voir. Et il doit y avoir des failles dans le secteur. »

Max : « Tu veux encore avancer ? »

Le chevalier : « Oui, encore un peu. »

Max : « Pfff… »

Le chevalier : « Venez voir. »

78.1 10 Kastell Dinan

Léo : « Rhoooo… C’est bôôôô ! »

Max : « C’est quoi ? »

Le chevalier : « Le Kastell. »

Max : « Le Kastell ? Ça veut dire château ? »

Le chevalier : « Oui. »

Max : « Mais c’est pas le château de Princesse ! »

Le chevalier : « Non Maxou. C’est le Kastell des korrigans. »

Léo : « Ils habitent là-bas ? »

Le chevalier : « Ils habitent un peu partout dans les falaises. »

Max : « Dis bonome, tu veux bien sortir mes jumelles. J’aimerais bien juméler. Ça te tente Léo ? »

Léo : « Oh oui ! On verra peut être des korrigans 🙂 »

78.1 11 Les petizours 78.1 12 Les petizours

Léo : « Tu en vois ? »

Max : « Non, je vois rien… »

Léo : « Regarde bien ! »

Max : « C’est ce que je fais ! »

Léo : « Fais voir ! C’est à mon tour ! »

Max : « Mais ! Attends ! Je viens juste de commencer. »

Le chevalier : « 🙂 »

Max : « Tu te moques de nous ? »

Le chevalier : « Non, vous m’amusez 🙂 »

Max : « On est pas sages, c’est ça ? »

Le chevalier : « Vous êtes des juvéniles 🙂 »

Max : « Tiens Léo, prends ma place. »

Léo : « Merci Maxou. »

78.1 13 Les petizours 78.1 14 L'arche

Léo : « Rholala ! Je vois l’arche ! Mais il y a pas des korrigans. »

Max : « On peut pas les voir. On est trop loin. Bonome, on ira au Kastell ? »

Le chevalier : « Oui, mais si le vent souffle je ne traverserai pas l’arche. »

Max : « Ben oui, il faut être prudent. »

Le chevalier : « Avez-vous assez jumélé ? »

Max : « Moi oui. Tu veux continuer un peu Léo ? »

Léo : « Non, merci Maxou. »

Max : « Tu peux ranger les jumelles alors. On avance encore ? »

Le chevalier : « Oui, je pense qu’on pourra voir des oiseaux un peu plus loin. »

Max : « Et tu veux trouver la faille 🙂 »

Léo : « C’est normal Max, il est géologue. Devant nous, on voit bien les strates de schistes. Elles sont penchées comme ça. Plus loin, c’est les grès. On dirait qu’ils penchent comme les schistes. Mais pourquoi il y a une surface verticale toute lisse sur le côté droit ? » 78.1 15 Schistes et grès du Gador

Le chevalier : « Il faut aller voir… Et il me semble avoir aperçu un héron cendré. »

Max : « Un héron cendré ? A la mer ? »

Le chevalier : « Oui Maxou. Pourquoi es-tu surpris ? Nous en avons vu un sur l’estran au Royaume des Sternes de mer. »

Max : « Oui, mais ça fait bizarre quand même. »

Léo : « Zutalor ! Les zoisos se sont envolés ! »

Max : « Fotoe-les bonome ! Vite ! »

78.1 16 Canards colverts 78.1 17 Canards colverts
78.1 18 Canards colverts 78.1 19 Canards colverts

Léo : « Mais… C’est des colverts ! »

Max : « Anas platyrhynchos, Anatidés. Eux aussi sont venus à la mer ? C’est normal de voir des colverts sur les rochers littoraux ? »

Le chevalier : « Pourquoi pas… Et il y a un marais à quelques centaines de mètres d’ici. J’en ai assez de marcher sur ces rochers tout cassés. Je ne trouve pas la faille et les schistes et grès du Gador ne sont pas très intéressants. On retourne à la plage ? »

Max : « Oui. J’aime pas que tu marches sur ces rochers. J’ai bien vu tes glissades. On retourne à la plage. Mais doucement. »

Léo : « Tous les zoisos qu’on a aperçus se sont envolés 🙁 »

Max : « Et tu les as même pas fotoés. Tu as raté le héron cendré, les huîtrier-pies, le grand cormoran… »

Le chevalier : « Nous en verrons d’autres… Regardez plutôt la falaise…»

78.1 20 Schistes et grès

78.1 21 Schistes et grès 78.1 22 La faille

Léo : « A gauche c’est très sombre, presque noir. Et à droite, c’est beige… »

Max : « Et à gauche c’est plus érodé. Ça veut dire que les roches sont plus tendres. »

Léo : « Si on a bien compris, à gauche ce sont les schistes de Postolonnec et à droite ce sont les grès armoricains. »

Le chevalier : « Vous avez bien compris 🙂 »

Max : « Mais pourquoi il y a une couche toute dure un peu isolée toute seule comme ça ? »

Léo : « Et elle est séparée de la falaise de grès armoricains… »

Le chevalier : « Je n’en sais rien… Ici, les schistes et les grès sont séparés par une faille verticale. Allons voir, nous comprendrons peut être mieux. »

Max : « Tu veux aller au pied de la falaise ? Entre les deux parois verticales ? Çavapalatête ? Et si des morceaux de falaise tombent ? On va être tout crabouillés ! »

Le chevalier : « Pour observer la faille il va bien nous falloir nous en approcher… »

Max : « Même si on risque de se prendre des cailloux sur la tête ? Pas d’accord ! Bonome, si tu veux qu’on te suive, tu nous donnes des casques ! »

Le chevalier : « Tu veux un casque ? »

Max : « Oui. Je veux un casque pour moi et un pour Léo. Je n’irai pas sans casque. Je tiens à ma tête moi ! »

Le chevalier : « Où veux tu que je vous trouve des casques ? »

Max : « Tu te débrouilles ! On veut des casques ! »

Le chevalier : « Vous voulez des casques… Asseyez-vous et attendez. Je vais voir ce que je peux faire… »

Léo : « Max, tu exagères ! Où veux-tu qu’il nous trouve des casques ? »

Max : « Il va trouver. »

Léo : « Tu crois ? »

Max : « J’en suis sûr. C’est mon bonome. Je commence à le connaître. Si je lui demande des casques il va trouver des casques. »

Léo : « Tu serais pas en train de faire un caprice ? Ou de le tester ? »

Max : « Pas du tout ! Tu veux aller là-bas sans casque toi ? Avec les cailloux qui risquent de nous tomber dessus à tout moment ? »

Léo : « Mais Maxou, on est des peluches ! On peut pas faire la fracture du crâne ! »

Max : « Et si on est tout déchirés ? Qu’est ce qu’il deviendrait sans nous ? »

Léo : « Il revient ! Tu crois qu’il a trouvé ? »

Max : « Sûr ! »

Le chevalier : « Max ! Léo ! J’ai des casques pour vous ! Essayez-les. »

Max : « Tu vois ! Merci bonome 🙂 »

Léo : « Oh oui ! Merci ! C’est quand même plus prudent. »

Max : « Tu en as pas pris pour toi ? »

Le chevalier : « Je n’ai pas trouvé ma taille 🙂 Vous voilà équipés ! Prenez la pose que je vous fotoe. Pour montrer à Princesse… »

78.1 23 Les casques
78.1 24 Les casques 78.1 25 Les casques

Max : « Merci bonome. Princesse verra que tu prends soin de nous. Mais peut être qu’elle va te gronder parce que toi tu portes pas de casque. Bon, maintenant on peut s’approcher. Tu nous expliques… »

Le chevalier : « Observons d’abord… Bien, asseyez-vous je vais essayer de comprendre en vous expliquant 🙂 »

78.1 26 La faille 78.1 27 Les petizours

Léo : « Moi j’ai bien observé. Pourquoi les couches sont pliées en haut à gauche ? »

Max : « Moi aussi j’ai bien observé ! Tout en haut les couches pliées sont recouvertes par des cailloux qui forment pas vraiment une couche. »

Léo : « Et on voit que c’est un peu des schistes derrière nous. »

Le chevalier : « Bien vu ! Vous vous souvenez sûrement que le passage des schistes de Postolonnec aux grès armoricains est progressif. La limite n’est pas nette. »

Max : « Oui, c’est parce que la sédimentation a changé tout doucement. »

Le chevalier : « Ce qui fait qu’entre les schistes et les grès il y a une couche au sein de laquelle schistes et grès alternent. »

Max : « Ben oui ! »

Le chevalier : « Apparemment la faille passe dans cette couche. On voit bien à droite les grès massifs. Max, peux tu me redonner la définition d’une faille ? »

Max : « Non ! C’est au tour de Léo ! »

Léo : « Je veux bien. Alors… C’est une cassure de roches en deux compartiments qui se déplacent l’un par rapport à l’autre. »

Le chevalier : « Très bien Léo. »

Max : « Ah ouai ! Quand Léo a bon tu dis très bien ! »

Léo : « Max le jaloux ! »

Max : « Max l’impatient, Max le jaloux… »

Le chevalier : « Max le ronchonneur 🙂 Revenons à la faille ! Il est fréquent que les roches se plient par endroits le long de la faille. Je pense que la petite courbure des couches est la conséquence directe du déplacement des blocs. On appelle ces courbures des crochons de faille. Ils renseignent sur le sens de déplacement. »

Max : « Je crois que j’ai compris ! Le bloc de gauche s’est déplacé vers le bas et ça a un peu entraîné les couches et elles se sont légèrement courbées. »

Le chevalier : « Très bien Max ! »

Max : « 🙂 »

Léo : « Et la faille serait juste à gauche de la couche dure qui est en relief. »

Le chevalier : « Je pense, oui. Une couche peut être plus dure pour de multiple raisons. Quand la falaise est érodée, la couche plus dure se retrouve isolée et en relief. »

Max : « C’est ce que j’allais demander 🙂  Et les cailloux tout là-haut ? »

Léo : « J’ai une hypothèse ! »

Le chevalier : « Nous t’écoutons. »

Léo : « Alors… Le haut de la falaise a été érodé. Comme il y a des couches plus tendres à gauche, l’érosion a été plus forte et le sommet de la falaise à gauche est plus bas. Et quand des morceaux tombent de la partie droite, ils restent au sommet et après la terre cimente tout ça et ça donne ce qu’on voit. »

Max : « Tu aurais pu dire plus simplement : ce sont des éboulis. »

Léo : « Ah oui 🙂 »

Max : « Bonome, retourne toi. »

Le chevalier : « Pourquoi ? »

Max : « Depuis tout à l’heure tu regardes côté falaise pour nous parler et tu vois pas la beauté de la plage. Retourne toi et profite ! »

78.1 28 La plage 78.1 29 La plage

Le chevalier : « Merci Maxou 🙂 Bon, continuons l’inspection. »

Max : « On fait quoi maintenant ? »

Le chevalier : « Nous avançons le long de la falaise pour observer les grès armoricains. »

Max : « Tu veux pas qu’on s’en éloigne. Pour avoir une vue générale… »

Le chevalier : « Si tu veux… »

78.1 30 La falaise

Léo : « Rholala ! Comme c’est beau ! Hé ! Regardez la haut ! »

Max : « Ou ça ? »

Léo : « Dans le ciel ! Les zoisos ! »

Max : « Fotoe bonome ! Fotoe ! C’est qui ces zoisos ? »

Léo : « Je crois que je sais… »

Max : « Tu dis ça pour frimer ! »

Léo : « Même pas vrai ! C’est des Corvidés, ça, j’en suis sûr. Mais je suis pas certain de l’espèce. Chevalier, tu as fotoé ? Tu peux me montrer les fotos s’il te plaît ? »

Léo : « Merci… Tu peux agrandir ? Je voudrais voir les pattes et le bec… Oui ! C’est ça ! Ils sont rouges ! »

78.1 31 D'étranges corvidés 78.1 32 Un étrange corvidé

Max : « Tu connais ces zoisos ? »

Léo : « Oui ! Ce sont des craves à bec rouge. Mais je me souviens pas du nom en scientifique… »

Max : « Des craves à bec rouge ? Tu les connais bonome ? »

Le chevalier : « C’est la première fois que j’en vois mais j’avais entendu dire qu’il y en avait dans le secteur. Le nom scientifique est Pyrrhocorax pyrrhocorax et ce sont bien des Corvidés. »

Max : « Juste un peu ornithologue… La prochaine fois que tu dis ça je te fais manger mon beau livre de zoisos 🙂 »

Le chevalier : « Max, ce n’est pas très gentil ! »

Max : « C’est pour de rire bonome. Oulala ! Regardez ! Il y a des grottes dans la falaise ! Venez, on va voir si il y a des korrigans ! »

Le chevalier : « Non Maxou. Peut être font-ils la sieste. Il ne faudrait pas les déranger. »

Max : « Même si on y va doucement ? Sans faire de bruit… »

Léo : « Regarde bien Maxou… Chevalier, fotoe ! »

Max : « Montre ! »

78.1 33 Des grottes 78.1 34 Une grotte

Max : « Mais… On voit rien sur la foto ! Il y a juste la falaise et la grotte ! »

Léo : « Je ne sais même pas pourquoi tu es étonné ! Allez, on avance. J’ai entendu des zoisos… »

Max : « Là ! Je le reconnais ! C’est un rougequeue noir ! »

Léo : « Un rougequeue noir ? Mais il doit être noir normalement ! »

78.1 35 Rougequeue noir

Max : « Pas toujours ! Les femelles et les juvéniles sont gris. Et les mâles un peu aussi. »

Le chevalier : « Oui, la variante Phoenicurus ochruros gibraltariensis a le dos gris. Mais il devrait avoir une nette barre alaire blanche. »

Max : « Lui, il a pas de barre alaire blanche. C’est pas un rougequeue noir alors ? »

Le chevalier : « Difficile a dire de dos… C’est peut être un rougequeue à front blanc… »

Léo : « Et là ! C’est un pipit du genre Anthus. »

78.1 36 Pipit maritime 78.1 37 Pipit maritime

Max : « C’est compliqué les pipits. On les mélanges tous. Il faudra étudier attentivement mon beau livre de zoisos. »

Léo : « Tu l’as pas pris ? »

Max : « Ben non ! Je te rappelle qu’il rentre même pas dans mon sacado. »

Léo : « Tu aurais pu demander à bonome de le prendre ! Comment on fait maintenant ? »

Max : « Bonome, MON bonome, il a déjà des tas de choses à porter. Et on regardera ce soir, après la douche. »

Le chevalier : « Ah ! Vous allez vous doucher 🙂 »

Max : « Après TA douche ! … Léo, tu entends ? »

Léo : « Ben oui ! Je vous ai dit que j’entendais des zoisos. »

Max : « Ils sont où ? Il faut aller voir… Allez bonome, on avance. »

Léo : « Ils sont là haut ! Regardez ! »

78.1 38 Crave à bec rouge 78.1 39 Crave à bec rouge

Max : « C’est un grave à bec rouge ! »

Léo : « Un crave Max, pas un grave ! »

Max : « C’est peut être un crave mais il nous crie dessus. »

Le chevalier : « Je crois que nous l’avons dérangé. Il devait être en train de se nourrir sur le haut de plage et s’est réfugié dans la falaise. »

Max : « Ils sont craintifs les craves à bec rouge ? »

Le chevalier : « Oui, il faut faire attention car ils pourraient abandonner leurs petits. »

Max : « Il y a pas des petits en ce moment. »

Le chevalier : « Je sais bien Maxou. »

Max : « Et ils nichent dans les falaises les craves ? »

Le chevalier : « Oui, il me semble. »

78.1 40 Bergeronnette grise 78.1 41 Bergeronnette grise

Léo : « Pauvre bergeronnette… »

Max : « Pourquoi tu dis ça ? »

Léo : « Regarde… »

Max : « C’est dégoûtant ! C’est quoi tous ces déchets ? »

Le chevalier : « Ce que j’évite de vous montrer depuis des mois… »

Max : « Il vient d’où tout ce plastique ? C’est encore les zoms ? »

Le chevalier : « Oui… J’ai honte d’être un zom quand je vois ça… Ce sont des petits déchets que la mer dépose à chaque marée haute. Ils s’accumulent sur les hauts de plage. Je suis désolé. »

Max : « C’est pas ta faute bonome. Tu jettes pas des déchets partout toi. »

Le chevalier : « Je n’aime pas voir ça. J’ai l’impression d’être totalement impuissant face à la pollution et je n’ose plus regarder les oiseaux… »

Léo : « Je suis sûr qu’ils ne t’en veulent pas. Viens, on va ailleurs, où il n’y a pas plein de déchets. Déprime pas chevalier. Regarde, il y a des craves à bec rouge là haut. »

78.1 42 Crave à bec rouge 78.1 43 Crave à bec rouge
78.1 44 Crave à bec rouge 78.1 45 Crave à bec rouge

Le chevalier : « Je les fotoe et on s’éloigne. Je croie vraiment que nous les dérangeons. »

Max : « Là, il y a encore un pipit ! »

78.1 46 Pipit maritime 78.1 47 Pipit maritime
78.1 48 Pipit maritime 78.1 49 Pipit maritime

Léo : « Mais on connaît rien aux pipits. On les mélange tous ! Si au moins tu avais pris ton beau livre de zoisos ! »

Max : « Demain c’est toi qui le porte ! Comme ça, tu l’auras mon beau livre. »

Léo : « Chevalier, tu dis rien… »

Le chevalier : « Non, j’essaye d’identifier ce pipit… Il me semble me souvenir que la queue du pipit farlouse est bordée de blanc. »

Max : « On a qu’à dire que c’est un pipit maritime mais qu’on est pas sûrs. »

Léo : « Anthus petrosus, Motacillidés. Mais peut être pas. »

Max : « C’est qu’une hypothèse. »

Léo : « On affirme pas vraiment. »

Le chevalier : « D’accord 🙂 »

Max : « On fait quoi maintenant ? »

Le chevalier : « Retour à notre monture. »

Léo : « Par la plage ? »

Le chevalier : « Oui, le long de la falaise. »

Max : « Bonome ! Regarde le drôle de rocher ! Il est tout noir à côté de la falaise beige. »

78.1 50 Un étrange rocher 78.1 51 Un étrange rocher

Léo : « C’est un morceau de schistes de Postolonnec à côté des grès armoricains. C’est bizarre qu’il soit là. »

Max : « On s’en fiche. Viens Léo, on va l’inspecter. Il y a peut être des fossiles. Tu nous donnes nos casques s’il te plaît. »

Léo : « Tenez, mais soyez prudents. »

Max : « Oui oui 🙂 Viens Léo, on y va ! »

Le chevalier : « Ne courrez pas comme ça ! Pfff, vous ne m’écoutez même pas… »

Le chevalier : «… Alors ? Vos recherches ont elles été fructueuses ? »

78.1 52 Les petizours 78.1 53 Les petizours

Max : « Non 🙁 Il y en a pas des fossiles sur ce rocher. »

Léo : « Pas le moindre Bivalves… »

Max : « Aucun Gastéropodes… »

Léo : « Ni de Trilobites… »

Max : « Même pas une trace fossiles… »

Léo : « Rien du tout… »

Max : « Du rien du tout comme aiment garder les garde-bœufs. »

Léo : « Ça se fossilise le rien du tout ? »

Le chevalier : « 😀 Vous découvrez le charme de la recherche des fossiles. Si on apprécie autant d’en trouver c’est que, bien souvent, les recherches sont vaines. Allez, pochez vous. Nous allons à notre monture. »

Max : « On va où après ? »

Le chevalier : « A Kameled, voir des oiseaux 🙂 »

Max : « En route pour Kameled ! »

Continuer la promenade

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.