58 – Le goéland et le Ragondin

Mardi 24 Novembre, An II

En rentrant à sa cabane, le chevalier entend des éclats de rire venant de la chambre. Il y entre discrètement et observe.

 58 02 Le goéland  58 03 Le goéland
 58 04 Le goéland

Léo : « Pousse-toi Max, c’est à mon tour ! »

Max : « Mais heu … Laisse moi ! »

Léo : « Non descends ! »

Max : « Me pousse pas ! Çavapalatête ! »

Le chevalier : « Bonjour mes petizours. Vous amusez-vous bien ? »

Max : « Bonjour mon bonome 🙂 On joue à chevaucher un zoiso 🙂 »

Léo : « Et on demande au vent d’essayer de nous faire tomber 🙂 »

Max : « C’est pas le vent qui m’a fait tomber, c’est toi ! »

Léo : « Parce que tu me laissais pas la place ! »

Le chevalier : « Et où avez-vous trouvé cette mouette ? »

Max : « Bonome, voyons, je croyais que tu connaissais un peu l’ornithologie. »

Léo : « C’est vrai chevalier, quand même… Un Laridé aux ailes grises, aux pattes et bec jaune et à l’œil noir … »

 58 06 Le goéland

Max : « Ça peut pas être une mouette ! »

Léo : « Un goéland d’Arménie, à la rigueur 😉 »

Le chevalier : « Larus armenicus ? »

Léo : « Ben oui, Larus armenicus, le goéland d’Arménie. Tout le monde sait ça ! »

Le chevalier : « 🙂 D’accord, vous jouez avec un goéland d’Arménie. Mais, Max, ne m’avais-tu pas dit que tu restais à la cabane pour étudier et travailler avec Léo ? »

Léo : « Il a beaucoup étudié et on a bien travaillé. »

Max : « Oui c’est vrai 🙂 Viens voir, on a nettoyé le crâne du ragondin. »

Max : « Regarde ! Il est tout propre ! »

Le chevalier : « Attendez un peu, je vais me faire un café et j’arrive. »

Max : « Un café ? Dans la cuisine ? Non bonome, tu te caféines trop. C’est pas bon pour ta santé. Pas de café dans la cuisine s’il te plaît. »

Le chevalier : « Si tu veux Maxou. Je vais chercher un verre de lait alors. »

Max : « Non plus ! Pas du lait de la cuisine. Il est périmé. C’est pas la peine d’aller dans la cuisine. Viens voir tout de suite. »

Le chevalier : « Un verre d’eau. J’ai soif. M’autorises-tu à aller me chercher un verre d’eau ? »

Max : « Pas de l’eau de la cuisine. Elle est pas bonne. Va plutôt en chercher à la rivière. »

Le chevalier : « Juste une question : Où vous êtes-vous installés pour nettoyer le crâne ? »

Max : « Nulle part ! »

Le chevalier : « D’accord. Je vois. Ne bougez pas, je reviens. »

Max : « Non bonome, ne va pas dans la cuisine. N’y va plus jamais. Ça sert à rien une cuisine. On t’invitera au restaurant mais ne va pas dans la cuisine. »

Léo (tout bas à Max) : « Je crois qu’on va se faire gronder cette fois. Je t’avais bien dit qu’il aurait fallu tout nettoyer avant d’aller jouer. »

Le chevalier ouvre la porte de la cuisine, observe, soupire et revient vers ses petizours.

Le chevalier : « Montrez-moi votre travail. »

Léo : « Tu nous grondes pas ? »

Max : « C’est la faute à Léo ! Il a voulu aller jouer alors que j’allais tout nettoyer. »

Léo : « MAX ! C’est même pas vrai ! »

Le chevalier : « Montrez moi votre travail. »

Max : « Voilà ! »

 58 07 Crâne de ragondin vu de face
 58 08 Crâne de ragondin vu de profil  58 09 Crâne de ragondin vu de dessous

Le chevalier : « Vous avez bien travaillé … Il reste un peu de tissus sous les bulles tympaniques … L’arcade zygomatique gauche était cassée ? Je n’avais pas vu … C’est du beau travail. Et tout ça sans doigts. Je suis fier de vous. »

Max : « Oui, on a bien travaillé 🙂 Tu veux voir la mandibule ? »

Le chevalier : « Bien sûr ! Montrez-la moi. »

 58 10 Mâchoire inférieure  58 11 Mâchoire inférieure

Le chevalier : « Elle est très propre ! Bravo ! Mais il manque les incisives, c’est dommage. Et la symphyse s’est cassée. Je vais voir si je peux la recoller. »

Max : « Je pourrais mettre le crâne dans ma collection ? »

Le chevalier : «Il fait déjà partie du fouillis sur l’étagère que tu appelles ta collection. Une collection doit être classée, Max. »

Léo : « Tu vas nous gronder ? »

Le chevalier : « Non Léo. Max va aller nettoyer la cuisine et ce sera tout. »

Max : « Pourquoi moi ? »

Léo : « Parce que tu as accusé Léo d’avoir voulu aller jouer alors que tu allais nettoyer. J’ai entendu ce que Léo t’a dit tout bas. Tu n’es pas gentil avec ton cousin. Va nettoyer. »

Max (En s’éloignant vers la cuisine) : « C’est pas juste, lui aussi il a sali et il a mis de l’eau partout aussi. Et il y a que moi qui vais nettoyer. C’est vraiment trop injuste. Je vois pas pourquoi il y a que moi qui vais nettoyer »

Léo : « Moi aussi j’ai sali, chevalier. Je vais aller aider Max. »

Le chevalier : « Libre à toi. »

Léo : « Oui, je vais nettoyer aussi. Max, je viens t’aider. »

Le chevalier les laisse quelques minutes.

Le chevalier : « Bien, je vois que vous faites de votre mieux pour réparer vos bêtises. Allez vous débarbouiller, je vais terminer. »

Léo : « Tu vas le faire à notre place ? Mais tu n’as pas sali, toi ! »

Le chevalier : « Non, mais je voudrais pouvoir accéder à la cuisine. Allez vous laver : vous sentez le rat mort ! »

Max : « Le ragondin, bonome, pas le rat, le ragondin. Il avait encore des poils de sa moustache mais ils étaient sur le haut de son crâne 🙂 »

Le chevalier : « ALLEZ VOUS LAVER ! Et je veux des petizours qui sentent bons. »

Léo : « Voilà, on est tout propres. »

Max : « On sent bon le savon 🙂 Dis bonome, tu nous expliques le ragondin. »

Léo : « Oh oui 🙂 Fais nous un cours de crâne de ragondin s’il te plaît. »

58 12 Un beau travail 58 13 Un beau travail

Le chevalier : « Un cours de crâne de ragondin !? Que voulez-vous que je vous explique ? »

Max : « Tu trouves toujours quelque chose à dire. Débrouille-toi 🙂 Allez bonome, au travail ! »

Le chevalier : « Un cours de crâne de ragondin … Je relève le défi 🙂 Première chose : le squelette de la tête peut se décomposer en deux ensembles. »

Max : « Je sais ! La mâchoire inférieure et le crâne ! J’ai bon ? »

Le chevalier : « Oui Maxou. La mâchoire inférieure est elle même constituée de deux os soudés vers l’avant dans le plan de symétrie. La soudure est appelée symphyse. Ce n’est pas une soudure très solide. »

Léo : « Et pourquoi les os sont-ils penchés sur le côté ? »

Le chevalier : « Je pense que c’est pour accueillir les puissants muscles masticateurs. On les appelles les masséters. Ils s’insèrent quelque part sur le crâne et permettent la fermeture de la bouche. Ils doivent être puissants pour pouvoir ronger les branches dures. »

Max : « Et pourquoi il n’y a pas de dents entre les incisives et les grosses dents ? »

 58 15 Les dents  58 16 Les dents

Le chevalier : « Les grosses dents sont les pré-molaires et les molaires. Ici, il y a une pré-molaire et trois molaires. L’espace entre les incisives et les pré-molaires, dépourvu de dents, est appelé barre jugale. C’est une caractéristique des phytophages. Chez les zoophage cet espace est occupé par les canines. L’animal les plante dans la chair et tire pour en arracher un morceau. Les canines ne sont pas utiles chez les phytophages et ont donc disparu. On retrouve la barre jugale à la mâchoire supérieure. Puisque nous parlons des dents, observez un peu les molaires. »

Léo : « Elles ont des reliefs dessus. Ça fait comme des crêtes et des creux. »

Le chevalier : « Bien vu Léo. Une dent est constituée de deux matières. L’extérieur est fait d’émail appelé ivoire chez certains animaux. A l’intérieur il y a la dentine. C’est l’émail qui est le plus dur. Là, ce que vous voyez, ce sont des crêtes d’émail qui dépassent de la dentine. Ces crêtes permettent au ragondin de broyer les végétaux lorsqu’il les mâche afin de faciliter leur digestion. »

Max : « D’accord pour la mâchoire inférieure. Sauf si tu as des questions, cousin. »

Léo : « Non Max. Tu nous expliques le crâne maintenant ? »

Le chevalier : « Je termine avec les dents. Il y a deux incisives par mâchoire, une prémolaire et trois molaires. On peut donc donner la formule dentaire qui indique le nombre de dents par demi-mâchoire. La formule dentaire du ragondin est : 1/1 0/0 1/1 3/3. Ah, j’allais oublier : les dents du ragondin, comme celles de tous les rongeurs, ont une croissance continue. Elles s’usent au fur et à mesure de leur croissance. Ou elles poussent au fur et à mesure qu’elles s’usent. »

Max : « N’empêche que tu dis que sa denture est caractéristique des phytophages mais on l’a vu manger un Mollusque Bivalve qui devait être un Anodonte des cygnes. Et l’Anodonte des cygnes c’est pas un végéto. »

Le chevalier : « Je sais bien, Max. Il doit compléter son alimentation avec quelques animaux au corps mou de temps en temps. »

Max : « D’accord. Le crâne maintenant s’il te plaît. »

Le chevalier : « Le crâne est beaucoup plus complexe. Il est constitué de nombreux os. On voit les sutures entres les os : ce sont les lignes ondulées. Les voyez-vous ? »

Max : « Bonome, vois-tu des cannes blanches et des chiens ? Non ? C’EST PARCE QU’ON EST PAS AVEUGLES ! On voit bien les articulations ! »

Léo : « Max, arrête de crier sur le chevalier. Tu vas pas bien dans ta tête, toi. Pardonne-le chevalier, il ne sait pas ce qu’il fait. »

Le chevalier : « 🙂 Je ne me souviens pas exactement mais je crois qu’il y a 27 ou 29 os dans un crâne humain. Il y en a au moins un de plus chez le ragondin. »

Léo : « Pourquoi un de plus ? »

Le chevalier : « L’Homme est un Primate et chez les Primates les deux os frontaux sont soudés en un seul. Donc chez le ragondin, il y a deux os frontaux puisqu’il n’est pas un primate. »

Max : « Ce sont lesquels ? Et les autres, tu les connais ? »

Le chevalier : « Oh ! Pas tous ! Je peux essayer d’en nommer certains. Je vais écrire sur le crâne … »

Max : « TU N’ÉCRIS PAS SUR LE CRÂNE ! CAVAPALATÊTE ! »

Le chevalier : « Ne crie pas Max. Tiens, regarde ce que je vais faire … »

Max : « Qu’est ce que tu vas faire ? … Qu’est ce que tu fais avec ces étiquettes ? … Bonome, dis moi ce que tu vas faire … Ah oui ! Je comprends maintenant. C’est malin ça 🙂 »

 58 17 Crâne légendé de dessus  58 18 Crâne légendé de profil
 58 19 Crâne légendé de dessous

Le chevalier : « Voilà, j’ai collé des étiquettes qui portent chacune une lettre correspondant au nom d’un os. »

Léo : « Tu connais tout ça ? Tu nous expliques s’il te plaît ? »

Le chevalier : « Commençons par une vue de dessus. Vous voyez, d’avant en arrière, le nasal (N), le frontal (F), le pariétal (P). Tout derrière et visible seulement en regardant le crâne de derrière, il y a l’occipital. Ces os constituent l’essentiel du toit dermique. S’y ajoutent le jugal (J), l’arcade zygomatique (AZ) et le squamosal (SQ). Une vue latérale montre le pré-maxillaire (PM). »

Max : « Oulala, je vais pas retenir tout ça moi 🙁 »

Léo : « Moi non plus, mais c’est pas grave. Continue chevalier. »

Le chevalier : « Passons à une vue de dessous. Nous retrouvons le pré-maxillaire (PM), le maxillaire (Mx), le palatin (PA) puis le ptérygoïde (Pt), le basi-occipital (BO) et les bulles tympaniques (B). Plus au fond, vers le centre, il y a le basi-sphénoïde (BS). Et sur les côtés nous retrouvons, le jugal (J), le squamosal (SQ). »

Max : « Pfff … »

Léo : « Mais ça fait pas 27 ou 29 os, ça ! »

Le chevalier : « Non, bien sûr. Les autres constituent l’endocrâne, visible uniquement si on coupe le crâne en deux. Les noms des os de l’endocrâne sont encore plus compliqués. Je ne les connais presque pas. »

Max : « Et pourquoi il y a des trous ? Entre le PM et le Mx ou vers BS et tout au bout dans BO ? »

Le chevalier : « Le premier entre les pré-maxillaires et les maxillaires est normalement caché par le voile du palais. Vers l’avant, le palais est osseux et recouvert d’un voile qui se prolonge vers l’arrière. Au niveau de BS, c’est le choane secondaire. »

Max : « Bien sûr, tout le monde sait ça ! Quand on se salue, on se demande ‘comment va ton choane secondaire ?’ »

Le chevalier : « Ça faisait longtemps ! Tu pourras répondre que ton choane secondaire va bien, qu’il commensalise 🙂 »

Max : « 🙂 »

Le chevalier : « Vous savez que les mammifères peuvent respirer soit par la bouche, soit par le nez. Normalement c’est par le nez. L’air passe par les narines externes (au-dessus des incisives supérieures) et avance vers la trachée. Mais la cavité nasale est séparée de la cavité buccale par le palais puis par d’autres os. L’air arrive au dessus de la trachée par le choane secondaire. La séparation des deux cavités – nasale et buccale – permet aux mammifères de manger et respirer en même temps. »

Léo : « Il y a des zanimos qui peuvent pas ? »

Le chevalier : « Oui, les amphibiens par exemple. Il n’y a pas de palais et pas de choane secondaire. Soit ils respirent, soit il mangent. Saviez-vous que les crapauds avalent grâce à leurs yeux ? »

Max : « Oulala, c’est quoi cette histoire ? »

Le chevalier : « Pour avaler, le crapaud est obligé de fermer les yeux. En s’abaissant, les globes oculaires appuient sur la nourriture et la font descendre dans l’œsophage. Il avale grâce à ses yeux 🙂 »

Max :  « D’accord. Mais le troisième trou tout au bout ? »

Le chevalier : « C’est le foramen magnum. Enfin je crois … Je suis sûr de foramen … Savez-vous ce qu’il y a dans le crâne ? »

Max : « Ben oui, le cerveau. Sauf si il est complètement fondu parce qu’on met pas sa casquette ! »

Le chevalier : « Et à quoi est-il relié ? »

Léo : « Je sais pas. »

Max :  « Moi non plus. »

Le chevalier : « A la moelle épinière qui passe dans la colonne vertébrale. Le foramen laisse le passage à la zone de transition qui est le tronc cérébral. »

Léo : « C’est compliqué tout ça mais j’aime bien ton cours de crâne de ragondin 🙂 Dis, j’ai vu que dans la cavité nasale il y avait des trucs bizarres. C’est quoi ? Il a oublié de se moucher le ragondin ? »

Le chevalier : « Ce sont les processus nasaux. Ils ont une double fonction. Il créent des mouvements tourbillonnants qui permettent de refroidir l’air en été ou de le réchauffer en hiver. Et ils permettent de filtrer l’air avant son arrivée dans la trachée… Je vous propose d’arrêter là la leçon. »

Léo : « C’était bien 🙂 »

Max : « Parle nous encore du ragondin s’il te plaît, mais plus de son crâne, de tout le zanimo. »

Le chevalier : « Je connais quelque chose qui va vous amuser. »

Léo : « Raconte ! »

Max : « Oui ! Raconte ! »

Le chevalier : « Le ragondin est phytophage – sauf quand il mange des mollusques bivalves qui devaient être des Anodontes des cygnes. Or les végétaux se digèrent très mal et très lentement. Alors pour ne pas s’encombrer le tube digestif il a trouvé une solution. »

Léo : « C’est quoi ? »

Le chevalier : « Il fait des crottes molles. »

Max : « C’est pas une solution ça. Tout le monde fait des crottes molles ! »

Le chevalier : « Certes, mais elles ne sont pas recouvertes de sucs digestifs. La digestion se poursuit à l’extérieur de l’animal. Puis, plus tard, il revient et il mange ses crottes molles dans lesquelles la digestion a bien avancé. Elles repassent dans son tube digestif et la digestion se termine. Ensuite, il fait des crottes sèches dans lesquelles il n’y a plus rien à manger. Ou presque plus rien. »

Max : « C’est dégoûtant 🙁 … Tu imagines à la cantine les élèves en train de manger leurs crottes molles 🙂 »

Léo : « Max ! C’est toi qui es dégoûtant. »

Le chevalier : « Ce n’est pas dégoûtant. En tout cas chez le ragondin 🙂 La nature est ainsi faite. Je connaissais ce comportement chez le lapin mais je pense qu’il existe chez de nombreux animaux phytophages. Ils ont un long organe branché sur le gros intestin qui s’appelle le cæcum. Les crottes molles ou humides y résident un moment et c’est là qu’elles se couvrent de sucs digestifs avant d’êtres rejetées. Ce comportement s’appelle la caecotrophie. Mes chers petizours je crois que j’ai épuisé toutes mes connaissances sur le ragondin. Au fait, nous n’avons pas rappelé son nom scientifique. »

Max : « Myocastor coypus, c’est un myocastoridé ! »

Le chevalier : « Bien Maxou. Voilà, j’ai fini. »

Léo : « Oh c’est dommage, j’aime bien quand tu nous expliques un zanimo. Tu nous en expliqueras d’autres ? »

Le chevalier : « Si vous voulez, mais pas ce soir. Vous devez être fatigués avec tout votre travail, vos jeux de Laridés et ma longue leçon ennuyeuse. »

Léo : « C’était pas ennuyeux. »

Max : « Et on veut pas aller se coucher. Raconte nous une histoire. »

Léo : « Oui, s’il te plaît, raconte nous une histoire. »

Le chevalier : « Une toute petite histoire alors, et au lit ! Connaissez-vous Monsieur de la Fontaine ? »

Max : « Ben oui, il a laissé un commentaire sur mon blog 🙂 Il a dit que j’étais un gentilours 🙂 »

Le chevalier : « Je vais vous lire une de ses fables. »

Léo : « Ouiiiii 🙂 »

Le chevalier : « Et s’intitule : Rien de trop.

Je ne vois point de créature se comporter modérément.

Il est certain tempérament que le maître de la nature veut que l’on garde en tout.

Le fait-on ? Nullement.

Soit en bien, soit en mal, cela n’arrive guère.

Le blé, riche présent de la blonde Cérès, trop touffu bien souvent épuise les guérets :

En superfluités s’épandant d’ordinaire, et poussant trop abondamment, il ôte à son fruit l’aliment.

L’arbre n’en fait pas moins ; tant le luxe sait plaire.

Pour corriger le blé, Dieu permit aux moutons de retrancher l’excès des prodigues moissons.

Tout au travers ils se jetèrent, gâtèrent tout, et tout broutèrent ;

Tant que le Ciel permit aux loups d’en croquer quelques-uns : ils les croquèrent tous ; s’ils ne le firent pas, du moins ils y tâchèrent.

Puis le Ciel permit aux humains de punir ces derniers : les humains abusèrent à leur tour des ordres divins.

De tous les animaux l’homme a le plus de pente à se porter dedans l’excès.

Il faudrait faire le procès aux petits comme aux grands. Il n’est âme vivante qui ne pèche en ceci.

Rien de trop est un point dont on parle sans cesse, et qu’on n’observe point. »

Max : « C’était beau ! »

Léo : « C’est à cause du chocolat ? C’est pour ça que tu nous as lu cette fable ? Parce qu’on a mangé trop de chocolat ? »

Le chevalier : « Oui 🙂 »

Léo : « Je ne le ferai plus, chevalier, c’est promis. Je veux plus être tout malade. Rien de trop est un point dont je ne parlerai point et que j’observerai 🙂 »

Max : « Moi aussi, c’est promis. »

Le chevalier : « Alors je peux de nouveau acheter du chocolat. Un câlin et au lit ? »

Max et Léo : « OUIIIII 🙂 »

Il nous a pris contre lui et nous a caressé le front. Léo ronronne lui aussi 🙂

Max : « Bonome ! Regarde, Léo s’est déjà endormi 🙂 Moi je vais pas tarder à l’imiter. »

Le chevalier : « Je vais aller le coucher. »

Max : « Tu m’emmènes aussi ? »

Le chevalier : « Si tu veux Maxou. »

Il nous a portés jusqu’à la chambre et il a couché Léo. Moi, je me suis mis au lit tout seul parce que je dormais pas encore. Et puis il m’a gratté le front doucement jusqu’à ce que je m’endorme.

Je t’embrasse Princesse et ne t’inquiète pas je vais bien.

Continuer la promenade

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.