40 – Le Royaume de Rien du Tout et le grand étang de T

Dimanche 6 septembre, An II

« Bonome. »

« Oui mon petitours. »

« Il fait beau aujourd’hui, tu veux pas aller aux zoisos s’il te plaît, je tourne en rond moi. Et toi, je vois bien que tu t’étioles. »

« Je m’étiole ? »

« Oui mon bonome, tu t’étioles. Tu as besoin du grand air, de marcher et de zoisoter. Allez bonome, on va aux zoisos. »

« D’accord Max, après tout, il faut bien que je fasse ma mission. Et si nous allions au Royaume de Rien du Tout. »

« Le Royaume de Rien du Tout ? C’est quoi ce Royaume ? »

« C’est un Royaume organisé autour d’un très grand étang. J’y vais rarement car je n’y vois pas grand chose. »

« Il est loin ce Royaume de Rien du Tout ? »

« Il est sur le chemin du Grand Étang de T. »

« Bon, tu te prépares, on va au Royaume de Rien du Tout et ensuite on file au Grand Étang de T. Ça te va ? »

« D’accord Max. Je suppose que tu es déjà prêt. As-tu pensé à tes jumelles ? »

« Je les ai mises dans la poche de ton pantalon. Allez dépêche toi bonome, les zoisos nous attendent 🙂 »

Et on a tout chevauché jusqu’au Royaume de Rien du Tout. J’ai vite compris le problème de ce Royaume : l’étang est gigantesque. Quand on est sur une berge, on aperçoit à peine l’autre côté. Et c’est souvent sur la berge d’en face qu’on voit les zoisos. Et puis, les berges sont envahies par la végétation. Il y a des roseaux (Phragmites australis, Poacées) et des massettes (Typha angustifolia, Typhacées). Ça va pas être facile de voir des zoisos. Tant pis 🙁 On va cheminer sur les chemins en espérant voir de belles choses.

« Bonome, regarde par terre. Vite ! C’est qui cet insecte ? »

 40 01  40 02
 40 03  40 04

« Oulala, ça ne va pas être facile de l’identifier celui-là. Dois-je t’expliquer pourquoi c’est un Coléoptère ? »

« Parce qu’il a des des élytres ! »

« Bien Max. Vois-tu l’extrémité des pattes ? »

« Chien, canne blanche, tout ça tout ça … »

« Pardon petitours. Peux-tu me les décrire ? »

« Je sais pas comment dire … Il y a trois segments plus larges que longs et une espèce de griffe qui sort du troisième segment. Ça va ? J’ai bien décrit ? »

« Très bien Max, mais ce que tu appelles une griffe est en fait un quatrième segment allongé qui, lui, se termine par deux griffes. Ces quatre articles constituent le tarse. »

« Le tarse ? Comme dans les pieds des Tétrapodes ? »

« C’est le même nom, effectivement. »

« C’est bizarre bonome. Le tarse est un os et les insectes ont pas des os. »

« Max, c’est peut être bizarre mais je n’y peux rien. Je reprends. Le tarse est constitué de quatre articles dont trois sont très larges, ce qui est caractéristique de la famille des Chrysomélidés. »

« On a jamais vu des Chrysomélidés, si ? »

« Je ne me souviens plus petitours … Si, le clytre des Saules (Clytra laeviuscula, Chrysomélidés), que tu avais pris pour une coccinelle. »

« Ben là, c’est moi qui me souviens plus 🙁 Bon, c’est qui cet insecte ? »

« S’il était tout noir, je n’aurais aucun doute et je te dirais que c’est le crache-sang (Timarcha tenebricosa, Chrysomélidés). Mais les reflets bleus me perturbent. »

« Pourquoi crache-sang ? Il crache du sang ? »

« Quand il se sent menacé, il émet par la bouche et les articulations des pattes, un liquide orangé dont le goût est très mauvais. On parle d’hémaphorrhée. »

« Bien sûr, tout le monde parle d’hémaphorrhée, bonome. Surtout quand elle commensalise 🙂 »

« 🙂 »

« Tu connais d’autres choses sur le crache-sang ? »

« Je préfère l’appeler timarche ténébreuse. Ses élytres sont soudés. Elle ne peut donc pas voler. »

« Merci bonome, grâce à toi je connais les Coléoptères Chrysomélidés maintenant. »

« Regarde le papillon Max. »

« Où ça ? Où ça ? »

« Là haut petitours. »

 40 05

« Oui, je le vois. C’est quoi ce papillon, bonome ? Et c’est quoi, la spirale qu’il a entre le yeux ? »

« Vu d’ici, l’identification est difficile. J’aperçois un ocelle annelé d’orange, des taches blanches, d’autres noires … Je dirais que c’est un grand mars changeant (Apatura iris, Nymphalidés) … Quant à la spirale, il s’agit tout simplement de sa trompe petitours. Tu sais que les papillons sont souvent nectarivores. »

« Oui, je sais ça. Le nectar est un liquide sucré produit par les fleurs. Il attire les insectes qui, en venant s’en nourrir, se couvrent de pollen qu’ils iront déposer sur le pistil d’une autre fleur. »

« Oui Maxou. Et pour aspirer le nectar, ils ont une longue trompe qu’ils enroulent au repos. »

« Et la plante sur laquelle est posé le grand mars changeant, tu la connais ? »

« D’après ce que je vois c’est le cornouiller sanguin (Cornus sanguinea, Cornacées). Beaucoup d’oiseaux se nourrissent de ses fruits puis ils dispersent les graines dans leurs fientes. »

« Si je comprends bien, les fruits peuvent être dispersés en s’accrochant aux zanimos. Ils peuvent se disperser grâce au vent comme ceux de la clématite, ou alors ils se dispersent en voyageant dans le tube digestif des zanimos. »

« Tu comprends bien petitours. »

« Parce que tu expliques bien mon bonome. Et cet insecte là, tu m’expliques. »

« Sur les trois photographies que tu as choisies, on voit que l’abdomen se termine par une espèce de queue de scorpion. »

« Oui je vois. C’est quoi ? »

 40 06
 40 07  40 08

« C’est l’appareil copulateur du mâle. »

« On dirait vraiment une queue de scorpion bonome 🙂 »

« C’est ce qui est à l’origine de son nom vernaculaire : mouche-scorpion. On dit aussi panorpe (Panorpa sp., Panorpidés). »

« C’est un Diptère ? Mais il ressemble pas du tout à une mouche ! »

« Non Max, ce n’est pas un Diptère. C’est un Mécoptère, ce qui veut dire longues ailes. Il n’y a que 9 espèces de Mécoptères en France. Tous ont des pièces buccales allongées en museau. »

« Dis bonome, c’est pas le Royaume de Rien du Tout ici, c’est le Royaume des Insectes …  Regarde là-bas, il y a des grébus (Grèbe huppé, Podiceps cristatus, Podicipédidés). On peut aller s’asseoir au bord de l’eau et regarder les grébus s’il te plaît. Tu pourras les fotoer si tu veux. »

« D’accord petitours, allons fotoer les grèbus. »

On s’est assis dans l’herbe tous les deux, côte à côte. Bonome a beaucoup fotoé les grèbus, avec ses deux appareils, parce qu’ils étaient très loin. Moi je regardais les zoisos et puis mon bonome. Et je me disais que j’avais de la chance d’être ici avec lui plutôt qu’au château. J’ai appris des tas de choses fort savantes depuis que je le connais. Je me suis beaucoup amusé aussi. Et puis j’ai découvert qui j’étais. C’est important de savoir qui on est. Moi, je suis pas du tout un porte-clés. C’était une erreur de penser ça. Je suis un petitours naturaliste qui aime la beauté du monde. Un peu aventurier aussi. Mais pas pour la grosse aventure compliquée au bout du monde. C’est pas la peine d’aller au bout du monde. La beauté elle est ici aussi. Il suffit de regarder pour la voir.

Bon, revenons aux grébus. Il y avait un adulte et un ado. Et l’adulte a donné une de ses plumes à son petit. C’est pour matelasser son estomac avant le repas, pour pas que les arêtes des poissons abîment son petit estomac. On voit pas bien sur les fotos. Tant pis.

 40 09  40 10

On a été interrompus par une course de foulques macroules (Ralida atra, Rallidés). Les foulques se chamaillent souvent et puis elles sont agressives avec les autres zoisos. Mais là, elles faisaient pas la bagarre, elles faisaient la course. On a pas vu laquelle avait gagnée.

 40 11  40 12

C’est rigolo les foulques quand ça fait la course parce qu’elles battent des ailes mais en même temps elles courent sur l’eau. Bonome m’a déjà expliqué que c’est parce que le vol demande beaucoup d’énergie. C’est plus facile si elles marchent sur l’eau en même temps. Je sais pas si je t’ai déjà montré les pattes des foulques. Elles sont pas palmées comme chez les canards mais les doigts sont très élargis. C’est mieux pour avancer et ça porte mieux quand elles courent sur l’eau.

Quand la course de foulques s’est terminée, on est revenus à l’observation des grébus. Ils s’étiraient les ailes, les grébus. C’est le petit qui a commencé, puis l’adulte a étiré ses ailes aussi.

 40 13  40 14
 40 15  40 16

Ça vole pas souvent les grébus. J’en ai vu voler que deux fois. Mais ça nage bien. Quand l’eau des étangs est très claire, on peut les voir quand ils ploufent sous l’eau. Et ben, ils nagent très très vite sous l’eau.

Puis on a avancé. On pouvait pas passer la journée à regarder les grébus et il y a pas de zoisos sur cet étang. Il a raison bonome, c’est le Royaume de Rien du Tout ici. Ou peut être l’hiver, quand les migrateurs sont arrivés. Il va quand même falloir revenir pour vérifier.

D’un coup, superzieux s’est arrêté. Il s’est figé et son cœur s’est arrêté. Puis, il a avancé très vite pour trouver un bon site d’observation. Il a bien observé partout puis il a utilisé le zoom pour vérifier. Il avait vu Martin (Martin-pêcheur, Alcedo atthis, Alcédinidés). Il est tout loin Martin mais il est beau quand même. On le voit souvent Martin. C’est un très beau zoiso. Je l’aime beaucoup. Mais bon, il a pas voulu s’approcher alors on a des fotos de loin. Tant pis.

 40 17  40 18

Puis on a revu les grébus. Un adulte et son petit. Mais je crois que c’est pas les mêmes que tout à l’heure. Ça voudrait dire qu’il y a eu au moins deux petits sur cet étang. Il y en a sûrement eu plus mais on peut pas les voir si ils sont au milieu de l’étang.

« Bonome, on a fait des kilomètres pour faire le tour de l’étang et on a vu que des grébus, des foulques et Martin. Tu as raison, il y a pas de zoisos ici : c’est le Royaume de Rien du Tout. Tu veux pas qu’on aille au Grand Etang de T. ? S’il te plaît. »

« C’est ce qui est prévu Max. Mais il nous faut retourner à notre monture. Allez, courage. »

« Je vais dans ta poche moi. »

« Non Max, regarde sur le poteau, devant toi. »

« Oh le beau zoiso ! Fotoe-le bonome, vite ! »

 40 22
 40 23  40 24

« Je suppose que tu veux savoir ‘c’est qui ce zoiso‘ ? »

« Ben évidemment bonome. Comment je progresse en ornithologie si tu m’expliques pas les zoisos ? Allez, au travail 🙂 »

« Il appartient à la famille des Fringillidés que tu connais déjà. Nous avons vu la linotte mélodieuse (Carduelis cannabina), le chardonneret élégant (Carduelis carduelis) et le verdier d’Europe (Carduelis chloris). »

« Et c’est un Carduelis aussi celui-ci ? »

« Non mon petitours. C’est Fringilla coelebs. C’est ce genre qui a donné son nom à la famille. »

« Et son nom vernaculaire ? »

« C’est le pinson des arbres. Il a les joues et la poitrine rouge, la calotte et la nuque gris bleuté. Le dos est marron. On voit que les couleurs sont vives et il y a une barre sombre, presque noire, entre les yeux, juste au dessus du bec. Je pense que c’est un mâle en plumage nuptial. »

« Pourquoi il a le bec sale ? »

« Il était en train de manger un fruit violet Max. Les pinsons sont granivores et insectivores. »

« Merci mon bonome. C’est vraiment un beau zoiso le pinson des arbres. Il est gentil d’avoir pris la pause. Tu lui as dis merci en zoiso ? »

« Bien sûr Max 🙂 Petitours, aimes-tu les insectes ? »

« Bien grillés avec un peu de poivre, ça doit être très bon 🙂 »

« Max, tu touches pas aux insectes, tu tues pas les insectes. Tu dis bonjour l’insecte, merci l’insecte, au revoir l’insecte MAIS TU TUES PAS LES INSECTES. »

« Ta tirade me rappelle quelque chose mon bonome. M’imiterais-tu ? »

« Oui 🙂 Regarde par terre mon petitours.

« Ah, oui, je comprends pourquoi tu me parlais des insectes. C’est un joli Coléoptère tout vert. Tu m’expliques s’il te plaît. »

 40 25
 40 26  40 27

« Tu as évoqué les Coléoptères. C’est donc que tu as reconnu les élytres. Parmi les Coléoptères, il y en a dont les antennes se terminent par un ensemble de lamelles (de feuillets) contiguës. Ce sont les Scarabéidés. Cet insecte possède des antennes qui se terminent par trois lamelles. »

« Oui, je vois. »

« Il existe plusieurs sous-familles de Scarabéidés mais je ne les connais pas bien. Cet insecte appartient à la sous-famille des Cétoninés. C’est la cétoine dorée (Cetonia aurata, Scarabéidés). »

« Je crois que tu m’en as déjà parlé … Au sujet d’un autre Coléoptère tout noir … Au Royaume des Sternes. Ça te dit rien ? »

« Quelle mémoire Max ! Je m’en souviens maintenant, le drap mortuaire (Oxythyrea funesta, Scarabéidés, Cétoninés). »

« Bonome, je suis naturaliste moi 🙂 Je connais les zanimos. »

« Je n’en doute pas mon petitours. Les Cétoninés ont des élytres soudés. »

« Comme la timarche de tout à l’heure. »

« Oui, mais pas tout à fait. Les élytres de la timarche sont totalement soudées et il me semble qu’elle n’a pas du tout d’ailes membraneuses. Elle ne peut donc pas voler. La cétoine et les autres Cétoninés ont des élytres qui laissent passer les ailes membraneuses. Ils peuvent donc voler. »

« Elle vole pas bien la cétoine bonome. On l’a vu voler celle-ci et elle était un peu lourdaude. C’est beau les cétoines. On va au Grand Etang de T. ? »

« Allons-y Max. »

 40 29

Ce sont les vanneaux huppés qui nous ont accueillis (Vanellus vanellus, Charadriidés). En fait, on en a vu beaucoup en chevauchant. Les vanneaux se regroupent souvent dans les champs où ils picorent ce qu’ils trouvent : des graines, des vers, des insectes …

C’est très beau quand ils s’envolent tous d’un coup et qu’ils volent en formation. Mais là, ils se reposaient les vanneaux. Ils faisaient rien de particulier.

Et d’un coup, des mésanges sont arrivées. Je t’ai déjà dit Princesse, les mésanges forment des bandes incluant des individus de plusieurs espèces. Elles sont copines les mésanges. Souvent, on peut voir des mésanges charbonnières, des mésanges bleues, des mésanges nonettes et des mésanges à longue queue. Il faudrait pas dire mésange à longue queue mais orite longicaude. Parce que c’est pas vraiment une mésange. On a fotoé que celui-là, l’orite longicaude (Aegithalos caudatus, Aegithalidés).

 40 30  40 31

J’aime beaucoup les orites longicaude. Bonome trouve qu’ils ressemblent à des petit ours. Mais il va pas bien dans sa tête. Les ours c’est pas des zoisos.

Et après, on a regardé les canards. Les zoms disent : ‘Tiens il y a des canards.’ mais ils regardent pas alors ils voient pas toute la diversité des canards. Il faudrait dire qu’il y a des Anatidés puis observer attentivement pour déterminer les espèces. Nous, on est un peu des ornithologues alors on observe bien les Anatidés.

Le premier qu’on a observé a le tête et le cou brun rouge, l’œil tout rouge et il est blanc au milieu et noir derrière. Il est facile à reconnaître celui-là et puis je te l’ai déjà présenté Princesse.

 40 32  40 33

Ce beau canard rouge, blanc et noir c’est le fuligule milouin (Aythya ferrina, Anatidés) sauf que celui-là était pas mi loin mais très loin 🙂 Avec des belles couleurs comme ça, c’est le mâle. La femelle, on l’a vue plus loin. Elle est plus discrète. Quand les deux sexes sont pas pareils, on parle de dimorphisme sexuel. Mais ça, je t’en ai souvent parlé.

Et puis la femelle milouin a fait sa toilette. Ça fait beaucoup sa toilette les zanimos.

 40 34  40 37
40 38 40 39

Pour se nettoyer le ventre, elle a été obligée de se mettre sur le dos et de se tordre le cou. Et puis elle avait les pattes en l’air. C’était rigolo 🙂 Ensuite, elle a bien agité les ailes dans l’eau pour tout se mouiller et se nettoyer. Ce que tu vois sur son bec, c’est la bague. Les ornithologues mettent des bagues sur les zoisos pour pouvoir les suivre et voir où ils vont, ce qu’ils font … Souvent les bagues sont posées sur les pattes mais pas chez les canards. Chez les canards, elles sont sur le bec. Mais ça les gène pas les canards sinon les ornithologues le feraient pas. Les ornithologues ça aime beaucoup les zoisos.

Avec les fuligules milouins, il y avait aussi quelques fuligules morillons (Aythya fuligula, Anatidés). Les morillons sont noirs et blancs avec les yeux jaunes. Il y en avait un qui dormait comme dorment les canards : sur l’eau, avec la tête sous une aile. Ça m’étonnerait pas qu’il aient souvent des torticolis les canards. Quand il s’est réveillé, il a fait sa toilette et puis il s’est étiré les ailes. C’est comme ça les zanimos.

 40 40  40 41
 40 42  40 43

Les fuligules sont des canards plongeurs. Ça veut dire qu’ils ploufent pour aller chercher leur nourriture au fond des étangs. Ils peuvent rester plus de 10 secondes sous l’eau et aller jusqu’à une profondeur de 7 à 8 mètres. Mais ça c’est quand il y a beaucoup de l’eau dans les étangs ou dans la mer.

Les fuligules forment souvent de grands groupes denses et tout mélangés avec d’autres canards. Moi, j’ai déjà vu des mélanges de milouins, morillons et colverts. Dans ces groupes, il y avait surtout des milouins.

Les fuligules sont un peu présents toute l’année mais ce sont surtout des visiteurs d’hiver. En été, ils sont en Europe de l’Est ou du Nord. Les morillons vont plus au nord que les milouins. C’est normal, les morillons vont très loin et les milouins vont mi loin 🙂

« Bonome. »

« Petitours ? »

« Merci de m’avoir emmené aux zoisos mais il faut rentrer maintenant. »

« Tu veux rentrer ? »

« Il commence à être tard. Je suis un peu fatigué moi. Tu veux bien qu’on rentre ? »

« Bien sûr petitours. Rentrons. »

Voila Princesse. C’était notre promenade au Royaume de Rien du Tout et au Grand Etang de T. Je t’embrasse Princesse et ne t’inquiète pas, je vais bien.

Continuer la promenade

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.