Juin, le 2 – Le Grand Étang et le Petit Royaume Sauvage

Max : « Nous revoici pour le troisième épisode de notre sortie de ce week-end ! »

Léo : « Pour aller plus vite nous avons regroupé les fotos prises au Grand Étang et celles prises au Petit Royaume Sauvage. »

Samuel : « Nous les avons regroupées par ordres. »

Max : « Parce qu’on est très en retard ! »

Léo : « On a d’autres articles à écrire ! »

Samuel : « Alors commençons de ce pas par les Ansériformes ! »

Max : « Que se passe-t-il en Ansériformie ? »

Léo : « Globalement c’est assez calme et nous vîmes assez peu d’Anatidés. »

Samuel : « Un couple de chipeaux au Petit Royaume Sauvage. »

Madame Chipeau, Anas strepera, Anatidés

Monsieur Chipeau, Anas strepera, Anatidés
Madame et monsieur Chipeau, Anas strepera, Antidés

Max : « Monsieur et madame Chipeaux ont pas l’air de vouloir faire des œufs. C’est bien dommage… »

Léo : « Madame Milouin est apparemment toute seule. Elle pourra pas faire des œufs non plus ! »

Madame milouin, Aythya ferina, Anatidés

Samuel : « Elle est pas toute seule cousin Max ! Il y a d’autres milouins au Grand Etang ! Même qu’ils étaient avec des mâles nettes rousses ! »

Nettes rousses, Netta rufina, et fuligules milouins, Aythya ferina, Anatidés

Léo : « Toujours aucune nouvelle de notre charmant petit couple de nettes rousses. »

Max : « Vous vous en souvenez ? Madame Rousse a une grosseur à la base du cou. Si vous la voyez, prévenez nous ! »

Samuel : « On voudrait savoir comment va ce charmant petit couple. Ont-ils fait des œufs ? »

Max : « Ben oui ! On les a fotoés ! »

Léo : « Ont-ils eu des petits alors ? Où sont-ils ? »

Samuel : « Nous retournerons bientôt au Grand Étang pour essayer d’avoir de leurs nouvelles. »

Max : « Puisqu’il se passe pas grand-chose en Anatidie, passons à l’Anséridie. Profitons de ce calme relatif pour vous présenter la bernache du Canada la plus connue du Grand Étang ! »

Léo : « Tout le monde la connaît ! »

Samuel : « Forcément ! Elle est très reconnaissable ! Voyez par vous-même ! »

Bernache du Canada, Branta canadensis, Anséridés

Bernache du Canada, Branta canadensis, Anséridés

Léo : « Cette bernache du Canada a des problèmes de pigmentation au niveau du visage. Du coup, on la reconnaît bien ! »

Samuel : « On l’a déjà vue l’an dernier ! »

Max : « C’est pratique pour le suivi des zoisos ! »

Léo : « Passons aux cygnes tuberculés. Le couple présent au Petit Royaume sauvage se reposait tout là-bas quand on y est allés ! Mais on a bien vu les deux petits ! »

Cygnes tuberculés, Cygnus olor, Anséridés avec une aigrette garzette, Egretta garzetta, Ardéidés

Samuel : « Ils vont bien ces petits. »

Max : « Ils ont même adopté une aigrette garzette ! »

Léo : « Je suis pas sûr qu’ils l’aient adoptée ! Elle s’est posée là et ils la tolèrent ! »

Samuel : « Au Grand Étang, il y a une douzaine d’adultes. Nous avions signalé deux code 18 ! »

Max : « Nid vu avec un adulte couvant ! »

Léo : « On a pas d’images mais les petits sont nés ! Une famille en a deux et l’autre en a au moins cinq ! »

Max : « Mais l’actualité chez les cygnes est moins rigolote. Il y avait un mâle adulte très énervé ! »

Samuel : « Oulala oui ! Il y avait une troupe de 8 à 10 bernaches du Canada sur la pointe juste en face de l’observatoire. Elles étaient sages ces bernaches et elles embêtaient personne. Mais le cygne les a toutes chassées ! »

Max : « On a filmé pour avoir des preuves ! Si les bernaches veulent porter plainte on veut bien être témoins ! »

Léo : « Montre les images Maxou ! »

Max : « Vous avez vu ? »

Léo : « Il était très énervé ce cygne tuberculé ! »

Samuel : « Pourtant il a pas de nid dans le secteur ! »

Max : « On sait même pas si il est en couple. »

Léo : « A part ça on a vu des foulques. »

Samuel : « Il y en a plein ! Certaines ont des petits, d’autres couvent encore. »

Max : « On a bien aimé celle-ci. Apparemment elle se prépare à faire des œufs… »

Foulque macroule, Fulica atra, Rallidés

Léo : « Et puis il y a les cormorans. On a toujours pas étudié la colonie. Je pense qu’on le fera pas cette année. On observe seulement les grands cormorans qui viennent sur la pointe devant l’observatoire au Grand Étang. »

Samuel : « On les connaît bien les grands cormorans, alors on les surveille un peu mais si ils font rien de particulier on fotoe pas et on en parle pas. »

Max : « Mais là, il y en a un qui avait pêché une écrevisse. »

Léo : « Alors on vous le montre. »

Grand cormoran, Phalacrocorax carbo, Phalacrocoracidés

Grand cormoran, Phalacrocorax carbo, Phalacrocoracidés

Max : « Nous pouvons passer aux nouvelles de Laridie. Léo, que se passe-t-il en Laridie ? »

Léo : « Ben rien. Il y a des goélands bruns, quelques uns, et des leucophées, plusieurs centaines. »

Goéland brun 3A, Larus fuscus, Laridés

Goéland leucophée, Larus michahellis, Laridés

Goéland leucophée, Larus michahellis, Laridés

Goéland leucophée, Larus michahellis, Laridés

Léo : « Même les sternes font rien de spécial. »

Sterne pierregarin, Sterna hirundo, Laridés

Sterne pierregarin, Sterna hirundo, Laridés

Samuel : « On se demande même pourquoi on a décidé de faire ce bulletin d’informations… »

Max : « Parce que nous sommes des professionnels cher petit Sam ! »

Léo : « Et puis il y a quand même eu quelques belles surprises. »

Max : « Passons aux Passereaux. Vîmes-nous des Passereaux petit Sam ? »

Sam : « Assez peu. Mais ils en valaient la peine. Commençons par les jeunes bergeronnettes grises. »

Bergeronnette grise immature, Motacilla alba, Motacillidés

Bergeronnette grise immature, Motacilla alba, Motacillidés

Léo : « Nous les vîmes au Grand Étang ! »

Max : « Il y avait également de jeunes étourneaux sansonnets. »

Léo : « Assez nombreux d’ailleurs ! Au premier observatoires nous en vîmes des dizaines. »

Samuel : « Et des groupes volaient un peu partout. »

Étourneau sansonnet immature, Sturnus vulgaris, Sturnidés

Étourneau sansonnet immature, Sturnus vulgaris, Sturnidés

Étourneau sansonnet immature, Sturnus vulgaris, Sturnidés

Léo : « Nous vîmes également les habituelles fauvettes grisettes. »

Fauvette grisette, Sylvia communis, Sylviidés

Fauvette grisette, Sylvia communis, Sylviidés

Max : « Mais il nous est impossible de vous dire si elles ont fait des œufs. »

Léo : « Et les pouillots véloces sont encore là. »

Pouillot véloce, Phylloscopus collybita, Phylloscopidés

Pouillot véloce, Phylloscopus collybita, Phylloscopidés

Samuel : « Nous entendons des mâles chanteurs mais ne pouvons pas vous en dire plus. »

Max : « Il est temps de passer aux nouvelles des rapaces. »

Léo : « Il y a toujours deux ou trois milans noirs au Petit Royaume Sauvage. »

Milan noir, Milvus migrans, Accipitridés

Milan noir, Milvus migrans, Accipitridés

Max : « Nous supposons toujours qu’un couple nidifie là. Mais on peut pas aller voir. C’est interdit. Et si le nid est bien où on le pense, on peut pas le voir à cause des feuilles dans les arbres. »

Léo : « Et puis parce que c’est trop loin. Même pour le super-méga-zoom. »

Samuel : « Mais on voit souvent des adultes se percher non loin du lieu supposé de leur nid. »

Max : « Et il y a eu cette femelle crécerelle qui tournait autour du Royaume. »

Léo : « Au-dessus du Royaume serait plus juste ! »

Samuel : « Bonome a fait des dizaines de fotos de cette femelle qui tournait au-dessus de nous. »

Max : « Et il y en a une seule à peu près présentable. »

Faucon crécerelle femelle, Falco tinnunculus, Falconidés

Samuel : « Nous pouvons passer aux nouvelles d’Arthropodie. »

Léo : « En commençant par le sauvetage d’un portecoupe holarctique. »

Max : « Le pauvre était pris dans une toile d’araignée. »

Samuel : « Alors bonome l’a secouru puis lui a patiemment enlevé tous les fils qui l’empêchaient de voler. »

Portecoupe holarctique, Enallegma cyathigerum, Coenagrionidés

Portecoupe holarctique, Enallegma cyathigerum, Coenagrionidés

Max : « On espère qu’il va bien ce portecoupe holarctique. »

Léo : « Puis nous vîmes une punaise verte ! »

Punaise verte, Nezara viridula, Pentatomidés

Max : « Pas facile à voir une punaise verte sur une feuille verte ! »

Samuel : « Au Petit Royaume Sauvage nous eûmes la joie de voir des cantharides brunes faire des œufs ! »

Max : « Pour mieux voir les insectes, bonome va essayer de reprendre son ancien appareil-fotos. Peut-être qu’il fonctionne encore en macro. »

Léo : « Ce serait bien ! On aurait alors un téléscope et une loupe ! »

Samuel : « Il va être chargé notre bonome 🙂 »

Léo : « Il est capable de porter tout ça ! Bon, passons aux Vertébrés si vous le voulez bien. »

Max : « On le veut bien Léo. On le veut bien 🙂 »

Samuel : « Nous l’avions déjà signalé et nous en avons confirmation : il y a bien des tortues écrites au Grand Étang. »

Tortue écrite, Tachemys scripta, Eumydidés

Max : « Ce qui est pas forcément une bonne nouvelle pour les cistudes d’Europe. »

Léo : « Notons qu’une cistude a été signalée au Royaume des Hérons ! »

Samuel : « Les cistudes sont rares dans la région et cette nouvelle nous fait chaud au cœur. »

Max : « Nous vîmes également un ragondin. »

Ragondin, Myocastor coypus, Myocastoridés

Ragondin, Myocastor coypus, Myocastoridés

Léo : « Encore une espèce introduite par les zoms ! »

Samuel : « Il y en a quand même beaucoup… »

Max : « Ben oui. Ils sont pénibles les zoms ! »

Léo : « T’énerve pas Maxou. Nous arrivons à la belle surprise qui va conclure notre bulletin d’informations. »

Samuel : « Tu te souviens cousin Max ? »

Max : « Bien sûr que je me souviens ! On a vu goupil ! »

Léo : « Il était tout là-bas mais on s’en fiche ! On l’a vu quand même ! »

Goupil, Vulpes vulpes, Canidés

Goupil, Vulpes vulpes, Canidés

Goupil, Vulpes vulpes, Canidés

Goupil, Vulpes vulpes, Canidés

Samuel : « On l’aime beaucoup goupil ! »

Max : « On aimerait bien qu’il devienne notre ami. »

Léo : « En attendant ce jour, nous vous proposons un petit film fait de très loin. »

Max : « C’est sur ces belles images que se termine ce troisième épisode de notre sortie du week-end. »

Léo : « Nous vous souhaitons une bonne soirée. »

Samuel : « Et nous vous disons à bientôt ! »

Continuer la promenade

Juin, le 2 – Le Royaume des Fauvettes

Max : « Nous revoici ! »

Léo : « En direct-différé depuis le Royaume des Fauvettes dont nous avons déjà tant parlé ! »

Samuel : « Il est temps de vous le présenter 🙂 »

Max : « Comment dire ? Mmmm… »

Léo : « Tu mmmmes en te grattant la tête ? »

Max : « Zutalor ! »

Samuel : « Tu te bonomises cousin Max ! Attention à toi ! Tu vas plus aimer les gens… »

Max : « Je me reprends ! Le Royaume des Fauvettes est un royaume composite. Il y a, en son centre, un bel étang dont les berges sont peu accessibles. »

Léo : « On peut aller au bord de l’eau ici ou là mais pas partout. »

Max : « Et puis il y a un petit étang dit Le Lac Nord, au nord, et un autre dit Le Petit Lac, au sud. Et encore plus au sud il y a Le Grand Fleuve d’Ici. »

Samuel : « Ce sont même pas des lacs ! Ce sont des étangs ! »

Max : « Ben oui mais les gens comprennent rien ! Ils continuent de penser que c’est à cause de la taille ! Alors que j’ai déjà expliqué que ça dépend uniquement de la profondeur et de la présence d’une thermocline permanente ! Si c’est profond, l’eau du fond est froide et c’est un lac. Si c’est pas profond, l’eau du fond est en gros comme l’eau du dessus et c’est un étang. C’est quand même pas difficile ! »

Léo : « Maxou, tu en es seulement au début de la présentation du Royaume des Fauvettes et tu t’énerves déjà ! »

Max : « Je m’énerve pas, j’explique ! Bon, sinon, il y a aussi une prairie irrégulièrement fauchée avec des bosquets d’arbustes. Et ça c’est bien pour les passereaux et les insectes. »

Léo : « Et puis c’est très arbustif entre l’étang principal et le Petit Lac. »

Samuel : « Nous, on a parcouru le chemin qui fait le tour de l’étang principal. Et c’était drôlement bien 🙂 »

Max : « Pour résumer, le Royaume des Fauvettes est un Royaume comportant différents milieux de vie et il est donc très riche en êtres vivants. Nous pouvons commencer. »

Léo : « Débutons par la vie aquatique. »

Samuel : « Il y a trois étangs mais c’est pas les milieux aquatiques qu’on a le plus observés. »

Max : « On a fait vite fait. Mais on peut vous montrer un peu. Foto sivouplé ! »

Vue partielle du principal étang du Royaume des Fauvettes

Max : « C’est beau non ? »

Léo : « Rholala oui ! »

Samuel : « Moi j’aime beaucoup. »

Max : « Vous allez nous dire qu’on vous parle beaucoup de la vie sur les étangs. Et alors ? »

Léo : « Donc, les nouvelles de l’Étang Principal du Royaume des Fauvettes. »

Samuel : « Il y a un couple de sternes pierregarin ! Code 4 ! »

Sterne pierregarin, Sterna hirundo, Laridés

Max : « Code 4 c’est quand il y a un couple présent dans son territoire en période de nidification. »

Léo : « Là, c’est bien un couple. »

Samuel : « On sait pas où elles vont nicher. »

Max : « Mais elles ont l’air d’avoir envie de faire des œufs 🙂 »

Léo : « Il faut vous dépêcher les sternes ! Comme ça vous pourrez faire une seconde couvée ! »

Max : « C’est Dieu qui l’a dit ! Il faut croître et se multiplier selon son espèce ! »

Samuel : « Vous allez pas contredire Dieu quand même ! »

Léo : « Alors vous croissez et vous vous multipliez selon votre espèce ! Vous faites des bébés sternes et puis c’est tout ! »

Max : « Les grébus l’ont fait eux ! »

Léo : « Euh… Les grébus ont pas fait des bébés sternes… »

Max : « Ben non ! Ils ont fait selon leur espèce ! Léo, voyons ! »

Léo : « Lui, il est déjà ado ! »

Grébu ado, Podiceps cristatus, Podicipédidés

Grébu ado, Podiceps cristatus, Podicipédidés

Samuel : « Et les parents vont pouvoir faire une seconde couvée ! »

Max : « Bon, en période nuptiale il y a parfois des conflits. Comme quand un couple avec son ado se balade et arrive par mégarde chez un autre couple. »

Léo : « Là, ça bagarre ! »

Bagarre de grébus

Bagarre de grébus

Samuel : « Mais ça dure pas longtemps. Les intrus repartent et les autochtones reprennent leurs activités. »

Léo : « Il y a une nette rousse aussi. Un mâle isolé. »

Nette rousse mâle adulte, Netta rufina, Anatidés

Samuel : « On lui a dit qu’il y avait d’autres nettes rousses au Petit Royaume Sauvage et au Grand Étang. Comme ça, si il en a assez d’être seul, il peut rejoindre ses congénères. »

Max : « On lui a même proposé de l’emmener puisqu’on savait qu’on irait dans ces Royaumes après. »

Léo : « Il a pas voulu venir avec nous. Il faut dire que c’est pas loin et qu’il peut y aller en quelques coups d’ailes. »

Max : « Pour terminer ce rapide tour d’horizon des zoisos de l’étang, nous voudrions vous montrer elle 🙂 »

Foulque macroule poussin, Fulica atra, Rallidés

Foulque macroule poussin, Fulica atra, Rallidés

Léo : « Elle est toute neuve cette petite foulque 🙂 »

Samuel : « Quelques heures à peine. Si on était arrivés dès potron-minet elle aurait encore été dans son œuf. »

Max : « Et on l’aurait pas vue ! Il y a aussi un couple de cygnes avec un petit, quelques colverts, des hérons cendrés… »

Léo : « Autant dire que tout va bien pour les zoisos aquatiques. »

Samuel : « Passons donc aux nouvelles d’Arthropodie aquatique. »

Max : « Nous vous rappelons que les Arthropodes sont des zanimos qui ont une cuticule externe faite de chitine pouvant être minéralisée par des cristaux de carbonate de calcium et qu’ils ont des pattes articulées. C’est d’ailleurs de là que leur vient leur nom d’arthropodes. Du grékancien Arthro-machin qui veut dire articulation et podos, singulier pous, qui veut dire pied. Hoplà ! »

Léo : « Non mais tu t’entends écrire ? »

Max : « Quoi encore ? »

Léo : « La cuticule, la chitine, minéralisée, carbonate de calcium, le grékancien… »

Samuel : « Cousin Max, je crois que tu es gravement atteint ! »

Léo : « Bonomite aiguë ! Il y a urgence ! Il faut procéder à l’ablation de ton grékancien ! »

Max : « Vous êtes trop bêtes ! Revenons aux Arthropodes. Ils comprennent les Insectes, les Crustacés, les Myriapodes, les Arachnides… Et nous eûmes l’occasion d’en observer quelques uns au bord de l’eau. »

Léo : « D’abord les Odonates. »

Samuel : « On vous réexplique pas les Odonates. Cf. l’article précédent. »

Max : « Lui, c’est qui ? »

Orthétrum réticulé, Orthetrum cancellatum, Libellulidés

Léo : « Mmmmm… Nervures anté-nodales, triangle alaire, pruine… »

Samuel : « Ptérostigma, bande antéhumérale… »

Max : « Qu’est ce vous faites ? »

Léo : « Nous aussi on utilise du vocabulaire que personne connaît à part nous 🙂 »

Max : « Oui mais c’est pas pareil ! Moi ça tombait juste ! C’était à propos ! Vous, vous êtes juste trop bêtes ! »

Léo (à Samuel) : « Petit Sam, penses-tu qu’il y a des brochets dans cet étang ? »

Samuel (à Léo) : « J’en sais rien. Jetons-y cousin Max et si il se fait dévorer tout cru par un brochet c’est qu’il y en a ! »

Léo (à Samuel) : « Bonne idée ! »

Max : « Si vous vous approchez je vous mords ! »

Le chevalier : « Dites mes machins, vous n’allez faire la bagarre en direct-différé quand même ? »

Max : « Si tu nous appelles encore les machins, c’est toi qu’on va bagarrer ! »

Léo : « Moi j’aime bien. »

Samuel : « C’est affectueux. »

Léo : « Après tout, on l’appelle bien le grand dadais. »

Samuel : « Ou le grand machin ! »

Max : « Mouai… Reprenons. Je remets l’image… »

Orthétrum réticulé, Orthetrum cancellatum, Libellulidés

Max : « C’est donc un orthétrum réticulé. Ça se voit bien. Il a l’habitude de se poser comme ça sur la berge dégagée. Sinon, il patrouille à toute vitesse et on arrive pas à le fotoer. »

Léo : « Et lui ? C’est qui lui ? »

Ischnure élégante, Ischnura elegans, Coenagrionidés

Max : « L’agrion élégant mais c’est mieux de dire ischnure élégante. Son abdomen est tout noir. C’est pas suffisant comme critère mais c’est un premier pas. »

Samuel : « Ensuite, il faut vérifier que le 8ème segment abdominal est bien bleu. S8 ? Bleu ! »

Léo : « Les cerques divergent-ils ? »

Max : « Ben oui ! Ça se voit que les cerques divergent ! »

Samuel : « Pour ceux qui savent pas, les cerques sont les espèces de pointes au bout de l’abdomen. »

Max : « C’est donc bien l’ischnure élégante alias Ischnura elegans, Coenagrionidés. »

Léo : « Suivant ! »

Naïade aux yeux rouges, Erythromma najas, Coenagrionidés

Max : « Caractère distinctif ? »

Léo : « Les yeux rouges ! »

Samuel : « Alors il y a deux possibilités mais ce sont deux naïades ! »

Léo : « Naïade aux yeux rouges ou naïade au corps vert. »

Max : « Diagnostique différentiel ? »

Léo : « Pas de bande antéhumérale. C’est tout noir sur le thorax. »

Samuel : « Pas de X noir au bout de l’abdomen. »

Max : « Alors ? »

Samuel et Léo : « Naïade aux yeux rouges ! »

Max : « Erythromma najas, Coenagrionidés ! Bravo ! Je précise qu’en ce moment ce sont surtout les E. najas. Plus tard, ce sera E. viridulum. La période pendant laquelle on peut observer les deux espèces est très courte. »

Léo : « Il y en a d’autres des Odonates ? »

Max : « Ben non. »

Samuel : « Zutalor ! »

Léo : « En fait, j’aime bien identifier les Odonates 🙂 »

Max : « Oui, c’est rigolo. On demandera à bonome d’en fotoer plus. »

Samuel : « On continue l’Arthropodie aquatique. »

Léo : « Avec la belle surprise ! »

Un dytique

Un dytique

Max : « Bon, on peut déjà vous dire que c’est un dytique. J’en ai présenté un à mes début. »

Léo : « Et l’espèce ? Tu connais ? »

Max : « Non. On demande à bonome ? »

Samuel : « Il est occupé. »

Max : « Meu non ! BONOM’ ! BOOOOONOOOOOOOM’ ! »

Le chevalier : « Oui Maxou. Que puis-je faire pour vous ? Vous gravez ? »

Max : « On grave grave 🙂 Tu t’y connais en dytiques ? »

Le chevalier : « Les Dysticidés… »

Max : « C’est qui lui ? »

Cybister lateralimarginalis, Dysticidés

Cybister lateralimarginalis, Dysticidés

Le chevalier : « Je me souviens… Je prends le gros livres d’insectes… Montre encore s’il te plaît… »

Le chevalier : « Le protonum ne semble pas encadré de clair. »

Max : « Protonum toi même ! »

Le chevalier : « C’est le stergite dorsal du prothorax. Le prothorax porte la tête et la première paire de pattes. Mais jamais d’ailes. Il comporte le protonum, le prosternum et les propleurons. »

Max : « Bien sûr ! Évidemment ! »

Léo : « On le savait ! »

Samuel : « On allait le dire ! »

Le chevalier : « Bien 🙂 Alors… Dytiscus dimidiatus correspondrait mais ses élytres sont striées longitudinalement… Cybister lateralimarginalis peut-être… »

Max : « Tu es sûr ? 

Le chevalier : « Non 🙂 »

Max : « Ah… Tu peux redire le nom ? »

Le chevalier : « Cybister lateralimarginalis. »

Max : « Tu veux pas le graver avec tous tes doigts ? »

Le chevalier : « Je veux ! Voilà ! »

Les petizours : « Merci bonomou ! »

Le chevalier : « 🙂 »

Max : « Pour terminer ces nouvelles d’Arthropodie aquatique je vous rappelle que comme tous les Insectes, les dytiques réalisent leurs échanges gazeux respiratoires avec l’air grâce à des trachées. »

Léo : « Mais comment font-ils donc puisqu’ils passent leur temps sous l’eau cher Max ? »

Max : « Bonne question mon cher Léo 🙂 Eh bien c’est très simple. Ils coincent une bulle sous leurs ailes dures appelées élytres. Et les trachées viennent s’ouvrir sous la bulle. La bulle est elle-même au contact de l’eau et il y a des échanges entre la bulle et l’eau. »

Samuel : « Si je comprends bien, le dytique prélève le dioxygène de la bulle mais ce dioxygène est remplacé par celui qui vient de l’eau. Et le dioxyde de carbone rejeté par le dytique reste pas dans la bulle mais va dans l’eau. »

Max : « Exactement ! Bravo ! »

Léo : « C’est beau la nature quand même ! »

Max : « Ben oui ! »

Samuel : « Passons aux nouvelles du chemin ! »

Max : « On donne des nouvelles du chemin ? Genre le chemin va bien ? Ça peut aller bien un chemin ? Je savais pas moi… »

Léo : « Samuel veut parler de ce qu’on trouve sur un chemin quand on ouvre les yeux ! »

Max : « Ah ouiiiii ! D’accoooord ! On peut voir des tas de choses fort intéressantes ! »

Samuel : « A commencer par ça ! »

Laissées de renard roux

Léo : « On en a vu régulièrement SUR le chemin. Pas à côté. Pas caché. Bien en évidence ! »

Max : « Vous vous demandez sûrement pourquoi on prend du caca en foto ? »

Samuel : « C’est pas n’importe quel caca ! »

Max : « C’est un message ! »

Léo : « C’est notre ami goupil qui signale sa présence ! »

Samuel : « Nous sommes sur son territoire. On le sait grâce à ce message. »

Max : « C’est pour ça qu’il laisse ses excréments bien en évidence ! »

Léo : « D’ailleurs, les excréments de renard s’appellent des laissées. »

Max : « Parce que c’est laissé là exprès ! »

Samuel : « J’espère qu’on le verra, goupil. Je l’aime bien moi. »

Léo : « Nous aussi. »

Max : « Peut-être qu’on deviendra amis un jour. Mais il faut être patient avec goupil. »

Léo : « Sinon on a trouvé un bloc fossilifère. En fait, il y en a un peu partout. »

Un bloc fossilifère

Max : « Il contient des fossiles de Mollusques Gastéropodes. »

Samuel : « Et des Bivalves ! »

Léo : « On pense, mais on est pas sûrs, que c’est un calcaire marin. »

Max : « De l’ère tertiaire évidemment. »

Léo : « Mais sans carte géologique et sans étude plus poussée on peut pas en dire plus. »

Samuel : « Du coup, on passe à la suite. »

Ophrys abeille, Ophrys apifera, Orchidacées

Samuel : « C’est une ophrys abeille. Vous connaissez déjà chers lecteurs mais comme c’est une très belle plante à fleur on vous la remontre. »

Max : « Dites, vous connaissez l’origine du mot ‘orchidée’ ? »

Léo : « Max, tu vas refaire le grékancien ? »

Max : « Bah, je suis bien obligé si je veux répondre à ma question ! »

Samuel : « Pauvre cousin Max… »

Max : « Alors lecteurs ? Je vous aide ! Les orchidées du genre orchis sont des plantes à bulbes. Vous voyez ? Non ? Toujours pas ? A quoi ressemble ce bulbe ? Ben oui ! A un testicule que ça se dit Orchis quelque chose en grékancien 🙂 »

Léo : « C’est pas très romantique ! Les orchidées sont de si belles fleurs ! »

Samuel : « Maintenant nos lecteurs vont les associer aux testicules ! Beurk ! »

Max : « Mes cousins, vous êtes orchidoclastes ! »

Léo : « Ah non ! Pas d’accord ! Tu insultes pas ! »

Samuel : « C’est pas gentil ça ! »

Max : « Mais ! Je rigooole ! C’était pour continuer à jouer à l’étymologie ! »

Léo : « Retire ce que tu viens de dire ! »

Samuel : « Immédiatement ! »

Max : « Je dois retirer ? »

Léo : « Tu dois ! »

Max : « Alors je retire. Chers lecteurs, retournez dans le passé et ne lisez pas mon anté-antépénultième réplique. S’il vous plaît merci. J’ai retiré. »

Léo : « Alors ça va. »

Samuel : « On peut passer à la suite. »

Léo : « Un insecte sur un capitule de pissenlit dont les nombreuses fleurs ont donné autant de fruits… »

Melanocoryphus albomaculatus sur Taraxacum sp.

Léo : « Le pissenlit est une Astéracées. »

Max : « Oui mais bonome m’a déjà expliqué qu’il y a des tas d’espèces réunies sous le nom de pissenlit. »

Samuel : « Alors on peut pas dire l’espèce ? »

Max : « Moi je sais pas. Le genre c’est Taraxacum. »

Léo : « C’est déjà pas mal. Et l’insecte ? »

Samuel : « C’est un hétéroptère. Une punaise. »

Max : « Il vaut mieux pas dire punaise petit Sam. C’est pas précis. »

Léo : « Tu connais, toi ? »

Max : « Ben non. »

Samuel : « Et comment on fait les infos si on connaît pas ? »

Max : « Super bonome ! BOOONO… »

Le chevalier (depuis l’autre bout de la cabane) : « Melanocoryphus albomaculatus, Lygaeidés. »

Max : « Quoi ça ? »

Le chevalier (même jeu) : « Melanocoryphus albomaculatus, Lygaediés. C’est le nom de la bestiole dont tu vas me demander le nom. »

Max : « Comment il sait que je vais lui demander ? Et comment il connaît le nom ? »

Le chevalier (même jeu) : « Ne demande pas à tes cousins comment je sais. Je sais et puis c’est tout ! »

Léo : « Il avait tout prévu ! »

Samuel : « Il savait qu’on allait le lui demander ! »

Léo : « Il a bien préparé son coup ! »

Le chevalier (Toujours depuis l’autre bout de la cabane) : « Là, je suppose que Samuel et Léo ont compris que j’avais bien préparé mon coup 🙂 Max, ne sois pas vexé et note ! »

Max : « Que je note quoi ? »

Léo : « Ben le nom qu’il va répéter ! »

Le chevalier : « Melanocoryphus albomaculatus, Lygaediés. »

Max (fort, pour le chevalier) : « Merci super bonome ! Bien joué ! »

Léo : « Il est trop fort notre bonome ! »

Le chevalier : « Merci Léo. »

Max (fort, pour le chevalier) : « Pourquoi ‘merci Léo‘ ? »

Le chevalier : « Parce qu’il vient de dire : ‘Il est trop fort bonome !’ »

Max (fort, pour le chevalier) : « Raté ! Il vient de dire : ‘Il est trop fort notre bonome !’ Et vlan ! »

Samuel et Léo : « 🙂 »

Max : « Ça m’angoisse quand même un peu… »

Léo : « Il nous connaît bien 🙂 »

Samuel : « C’est un peu comme si il nous avait faits 🙂 »

Max : « Mouai… On passe aux nouvelles des Passereaux ? »

Léo : « On en a vu des tas ! Il y en avait partout ! Et ils chantaient ! Et ils chantaient ! »

Samuel : « C’était très agréable oulala ! »

Max : « Sauf qu’on connaît pas encore les chants ! On entendait des tas de zoisos mais on savait pas qui c’était tant qu’on les voyait pas ! Ça va pas, ça ! »

Léo : « On y travaille, Maxou ! On va y arriver un jour ! »

Samuel : « Sois patient cousin Max ! »

Max : « Vous m’énervez à avoir toujours raison ! On commence ! »

Léo : « Avec les fauvettes ! »

Samuel : « Il y a des tas de fauvettes au Royaume des Fauvettes ! »

Max : « Même que c’est une femelle fauvette à tête noire qui nous a accueillis ! »

Fauvette à tête noire femelle, Sylvia atricapilla, Sylviidés

Fauvette à tête noire femelle, Sylvia atricapilla, Sylviidés

Léo : « Jusque là on avait vu presque que des mâles ! »

Samuel : « Je suppose que les femelles reviennent de migration après les mâles. C’est fréquent comme comportement. »

Max : « Ce qui veut dire que les couples se forment en ce moment ! »

Léo : « Ça va nidifier chez les têtes noires ! »

Samuel : « Chouette alors ! »

Max : « Continuons avec les fauvettes ! C’est leur Royaume après tout ! »

Léo : « On a vu des tas et des tas de fauvettes des jardins ! »

Samuel : « Avec des petits qui piaillaient pour avoir du manger ! »

Max : « On met plein de fotos ! »

Léo : « Ben oui ! C’est trop difficile de les choisir ! »

Fauvette des jardins, Sylvia borin, Sylviidés

Fauvette des jardins, Sylvia borin, Sylviidés

Fauvette des jardins, Sylvia borin, Sylviidés

Fauvette des jardins, Sylvia borin, Sylviidés

Fauvette des jardins, Sylvia borin, Sylviidés

Fauvette des jardins, Sylvia borin, Sylviidés

Fauvette des jardins, Sylvia borin, Sylviidés

Fauvette des jardins, Sylvia borin, Sylviidés

Samuel : « Tout ça de fauvettes des jardins ! »

Léo : « En fait, on en a vu surtout dans cette partie là du chemin. Peut-être qu’il y en a pas tant que ça ! »

Max : « On serait tombés sur le seul couple avec des petits de tout le Royaume ? »

Léo : « C’est peu probable. Mais on sait pas. »

Samuel : « J’ai un peu retenu une partie de leur chant. »

Max : « C’est pas facile les chants de fauvettes… »

Léo : « On va y arriver Maxou. »

Max : « Mais ça va prendre des années ! »

Samuel : « Dites, je peux intervenir ? »

Léo : « Bien sûr petit Sam. »

Samuel : « Quand je suis arrivé on demandait presque tout à bonome. Il nous expliquait patiemment. Là, on fait les bulletins d’informations sans lui. Les Odonates, les zoisos… On fait tout seuls ! On l’appelle ponctuellement pour quelques précisions mais pas plus. On a fait de gros progrès ! »

Léo : « Petit Sam a raison Maxou ! Ça va être pareil pour les chants ! On en connaît de plus en plus ! Regarde les pouillots ! »

Max : « Il y a des pouillots ? »

Léo : « Mais non buteo trois fois ! C’est imagé ! Il y a pas si longtemps, on connaissait rien aux pouillots. Maintenant, on distingue le véloce du fitis, et même du siffleur, juste à l’oreille ! On arrive et vlan les pouillots ! »

Samuel : « L’accenteur mouchet, les pinsons des arbres, les verdiers, même le rossignol philomèle ! On en a jamais vu mais on sait quand il est là ! »

Léo : « On a encore du travail avec les fauvettes. Les grives, les différentes espèces de rousserolles… »

Samuel : « Mais on progresse ! Alors on se remet au travail ! »

Max : « Vous avez raison ! Passons aux grisettes ! Il y a au moins deux couples ! »

Léo : « Ben oui ! L’un fait le code 10 et l’autre le code 16 ! »

Samuel : « 10 : adulte transportant des matériaux pour la nidification. »

Fauvette grisette, Sylvia communis, Sylviidés

Fauvette grisette, Sylvia communis, Sylviidés

Samuel : « Et code 16 : Adulte transportant de la nourriture pour les jeunes ! »

Fauvette grisette, Sylvia communis, Sylviidés

Léo : « Donc au moins deux couples et des juvéniles ! »

Max : « Ensuite on a vu des bandes de mésanges. Les mésanges, elles sont souvent en groupes plurispécifiques. Autant dire qu’elles sont toutes mélangées : les bleues, les charbonnières, les longuequeues… »

Léo : « Avec parfois des nonettes ! Mais pas là. »

Max : « Tu parlais des pouillots Léo. C’est vrai qu’on a vu ou entendu les trois espèces ! Le problème c’est qu’avec toutes les fotos on se souvient plus bien qui est qui. Parce qu’on les reconnaît à l’oreille. »

Samuel : « Les fotos des véloces je suis quasiment sûr ! »

Pouillot véloce, Phylloscopus collybita, Phylloscopidés

Pouillot véloce, Phylloscopus collybita, Phylloscopidés

Pouillot véloce, Phylloscopus collybita, Phylloscopidés

Max : « Mais le fitis… C’est bien lui ? »

Pouillot fitis, Phylloscopus trochilus, Phylloscopidés

Pouillot fitis, Phylloscopus trochilus, Phylloscopidés

Léo : « Ben… Je me souviens plus trop. Il me semble bien. C’était dans ce secteur mais on a entendu les deux espèces presque au même moment… »

Samuel : « On dit qu’on est pas sûrs. C’est pas si grave. »

Léo : « On le précisera bien dans la légende de la foto. »

Max : « Il y a eu l’hypolaïs polyglotte aussi ! »

Hypolaïs polyglotte, Hippolais polyglotta, Acrocéphalidés

Hypolaïs polyglotte, Hippolais polyglotta, Acrocéphalidés

Samuel : « Il est beau ce zoiso ! »

Léo : « Bon, à ce moment là, je partageais ton découragement. Ça pioupioutait de partout ! »

Max : « Tous en même temps en plus ! Je sais pas comment ils s’y retrouvent les zoisos ! »

Samuel : « Ils chantaient à s’en éclater la syrinx ! »

Max : « Tu t’y mets toi aussi ? »

Léo : « La syrinx ! Petit Sam, tu te bonomises toi aussi ! »

Samuel : « La syrinx ? Il y a que moi qui connais ? »

Max : « Je suis pas certain que nos lecteurs connaissent… »

Samuel : « C’est l’organe qui permet le chant. C’est un peu plus compliqué que les cordes vocales mais c’est équivalent. »

Léo : « Merci petit Sam. »

Max : « Qui d’autre on a vu ? »

Léo : « L’accenteur mouchet. Mais c’était pas là mais au début. Il pleuvait encore. »

Accenteur mouchet, Prunella modularis, Prunellidés

Max : « Il s’était perché et chantait à s’en éclater la syrinx ! »

Samuel : « 🙂 »

Léo : « Avec l’hypolaïs il y a eu la troupe de mésanges à longuequeue. »

Samuel : « Il y en avait au moins 20 ! »

Max : « Avec des petits tout fatigués 🙂 »

Mésange à longue queue, Aegithalos caudatus, Aegithalidés

Mésange à longue queue, Aegithalos caudatus, Aegithalidés

Mésange à longue queue, Aegithalos caudatus, Aegithalidés

Mésange à longue queue, Aegithalos caudatus, Aegithalidés

Léo : « Ils sont mignons les petits. »

Max : « Ensuite on a vu des tariers pâtres.

Tarier pâtre, Saxicola rubicola, Muscicapidés

Tarier pâtre, Saxicola rubicola, Muscicapidés
Tarier pâtre, Saxicola rubicola, Muscicapidés

Samuel : « Et puis, à l’entrée du village où bonome avait laissé notre monture, il y avait des hirondelles rustiques. Dont des petits 🙂 »

Hirondelle rustiques, Hirundo rustica, Hirundinidés

Hirondelle rustiques, Hirundo rustica, Hirundinidés

Max : « Eux aussi avait l’air tout fatigués. »

Léo : « Ben, il faut dire que dès tout petits, ils doivent voler dans tous les sens pour trouver du manger. »

Samuel : « Ça doit être fatiguant de voler. »

Max : « Bon, sinon on a fini. »

Léo : « Max, tu oublies les deux belles surprises ! »

Max : « Non monsieur Léo. J’oublie rien du tout ! Je les gardais pour la fin ! »

Samuel : « Par laquelle on commence ? »

Léo : « Le faucon ! On voit surtout des crécerelles. C’est, il me semble, le rapace le plus fréquent de France. »

Max : « Là, quand on l’a vu, on a donc tout de suite pensé au crécerelle. »

Léo : « Mais non ! »

Faucon hobereau mâle adulte, Falco subbuteo, Falconidés

Samuel : « C’était un faucon hobereau ! »

Léo : « Qu’est ce qu’il est beau ! »

Max : « C’est un beau hobereau 🙂 »

Léo : « Et l’autre surprise… »

Max : « Je m’y attendais pas du tout ici moi ! »

Samuel : « Ben moi non plus ! »

Tourterelle des bois, Streptopelia turtur, Columbidés

Léo : « Une tourterelle des bois ! »

Samuel : « Ici ! »

Max : « La chaaance ! »

Léo : « Cette fois c’est terminé. »

Max : « On vous a tout raconté. »

Samuel : « Nous espérons que ce nouveau Royaume vous a plu ! »

Léo : « Quelque chose me dit qu’on y retournera bientôt ! »

Max : « Pour le moment, nous vous donnons rendez dans l’article suivant ! »

Léo : « Pour une petite visite du Grand Etang et du Petit Royaume Sauvage ! »

Samuel : « A tout de suite ! »

Continuer la promenade

Juin, le 2 – Le Royaume des Milans

Max : « Bonjour à tous ! »

Samuel et Léo : « Bonjour aussi ! »

Max : « Soyez les bienvenus dans notre bulletin d’informations en direct-différé ! »

Léo : « Ce bulletin sera assez chargé. »

Samuel : « Même qu’on va certainement le découper en plusieurs épisodes. »

Max : « C’est qu’on a beaucoup inspecté ce week-end. »

Léo : « On a même découvert un nouveau Royaume ! »

Samuel : « Il faut qu’on vous explique. Nous sommes allés au Royaume des Milans. »

Max : « C’est un joli Royaume situé le long du Grand Fleuve d’Ici. »

Léo : « Puis, de là, on a parcouru le Long Chemin. »

Samuel : « Il est étrange ce Long Chemin. A vrai dire, on sait même pas si on a le droit d’y cheminer. »

Max : « A cause qu’il y a une barrière au début. »

Léo : « Mais le long de ce Long Chemin il y a Le Trou. »

Max : « On vous le montrera. »

Samuel : « Et tout au bout du Long Chemin il y a le Royaume des Fauvettes avec son étang. »

Léo : « Donc, la première inspection comprend le Royaume des Milans, le Long Chemin et le Royaume des Fauvettes. »

Max : « Mais le Royaume des Fauvettes on l’a pas bien inspecté la première fois. »

Samuel : « Du coup on y est retournés 🙂 »

Léo : « Mais directement cette fois ! »

Max : « Pas tout à fait ! En y allant on s’est arrêtés au Grand Étang. »

Samuel : « Comme on l’avait fait suite à notre première inspection. »

Léo : « Alors pour par faire un article trop long je propose qu’on en grave trois : le Royaume des Milan et le Long Chemin, le Royaume des Fauvettes, le Grand Étang. »

Samuel : « Bonne idée cousin Léo ! »

Max : « Si Samuel est d’accord, je le suis aussi. »

Léo : « Alors c’est parti ! »

Samuel : « Tout débute le long du Grand Fleuve d’Ici. On a entendu des rousserolles effarvattes ! »

Rousserolle effervatte, Acrocephalus scirpaceus, Acrocéphalidés

Rousserolle effervatte, Acrocephalus scirpaceus, Acrocéphalidés

Léo : « J’aime bien leur chant ! Même si c’est pas très mélodieux. »

Max : « Elle était juste là l’effarvatte 🙂 »

Samuel : « Mâle chanteur ! Code 3 ! »

Léo : « Oui petit Sam. Code 3 🙂 »

Max : « Au Royaume des Milans, il y a beaucoup des insectes. Et on est bien embêtés à cause que le nouvel appareil c’est un super-méga-zoom. C’est pas pratique pour fotoer les insectes de tout près. »

Léo : « Mais on a quand même quelques fotos. Comme le caloptéryx. »

Caloptéryx éclatant mâle, Calopteryx splendens, Caloptérygidés

Samuel : « C’est un très bel odonate du groupe des Zygoptères. Je rappelle que les Odonates, généralement appelés libellules, sont découpés en deux groupes. Ceux qui ont les ailes antérieures et postérieures presque pareilles. Ce sont les Zygoptères. On dit souvent les demoiselles. Et ceux qui ont l’aile postérieure plus large que l’antérieure. Ce sont les messieurs. »

Max : « Cet Odonate Zygoptère se reconnaît bien. Déjà, c’est l’un des rares à avoir une couleur métallisée. »

Léo : « Du moins parmi les Odonates fréquents. »

Max : « Et la nervation est dense. En gros, il y a des tas de traits sur les ailes. »

Samuel : « Et puis les ailes sont colorées juste sur une bande. Le bout de l’aile est transparent. »

Léo : « Si avec tout ça vous avez pas reconnu le caloptéryx éclatant, on peut plus rien pour vous 🙂 »

Max : « Il vous faut réviser d’urgence les Odonates ! »

Samuel : « Parce que si on vous fait une interro ça va être une catastrophe ! »

Max : « Des caloptéryx éclatants il y en a plein en ce moment. »

Léo : « Notons que les mâles sont d’un beau bleu métallisé alors que les femelles sont plutôt vertes. »

Samuel : « Et sans bande colorée sur les ailes. »

Max : « Après ça on a vu des graphosomes d’Italie. On vous les a déjà présentés. »

Graphosome d’Italie, Graphosoma italicum, Pentatomidés

Léo : « Ce sont des très beaux insectes. »

Samuel : « On en reparlera un autre jour. Là, on a pas envie. »

Max : « On voudrait vous montrer ça. »

Panorpe ou mouche-scorpion

Léo : « C’est une panorpe. Vous connaissez les panorpes. On vous les montre souvent. »

Max : « Mais si ! Les mouches-scorpions ! »

Samuel : « Vous vous souvenez pas ? »

Léo : « Dites amis lecteurs, vous voudriez pas réviser de temps en temps ? Non, parce que sinon, vous allez avoir une sale note à l’interro ! »

Max : « Et si vous croisez un zanimo vous saurez pas qui c’est ! »

Samuel : « Du coup, vous pourrez pas lui dire bonjour ! Et vous aurez pas d’ami zanimo. Tant pis pour vous. »

Léo : « Bon, là, la pauvre panorpe s’est fait prendre dans une toile d’araignée. »

Max : « Vu l’état de cette toile ça nous étonnerait pas qu’elle soit abandonnée. Une araignée laisse pas sa toile dans cet état. »

Léo : « Et la pauvre panorpe va même pas se faire dévorer. »

Max : « Pfff ! Dites les araignées, on vous a déjà dit d’enlever vos toiles quand elles servent plus ! »

Samuel : « On laisse pas sa toile comme ça ! »

Léo : « Bon, sinon le Royaume des Milans est le long du Grand Fleuve d’Ici. »

Max : « Ce qui nous donne l’occasion d’observer la vie dans l’eau. C’est pas toujours facile. »

Samuel : « Mais ça fait des belles surprises. Comme ces alevins… »

Des alevins pas faciles à voir 🙂

Max : « Vous les voyez ? Quand ils sont tout petits comme ça ils sont presque transparents. Comme ça les prédateurs les voient pas bien. »

Léo : « Et ils se font moins dévorer. »

Samuel : « Comme on connaît pas bien les poissons, on sait pas quelle espèce c’est. »

Max : « On apprendra plus tard. On peut pas tout faire d’un coup. »

Léo : « Puisqu’on en est aux Vertébrés, parlons un peu de ce lézard. »

Lézard des murailles, Podarcis muralis, Lacertidés

Lézard des murailles, Podarcis muralis, Lacertidés

Samuel : « Il prenait le soleil sur son tronc quand on l’a vu. »

Max : « Les lézards, ici, il y a deux espèces qui se ressemblent un peu : le lézard des murailles et le lézard vivipare. »

Léo : « Les deux espèces sont variables. »

Max : « Du coup, elles peuvent se ressembler. »

Samuel : « Mais le lézard vivipare a une queue plus courte. Elle dépasse pas beaucoup des pattes postérieures. »

Léo : «  Donc, ici, nous sommes en présence d’un lézard des murailles, Podarcis muralis, Lacertidés. »

Max : « Ce qui est pas très original. »

Léo : « Passons maintenant au nid. Parce qu’on trouvé un nid au sol. Mais pas un petit nid. Petit Sam est allé s’y installer pour donner l’échelle. »

Un nid

Le même nid avec petit Sam qui donne l’échelle

Samuel : « Je me suis senti tout petit dans ce nid ! »

Léo : « Vous vous rendez compte de la taille de ce nid ? »

Max : « Avez-vous formulé une hypothèse sur le zoiso qui l’a bâti ? »

Samuel : « Nous oui 🙂 On pense même les avoir vus lors d’une précédente inspection ici. »

Léo : « Nous supposons que c’est un nid de cygnes. »

Max : « Ou alors une mésange mégalomane 🙂 » 

Léo : « Max, ça existe pas les mésanges mégalomanes ! Tu imagines le temps que ça lui aurait pris pour bâtir un tel nid ? Et les branches ? Tu as vu les branches ? Comment elle les aurait portées ces branches ? »

Max : « Je sais bien mon Léo. Mais j’aime bien dire des bêtises pour rigoler moi. »

Samuel : « Cousin Max est un polisson 🙂 »

Léo : « Bien. Revenons à notre inspection. »

Max : « Comme nos lecteurs peuvent s’en rendre compte, on a pas vu beaucoup de zoisos. »

Léo : « On en a entendu mais on progresse doucement en chants de zoisos. »

Samuel : « C’est pas demain qu’on va faire des inspections à l’oreille uniquement… »

Max : « Non, mais on fait des progrès ! Et c’est ça qui est important. Et puis on a vu un pinson des arbres juvénile ! »

Pinson des arbres juvénile, Fringilla coelebs, Fringillidés

Pinson des arbres juvénile, Fringilla coelebs, Fringillidés

Léo : « C’est une bonne nouvelle ! Surtout que les mâles chanteurs des pinsons des arbres on les reconnaît à l’oreille. On en entend plein ! »

Samuel : « Et ça faisait un moment qu’on en avait pas vu ! »

Max : « Ça c’est énervant ! Quand on les entend et qu’on les voit pas ! Pfff ! »

Léo : « Alors voir un juvénile comme ça ! Rhooo ! »

Max : « Ensuite on a traversé une grande prairie. »

Samuel : « Oui. On devrait rester sur le chemin pour atteindre le Long Chemin. »

Max : « On devrait, oui. Mais c’est bonome ! Il aime bien cavaler dans les herbes hautes. »

Léo : « Lui, un jour, il va se rouler par terre pour être au contact de la nature ! »

Samuel : « Ou alors il va faire une sieste dans les herbes hautes. »

Max : « Tant qu’il se creuse pas un terrier… »

Léo : « Il évoque de plus en plus cette possibilité… »

Max : « Il va pas bien dans sa tête ! C’est parce que c’est la fin de l’année à la schola. Il en a assez et il fatigue. Alors il rêve d’un terrier. Mais ça va lui passer. »

Léo : « Je sais pas trop si ça me plairait de vivre dans un terrier. »

Max : « Ben non ! On aurait plus jamais de chocolat ! »

Samuel : « Cousin Max et le chocolat 🙂 »

Léo : « Dans la prairie on a croisé une éphémère. Mais une vraie éphémère. La plupart des gens confondent avec les chrysopes qui viennent dans les maisons. »

Max : « Montrons l’éphémère… »

Une éphémère

Une éphémère

Max : « Voilà ! Si c’est plus petit, vert pâle avec des yeux dorés, c’est pas une éphémère. C’est un chrysope. A cause du grékancien. Chryso-machin ça veut dire or ou doré. Et -ope j’en sais rien du tout mais c’est quelque chose comme œil parce que le chrysope a les yeux dorés. »

Léo : « Ensuite on est arrivés au Trou. »

Max : « C’est rigolo comme endroit. On s’en doute pas puis vlan ! On tombe sur ce trou ! On dirait un maar. »

Samuel : « Un quoi ? »

Max : : « Ben un maar ! »

Léo : « Max, Maxou, mon cher cousin… NON MAIS TU VAS PAS BIEN DANS TA TÊTE ! UN MAAR ! C’EST QUOI ÇA ENCORE ? TU PEUX PAS UTILISER DES MOTS SIMPLES ? IL FAUT FORCÉMENT QUE TU CHOISISSES DES MOTS COMPLIQUÉS QUE PERSONNE CONNAIT À PART TOI ? C’est quoi un maar ? »

Max : « Vous connaissez pas les maars ? »

Léo : « Non, on connaît pas les maars ! »

Max : « Vous connaissez pas les maars… »

Samuel : « Cousin Max, tu sais qu’à trop solliciter la patience des gens, on finit pas agacer. »

Max : « J’agace pas moi. Je m’étonne que vous connaissiez pas les maars. J’explique. Vous savez quand même qu’il y a les volcans explosifs et les volcans effusifs. »

Léo : « Les explosifs c’est à cause du magma très visqueux. Quand les bulles de gaz se séparent de la lave, elles ont du mal à sortir. Elles s’accumulent, s’accumulent… et finissent par former une énoooorme bulle qui explose. »

Samuel : « Pour les effusifs, le magma est fluide. Les bulles remontent tranquillement en entraînant la lave qui sort calmement en faisant de grandes coulées. »

Max : « Bravo à tous les deux ! Ben les maars c’est quand un effusif explose. »

Léo : « Un effusif qui explose ? »

Max : « Oui, ça peut arriver. Si de grandes quantités d’eau s’engouffrent et atteignent le réservoir magmatique. Avec la température très élevée, l’eau s’évapore d’un coup ! Ça fait plein de vapeur et boum ! Le volcan explose. Tout ce qui se trouve au-dessus est projeté en l’air. Ça fait un trou circulaire qui se bouche par la lave brutalement refroidie. Du coup, après il y a un lac ou un étang. »

Samuel : « Ah mais oui ! Tu parles des éruptions phréato-magmatiques ! »

Léo : « Il fallait le dire que tu parlais des éruptions phréato-magmatiques ! Évidemment ! »

Samuel : « C’est vrai qu’un volcan effusif explose dans ces cas là ! »

Léo : « Ben oui ! »

Max : « Vous connaissez les éruptions phréato-magmatiques mais pas les maars ? »

Léo : « On peut pas tout savoir 🙂 »

Max : « Bon, maintenant que vous savez ce que c’est un maar, vous trouvez pas que le Trou ressemble à un maar ? »

Samuel : « Ben si. Mais il y a pas de volcanisme ici. »

Léo : « On le saurait. »

Max : « J’ai pas dit qu’il y avait du volcanisme ici ! Pfff ! »

Samuel : « On te taquine cousin Max 🙂 Tu montres les fotos ? »

Max : « Je montre 🙂 »

Le Trou

Max : « On devrait montrer de l’extérieur mais ça serait moche. C’est dans les champs. On voit juste comme une haie d’arbustes et quand on s’approche on tombe face au Trou. »

Léo : « C’est très beau ! »

Samuel : « On entend les alouettes des champs ! »

Max : « Et il y a quelques zoisos : des bernaches, des colverts, des hérons… »

Léo : « Et grâce au super-méga-zoom, on peut tout inspecter sans bouger ! »

Max : « Revoyez la foto… Vous avez vu les arbres morts au bord de l’eau tout en face ? Regardez encore… Vous voyez les jeunes bergeronnettes grises ? Non ? Mais si 🙂 »

Bergeronnettes grises juvéniles, Motacilla alba, Motacillidés

Léo : « Impressionnant non ? »

Samuel : « Sans le super-méga-zoom on aurait pas su qu’elles étaient là ! »

Max : « Quatre jeunes bergeronnettes grises ! »

Samuel : « Nidification réussie ! »

Léo : « Bravo les parents ! Mais il faut s’en occuper maintenant ! »

Max : « En parlant de bergeronnettes… Il y a une printanière qui est venue nous voir. »

Bergeronnette printanière mâle adulte, Motacilla flava, Motacillidés

Bergeronnette printanière mâle adulte, Motacilla flava, Motacillidés

Léo : « C’était un mâle. Il est arrivé, nous a vus et a décidé d’aller manger plus loin. »

Max : « Il aurait pu manger avec nous. Bonome avait distribué le chocolat et il dévorait son sandouich. »

Samuel : « J’aurais bien déjeuné avec une printanière moi. »

Max : « Oui, mais elle pouvait pas ! Les autres zoisos auraient été jaloux ! »

Samuel : « Il faut pas être jaloux les zoisos. Vous êtes tous notre préféré 🙂 »

Léo : « Au Trou, on peut observer les Odonates. »

Max : « Ils viennent juste là. Et les patrouilleurs cherchent à nous faire partir. »

Samuel : « Ça nous fait rigoler. »

Max : « On a même pas peur des libellules nous ! »

Léo : « Pour des raisons techniques on a pas beaucoup de fotos. Juste celles-là. »

Portecoupe holarctique, Enallagma cyathigerium, Coenagionidés

Max : « Si on dit pas des erreurs ce sont tous des portecoupes holarctiques ou agrions porte-coupe »

Samuel : « Enallagma cyathigerium, Coenagrionidés. »

Léo : « Il y en a plein. »

Max : « On les trouvait très beaux comme ça. »

Léo : « Alors bonome a fotoé. »

Max : « Après la pause déjeuner on a continué à avance sur Le Grand Chemin. »

Samuel : « Bonome faisait plus trop attention aux zanimos. Il était un peu dans sa tête. Ça lui arrive quand il se sent bien dans la nature. »

Max : « Il se sent toujours bien dans la nature. »

Léo : « Oui Maxou. Mais je comprends ce que veut dire Léo. Quelque fois il pense plus à rien du tout. Même plus aux zanimos. Il marche, contemple, médite… en avançant tranquillement. »

Max : « Puis il entend un zoiso ! Là, c’était des bergeronnettes printanières. Un adulte et un juvénile. Le juvénile s’est sauvé alors on a les fotos que de l’adulte. »

Samuel : « Et on est arrivés au Royaume des Fauvettes. On vous racontera après. »

Max : « Pour le moment disons qu’on y a vu… Un orthétrum réticulé type femelle. »

Orthétrum réticulé type femelle, Orthetrum cancellatum, Libellulidés

Léo : « On dit type femelle parce que les jeunes mâles ressemblent aux femelles. Les spécialistes pourraient peut-être distinguer un jeune mâle d’une femelle mais pas nous. »

Samuel : « Peut-être qu’un jour on saura. »

Max : « Mais pas encore… »

Léo : « Et il y a eu l’accenteur mouchet. »

Accenteur mouchet

Prunella modularis, Prunellidés

Max : « Lui, on le reconnaît à l’oreille maintenant. Là, on l’a entendu. Alors on a cherché et on l’a trouvé ! »

Samuel : « Les mâles chanteurs se mettent souvent au sommet d’une branche. »

Max : « Oui, sauf les rossignols philomèles ! Eux, ils se cachent. »

Léo : « On les entend de loin ! »

Samuel : « On reconnaît leur chant aussi. Enfin, pas tout. Mais des passages très caractéristiques. On sait qu’il y en a des rossignols philomèles au Royaume des Fauvettes. »

Max : « Mais on les a pas vus ! »

Léo : « Bonome aimerait tellement en fotoer un ! »

Max : « Il y arrivera un jour. Il nous dit souvent d’être patient. »

Léo : « Je sais Max. Mais ça lui ferait plaisir… On parle du retour ? »

Samuel : « Ça va aller vite. On a pas vu grand-chose. »

Max : « Le temps devait se couvrir alors bonome avait pas pris beaucoup à boire. Au lieu de ça il a fait très beau. »

Léo : « Surtout très chaud ! Bonome transpirait à grosses gouttes. Il voulait boire. Alors il a un peu cavalé pour atteindre une taverne. »

Max : « Mais il est allé dans une échoppe quérir une bouteille d’eau qu’il a à moitié bue en une seule fois 🙂 »

Samuel : «  Quand il va lire ces détails il va nous gronder. »

Max : « Il nous gronde même pas ! Il dit juste que c’est pas intéressant. »

Léo : « Bon, revenons à nos zoisos. Qui avons-nous vu ? »

Samuel : « Le tarier pâtre ! Tout en haut d’un arbre ! »

Max : « On a eu du mal à le reconnaître à cause de la luminosité. »

Léo : « Là, on a choisi une foto sur laquelle on le voit bien. »

Tarier pâtre

Saxicola rubecola, Muscicapidés

Max : « Puis, il y a eu la fauvette grisette. »

Fauvette grisette, Sylvia communis, Sylviidés

Fauvette grisette, Sylvia communis, Sylviidés

Samuel : « Elle faisait le code 16. Adulte transportant de la nourriture pendant la période de nidification. »

Max : « L’an dernier déjà on les avait vues ici. »

Léo : « Voilà. On pourrait terminer par la rousserolle effarvatte. »

Samuel : « Comme au début. »

Max : « Pour faire une épanadiplose. »

Léo : « C’est très tchékovien. »

Samuel : « La situation finale est la même que celle de départ. »

Max : « Une façon de dire qu’il ne s’est rien passé. »

Léo : « Chez Tchékov c’est pour dire que la bourgeoisie russe de province s’ennuie. »

Samuel : « Sauf que nous on s’ennuie pas. »

Max : « On inspecte sérieusement. »

Léo : « On se régale par tous les sens ! »

Samuel : « Et on rigole bien 🙂 »

Max : « Voilà pour cette première partie. »

Léo : « Si vous voulez bien, nous nous retrouvons dans l’article suivant ! »

Samuel : « Au Royaume des Fauvettes ! »

Max : « A tout de suite ! »

Rousserolle effarvatte, Acrocephalus scirpaceus, Acrocéphalidés

Continuer la promenade

Mai, le 27 – Le Marais et les Bernaches

Max : « Bonjour à tous ! »

Les petizours

Samuel : « Bienvenus dans notre bulletin d’informations en direct-différé ! »

Léo : « Bulletin qui sera un peu long aujourd’hui puisqu’il regroupe les informations de trois inspections. »

Max : « Mais trois inspections dans le même Royaume ! »

Léo : « A vrai dire, il y a deux Royaumes : le Marais et le Royaume des Bernaches. »

Samuel : « Ils sont très proches l’un de l’autre et sont indissociables. »

Max : « Voici donc les informations de samedi, dimanche et lundi. »

Les petizours devant le Marais

Léo : « Petit Sam, pouvez-vous nous donner le titre principal de cette édition ? »

Samuel : « Tout à fait cher cousin Léo. L’actualité est dominée par les éclosions ! »

Max : « Il y a des petits un peu partout 🙂 »

Léo : « Une fois n’est pas coutume nous allons commencer par les passereaux. »

Samuel : « Nous en voyons pas beaucoup en ce moment. »

Max : « Nous en entendons plus que nous en voyons. »

Léo : « Les plus remarquables sont les rousserolles effarvattes. »

Max : « Il y en a dans chaque bosquet de phragmites. »

Samuel : « Et qu’est ce qu’elles chantent ! »

Léo : « Nous vous en montrons quelques unes comme ça… »

Max : « Comme vous pouvez le voir, les rousserolles nidifient elles-aussi. »

Léo : « La preuve en est ce prélèvement de morceau de phragmites. »

Samuel : « Code 10, catégorie nidification probable ! »

Rousserolle effarvatte, Acrocephalus scirpaceus, Acrocéphalidés

Max : « Notons que bonome, qui s’entraîne à identifier les chants, a détecté une rousserolle verderolle à l’oreille ! »

Samuel : « Bravo bonome, bravo ! »

Léo : « Parce que c’est pas facile, oulala ! »

Max : « Bon, continuons avec les passereaux. »

Léo : « Oui Maxou. Il y a toujours des fauvettes grisettes comme cet adulte qui collecte de la nourriture pour ses petits. »

Fauvette grisette Sylvia communis, Sylviidés

Samuel : « Donc il y a des petits ! On vous l’avez dit ! »

Max : « Chose étrange, les bruants sont plutôt calmes. Nous en vîmes aucun ! »

Léo : « A peine en avons-nous entendu un ou deux, comme ça, en tendant bien l’oreille. »

Max : « Alors qu’il y a peu nous avions passé de long moment à les fotoer et nous eûmes abondance de fotos à plus savoir quoi en faire ! »

Samuel : « Pas de fotos non plus des pinsons des arbres ! Ils font le code trois dans les arbres et s’arrêtent à notre approche. Alors on sait pas où arrivent pas à les observer. »

Max : « Mais on les entends bien. »

Léo : « Il y en a au moins six là, et probablement autant là-bas. C’est dire si ils sont nombreux ! »

Samuel : « Mais on les voit pas… »

Max : « Nous avons pas vu les bergeronnettes grises. Ou alors fugacement. Nous supposons qu’elles couvent. On vous expliquera ça plus tard. Mais souvenez-vous qu’elles sont semi-cavernicoles les bergeronnettes grises. »

Léo : « Les étourneaux à présents ! Les jeunes se portent à merveille et gagnent en autonomie. Ils volent bien et un groupe d’une cinquantaine d’individus parcourt les deux Royaumes. »

Samuel : « Nous arrivons aux mésanges. Nous vous avons déjà présenté une jeune mésange à longue queue, Aegithalos caudatus, Aegithalidés. Il y a bien évidemment des jeunes charbonnières et également des jeunes bleues. »

Léo : « Elles aussi grandissent vite ! Samedi les petits piaillaient en agitant les ailes pour avoir du manger ! »

Mésange bleue juvénile, Cyanistes caeruleus, Paridés

Max : « Lundi, les mêmes se nourrissaient tout seul ! »

Léo : « Quel beau spectacle ! »

Samuel : « Pour terminer avec les passereaux, venons-en aux pies bavardes. »

Max : « Pica pica, Corvidés. »

Léo : « Il y a un nid juste là. Et dans le nid, il y a des jeunes incapables de soutenir un vol sur des longues distances. »

Samuel : « Code 13 ! »

Pie bavarde dans son nid, Pica pica, Corvidés

Max : « On a oublié picpic ! »

Léo : « Bah oui ! »

Samuel : « Qu’est ce qu’ils étaient agités les picpics ! »

Max : « Ça c’était lundi ! Trois pics verts, Picus viridis, Picidés, arrêtaient pas de se voler après ! »

Léo : « Virage sur l’aile par-ci, virage sur l’aile par-là ! »

Samuel : « Et on se poursuit ! »

Max : « Puis on se cache et on crie ! Et avec tout ça bonome a raté les fotos ! »

Léo : « Max, tu arrêtes de critiquer bonome tout le temps ! »

Max : « Je critique pas ! Je constate qu’il a raté les fotos ! C’est pas ma faute ! Allez-y ! Mettez les fotos ! »

Picpic Picus viridis, Picidés

Léo : « Elles sont pas top, c’est vrai… »

Samuel : « Mais c’est un témoignage ! »

Max : « Passons maintenant aux Podicipédidés. »

Léo : « Les grébus et les grébous 🙂 »

Samuel : « Les grébus, Podiceps cristatus, sont que deux. Mais ils semblent former un couple. »

Max : « Il se pourrait qu’ils cherchent à nidifier ! »

Léo : « C’est ce que suggèrent les fotos ci-dessous. »

Grébu Podiceps cristatus, Podicipédidés

Samuel : « Mais cette information reste à vérifier ! »

Max : « Ben, sinon, les grébus vont bien 🙂 »

Léo : « Grébu c’est un grand pêcheur ! Regardez ! »

Samuel : « On pense qu’il a gloubé une perche. Mais on est pas sûrs. »

Max : « Elle était un peu grosse quand même ! Il a eu du mal à l’avaler. Il a fait plusieurs tentatives. »

Léo : « Mais il a réussi quand même. Après il a fait la sieste pour digérer. »

Samuel : « Et puis lundi on en a vu dans un nid. »

Grébu dans son nid

Samuel : « Normalement ils dorment pas le nid les grébus. Ils dorment sur l’eau ! »

Max : « Cela semble confirmer l’hypothèse de la nidification. »

Léo : « J’ai hâte de voir les petits ! Ils seront pas loin et on pourra les voir ! »

Samuel : « Environ trois semaines de couvaison… »

Max : « Nous reviendrons pour vous tenir au courant chers lecteurs ! »

Léo : « Passons aux grébous. Vous savez qu’il y a deux couples sur l’Étang des Bernaches et un adulte avec son petit dans le Marais. »

Max : « Apparemment tout le monde va bien en Grébouie 🙂 »

Samuel : « Eux aussi sont des grands pêcheurs ! On a vu le parent apporter une grenouille à son petit. »

Grébou Tachybaptus ruficollis, Podicipédidés

Max : « Le bébé grébou a gloubé une grenouille ! »

Samuel : « Gloub la grenouille ! »

Léo : « Et ensuite le parent a attrapé une écrevisse ! »

Max : « Zutalor ! On a pas publié l’écrevisse ! »

Samuel : « On connaît même pas l’espèce ! »

Max : « Ben on met : ‘écrevisse indéterminée’. Peut-être que personne sait qu’il y a des écrevisses dans le Marais ! »

Léo : « On verra. Pour le moment montrons les images. »

Max : « Une écrevisse ça se gloube pas comme ça. Alors grébou la secoue pour arracher des morceaux et les avaler. »

Léo : « Et quand il a eu assez mangé, il a donné le reste à son petit. »

Samuel : « Voilà donc pour les Podicipédidés. »

Max : « Des nouvelles des petits gravelots ? »

Léo : « Nous en vîmes un seul mais à chacune des inspections. »

Petit gravelot Charadrius dubius, Charadriidés

Samuel : « Nous supposons que l’autre couve. Mais on sait pas où est le nid. »

Léo : « L’incubation dure de 22 à 26 jours et les parents s’occupent des jeunes pendant environ trois semaines. »

Max : « Mmmm… Ça pourrait laisser le temps pour une seconde couvée ça ! »

Léo : « Peut-être. Mais attendons les premiers petits ! »

Max : « Rappelons que l’accouplement que nous avons filmé a eu lieu le 13 ! »

Samuel : « Si la ponte a eu lieu rapidement, les œufs devraient éclore vers le 6 juin… »

Léo : « Une affaire à suivre ! »

Max : « Des nouvelles d’Ardéidie ? »

Samuel : « Les hérons cendrés vont bien eux aussi. Il y a un jeune âgé d’une année environ et trois adultes. »

Patapon Patapon
Patapon Adulte

Léo : « Et il y a un couple qui nidifie ! »

Max : « Nooon ? »

Léo : « Si si ! Regardez ! »

Hérons cendrés dans leur nid Ardea cinerea, Ardéidés

Samuel : « On va voir des patapons ! »

Max : « Les plus observateurs d’entre vous on pu apercevoir une tortue écrite aux pattes du patapon qui prenait le soleil. Si si ! Retournez voir la foto… Vous avez vu ? A gauche du patapon donc à votre droite… C’est bon cette fois ? »

Léo : « Ben en vrai, il y a pas une mais six ! »

Tortues écrites, Tachemys scripta machin, Eumydidés

Max : « Puisqu’on vous dit qu’il y en a six ! Regardez encore ! … Ben oui, il y en a six 🙂 »

Léo : « Il est possible qu’elles se reproduisent ici. »

Samuel : « Et ça c’est pas bien ! »

Max : « Normalement, ici, il pourrait y avoir des cistudes d’Europe. »

Léo : « Mais en cas de compétition avec les tortues écrites ce sont ces dernières qui l’emportent. »

Samuel : « Donc temps qu’il y aura des tortues écrites les cistudes pourront pas revenir. »

Max : « Ce qui fait que la reproduction de la tortue écrite est pas du tout une bonne nouvelle ! Surtout que ce sont les zoms qui les abandonnent dans les Royaumes ! Grrr !!! Vous pouvez pas penser aux cistudes les zoms ? Pauvres cistudes ! »

Léo : « Et nous on peut pas les voir ! Pourtant on les aime bien les cistudes ! »

Samuel : « Passons aux nouvelles de Rallidie ! »

Max : « Les Rallidés comprennent les foulques macroules et les poules-d’eau. »

Léo : « Et les râles d’eau. On en a vu au Royaume des Grèbes ! »

Max : « Mais on a pas écrit l’article ! »

Samuel : « Les petites foulques grandissent. Je dis ‘les’ mais on en vu qu’une… »

Jeune foulque macroule Fulica atra, Rallidés

Max : « Nous espérons que les autres se sont pas faites dévorées… »

Léo : « Ce qui peut arriver… »

Samuel : « Les poules-d’eau à présent ! Nous avions repéré un nid avec un adulte couvant. Code 18. »

Léo : « Là, c’est le passage de relais entre les deux adultes. Ils couvent à tour de rôle. »

Gallinule poule-d’eau, Gallinula chloropus, Rallidés

Max : « Puis on est retournés voir ! »

Samuel : « Et il y avait un petit ! Tout neuf ! Âgé d’à peine 24h ! »

Un petit tout neuf

Max : « Mais les parents couvaient toujours ! A cause que les éclosions sont étalées sur plusieurs jours. »

Léo : « Et puis lundi on a vu ça 🙂 »

Samuel : « Les trois petits sont nés ! »

Max : « Le petit dernier a moins de 24h ! »

Samuel : « Ça illustre bien ce qu’est une espèce nidifuge. A peine nés, les petits quittent le nid et y retournent plus jamais ! »

Léo : « Terminé le nid ! »

Max : « La vie commence ! »

Samuel : « Nous arrivons maintenant aux nouvelles d’Anatidie ! »

Léo : « Oui cher petit Sam. Commençons par madame Grobec ! »

Max : « Il y a une madame Grobec ! »

Madame Grobec Anas clypeata, Anatidés

Léo : « Il me semble qu’elle a un problème au niveau du front. »

Max : « Une dermite ? »

Samuel : « Son œil a pas l’air en forme… »

Max : « Zutalor ! Et on est même pas docteurs en zanimos ! Bon, on va retourner prendre de ses nouvelles… »

Léo : « Max, je te rappelle que notre éthique de journalistes nous interdit d’intervenir. »

Samuel : « Et on sait pas comment faire pour l’aider si elle a la dermite. »

Max : « On préviendra les gardes et la LPO. Ils sauront quoi faire. »

Léo : « Passons à monsieur Colvert… »

Monsieur Colvert, Anas platyrhynchos, Anatidés

Samuel : « Si vous pensez qu’il a de drôles de couleurs, vous avez raison ! »

Max : « C’est à cause qu’il est en train de muer. »

Léo : « Il change de plumes. Les anciennes sont trop usées. Il en veut des neuves. »

Max : « Bien, passons aux bernaches du Canada. Nous vous avons déjà présenté une petite famille comprenant cinq petits. »

Léo : « Et bien ils grandissent à vue d’œil ! »

Bernaches du Canada Branta canadensis, Anséridés

Samuel : « Impressionnant non ? »

Max : « Ils ne sont plus jaunes. Mais leurs ailes sont encore plutôt réduites. »

Léo : « Ils volent pas encore. »

Samuel : « Je sais ce que vous pensez chers lecteurs ! ‘Avez-vous des nouvelles de la bernache de la barge ? Couve-t-elle réellement ?’ Et bien oui ! »

Max : « Et nous en avons la preuve ! »

Bernache du Canada

Léo : « Cette barge est donc une couveuse ! »

Max : « Mais un détail nous chiffonne. »

Samuel : « Regardez bien sur la droite… Il y a une carcasse de zoiso… »

Max : « Les gardes auraient pu l’enlever quand même ! »

Léo : « Mais ce qui nous inquiète le plus est de savoir à qui appartient cette carcasse. »

Samuel : « On a pas revu notre ami goéland leucophée handicapé de la patte. »

Max : « Nous craignons que ce soit son squelette. »

Léo : « Ce serait triste. »

Samuel : « Très triste même. »

Max : « Mais comme on peut pas savoir on continue de penser que notre ami va bien et qu’il est parti ailleurs. »

Léo : « Puisque nous en sommes à la barge, donnons des nouvelles des sternes. »

Samuel : « Elles vont bien ! »

Max : « Très bien même ! »

Léo : « Elles ont eu des poussins ! »

Sterne pierrgarin et ses poussins, Sterna hirundo, Laridés

Samuel : « Nous sommes ravis de vous annoncer la naissance de trois petites sternes. Les petits vont bien et la maman aussi 🙂 »

Max : « Comme vous pouvez vous en rendre compte il y a des cavités dans les rebords des barges. »

Léo : « Vous vous souvenez des bergeronnettes grises ? »

Samuel : « Nous devions vous en reparler. »

Max : « Vous avez compris ? »

Léo : « Ben oui ! Elles sont semi-cavernicoles et nichent dans des cavités. »

Max : « Elles peuvent donc nicher sur les barges ! »

Samuel : « Nous attendons donc les petites bergeronnettes grises ! »

Max : « Restons sur la barge des sternes et transposons nous lundi. »

Léo : « Que voyons-nous alors ? »

Bernache du Canada avec un poussin

Samuel : « Ben ça ! Il y a eu des éclosions ! »

Bernaches et sternes

Max : « Des poussins de bernaches et de sternes sur la même foto ! »

Samuel : « Bravo bonome ! Bravo ! »

Max : « Passons à lundi après midi. Nous avions déjà bien inspecté mais, comme d »habitude, nous avions pas envie de rentrer. »

Léo : « Ni le courage de refaire un tout complet du Royaume des Bernaches. »

Samuel : « Alors on restait là, à observer le Marais. »

Max : « Espérant qu’il se passe quelque chose. »

Léo : « Ou pas 🙂 »

Samuel : « Quand des bernaches du Canada sont arrivées en criant ! »

Max : « Vous nous direz que c’est normal de voir des bernaches au Marais qui jouxte le Royaume des Bernaches. »

Léo : « Mais celles-ci viennent d’ailleurs. »

Samuel : « C’est étrange les zoisos. Il y en a qui sont sédentaires et d’autres qui se baladent de Royaumes en Royaumes. »

Max : « Et puis, on l’a vue ! »

Léo : « On avait pas fait attention au début ! »

Samuel : « Forcément, une bernache parmi les bernaches… »

Max : « Regardez ! »

Bernache nonnette Branta leucopsis, Anséridés

Léo : « Une bernache nonnette ! »

Samuel : «  Branta leucopsis, Anséridés ! »

Max : « La chaaance ! »

Léo : « Il y en a pas beaucoup dans la région. Quelques unes par ci ou par là. »

Max : « Rarement en groupe, elles sont plutôt bien intégrées parmi leurs cousines les bernaches du Canada. »

Samuel : « Plutôt bien mais pas toujours. Quelques fois les Canada sont pas gentilles avec la nonnette. On en a la preuve ! »

Léo : « Elle a voulu la mordre ! »

Max : « Dites donc les Canada, si vous étiez toute seule vous aimeriez bien que d’autres bernaches vous accueillent ! »

Samuel : « Cette nonnette faisait sa toilette, comme les Canada d’ailleurs. »

Léo : « Mais elle s’attardait sans cesse sur une petite zone au niveau du plastron. »

Max : « On a compris pourquoi après. Elle est un peu abîmée à cette endroit. Elle aussi doit avoir la dermite. »

Léo : « Pauvre nonnette… »

Samuel : « Pour info, nous savons que cette nonnette a été signalée le lendemain au Royaume des Hérons. »

Max : « Il y a souvent une nonnette là-bas. Ça doit être elle. »

Léo : « Nous savons que c’est bien celle-là qui a été observée le lendemain au Royaume des Hérons car le monsieur qui a publié l’obs a précisé qu’il lui manquait encore des plumes au niveau du plastron. »

Samuel : « On suppose qu’elle est venue visiter ici mais que ça lui a pas plu alors elle est retournée là-bas. »

Samuel : « Voilà ! C’était la bonne surprise du jour. »

Léo : « Pour terminer nous allons vous présenter deux orchidées. »

Max : « On aime bien les orchidées. Il en existe des tas d’espèces. Les zoms connaissent les orchidées exotiques à grandes fleurs mais ils négligent les belles petites orchidées de chez nous. »

Samuel : « Pourtant elles sont très belles. »

Léo : « Là, c’est l’orchis pyramidal, Anacamptis pyramidalis. »

Anacamptis pyramidalis

Max : « Elle s’observe un peu partout en France sur sols secs, plutôt calcaires. »

Samuel : « Elle est protégée dans certains départements mais pas tous. »

Léo : « La pollinisation est assurée par des Lépidoptères. »

Max : « Et puis on a vu l’ophrys abeille ! »

Ophrys abeille, Ophrys apifera

Samuel : « Une bien belle orchidée ! »

Léo : « Elle aussi s’observe un peu partout en France. Mais pas dans la Creuse. On sait pas pourquoi. »

Max : « Elle aime aussi les sols secs mais supportes les inondations temporaires. »

Samuel : « Sa particularité est qu’elle s’autoféconde ! »

Max : « Voilà pour les orchidées. Il me semble que nous avons fait le tour de l’actualité. »

Léo : « Pour l’essentiel, oui. »

Samuel : « Notre bulletin d’informations est donc maintenant terminé. »

Max : « Nous vous remercions de l’avoir suivi et nous vous souhaitons une bonne journée ! »

Léo : « A bientôt ! »

Une scène en direct-différé…

Max : « Bonome, regarde ! »

Léo : « Il y a un petitours ! »

Un petitours

Samuel : « Le pauvre ! »

Max : « Il a son pull sur la tête ! »

Léo : « Il doit être tout noyé ! »

Max : « Bonome, il faut le sauver ! »

Le chevalier : « Et comment je fais ? »

Max : « Tu te débrouilles ! Tu sauves ce petitours ! On laisse pas un petitours comme ça ! Tu le sauves ou je te parle plus jamais ! »

Le chevalier : « Enfin un peu de calme 🙂 »

Max : « C’est pas le moment de faire de l’humour ! Un petitours est en danger ! Bonome, sauve le ! »

Le chevalier : « Oui Maxou… Voilà, je l’ai sorti de l’eau. »

Le petitours

Léo : « Le pauvre… »

Le petitours et les petizours

Samuel : « Bonome, tu vas le sauver ? »

Le chevalier : « Je vais faire de mon mieux. »

Max : « Erreur bonome ! Tu vas y arriver ! Tu as pas le choix ! »

Bon, en rentrons on s’en ai occupé de ce petitours. On lui a enlevé son pull, fait sa toilette à grande eau. Et il va mieux. Il se remet doucement. On montre pas de fotos parce qu’il est pas encore en grande forme. On va en prendre soin de ce petitours et on vous donnera de ses nouvelles.

Continuer la promenade

Mai, le 22 – Le Royaume des Bruants

Max : « Bonjour à tous ! »

Léo : « Un bulletin d’informations un peu exceptionnel aujourd’hui ! »

Samuel : « Très exceptionnel même ! On en fait pas le mercredi d’habitude ! »

Max : « Mais là, il s’est passé quelque chose qui mérite d’être conté ! »

Léo : « Absolument cher Max ! »

Samuel : « Tout commence mardi soir, quand bonome est enfin rentré de la schola. »

Max : « On s’est connectés à Faune IDF pour savoir ce qu’il s’était passé dans la journée. »

Léo : « C’est obligatoire si on veut rester au courant de l’actualité. »

Samuel : « Et on a vu la nouvelle ! »

Max : « Mais trop tard ! »

Léo : « Quelle nouvelle nous direz-vous ? »

Max : « Un plongeon arctique est passé dans la région ! »

Samuel : « Gavia arctica, Gaviidés ! »

Léo : « Un plongeon arctique ! A vingt minutes de chez nous ! »

Max : « On est allés voir mercredi après midi. Bonome a accepté de sacrifier sa sieste pour cela ! »

Samuel : « Mais il était déjà parti le plongeon. »

Léo : « Zutalor ! »

Max : « Nous on l’a pas vu. On le regrette oulala ! »

Léo : « Bonome encore plus ! Il m’a dit que les plongeons sont les zoisos qu’il a le plus envie de voir. Il en parle jamais parce qu’il y en a pas dans la région normalement. »

Samuel : « Vous nous direz : ‘C’est bien joli tout ça, mais pourquoi parlez-vous d’un zoiso que vous avez même pas vu ? »

Léo : « Ben, déjà parce qu’on vous tient au courant de l’actualité ! »

Max : « Et parce qu’on a une image quand même ! »

Samuel : « Grâce à monsieur Thierry ! Il est gentil monsieur Thierry et il connaît bien les zoisos oulala ! »

Max : « Lui a vu le plongeon. La chaaance ! »

Léo : « Et il veut bien qu’on utilise sa foto ! Merci monsieur Thierry ! »

Plongeon arctique par monsieur Thierry 🙂

Max : « Voilà ! Vous avez vu le plongeon arctique ! »

Léo : « Quel beau zoiso ! »

Samuel : « Maintenant nous allons pouvoir vous faire un petit compte rendu de notre sortie. »

Max : « C’était au Royaume des Bruants. Il s’agit du petit Royaume où nous avions rencontré le harle piette. Vous vous souvenez ? »

Léo : « On était jamais retournés dans ce Royaume. »

Max : « Là, on est pas restés longtemps. Juste le temps que notre Tringa megapus fasse le tour de l’étang. »

Samuel : « Mais on s’est régalés quand même à cause que c’est la saison des petits ! »

Léo : « On en a vu beaucoup ! »

Max : « Et on a quand même eu une belle surprise. Commençons. »

Samuel : « Et nous débutons par une famille de bernaches du Canada. »

Bernaches du Canada Branta canadensis, Anséridés

Max : « Rien d’exceptionnel à cela ! Mais quel plaisir de voir ces petits 🙂 »

Léo : « Nous rappelons quand même que c’est une espèce férale, limite invasive… »

Max : « C’est vrai cher Léo. Comme les cygnes tuberculés, les canards mandarins, les perruches à colliers et des tas d’autres qui m’échappent au moment où je vous parle. »

Samuel : « Les foulques sont pas férales elles. »

Max : « Mais elles font des petits aussi comme le montre cette pas magnifique foto ! »

Foulques macroules, Fulica atra, Rallidés

Léo : « Je vous rappelle que nous étions dans ce Royaume pour voir le plongeon. Alors Megapus observait pas tout. Mais il a vu quand même cette libellule 🙂 »

Libellule déprimée, Libellula depressa, Libellulidés

Max : « Elle est comme bonome. Elle est déprimée 🙂 »

Samuel : « Bonome est pas déprimé ! »

Max : « Il est fatigué. Et quand il est fatigué il déprime. Il reste dans son fauteuil en se répétant qu’il est bon à rien. »

Léo : « Il nous emmène quand même aux zoisos ! »

Samuel : « Et il fait son travail pour la schola ! »

Max : « Oulala ! D’accord ! Il est juste fatigué ! Moi je le connais bien. Quand il est tout fatigué comme ça il déprime mon bonome. Et au lieu de le nier ils feraient mieux de prendre soin de lui… »

Léo : « Qu’est ce que tu marmonnes Maxou ? »

Max : « Rien du tout ! Je marmonne rien du tout !  Parlez plutôt de la scène avec l’insecte qu’on sait pas qui c’est ! »

Léo : « Oui Maxou. Pas râler Maxou 🙂 »

Max : « Grrr !!! »

Samuel : « Effectivement on sait pas qui c’est cet insecte. On l’a vu, agrippé à sa branche, jouer à déployer et replier ses ailes avant de s’envoler sans même dire au revoir. »

Léo : « Ensuite on a croisé un fuligule morillon 🙂 »

Fuligule morillon, Aythya fuligula, Anatidés

Max : « Ils sont rares en cette saison. Normalement ils migrent et on sait pas où ils vont. »

Samuel : « Lui a dû rater le départ. »

Léo : « Ou alors il se plaît bien ici et à décidé de rester. »

Max : « On remarque que les zoisos sont un peu perturbés à cause du réchauffement climatique. Les cartes de répartitions ancestrales commencent à plus être à jour. »

Samuel : « Certains zoisos passent l’hiver là où autrefois ils faisaient une simple pause pendant leur migration. »

Léo : « D’autres migrent plus du tout. »

Max : « Les zoisos du sud de la France remontent de plus en plus vers le nord. »

Samuel : « Et ceux du nord remontent aussi. »

Max : « Mais bon, on va pas parler de ça sinon on va encore détester les zoms et leurs bêtises ! »

Léo : « Ils veulent pas comprendre qu’eux aussi dépendent de l’environnement et qu’un jour ils auront plus du manger. »

Samuel : « Déjà que l’air devient irrespirable ! Ça fait des dizaines de milliers de morts par an chez les zoms ! »

Max : « Mais pas des morts brutales. Des morts anticipées. La personne aurait pu vivre plus mais non. Arg ! Mais ça se voit pas. »

Léo : « Alors que lorsqu’il y aura plus du manger ça va se voir. »

Samuel : « Mais il sera trop tard. »

Max : « Revenons aux petits du Royaume des Bruants. »

Samuel : « Il y a eu les petits colverts 🙂 »

Canards colverts, Anas platyrhynchos, Anatidés

Léo : « Et c’est à ce moment qu’on a eu notre belle surprise. »

Max : « Pas aussi belle que le plongeon arctique qu’on a raté mais quand même ! »

Samuel : « Un zoiso est arrivé en volant à basse altitude. »

Léo : « Il décélérait pour se poser. »

Max : « Avec la surprise, la vitesse, on l’a pas reconnu en vol. »

Samuel : « On s’est dit que c’était un héron cendré. »

Max : « Mais non ! »

Oie à tête barrée Anser indicus, Anséridés

Léo : « Une oie à tête barrée ! La chaaance ! »

Max : « On est pas venus pour rien 🙂 »

Samuel : « C’est encore une espèce férale. Normalement elle vit en Asie l’oie à tête barrée. »

Léo : « C’est l’un des zoisos qui vole le plus haut ! Plus de 8000 mètres d’altitude ! Là où le dioxygène est rare ! »

Max : « Mais elle a pas le choix l’oie à tête barrée ! Elle passe l’été au nord de l’Himalaya et l’hiver au sud ! Alors elle doit passer par dessus cette gigantesque chaîne de montagnes en volant ! »

Léo : « Voilà pour la surprise. »

Samuel : « Pour terminer ce bulletin d’informations je vous propose un peu de douceur encore une fois. »

Max : « Grâce à une famille de cygnes tuberculés 🙂 »

Cygnes tuberculés, Cygnus olor, Anséridés

Le plongeon arctique

Max : « Le plongeon arctique (Gavia arctica) est un zoiso aquatique de la famille des Gaviidés, ordre des Gaviiformes. C’est donc un cousin des Grèbes. Il peut atteindre 70 cm de long pour une envergure de 120 cm environ. Sa masse corporelle est comprise entre 2500 et 3400 g selon qu’il a gloubé un poisson juste avant la pesée ou qu’il est au régime forcé pour cause de migration. Notons qu’il peut vivre jusqu’à 27 ans ! »

Plongeon arctique par monsieur Richard 🙂

Léo : « L’été, le plongeon arctique habite les régions circum-polaires d’Eurasie et d’Amérique du nord. En automne il migre vers le sud mais sans dépasser la latitude de la Méditerranée. On le trouve un peu partout sur les bords des mers intérieures d’Eurasie mais aussi le long des océans. Il peut aussi hiverner sur des grands lacs. Les retours de migrations, à partir de la mi-août, peuvent se faire en partie à la nage à cause que les petits tout neufs volent pas encore très bien. Les migrations se font toujours en petits groupes. »

Pareil 🙂

Samuel : « Le plongeon arctique est un très bon ploufeur ! Il nage grâce à ses pattes mais peut également utiliser ses ailes pour avancer plus vite. Ses plongées durent jusque 45 secondes et il peut atteindre 6 mètres de profondeur. Les images sous marines montrent que le plongeon provoque presque aucun remou sous l’eau ! »

Encore 🙂

Max : « Ce magnifique zoiso est malheureusement en régression un peu partout. En Finlande par exemple, où la pollution des œufs par le mercure entraîne une baisse du taux de natalité. Un peu partout c’est la disparation des zones humides ou la pression humaine sur les zones côtières qui représente une menace sur les populations de plongeon arctique. Toutefois l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature le classe seulement en préoccupation mineure. »

Samuel : « Pour terminer, signalons qu’au Japon les plongeons ont longtemps été considérés comme des messagers des dieux. En effet, lors de leur hivernage dans l’archipel ils avaient l’habitude de pêcher les grands bancs de petits poissons. Or ces grands bancs attirent également de gros poissons que les zoms aiment à pêcher. Et les plongeons signalaient les bancs aux pêcheurs qui, parfois, réalisaient de telles pêches qu’ils gagnaient en une sortie de quoi vivre toute l’année. Cette anecdote montre que zoms et zanimos peuvent vivre en toute harmonie 🙂 »

Max : « Voilà ! Ce bulletin d’information est maintenant terminé ! Nous vous remercions de l’avoir suivi 🙂 »

Léo : « Nous vous souhaitons une bonne journée ! »

Samuel : « Et nous vous disons : à bientôt ! »

Continuer la promenade

Mai, le 20 – Les Laridés

Max : « Nous voici donc au Grand Étang pour une édition spéciale Laridés ! Cher Léo, pourriez-vous nous rappeler ce que sont les Laridés ? »

Léo : « Oulala ! C’est pas si facile ! »

Samuel : « Cousin Léo, vous pourriez préciser que les Laridés sont des Charadriiformes. »

Léo : « Ce qui compliquerait encore mon exposé. Mais j’accepte. »

Max : « Alors que sont les Charadriiformes ? »

Léo : « Ben, en fait, j’en sais rien 🙂 C’est un ordre de zoisos comme l’indique le suffixe -forme. Et c’est l’ordre qui contient le genre Charadrius. D’où le nom Charadriiforme. Mais je trouve pas plus de données. J’ai lu que ce sont des zoisos aquatiques. »

Max : « Des zoisos aquatiques ? Et c’est tout ? »

Léo : « Ben… Ils auraient les pattes fines et le bec pointu. »

Max : « C’est mieux ! Des zoisos aquatiques aux pattes fines et au bec pointu ! Ben voilà ! »

Samuel : « Pfff ! Ils sont pas tous aquatiques. Et tous les zoisos aquatiques sont pas des Charadriiformes. »

Léo : « 🙂 Et pour les Laridés c’est pareil. Je trouve pas vraiment de données. En fait, il est écrit que les Laridés comportent trois sous familles : les Larinés, les Sterninés et les Rynchopinés. »

Max : « Ça tombe bien ! Nous avons vu des Larinés et des Sterninés ! »

Léo : « En fait de Larinés il y avait surtout des goélands du genre Larus. Et il est pas facile ce genre… »

Des goélands

Samuel : « Et il y a différentes classes d’âge… »

Léo : « Oui, rappelons que l’acquisition du plumage adulte prend parfois du temps chez les Laridés. Il y a deux classes d’âge chez les mouettes qui rigolent, trois chez le goéland cendré et quatre chez le goéland argenté. »

Max : « Et parfois les individus du même âge dans deux espèces différentes se ressemblent beaucoup. Et notre bonome perd ses cheveux quand il doit identifier tout ça 🙂 »

Léo : « Et moi je me gratte la tête… Commençons par des pas trop difficiles. »

Léo : « Le manteau est déjà gris clair et les pattes sont presque jaunes. Il s’agit donc d’un leucophée. C’est logique puisque c’est l’espèce la plus fréquente ici. Les couvertures et les tertiaires sont pas encore de type définitif. Je dirais donc que c’est un individu de troisième année sachant qu’il y a quatre classes d’âge. Il en va de même pour les individus qui suivent. »

Goélands leucophée 3ème année, Larus michaellis, Laridés

Léo : « Passons à du plus compliqué… »

Léo : « Ben oui ! Pfff ! Comme je vous comprends chers lecteurs ! C’est qui ce goéland ? »

Max : « Je me pose moi même la question. »

Samuel : « Ben moi aussi ! »

Léo : « Ben moi je dirais que ce sont encore des leucophées mais cette fois de deuxième année civile uniquement. »

Max : « Ils ont en gros un an alors ? »

Léo : « A peu près. Je peux pas vous dire leur date d’anniversaire par contre 🙂 »

Max : « Quoi d’autre ? »

Léo : « Un goéland qui m’a chiffonné ! Un moment j’ai cru que c’était un goéland de la Baltique ! »

Max : « Nooon !!! »

Léo : « Si, mais un instant seulement. J’avais pas bien regardé ! »

Samuel : « Cousin Léo, tu pourrais nous montrer ce goéland ? »

Léo : « Oui bien sûr ! »

Max : « Ça alors ! »

Samuel : « Il est foncé, petit et il a les pattes un peu roses. »

Léo : « Ce qui exclu le goéland de la Baltique ! Surtout qu’il y en a pas en France 🙂 »

Max : « Il manque du blanc sur le primaire et les pattes roses ça me perturbe ! Sinon j’aurais dit que c’est un goéland brun ! »

Léo : « C’est un brun ! Bravo Max ! Mais il est pas fini ! C’est un 3ème année, pas un adulte ! »

Samuel : « C’est pour ça alors ! »

Léo : « Ben oui 🙂 Bon, il me semblait avoir vu des bruns de deuxième année mais apparemment bonome les as pas fotoés. »

Max : « On en a vu il y a pas longtemps. »

Léo : « Oui. »

Max : « C’est tout pour les goélands ? »

Léo : « Oui. Passons aux Sterninés. Les Sterninés regroupent les sternes et les guifettes, entre autres. »

Max : « Avez-vous des images ? »

Léo : « Évidemment ! Commençons par les sternes pierregarin même si nous les connaissons bien. »

Sterne pierregarin Sterna hirundo, Laridés

Samuel : « Elles feraient pas le code 6 ? »

Léo : « Si si 🙂 Elles paradent ! J’ai même des films ! »

Max : « Babbati va encore nous gronder parce que son ordinateur lit pas bien les films. »

Léo : « Babbati, les fotos suffisent. C’est mieux en film mais c’est pas grave ! »

Samuel : « Vous avez vu comme le mâle attrape la femelle par le cou ? »

Léo : « Ça se fait souvent chez les zoisos. »

Max : « Merci cher Léo. Nous attendons les poussins ! D’autres Sterninés ? »

Léo : « Ben oui ! Il y a encore les guifettes noires ! »

Max : « Encore ? »

Léo : « Ouiii 🙂 En plus, elles sont venues juste là ! Regardez ! »

Guifette noire, Chlidonias niger, Laridés

Max : « C’est un bien beau zoiso. Mais il y en avait qu’une ? »

Léo : « Non ! Quatre ! Il y en avait quatre ! »

Léo : « Et elles se mélangeaient avec les sternes ! Elles s’envolaient, se posaient, s’envolaient encore… »

Samuel : « Quel beau spectacle ! »

Max : « Cher Léo, avez-vous des fotos d’une sterne et d’une guifette côte à côté ? »

Léo : « J’ai ! »

Léo : « Pour conclure cet article je vous montre une foto de famille 🙂 »

Des Laridés

Max : « Merci beaucoup cher Léo. »

Samuel : « Ce bulletin d’informations en direct-différé est maintenant terminé. »

Léo : « Nous vous disons au revoir ! »

Max : « Et à bientôt ! »

Continuer la promenade

Mai, le 20 – Trois Royaumes

Le Royaume des Grèbes

Max : « Bonjour à tous ! »

Samuel et Léo : « Bonjour aussi 🙂 »

Max : « Et c’est reparti pour un nouveau bulletin d’informations en direct-différé ! »

Léo : « Encore une fois en très différé… »

Samuel : « C’est parce qu’on inspecte beaucoup ! »

Max : « Et également parce que notre cher bonome a du travail pour la schola et qu’il est très fatigué en cette fin d’année scholaire 🙂 Pauvre bonome. Bien, commençons les informations si vous le voulez bien ! »

Léo : « Nous avions réussi à convaincre notre cher bonome d’aller inspecter le Royaume des grèbes mais nous y eûmes une fâcheuse surprise. »

Max : « Ben oui ! Regardez un peu ça ! »

Max et les chemins fermés

Max : « La plupart des chemins étaient fermés ! Impossible d’inspecter ! »

Samuel : « Seule une petite partie du Royaume nous était accessible ! Et même pas celle où habite Martin ! »

Léo : « Ça fait longtemps qu’on l’a pas vu Martin ! »

Max : « Il va croire qu’on l’aime plus ! »

Samuel : « Mais, fidèles à notre mission, nous avons cheminé sur les chemins qui étaient ouverts ! »

Léo : « Et très vite nous eûmes la joie de voir un bébé foulque juste sorti de son œuf ! »

Max : « Je pense qu’à quelques minutes près nous l’aurions vu sortir ! »

Samuel : « Il est probable que la maman couvait encore les autres œufs ! »

Max : « Oui, les éclosions sont un peu étalées dans le temps. Pour une raison simple : les œufs sont pas pondus au même moment ! »

Léo : « La maman peut pas faire tous les œufs au même moment ! »

Samuel : « Il y a souvent un jour ou deux d’écart entre les pontes. »

Max : « Et c’est pareil pour l’éclosion ! »

Léo : « Nous parlons, nous parlons… Envoyez plutôt les images ! »

Foulques macroules Fulica atra, Rallidés

Max : « Comme vous pouvez le voir le petit est tout petit. »

Samuel : « Et la maman, le recouvre de feuilles et brindilles pour le cacher et le réchauffer. »

Léo : « Et il est vite retourné sous sa maman ce petit 🙂 »

Max : « Pendant ce temps le papa apporte de quoi consolider le nid et nourrir son épouse. »

Samuel : « C’est un mari attentionné et un père aimant 🙂 »

Max : « Il est magnétique le papa ? »

Léo : « Ben voilà ! Max recommence ses saproblagues ! »

Samuel : « Il a pas tenu longtemps ! »

Léo : « Premier reportage et première saproblague ! »

Max : « C’est parce que je suis rigolo moi 🙂 Sinon, nous avons vu un mandarin ! »

Canard mandarin mâle Aix galericulata, Anatidés

Léo : « Il me semble que c’est une première pour nous de voir un mandarin ici ! »

Samuel : « Il y en a de plus en plus des mandarins. »

Max : « Oui, c’est une espèce férale qui s’est bien acclimatée à la région et qui colonise tous les Royaumes… »

Léo : « Ce qui n’est pas forcément une très bonne nouvelle… »

Samuel : « Passons aux Passereaux. Nous en vîmes peu au cours de cette courte inspection. »

Max : « Certes Samuel. Mais la quantité fait pas tout ! »

Léo : « Il y avait quelques grives musiciennes cachées dans les fourrés qui gazouillaient à plein poumons ! »

Grive musicienne, Turdus philomelos, Turdidés

Max : « Nous passons les habituels merles noirs, troglodytes mignons, fauvettes grisettes et à tête noire… »

Léo : « Mais pas la fauvette babillarde ! Elle, nous la passons pas ! »

Samuel : « Surtout que cette fois, bonome a réussi à la fotoer ! »

Max : « Mouai… Il aurait quand même pu zoomer ! On lui offre un super-méga-zoom avec toute notre fortune et regardez la foto ! »

Fauvette babillarde, Sylvia curruca, Sylvidés

Max : « Pfff ! »

Léo : « Oui, ben cette foto est suffisante pour bien identifier la babillarde et voir qu’elle fait le code 16 ! »

Samuel : « Adulte transportant de la nourriture pour les jeunes en période de nidification ! »

Max : « Il y a des petites fauvettes babillardes toute jeunes à quelques mètres de nous ! »

Samuel : « La fauvette babillarde se reproduit dans ce Royaume ! »

Max : « D’accord. C’est une bonne nouvelle. MAIS C’EST PAS UNE RAISON POUR FAIRE DES FOTOS COMME CELLE-LÀ ! »

Le chevalier : « Mes petizours, pardonnez mon intrusion dans votre bulletin d’informations. Maxou, lors de la prochaine inspection tu seras le fotoeur. Merci. »

Max : « Il faudra que je fotoe tout seul ? »

Le chevalier : « Oui Max. »

Max : « Et je devrai porter l’appareil ? »

Le chevalier : « Ben oui. »

Max : « Puis-je revoir la foto de la fauvette babillarde ? Merci… Alors… Effectivement on la reconnaît bien. Et puis on voit les insectes dans le bec. Le code 16 est évident d’après cette foto. En conclusion nous pouvons dire que cette foto est une très jolie foto. »

Samuel : « Pfff ! »

Léo : « Comment il est lui ! »

Max : « C’est pour vous que je vais ça ! Si je dois fotoer vous aurez pas de fotos pour vos bulletins d’informations ! »

Léo : « On aura tout entendu ! »

Samuel : « Max l’altruiste ! »

Max : « C’est moi 🙂 »

Léo : « Bon, continuons… »

Samuel : « Nous pouvons annoncer un code 16 chez les fauvettes grisettes ! »

Fauvette grisette, Sylvia communis, Sylviidés

Max : « Bon, ça se voit pas sur la foto, mais quelques secondes avant, cet adulte a attrapé une araignée devant nous et s’est sauvé avec ! »

Léo : « Si il avait voulu la manger lui-même il l’aurait fait là, tout de suite ! »

Samuel : « Comme il est parti dans les fourrés avec l’araignée dans le bec c’est qu’il voulait la donner ! »

Léo : « Bon, il l’apportait peut-être à l’autre adulte couvant dans le nid. »

Max : « Auquel cas ce serait pas un code 16 ! »

Samuel : « Mais, si un adulte couve, il y aura bientôt des petits auxquels il faudra apporter du manger. »

Léo : « Donc le code 16 finira bien par arriver ! »

Samuel : « L’autre bonne nouvelle est la nidification réussie chez les bergeronnettes grises ! »

Léo : « Oui, regardez ! »

Bergeronnette grise juvénile Motacilla alba, Motacillidés

Max : « C’est une toute jeune bergeronnette grise ! Elle a quelques semaines au plus ! »

Léo : « Ça se voit bien à son plumage ! Les couleurs sont pas bien définies ! »

Samuel : « Ça saute au yeux que c’est une toute jeune ! »

Max : « J’y pense ! C’est pas là que nous avons vu un chevalier guignette ? »

Léo : « Si, mais sur l’autre berge. »

Samuel : « Et en face il y avait un héron cendré. »

Léo : « Mais on peut pas tout montrer ! »

Max : « Vous avez raison ! Nous parlons que de l’essentiel de l’actualité. Avec quelques belles images. Si nous présentions un ou deux insectes ? »

Léo : « Oui ! Comme l’oedémère noble ! »

Oedémère noble, Oedemera nobilis, Oedemeridés

Samuel : « Il est très beau avec sa couleur métallique. »

Max : « Et il est rigolo avec ses grosses cuisses 🙂 »

Léo : « C’est seulement chez le mâle il me semble… »

Max : « Absolument mon cher Léo ! »

Samuel : « Cousin Max, on dit que ce sont ses fémurs postérieurs qui sont enflés, pas ses cuisses. »

Max : « Merci pour cette précision mon cher petit Sam. Je vous remercie de me faire passer pour un béotien devant nos lecteurs ! Cet oedémère noble se trouve sur un pissenlit. C’est un peu normal puisqu’il se nourrit des fleurs et de leur pollen. Mais la larve est xylophage. »

Samuel : « Ce qui signifie qu’elle se développe dans le bois. »

Max : « Bravo petit Sam ! Maintenant vous prenez nos lecteurs pour des béotiens ! »

Samuel : « Je prends personne pour des béotiens ! Mais dans les informations il faut informer ! Et nos lecteurs se souviennent pas forcément de tout le vocabulaire ! Ce sont pas tous des spécialistes et il me semble judicieux de faire des rappels ! »

Léo : « Tu as raison petit Sam ! Laisse dire Maxou. Tu sais bien qu’il aime polissonner 🙂 »

Max : « Oui, je polissonne moi 🙂 Passons au graphosome d’Italie… »

Graphosome d’Italie, Graphosoma italicum, Pentatomidés

Léo : « Comme beaucoup de zanimos aux couleurs vives, il est toxique ! »

Max : « Il faut pas le manger ! Il est pas bon ! »

Samuel : « Ce sont des couleurs aposématiques ! Elle signale un danger ! »

Max : « C’est pour cela qu’il ose s’exposer à la vue de tous les prédateurs ! »

Léo : « Imaginons un jeune zoiso tout neuf qui a jamais rencontré de graphosome d’Italie. Il s’approche et le prend dans son bec. »

Samuel : « Le graphosome libère des substances répugnantes, amères et pas bonnes du tout ! »

Max : « Le jeune zoiso le recrache ! Et il a retenu la leçon : ne pas manger les insectes aux couleurs vives ! »

Léo : « Le rouge et noir c’est pas bon ! »

Max : « Voilà pour les insectes. Et chez les mammifères ? »

Samuel : « Peu de choses à dire. Un écureuil roux s’est sauvé à notre approche… »

Écureuil roux Sciurus vulgaris Sciuridés

Max : « Mais nous pouvons quand même affirmer qu’il y a des écureuils roux dans ce Royaume. »

Léo : « Nous arrivons maintenant à la principale information ! »

Samuel : « C’est ce qu’il se passe sur la barge là-bas… »

Les barges

Max : « Vous pensez sûrement qu’on peut pas savoir parce qu’elle est trop loin. »

Léo : « C’est que vous oubliez le super-méga-zoom ! »

Samuel : « Avant de détailler l’information, rappelons que ces barges ont été installées pour que les Laridés s’y reproduisent en toute tranquillité. »

Max : « Les gardes ont ajouté au moins trois de ces barges. »

Léo : « Alors que s’y passe-t-il ? »

Max : « Voyez par vous mêmes ! »

Mouettes qui rigolent Chroicocephalus ridibundus, Laridés

Léo : « Eh oui ! Les mouettes qui rigolent ont des poussins ! »

Max : « Eux aussi sont tout jeunes ! »

Samuel : « On les voit pas bien parce qu’ils sont très loin mais on les voit quand même ! »

Léo : « La chaaance ! Des poussins de mouettes ! »

Max : « Là, il y en a au moins cinq ! »

Léo : « Oui. Mais la question des sternes se pose. »

Max : « Nous en vîmes aucune ! »

Samuel : « Les mouettes qui rigolent occupent-elles toutes les barges ? »

Max : « Les sternes ont-elles réussi à nidifier ? »

Léo : « Nous le saurons quand tous les chemins seront de nouveau ouverts ! »

Max : « Voilà pour le Royaume des Grèbes ! »

Léo : « Nous vous retrouvons dans quelques instants au Grand Étang ! »

Le Grand Étang

Max : « Nous voici donc au Grand Etang ! »

Samuel : « Et on est bien contents d’y être 🙂 »

Léo : « Et, pour une fois, ce sont des moineaux domestiques qui nous y ont accueillis. »

Max : « Avec une scène rigolote. Dame moineau avait collecté des insectes pour nourrir ses petits. »

Samuel : « Code 16 ! »

Léo : « Et voilà ce que nous vîmes ! »

Moineau domestique Passer domesticus, Passéridés

Max : « Bon, ça c’est une femelle moineau qui volette d’une branche à l’autre. »

Léo : « Rien d’original. »

Samuel : « C’est la suite qui est rigolote 🙂 »

Max : « Pauvre chevalier guignette ! Il s’y attendait pas ! »

Léo : « Il a été très étonné de cette arrivée inopinée 🙂 »

Samuel : « Il en a sursauté ! »

Max : « Pendant que monsieur moineau domestique assistait à la scène… »

Monsieur Moineau domestique

Léo : « Mais rassurez-vous ! Le guignette s’est vite remis. »

Chevalier guignette, Actitis hypoleucos, Scolopacidés

Samuel : « Il a pas fait la crise cardiaque. »

Max : « Que dire d’autre au sujet du Grand Étang… Ah oui ! Madame milouin ! Elle est encore là ! »

Léo : « Elle doit s’ennuyer toute seule… »

Samuel : « On pourrait montrer les fotos… »

Madame fuligule milouin Aythya ferina, Anatidés

Max : « Voilà ! Elle va se vexer parce qu’on montre qu’elle a un gros ventre ! »

Léo : « Elle doit manger trop de chocolat. »

Samuel : « Les zoisos ça mange pas du chocolat ! »

Max : « Alors bonome doit nous prendre pour des zoisos ! Ça fait longtemps qu’on en a pas eu ! »

Le chevalier : « Nous réglerons cela plus tard. Continuez votre bulletin d’informations. »

Max : « Le ventre vide ? »

Léo : « Avec une chocolatémie proche de zéro ? »

Samuel : « On risque de défaillir en pleine émission ! »

Le chevalier : « Mais vous n’allez quand même pas manger en plein direct-différé ? »

Max : « On pourrait se relayer. »

Samuel : « Manger chacun son tour… »

Léo : « S’il te plaît bonome ? »

Le chevalier : « D’accord… »

Max : « Bien. Merci bonome ! Pendant que Samuel et Léo se régalent, je passe à la suite. Une bien triste nouvelle… Au Grand Etang, il y a parfois des pêcheurs alors que c’est interdit. On prévient les gens d’armes mais c’est pas toujours suffisant. Et les pêcheurs laissent traîner leur matériel. Ou l’abandonne. Et après les grands cormorans prennent des leurres pour des poissons ! »

Grand cormoran Phalacrocorax carbo Phalacrocoracidés

Max : « C’est une catastrophe ! Imaginez qu’il y ait des hameçons ? Vous vous rendez compte des conséquences pour ce pauvre grand cormoran ! Pfff ! Même qu’un autre grand cormoran a essayé de lui chiper sa proie ! Mais heureusement ils ont abandonné leur repas. Pendant ce temps, leurs copains grands cormorans jouaient avec des morceaux de bois… »

Des grands cormorans qui jouent

Léo : « Merci cher Maxou. Vous pouvez maintenant vous chocolater. Je prends la suite avec quelques nouvelles de Corvidie. En fait tout va bien en Corvidie ! Les corneilles et les choucas des tours se baladent tranquillement en quête de nourriture. »

Corneille noire, Corvus corone, Corvidés

Choucas des tours Corvus monedula Corvidés

Léo : « Pour terminer, voici une foto de fauvette grisette. Juste comme ça 🙂 »

Fauvette grisette

Léo : « Nous nous retrouvons dans quelques minutes au Petit Royaume Sauvage ! »

Au Petit Royaume Sauvage…

Samuel : « Nous y sommes ! Première bonne surprise : il y a des grandes aigrettes ! Trois pour être précis. Une tout là-bas et deux autres là. »

Grandes aigrettes Casmerodius albus, Ardéidés

Samuel : « Même si on en voit souvent ici ça reste une bonne nouvelle. »

Léo : « Et puis il y eut les ouettes ! Ça faisait longtemps qu’on les avait pas vues au Grand Étang. Certaines étaient signalées au Royaume de Rien du Tout. Mais là, on en avait deux sous les yeux ! »

Max : « Sous les yeux… A portée de super-méga-zoom plutôt ! Nos peits yeux de petizours les voyaient pas du tout les ouettes ! »

Ouettes d’Egypte, Alopechen aegyptiaca, Anséridés

Samuel : « D’après mes fiches, elles se sont reproduites dans la région cette année… »

Max : « On se demande si c’est une bonne nouvelle. On se réjouit des naissances mais il devrait pas y en avoir ici. C’est encore une espèce férale. »

Léo : « Et d’un coup, on a vu un drôle de groupe de zoisos sur l’eau. C’était pas des foulques. »

Samuel : « Mais on voyait pas bien qui ça pouvait être. »

Max : « Et on a vu ! »

Nettes rousses, Netta rufina, Anatidés

Samuel : « Des nettes rousses ! Douze nettes rousses d’un coup ! Dix mâles et deux femelles ! »

Léo : « On en avait jamais jamais vu autant d’un coup ! »

Max : « Elles doivent être en migration. Mais on sait pas où elles vont ! »

Samuel : « Et elles se sont chamaillées les nettes rousses ! On a même des images ! »

Max : « Et pourtant ce sont pas des juvéniles ! Pour terminer ce bulletin d’informations, voici une petite douceur 🙂 »

Cygnes tuberculés Cygnus olor Anséridés

Samuel : « Ce sont des bébés cygnes tout neufs ! »

Léo : « Ceux dont nous avions filmé la conception ! »

Max : « C’est la première fois que nous assistons à toutes les étapes : la parade des parents, l’accouplement, la couvaison et les petits tout petits ! »

Samuel : « J’aimerais bien assister à une éclosion un jour ! »

Max : « Rhooo ouiiii ! Bien, la première partie de ce bulletin d’informations est maintenant terminée. »

Samuel : « On dit la première partie parce qu’au Grand Etang on a vu des Laridés aussi ! »

Max : « On les a pas montrés encore. »

Samuel : « On voulait pas faire un article trop long. »

Max : « Alors notre cher Léo nous a concocté un petit article spécial Laridés comme il sait si bien le faire ! »

Samuel : « Nous le retrouvons de ce pas dans le prochain article ! »

Max : « A tout de suite ! »

Continuer la promenade

Mai , le 18 – 2. Le Royaume des Tariers et retour au Marais

Max

Max : « Rebonjour ! Nous voici donc en direct-différé depuis le Royaume des Tariers ! »

Léo : « Un bien joli Royaume ! »

Samuel : « Avec de beaux zoisos ! »

Max : « C’est une fauvette grisette qui nous y a accueillis ! »

Fauvette grisette Sylvia communis Sylviidés

Samuel : « Un mâle chanteur perché sur son arbre 🙂 »

Léo : « C’est toujours agréable d’être accueilli par un zoiso qui a même pas peur de nous 🙂 »

Max : « On a même pas eu le temps d’aller s’installer à notre poste d’observation préféré qu’on a vu un tarier pâtre ! »

Tarier pâtre femelle Saxicola rubicola, Muscicapidés

Léo : « Une femelle ! Elle s’était cachée dans un arbre mais quand elle nous a vus elle a sorti le bec pour nous regarder 🙂 »

Max : « A peine installés on a vu les mâles ! »

Tarier pâtre Mâle nuptial

Léo : « On dit ‘les’ parce qu’il y en avait au moins deux ! »

Samuel : « C’est pas facile de compter les zoisos dans un tel environnement ! Ils se cachent, apparaissent, volent par ci puis par là… »

Max : « On compte pas vraiment. On fait des estimations. »

Léo : « Là, on pense qu’il y a deux couples de tariers pâtres. »

Samuel : « Et puis on a eu une surprise. »

Max : « Bonome fotoait et on l’a vu sourire en fotoant. Mais il disait rien. »

Léo : « Il fotoait et souriait. Puis il nous a demandé de nous asseoir. »

Samuel : « Comme on est des gentils petizours on lui a obéi. »

Max : « Et il nous a montré des fotos. »

Max : « Vous le reconnaissez ? »

Léo : « A vrai dire, nous non plus on le reconnaissait pas. »

Samuel : « On vous remontre des fotos… »

Max : « Alors ? »

Léo : « Ben oui ! »

Samuel : « C’est un petit tarier pâtre ! »

Max : « Un tout jeune ! »

Léo : « C’est la première fois qu’on en voit ! »

Samuel : « Rhooo la chaaance ! »

Max : « On voit plein de petits aujourd’hui 🙂 »

Léo : « On vous remet des fotos. »

Samuel : « On sait pas vraiment combien il y en a. »

Max : « Au moins trois. »

Léo : « Mais on est pas sûrs. »

Max : « On serait bien restés des heures à observer le balai des parents tariers qui apportaient du manger à leurs petits. »

Samuel : « Mais on a été interrompus par un autre tarier. »

Léo : « Le tarier des prés. »

Tarier des près, Saxicola rubetra, Muscicapidés

Max : « Il y a des tariers au Royaume des Tariers et ça c’est une bonne nouvelle ! »

Léo : « Surtout qu’ils ont fait des petits ! »

Max : « Hé ! Mais c’est Coquelicot ! »

Coquelicot 🙂

Max : « Bonjour Coquelicot ! Tu vas bien ? Coquelicot ? Tu réponds pas ? Ben d’accord ! Alors déjà tu donnes pas de nouvelles depuis des mois et quand on te croise tu réponds même pas ! Pfff ! C’est pas très gentil ça ! »

Samuel : « 🙂 Chers lecteurs, vous le savez pas mais le Royaume des Tariers est au bord des champs. »

Max : « Et il y a un chemin bordé de végétation qui s’engage dans les champs. »

Léo : « Bonome aime bien s’y aventurer. »

Max : « Et nous aussi ! »

Samuel : « On y a vu des linottes mélodieuses. Mais elles se sauvent toujours quand on s’approche… »

Linotte mélodieuse Linaria cannabina, Fringillidés

Max : « Et il y avait des pioupious ! »

Chardonneret rigolo, Carduelis carduelis, Fringillidés

Léo : « En cheminant sur les chemins on entendait les alouettes des champs. Mais on a même pas cherché à les voir. »

Samuel : « On s’en fichait un peu. On pochait, la truffe au soleil, en profitant des chants des zoisos. »

Max : « Il y a eu un bruant des roseaux, des linottes, des merles… »

Léo : « J’ai entendu un accenteur mouchet aussi. »

Samuel : « Et on a eu une autre surprise. »

Max : « Une drôle de surprise ! On s’y attendait pas du tout ici ! »

Léo : « Regardez ! »

Petit gravelot, Charadrius dubuis, Charadriidés

Samuel : « C’est un petit gravelot ! »

Léo : « Bon, son environnement est pas terrible terrible mais ça a l’air de lui plaire. »

L’habitat de petit gravelot

Max : « C’est étrange à cet endroit. Il y a une route toute neuve mais elle sert à rien. Elle mène nulle part. »

Léo : « Par contre, l’espace où vit le petit gravelot ça sert beaucoup. »

Samuel : « C’est un système de collecte d’eau qui commence au Royaume des Tariers. »

Max : « Il y a un fossé qui arrive jusque là, avec des tas de végétos. Il y a des grenouilles mais quand on s’en approche elles ploufent et on les voit pas. »

Léo : « C’est un système de purification naturelle de l’eau et de régulation des flux quand il pleut beaucoup. »

Max : « C’est malin comme système et ça accueille une flore et une faune variée qui existerait pas sans ces aménagements. »

Samuel : « Pour une fois que les zoms font quelque chose de vraiment intelligent. »

Après, on a fait le retour. On a encore observé les tariers dans leur Royaume. On était bien tous les quatre comme ça. Bonome fotoait même plus. On faisait silence depuis un moment quand il a repris la parole.

Le chevalier : « Dites les machins, si on retournait au Marais ? Il me reste de la batterie et je n’ai pas envie de travailler tout de suite. »

Max : « On est pas des machins ! »

Léo : « Ou alors des petits machins 🙂 »

Samuel : « Et tu les aimes bien les petits machins 🙂 »

Le chevalier : « Vous êtes étranges. Je vous propose de retourner au Marais pour essayer de voir blongios et vous dissertez sur le vocable que j’utilise pour vous parler… »

Max : « Bonne remarque bonome ! Les machins sont d’accord ! On retourne au Marais ! »

Rousserolle effarvatte Acrocepalus scirpaceus, Acrocéphalidés

Iris des marais, Iris pseudacore, Iridacées

Max : « Au Marais, on a été accueillis par un autre petit gravelot 🙂 »

Petit gravelot, Charadrius dubuis, Charadriidés

Léo : « On l’avait pas vu lors de notre premier passage. »

Samuel : « Cousin Léo, je te rappelle qu’ils ont fait des œufs  en début de semaine et ils doivent couver maintenant ! »

Max : « On va peut-être voir des petits gravelots ! »

Léo : « Et des petites poules-d’eau ! »

Gallinule poule-d’eau, Gallinula chloropus, Rallidés

Max : « Ben oui ! Si celle-ci transporte du matériel pour construire son nid, c’est qu’elle se prépare à faire des œufs elle aussi ! »

Léo : « Rholala ! Vous avez vu ? »

Max : « Vu ! »

Samuel : « Vu aussi ! »

Max : « Chers lecteurs nous venons d’assister à l’arrivée dans le Marais de deux blongios nains ! Je dis bien deux ! »

Léo : « Deux mâles ! »

Samuel : « Sûr pour un. Pas eu le temps de voir l’autre ! »

Max : « Je dirais deux mâles aussi ! »

Léo : « Il y en a un là-bas ! »

Blongios nain mâle Ixobrichus minutus, Ardéidés

Max : « C’est un mâle !

Samuel : « L’autre est entré tout de suite dans les phragmites. J’ai pas eu le temps de le voir… »

Léo : « C’est pas grave petit Sam ! »

Max : « Bonome, je crois qu’il va pleuvoir. Mets ton imperméable et ta casquette. Et oublie pas ta capuche. Nous on se poche. »

Léo : « Tu devrais abriter ton appareil pendant l’averse. »

Le chevalier : « J’en déduis que je reste là malgré la pluie. »

Max : « Tu déduis bien bonome 🙂 Il faut qu’on sache si ce sont deux mâles ou pas ! Quand même ! »

Le chevalier : « Je vais avoir l’air bête comme ça sous la pluie. »

Léo : « Tu es pas tout seul. Regarde, il y a Lucille de la LPO. Elle aussi observe les blongios. »

Samuel : « Et elle a même pas de capuche. »

Max : « Regardez ! Les deux blongios se pourchassent ! »

Un blongios

Léo : « Ce sont bien deux mâles ! »

Un blongios mâle Un autre blongios mâle

Max : « Je crois comprendre ! Ils attendent leur femelle et en attendant ils choisissent leur site de nidification. L’un là, l’autre là. Et ils se bagarrent pour avoir le meilleur ! »

Léo : « Bonne hypothèse Maxou. »

Samuel : « Ça veut dire qu’il va y avoir deux couples ! »

Léo : « Ça peut faire jusque 6 petits, ça ! »

Samuel : « Tout ça de blongios ! La chance ! »

Max : « Ben oui ! Dites amis lecteurs, il faut pas vous étonner si les fotos sont pas très belles. C’est qu’il est loin blongios. Bonome, pourrais-tu faire une foto sans le super-méga-zoom et une autre bien zoomée sur blongios. S’il te plaît. »

Le chevalier : « Si tu veux Max. »

Max : « Voilà. Les fotos parlent d’elles mêmes 🙂 »

Léo : « Et je crois que c’est sur cette bonne nouvelle que nous allons conclure notre bulletin d’informations en direct-différé. »

Samuel : « Nous rappelons le titre principal de notre édition du jour : il y a deux blongios mâles au Marais ! »

Max : « Amis lecteurs, nous vous souhaitons une bonne journée et nous vous disons à bientôt ! »

Continuer la promenade

Mai, le 18 – 1. Le Marais

Samuel : « Bonjour à tous ! »

Léo : « Bonjour aussi 🙂 »

Samuel et Léo

Max : « Nous Sommes encore une fois en direct-différé depuis le Marais ! »

Léo : « On voulait voir notre ami blongios 🙂 »

Samuel : « Mais on sait pas si il va venir. »

Max : « En attendant, commençons notre édition par des nouvelles de chez nous. »

Léo : « Il nous arrive d’observer les zoisos à la fenêtre de la cabane. »

Samuel : « Et on a entendu, puis vu, un accenteur mouchet ! »

Accenteur mouchet Prunella modularis, Prunellidés

Max : « Ça faisait longtemps qu’on en avait pas vu de chez nous ! »

Léo : « Et là, vlan ! Mâle chanteur ! »

Samuel : « Un accenteur mouchet qui fait un code trois juste comme ça ! »

Max : « La chaaaance ! »

Léo : « Mais revenons au Marais. Des nouvelles d’Ansériformie mon cher Samuel ? »

Bernache du Canada, Branta canadensis, Anséridés

Samuel : « Les Ansériformes sont assez peu variés en cette période. Les bernaches du Canada constituent l’essentiel de l’effectif. Il y en a environ une soixantaine et elles font des tas de codes atlas. Je retiendrai le code 13 qui correspond à la présence de petits tout petits 🙂 »

Léo : « Il y a effectivement deux familles. L’une compte cinq petits, l’autre n’en comporte qu’un. »

Samuel : « C’est peu mais il y en a d’autres en route 🙂 Et il y a des colverts comme nous vous l’avons déjà raconté. »

Max : « Je me permets de prendre la parole. »

Léo : « Faites cher Maxou, faites 🙂 »

Max : « Les rousserolles effarvattes sont très agitées. Elles font des codes 3 : mâle chanteur ! »

Rousserolle effarvatte, Acrocephalus scirpaceus, Acrocéphalidés

Max : « Mais aussi des codes 4 ! »

Samuel : « Il y a des couples ? »

Max : « J’en suis à peu près sûr ! »

Léo : « Alors il va y avoir des œufs ! Et des petits ! »

Max : « Déjà une bonne nouvelle ! Léo, entendez vous ce chant ? »

Léo : « J’entends ! C’est un bruant des roseaux ! Emberiza schoeniclus, EmbérizidésIl me semble que notre foteur l’a déjà repéré et qu’il en fait des séries de fotos qu’il nous faudra des heures pour tout regarder ! »

Bruant des roseaux Mâle, plumage nuptial

Max : « Il s’agit encore d’un mâle chanteur ! »

Léo : « Il me semble que nous avons des fotos des bruants des roseaux en tous plumages ! »

Samuel : « Là, c’est le plumage nuptial. »

Max : « Peut être pourrions-nous parler un peu de ce beau zoiso. »

Léo : « Que pouvons-nous en dire ? C’est un habitant typique des phragmitaies, Phragmition communis. »

Max : « Phragmition communis ? Léo, tu ferais pas la phytobiologie ? »

Léo : « Juste le nom 🙂 »

Max : « Léo, mon Léo… Tu sais ce qu’il va t’arriver si tu continues sur cette pente savonneuse ? »

Samuel : « Il va plus avoir d’amis 🙂 »

Léo : « Il y a une autre rousserolle effarvatte ! »

Max : « Léo, il y en a une dizaine dans le Marais ! Tu cherches à changer de sujet ! »

Samuel : « Puis-je signaler que les hirondelles de fenêtres viennent encore chercher de la boue ? »

Max : « Bien sûr que tu peux petit Sam ! »

Hirondelle de fenêtre, Dolichon urbicum, Hirundinidés

Samuel : « Je rappelle à nos lecteurs qui connaissent pas bien encore les hirondelles que celles qui sont d’un beau noir bleuté un peu brillant au-dessus et toute blanche dessous sont les hirondelles des fenêtres. »

Léo : « La limite entre le noir bleuté et le blanc se fait au niveau du bec. Pas de face rouge foncé chez les hirondelles de fenêtres ! »

Max : « Bon, on voit pas blongios. Allons de l’autre côté… »

Léo : « On pourrait parler du bruant des roseaux pendant notre déplacement. »

Max : « Ben, il y a pas grand-chose à dire. Il migre pas ! »

Samuel : « C’est un sédentaire ! »

Léo : « Autant dire qu’il reste là toute l’année. »

Max : « Mais on le voit plus à partir de ce moment de l’année. A cause qu’ils font rien qu’à s’agiter pour faire des œufs ! »

Léo : « On voit bien les mâles chanteurs ! »

Samuel : « On est déjà arrivés ! »

Max : « Ben, avec notre Tringa megapus aux grandes pattes 🙂 »

Léo : « Un megapus aux longues pattes c’est un pléonasme ! »

Max : « M’en fiche ! »

Samuel : « Dites, vous voyez la barge ? »

Max : « Bon ben là c’est sûr ! La bernache couve ! »

Léo : « Et la sterne aussi ! »

Max : « Une sterne qui accepte une bernache sur sa barge ! Ben ça alors ! »

Samuel : « Son harcèlement a pas réussi à faire partir la bernache. »

Léo : « Elle allait pas abandonner ses œufs quand même ! »

Max : « Tu vois sterne, tu peux partager ta barge ! C’est pas compliqué de partager sa barge ! Pfff ! »

Samuel : « On va voir les petites foulques ? »

Max : « Ben oui ! Elles sont justes à l’endroit où on va voir si blongios est là ! »

Foulque macroule toute jeune, Fulica atra, Rallidés

Samuel : « Moi j’aime bien les petites foulques. »

Max : « Tu trouves pas qu’elles sont moches ? »

Samuel : « Chut ! Si elles t’entendaient ? Elles feraient les complexes après ! »

Max : « Qu’est ce que tu regardes Léo ? »

Léo : « Les bergeronnettes grises… On dirait un couple… »

Bergeronnettes grises Motacilla alba, Motacillidés

Max : « Échanges de nourriture entre adultes. Petit Sam, c’est quel code ? »

Samuel : « Code 6 ! C’est comme les parades ou les copulations. Et ça indique une nidification probable. »

Max : « Elles nichent sur la barge ? »

Samuel : « Il me semble qu’elles sont semi-cavernicoles les bergeronnettes grises. Elles nichent dans des petites cavités des berges de cours d’eau. »

Max : « Il y a pas ça sur la barge… Il faudra enquêter. »

Léo : « Il y a des cavités dans la berge. Même où elle est artificielle. On voit bien les hirondelles des rivages aller s’y réfugier. »

Max : « Tiens, un héron cendré vient par ici. Dis héron cendré, tu veux bien dire à ton cousin blongios qu’on est là ? S’il te plaît héron cendré ? »

Héron cendré, Ardea cinerea, Ardéidés

Léo : « Tu crois qu’ils s’entendent bien entre eux ? »

Samuel : « Ils sont pas en concurrence pour les sites de nidification mais un peu pour la nourriture. »

Max : « Pas vraiment quand même. Blongios se nourrit dans les roselières. Le héron cendré se nourrit plutôt les pattes dans l’eau. Bon, Megapus, tu veux bien nous emmener à l’autre roselière tout là-bas ? »

Le chevalier : « Je veux bien. »

Léo : « Merci bonomou 🙂 »

Max : « Revenons au bruant des roseaux si vous le voulez bien. Nous pouvons dire qu’il est insectivore, malacophage, granivore… »

Samuel : « Autant dire qu’il mange de tout ! »

Léo : « Max, j’ai vérifié quelque chose. Tu as dit que insectivore et entomophage étaient synonymes. Ben c’est pas vrai. »

Max : « C’est pas vrai ? »

Léo : « Non 🙂 Enfin, pas tout à fait. En fait, on réserve entomophage aux zoms qui mangent des insectes. »

Max : « Alors entomophage c’est juste pour les zoms ? »

Léo : « Ben oui. »

Samuel : « Il y a des zoms qui mangent des insectes ? »

Léo : « Il faut croire sinon il y aurait pas un mot pour parler des zoms qui mangent des insectes si les zoms mangeaient pas des insectes. »

Max : « Merci pour ces précisions mon cher Léo. Je pense que nos lecteurs apprécieront. »

Samuel : « On voit la barge des sternes… »

Max : « La foulque s’est installée sur le petit élément technique pour nidifier… »

Léo : « Là non plus le harcèlement a pas marché. J’entends un petit étourneau ! Il est là ! »

Etourneaux sansonnets Sturnus vulgaris, Sturnidés

Max : « Un seul petit avec un seul parent ! La dernière fois il y avait toute une colonie ! »

Samuel : « Mais c’était pas ici. »

Léo : « Et là il y a grébu ! »

Grébu, Podiceps cristatus, Podicipédidés

Max : « Bonjour grébu ! Tu vas bien ? Tu fais pas des œufs toi ? On voudrait bien voir tes petits ! »

Après on est allés à l’autre roselière, comme prévu. On a attendu un peu en regardant les hirondelles rustiques en vol. Elles sont très impressionnantes avec leur vol acrobatique. On savait bien qu’on verrait pas blongios dans cette roselière. Il y vient pas en cette saison. C’est plus tard qu’il vient ici. Quand il a ses petits et que le marais est un peu petit pour apporter assez de nourriture. Mais on l’a quand même attendu. Au cas où… Puis on est retournés au Marais.

Samuel : « Dites, ce serait pas des mésanges à longue queue qu’on entend ? »

Léo : « Si 🙂 Et il y a des bleues et des charbonnières. Même qu’il y a des petits ! »

Max : « Elles sont dans le grand saule ! Mais on les voit pas bien. Bonome, tu penses que tu vas réussir à les fotoer ? »

Le chevalier : « J’en doute… Elles ont la bougeotte et il y a les feuilles… »

Léo : « Les petits bougent moins. Tu devrais essayer avec les petits… »

Le chevalier : « C’est ce que je fais mon Léo… Une longuequeue… J’espère que ces fotos seront réussies. »

Mésange à longue queue toute jeune, Aegithalos caudatus, Aegithalidés

Max : « Merci bonome. Mais on est pas là pour voir des mésanges. On est venus voir si blongiote est arrivée ! »

Léo : « Et prendre des nouvelles de blongios aussi ! »

Samuel : « On peut quand même observer le chevalier guignette ! »

Max : « Bah oui ! »

Chevalier guignette, Actitis hypoleucos, Scolopacidés

Max : « Je me demande même si il n’y en a pas deux… »

Léo : « J’en ai vu qu’un seul moi. »

Max : « Je suis pas sûr. J’ai pas vu les deux en même temps… Il faudrait voir ça… »

Samuel : « J’ai pas de données sur sa nidification ici. Rien du tout. Ni probable, ni certaine. »

Max : « Merci Petit Sam. »

Léo : « Par contre, les hirondelles rustiques nichent ici. C’est sûr ! »

Hirondelles rustiques Hirundo rustica, Hirundinidés

Max : « Oui, là-bas, autour des bassins techniques. C’est pas très beau mais elles se sentent bien quand même. »

Samuel : « Mais on peut pas voir les nids ! On peut pas répondre au questionnaire sur les espèces coloniales. On sait juste qu’il y a des nids et des petits. »

Léo : « On va essayer d’en fotoer cette année des petits. N’est ce pas bonome ? »

Le chevalier : « Tu te rends compte de tout ce que tu veux que nous fassions ? »

Max : « Je sais bonome. Mais tu as dit toi même que je suis un petitours enthousiaste 🙂 »

Le chevalier : « Qui remplit bien sa mission. »

Léo : « C’est même pas sa mission ! C’est toi qui as une mission et nous on fait que t’aider ! »

Max : « N’empêche que c’est moi qui suis inscrit sur Faune France ! »

Léo : « Parce que bonome voulait pas mettre son nom. A cause de son anonymat ! »

Le chevalier : « Vous n’allez quand même pas vous chamailler ? »

Max : « Bonome, je te rappelle que nous sommes des juvéniles ! »

Léo : « C’est pas tout à fait anormal de se chamailler quand on est des juvéniles 🙂 »

Samuel : « Vous feriez mieux d’observer le bruant des roseaux. »

Max : « On a pas parlé de sa nidification ! »

Léo : « Le nid se trouve dans la roselière mais assez près du sol. »

Samuel : « On peut pas le voir. »

Max : « Chez les bruants des roseaux, il peut y avoir deux pontes par an ! »

Léo : « Avec à chaque fois 4 ou 5 œufs. »

Samuel : « La femelle couve seule. »

Max : « Pendant que monsieur fait le mâle chanteur bien en évidence au milieu de la roselière ! Frimeur ! »

Max : « C’est un peu une spéciale bruants des roseaux aujourd’hui 🙂 »

Léo : « On peut faire une séquence sur les fauvettes si tu veux changer. Il y en a une là et je crois que c’est une fauvette des jardins… »

Max : « Noooon ? »

Léo : « Ben si 🙂 »

Fauvette des jardins Sylvia borin, Sylviidés

Max : « C’est pas tous les jours qu’on en voit des fauvettes des jardins ! »

Samuel : « Sylvia borin, Sylviidés. »

Léo : « C’est seulement la deuxième fois il me semble. »

Max : « Oui, l’an dernier au Grand Étang. Mais on a pas encore fait l’article. »

Samuel : « C’est étrange de la voir ici. En général elle préfère les sous-bois. »

Max : « Et c’est un zoiso très discret qui reste à couvert. »

Samuel : « En plus c’est une migratrice ! »

Léo : « Elle passe l’hiver sous le Sahara. Même plus que l’hiver, vu qu’elle part vers août-septembre ! »

Max : « Elle aussi peut faire deux couvées par an. 4 à 5 œufs, comme le bruant des roseaux ! »

Samuel : « Mais les deux parents se relaient pour couver. Et la couvaison est pas longue. Environ 12 à 14 jours. »

Samuel : « Ensuite les petits se dépêchent d’apprendre à voler pour migrer eux-aussi. »

Max : « Ça, ça m’impressionne vraiment. Les petits zoisos migrateurs sont tout neufs et zou ! Ils migrent tout là-bas ! »

Léo : « Ils sont forts quand même ! »

Samuel : « Cousin Léo, tu avais pas parlé d’une séquence sur les fauvettes ? »

Léo : « Si 🙂 On peut parler de la fauvette grisette aussi puisqu’il y en a là ! »

Fauvette grisette Sylvia communis, Sylviidés

Max : « Cette fois j’ai vu le transport du sac fécal ! Elles nichent ici et il y a des petits ! »

Samuel : « J’aime bien la saison des petits 🙂 »

Léo : « Oui. Mais je crois que j’aime bien toutes les saisons. »

Max : « On voit pas les mêmes zoisos et ils ont pas les mêmes activités. »

Léo : « Il y a les zoisos d’hiver, les zoisos d’été… »

Samuel : « Les sternes c’est l’été 🙂 »

Sterne pierragarin Sterna hirundo, Laridés

Max : « Elle se repose après avoir pêché. »

Léo : « Dis la sterne, tu veux pas laisser les poissons du Marais à blongios s’il te plaît ? Toi tu peux pêcher dans l’Étang des Bernaches ! »

Samuel : « Cousin Léo, blongios mange pas beaucoup des poissons. C’est pas grave si la sterne vient ici. »

Léo : « Oui c’est vrai. »

Max : « Bonome, tu as le courage de retourner à la roselière où tu as fotoé blongios la première fois ? »

Le chevalier : « Je comptais aller au Royaume des Tariers mais on peut retourner à la roselière si vous voulez. »

Léo : « Et on va quand même au Royaume des Tariers après ? »

Le chevalier : « Oui Léo. »

Samuel : « C’est vrai ? »

Le chevalier : « Oui mon petitours 🙂 »

Samuel : « Rrrroooonnnn rrrroooonnnn… »

Max : « Tu le fais exprès ! Tu le fais exprès pour le faire ronronner en plein direct-différé ! »

Léo : « C’est rigolo 🙂 »

Max : « Samuel, quand comprendras-tu que tu es son petitours toi aussi ? »

Samuel : « Je préfère pas m’y habituer 🙂 »

Léo : « Les petites foulques sont encore là. »

Max : « Elles s’habituent trop aux zoms à mon goût… »

Léo : « Qu’est ce qu’il se passe là-bas ? »

Samuel : « Les grébous ! Ils font la bagarre ! »

Max : « Filme bonome ! Viiiite ! »

Léo : « Rholala ! Ils font fort la bagarre ! »

Max : « Et ce sont pas des juvéniles ! »

Samuel : « A mon avis ce sont deux couples qui veulent le même territoire pour nidifier. »

Max : « Ils peuvent pas partager au lieu de se bagarrer comme ça ? Bonome, tu as filmé ? »

Le chevalier : « J’ai. »

Max : « Alors on enverra les images à Princesse ! Vous entendez les grébous ? On va le dire à Princesse ! »

Léo : « Ça a l’air de les calmer… »

Max : « C’est pas possible ça ! Non mais ça va pas de se battre comme ça ? Il est pas assez grand pour deux couples cet étang ? »

Samuel : « Ils veulent tous les deux la meilleure place… »

Max : « C’est pas une raison ! »

Léo : « Bonome, prends ton Maxou dans ta main et gratte lui le front sinon il va plus se calmer 🙂 »

Le chevalier : « Bonne idée 🙂 Viens ici mon petitours… »

Max : « Rrrroooonnnn rrrroooonnnn… »

Samuel : « Cousin Max ! Quand même ! On ronronne pas comme ça pendant un direct différé 🙂 »

Léo : « Il y a un petit grébou ! »

Max : « Un petit Grébou ? »

Léo : « Oui ! Dans le Marais ! Mais regarde ! »

Petit grébou, Tachybaptus ruficollis, Podicipédidés

Max : « Code 50 ! Nidification certaine ! »

Léo : « Ben on le sait 🙂 »

Samuel : « On a vu beaucoup de petits aujourd’hui. »

Max : « Les foulques, l’étourneau, les petites mésanges… »

Léo : « Mais blongios est pas venu nous voir… »

Max : « Il doit être occupé Léo. Il faut qu’il prépare tout pour recevoir sa femelle et faire des œufs ! »

Samuel : « Et on l’a déjà vu deux fois ! »

Léo : « Oui… »

Max : « On aurait pas dû publier dans Faune IDF. Il y a des tas d’ornithos qui vont venir. Si on avait rien dit on serait tranquilles… »

Léo : « Ou alors on aurait dû mettre en données protégées… »

Samuel : « On a bien fait de publier ! Il faut bien que la LPO sache que blongios est là. »

Max : « Oui. Bon, bonome tu avais pas parlé du Royaume des Tariers ? »

Le chevalier : « Si:) On y va ? »

Max : « C’est parti ! »

Léo : « Chers lecteurs nous nous retrouvons dans quelques instants au Royaume des Tariers ! »

Samuel : « A tout de suite ! »

Ça, ce sont des ancolies, les fleurs préférées de bonome. Enfin, avec d’autres 🙂 Là, il y en a de trois couleurs. Et c’est très beau.

Continuer la promenade

Mai, le 13 – Le Marais

Max : « Bonsoir à tous ! »

Léo : « C’est encore nous ! »

Samuel : « Les petizours naturalistes 🙂 »

Max : « En ce moment on est surtout ornithologues. C’est pour des raisons techniques. Le super-méga-zoom de bonome permet pas vraiment de faire des fotos des insectes. Alors on peut pas faire l’insectologie… »

Léo : « L’entomologie Max ! L’en-to-mo-lo-gie ! »

Max : « Léo, mon cher Léo, tu sais qu’on peut dire entomophage ou insectivore. Alors pourquoi je pourrais pas dire insectologie ? »

Samuel : « Cousin Max marque un point 🙂 »

Léo : « Ça fait pas sérieux ! On va pas nous prendre au sérieux si tu parles d’insectologie ! »

Max : « Léo, nos lecteurs ont une grande qualité : ils ont de l’humour ! Ils se prennent pas au sérieux nos lecteurs. »

Samuel : « Mais ils aiment quand même apprendre des choses et voir des beaux zoisos. »

Max : « En parlant de zoisos, il y aurait pas une rousserolle effarvatte pas loin ? »

Léo : « Si. Là. »

Max : « Oulala ! Notre cher Léo est ronchon 🙂 »

Léo : « Observe l’effarvatte au lieu de dire des bêtises ! »

Rousserolle effarvatte Acrocephalus scirpaceus, Acrocéphalidés

Max : « Les spécialistes de zoisologie vont trouver qu’elle a le ventre bien jaune cette effarvatte. »

Léo : « On dit pas la zoisologie ! Zutalor ! »

Samuel : « Je crois que cousin Max te provoque cousin Léo. »

Léo : « M’en fiche d’abord ! Je profite du petit gravelot… »

Mx : « Il y a un petit gravelot ? »

Léo : « Oui. Tu l’aurais vu si tu passais pas ton temps à dire des bêtises ! »

Petit gravelot, Charadrius dubius, Charadriidés

Max : « Samuel, aurais-tu tes fiches sur toi ? »

Samuel : « Je les consulte… Petit gravelot… Marais… Voilà ! Alors… Il y a eu cinq observations avant la nçotre. En 97, 98, 99 et 2011. Et puis le 3 avril de cette année. »

Max : « J’en déduis que le nouvel aménagement est une bonne idée. Il faudra féliciter les gardes de ce Royaume. »

Léo : « Zutalor ! Il s’est envolé ! »

Max : « Bon, on fait le tour du Marais et on va à l’Étang des Bernaches. En route Megapus ! »

Léo : « Ben non ! On observe le bruant des roseaux avant ! »

Bruant des roseaux femelle nuptiale Emberiza schoeniclus, Embérizidés

Max : « C’est une femelle en plumage nuptial ! »

Samuel : « Hier on a vu le mâle ! »

Léo : « Il y a donc un couple potentiel… »

Max : « On a en vu plus que deux ! Il y a forcément des couples ! »

Samuel : « Et ils vont faire des œufs 🙂 Il y a des hirondelles ! »

Max : « Elles prennent de la boue ? Ah oui ! »

Hirondelle rustique et hirondelle des fenêtres, Hirundo rustica & Delichon urbicum, Hirundinidés

Max : « Mais ! Ça alors ! Deux individus et deux espèces sur une même foto ! »

Léo : « Bien vu Maxou ! »

Max : « Je dis pas que des bêtises ! »

Samuel : « Chers lecteurs, si vous avez pas l’habitude des hirondelles il faut savoir qu’il y a trois espèces assez fréquentes : la rustique, la rivage, la fenêtre. On vous les a présentées déjà. La rustique et la fenêtre se ressemblent beaucoup par la couleur du plumage. Mais la rustique à la face rouge, ou rose pour les juvéniles, et la gorge comme des reflets bleutés. Alors que chez la fenêtre la gorge est blanche. »

Léo : « Et donc, celle de droite est bien une hirondelle des fenêtres. »

Max : « L’autre on voit pas sa gorge. Mais on reconnaît bien l’hirondelle rustique. Les filets sont plus longs que chez la fenêtre. »

Léo : « Et en regardant bien on voit un peu le rouge foncé de la face. »

Samuel : « Ce qui veut dire que nous sommes en présence de deux hirondelles différentes ! »

Max : « Et que les hirondelles sont copines entre elles 🙂 »

Léo : « Elles font la queue pour prendre de la boue ! »

Max : « Cette fois, on avance ! … Tu t’arrêtes déjà bonome ? »

Le chevalier : « Mésange bleue… On en a pas beaucoup vu ces derniers temps… »

Max : « Et ça ce sont tes fotos ? »

Le chevalier : « Oui Max. Et je les aime bien ! »

Max : « D’accord. Alors je les mets dans mon blog. »

Le chevalier : « Merci mon petitours 🙂 »

Mésange bleue Cyanistes caeruleus Paridés

Léo : « Le héron cendré est là. »

Héron cendré, Ardea cinerea, Ardéidés

Samuel : « Il chasse… »

Max : « Ça me fait quand même bizarre de dire qu’il chasse alors qu’il pêche. »

Léo : « Moi je préfère dire qu’il chasse. Il pêche, c’est pour le poisson. Mais il mange aussi des grenouilles. »

Max : « Bonome, il y a pas un mot compliqué que personne connaît à part toi pour éviter ce débat ? »

Le chevalier : « Je n’en connais pas… »

Max : « Il prédate ? »

Le chevalier : « Ce verbe n’existe pas Max. »

Max : « Il devrait exister. La preuve : le héron prédate. »

Léo : « Il prédate. Il a prédaté. C’est un prédateur 🙂 »

Max : « 🙂 T’es trop bête 🙂 »

Samuel : « Je vous laisse discuter entre vous. Pendant ce temps je m’occupe de nos lecteurs. Nous vous avions dit hier que la sterne harcelait tout zoiso s’approchant trop près de la femelle en train de couver. Et bien nous avons des images ! Notre cher bonome est en train de filmer… Voilà ! On me dit dans l’oreillette que c’est plutôt mal cadré car, au début, la sterne harcelait la bernache puis elle a changé de cible. Bien… Lançons les images ! »

Samuel : « Pauvre foulque obligée de déguerpir ! Mais le harcèlement s’arrête pas pour autant ! »

Samuel : « Nous espérons que cette foulque espérait pas nidifier sur cet élément technique… La sterne s’est posée sur la barge ! »

Sterne pierregarin et bernache du Canada

Samuel : « Quelle intensité dans cet échange de regards ! J’aimerais pas être la bernache moi ! »

Léo : « Si elle reste là c’est qu’elle a une bonne raison. Je suis sûr qu’elle couve. »

Max : « Sur la même barge que les sternes ? Elle est inconsciente cette bernache. »

Léo : « Elle a dû s’installer avant elles… »

Max : « Nous verrons bien. Peut-être pourrions-nous présenter à nos lecteurs cette jolie femelle colvert un peu atypique. Il me semble que nous l’avons vue cet hiver. »

Canard colvert Anas platyrhynchos, Anatidés

Léo : « Tout à fait cher Max ! Elle a maintenant trois petits déjà grands mais il sont cachés pour le moment. »

Samuel : « Je précise qu’il ont des vraies plumes à l’avant du corps mais que le reste est encore couvert de duvet… »

Léo : « Bonome, tu as vu passer la grisette ? »

Le chevalier : « Oui Léo. Je la cherche… Là ! »

Le chevalier : « Zutalor ! La foto est floue ! »

Fauvette grisette, Sylvia communis, Sylviidés

Léo : « Mais suffisante ! On le voit quand même ! »

Max : « Qu’est ce que vous avez vu encore ? »

Léo : « Regarde sur la branche un peu en dessous de la fauvette grisette. Tu vois la tâche blanche ? Elle l’avait dans le bec quand elle est passée 🙂 »

Max : « Samuel, tu connais le code pour : adulte transportant un sac fécal ? »

Samuel : « Code 15 ! »

Max : « Il faut expliquer. Dans le nid, les oisillons font pas caca partout sinon ce serait invivable. Ils font des fientes emballées dans une espèce de poche appelée sac fécal. Comme ça les parents peuvent évacuer les fientes et il y en pas partout dans le nid. »

Léo : « Quand on voit un code 15, on sait qu’il y a des petits dans un nid pas loin ! »

Samuel : « Donc on sait qu’il y a des petites fauvettes grisettes dans un nid pas loin 🙂 »

Max : « Même si on les voit pas ! »

Léo : « Et ça c’est une bonne nouvelle ! »

Samuel : « Bonome, tu as vu l’hirondelle rustique ? Tu devrait la fotoer. On la voit bien et les lecteurs de cousin Max pourront la comparer à l’hirondelle des fenêtres de tout à l’heure. »

Le chevalier : « Bonne idée mon petitours. »

Hirondelle rustique, Hirundo rustica, Hirundinidés

Samuel : « Même en direct-différé j’aime bien que tu dises que je suis ton petitours 🙂 »

Max : « Ben oui ! Tu vas comprendre un jour ? Tu es son petitours ! Et son préféré en plus ! »

Samuel : « Bonome a pas de préféré. Il nous aime pareil tous les trois 🙂 »

Max : « PhiloLéo, un commentaire ? »

Léo : « … C’est étrange l’amour. Bonome t’aimait quand vous étiez que tous les deux. Et puis nous sommes arrivés et l’amour s’est pas divisé. On a pas une fraction d’amour chacun mais un amour entier, infini. L’amour se divise pas. Il se multiplie. »

Max : « C’était la séquence philosophie par notre cher PhiloLéo 🙂 Bon, blongios est pas là. »

Samuel : « Il vient dans ce secteur plus tard dans l’année. En général quand il a déjà des petits. »

Max : « Alors on retourne de l’autre côté. Samuel, que disent tes fiches sur blongios ? »

Samuel : « Une seule observation cette année avant nous hier. C’était en Avril au Royaume des Grèbes. »

Max : « C’est vrai qu’ils ont fait des travaux pour accueillir des blongios au Royaume des Grèbes. Bonome, il faut vraiment qu’on y aille ! Sinon Princesse va nous gronder ! »

Le chevalier : « Max, vous voulez aller partout tout le temps ! Le Grand Étang parce qu’on y voit de beaux zoisos. Le Marais pour voir blongios… »

Max : « S’il te plaît bonome. »

Le chevalier : « D’accord. Nous irons. »

Léo : « Regardez la petite foulque ! »

Jeune foulque macroule, Fulica atra, Rallidés

Samuel : « C’est pas facile de sortir du nid quand on est tout petit comme ça 🙂 »

Max : « Surtout avec des pattes trop grandes ! »

Léo : « C’est vrai qu’elles sont pas très bien proportionnées 🙂 »

Max : « Bon ben blongios est pas là non plus. Il doit être dans le Marais. On y va ! »

Léo : « On s’arrêtera au nouvel observatoire. Il est pas très pratique quand même. »

Max : « Pour nous si 🙂 On peut s’installer sur les planches des ouvertures. »

Samuel : « Oui mais les ouvertures sont pas à la bonne hauteur. Les basses sont trop hautes si bonome s’agenouille et les hautes sont trop basses quand il reste debout. »

Léo : « Et c’est pas pratique pour fotoer. »

Max : « C’était mieux avant ? »

Léo : « Ben… En fait non. Parce que les zoms se comportaient mal. Ils faisaient peur aux zoisos. Maintenant les zoisos sont tranquilles. »

Max : « On arrive… Alors… Tiens, qu’est ce qu’il fait grébou ? »

Grébou, Tachybaptus ruficollis, Podicipédidés

Léo : « On voit pas sur les fotos mais il fait des drôles de mouvements avec ses ailes. Bonome, tu peux filmer ? »

Le chevalier : « Je peux. »

Max : « Vous croyez qu’il a des petits tout petits sous ses ailes et qu’il les berce ? »

Samuel : « Je sais pas mais j’aime bien ton hypothèse. »

Léo : « On les voit pas… »

Max : « Il ferait quoi sinon ? »

Léo : « Pas d’autre hypothèse… »

Samuel : « Moi non plus… La femelle bernache… Elle couvait et elle s’est levée. »

Léo : « Elle recouvre ses œufs avec des plumes… »

Bernache du Canada, Branta canadensis, Anséridés

Max : « Elle va se dégourdir ses pattes en profitant qu’il fasse chaud. On retourne de l’autre côté ? »

Léo : « Pourquoi pas ? »

Samuel : « D’accord. »

Max : « Qu’est ce qu’il y a comme effarvattes ! »

Léo : « Avant on reconnaissait pas leur chant alors il y en avait peut-être mais on les voyait pas. »

Max : « On les entendait pas ! Quand on connaît pas on entend pas. Maintenant j’entends des chants tout le temps. Même quand on rentre, les chants continuent dans ma tête 🙂 »

Samuel : « Moi aussi ! »

Max : « Et Léo sifflote 🙂 »

Léo : « Oui 🙂 Je vais quand même me remettre à étudier. Bonome a un CD et il y a celui de mon beau livre de zoisos. On rate des tas d’espèces parce qu’on reconnaît pas leur chant. »

Max : « On va faire des ateliers de langues 🙂 »

Samuel : « BLONGIOS ! IL Y A BLONGIOS ! »

Max : « Il a l’air tout petit en vol 🙂 »

Léo : « Il s’est posé dans les phragmites. Tu le vois bonome ? »

Le chevalier : « Oui. Il est loin. Je crains que mes fotos ne soient pas terribles… »

Max : « Bonome, tu fotoes ! C’est notre ami alors tu fotoes ! »

Léo : « Il va peut-être pas aimer qu’on publie des fotos moches de lui. »

Max : « Ce sont les fotos qui sont moches ! Pas lui ! »

Samuel : « C’est encore le mâle. »

Max : « Tu montres les fotos ? »

Blongios nain, Ixobrychus minutus, Ardéidés

Max : « Oui, effectivement. Ce sont pas les plus belles que tu aies faites 🙂 Mais on voit bien comment il se déplace dans les phragmites. »

Le chevalier : « Vous avez vu votre ami 🙂 »

Léo : « Ouiii 🙂 »

Max : « Mais on a pas eu le temps de papoter… Bon, on peut rentrer si tu veux bonome. »

Samuel : « Attendez ! »

Léo : « Tu as vu quelque chose ? »

Samuel : « Oui… Oui ! Il y a deux petits gravelots ! »

Max : « Il y en a deux ? »

Léo : « Oui ! »

Petits gravelots, Charadrius dubius, Charadriidés

Max : « Vus ! Oulala ! Bonome, fotoe pour montrer à Faune IDF. Rhooo ! Passe en mode vidéo vite ! Vite bonome ! Mais dépêche toi ! »

Le chevalier : « Je filme ! »

Bon, en vrai bonome a tout filmé en une fois ! Un seul plan séquence et une seule prise 🙂 Mais c’est trop long. Ça rentre pas dans mon blog. Alors j’ai coupé le film en deux. C’est dommage mais je sais pas comment faire moi ! Je suis un petitours naturaliste, pas un geek 🙂

Max : « J’adore quand le mâle marche sur place. »

Léo : « On dirait qu’il marche au pas sur place ! »

Samuel : « Il est rigolo ! »

Max : « On a vu la parade nuptiale et l’accouplement des petits gravelots qui sont pas venus ici depuis huit ans ! »

Léo : « La chaaance ! »

Max : « Cette fois on peut rentrer ! »

Léo : « Avant de refermer cette édition je tiens à saluer Madame Viviane et Monsieur Miguel. »

Max : « On vous a pas vu récemment mais on pense à vous. »

Samuel : « On sait que vous avez trouvé le nid de la buse variable au Royaume des Écureuils 🙂 »

Max : « Vous connaissez drôlement bien les zoisos vous 🙂 »

Léo : « Voilà ! Cette fois c’est terminé. »

Max : « Nous espérons que vous avez passé un bon moment en notre compagnie. »

Samuel : « A bientôt ! »

Continuer la promenade