Juin An VII, Édition spéciale blongios

Max : « Bonjour à tous ! »

Léo : « Nous revoici ! »

Samuel : « Pour une édition spéciale blongios ! »

Léo : « Oui, nous en avions fait une l’an dernier. Mais c’était le 18 juillet ! »

Max : « Là, nos dernières infos datent du 22 juin. »

Samuel : « Nous allons pas tout redire sur notre ami blongios. Vous pourrez retourner dans le bulletin spécial de l’an dernier. Nous redonnerons le lien à la fin. Cousin Max, pourrais-tu remonter aux origines de votre amitié ? »

Max : « Au tout début ? »

Samuel : « Oui cousin Max ! Au tout début ! »

Max : « Oulala ! Il faut retourner en l’an II et l’une de mes premières sorties avec bonome. C’était au Royaume des Sternes. Si je dis pas des erreurs, c’était le 24 juin de l’an II. J’avais un peu peur dans la nature. Je connaissais rien du tout moi. Une scène me revient à l’esprit. Je m’étais assis sur les berges du Grand Fleuve et j’avais peur de ploufer. Et puis j’ai vu des demoiselles et j’ai reçu ma première leçon d’odonatologie. Ensuite, on est allés partout dans le Royaume, même plus loin que là où sont les sternes. Et puis bonome s’est assis au bord d’un étang. On l’appelle Le Récif je crois. Il s’est assis pour pétuner et se caféiner comme il fait souvent. Mais je savais bien qu’il attendait quelque chose. Et puis il est passé à toute vitesse ! Bonome a fait une foto floue mais j’avais vu un blongios nain 🙂 »

Léo : « Ils sont rarement signalés au Royaume des Sternes. »

Max : « Ils sont pas faciles à observer là-bas et il y a pas beaucoup d’observateurs. »

Samuel : « Ensuite ? »

Max : « Ensuite ? Ben c’était au Royaume des Bernaches. On s’est vus, on s’est revus. Une nuit, j’ai rêvé qu’il repartait en Afrique avant qu’on lui ait dit au revoir. Alors, le lendemain matin, bonome m’a emmené et on a pu lui souhaiter un bon hivernage tout là-bas. Mais on était pas encore amis. C’est au printemps suivant, quand il est revenu, qu’on est devenus amis. Et on a bien rigolé 🙂 »

Samuel : «  Pourquoi ? »

Max : « La première année j’étais tout seul encore. Mais quand blongios est revenu, Léo était déjà avec nous. Quand blongios l’a vu, il a rigolé. Il avait raconté à ses copains d’hivernage qu’il connaissait un petitours à sacado qui inspectait le Pays des Zoisos avec un grand chevalier. Ses copains l’avaient pas cru et ils s’étaient moqués de lui tout l’hiver. Alors là, il imaginait leur réaction quand il leur dirait que maintenant les petizours étaient deux 🙂 Et l’année d’après tu étais là petit Sam. »

Samuel : « Merci pour ce beau témoignage cousin Max. »

Léo : « Revenons à cette année. Avec le confinement puis la fermetures des Royaumes, on a pas pu aller attendre blongios. La première fois qu’on a pu y aller, il était déjà là. Je crois qu’il boudait un peu. »

Max : « Il boudait carrément ! Dès qu’on s’approchait de la roselière où il était, il s’envolait et allait plus loin ! Pour lui c’est vite fait ! Il y est en deux coups d’ailes ! Mais nous on devait cavaler. »

Léo : « On a cru qu’on le verrait pas ! »

Samuel : « Bonome a réussi une seule foto en vol… »

Blongios nain (Ixobrychus minutus, Ardéidés)

Max : « J’en avais assez moi qu’il boude ! Alors je lui ai parlé avec mon cœur et je lui ai donné rendez-vous dans la roselière du coin de l’étang. »

Samuel : « Là où il y a les Odonates et les grenouilles. Il va souvent manger là blongios. »

Léo : « On s’est installés et on a attendu. »

Max : « Il nous a un peu fait attendre mais il est venu quand même. Juste en face, chez les effarvattes. »

Léo : « Il s’est posé puis nous a écouté. »

Blongios nain (Ixobrychus minutus, Ardéidés)

Blongios nain (Ixobrychus minutus, Ardéidés)

Blongios nain (Ixobrychus minutus, Ardéidés)

Blongios nain (Ixobrychus minutus, Ardéidés)

Max : « On lui a expliqué le confinement, la fermeture des Royaumes… »

Léo : « Il nous a dit qu’il était triste qu’on soit pas venus plus tôt. D’habitude, on se voit dans les jours qui suivent son arrivée. Mais maintenant qu’il sait pourquoi on est pas venus plus tôt, il comprend et il nous en veut pas. »

Samuel : « Il a même ajouté qu’il s’en voulait d’avoir boudé et qu’il aurait dû se douter qu’il y avait eu un problème. »

Léo : « Ensuite, il s’est excusé de devoir partir parce qu’il avait des trucs de blongios à faire. Et il s’est enfoncé dans la roselière. »

Blongios nain (Ixobrychus minutus, Ardéidés)

Max : « La semaine d’après, on les a vus tous ! Deux mâles et une femelle. Mais ils étaient très occupés. »

Samuel : « On montre pas les fotos moches en vol. »

Léo : « La fois d’après, c’est blongiote qui s’est montrée. Mais très rapidement. Elle est sortie de la roselière quelques secondes. Juste le temps de nous saluer. »

Blongios nain (Ixobrychus minutus, Ardéidés)

Max : « Bonome a raté la foto ! Pfff ! »

Léo : « Quand on l’a dit à blongiote, elle nous a répondu qu’elle était désolée mais qu’elle avait pas le temps de revenir. Et en plus, les autres zoisos comprendraient pas qu’elle vienne prendre la pose. »

Samuel : « On était un peu déçus pour la foto mais aussi contents de l’avoir vue. »

Max : « Ça tournait dans ma tête. Elle était occupée. Elle sortait de la roselière où elle niche d’habitude… »

Léo : « L’hypothèse d’un couvée était envisageable mais ça nous paraissait tôt quand même… »

Samuel : « Et puis il y a eu le 22 juin. On a juste vu monsieur blongios aller se nourrir dans la roselière du coin de l’étang. »

Max : « Mais bonome est allé à l’opposé. Il s’est installé puis a attendu. »

Léo : « C’est pas trop son genre de planquer comme ça. Comme il était derrière des roseaux, on voyait rien du tout. Alors il nous a dit de grimper sur son épaule. »

Max : « En fait, on s’est installés dans son col et on a attendu. On vous raconte… »

Le 22 juin…

Max : « Bonome, qu’est ce que tu attends ? »

Léo : « Tu veux voir l’effarvatte ? Et elle est de l’autre côté ! »

Samuel : « Il se fatigue jamais ce mâle chanteur ? Je crois que je vais rêver de son chant. »

Max : « Non Samuel. Tu vas pas en rêver. C’est Léo qui va en rêver et toi tu vas entendre Léo qui l’imite. Toute la nuit. Et on va pas dormir… »

Le chevalier : « Chut ! »

Max : « Chut ? »

Le chevalier : « Ouvrez grand vos yeux ! »

Blongios nain (Ixobrychus minutus, Ardéidés)

Blongios nain (Ixobrychus minutus, Ardéidés)

Max : « C’est un bébé blongios ! »

Léo : « Un bébé !!! Rholala ! »

Samuel : « Déjà ! »

Max : « Il vient prendre le soleil 🙂 »

Blongios nain (Ixobrychus minutus, Ardéidés)

Blongios nain (Ixobrychus minutus, Ardéidés)

Léo : « Un bébé blongios juste là ! La chaaance ! »

Max : « On redira dans l’article qu’il doit y avoir au maximum un cinquantaine de couples nicheurs en IDF. »

Samuel : « Une cinquantaine ? J’aimerais bien mais je pense que tu surévalues le nombre cousin Max. »

Max : « Bonome, tu peux tout zoomer ? »

Le chevalier : « Je peux… »

Blongios nain (Ixobrychus minutus, Ardéidés)

Léo : « Il y a du mouvement ! »

Max : « Ses frères arrivent 🙂 »

Léo : « Ils sont trois ! »

Blongios nain (Ixobrychus minutus, Ardéidés)

Samuel : « Non ! Il y en a quatre ! »

Léo : « Quatre bébés blongios ! Rhooolaaaalaaaa… »

Blongios nain (Ixobrychus minutus, Ardéidés)

Max : « Ils viennent se chauffer au soleil… »

Blongios nain (Ixobrychus minutus, Ardéidés)

Blongios nain (Ixobrychus minutus, Ardéidés)

Le chevalier : « Je vais essayer de les zoomer mais à cette distance… »

Blongios nain (Ixobrychus minutus, Ardéidés)

Blongios nain (Ixobrychus minutus, Ardéidés)

Max : « Bon, bonome, tu fais des tas de rafales. Je veux des dizaines de fotos ! »

Léo : « Et après tu vas ronchonner parce qu’il y en a trop et que tu sais pas lesquelles choisir ! »

Max : « On fera une édition spéciale blongios ! Et dans une édition spéciale c’est normale de mettre des tas de fotos ! »

Blongios nain (Ixobrychus minutus, Ardéidés)
Blongios nain (Ixobrychus minutus, Ardéidés)
Blongios nain (Ixobrychus minutus, Ardéidés)

Blongios nain (Ixobrychus minutus, Ardéidés)

Blongios nain (Ixobrychus minutus, Ardéidés)

Max : « Bonome, ça fait combien de temps qu’on observe les bébés blongios ? »

Le chevalier : « Mmmmm… Environ une demi-heure Maxou. »

Max : « Et les parents ? Ils sont où les parents ? »

Léo : « On a vu la maman partir juste à notre arrivée. »

Samuel : « Et le papa était dans la roselière du coin de l’étang tout à l’heure. »

Max : « Et ils laissent leurs petits tout seuls ? »

Le chevalier : « Apparemment… »

Blongios nain (Ixobrychus minutus, Ardéidés)

Blongios nain (Ixobrychus minutus, Ardéidés)
Blongios nain (Ixobrychus minutus, Ardéidés)

Max : « Ben voilà ! Il appelle sa maman ! C’est pas sérieux ça ! Laisser ses petits tout seuls… »

Léo : « Ils sont protégés dans la roselière. »

Samuel : « Il y a pas de prédateurs ici. »

Max : « Oui mais ça se fait pas quand même ! »

Blongios nain (Ixobrychus minutus, Ardéidés)

Blongios nain (Ixobrychus minutus, Ardéidés)

Blongios nain (Ixobrychus minutus, Ardéidés)

Blongios nain (Ixobrychus minutus, Ardéidés)

Le chevalier : « Bon, ça fait une heure que nous sommes là. J’ai toutes les fotos que tu veux Maxou. »

Samuel : « Les parents sont pas venus ! Je voulais les féliciter moi ! »

Max : « Une heure ! Ça fait une heure que les petits sont tout seuls ! Ça c’est pas sérieux du tout ! Je vais faire un rapport à Princesse moi ! Motif : abandon de petits pendant une heure ! Je suis sûr qu’ils sont inquiets ! Et ils doivent avoir faim ! »

Le chevalier : « D’accord Max. Tu feras un rapport. Pour le moment, redescendez dans ma poche. Nous rentrons ! »

Plus tard…

Max : « Voilà ! C’était la bonne nouvelle de la semaine ! »

Samuel : « Code 50 chez les blongios ! Bravo les blongios ! Bravo ! »

Léo : « Avec un mois d’avance par rapport à l’année dernière ! L’édition spéciale de l’an VI est datée du 18 juillet ! »

Max : « Avec un peu de chance, il y aura une seconde couvée… »

Léo : « Nous reviendrons au cours de l’été. Petit Sam, tu as pas dit qu’on redonnerait le lien de l’édition spéciale de l’an passé ? »

Samuel : « Si ! Le voilà ! »

Edition spéciale blongios de l’an VI

Max : « Bien, cette édition est maintenant terminée. »

Léo : « Vous savez que les blongios se sont encore reproduits au Royaume des Bernaches. »

Samuel : « Et ça, c’est vraiment une bonne nouvelle 🙂 »

Max : « Il nous reste qu’à vous souhaiter une bonne journée. »

Léo : « Ou une bonne soirée 🙂 »

Samuel : « Et nous vous disons : à bientôt ! »

Continuer la promenade

Le Royaume des Bernaches à la fin du printemps

Max : « Bonjour à tous ! »

Léo : « Soyez les bienvenus dans notre nouveau bulletin d’informations en direct-différé ! »

Samuel : « En très différé là… »

Max : « Ben oui… C’est même plus drôle ! »

Léo : « Max, tu ronchonnes pas s’il te plaît. Bonome avait des tas de choses à faire et il a privilégié le travail mais aussi les sorties ! »

Samuel : « Et toi aussi tu as eu plein de travail cousin Max. Avec tous les articles de tes cours que tu as gravé… »

Max : « Je sais bien. Mais là on va donner des informations qui ont parfois plus de trois semaines ! »

Léo : « Et d’autres qui datent de lundi 22 🙂 Bon, on commence ? »

Samuel : « On commence ! Nous vous avions laissés au Marais. »

Léo : « Quand on parle du Marais, on parle des deux côtés. Même celui qui est juste à côté de l’Étang des Bernaches ! »

Samuel : « Là où se trouve le nouvel observatoire. »

Max : « Alors quand on commence l’inspection du Royaume des Bernaches, on commence par là. »

Léo : « Et là, on a tout de suite eu une belle surprise 🙂 »

Grèbes huppés (Podiceps cristatus, Podicipédidés)

Léo : « Une petite famille de grébus 🙂 »

Max : « A vue de truffe, les petits ont trois ou quatre semaines. »

Léo : « Il faudrait vérifier mais j’ai pas le courage d’aller chercher La Hulotte. »

Samuel : « Pas grave. On les as évidemment revus plus tard ces grébus. Comme ce petit… »

Grèbe huppé (Podiceps cristatus, Podicipédidés)

Grèbe huppé (Podiceps cristatus, Podicipédidés)
Grèbe huppé (Podiceps cristatus, Podicipédidés)

Léo : « Samuel, tu annonces pas le code 50 ? »

Samuel : « Ah bah si ! Code 50 chez les grébus ! Bravo les grébus ! »

Max : « En général, ensuite on revient sur nos pas et on va vers le pont. Vous nous suivez ? »

Léo : « Pfff ! Ils traînent nos lecteurs. »

Samuel : « Ils ont pas des grandes pattes comme notre Tringa megapus 🙂 »

Max : «  Voilà. Alors quand vous arrivez au pont, il faut pas traverser tout de suite. Il faut s’arrêter au bord et observer. »

Léo : « Il y avait des choses à voir en cette fin de printemps. »

Samuel : « Nous avons pu observer un couple d’Hypolaïs polyglottes. »

Hypolaïs polyglotte (Hippolais polyglotta, Acrocéphalidés)

Hypolaïs polyglotte (Hippolais polyglotta, Acrocéphalidés)

Max : « On s’est demandé si il avait des petits. »

Léo : « On est pas sûrs. Mais de l’autre côté du pont – on vous en parle tout de suite – et plus tard, on est carrément sûrs de nous. »

Samuel : « On a observé les parents apporter du manger dans les Rosacées ligneuses. »

Max : « Ça c’est bien la preuve qu’il y avait des petits. »

Samuel : « Code 50 chez les hypolaïs des Bernaches ! »

Léo : « C’est la saison des codes 50 🙂 »

Max : « On vous montre les parents qui nous surveillent… »

Hypolaïs polyglotte (Hippolais polyglotta, Acrocéphalidés)

Hypolaïs polyglotte (Hippolais polyglotta, Acrocéphalidés)

Léo : « Au passage vous pouvez voir les fruits des Rosacées ligneuses. Bonome sait pas qui c’est ces rosacées. »

Samuel : « Ce genre de fruits s’appelle cynorhodon. »

Max : « On parle aussi de gratte-cul 🙂 »

Léo : « Maaax ! Surveille un peu ton langage pendant le direct-différé !!! »

Max : « J’y peux rien si le langage populaire utilise cette expression plutôt que le mot cynorrhodon qui peut s’écrire avec un ou deux r tellement tout le monde s’en fiche !!! »

Samuel : « Cousin Max, peut-être pourrais-tu donner l’origine de cette expression. »

Max : « Oui petit Sam. On devrait pas le dire mais dans le fruit, il y a des graines portant des poils. Ces poils sont un peu urticants mais surtout, ils démangent grave 🙂 »

Léo : « C’est avec ça qu’on fait les poils à gratter:) Mais ça marche mieux avec les Rosa canina. »

Max : « Les églantiers. »

Léo : « Oui ! Les églantiers. J’avais oublié le nom vernaculaire. Bon, en vrai les cynorrhodons sont des faux fruits. C’est le conceptacle floral qui se transforme. Le conceptacle c’est le sommet du pédoncule. Là, il fait comme une urne qui gonfle. Dedans il y a des fruits. Ce sont des akènes poilus. »

Max : « Conceptacle, pédoncule, akène… Tu te prends pour bonome ? Tu expliques quelque chose en utilisant des mots que personne connaît à part toi ! Il faut une explication de trois minutes à chacun de ces mots bizarres !!! »

Samuel : « Pfff ! Un naturaliste connaît ces mots ! Mais bref ! Revenons aux zoisos du bord du pont. Il y a des fauvettes grisettes aussi. »

Fauvette grisette (Sylvia communis, Sylviidés)

Fauvette grisette (Sylvia communis, Sylviidés)

Fauvette grisette (Sylvia communis, Sylviidés)

Fauvette grisette (Sylvia communis, Sylviidés)

Fauvette grisette (Sylvia communis, Sylviidés)

Fauvette grisette (Sylvia communis, Sylviidés)

Max : « On arrive pas bien à les compter. Notre hypothèse est qu’il y a un couple avec des petits qui habitent là. Et un autre couple avec des petits déjà plus grands qui viennent juste manger. »

Samuel : « Double code 50 chez les grisettes 🙂 »

Léo : « C’est une hypothèse. J’aime bien la série de fotos suivantes… »

Fauvette grisette (Sylvia communis, Sylviidés)

Fauvette grisette (Sylvia communis, Sylviidés)
Fauvette grisette (Sylvia communis, Sylviidés)

Max : « Le parent grisette a un fruit dans le bec. C’est pour ses petits. Vous savez ce que c’est ce fruit ? »

Samuel : « J’ai une hypothèse ! Ce serait une baie de symphorine blanche (Symphoricarpos albus, Caprifoliacées). »

Max : « Comment tu sais ça toi ? »

Samuel : « J’ai cherché 🙂 Mais je suis pas sûr. Surtout que je me souviens pas avoir vu de symphorine blanche. »

Léo : « On fait pas vraiment attention aux végétos ici. On est un peu trop focalisés sur les zoisos. »

Max : « On peut pas tout faire à chaque fois ! Chose étrange, lors de notre dernière venue, les grisettes étaient elles aussi de l’autre côté du pont. »

Fauvette grisette (Sylvia communis, Sylviidés)

Fauvette grisette (Sylvia communis, Sylviidés)

Fauvette grisette (Sylvia communis, Sylviidés)

Fauvette grisette (Sylvia communis, Sylviidés)

Léo : « Les zoisos sont mieux protégés dans les Rosacées. »

Max : « Peut-être… Après le pont, on va toujours à gauche vers la petite roselière. »

Samuel : « Un jour, en chemin, on a aperçu une bergeronnette des ruisseaux. »

Bergeronnette des ruisseaux (Motacilla cinerea, Motacillidés)

Max : « C’est pas tous les jours qu’on en voit ici. C’est même plutôt rare. Il y a pas vraiment de berges autour de cet étang. »

Léo : « Ben si ! Il y a forcément des berges Maxou 🙂 Mais elles sont pas très favorables à ce zoiso. »

Samuel : « De ce côté, elles sont artificielles et verticales. Mais il y a des trous dans les berges. Et c’est très bien pour les hirondelles de rivage. »

Samuel : « On arrive ni à les compter, ni à les fotoer. Mais il y a une très forte probabilité de code 50 🙂 »

Max : « Revenons à l’étang. Il y a quelques grébous dans ce secteur. »

Grèbe castagneux (Tachybaptus ruficollis, Podicipédidés)

Léo : « Ils sont pas en couple. Mais on s’inquiète pas. L’an dernier, ils se sont reproduits tard les grébous. Vers fin août début septembre. »

Samuel : « Pas de reproduction chez les grébous mais code 50 chez les poules d’eau ! »

Max : « Des petits tout neufs ! Regardez ! »

Poule d’eau (Gallinula chloropus, Rallidés)

Poule d’eau (Gallinula chloropus, Rallidés)

Poule d’eau (Gallinula chloropus, Rallidés)

Max : « Quand ils sont tout petits comme ça, avec du bleu sur la tête, c’est qu’ils ont moins d’une semaine. Ça m’étonnerait pas que ce soit leur première sortie sur l’eau. »

Léo : « La dernière fois, la maman couvait encore. »

Samuel : « Chaque année, on voit des petits tout neufs dans ce coin de l’étang. »

Max : « Et tous les ans il y a des hirondelles rustiques. Elles nichent là derrière. C’est pas très beau mais elles sont protégées et ça a l’air de leur plaire. »

Léo : « Du coup, elles se reproduisent et nous on voit des petits. »

Max : « Ils attendent le ravitaillement en se posant sur les phragmites… »

Hirondelles rustiques (Hirundo rustica, Hirundinidés)

Hirondelles rustiques (Hirundo rustica, Hirundinidés)

Hirondelle rustique (Hirundo rustica, Hirundinidés)

Hirondelle rustique (Hirundo rustica, Hirundinidés)

Hirondelles rustiques (Hirundo rustica, Hirundinidés)
Hirondelle rustique (Hirundo rustica, Hirundinidés)

Samuel : « Ce qu’on vous montre pas c’est que les parents apportent du manger à leurs petits mais ils se posent pas pour donner la becquée. Ils restent en vol. »

Léo : « Ça va très vite ! »

Max : « C’est pour ça que bonome a pas réussi à fotoer. »

Léo : « Il a même pas essayé 🙂 Il admirait le spectacle. »

Samuel : « En plus, il se tenait prêt au cas où… »

Max : « Chuuuut ! On dit pas maintenant ! »

Samuel : « Il se tenait prêt au cas où il verrait des Odonates 🙂 C’est un coin à Odonates là. »

Léo : « Oui, mais avant de vous en montrer quelques uns, on voudrait vous signaler un couple de rousserolles effarvattes. Il est pas facile à voir parce qu’il niche dans les phragmites d’en face. »

Rousserolle effarvatte (Acrocephalus scirpaceus, Acrocéphalidés)

Rousserolle effarvatte (Acrocephalus scirpaceus, Acrocéphalidés)

Max : « Elles s’appellent Jules ? »

Léo : « Jules ? »

Max : « Jules de chez Phragmites d’en face 🙂 »

Léo : « Rho la saproblague ! Oh non ! Tu touches le fond là Max. En plus personne va comprendre… »

Max : « Moi elle me plaît bien 🙂 »

Léo : « Ben, si je néglige le fait que personne va comprendre, c’est plutôt drôle 🙂 »

Samuel : « Chers lecteurs, je prends la suite de ce bulletin d’informations pendant que mes chers cousins racontent n’importe quoi. Nous en sommes donc aux Odonates. Il y a quelques patrouilleurs. Ils sont pas faciles à fotoer car ils passent leur temps à patrouiller. Ils se posent assez peu. C’est pour cette raison que bonome est très vigilant. »

Léo : « Merci petit Sam. Commençons pas l’empereur du lieu. »

Anax empereur (Anax imperator, Aeshnidés)

Max : « C’est l’anax empereur. Un mâle. »

Léo : « Il se pose pas souvent lui. Mais là, il a pris la pose 🙂 »

Samuel : « Mais la meilleure surprise c’était elle. »

Aeschne isocèle (Aeshna isoceles, Aeshnidés)

Aeschne isocèle (Aeshna isoceles, Aeshnidés)

Aeschne isocèle (Aeshna isoceles, Aeshnidés)

Max : « C’est une aeschne isocèle, Aeshna isoceles, Aeshnidés. »

Léo : « C’est assez rare comme Odonate. »

Max : « C’est pas la première année qu’on en voit ici. »

Samuel : « C’est une bonne nouvelle ça. Tu en as publié une l’an dernier cousin Max. »

Max : « Oui, je me souviens. »

Samuel : « Il y a que 14 fotos depuis dans faune IDF. »

Max : « C’est tout ? »

Léo : « Ben, elle est rare cette aeschne. »

Max : « Nous on la voit chaque année au même endroit à la même époque. Ça illustre un principe très important pour les naturalistes. Je l’appellerai le principe de l’abondance relative d’une espèce. Quelqu’un qui ne fréquenterait que cet endroit pourrait croire que les aeschnes isocèles sont fréquentes puisqu’il en verrait à chaque fois. Et pourtant, c’est pas du tout le cas ! »

Léo : « Souvenez-vous des Trithémis pourprés en Charentmaritimie ! A Bois Fleuri il y en a plein ! Mais c’est l’un des rares sites de France où ils sont abondants ! »

Max : « Il faut donc faire attention à toutes les espèces d’un lieu et pas dire qu’on peut en prélever ou détruire quelques individus sous prétexte qu’ils sont nombreux. »

Samuel : « Merci pour toutes ces précisions mes cousins. Bon, sinon on a vu quelques orthétrums réticulés… »

Orthétrum réticulé (Orthetrum cancellatum, Libellulidés)

Orthétrum réticulé (Orthetrum cancellatum, Libellulidés)

Max : « Et des agrions élégants… »

Agrion élégant (Ischnura elegans, Coenagrionidés)

Léo : « Vous voyez la tâche sur le bord antérieur de l’aile ? Ça s’appelle le ptérostigma. Vous pouvez voir qu’il est pas tout noir. Il y a un peu de blanc. Le ptérostigma bicolore sur une demoiselle bleue, c’est forcément un agrion élégant. »

Samuel : « Voilà pour la rubrique Odonate. On en a pas pas plus à vous montrer. C’est pas facile de les voir dans ce Royaume. »

Max : « Pour terminer avec ce coin de l’étang, je signalerai quelques grenouilles vertes indéterminées. »

Grenouille verte indéterminée (Pelophylax sp., Ranidés)

Max : « Des Odonates adultes et donc des larves un peu partout, des grenouilles… Autant dire qu’il y a du manger pour un certain zoiso dont je ne parlerais par encore 🙂 »

Léo : « 🙂 Après cette longue pause dans ce coin de l’étang, il est temps de reprendre l’inspection. »

Max : « Pour le principe, on fait le tour pour revenir sur le pont. Mais en général, on voit pas grand-chose dans cette partie de l’inspection. »

Samuel : « Alors, on se dépêche. »

Léo : « Hoplà ! On est revenus au pont. On traverse… Cette fois on va à droite. »

Max : « Ça nous permet d’observer un peu l’Île. »

Samuel : « Et on peut voir les tortues de Floride… »

Max : « La première fois que j’en ai vu c’était ici. Il y en avait une seule. »

Léo : « Oui ben, c’est plus vraiment le cas… Regardez un peu ça ! »

Tortues de Floride (Trachemys scripta, Emydidés)

Tortues de Floride (Trachemys scripta, Emydidés)

Tortues de Floride (Trachemys scripta, Emydidés)

Léo : « Vous avez vu ? Il y en a sept ! Sept ! Vous vous rendez compte ! Et encore, on est pas sûrs qu’elles sont toutes là ! »

Samuel : « Il faudrait qu’elles arrêtent de se reproduire. C’est plus possible ça ! »

Max : « Tout ça parce que des zoms achètent des tortues de compagnie puis qu’ils en ont assez et qu’ils trouvent ça bien de les relâcher dans les parcs. »

Léo : « Comment peuvent faire les cistudes pour survivre ? Il y en presque plus des cistudes. Pourtant elles vivent ici normalement les cistudes d’Europe ! Pfff ! »

Max : « Tu vois qu’ils sont énervants les zoms ! »

Samuel : « Ils sont pas toujours malins. Ça c’est sûr. »

Léo : « Bon, au passage, vous avez vu les grands cormorans. Ils sont pas très nombreux. »

Max : « Les foulques non plus sont pas nombreuses. Une quinzaine peut-être. »

Samuel : « Mais le nombre augmente grâce aux codes 50 🙂 »

Max : « Il y a des petites foulques toutes neuves 🙂 »

Foulque macroule (Fulica atra, Rallidés)

Foulque macroule (Fulica atra, Rallidés)

Léo : « Quand on vous dit que c’est la saison des codes 50 🙂 Ensuite… Ah oui ! Il y a la pelouse en pente sur votre gauche. Là, il y a souvent des Corvidés. Comme cette corneille noire… »

Corneille noire (Corvus corone, Corvidés)

Max : « Elle a du manger dans son bec. J’espère que vous avez compris que ça veut dire qu’elle va nourrir ses petits. »

Samuel : « On vous le répète : les zoisos, normalement, ils mangent sur place. Ils prennent pas à emporter. Sauf pour leurs petits ! »

Léo : « Et donc, la reproduction est certaine pour les corneilles noires. »

Samuel : « Pour les pies bavardes aussi. Mais là, on le sait parce qu’on a vu les petits 🙂 »

Pie bavarde (Pica pica, Corvidés)

Pie bavarde (Pica pica, Corvidés)

Max : « Ben oui ! C’est un petit avec son parent. Comment on le sait ? Bonne question… A force, on reconnaît 🙂 L’aspect des plumes, le comportement, l’attitude de l’adulte à ses côtés… »

Léo : « C’est là qu’on se rend-compte des progrès que nous avons faits au cours des années mais aussi que la vision est une gnosie. »

Max : « Ben voilà… Une gnosie… Je suppose qu’on va avoir droit au grékancien. »

Léo : « Gnosie vient effectivement du grékancien qui veut dire connaissance ou quelque chose comme ça. La vision est une gnosie ça veut dire qu’on apprend à voir. Et je dis pas qu’on apprend à regarder. »

Samuel : « En réalité, ça s’apprend aussi de regarder. »

Max : « D’accord avec petit Sam ! »

Léo : « Moi aussi je suis d’accord. Mais une fois qu’on a appris à regarder, on apprend à voir. Comment expliquer… Avec un exemple. Bonome m’a raconté une histoire de zoiso un jour qu’il était au Royaume des Pics avec Brindille. Elle débutait en ornithologie et lui connaissait déjà un peu. Un zoiso est passé en vol. Brindille l’a à peine vu et bonome a reconnu un pic vert. Il avait vu la couleur, la forme et le type de vol. En combinant tous ces éléments son cerveau a immédiatement ‘reconnu’ un pic vert. »

Max : « Léo, je comprends bien ton exemple mais certains de nos lecteurs objecteront que ce n’est pas un apprentissage de la vision mais de la mémoire. Aurais-tu un autre exemple ? »

Léo : « Je réponds d’abord à l’objection. Mémoire et vision sont intimement liées puisque la connaissance est pas possible sans mémoire. Un autre exemple… Oui. Je mets en situation. Vous êtes dans votre lit. Il fait presque tout noir. Je dis presque exprès. Imaginons que les volets sont fermés et qu’il y a juste un rayon de lune qui passe par un petit trou. Ce rayon de lune éclaire le coin d’un meuble. »

Samuel : « J’imagine bien. »

Léo : « Tout le reste est dans le noir. Là, deux situations sont possibles. Dans le premier scénario, vous êtes chez vous. Vous connaissez bien votre chambre. Si vous devez vous lever, vous avez aucun problème pour vous déplacer puisque vous ‘voyez’ les meubles. Dans le second scénario vous êtes pas chez vous. Et là vous savez pas du tout où sont les meubles et vous vous cognez partout. »

Max : « C’est le seul moment où je suis content de pas avoir de doigts aux pattes arrières. Ils servent qu’à se faire très mal en se cognant contre les meubles. »

Léo : « 🙂 Je reviens à mon exemple. Pourquoi ‘voit’-on chez soi ? Dans les deux cas la lumière est la même et elle est insuffisante pour voir réellement. Mais chez nous, on connaît. Notre cerveau a tout enregistré et il crée une image mentale de la pièce. On croit voir mais on voit pas. Ai-je été clair ? »

Max : « Léo, ça fait au moins 15 fois puissance 1000 que tu nous expliques que la vision est une gnosie. Alors oui, tu es clair. »

Samuel : « Je pense que nos lecteurs auront compris qu’on voit avec le cerveau plus qu’avec les yeux. »

Max : « On peut revenir à notre inspection. Nous longeons l’étang vers les barges et qui voyons-nous ? »

Ouette d’Egypte (Alopechen aegyptiaca, Anséridés)

Léo : « Les ouettes d’Egypte ! »

Max : « Début juin, elles étaient deux. Puis nous n’en vîmes plus qu’une… »

Ouette d’Egypte (Alopechen aegyptiaca, Anséridés)

Samuel : « Plusieurs hypothèses sont envisageables. 1. Elles se sont séparées comme beaucoup de couples à cause du confinement. »

Max : « Sauf qu’elles étaient pas confinées elles. »

Samuel : « 2. Là c’est le mâle et la femelle couve. »

Léo : « Je sais pas si ce serait une bonne nouvelle… »

Max : « Rappelons que les ouettes d’Égypte sont un tantinet invasives. »

Samuel : « Des tortues de Floride, des ouettes d’Egypte… »

Max : « Ben oui… »

Léo : « As-tu un tertio petit Sam ? »

Samuel : « Le plus simple qu’il soit : elles sont pas toujours collées l’une à l’autre et l’une est là pendant que l’autre est là-bas qu’on la voit pas. »

Max : « Le point 2 sera facile à confirmer ou infirmer. Si nous voyons des petits nous saurons que la femelle couvait. »

Léo : « Pour le moment, avançons. Vous nous suivez toujours chers lecteurs ? »

Max : « Nous arrivons aux barges… Alors… »

Samuel : « Suspense 🙂 »

Léo : « On a pas envie de vous dire tout de suite… »

Max : « Si vous suivez ce blog depuis plusieurs années vous vous demandez si elles sont là. »

Léo : « Elles sont là tous les ans 🙂 »

Max : « Les années précédents nous les voyons arriver. Mais là, on est un peu en retard. »

Samuel : « Bon, d’accord on vous montre 🙂 »

Sterne pierregarin (Sterna hirundo, Laridés)
Sterne pierregarin (Sterna hirundo, Laridés)

Max : « Non seulement elles sont là, mais en plus elles ont déjà des petits ! »

(Note du chevalier : mes petizours sont parfois étourdis. Ils ont oublié lors de la rédaction de cet article qu’ils ont déjà signalé la présence des sternes pierregarins dans Le Marais lors du précédent bulletin d’informations.

Note de Max à la note du chevalier : Tu pouvais pas le dire avant ? Parce que là on a un tout petit peu l’air bête.

Re-note du chevalier : Ben c’est que j’ai pas que ça à faire moi !

Note de Samuel : Si vous continuez à dialoguer par notes je vous mords ! )

Léo : « Code 50 chez les sternes pierregarins ! »

Samuel : « Ils sont pas vieux ces poussins… »

Sterne pierregarin (Sterna hirundo, Laridés)

Sterne pierregarin (Sterna hirundo, Laridés)

Max : « Petit Sam, pourquoi tu les as envoyés au coin ? »

Samuel : « J’ai rien fait moi ! »

Max : « Tu nous menaces souvent de nous envoyer au coin ! »

Samuel : « Oui, quand vous êtes pas sages. Mais là, c’est pas moi ! »

Sterne pierregarin (Sterna hirundo, Laridés)

Sterne pierregarin (Sterna hirundo, Laridés)

Léo : « Ça c’était le 6 juin. Les petits étaient affamés. Nous les avons revus plus tard… »

Sterne pierregarin (Sterna hirundo, Laridés)

Max : « Les parents se reposent un peu 🙂 »

Léo : « Les petits le 13 juin… »

Sterne pierregarin (Sterna hirundo, Laridés)

Max : « Ça grandit vite à cet âge là 🙂 »

Léo : « Effectivement 🙂 Et la croissance est pas synchrone. L’aîné est bien plus avancé dans ses mues. Il a déjà la calotte noire. »

Samuel : « Le 22, les petits avaient déjà pris leur envol. Mais on a pas des fotos en vol. »

Max : « Sur la barge oui… »

Sterne pierregarin (Sterna hirundo, Laridés)

Sterne pierregarin (Sterna hirundo, Laridés)

Léo : « Ils ont leur taille d’adulte, volent comme des grands… »

Max : « Mais ils se nourrissent pas encore tout seuls. Ils ont encore besoin des parents. »

Samuel : « Ils ont même pas un mois ! Forcément qu’ils sont pas autonomes ! »

Léo : « Et dire que dans trois mois au maximum, ils partiront pour l’Afrique subsaharienne… »

Max : « Ça m’impressionne vraiment ça. Même si ils vont pas très au sud. Ils restent dans la partie Ouest de l’Afrique. Genre Sénégal, Mauritanie… »

Samuel : « Et les pays qui bordent le golfe de Guinée. »

Léo : « Voilà pour les sternes. Avant de passer à la suite, voici un adulte en vol… »

Sterne pierregarin (Sterna hirundo, Laridés)

Max : « Restons sur les barges. Nous vous avons présenté les bergeronnettes grises au Marais et précisons que ce sont des zoisos semi-cavernicoles. »

Léo : « Là, un adulte se promène sur la barge. La foto vous permet de voir où ils ont probablement niché. »

Bergeronnette grise (Motacilla alba, Motacillidés)

Bergeronnette grise (Motacilla alba, Motacillidés)

Samuel : « Il y a une cavité mais elle est bien ouverte. »

Léo : « C’est ce qu’aiment les nicheurs semi-cavernicoles. »

Max : « Elles sont bien ces barges. »

Léo : « Tu vois que les zoms font pas que des bêtises ! »

Max : « Léo… Si ils en faisaient moins, ils seraient pas obligés d’avoir ce genre d’initiatives qui sont là que pour rattraper leurs erreurs ! »

Samuel : « C’est pas faux 🙂 »

Léo : « Continuons notre périple. Nous arrivons dans le virage. »

Max : « Les berges artificielles et le bassin de rétention accueillent ici aussi hirondelles des rivages et hirondelles rustiques. »

Samuel : « Ensuite, il y a une petite roselière. »

Max : « Avec une effarvatte. Un mâle chanteur. »

Rousserolle effarvatte (Acrocephalus scirpaceus, Acrocéphalidés)

Rousserolle effarvatte (Acrocephalus scirpaceus, Acrocéphalidés)

Max : « Bonome a enregistré le chant. Mais au moment où on grave l’article, on sait pas si c’est un format compatible avec mon blog. »

Léo : « Sinon, on prendra un ancien enregistrement. »

 

Samuel : « Ils doivent être épuisés les mâles chanteurs à chanter comme ça à longueur de journée. »

Max : « C’est vrai qu’ils s’arrêtent rarement. »

Léo : « En avançant encore un peu, on arrive à notre point de départ. »

Samuel : « L’inspection est terminée. »

Max : « Sauf que… Les fidèles lecteurs ont forcément remarqué qu’un zoiso est totalement absent de ce bulletin d’information. »

Léo : « On l’a signalé nulle part ! »

Samuel : « Pourtant, on est restés un bon moment face à la roselière de l’autre côté. »

Max : « Vous avez trouvé de quel zoiso on parle ? »

Léo : « Mais si ! C’est notre ami ! On le voit chaque année ! On attend son arrivée avec impatience ! »

Samuel : « Et après il nous présente ses petits ! »

Max : « Puis, à la fin de l’été on vient lui dire au revoir. »

Léo : « Je pense que vous avez trouvé de qui on parle 🙂 »

Max : « Sinon, vous venez au bord de l’étang et vous vous ploufez. On veut plus vous parler. »

Samuel : « Je propose qu’on se retrouve dans l’article suivant pour parler de notre ami. »

Max : « On fait une édition spéciale ? »

Léo : « Ben oui 🙂 Comme l’an dernier 🙂 »

Max : « D’accord ! Chers lecteurs, nous nous retrouvons donc dans l’article suivant ! »

Samuel : « A tout de suite ! »

Grande planorbe (Planorbarius corneus, Planorbidés)

Continuer la promenade

Le Marais à la fin du printemps

Le Marais à la fin du printemps…

Max : « Bonjour à tous ! »

Léo : « Nous reprenons nos bulletins d’informations en direct-différé ! »

Samuel : « Ce format est très pratique pour aller plus vite tout en vous tenant informés de l’actualité du Pays des Zoisos. »

Max : « Aujourd’hui nous allons vous parler du Marais. »

Léo : « Nous y avons traîné de force notre pauvre bonome. »

Samuel : « Il avançait plus dans son travail et déprimait. »

Max : « Sans grand air, il s’étiole notre bonome. »

Léo : « Ce préambule terminé, passons à l’actualité. Que se passe t-il au Marais en cette fin de printemps ? »

Samuel : « Il y a eu des naissances 🙂 »

Max : « Oui petit Sam. Des codes 50. Mais avant un petit point sur l’Arthropodie. »

Léo : « Nous avons pas rencontré beaucoup d’Arthropodes. »

Samuel : « Ce némusien… »

Némusien (Lasiommata marea, Nymphalidés)

Léo : « Et cette volucelle zonée. »

Volucelle zonée (Volucella zonaria, Syrphidés)

Max : « Encore un exemple de mimétisme aposématique. »

Léo : « De mimétisme batésien Max ! Ba-té-sien ! »

Samuel : « Ça change rien. Cet insecte est bel et bien un Diptère. Inutile d’en avoir peur. »

Max : « Les volucelles sont des Syrphidés comme beaucoup de mouches aposématiques. C’est d’ailleurs leur spécialité, aux Syrphidés, de se faire passer pour des Hyménoptère Apocrites qui piquent aïe ouille ! »

Léo : « Et il me semble que beaucoup de Syrphidés apparaissent à l’état adulte après les Hyménoptères, quand les prédateurs juvéniles ont déjà appris qu’il faut se méfier des rayures noires et jaunes. »

Max : « Double protection 🙂 C’est tout pour les Arthropodes. Nous avons bien croisé quelques Odonates mais assez peu. »

Samuel : « C’est une information cousin Max ! Les Odonates se font rares. »

Léo : « Nous continuerons d’enquêter. »

Max : « Petit Sam, nous pouvons passer aux codes 50 ! »

Samuel : « Et il y en a plusieurs. Je commencerais par les poules-d’eau. Un couple a eu des petits et il les promène dans le Marais comme le montrent ces images. »

Gallinule poule-d’eau (Gallinula chloropus, Rallidés)

Gallinule poule-d’eau (Gallinula chloropus, Rallidés)

Gallinule poule-d’eau (Gallinula chloropus, Rallidés)

Gallinule poule-d’eau (Gallinula chloropus, Rallidés)

Samuel : « La traversé de cette petite langue de terre se fait à découvert et les parents incitent leurs petits à se dépêcher. »

Léo : « Vous pouvez voir sur les fotos que le parent houspille son petit retardataire mais c’est pour son bien. »

Samuel : « Autre code 50 : chez les bergeronnettes grises. Il y a au moins deux petits… »

Bergeronnette printanière (Motacilla alba, Motacillidés)

Bergeronnette printanière (Motacilla alba, Motacillidés)

Bergeronnette printanière (Motacilla alba, Motacillidés)

Bergeronnette printanière (Motacilla alba, Motacillidés)

Max : « Le plus jeune porte encore du duvet sur ses flancs. La sortie du nid est toute proche. »

Léo : « Il est fort probable que la nidification ait eu lieu sur l’une des barges de l’Étang des Bernaches comme chaque année. »

Samuel : « Je rappelle que les lavandières sont semi-cavernicoles ce qui signifie qu’elles nichent dans des anfractuosités diverses. »

Max : « Les petits doivent en être à leurs premières explorations du Marais. Ils ont l’air d’attendre que leurs parents leur apportent du manger mais ils doivent commencer à se débrouiller par eux-mêmes.

Léo : « Puisque nous parlons des parents, nous pouvons affirmer qu’ils vont bien et qu’ils veillent sur leurs petits. »

Bergeronnette printanière (Motacilla alba, Motacillidés)

Bergeronnette printanière (Motacilla alba, Motacillidés)

Bergeronnette printanière (Motacilla alba, Motacillidés)

Bergeronnette printanière (Motacilla alba, Motacillidés)

Samuel : « C’est tout pour les codes 50 certains mais d’autres sont probables. »

Max : « Un couple de bruants des roseaux arpente Le Marais à la recherche de nourriture qu’ils transportent toujours dans le même secteur de la phragmitaie. »

Samuel : « Cela ressemble beaucoup à un code 16 ! »

Bruant des roseaux (Emberiza schoeniclus, Embérizidés)

Bruant des roseaux (Emberiza schoeniclus, Embérizidés)

Bruant des roseaux (Emberiza schoeniclus, Embérizidés)

Bruant des roseaux (Emberiza schoeniclus, Embérizidés)

Léo : « Nous pensons qu’il y a des petits juste éclos qui ne sont pas encore vraiment sortis du nid. »

Max : « Parfois monsieur Des Roseaux se repose sur une tige… »

Bruant des roseaux (Emberiza schoeniclus, Embérizidés)

Bruant des roseaux (Emberiza schoeniclus, Embérizidés)

Léo : « Il faut dire que si notre hypothèse se vérifie il a beaucoup à faire monsieur Des Roseaux. »

Samuel : « Un autre code 50 est peut-être en cours. Chez les effarvattes cette fois. »

Max : « Les effarvattes nous contrarient un peu. Nous arrivons pas à les dénombrer ! »

Léo : « Il y a un mâle chanteur au pied de l’esplanade juste à côté du saule. »

Rousserolle effarvatte (Acrocephalus scirpaceus, Acrocéphalidés)

Rousserolle effarvatte (Acrocephalus scirpaceus, Acrocéphalidés)

Léo : « Un autre chante au pied du nouvel observatoire et il y en a probablement un troisième par là. »

Rousserolle effarvatte (Acrocephalus scirpaceus, Acrocéphalidés)

Rousserolle effarvatte (Acrocephalus scirpaceus, Acrocéphalidés)

Samuel : « Et peut-être, je dis bien peut-être, un nid là-devant avec un code 16 encore une fois. »

Max : « Nous avons observé de nombreux allers-retours très rapides et sur les fotos ci-dessous, le parent a de l’insecte dans son bec… »

Rousserolle effarvatte (Acrocephalus scirpaceus, Acrocéphalidés)

Rousserolle effarvatte (Acrocephalus scirpaceus, Acrocéphalidés)

Samuel : « L’honnêteté intellectuelle me pousse à vous avouer un désaccord entre petizours. Selon cousin Max, il y aurait qu’un seul nid d’effarvattes et un autre de grisettes. Selon cousin Léo, il y aurait bien deux nids d’effarvattes. Moi je sais pas. Les zoisos vont trop vite et l’angle de vue fait qu’on les voit qu’une seconde à chaque fois et j’arrive pas à voir. »

Léo : « Quoi qu’il en soit, la nidification serait certaine chez les effarvattes et les grisettes. »

Max : « Continuons avec une autre bonne nouvelle ! Les petits gravelots sont là ! »

Petit gravelot (Charadrius dubius, Charadriidés)

Léo : « L’an dernier nous vous avions expliqué que leur présence était rare dans Le Marais. Quelques observations en 97, 98 et 99 puis en 2011 avant le 3 avril de l’an dernier. »

Max : « Puis nous les avions observé en pleine parade puis en plein accouplement. »

Samuel : « Ensuite, plus de nouvelles… »

Léo : « C’est donc un belle surprise qu’ils soient de nouveaux là ! »

Max : « Léo a utilisé le pluriel car il y a un couple que nous les avons vu parader. »

Petit gravelot (Charadrius dubius, Charadriidés)

Petit gravelot (Charadrius dubius, Charadriidés)

Petit gravelot (Charadrius dubius, Charadriidés)
Petit gravelot (Charadrius dubius, Charadriidés)

Léo : « Mais le 13 il n’y avait qu’un seul individu ! »

Petit gravelot (Charadrius dubius, Charadriidés)

Petit gravelot (Charadrius dubius, Charadriidés)

Samuel : « L’autre serait-il parti ? Serait-ce la femelle invisible car en train de couver ? »

Max : « Encore un dossier brûlant ! »

Léo : « Et inquiétant car le 15 nous ne vîmes qu’un seul individu et ce fût une rencontre fugace. »

Samuel : « Il est arrivé en criant, s’est posé puis il est reparti aussitôt… »

Max : « Il faut dire que nous sommes pas restés très longtemps sur le terrain lors de ces deux sorties… »

Léo : « Notre cher bonome a du travail Maxou. Tu le sais bien. »

Max : « Absolument Léonou 🙂 Passons à la suite… »

Samuel : « Nous sommes bien chiffonnés par le zoiso suivant. »

Samuel : « Il me semble qu’il s’agit d’une jeune fauvette des jardins qui attends ses parents. »

Léo : « Ce qui donnerait un autre code 50. »

Max : « Mais à cette distance nous arrivons pas à être sûr de notre identification. »

Léo : « Je me demande quand même si c’est pas une effarvatte… La partie supérieure du bec est grise… »

Max : « Donc on sait pas du tout. Voilà, c’est aussi ça le direct-différé et les fotos de zoisos… »

Samuel : « Je propose donc de passer rapidement à la suite. »

Max : « Nous arrivons donc aux hirondelles. Les hirondelles rustiques viennent chercher de la boue pour construire ou rénover leurs nids. »

Hirondelles rustiques (Hirundo rustica, Hirundinidés)

Léo : « Là ce sont des hirondelles rustiques mais il y a également des hirondelles de fenêtres qui viennent se procurer leur matériau de construction. »

Max : « Et qui dit construction du nid, dit nidification probable ! »

Samuel : « Et code 10 ! »

Max : « Nous nous arrêterons là pour les données de nidification. »

Léo : « Nos lecteurs les plus éclairés savent qu’en plus de la fonction de reproduction il y a la fonction de nutrition. Et la nutrition ça peut être la prédation. »

Max : « Magnifique transition mon cher Léo ! »

Samuel : « Le premier des prédateurs que nous voudrions vous présenter est la sterne. »

Léo : « Les sternes sont arrivées ici aussi 🙂 »

Sterne pierregarin (Sterna hirundo, Laridés)

Sterne pierregarin (Sterna hirundo, Laridés)
Sterne pierregarin (Sterna hirundo, Laridés)

Sterne pierregarin (Sterna hirundo, Laridés)

Sterne pierregarin (Sterna hirundo, Laridés)

Samuel : « En fait, elles sont pas arrivées au Marais. Elles nichent, si elles nichent, sur la barge de l’Étang des Bernaches. »

Max : « Vu son activité intense de pêche, je suppose qu’il y a des petites sternes pas loin… »

Léo : « Nous nous rendrons bien évidemment sur place pour vous tenir informés. »

Samuel : « Un autre prédateur a fait un passage extrêmement rapide. »

Léo : « A quelques mètres au-dessus de nos tête un faucon hobereau se faisait houspiller par des hirondelles. »

Max : « Le temps de réagir et il était déjà loin… »

Léo : « Nous vous demandons de pardonner la piètre qualité de ces deux fotos… »

Faucon hobereau (Falco subbuteo, Falconidés)

Faucon hobereau (Falco subbuteo, Falconidés)

Samuel : « C’est que la 11ème mention d’un hobereau ici. »

Max : « Oui mais tous les observateurs publient pas leurs obs ! C’est pas bien ça ! Comment elle fait la LPO pour savoir où sont les zanimos si les observateurs lui disent pas ! »

Léo : « Des données abondantes sont parfois un bon argument pour protéger un endroit ! »

Max : « Alors oui ! Ça prend du temps de publier des obs, mais quand on aime les zanimos on peut quand même leur rendre ce service ! »

Samuel : « Calme cousin Max ! Calme ! »

Léo : « 🙂 Passons à la suite… »

Samuel : « Une longue scène que bonome a pas filmée mais fotoée. »

Max : « Nous allons pas vous montrer les 90 fotos soyez sans crainte mais il y en a quand même quelques unes… »

Léo : « Nous voudrions vous informer que héron cendré à bien mangé 🙂 »

Max : « Il a attrapé un gros poisson et l’a déposé sur la berge… »

Héron cendré (Ardea cinerea, Ardéidés)

Héron cendré (Ardea cinerea, Ardéidés)

Samuel : « Le poisson est encore vivant ! Il saute dans tous les sens ! Pauvre poisson… Il va se faire dévorer… »

Max : « Ça devait agacer le héron que son repas saute partout. Alors il s’est servi de son bec pointu pour empaler le poisson. Comme ça, il bouge moins… »

Héron cendré (Ardea cinerea, Ardéidés)

Héron cendré (Ardea cinerea, Ardéidés)

Léo : « Bah forcément ! Si tu te prenais un bec pointu dans la tête tu serais tout mort ! Tu bougerais beaucoup moins après. »

Samuel : « On arrive pas bien à savoir qui c’est ce poisson. Nous hésitons entre le silure glane et le poisson chat… »

Silure glane ou poisson-chat ?

Max : « Mais le héron était bien embêté quand même avec le poisson fiché sur son bec… »

Héron cendré (Ardea cinerea, Ardéidés)

Héron cendré (Ardea cinerea, Ardéidés)
Héron cendré (Ardea cinerea, Ardéidés)

Léo : « Il a réussi à le faire tomber puis il l’a repris pour essayer de l’avaler. Mais il y arrivait pas ! Et le poisson a fini par tomber sur le sol boueux… »

Héron cendré (Ardea cinerea, Ardéidés)

Héron cendré (Ardea cinerea, Ardéidés)

Héron cendré (Ardea cinerea, Ardéidés)

Héron cendré (Ardea cinerea, Ardéidés)

Héron cendré (Ardea cinerea, Ardéidés)

Héron cendré (Ardea cinerea, Ardéidés)

Samuel : « Alors il a décidé de le plonger dans l’eau pour le nettoyer. »

Héron cendré (Ardea cinerea, Ardéidés)

Héron cendré (Ardea cinerea, Ardéidés)

Samuel : « Nous vous laissons admirer la suite… »

Héron cendré (Ardea cinerea, Ardéidés)

Héron cendré (Ardea cinerea, Ardéidés)

Héron cendré (Ardea cinerea, Ardéidés)

Héron cendré (Ardea cinerea, Ardéidés)

Héron cendré (Ardea cinerea, Ardéidés)

Héron cendré (Ardea cinerea, Ardéidés)

Héron cendré (Ardea cinerea, Ardéidés)

Héron cendré (Ardea cinerea, Ardéidés)

Max : « Gloub le poisson ! »

Samuel : « Bravo le héron ! Bravo ! »

Léo : « Après, il s’est remis à pêcher… »

Max : « Il devait vraiment avoir très faim ce héron cendré. »

Samuel : « Nous terminerons ce petit bulletin d’informations avec une belle surprise. »

Léo : « Un première pour nous dans Le Marais… »

Max : « On vous montre. »

Goupil (Vulpes vulpes, Canidés)

Léo : « C’est Goupil ! »

Max : « Goupil dans Le Marais ! »

Samuel : « Nous l’avons aperçu à découvert mais il est passé très vite. Ensuite on a pu le suivre dans la phragmitaie grâce aux mouvements des végétaux et on l’a vu là. »

Max : « Lui aussi nous a vus et il s’est figé. »

Léo : « C’est embêtant. On veut pas intervenir nous. Malgré tout notre présence a interrompu la chasse de Goupil. »

Samuel : « Mais on est quand même un peu contents d’avoir interrompu la chasse de Goupil. »

Max : « Il voulait dévorer une petite poule-d’eau. »

Léo : « Le parent criait sur Goupil. »

Samuel : « Sans notre présence les cris auraient rien changé du tout et le petit se serait fait dévorer. »

Max : « Voilà… Le petit a été sauvé mais Goupil a eu faim… »

Léo : « C’est sur cette information que nous clôturons notre bulletin d’informations. »

Samuel : « Attendez ! Je reçois à l’instant des nouvelles d’Arthur en direct-différé du Mini Royaume de Brindille. Que dit-il ? … Oulala ! C’est la bagarre chez les pies ! Je cite ‘Drame ce matin dans le Mini Royaume de Brindille… Bataille de territoire entre 6 pies ! Deux pies au sol dont une est inconsciente. Sa copine la pique jusqu’à ce qu’elle reprenne conscience. Puis les agresseurs reviennent et les piquent de nouveau ! Les gens d’armes ont dû intervenir pour disperser les agresseurs. Ouf ! Les deux agressées au sol ont pu se relever et ont été capables de s’envoler donc pas trop de dégâts mais les passereaux témoins du drame ont été choqués. Une cellule de soutien psychologique a été mise en place.’ Il nous envoie des films…»

Samuel : « Il avait même peur qu’elles soient tout mortes tellement elles s’étaient battues… »

Pie bavarde (Pica pica, Corvidés)

Max : « Merci petit Sam de nous avoir transmis ces informations et merci à Arthur de nous avoir tenus informés ! »

Léo : « Cette fois notre bulletin d’informations est réellement terminé. »

Max : « Nous vous retrouverons au Royaume des Bernaches ! »

Samuel : « En attendons, nous vous souhaitons de belles observations naturalistes ! »

Max : « A bientôt ! »

Continuer la promenade

Arthur au Royaume des Sternes

Hello les zamis !

Déconfinement et soleil nous ont donné envie d’aller au Royaume des Sternes avec Brindille 🙂

Alors comme je suis moins fort que vous en zoisologie, papillonologie et insectologie, je vous fais un reportage fotos en direct différé 🙂

D’abord, puisque nous sommes au Royaume des Sternes, en voilà quelques unes. L’une d’elles faisait la sieste, et une autre nous a crié dessus. Pourtant, on voulait pas l’embêter, on faisait juste que passer !

Sterne pierregarin (Sterna hirundo, Laridés)

Sterne pierregarin (Sterna hirundo, Laridés)

Sterne pierregarin (Sterna hirundo, Laridés)

Sterne pierregarin (Sterna hirundo, Laridés)

Des Bernaches du Canada nous ont accueillis plus gentiment. Des adultes, des juvéniles, c’était l’heure de la sieste post-prandiale 🙂 En fait, elles s’en fichaient de nous, et elles avaient bien raison 🙂

Bernaches du Canada (Branta canadensis, Anséridés

Bernaches du Canada (Branta canadensis, Anséridés
Bernaches du Canada (Branta canadensis, Anséridés)

Les juvéniles sont rigolos avec leur duvet gris 🙂

Des cygnes tuberculés faisaient aussi la sieste avec elles 🙂 Sauf un cygne qui faisait sa toilette.

Cygne tuberculé (Cygnus olor, Anséridés)

Cygne tuberculé (Cygnus olor, Anséridés)

Un ragondin a traversé pas loin. Il avait des puces ou quoi ? il arrêtait pas de se gratter le pauvre !

Ragondin (Myocastor coypus, Myocastoridés)

Ragondin (Myocastor coypus, Myocastoridés)

Ragondin (Myocastor coypus, Myocastoridés

Ragondin (Myocastor coypus, Myocastoridés)

Une belle nouvelle ! Une foulque couvait et Code 50 dans une autre famille 🙂 Les petits ont bien mangé leur salade 🙂

Foulque macroule (Fulica atra, Rallidés)

Ragondin (Myocastor coypus, Myocastoridés

Ragondin (Myocastor coypus, Myocastoridés

Des hérons cendrés pêchaient également. Rhoo c’est trop impressionnant un héron qui reste immobile à guetter sa proie !

Héron cendré (Ardea cinerea, Ardéidés)

Héron cendré (Ardea cinerea, Ardéidés)

Regardez comme il furtive 🙂

Un grèbe huppé passait par là 🙂 Désolé, Brindille sait qu’elle va pas gagner le championnat mondial de la plus belle foto.. mais elle contente dès qu’elle voit un zanimo, un zoiso, un insecte, une fleur, alors.. elle fotoe 🙂

Grébu (Podiceps cristatus, Podicipédidés)

Grébu (Podiceps cristatus, Podicipédidés)

Vous savez, on aurait bien envie de rebaptiser le Royaume des Sternes en « Royaume des odonates » ! Eux aussi ils étaient contents d’être déconfinés au soleil 😀

On a vu ainsi des dizaines de Caloptéryx splendides (Calopteryx splendens) et ils méritent bien leur nom ! Ils sont splendides !

Caloptéryx éclatant (Calopteryx splendes, Caloptérygidés)

Caloptéryx éclatant (Calopteryx splendes, Caloptérygidés)

Caloptéryx éclatant (Calopteryx splendes, Caloptérygidés)

Caloptéryx éclatant (Calopteryx splendes, Caloptérygidés)

Caloptéryx éclatant (Calopteryx splendes, Caloptérygidés)

Caloptéryx éclatant (Calopteryx splendes, Caloptérygidés)

Voici un Crocothémis écarlate (Crocothemis erythraea) qui très gentiment, a posé pour nous 🙂

Crocothémis écarlate (Crocothemis erythraea, Libellulidés)

Crocothémis écarlate (Crocothemis erythraea, Libellulidés)

Puis un leste vert, très aimable aussi 🙂 

Leste vert (Lestes viridis, Lestidés)

Et puis une autre « bébête » qu’on sait pas qui c’est mais qui a atterri sur le bras de Brindille qui a rholalaé 🙂

Une ‘bébête’

Au terme de notre balade, nous avons vu une jolie petite fauvette des jardins. Elle nous a suivis un moment, sans doute pour nous dire au revoir

Fauvette des jardins (Sylvia borin, Sylviidés)

Fauvette des jardins (Sylvia borin, Sylviidés)

Alors nous sommes repartis, en disant aussi au revoir à ce coquelicot tout seul dans son champ.. On était tristes pour lui..

Un coquelicot tout seul dans le blé.

Voilà les zamis, c’était une toute petite balade. On n’a pas le millième de vos connaissances en zanimos, mais on a de la beauté dans les yeux et on est simplement heureux de vous partager nos fotos 🙂

Arthur

Mai, le 25 – Grand Étang et Petit Royaume Sauvage

Dans la cabane du chevalier…

Max : « LÉÉÉÉOOOOO ! SAAAMUUUÉÉÉÉL ! »

Léo : « Oui Max ? »

Samuel : « On est là ! »

Léo : « Pourquoi cherches-tu à briser les vitres de la cabane ? »

Samuel : « Tu veux percer les tympans de bonome ? »

Max : « Je pensais que vous étiez dans la chambre et j’avais pas envie de venir vous chercher. »

Léo : « Ben on est là 🙂 »

Samuel : « Tu veux ta revanche à la bagarre ? »

Max : « Oulala non ! Mon rembourrage s’est pas encore remis en place 🙂 Non, j’allais graver un article. Vous m’aidez ? »

Léo : « Ben oui ! »

Samuel : « C’est mieux de le faire ensemble. »

Léo : « Tu en es où ? »

Max : « Grand Étang et Petit Royaume Sauvage ! »

Samuel : « Le jour de beau temps 🙂 »

Léo : « Petite sortie rapide de bon matin. »

Max : « Pas si matin que ça 🙂 On commence ? »

Samuel : « On commence ! »

Léo : « Oui mais on fait bref ! On est encore en retard. »

Samuel : « On se concentre sur les codes 50. »

Max : « On verra 🙂 »

Lundi 25 Mai, au Grand Étang…

Étourneau sansonnet (Sturnus vulgaris, Sturnidés)

Étourneau sansonnet (Sturnus vulgaris, Sturnidés)

Léo : « De jeunes étourneaux sansonnets ! »

Samuel : « Code 50 chez les étourneaux ! »

Léo : « Je crois qu’on l’a déjà dit. »

Samuel : « Oui mais code 50 chez les étourneaux 🙂 »

Léo : « Tu es encore très enthousiaste petit Sam 🙂 »

Samuel : « Cousin Léo, dois-je te rappeler que nous sommes restés confinés pendant de loooongues semaines ? Alors je profite du grand air et je me réjouis de pouvoir observer de jeunes étourneaux sansonnets. »

Max : « Il vaut mieux s’en réjouir parce qu’apparemment il y a pas beaucoup de zoisos visibles depuis cet observatoire. Ça vous dirait d’aller directement au Grand Observatoire ? »

Léo : « Oui mais si on observe en chemin ! »

Max : « Bien sûr Léo. Bonome, tu cavales ? »

Le chevalier : « Je cavale. j’ai cavalé. Je suis un cavaleur:) »

Max : « Tu es surtout un petit plaisantin. »

Léo : « Je me demande bien qui on va rencontrer aujourd’hui… »

Orthétrum réticulé (Orthetrum cancellatum, Libellulidés)

Max : « Un orthétrum réticulé… C’est pas exceptionnel mais ça fait plaisir quand même. »

Léo : « On a pas vu d’onychogomphe à pince cette année. »

Samuel : « Cousin Léo, on était confinés ! Ça fait que deux semaines qu’on a le droit de sortir et bonome a du travail alors il faut pas t’étonner qu’il y ait des tas de zanimos qu’on a pas encore vus ! »

Max (à Léo) : « Tu trouves pas qu’il prend de plus en plus d’assurance notre petit Sam ? »

Léo : « Si 🙂 »

Max : « On avance, on avance et on voit pas grand-chose… »

Léo : « Il y a une mouche… Bonome, tu la vois ? »

Le chevalier : « Je la vois 🙂 »

Chloromyie agréable (Chloromyia formosa, Stratiomyidés)

Max : « Elle te dit quelque chose ? »

Le chevalier : « Si tu parles je ne vais pas entendre si elle me dit quelque chose 🙂 »

Max : « Très drôle ! Ton sens de la répartie est resté confiné ? Je t’ai connu plus drôle mon bonome. Bon, tu connais cette mouche ? »

Le chevalier : « Elle est verte. »

Max : « D’accord. Oui… Bien… Elle est même pas verte d’abord ! Elle a des reflets cuivrés ! »

Le chevalier : « Absolument 🙂 Et ses yeux se touchent. D’accord. Oui, je la connais. »

Max : « Ben dis nous ! »

Le chevalier : « Tu ne m’as pas demandé de vous dire ! Tu m’as demandé si je la connaissais. Oui, je la connais. »

Max : « Bonome, mon petit bonome… »

Le chevalier : « Oui Max 🙂 »

Max : « On t’a déjà expliqué. Nous sommes des petizours naturalistes avides de connaissances et il faut que tu nous les transmettes ces connaissances. Alors il faut que tu nous dises. »

Léo : « S’il te plaît bonome. »

Le chevalier : « Chloromya formosa mâle. Famille des Stratiomyiidés. »

Max : « Tu es sûr ? »

Le chevalier : « Euh… Oui oui 🙂 »

Max : « D’accord. Je crois qu’elle s’annonce mal cette inspection. Petit Sam saute partout tellement il est content d’être là. Bonome a oublié son humour et sa rigueur scientifique. »

Léo : « Et Maxou ronchonne. »

Max : « Tu vas arrêter de dire que je ronchonne ? »

Léo : « Quand tu arrêteras de ronchonner. »

Samuel : « Vous avez entendu la bouscarle ? »

Léo : « Oui 🙂 Je pense qu’elle s’est installée là. »

Max : « Il y a une bouscarle de Cetti au Grand Étang 🙂 »

Léo : « Peut-être plusieurs… L’an dernier il y en a eu au Royaume des Grèbes. »

Samuel : « Dans la Réserve qui est trop loin de chez nous aussi. C’est noté dans mes fiches. »

Léo : « Il y a des rossignols aussi. »

Samuel : « On arrive au Grand Observatoire ! »

Max : « Chut ! »

Nettes rousses (Netta rufina, Anatidés)

Léo : « Il y a un couple de nettes rousses 🙂 »

Max : « C’est pas le charmant petit couple des années précédentes. Je me demande ce qu’ils deviennent… »

Samuel : « On a jamais vu des bébés nettes rousses. Dites les nettes rousses, vous voudriez pas perpétuer votre espèce un peu ? »

Léo : « On a déjà assisté à des accouplements. Mais on a pas vu les petits… »

Max : « Tu fais des fotos bonome ? »

Le chevalier : « Oui Max. »

Monsieur Rousse

Madame Rousse

Samuel : « Il y a pas beaucoup de diversité aujourd’hui. Il y a des tas de goélands… »

Léo : « Il faut observer dans les arbustes alors… »

Max : « Vous voyez quelque chose ? »

Samuel : « Des jeunes mésanges bleues ! »

Mésange bleue juvénile (Cyanistes caeruleus, Paridés)

Mésange bleue juvénile (Cyanistes caeruleus, Paridés)

Samuel : « Code 50 chez les mésanges bleues ! »

Max : « Une linotte mélodieuse… Une femelle… »

Linotte mélodieuse (Linaria cannabina, Fringillidés)

Léo : « Une grisette… »

Fauvette grisette (Sylvia communis, Sylviidés)

Fauvette grisette (Sylvia communis, Sylviidés)

Max : « Un monsieur Grisette arrête pas de chanter là-haut ! »

Fauvette grisette (Sylvia communis, Sylviidés)

Léo : « Pas terrible tout ça… »

Samuel : « Cousin Léo dis pas ça ! Ça va pas la tête ! Après des semaines à être enfermés le simple fait d’être là est suffisant ! »

Léo : « Tu as raison petit Sam. Et puis les fotos des grisettes sont plutôt jolies. »

Max : « Petit Sam a raison mais quand même ! Après tout ce temps sans zoisos j’ai envie d’en voir plein moi ! »

Samuel : « On va les voir cousin Max. Sois patient. »

Max : « Si on arpentait le chemin pour voir des Arthropodes ? »

Léo : « D’accord. »

Samuel : « D’accord aussi. »

Le chevalier : « Vous ne me demandez pas mon avis ? C’est moi qui vais arpenter ! »

Max : « Bonome, mon bonomou… Tu sais bien comment ça se passe. On se met d’accord entre petizours puis on te demande si tu veux bien. »

Léo : « S’il te plaît bonome. »

Le chevalier : « D’accord aussi alors 🙂 Arpentons… »

Max : « Tu marches doucement. »

Le chevalier : « Oui Max. »

Léo : « Mouche ! »

Max : « Ah oui ! Mouche. »

Zophomyia temula, Tachinidés

Le chevalier (Imitant Max) : « ‘Bonome tu connais cette mouche ? Il faut nous dire parce qu’on a des sacados nous. On est des petizours naturalistes et on veut savoir ! Sinon je fais un rapport à Princesse moi ! Pour maltraitance de petitzours naturalistes et tu l’auras bien mérité !’ »

Samuel (qui applaudit) : « Bravo bonome ! Bravo ! »

Max : « C’est pas mal 🙂 C’est vrai que ça serait de la maltraitance de petizours 🙂 Bon, dis-nous qui est cette mouche. »

Le chevalier : « Petite mouche noire avec l’avant des ailes un peu fumé et le bout des pattes blanc. Je consulte mes fiches qui sont dans la bibliothèque dans ma tête… Alors… Zophomyia temula, Tachinidés. C’est la zophomyie ivre. »

Max : « Elle est ivre la zophomyie ? Pourquoi ? »

Léo : « Parce que tu la saoules 🙂 »

Max : « Ça c’est pas gentil ! Et c’est même pas vrai ! Je la connais pas ! Je peux pas la saouler. »

Léo : « Je plaisantais Maxou. »

Max : « Mouai… Bonome, un jour tu nous expliqueras les mouches avec toutes les familles. Il faut vraiment que je réfléchisse à l’organisation de la Faune de Max. »

Léo : « La faune de Max ? »

Max : « Oui. J’allais vous en parler. Pour présenter toutes les espèces qu’on a croisées au cours des années, il faut une autre partie dans mon blog ou carrément un autre blog. Je pensais l’appeler la faune de Max. Ou alors la faune des petizours. Qu’est ce que vous en pensez ? »

Léo : « Il y a le Blog de Max, Les cours de Max… La Faune de Max ça serait bien. »

Max : « Oui. Mais on est trois. Je veux pas vous évincer. »

Samuel : « Tu nous évinces pas. C’est bien la Faune de Max. »

Léo : « Tu devrais faire la liste de toutes les espèces qu’on a vues. Pour voir ce que ça donne et comment on pourrait présenter. »

Samuel : « Je crois que bonome a vu un zanimo… »

Le chevalier : « Oui. Max ? Qu’en penses-tu ? »

Faucheux (Phalangium opilio, Phalangiidés)

Max : « Ça me rappelle des souvenirs 🙂 C’était au Royaume des Sternes non ? »

Le chevalier : « Oui 🙂 »

Max : « On va voir si j’ai fait des progrès. Alors… Ce zanimo a huit pattes articulées et une cuticule. C’est donc un Arthropode. Il y a des chélicères et des pédipalpes mais on les voit pas sur ta foto. Chélicérates Arachnides. Ensuite… Le céphalothorax, ou prosome, est fusionné avec l’abdomen, ou opisthosome. C’est donc un Opilion. J’ai bon ? J’ai bien dit les mots qui servent à rien parce que personne les connaît ? »

Max : « Oui Max. Bravo Maxou ! Bravo ! »

Léo : « Tu te prends pour petit Sam ? »

Le chevalier : « Ouiii 🙂 »

Max : « Bonome, je connais pas bien les Opilions. Pourrais-tu nous donner l’espèce à laquelle appartient cet individu. S’il te plaît. »

Le chevalier : « Je ne connais pas bien les opilions moi non plus. Il ressemble au plus fréquent du secteur : Phalangium opilio de la famille des Phalangiidés. Mais c’est à vérifier. »

Max : « Hoplà ! Un Arachnide de plus ! »

Samuel : « Il va y avoir beaucoup de zanimos dans la Faune de Max. »

Max : « Oui ben c’est pas fait encore… »

Léo : « On est observés… »

Max : « Par qui ? »

Léo : « Par une jeune fauvette à tête noire… Elle est là… »

Fauvette à tête noire juvénile (Sylvia atricapila, Sylviidés)

Fauvette à tête noire juvénile (Sylvia atricapila, Sylviidés)

Max : « Sois pas surprise jeune tête noire 🙂 C’est nous ! Les petizours de bonome au service de Princesse. On vient souvent ici. Tu vas t’habituer à nous. »

Samuel : « Code 50 chez les fauvettes à tête noire 🙂 »

Max : « On continue l’Arthropodologie ? »

Léo : « Il faut en trouver… »

Samuel : « Là ! »

Léo : « Oulala ! Un drame se noue ! »

Max : « Bonome, tu fotoes et tu nous expliques. »

Un drame se noue…

Le chevalier : « Vous avez lu les deux numéros de la Hulotte sur les coccinelles. Vous connaissez tout. »

Max : « 1. : On connaît pas tout. 2. : On aime bien quand tu nous expliques. »

Léo : « C’est vrai. J’aime bien moi. »

Samuel : « Moi aussi 🙂 »

Max : « Et puis on connaît pas les espèces précises nous. »

Le chevalier : « D’accord. Nous sommes donc en présence de larves de coccinelles et de pucerons. Je me lance dans les identifications. Les petits pucerons noirs avec des petits traits cireux blancs seraient des pucerons noirs de la fève. Aphis fabae, Aphididés. Je rappelle que les pucerons sont des Hémiptères comme les punaises. La larve de la coccinelle a quatre taches jaunes sur l’abdomen et une sur le thorax. C’est une larve de coccinelle à sept points, Coccinella septempunctata, Coccinellidés. Les pucerons sont des parasites des plantes dont ils prélèvent la sève grâce à leurs pièces buccales de type piqueur-suceur. Ils retiennent certains éléments de cette sève mais ils en rejettent une grande partie notamment des sucres. »

Max : « Et ils font caca des bulles de liquide sucré. »

Le chevalier : « 🙂 C’est le miellat. »

Léo : « Les fourmis aiment bien le miellat. Du coup, elles protègent les pucerons et récupèrent le miellat. Mais là, il y a pas des fourmis. »

Le chevalier : « Effectivement. Je ne sais pas si toutes les espèces de pucerons ont leur espèce de fourmis… Il faudra enquêter. »

Samuel : « Les pucerons sont tout serrés parce qu’ils ont vu arriver leur prédateur. Ils vont se faire dévorer. »

Max : « Ah bah ça… C’est fort probable. Mais il y en a beaucoup des pucerons. »

Léo : « Je savais pas que les coccinelles étaient toxiques. C’est La Hulotte qui me l’a appris. »

Max : « Léo ! Elle est rouge la coccinelle ! ROUGE ! C’est pas assez aposématique pour toi ? »

Léo : « Ben j’avais pas fait le lien. Et puis je mange pas des coccinelles alors je peux pas savoir. »

Samuel : « Je suis comme cousin Léo moi. Et puis je savais pas non plus que la coccinelle pouvait exsuder un liquide orangé pas bon et toxique par ses pattes quand elle se sent agressée. »

Léo : « Tu savais toi Max ? »

Max : « Je l’avais déjà lu. »

Léo : « Tu es naturaliste depuis plus longtemps que nous. »

Max : « Pas très longtemps avant toi Léo. Tu es arrivé à l’épisode 47 de mes aventures 🙂 »

Léo : « Ça fait au moins 47 sorties de plus que moi 🙂 »

Samuel : « On est revenus au premier obs. »

Max : « Alors… Un héron cendré… Un première année. »

Héron cendré (Ardea cinerea, Ardéidés)

Héron cendré (Ardea cinerea, Ardéidés)

Héron cendré (Ardea cinerea, Ardéidés)

Héron cendré (Ardea cinerea, Ardéidés)

Héron cendré (Ardea cinerea, Ardéidés)

Héron cendré (Ardea cinerea, Ardéidés)

Léo : « Ben il est pas resté… »

Samuel : « Il a préféré aller ailleurs. »

Max : « Il y a quand même pas beaucoup de zoisos. »

Léo : « Un groupe de mésanges charbonnières… Il y a des petits 🙂 »

Mésange charbonnière juvénile (Parus major, Paridés)

Samuel : « Code 50 chez les charbonnières ! »

Max : « Oui petit Sam 🙂  Et si on allait voir au Petit Royaume Sauvage si on y est ? »

Léo : « A mon avis on y est pas 🙂 »

Max : « On peut pas savoir ! »

Samuel : « Je suis d’accord avec cousin Max ! Il faut aller voir. Si ça se trouve, on y est et on le sait pas. »

Le chevalier : « Alors allons-y ! »

Au Petit Royaume Sauvage…

Le Chemin

Max : « Le Petit Royaume va encore être inondé. On va rester sur le chemin et observer le Refuge du Pré. Bonome, tu devrais avoir des bottes. Comme ça tu pourrais traverser la zone inondée. »

Le chevalier : « Tu veux que je me ploufe les pieds ? »

Max : « Les bottes bonome ! Pas les pieds. »

Léo : « Qu’est ce que tu as vu ? »

Le chevalier : « Lui… »

Clyte rustique (Xylotrechus rusticus, Cérambycidés)

Max : « C’est qui lui ? »

Samuel : « On dirait un Cérambycidé. »

Le chevalier : « Il me semble bien… Je dirais… Le clyte rustique, Xylotrechus rusticus. C’est bien un Cérambycidé. »

Léo : « On en voit beaucoup ces derniers temps : l’agapanthie à pilosité verdâtre, le clyte bélier et maintenant le clyte rustique. »

Max : « C’est une bonne nouvelle ça. Bon, on avance. »

Samuel : « Une garzette ! »

Aigrette garzette (Egretta garzetta, Ardéidés)

Aigrette garzette (Egretta garzetta, Ardéidés)

Max : « Ça devient vraiment habituel de voir des garzettes ici. »

Léo : « Ça devient un Royaume des Ardéidés : les garzettes, les grandes aigrettes, les hérons cendrés, les garde-bœufs et même des hérons pourprés parfois. »

Samuel : « D’après mes fiches un crabier chevelu a été observé il y a deux ans. »

Max : « Nous on l’a vu qu’en Charentmaritimie le crabier. A Cabane Rouge. »

Léo : « Regardez sur l’arbre mort ! »

Aigrette garzette (Egretta garzetta, Ardéidés)

Max : « Bonome, tu passes sous les barbelés ? »

Le chevalier : « Non, au-dessus. »

Max : « Fais attention à toi. Bravo ! Tu t’es pas blessé 🙂 »

Léo : « J’entends un bruant des roseaux… Il est où ? »

Le chevalier : « Un peu loin… Oui, je vous montre 🙂 »

Bruant des roseaux (Emberiza schoeniclus, Embérizidés)

Léo : « Mâle chanteur ! »

Samuel : « Code 3. »

Max : « Il y a pas beaucoup de zoisos… »

Le chevalier : « On retourne sur le chemin alors. »

Max : « Si tu veux bonome. »

Samuel : « Des mésanges à longue queue ! Il y en a plein ! Et elles se sauvent même pas. »

Max : « Fotoe bonome ! Fotoe ! »

Mésange à longue queue (Aegithalos caudatus, Aegithalidés)

Mésange à longue queue (Aegithalos caudatus, Aegithalidés)

Mésange à longue queue (Aegithalos caudatus, Aegithalidés)

Mésange à longue queue (Aegithalos caudatus, Aegithalidés)

Léo : « Il y a des petits:) Vas-y petit Sam, dis-le… »

Samuel : « Code 50 chez les longues queues ! Bravo les longues queues ! Bravo ! »

Max : « Bonome, montre les fotos s’il te plaît. Celle-là et … celle-là ! »

Mésange à longue queue (Aegithalos caudatus, Aegithalidés)

Mésange à longue queue (Aegithalos caudatus, Aegithalidés)

Léo : « Qu’est ce qu’il y a Maxou ? »

Max : « Regardez le tour de l’œil… »

Léo : « Ah oui ! Il est rouge ou jaune. J’avais jamais fait attention à ça… »

Samuel : « Je sais ! Le tour de l’œil rouge c’est chez les petits. Je me souviens qu’on en a vu au Royaume des Fauvettes l’an dernier à la même époque. A peu près… »

Le chevalier : « C’est vrai mon petitours 🙂 Je m’en souviens aussi. »

Max : « Alors le tour de l’œil rouge c’est chez les petits. Je note. »

Samuel : « Tu te fais des fiches cousin Max ? »

Max : « Je note dans ma tête. »

Samuel : « D’accord. Tu te fais des fiches dans ta tête 🙂 »

Léo : « Le chemin est inondé… »

Le Chemin inondé

Le chevalier : « Pas grave. Je vais arpenter la partie du chemin qui est praticable… Là ! »

Max : « Un grimpereau des jardins ! »

Léo : « Rhooo la chance ! C’est pas tous les jours qu’on en voit ici ! »

Max : « C’est surtout pas tous les jours qu’on vient ici 🙂 Tu as fotoé bonome ? »

Le chevalier : « Bien sûr 🙂 Je vous montre… »

Grimpereau des jardins (Certhia brachydactyla, Certhiidés)

Grimpereau des jardins (Certhia brachydactyla, Certhiidés)

Grimpereau des jardins (Certhia brachydactyla, Certhiidés)

Grimpereau des jardins (Certhia brachydactyla, Certhiidés)

Max : « Bonome, depuis quand tu réussis des fotos de grimpereau ? »

Léo : « Elles sont chouettes 🙂 »

Samuel : « Toute une série en plus ! »

Max : « On va quand même pas rester des heures sur ce chemin… Et si on retournait au Grand Étang ? »

Léo : « Maxou… »

Le chevalier : « Pourquoi pas… J’en ai assez de travailler. »

Léo : « On peut rester un peu ici ? »

Le chevalier : « Si tu veux mon Léo. »

Léo : « On va peut-être avoir d’autres surprises… »

Max : « Comme une garzette en vol ? »

Aigrette garzette (Egretta garzetta, Ardéidés)

Aigrette garzette (Egretta garzetta, Ardéidés)

Samuel : « Ou un héron cendré… »

Héron cendré (Ardea cinerea, Ardéidés)

Max : « Bonome, regarde ça… »

Un oedémère noble et de la bave de coucou

Le chevalier : « Oui Max. »

Max : « Explique s’il te plaît. »

Le chevalier : « Il y a deux choses à voir : le zanimo et la bave de coucou ou écume printanière. »

Max : « Le zanimo ? Tu te mets à parler le petitoursien ? »

Le chevalier : « A force de vous cotoyer 🙂 »

Léo : « Le zanimo c’est un oedémère noble. Oedemera nobilis, Oedéméridés. Même que c’est un mâle. Ça se voit à ses grosses cuisses. »

Max : « Voilà ! Ça c’est fait 🙂  Et la bave de coucou ? On a pas vu de coucou aujourd’hui… »

Samuel : « On l’ a entendu quand même. »

Max : « Alors le coucou est venu ici et il a bavé et ça donne ça ? »

Le chevalier : « Non Max. Le coucou ne bave pas. »

Max : « Toi quand tu dors, tu baves 🙂 »

Léo : « Maaax ! »

Max : « C’est vrai 🙂 Bon, on va pas passer la journée sur de la bave de coucou ! »

Samuel : « Ça donne pas envie… »

Le chevalier : « Je ne suis pas sûr de moi… J’ai lu deux explications. La première fait intervenir des larves de cicadelles. Ce sont des petites ‘cigales’. Comme elles sont des proies faciles, elles battent leur urine pour en faire une mousse à l’intérieur de laquelle elles sont à l’abri. »

Max : « Ça me dit quelque chose… Je crois que tu m’as déjà expliqué ça. »

Le chevalier : « Avec la cicadelle écumeuse ? »

Max : « Ça, je me souviens pas. »

Léo : « Et l’autre explication ? »

Le chevalier : « On reste chez les Hémiptères Homoptères mais on passe aux Cercopidés. Selon cette seconde explication certaines larves de cercopes percent les vaisseaux de végétaux puis insufflent de l’air dans l’exsudat de la plante. »

Léo : « C’est presque pareil. Dans les deux cas un liquide sert à faire de la mousse pour protéger une larve. »

Samuel : « Mais pourquoi on l’appelle bave de coucou ou écume printanière ? »

Le chevalier : « Le coucou commence à chanter relativement tôt dans l’année. »

Max : « Tu nous l’as déjà dit pour une plante ! Le lychnis flos-cuculi ! Il fleurit tôt, au moment où chante le coucou. »

Léo : « Je comprends ! Ici, coucou indique que cette écume apparaît tôt dans l’année. Et comme c’est à la période où le coucou chante, les zoms qui comprennent jamais rien ont dit que c’était le coucou qui bavait. »

Samuel : « C’est mieux de parler d’écume printanière alors. »

Max : « Merci bonome. Allez, au Grand Étang ! »

Au Grand Étang…

Max : « On va encore rien voir de particulier… »

Léo : « Max, c’est toi qui as voulu revenir ! »

Samuel : « Bonome, qu’est ce que tu cherches ? »

Le chevalier : « Tout à l’heure nous avons à peine observé. Je regarde au loin avec le super-méga-zoom. »

Samuel : « Tu vois quelque chose ? »

Le chevalier : « Un groupe de nettes rousses mâles adultes. Au moins cinq… »

Max : « C’est tout ? »

Le chevalier : « Pour le moment… Oh ! Ça alors ! »

Léo : « Tu as vu qui ? »

Le chevalier : « Je vais essayer de fotoer… Mais elle est vraiment loin, l’angle est rasant et il y a des mouvements d’air à cause de l’évaporation… Mouai… Avec le zoom numérique en plus… Je ne ferai pas mieux. Regardez 🙂 »

Echasse blanche (Himantopus himantopus, Récurvirostridés)

Max : « Une échasse blanche ! »

Léo : « Rhooo la chaaance ! »

Samuel : « J’y crois à peine ! »

Max : « Elle est à quelle distance ? »

Le chevalier : « Je ne suis pas très fort en distance… Je dirais 5 ou 600 mètres… »

Léo : « Il est pas un peu tard pour migrer ? »

Max : « Il est jamais trop tard… et puis il y a des migrateurs tout le temps ! »

Samuel : « Elle va peut-être en Charentmaritimie. »

Max : « Ça serait sa dernière pause alors. »

Léo : « Maxou, tu as eu raison de proposer de revenir 🙂 »

Max : « C’est ça le talent 🙂 »

Léo : « C’est ça la modestie 🙂 »

Samuel : « Allez ! C’est reparti pour le chemin ! »

Léo : « Tu fatigues pas bonome ? »

Le chevalier : « Non. Je me régale. J’en ai vraiment assez d’être assis face à l’ordinateur. »

Max : « Une petite biche ! »

Petite biche (Dorcus parallelipipedus, Lucanidés)

Max : « On les voit toujours tout crabouillées… »

Léo : « Sinon elles se cachent. Mais comme ça on sait qu’il y en a. Tu vas publier ? »

Max : « Oui. C’est compliqué. Il faut passer par Faune France… »

Samuel : « L’ortétrum réticulé est encore là. »

Orthétrum réticulé (Orthetrum cancellatum, Libellulidés)

Max : « Il faudrait vérifier mais je pense qu’on en voit presque à chaque fois sur ce caillou. »

Léo : « Et la tétragnathe étirée est toujours là… »

Tétragnathe étirée (Tetragnatha extensa, Tetragnathidés)

Max : « Bon, bonome, cavale jusqu’à l’obs s’il te plaît. »

Le chevalier : « D’accord. Accrochez-vous à ma poche 🙂 … Voilà ! Nous y sommes… »

Max : « Tu t’es téléporté ? »

Le chevalier : « Non, j’ai cavalé 🙂 »

Samuel : « Il y a des goélands… »

Léo : « Alors étudions les goélands… Bonome,, regarde celui-là… »

Le chevalier : « Je vois… »

Un goéland

Max : « J’en ai jamais vu des comme ça ! Vous allez encore mmmmmer en vous grattant la tête ? »

Léo : « Il me chiffonne un peu… »

Le chevalier : « Léo, il est sombre. »

Léo : « Ce serait donc un brun. Oui. Entre son 2ème et son 3ème hiver alors. »

Max : « 3ème printemps ? »

Léo : « Ben non. Je pense pas qu’il soit né au printemps. Plutôt en début d’été. »

Max : « Voilà ! Ça va encore être compliqué… »

Léo : « J’y peux rien si un troisième année civile n’a eu que deux printemps au mois de mai. »

Samuel : « Alors selon vous, ce serait un goéland brun de 3ème année civile. »

Léo : « Je pense. »

Samuel : « D’accord 🙂 »

Léo : « Ensuite… Là ! Sur la pointe ! »

Des goélands

Léo : « On reconnaît bien un leucophée adulte. Ensuite… Pfff ! Il y a tous les âges des leucophées et peut-être des bruns… On étudiera ça plus tard. Et là ? »

Des goélands

Léo : « Des leucos… Deuxième et troisième années civiles… Bonome, dans le coin à droite ? »

Le chevalier : « Oui Léo ? Lequel ? »

Léo : « Les deux… Il y en a un à l’œil sombre et l’autre aux pattes roses. Comme goéland gris clair, à pattes jaunes et à œil sombre je connais que le goéland d’Arménie. Et ici c’est pas l’Arménie. Et avec les pattes roses ce serait un argenté. »

Le chevalier : « Et ça te chiffonne 🙂 »

Léo : « Bonome ! Un goéland d’Arménie ! Soit c’est vraiment extra-ordinaire, soit je connais rien du tout aux goélands et je vais aller tout au fond de mon lit pour plus jamais en sortir. »

Samuel : « Cousin Léo, il faut pas aller tout au fond du lit. »

Léo : « Mais j’y arrive pas ! Ça fait des années maintenant que je me gratte la tête en essayant d’identifier des goélands et là j’arrive à un goéland d’Arménie au Grand Étang ! Ma peluche va être toute usée sur ma tête ! J’en ai assez moi ! »

Max : « Oulala ! Bonome, calinothérapie pour Léo. Vite ! »

Le chevalier : « Viens là mon petitours. Je comprends ton désarroi car je le partage. »

Max : « Il y a pas un beau livre de Laridés ? »

Le chevalier : « Si, sûrement. On m’en a conseillé mais ils sont en anglais. Et j’ai perdu les références… »

Max : « Et tu connais pas un spécialiste en goélands ? »

Le chevalier : « Non Max. »

Max : « Oulala ! Le cygne ! Bonome ! Le cygne ! Il va nous percuter ! Oulala ! »

Cygne tuberculé (Cygnus olor, Anséridés)

Cygne tuberculé (Cygnus olor, Anséridés)

Cygne tuberculé (Cygnus olor, Anséridés)

Max : « Ouf ! Il s’est arrêté ! »

Léo : « J’aimerais pas me faire percuter par un cygne moi ! »

Samuel : « Boum badaboum les petizours ! »

Max : « Tiens, un guignette… »

Chevalier guignette (Actitis hypoleucos, Scolopacidés)

Léo : « Un guignette, des cygnes, des goélands que je sais même pas qui s’est… »

Samuel : « Et des grisettes… »

Fauvette grisette (Sylvia communis, Sylviidés)

Fauvette grisette (Sylvia communis, Sylviidés)

Max : « On a déjà vu mieux. Bon, bonome a pas envie de travailler, Léo déprime à cause des goélands, petit Sam saute partout et moi je veux pas rentrer. Alors le mieux à faire est de retourner au Refuge du Pré. »

Léo : « Encore ? »

Max : « Oui. On cherche des Arthropodes en chemin et là-bas aussi. Jusqu’à épuisement des batteries de l’appareil. Bonome, que penses-tu de cette idée ? »

Le chevalier : « Elle me plaît bien 🙂 »

Max : « Alors Arthropodologie pour tout le monde !

Léo : « On se poche… Voilà 🙂 »

Le chevalier : « C’est décidé. Je vais acheter un appareil spécial macro. »

Max : « On peut participer si tu veux. Notre fortune a grossi 🙂 »

Léo : « Et tu n’avais pas tout pris pour le super-méga-zoom. »

Le chevalier : « Mes petitzours, vous êtes vraiment adorables 🙂 Gardez votre fortune. Elle vous servira peut-être plus tard. J’ai fait quelques économies pendant le confinement. Je devrais pouvoir me débrouiller. »

Max : « Ah bah ça ! C’est sur que tu as fait des économies ! Tu as presque pas acheté de chocolat ! On a dû nous rationner ! »

Léo : « C’est pas vrai Max ! On en a eu quand même. »

Max : « Pfff ! Des réserves à gérer sur deux semaines ! Pas de réapprovisionnement possible si par hasard il y en avait plus ! J’ai failli défaillir plusieurs fois et je vous parle même pas des crises d’hypoglycémie ! »

Léo : « Max, peux-tu me donner la définition de la glycémie s’il te plaît ? »

Max : « C’est le taux de sucre dans le sang. »

Léo : « Et toi tu as du sang dans ton rembourrage ? »

Samuel : « Bonome, trouve un zanimo pour que les cousins cessent de se chamailler ! »

Max : « On se chamaille pas ! »

Le chevalier : « Le repas d’une araignée ça te va petit Sam ? »

Samuel : « C’est très bien 🙂 »

Xystique crêté (Xysticus cristatus, Thomisidés)

Max : « Cette araignée va boire un milk-shake de Coléoptère 🙂 »

Léo : « C’est pas vraiment un milk-shake. Il y a pas du lait. »

Max : « Oui mais elle va boire sa proie 🙂 »

Samuel : « Je peux faire le petit rappel ? »

Max : « On est pas dans mes cours là petit Sam 🙂 »

Samuel : « On peut faire des petits rappels dans la vraie vie aussi 🙂 Les araignées ont des chélicères en crochets avec lesquels elles injectent un mélange de poison et de sucs digestifs. Le poison tue la proie. Les sucs digestifs digèrent tout dedans et rendent tout liquide. Après, l’araignée aspire le contenu liquide et laisse la cuticule vide. »

Max : « C’est pour ça que je parle de milk-shake. Merci petit Sam. »

Léo : « C’est qui cette araignée ? Elle ressemble un peu à une araignée-crabe. »

Max : « C’est une araignée chasseuse qui attrape ses proies avec ses deux grandes paires de pattes antérieures. C’est une Thomisidé ? »

Le chevalier : « Oui Maxou 🙂 »

Max : « Et c’est qui ? »

Le chevalier : « Mmmm… Je suis sûr du genre : Xysticus. Il y a plusieurs espèces très proches… D’après le motif du prosome, je dirais… Le xystique crêté, Xysticus cristatus, Thomisidés. »

Max : « Je vais publier comme ça. On verra si un valideur se manifeste. On continue ? »

Le chevalier : « Oui Max. »

Max : « C’est bien d’avancer lentement comme ça. Parfois on oublie de regarder. On cavale pour aller d’un obs à l’autre. »

Léo : « C’est souvent toi qui insistes pour le faire Max. »

Samuel : « C’est un peu vrai. Et l’hiver, il y a pas beaucoup des Arthropodes. »

Max : « Une panorpe ! »

Panorpe (Panorpa communis, Panorpidés)

Max : « Tu as fait des progrès en panorpes bonome ? »

Le chevalier : « Je n’en sais rien… D’après les tâches sur les ailes… Il y a deux cellules claires à l’extrémité de l’aile et la première tâche en haut dépasse de la cellule… Ce n’est pas Panorpa vulgaris. Je dirais Panorpa communis. »

Max : « D’accord. Merci bonome. »

Léo : « Et un autre Phalangium opilio 🙂 »

Faucheux (Phalangium opilio, Phalangiidés)

Max : « Belle récolte 🙂 »

Léo : « J’aurais bien aimé voir plus de zanimos. »

Max : « Oui mais après il faut des heures pour les identifier et les articles de mon blog font plusieurs kilomètres de long. Alors c’est bien comme ça 🙂 »

Samuel : « Et on en verra d’autres sur Le Chemin. »

Au Petit Royaume Sauvage…

Max : « Ça commence fort ! On descend de la monture et vlan ! Un Orthoptère ! »

Grand sauterelle verte (Tettigonia viridissima, Tettigoniidés)

Grand sauterelle verte (Tettigonia viridissima, Tettigoniidés)

Le chevalier : « Grande sauterelle verte, Tettigonia veridissima, Tettigoniidés. »

Max : « On connaît déjà 🙂 »

Samuel : « La petite tortue aussi 🙂 »

Petite tortue (Aglais urticae, Nymphalidés)

Max : « On voit souvent les mêmes papillons… Où on pourrait aller pour faire des progrès en papillons ? »

Léo : « Ben… Au Royaume des Papillons 🙂 »

Max : « C’est vrai ça ! On y va jamais ! »

Le chevalier : « C’est vrai. Je ne suis pas toujours à l’aise dans ce Royaume… Mais c’est une bonne idée. Je pensais quand même aller au Royaume des Sangliers pour observer des Odonates. »

Max : « Ah oui… On peut pas faire les deux dans la journée ? »

Le chevalier : « Non Max. »

Max : « Alors on fera en deux jours. C’est bientôt les vacances. »

Le chevalier : « Oula ! Ça va me paraître long… »

Léo : « Phalène picotée. On connaît ! »

Phalène picotée (Ematurga atomaria, Géométriidés)

Max : « Et lui là ? On dirait un thècle… »

Thècle du prunier (Satyrium pruni, Lycaenidés)

Thècle du prunier (Satyrium pruni, Lycaenidés)

Léo : « Oui. Mais lequel ? »

Max : « Ça je sais pas ? Bonome, que penses-tu de ce thècle ? »

Le chevalier : « C’est un très beau thècle 🙂 »

Samuel : « Cousin Max, il y a pas longtemps tu as publié tous les papillons de bonome dans Faune IDF. Il y avait des thècles. Le thècle de l’orme… Mais il est vraiment gris. Et puis… Le thècle du chêne. Tu trouve pas qu’il ressemble ? »

Max : « Je me souviens plus petit Sam. J’ai pas une mémoire prodigieuse comme toi… »

Samuel : « Bonome ? »

Le chevalier : « C’est vrai qu’il ressemble au thècle du chêne. Mais il y a plus d’ocelles noirs. Ce doit être le thècle du prunier, Satyrium pruni, Lyacaenidés. »

Max : « Un thècle de plus 🙂 »

Thècle du prunier (Satyrium pruni, Lycaenidés)

Léo : « On est encore surveillés 🙂 »

Max : « C’est qui cette fois ? »

Samuel : « Un garde-boeufs… »

Héron garde-bœufs (Bubulcus ibis, Ardéidés)

Max : « Il a pas de bœufs à garder. Le pauvre… »

Léo : « Ben, on veut bien que tu nous gardes mais on a bonome déjà… »

Max : « Il nous protège avec son épée 🙂 »

Samuel : « Il y a des chevaux pas loin ! Juste derrière. Tu peux aller les garder si tu veux. »

Léo : « Il préfère rester ici et se gaver de grenouilles. »

Max : « Bon, garde-bœufs, tu te gaves ici et le soir tu vas à l’écurie pour garder les chevaux. Et nous, on dit rien à Princesse. »

Léo : « Reprenons la recherche d’Arthropodes… Ben tiens ! Là ! »

Thomise napoléon (Synema globosum, Thomisidés)

Max : « Encore une Thomisidé… »

Léo : « Elle est un peu noire sinon j’aurais dit que c’est une thomise napoléon. »

Le chevalier : « C’est bien ça 🙂 »

Samuel : « Elle a repéré la mouche. C’est qui cette mouche ? »

Anthomyie pluviale (Anthomyia pluvialis, Anthomyiidés)

Le chevalier : « L’anthomyie pluviale ou mouche des pluies, Anthomyia pluvialis, Anthomyiidés. Ses larves vivent dans les excréments, les champignons ou les nids d’oiseaux. »

Léo : « Alors ici elles ont tout ce qu’il faut. Il y a les laissées de Goupil, le crottin des chevaux, les nids des zoisos. »

Samuel : « Et en automne il y a des tas de champignons. »

Max : « On lui dit que si elle s’approche de la thomise elle va se faire dévorer ? »

Léo : « Non, on doit pas intervenir. »

Samuel : « L’observateur se doit d’être le plus neutre possible… »

Max : « Ouf ! Elle s’est envolée ! »

Léo : « Et la thomise a pas mangé… »

Le chevalier : « Oups… La batterie est presque vide. Une foto de cet opilion… Ben voilà… C’est terminé pour aujourd’hui… »

Faucheux (Phalangium opilio, Phalangiidés)

Samuel : « Bonome, c’est quoi la petite tâche orange sur le dos de l’opilion ? »

Le chevalier : « C’est un acarien. »

Max : « Il le parasite ou c’est un exemple de phorésie ? »

Samuel : « Cousin Max, tu peux rappeler la phorésie s’il te plaît ? »

Max : « J’en ai déjà parlé. Ah mais tu étais pas encore avec nous ! Épisode 121 🙂 C’est pas très difficile. La phorésie c’est une relation interspécifique dans laquelle une espèce en porte une autre. On avait vu un nécrophore qui transportait des acariens. »

Samuel : « Donc là l’opilion transporte un acarien. »

Le chevalier : « Je pense que c’est ça… »

Léo : « Et la petite mouche ? »

Le chevalier : « Elle est floue… Forcément, avec un super-méga-zoom… Mais ce n’est pas une mouche. C’est un Hyménoptère Apocrite Aculéate. »

Max : « Comme une guêpe ? »

Le chevalier : « Exactement ! »

Max : « Elle ressemble pas à une guêpe. »

Le chevalier : « Je n’y peux rien Max. »

Max : « Mais c’est fâcheux. »

Le chevalier : « Certes. »

Léo : « STOP ! Non parce que parfois vous faites ça pendant dix minutes et c’est un peu long. Parle nous plutôt de cette jolie petit guêpe. »

Samuel : « Elle a une jolie couleur bleu métallisé. »

Léo : « Avec des reflets dorés. »

Le chevalier : « C’est de là que vient son nom. Chryso- veut dire doré. C’est une Chryside mais la foto est bien trop floue pour que je puisse identifier l’espèce. Les chrysides sont souvent appelées guêpes-coucou. »

Max : « C’est la journée du coucou 🙂 Le chant du coucou, la bave du coucou, les guêpes-coucou… »

Samuel : « Le lychnis flos-cuculi… C’est encore en raison de la saison que la guêpe est comparée au coucou ? »

Le chevalier : « Non, c’est en raison d’une autre caractéristique du coucou beaucoup plus connue. »

Léo : « Le parasitisme ! Les coucous sont des parasites de couvée ! »

Max : « La chryside aussi ? »

Le chevalier : « C’est plutôt un parasitoïde. »

Max : « C’est quoi ça encore ? »

Le chevalier : « Le parasitoïsme est une relation interspécifique durable qui se termine par un assassinat. »

Max : « Carrément ! Un assassinat ! »

Le chevalier : « Oui 🙂 La femelle pond ses œufs dans des nids de guêpes ou d’abeilles solitaires. Je pense qu’elle paralyse une larve. Il faudrait vérifier. La larve de chryside se nourrit de cette larve et finit par la tuer. »

Samuel : « Comme chez les Ichneumons. »

Le chevalier : « Oui mon petit Sam. »

Max : « Bien, plus de batterie ça veut dire plus de fotos possibles. Il faut rentrer. »

Le chevalier : « C’est surtout pour travailler que je rentre. »

Max : « Je sais bien bonome. Je peux t’aider si tu veux. »

Le chevalier : « Je veux bien. »

Max : « Alors on rentre ! »

Continuer la promenade

Mai, An VII – Le Royaume des Tariers

Dans la cabane du chevalier. Max est face à l’ordinateur…

Léo : « Max, qu’est ce que tu fais ? Tu veux pas venir chamailler ? »

Max : « Mmmmm… »

Samuel (qui rejoint ses deux cousins) : « Je vais vous ratatiner à la bagarre 🙂 »

Léo (à Max) : « Petit Sam dit que même à deux contre lui on a aucune chance. »

Max : « Pfff ! »

Samuel : « Qu’est ce que tu fais cousin Max ? »

Max : « Je viens de terminer de trier et d’ordonner les fotos pour un article. J’allais commencer à le graver. »

Léo : « C’est quel article ? »

Max : « Le Royaume des Tariers. »

Léo : « Les Tariers uniquement ou tu ajoutes le Royaume des Grisettes et celui des Alouettes ? »

Max : « Je vais faire les trois. »

Samuel : « Tu vas faire comment ? Parce qu’il y a des tas de fotos ! »

Max : « J’ai hésité et j’ai finalement choisi de faire un itinéraire du début du Royaume des Tariers à jusque tout au bout du Royaume des Alouettes en montrant qui habite là ou là. »

Léo : « Ah oui. C’est bien ça. Tu nous montres les fotos que tu as choisies ? »

Max : « Si vous voulez. Installez-vous. »

Samuel : « Je suis bien moi. »

Léo : « Moi aussi ! »

Max : « Alors on commence la visite. »

Le bassin sud vu du nord.

Le bassin nord vu du sud.

Léo : « Les deux bassins de phyto-épuration. C’est bien fait quand même. »

Max : « On dirait pas que c’est artificiel. En plus c’est récent. Je sais pas bien de quand ça date. »

Léo : « J’ai lu des observations qui parlaient du chantier. Mais je me souviens plus… »

Samuel : « En l’an I. C’était en chantier en l’an I. »

Max : « Comment tu sais ça toi ? »

Samuel : « Je l’ai noté dans mes fiches. »

Max : « Tes fiches… On les voit jamais tes fiches ! »

Samuel : « Elles sont dans ma tête. »

Max : « Tes fiches sont dans ta tête ? »

Samuel : « Ben oui 🙂 C’est pratique. Comme ça je les ai toujours sur moi. Omnia mea mecum porto. »

Léo : « C’est vraiment le petitours de bonome ce petit Sam 🙂 Bonome a une bibliothèque dans sa tête et petit Sam a des fichiers. Plein de fichiers avec des tas de fiches. Et quand il en besoin il va dans sa tête pour les consulter 🙂 »

Max : « 🙂 Et il se justifie en latin en citant Bias de Priène 🙂 »

Samuel : « Je suis le petitours de bonome 🙂 »

Max : « Et tu es son préféré 🙂 »

Samuel : « C’est même pas vrai ! Tous ses petizours c’est son préféré ! »

Max : « Oui petit Sam. Il y a donc ces deux bassins un peu humides mais pas beaucoup quand même. »

Léo : « C’est vrai ça. Il y a jamais beaucoup d’eau. »

Samuel : « C’est le Ru qui vient jusque là. »

Max : « On en reparlera du Ru. Pour les deux fotos on est entre les deux bassins. On voit qu’il y a des petites phragmitaies. »

Léo : « Il y a des saules aussi. Ici, la végétation c’est beaucoup des saules. »

Max : « Oui, on le voit sur la troisième foto. »

Le bassin nord vu du nord.

Léo : « Là, on est au nord des bassins. Bonome va ronchonner. Il la trouve surexposée cette foto. »

Max : « On s’en fiche. »

Samuel : « Moi j’aime bien la friche derrière nous. Il y a des tas de coquelicots. »

Max : « Je sais 🙂 J’ai des fotos 🙂 »

Des coquelicots

Des coquelicots

Des coquelicots

Samuel : « C’est vraiment beau, vu comme ça. »

Max : « En vrai c’est un peu moins bien quand même. Mais je l’aime bien ce Royaume. »

Léo : « Tu as prévu de faire la botanique ? »

Max : « Non. Je voudrais juste présenter quelques plantes. »

Léo : « Tu as choisi lesquelles ? »

Max : « Le chardon-Marie. Il était en fleurs et cette fois bonome a fotoé les feuilles. On voit les coulées de lait de la Vierge sur les feuilles. »

Chardon-Marie (Silybum marianum, Astéracées)

Chardon-Marie (Silybum marianum, Astéracées)

Léo : « On voit surtout que c’est une plante épineuse ! »

Samuel : « Les feuilles sont épineuses. Les bractées sont épineuses. Les tiges sont épineuses. »

Max : « Il faut faire attention à pas se faire piquer les fesses 🙂 Ensuite j’ai mis la foto du salsifis. »

Salsifis (Tragopogon sp., Astéracées)

Léo : « Rhooo ! »

Max : « Au Royaume des Pics on a montré les fruits. Je voulais montrer les fleurs. »

Léo : « Tu as raison de dire LES fleurs. Parce que c’est un capitule. Là, sur cette foto, il y a des tas de petits fleurs collées les unes aux autres. »

Max : « C’est tout pour la botanique. Peut-être qu’un jour on fera un inventaire complet mais là j’avais pas envie. On passe aux insectes. »

Samuel : « Il y en a pas beaucoup… »

Max : « Non. En plus, comme ce Royaume est pas très vieux, il y a pas beaucoup d’observateurs qui y vont. »

Léo : « Madame Viviane et monsieur Miguel 🙂 »

Max : « Oui 🙂 Et quelques autres. Mais vraiment pas beaucoup. J’ai vérifié : pour les insectes et les mammifères on est les seuls à avoir publié des données. »

Léo : « C’est vrai ? Oulala ! Il faut pas dire des erreurs alors ! »

Max : « Ben non. »

Samuel : « Tu as mis les fotos du némusien ? »

Max : « Oui. Regarde. »

Némusien (Lasiommata marea, Nymhalidés)

Némusien (Lasiommata marea, Nymhalidés)

Léo : « Elles sont chouettes 🙂 »

Max : « On en avait jamais vu et là, c’est le papillon le plus fréquent. »

Samuel : « Il y en a quand même pas beaucoup. »

Léo : « Il est sur un trèfle des prés. »

Max : « Ensuite il y a Sylvaine. »

Sylvaine (Ochlodes venatus, Hespéridés)

Léo : « Ochlodes sylvanus. »

Samuel : « On pourrait croire que c’est un papillon de nuit mais c’est bien un Rhopalocère. »

Max : « La famille des Hespéridés. C’est vrai qu’ils font un peu papillons de nuit. »

Léo : « Tu as d’autres Arthropodes ? »

Max : « Non. On a pas vraiment vu davantage et bonome les a pas fotoés, les autres. »

Léo : « Alors on passe aux zoisos ! »

Samuel : « On va pas parler des merles, des étourneaux, des perruches, des pies, du geai qui passe à chaque fois sans s’arrêter, des mésanges… »

Max : « Pour les mésanges on peut quand même dire qu’on a entendu des petites charbonnières qui piaillaient pour avoir du manger. »

Léo : « Et il y a une famille de bleues qui est passée ! »

Max : « Tous ces zoisos là on en a beaucoup parlé dans les chroniques du confinement. Je préfère me concentrer sur les zoisos du Royaume. »

Léo : « La mauvaise nouvelle c’est qu’il a pas de tariers au Royaume des Tariers… »

Max : « Ben non. Mais il y a des grisettes. Des tas de fauvettes grisettes ! Comme celle-là… »

Fauvette grisette (Sylvia communis, Sylviidés)

Fauvette grisette (Sylvia communis, Sylviidés)

Léo : « Ça ce sont des fotos prises dès potron-minet 🙂 »

Max : « Oui. Le jour où bonome a pas dormi. Quand il a vu le soleil poindre, il s’est fait un café et a attendu qu’il se lève. C’était à 5h53 précises. A 6h il nous a pochés délicatement et il a chevauché. »

Samuel : « Je me suis couché dans la chambre et je me suis réveillé au Royaume des Tariers au chant des grisettes 🙂 Tu veux bien faire la grisette cousin Léo ? »

Léo : « Si tu veux 🙂 »

Max : « Vous les avez comptées vous ? »

Léo : « Non. Il y en a partout. Au moins deux familles dans le bassin sud. »

Samuel : « Peut-être une dans le bassin nord. »

Max : « Dans le bassin nord il y avait aussi des bruants des roseaux. Mais seulement des mâles… »

Bruant des roseaux (Emberiza schoeniclus, Embérizidés)

Bruant des roseaux (Emberiza schoeniclus, Embérizidés)
Bruant des roseaux (Emberiza schoeniclus, Embérizidés)

Léo : « Ils ont leur bel habit nuptial les bruants des roseaux. »

Samuel : « J’espère que si on voit pas les femelles c’est parce qu’elles couvent. »

Max : « On verra bien… Passons aux rousserolles. Léo, peux-tu imiter la rousserolle effarvatte ? »

Léo : « Je veux bien mais c’est pas très mélodieux. »

Max : « Il faudra mettre un enregistrement dans l’article pour que nos lecteurs apprennent ce chant. Il est assez facile à mémoriser et à reconnaître. »

Samuel : « Ça c’est sûr ! Surtout qu’elle passent leur temps à chanter les effarvattes. »

Léo : « Et puis le chant et souvent le seul moyen de savoir qu’elles sont là. Parce que les voit pas souvent. Elles restent dans les phragmitaies. »

Max : « Mais parfois on peut en voir quand même des rousserolles 🙂 »

Rousserolle verderolle (Acrocephalus palustris, Acrocéphalidés)

Rousserolle verderolle (Acrocephalus palustris, Acrocéphalidés)

Rousserolle verderolle (Acrocephalus palustris, Acrocéphalidés)

Rousserolle verderolle (Acrocephalus palustris, Acrocéphalidés)

Léo : « Il faudra rappeler qu’il y a plusieurs espèces de rousserolles. Il y a l’effarvatte et la verderolle. »

Samuel : « L’effarvatte est quand même assez fréquente et la verderolle un peu moins. »

Max : « Là, c’est à l’oreille que bonome l’a repérée. J’aime bien son expression : ‘Ce chant c’est n’importe quoi : c’est une verderolle !’ »

Samuel : « C’est vrai qu’il dit ça 🙂 »

Léo : « C’est pas n’importe quoi ! C’est un mélange des chants de tous les zoisos du quartier ! Là j’ai entendu du bruant des roseaux, de la grisette, de la linotte, de l’effarvatte, de la mésange, du merle… »

Max : « Quand les perruches sont passées en criant, la verderolle leur a répondu en perruchien 🙂 »

Samuel : « Elles ont pas de chant à elles les rousserolles verderolles ? »

Max : « Apparemment non. Elles doivent avoir des troubles de la personnalité. Elles se cherchent encore… »

Léo : « N’empêche que ce sont de sacrées imitatrices 🙂 »

Max : « Oui 🙂 Bon, là on sait bien que c’est une verderolle mais c’est pas toujours facile. Je parle d’Ornithomedia ? »

Léo : « Tu dis pas tout au début ! Chut ! »

Samuel : « Pas tout mais tu peux raconter quand même. C’est intéressant. »

Max : « Je dirai juste qu’un monsieur d’Ornithomedia m’a envoyé un pigeon-électronique pour avoir des infos sur nos observations. J’ai répondu poliment et il a ensuite demandé si les verderolles étaient elles aussi présentes. On savait pas encore vraiment. Disons qu’on était pas sûrs. Puis bonome a fait les fotos de cf. supra que je remets. »

Rousserolle verderolle (Acrocephalus palustris, Acrocéphalidés)

Rousserolle verderolle (Acrocephalus palustris, Acrocéphalidés)

Max : « Et il les a envoyés au monsieur en décrivant le chant. »

Léo : « Le monsieur a dit qu’il avait dû voir le même zoiso et qu’il était pas sûr de son identification. Et puis il a publié une foto de bonome pour avoir l’avis des spécialistes. Je montre… »

Samuel : « Rholala ! Cousin Max ! Tu es publié dans Ornithomedia ! »

Max : « Ça fait vraiment bizarre… Mais bon. Ce qui est intéressant c’est le débat entre les spécialistes… »

Samuel : « Tout le monde est pas d’accord mais apparemment c’est bien une verderolle. »

Léo : « Je comprends pas bien la personne qui dit que c’est une turdoïde. La turdoïde a un chant bien différent. Et elle imite pas. »

Max : « Ben oui… C’est bien dit dans la description qu’elle imite cette rousserolle. Pfff ! »

Léo : « Je note quand même la projection primaire longue et les ongles clairs. Ça pourrait servir un jour. »

Samuel : « C’est mieux d’identifier à l’oreille quand même. »

Léo : « Maxou, tu vas parler du chat ? »

Le chat

Max : « Ben oui 🙂 Il est venu se frotter contre bonome pendant qu’il fotoait ! »

Samuel : « Après il l’a suivi et il s’est encore frotté 🙂 »

Léo : « Et il avait pas de collier ce chat… »

Max : « Oui ben je regrette pas d’avoir dit à bonome de partir. Sinon il l’aurait adopté ! J’en suis à peu près sûr ! »

Samuel : « Ça pourrait être bien d’avoir un chat dans la cabane. »

Max : « Oui. Tout à fait. Jusqu’au jour où il nous déchiquetterait à coups de griffes pour s’amuser. Oui oui. C’est sûr que ce serait bien. »

Samuel : « J’avais pas pensé à ça… »

Max : « On est tout petits nous. Et un chat ça a des griffes et des dents pointues. C’est vite fait de nous déchirer la peluche et après on se retrouve avec le rembourrage à l’air et argh les petizours ! »

Samuel : « Il faut pas de chat alors. Tant pis. »

Léo : « Oui, tant pis. Bon, ensuite ? Tu as d’autres fotos pour le Royaume des Tariers. »

Max : « Non. Il y a les autres Royaumes après. Je peux pas en faire trop. »

Liseron des champs (Convolvulus arvensis, Convolvulacées) etsyrphe (Eupeodes sp. Syrphidés)

Samuel : « Alors on avance ! Là où il y a les coquelicots il faut prendre le chemin vers le nord. »

Max : « Ce chemin longe un champ de blé à droite et une friche qui longe un ru à gauche. »

Léo : « Le ru c’est le Ru . Il est enterré. C’est bizarre. »

Samuel : « Ses berges sont très pentues et il y a juste un petit filet d’eau avec des plantes aquatiques et des saules. »

Max : « On y va pas nous. Juste une fois pour voir. Mais on veut pas déranger les zoisos. Il faudra le dire dans l’article qu’il faut pas y aller. »

Samuel : « Ce Royaume, c’est le Royaume des Grisettes. »

Max : « C’est un petit Royaume mais je l’aime bien. »

Samuel : « Cousin Léo, tu sais imiter le cri de la grisette ? »

Léo : « Je le fais pas très bien… »

Léo : « Bravo cousin Léo ! Bravo ! »

Max : « Apparemment, c’est un cri d’inquiétude. »

Léo : « Si j’ai bien compris ça veut dire aux petits qu’ils doivent pas se montrer. »

Samuel : « Il y a une famille juste au début du chemin, sur la droite. »

Max : « J’ai les fotos ! Le parent qui a du manger dans son bec pour son petit… »

Fauvette grisette (Sylvia communis, Sylviidés)

Max : « Et le petit qui attend le manger… »

Fauvette grisette (Sylvia communis, Sylviidés)

Léo : « C’est là que j’ai compris que c’était le cri d’inquiétude. Parce que le petit s’est caché. »

Samuel : « Et le parent sautait partout en attendant qu’on s’en aille. »

Fauvette grisette (Sylvia communis, Sylviidés)
Fauvette grisette (Sylvia communis, Sylviidés)
Fauvette grisette (Sylvia communis, Sylviidés)

Max : « Bonome a fait quelques fotos puis il a avancé pour pas déranger le repas. J’ai les fotos. »

Samuel : « Si je me souviens bien, il y a une autre famille sur la berge ouest du Ru mais un peu plus loin. »

Max : « Ils sont voisins de la famille de tarier pâtres. »

Léo : « Monsieur Pâtre fait rien qu’à se percher sur de hautes herbacées. »

Tarier pâtre (Saxicola rubicola, Muscicapidés)

Tarier pâtre (Saxicola rubicola, Muscicapidés)

Tarier pâtre (Saxicola rubicola, Muscicapidés)

Tarier pâtre (Saxicola rubicola, Muscicapidés)

Samuel : « Madame Pâtre est plus agitée. J’ai l’impression que c’est plutôt elle qui cherche du manger pour les petits. Mais elle fait quand même quelques pauses pour se percher elle aussi. »

Tarier pâtre (Saxicola rubicola, Muscicapidés)

Tarier pâtre (Saxicola rubicola, Muscicapidés)
Tarier pâtre (Saxicola rubicola, Muscicapidés)

Max : « Et puis il y a les petits. On en a vu deux c’est ça ? »

Léo : « Pas facile à dire. On en a vu un à la fois. Mais c’est vrai que la première fois il y en avait un sur le remblai de la berge ouest du Ru et le temps de tourner la tête on en a vu un autre dans la friche. »

Samuel : « Ça m’étonnerait que ce soit le même. Disons qu’il y a deux petits. »

Léo : « Tu as choisi des fotos des petits ? »

Max : « Pfff ! Bonome les a pas très bien réussies… »

Tarier pâtre (Saxicola rubicola, Muscicapidés)

Tarier pâtre (Saxicola rubicola, Muscicapidés)

Tarier pâtre (Saxicola rubicola, Muscicapidés)

Tarier pâtre (Saxicola rubicola, Muscicapidés)

Samuel : « Il me semble que c’était en fin de journée avec une lumière pas très favorable. »

Léo : « Max, oublie pas qu’avec un super-méga-zoom le moindre mouvement fait une foto floue. »

Samuel : « On les reconnaît bien quand même ces petits tariers pâtres. »

Max : « Oui, surtout quand on a vu les parents juste avant et que c’est une friche avec des herbes. Parce que si j’ai bien compris, un petit rougegorge ou un petit rossignol ça ressemble beaucoup. »

Léo : « Oui mais il y a pas de rougegorges en ce moment et les rossignols sont des traîne-buissons. Ils vivent pas là. »

Max : « Ensuite… Ah oui ! Ben oui ! Il y a les bruants des roseaux ! »

Samuel : « Rhoooo ! Tu le fais bien le bruant des roseaux cousin Léo ! »

Léo : « Merci petit Sam 🙂 »

Max : « Chose étrange, là aussi on a vu que des mâles. »

Léo : « Ils se perchent pour chanter. »

Bruant des roseaux (Emberiza schoeniclus, Embérizidés)

Bruant des roseaux (Emberiza schoeniclus, Embérizidés)

Max : « Ou alors ils font sa toilette. »

Bruant des roseaux (Emberiza schoeniclus, Embérizidés)

Bruant des roseaux (Emberiza schoeniclus, Embérizidés)

Samuel : « Ou alors ils se chamaillent ! D’un seul coup en en voit trois qui passent à toute vitesse en se poursuivant. »

Léo : « Il doit y avoir des conflits territoriaux. c’est fréquent en période de nidification. »

Max : « On a quand même pas vu de femelles… »

Bruant des roseaux (Emberiza schoeniclus, Embérizidés)
Bruant des roseaux (Emberiza schoeniclus, Embérizidés)

Samuel : « Dans le secteur, en levant la tête, on peut voir un couple de crécerelles. »

Faucon crécerelle (Falco tinnunculus, Falconidés)

Léo : « C’est tout ce qu’on a comme fotos du couple ? »

Max : « Oui. Les autres sont pires. »

Samuel : « On devine que ce sont des crécerelles. Et si ils sont deux, c’est que c’est un couple. »

Léo : « Je me demande bien où ils peuvent nicher… »

Max : « Pas trop loin je suppose. Parce qu’on voit toujours monsieur Crécerelle chasser. »

Léo : « Bonome a fait des tas de rafales 🙂 Il peut pas s’en empêcher 🙂 Il y en a des biens ? »

Max : « Quelques unes. Regardez… »

Faucon crécerelle (Falco tinnunculus, Falconidés)

Faucon crécerelle (Falco tinnunculus, Falconidés)

Faucon crécerelle (Falco tinnunculus, Falconidés)

Faucon crécerelle (Falco tinnunculus, Falconidés)

Faucon crécerelle (Falco tinnunculus, Falconidés)

Léo : « Oh oui ! On dirait presque qu’on est à la même hauteur que lui ! »

Max : « J’aime bien voir les crécerelles muloter. »

Samuel : « Oui, sauf qu’après il attrape nos copains mulots et qu’ils les dévorent. »

Léo : « C’est la dure loi de la vie petit Sam. Nos copains mulots se font dévorer pour qu’il y ait des petits faucons qui dévoreront les petits de nos copains mulots… »

Max : « Et puis ça nous donne un indice pour le site de nidification des crécerelles. Ils nichent vers l’ouest. »

Léo : « Comment tu le sais ? »

Faucon crécerelle (Falco tinnunculus, Falconidés)

Max : « Tu te souviens pas ? On voit bien qu’il a une proie dans les serres et il vole vers l’ouest. »

Léo : « En général, ils mangent sur place ou pas loin. Si il part avec sa proie, c’est soit pour sa femelle, soit pour ses petits. »

Samuel : « Il faudra qu’on aille inspecter vers l’ouest alors. »

Max : « Puisqu’on parle de prédation, j’ai mis Goupil là. »

Goupil, le renard roux (Vulpes vulpes, Canidés)
Goupil, le renard roux (Vulpes vulpes, Canidés)

Léo : « Goupil ! Ça me fait toujours plaisir de le voir 🙂 »

Samuel : « Là, il mulotait lui aussi. C’est pas tout à fait pareil le mulotage des crécerelles et des goupils. Goupil, il renifle en agitant un peu ses pattes arrières pour se préparer. Puis il fait un bon en l’air et il se cabre pour retomber à pic sur sa proie. »

Max : « Cette fois là il a rien attrapé. »

Léo : « C’est comme ça les prédateurs. Ils doivent faire des tas de tentatives pour attraper quelque chose. Goupil, il se nourrit surtout de fruits. Ça se voit dans ses laissées. »

Samuel : « Tu as des fotos des laissées de Goupil ? »

Max : « Bonome en a pas fait ! On en a vu au Royaume des Tariers au milieu d’un chemin. Sur le chemin du Royaume des Grisettes. Mais pas une seule foto ! »

Léo : « Zutalor ! Il faudra penser à demander à Goupil de laisser ses crottes en évidence sur des chemins ou à des croisements de chemins. C’est pour montrer que c’est chez lui, que sur ce territoire il y a déjà un goupil. »

Samuel : « C’est pour cette raison que les cacas des goupils sont appelées laissées. Puisqu’ils les laissent. Il les cachent pas comme d’autres zanimos. »

Max : « Goupil, on l’a vu à chaque fois 🙂 »

Léo : « C’est toujours pareil la rencontre. On l’aperçoit alors qu’il renifle le sol. Il nous voit, se fige et nous regarde. »

Samuel : « On lui dit bonjour. »

Léo : « Et il se retourne et s’en va. »

Max : « Vous vous y connaissez en Insectes vous ? »

Léo : « Un peu. »

Samuel : « Pourquoi cousin Max ? »

Max : « A cause de lui… »

Un taupin (Elatéridés)

Un taupin (Elatéridés)

Un taupin (Elatéridés)

Un taupin (Elatéridés)

Max : « Bonome l’a pas identifié et il est occupé… »

Samuel : « C’est un Coléoptère. »

Léo : « On dirait un taupin. Famille des… Élatéridés. Mais on pourra pas savoir ni le genre ni l’espèce. La lumière est pas bonne. On voit même pas sa vraie couleur. »

Samuel : « Bonome a raison. Un super-méga-zoom c’est pas terrible pour les fotos de près. »

Max : « On s’arrête à la famille alors ? On dit que c’est un taupin de la famille des Élatéridés et c’est tout ? »

Léo : « Tu sais Maxou, pour les insectes, donner la famille c’est déjà bien. »

Max : « D’accord. Je dirai quand même que les taupins sont les spécialistes des sauts-carpés 🙂 »

Samuel : « Comment ça ? »

Max : « Tu connais pas les taupins ? Ils ont des élytres durs et savent voler mais la plupart du temps, quand ils se sentent en danger sur une feuille, ils se laissent tomber. Si par hasard ils atterrissent sur le dos, ils se cambrent le plus possible puis je sais pas comment ils s’y prennent mais ils font un bond en l’air et se retrouvent sur leurs pattes. »

Samuel : « Je savais pas ça. »

Max : « Bonome fotoe pas trop les taupins parce qu’il arrive pas souvent à les identifier. Peut-être maintenant qu’il a l’attrape-bestioles… Il va peut-être les étudier. »

Léo : « C’est mal parti. Il pense pas à s’en servir. »

Max : « Il faudrait qu’il le mette dans la poche latérale de son pantalon ou de son bermuda pour y penser sur le terrain. »

Léo : « Je tâcherai de lui rappeler. »

Samuel : « On a bien avancé là. On serait pas vers le bout du Royaume des Grisettes ? »

Max : « Si. On approche de la frontière 🙂 »

Léo : « On entend les alouettes 🙂 »

Max : « On les entend depuis notre entrée dans le Royaume des Grisettes. »

Léo : « On s’approche de sa sortie. C’est là qu’on a eu une belle surprise 🙂 »

Max : « Tu parles ! C’était quand ? Notre deuxième ou troisième sortie ? Bonome est rentré tout déprimé. Il voulait encore une fois aller tout au fond de son lit et plus jamais en sortir et on savait même pas pourquoi. Mais il a quand même regardé les fotos du jour avant de s’enfoncer tout au fond de son lit. Et il s’est arrêté sur celle-là… »

Gorgebleue à miroir (Luscinia svecica, Muscicapidés)

Max : « La foto la plus moche de l’article 🙂 »

Samuel : « On devrait la mettre dans la lettre d’actualité qu’on envoie aux abonnés. »

Max : « Cette foto là ? Toute moche ? »

Samuel : « Avec un court texte qui donne envie d’en savoir plus. »

Max : « Tu te sens de le rédiger ce petit texte ? »

Samuel : « Je vais y réfléchir. »

Max : « D’accord. »

Léo : « Revenons à la foto. Un zoiso sombre dessus, clair dessous. Avec un sourcil clair, du orange à la base de la queue et du bleu sous le bec 🙂 »

Gorgebleue à miroir (Luscinia svecica, Muscicapidés)

Léo : « Oui oui ! Du bleu sous le bec. »

Samuel : « Il y a qu’un seul zoiso avec du bleu sous le bec 🙂 »

Max : « Le zoiso fétiche de bonome 🙂 »

Les petizours : « LA GORGEBLEUE À MIROIR ! »

Léo : « Il est trop fort bonome. Moi je l’aurais supprimée cette foto. »

Max : « Moi aussi. »

Léo : « Lui, il a voulu voir. Il avait pas vu le zoiso en le fotoant. Alors il a voulu voir qui il allait supprimer. Et il a vu le dos sombre, le ventre clair et le sourcil clair. Puis le orange à la base de la queue. Et puis le bleu sous le bec. »

Max : « Ce que j’ai préféré dans l’histoire c’est qu’on savait qu’on allait retourner dans ces Royaumes 🙂 »

Samuel : « Ça n’a pas manqué. Et on à revu monsieur Bleu. »

Gorgebleue à miroir (Luscinia svecica, Muscicapidés)

Gorgebleue à miroir (Luscinia svecica, Muscicapidés)

Gorgebleue à miroir (Luscinia svecica, Muscicapidés)

Gorgebleue à miroir (Luscinia svecica, Muscicapidés)

Gorgebleue à miroir (Luscinia svecica, Muscicapidés)

Gorgebleue à miroir (Luscinia svecica, Muscicapidés)

Léo : « Ça c’est la troisième rencontre 🙂 »

Samuel : « J’aime bien l’ordre dans lequel tu as mis les fotos 🙂 »

Max : « Ben oui ! »

Léo : « Là, on voit qu’il est très sombre sur le dos monsieur Bleu. On voit pas bien le bleu de la gorge et on devine le orange sur la poitrine et à la base de la queue. »

Samuel : « Mais il faudrait des belles fotos pour bien montrer les belles couleurs de monsieur Bleu à tes lecteurs cousins Max. »

Max : « Des belles fotos ? Comme celle-là ? »

Gorgebleue à miroir (Luscinia svecica, Muscicapidés)

Samuel : « Rhooo ! »

Léo : « Rholala ! »

Samuel : « Cousin Max, il me semble qu’au Petit Royaume Sauvage tu demandais à bonome si on la verrait un jour dans la région. Tu as ta réponse 🙂 »

Max : « On l’a vue 🙂 »

Léo : « Montre les autres fotos. Je m’en lasse pas. »

Gorgebleue à miroir (Luscinia svecica, Muscicapidés)

Gorgebleue à miroir (Luscinia svecica, Muscicapidés)

Gorgebleue à miroir (Luscinia svecica, Muscicapidés)

Gorgebleue à miroir (Luscinia svecica, Muscicapidés)
Gorgebleue à miroir (Luscinia svecica, Muscicapidés)

Samuel : « Surtout que si nous recoupons toutes nos informations nous pouvons dire qu’il y a au moins deux mâles et une femelle. »

Léo : « Nidification probable ! »

Max : « Il faudrait y retourner pour voir si il y a des petits. »

Léo : « Oui mais bonome est débordé par son travail pour la schola. Et je crois qu’il aimerait aller du côté du Royaume des Milans ou des Fauvettes. »

Max : « Les vacances c’est dans un mois… On verra bien. »

Léo : « Qu’est ce que tu as mis comme fotos après la gorgebleue ? »

Max : « Piou-Piou. On en voit le long du chemin. j’aurais pu le mettre avant mais j’ai oublié et j’ai pas le courage de changer les numéros des fotos. »

Chardonneret élégant (Carduelis carduelis, Fringillidés)
Chardonneret élégant (Carduelis carduelis, Fringillidés)

Léo : « On les a vus par deux ou trois il me semble. »

Samuel : « Jamais plus de trois. Cousin Léo, tu veux bien imiter Piou-Piou ? »

Léo : « Le chardonneret rigolo ? Si tu veux petit Sam. »

Max : « Là, on est au bout du Royaume des Grisettes. Il y a l’espèce de butte de terre avec des saules. Ça chante beaucoup là. Les linottes, les grisettes, les alouettes des champs, les hypolaïs… »

Léo : « Je me demande si il y a pas une verderolle. »

Max : « Elle est plus loin Léo. »

Léo : « Oui, ça c’est l’autre. Je sais. Mais dans le saule… Je sais pas trop. »

Samuel : « On a vu quelques insectes dans ce coin là. »

Max : « Oui. J’ai les fotos. D’abord il y a eu le sympétrum à nervures rouges. »

Sympetrum à nervures rouges (Sympetrum fonscolombii, Libellulidés)

Sympetrum à nervures rouges (Sympetrum fonscolombii, Libellulidés)

Léo : «  Je pensais que c’était un sympétrum strié. »

Max : « Et bonome nous a fait remarquer qu’il y a qu’une seule strie verte sur le côté du thorax. »

Samuel : « Du coup j’ai bien observé les nervures vers l’avant de l’aile antérieure. »

Max : « Elles sont pas vraiment vraiment rouges. Mais avec l’autre critère on peut être sûr. Sympetrum fonscolombii, Libellulidés. »

Léo : « Tu l’as publié dans Faune IDF ? »

Max : « Oui. Et j’ai pas reçu de pigeon-électronique. On doit avoir bon. Par contre je m’étais trompé pour le papillon. Je sais plus ce que j’avais dit mais c’est un procris. »

Procris (Coenonympha pamphilus, Nymphalidés)

Max : « Il faudrait qu’on se décide un jour. Comment je fais pour présenter les groupes de zanimos ? Si je fais des nouvelles pages dans le blog ça va surcharger le menu et ça va être trop compliqué à gérer. »

Samuel : « J’ai une idée. Tu fais un autre site et tu mets le lien dans ton blog. Comme ça tes lecteurs penseront qu’ils sont toujours dans ton blog. »

Max : « C’est faisable ça ? »

Léo : « Il faudrait demander à tonton Rico. Mais lui aussi est débordé en ce moment. »

Max : « C’est pas urgent. On verra au début des vacances. »

Samuel : « Le problème est donc réglé pour le moment. Passons au Royaume des Alouettes. »

Clytre des saules (Clytra laeviscula, Chrysomélidés) On l’a oublié dans le texte mais on voulait le montrer quand même. Il est pas sur un saule alors qu’il y en a plein partout ! Pfff !!

Max : « Il est pas très beau le Royaume des Alouettes. »

Léo : « C’est vrai. Il y a un ru enterré perpendiculaire au Ru, deux chemins et d’autres friches et un champ de blé. »

Samuel : « Il y a surtout les alouettes 🙂 Cousin Léo, peux-tu faire l’ambiance sonore s’il te plaît ? »

Léo : « Tu veux que j’imite encore les alouettes ? »

Samuel : « S’il te plaît cousin Léo. Pendant que cousin Max montre les premières fotos. »

Léo : « D’accord. »

Max : « D’accord aussi. »

Alouette des champs (Alauda arvensis, Alaulidés)

Alouette des champs (Alauda arvensis, Alaulidés)

Alouette des champs (Alauda arvensis, Alaulidés)

Alouette des champs (Alauda arvensis, Alaulidés)

Alouette des champs (Alauda arvensis, Alaulidés)

Alouette des champs (Alauda arvensis, Alaulidés)

Alouette des champs (Alauda arvensis, Alaulidés)

Alouette des champs (Alauda arvensis, Alaulidés)

Samuel : « Trop bien ! C’est parfait ! Tu feras ça dans ton article cousin Max ! On voit l’alouette des champs chanter en volant de plus en plus haut puis se poser doucement tout en continuant à chanter ! Mâle chanteur ! Code 3 chez les alouettes ! »

Léo : « Quel enthousiasme petit Sam 🙂 »

Samuel : « C’est trop bien le chant avec les fotos en vol ! On s’y croirait 🙂 On s’en fiche qu’il soit pas très beau ce Royaume. Il y a des alouettes pas loin de chez nous 🙂 Continue à chanter cousin Léo ! Cousin Max ! Les fotos ! »

Max : « Attends un peu petit Sam. Il y a des fotos d’alouettes au sol. »

Léo : « Souvent, on les voit quand elles s’envolent. »

Max : « Ou alors quand elles viennent de se poser. »

Alouette des champs (Alauda arvensis, Alaulidés)

Alouette des champs (Alauda arvensis, Alaulidés)

Alouette des champs (Alauda arvensis, Alaulidés)

Léo : « Et la série du mâle chanteur perché ? »

Max : « Pfff !!! Je crois que j’en ai sélectionné trop. Mais bonome en a fait une cinquantaine au moins ! »

Samuel : « Montre… »

Alouette des champs (Alauda arvensis, Alaulidés)

Alouette des champs (Alauda arvensis, Alaulidés)

Alouette des champs (Alauda arvensis, Alaulidés)

Alouette des champs (Alauda arvensis, Alaulidés)

Alouette des champs (Alauda arvensis, Alaulidés)

Alouette des champs (Alauda arvensis, Alaulidés)

Léo : « Six fotos. Ça va. C’est pas trop. On la voit sous presque tous les angles. »

Max : « On verra bien. Mais c’est pas tout le monde qui a vu une alouette des champs comme ça 🙂 Ensuite… Les papillons in copula… »

Azurés communs in copula (Polyommatus icarus, Lycaenidés)

Azurés communs in copula (Polyommatus icarus, Lycaenidés)

Azurés communs in copula (Polyommatus icarus, Lycaenidés)

Azurés communs in copula (Polyommatus icarus, Lycaenidés)

Azurés communs in copula (Polyommatus icarus, Lycaenidés)

Max : « Ce sont des azurés communs. »

Léo : « Un mâle est venu voir ce qu’il se passait… »

Samuel : « Il y a quand pas beaucoup d’Arthropodes dans le secteur. »

Max : « Pas d’accord petit Sam ! On les voit pas. C’est pas pareil. Il y en a suffisamment pour nourrir tous les zoisos que nous voyons. Plus les petits Mammifères qui servent de garde-manger aux crécerelles. »

Samuel : « Tu as raison cousin Max. Il doit y avoir plus d’Arthropodes que nous en avons vu. »

Léo : « Dans les friches. Il doit y en avoir beaucoup dans les herbes. La seule fois où bonome est allé au bord du Ru j’ai bien vu les Orthoptères sauter dans tous les sens. »

Max : « Il y a beaucoup de fourmis aussi. Et des tas de petites araignées qui courent trop vite pour qu’on puisse bien les observer. »

Léo : « Il y a des escargots. Il faudrait qu’on se penche un peu sur ce groupe. On le néglige trop. »

Max : « Léo, on peut pas tout faire d’un coup. On fait des progrès en araignées en ce moment. Je propose qu’on reste concentrés sur des objectifs limités. On ajoutera d’autres groupes plus tard. »

Samuel : « J’aimerais bien un beau livre d’araignées… »

Léo : « J’ai trouvé des sites qui sont pas mal. Parfois un peu compliqués pour des béotiens comme nous mais on va s’y faire. On continue la balade ? »

Max : « Oui. Retour vers le Ru, en territoire hypolaïs ! »

Léo : « Je vois bien où c’est 🙂 »

Hypolaïs polyglotte (Hippolais polyglotta, Acrocéphalidés)

Hypolaïs polyglotte (Hippolais polyglotta, Acrocéphalidés)

Samuel : « Cousin Léo… »

Léo : « Je vais devoir imiter tous les zoisos de l’article ? »

Samuel : « Ouiii 🙂 »

Léo : « Je m’y attendais. D’accord petit Sam. »

Hypolaïs polyglotte (Hippolais polyglotta, Acrocéphalidés)

Max : « Il est migrateur aussi l’hypolaïs polyglotte ? »

Léo : « Ben oui Maxou. »

Max : « Vous avez déjà imaginé les migrations des zoisos ? »

Léo : « J’en ai déjà rêvé. »

Samuel : « Vous avez vu le documentaire ? Comment il s’appelle déjà ? Ah oui ! ‘Sur les ailes des zoisos : les migrations.’ Il y a les trajets des zoisos bagués qui sont montrés sur le globe. »

Max : « On l’a regardé ensemble ce documentaire petit Sam. Il y a que quelques zoisos dont les déplacements sont montrés. J’aimerais bien voir tous ces mouvements. »

Léo : « Il doit y avoir des milliards de zoisos qui migrent… »

Max : « Et personne comprend comment ils s’orientent. Il y a des bibliothèques complètes sur les migrations des zoisos. Tous les livres se contentent de décrire. Il y a bien quelques hypothèses mais aucune n’est satisfaisante. »

Léo : « Sans parler de changements dans les migrations ! Les britanniques aiment beaucoup observer les zoisos. Il y a des millions d’anglais qui mettent des mangeoires l’’hiver dans leur jardins. Certaines espèces de bergeronnettes qui passaient en France ont changé leurs habitudes en quelques années et traversent la Manche après avoir passé la Belgique pour aller passer l’hiver en Angleterre. Pourtant personne leur a dit ! »

Max : « Ou alors il faut envisager que les zoisos parlent entre eux, que leur langage est bien plus compliqué qu’on le pense et qu’ils s’échangent ce genre d’informations et se donnent les itinéraires. »

Samuel : « Tu crois que c’est possible ? »

Max : « Petit Sam, pendant longtemps les zoms ont pensé qu’ils formaient la seule espèce intelligente sur Terre. Puis ils ont commencé à en douter et ils ont étudié l’intelligence animale. Ils se sont rendus compte qu’elle était beaucoup plus développée qu’ils le pensaient. C’est pareil pour les langages. Au début ils pensaient que les chants des zoisos étaient que des cris puis ils ont découvert une grammaire dans le langage de certaines espèces. Je serais pas surpris si on découvrait un jour que les zoisos discutent entre eux. »

Léo : « Et l’énigme des migrations serait résolue. »

Samuel : « Surtout si certains zoisos sont vraiment polyglottes. La verderolle qui imite tout le monde serait une sorte de crieur public en plusieurs langues. »

Max : « Et pendant les migrations, quelques zoisos seraient postés le long du parcours pour indiquer les directions et les points de repère. Ils pourraient se relayer. »

Samuel : « J’imagine assez bien ça. »

Léo : « Surtout avec ce que j’ai appris il y a pas longtemps sur le cerveau des zoisos. Il est pas du tout organisé comme celui des Mammifères qui sert de référence pour l’intelligence. Il y a une plus forte densité de neurones et le cortex est pas limité à six couches de corps cellulaires. Leur cerveau plus petit serait peut-être plus efficace. »

Max : « C’est un beau champ d’étude. »

Léo : « Et les perspectives sont prodigieuses ! »

Samuel : « On en discutera plus tard. On reprend l’article ? »

Max : « Oui. J’ai d’autres fotos de l’hypolaïs polyglotte. Comme il habite là, on le voit à chaque fois qu’on passe. »

Hypolaïs polyglotte (Hippolais polyglotta, Acrocéphalidés)

Hypolaïs polyglotte (Hippolais polyglotta, Acrocéphalidés)

Hypolaïs polyglotte (Hippolais polyglotta, Acrocéphalidés)

Hypolaïs polyglotte (Hippolais polyglotta, Acrocéphalidés)

Léo : « C’est un beau zoiso l’hypolaïs. »

Max : « Léo, tous les zoisos c’est un beau zoiso ! Tu le sais bien 🙂 »

Léo : « Oui, mais on le voit pas partout lui. En plus il migre alors on le voit pas toute l’année. Je sais bien que la pie-bavarde est un beau zoiso aussi. Très beau même ! Mais on en voit depuis les fenêtre de la cabane. Pas les hypolaïs. »

Max : « Je sais Léo. »

Samuel : « Bon, après le territoire hypolaïs qu’est ce que tu montres cousin Max ? »

Max : « Les bassins… »

Les bassins

Léo : « Encore une fois c’est pas très beau. »

Samuel : « C’est un peu un chantier. La nature a pas encore colonisé le site. »

Max : « Un peu quand même 🙂 Il y a quelques Odonates. On a vu des libellules déprimées. Et puis il y a des grenouilles vertes indéterminées… »

Grenouille verte indéterminée (Pelophylax sp., Ranidés)

Grenouille verte indéterminée (Pelophylax sp., Ranidés)

Samuel : « Une lavandière est venue. On en a vu aussi au Royaume des Tariers. »

Lavandière (Motacilla alba, Motacillidés)

Lavandière (Motacilla alba, Motacillidés)

Max : « Et il y a lui 🙂 »

Petit gravelot (Charadrius dubius, Charadriidés)

Léo : « On l’a vu qu’une seule fois… »

Max : « Je suis très embêté. Dans Faune IDF j’ai mis le code 11. »

Samuel : « Oiseau simulant une blessure ou détournant l’attention, tels les canards, gallinacés, oiseaux de rivage, etc. »

Léo : « Ça correspond à ce qu’on a vu. Il a d’abord couru dans un sens puis il s’est envolé en faisant une boucle. »

Max : « Je sais bien. Mais avec ce code on est dans nidification certaine. Et chez les petits gravelots, quand il y a des petits, les adultes font semblant d’être blessés. C’est pas ce qu’on a vu. »

Samuel : « Je comprends. C’est embêtant. Dire que la nidification est certaine avec une seul obs… »

Max : « Qu’est ce que je fais ? Je modifie l’obs ? Je change le code ? »

Léo : « Tu pourrais envoyer un pigeon-électronique à quelqu’un de la LPO pour avoir un avis. »

Max : « Je vais voir. Mais ça m’embête quand même. »

Samuel : « On verra bien cousin Max. Sois pas embêté comme ça. Revenons à nos oiseaux. Pas loin des bassins il y a un petit bois. Bonome y a entendu un rossignol philomèle alors il s’est un peu approché pour essayer de le fotoer. Et on a entendu ça… »

Max : « C’est n’importe quoi ce chant ! C’est une verderolle 🙂 »

Léo : « Encore une verderolle 🙂 Il y a quelques années on les connaissait même pas. »

Samuel : « Maintenant on sait qu’elles sont là sans même les voir ! »

Max : « On fait des progrès 🙂 »

Léo : « On fait de plus en plus de relevés à l’oreille. C’est rigolo 🙂 »

Max : « Peut-être qu’un jour on parlera le zoiso nous aussi… après ça j’ai prévu de mettre les autres fotos de Goupil. »

Léo : « Ben oui ! Fais les voir… »

Goupil (Vulpes vulpes, Canidés)

Goupil (Vulpes vulpes, Canidés)

Léo : « C’est la première fois qu’on l’a vu. Bonome était déçu. Il avait changé de programme pour son appareil et il était passé en manuel. Si je me souviens bien c’était pour le sympétrum à nervures rouges. Quand il a vu Goupil qui nous regardait il comprenait pas pourquoi l’appreil faisait pas la mise au point. Le temps de réagir Goupil partait déjà. »

Max : « Ça peut arriver les problèmes techniques. C’est pas bien grave. On a quand même eu le temps de dire bonjour à Goupil. C’est le principal. »

Samuel : « C’est tout pour les bassins ? »

Max : « Oui. Il y a les alouettes mais on en a déjà parlé. »

Léo : « Alors on continue. Après on arrive au Chemin de Saint-Denis. »

Max : « Attend un peu ! Il y a une foto des bassins vus du nord. »

Les Bassins vus depuis le nord

Samuel : « Le rossignol et la verderolle sont dans le petit bois à droite. »

Léo : « On peut passer au chemin maintenant ? »

Max : « Si tu veux. Alors… C’est ça ! Un orthétrum réticulé ! »

Orthétrum réticulé (Orthétrum cancellatum, Libellulidés)

Max : « Femelle ou juvénile ? »

Léo : « C’est un jeune mâle. »

Max : « Sûr ? »

Léo : « Oui Max. »

Max : » D’accord. Ensuite j’ai des fotos des zoisos du chemin. Un tarier pâtre mâle… »

Tarier patre (Saxicola rubicola, Muscicapidés)

Max : « Madame Picpic 🙂 »

Madame Picpic (Picus viridis, Picidés)

Madame Picpic (Picus viridis, Picidés)

Léo : « Ah oui ! Je l’avais oubliée ! »

Samuel : « Elle a pris la pose madame Picpic ! »

Max : « Il faudra que je pense à rappeler qu’on peut identifier le sexe des Picpics grâce à leur moustache. La moustache est rouge chez le mâle et noire chez la femelle. Là, la moustache est noire. C’est donc madame Picpic. »

Léo : « On sait pas si c’est monsieur ou madame qui fait rien qu’à passer au Royaume des Grisettes. »

Samuel : « J’espère que c’est un mâle. Ça pourrait être un couple. »

Max : « Oui. Mais il y a un petit bois de chaque côté du Royaume des Tariers. Ils vivent peut-être là-bas aussi. »

Léo : « Il faudrait passer des jours et des jours dans le même royaume pour tout savoir sur les zoisos. »

Max : « Oui. Mais j’ai pas vraiment envie. j’aime bien changer un peu quand même. »

Samuel : « Moi aussi. On connaît déjà bien ici. »

Max : « On y retournera un peu plus tard. Je suis sûr que bonome voudra des nouvelles des gorgebleues 🙂 Après j’ai remis des grisettes.  »

Fauvette grisette (Sylvia communis, Sylviidés)

Fauvette grisette (Sylvia communis, Sylviidés)

Fauvette grisette (Sylvia communis, Sylviidés)

Fauvette grisette (Sylvia communis, Sylviidés)

Léo : « Il y en a vraiment partout des grisettes. »

Samuel : « C’est un zoiso nicheur très fréquent dans la région. »

Max : « On a vu des petites grisettes le long du Chemin de Saint-Denis ? Je me souviens plus. »

Samuel : « On a pas été très attentifs aux grisettes. »

Léo : « Non, on a pas vu de petits. Il faut dire qu’on voit pas tout là. Les fourrés sont denses et profonds. On voit que le bord du chemin. »

Max : « Et on a bien vu les linottes:) Monsieur frime en chantant du haut de son perchoir… »

Linotte mélodieuse (Linaria cannabina, Fringillidés)

Linotte mélodieuse (Linaria cannabina, Fringillidés)

Max : « Pendant que madame cherche des matériaux pour construire le nid. »

Linotte mélodieuse (Linaria cannabina, Fringillidés)

Linotte mélodieuse (Linaria cannabina, Fringillidés)

Léo : « Chouettes fotos 🙂 »

Max : « Heureusement parce que jusque là, il y en avait pas de terribles pour les linottes. »

Samuel : « Et ensuite ? »

Max : « Ensuite c’est tout. On est au bout du chemin. L’itinéraire est terminé. »

Léo : « Tu fais pas le retour ? »

Max : « Tu vas pas bien dans ta tête toi ! Il y a déjà 130 fotos ! Tu te rends compte ? »

Samuel : « Et puis au retour on voit les mêmes zoisos. »

Léo : « C’est terminé ? »

Max : « Pas tout à fait. Il y a des fotos des rougequeues noirs de la cabane que j’aimerais montrer. »

Samuel : « Lesquelles ? »

Max : « Celles-là ! »

Rougequeue noir (Phoenicurus ochruros, Muscicapidés)

Rougequeue noir (Phoenicurus ochruros, Muscicapidés)

 Léo : « Monsieur et madame ! »

Samuel : « C’est dommage que bonome ait toujours pas réussi à fotoer le petit. »

Max : « Mais on sait qu’il y a des petits ! Code 50 chez nos rougequeues ! »

Samuel : « Bravo les rougequeues ! Bravo ! »

Max : « Cette fois c’est terminé. »

Léo : « Il faut tout graver maintenant… »

Samuel : « Maintenant ? Mais la bagarre alors ? »

Le chevalier : « Vous pouvez allez chamailler 🙂 Je vous ai écoutés et je devrais pouvoir graver à la place de Maxou. »

Max : « Tu veux le faire à ma place ? »

Le chevalier : « Ça te dérange pas ? »

Max : « Ah bah non ! Tu as des doigts plein les mains toi ! Ça va aller plus vite 🙂 »

Samuel : « Rendez-vous sur le ring les cousins ! »

Un peu plus tard, le chevalier rejoint ses petizours dans la chambre…

Le chevalier : « Alors ? »

Léo : « Il nous a ratatinés ! »

Le chevalier : « Vous ne le feriez exprès parce que c’est votre petit cousin préféré ? »

Max : « Ah non ! Je t’assure ! On a tout essayé ! »

Léo : « Mais à chaque fois il nous ratatine ! Je sais pas comment il fait ! »

Max : « Tu veux essayer ? Je suis sûr que même toi tu fais pas le poids face à petit Sam ! »

Samuel : « Euh… Je suis un tout petitours moi. Pas un grand chevalier. Et puis je suis un peu fatigué quand même. Si on lisait l’article ? »

Léo : « D’accord ! »

Max : « D’accord aussi ! Bonome, apporte l’ordinateur et le chocolat ! »

Le chevalier : « Oui mon petitours 🙂 »

Continuer la promenade

Si vous allez visiter ce Royaume, allez-y plutôt le matin. La lumière est plus belle est c’est bien plus calme.

Mai, le 17 – Le Petit Royaume Sauvage

Dans la cabane du chevalier…

Léo : « Max, viens, il faut graver ton blog. »

Max : « Maintenant ? »

Samuel : « Oui cousin Max. On a du retard déjà. »

Léo : « Oui, on est allés au Royaume des Tariers et on est déjà retournés au Grand Étang et au Petit Royaume Sauvage. »

Max : « Le Royaume des Tariers on va y retourner et je vais faire une synthèse. »

Léo : « Une synthèse ? »

Samuel : « Avec trois milles fotos ? »

Léo : « Bon, on verra ça après. Pour le moment, on grave le Petit Royaume du 17. »

Samuel : « C’est parti ! »

Au Petit Royaume Sauvage…

Le Chemin

Léo : « Le Petit Royaume 🙂 »

Max : « C’est pas le Petit Royaume. C’est Le Chemin. Le Petit Royaume est plus loin et selon notre cher petit Sam il doit être tout inondé. »

Samuel : « Une libellule déprimée ! »

Libellule déprimée (Libellula depressa, Libellulidés)

Samuel : « La première de l’année 🙂 »

Léo : « On a du retard dans nos obs à cause du confinement. »

Max : « Et lui ? C’est qui lui ? »

Phalène picotée (Ematurgia atomaria, Géométridés)

Léo : « Un Hétérocère indéterminé… »

Max : « Bonome, il peut pas rester indéterminé cet Hétérocère. »

Le chevalier : « Je suppose que je dois vous dire qui c’est cet Hétérocère. »

Max : « Bah oui ! Tu as pas encore compris que tu sert qu’à ça ? Nous dire qui c’est ce zanimo. »

Le chevalier : « D’accord. Je vois. »

Samuel : « C’est pas vrai ! Tu es pas là que pour ça ! »

Max : « C’est vrai ! J’oubliais que tu servais aussi à nous fournir du chocolat. »

Samuel : « On s’en fiche du chocolat ! »

Max : « Ah non ! On s’en fiche pas du chocolat ! »

Samuel : « Moi je m’en fiche du chocolat ! Et bonome sert pas à ça ! »

Max : « Alors il sert à rien du tout. »

Samuel : « Cousin Max ça suffit ! »

Léo : « Bonome, calinothérapie pour petit Sam ! Sinon il va construire un coin et y envoyer Maxou 🙂 »

Le chevalier : « Viens ici mon petitours. »

Max : « Ben et nous ? »

Léo : « Viens Léo. Toi, tu sers à rien ! »

Max : « Bonomou… »

Le chevalier : « Oui petitours à casquette ? »

Max : « Je peux venir aussi moi ? »

Le chevalier : « Non. Apparemment je ne te sers pas à te câliner. Enfin, selon tes propres dires… »

Max : « Je regrette. Je te demande pardon. »

Léo : « Je pense qu’il a le droit de venir. »

Samuel : « Mouai… Jette lui du chocolat par terre pour voir ce qu’il va choisir… »

Max : « On jette pas le chocolat par terre ! Tu vas pas bien dans ta tête toi. »

Léo : « Bonome, maintenant qu’on est tous ensemble, veux-tu bien nous dire qui c’est cet hétérocère indéterminé ? »

Max : « Même quand on est dans la poche on est tous ensemble… »

Samuel : « COUSIN MAX ÇA SUFFIT ! »

Max : « D’accord. »

Le chevalier : « C’est une phalène picotée. »

Max : « Une phalène picolée ? Elle a picolé la phalène ? »

Léo : « Et pourquoi elle a mauvais phalène ? C’est parce qu’elle a picolée ? »

Samuel : « Rho les saproblagues ! Bonome, elle s’appelle comment en scientifique la phalène picotée ? »

Le chevalier : « Ematurga atomaria, Géométridés. »

Samuel : « On a déjà vu un Géométridé. Au Trou… C’était… Le géomètre à barreaux ! »

Le chevalier : « Quelle mémoire petit Sam ! »

Samuel : « C’est pas dur. On a en pas vu beaucoup 🙂 »

Léo : « Petit Sam a vraiment une mémoire prodigieuse. »

Max : « Ah… »

Le Chemin inondé

Samuel : « Je vous l’avez dit ! C’est tout inondé ! »

Max : « Bonome a pas mis les bonnes chaussures pour avancer là. »

Le chevalier : « Et cela m’arrange bien 🙂 »

Léo : « Le chemin se transforme petit à petit en marais… »

Max : « Bon, on va pas rester là comme ça. On inspecte le petit bout de chemin praticable. »

Samuel : « Moi je resterais bien sur ce petit bout de chemin pendant des heures. »

Léo : « Il y a des chances que c’est ce qu’on fasse 🙂 »

Max : « Zutalor ! Il est tout mort lui ! Argh ! »

Ben oui. Il est tout mort…

Max : « Tu veux bien le retourner avec le bout de ton pied ? »

Le chevalier : « Oui mon petitours. »

Rat surmulot (Rattus norvegicus, Muridés)

Rat surmulot (Rattus norvegicus, Muridés)

Léo : « C’est un rat surmulot ? »

Max : « On dirait bien. »

Samuel : « Rattus norvegicus, Muridés. »

Max : « On en avait jamais vu ici. Ça enrichit l’inventaire. »

Léo : « Qui on a vu comme mammifères ici ? »

Samuel : « Goupil, des chevreuils, des sangliers, un ragondin, des écureuils… »

Max : « Des os de mulot sylvestre dans une pelote de réjection aussi. »

Léo : « Et maintenant un rat surmulot 🙂 »

Max : « Petit Sam, tu as pas des fiches sur les Mammifères d’ici ? »

Samuel : « Je regarde ça… Alors… Ceux qu’on a vu plus des lapins et un campagnol roussâtre. »

Max : « Un campagnol roussâtre ? On le connaît même pas lui ! »

Léo : « On en verra peut-être un jour. »

Samuel : « Cousin Léo, ce serait pas des moineaux qu’on entend ? »

Léo : « Si. »

Max : « Des moineaux ici ? C’est la première fois aussi 🙂 »

Le chevalier : « Une femelle ou un jeune et deux mâles… »

Moineau domestique (Passer domesticus, Passéridés)

Léo : « Il y a des étourneaux. »

Max : « Oui, je les ai entendus. Il doit y en avoir une bonne dizaine. »

Samuel : « Vous pensez qu’il y a des petits. »

Max : « Si il y en a au Grand Étang, c’est probable qu’il y en ait ici aussi. Bonome, tu veux bien t’asseoir sur une souche pour observer tranquillement ? »

Le chevalier : « Je veux bien. Descendez et installez-vous. »

Max : « J’aime bien glisser le long de ton pantalon 🙂 »

Léo : « Pousse tes grosses fesses ! »

Max : « Tu arrêtes avec mes fesses ! »

Samuel : « Vous descendez ou je vous jette de la poche ! »

Max : « On descend ! … Voilà. Installe toi là bonome. »

Léo : « Il y a un adulte… »

Étourneau sansonnet (Sturnus vulgaris, Sturnidés)

Max : « On attend les petits… »

Samuel : « En voilà un ! »

Étourneau sansonnet (Sturnus vulgaris, Sturnidés)

Étourneau sansonnet (Sturnus vulgaris, Sturnidés)

Étourneau sansonnet (Sturnus vulgaris, Sturnidés)

Samuel : « Encore un code 50 ! »

Max : « Tu vas où Léo ? »

Léo : « Me dégourdir les pattes… »

Max : « Fais attention aux couleuvres. »

Léo : « Oui Max. J’en mangerai pas plus d’une 🙂 … Bonome, viens voir. »

Max : « On vient aussi. »

Samuel : « On arrive. »

Max : « Ben Léo, tu as pondu un œuf ? »

Léo a trouvé un œuf

Léo : « Tu sais à qui il est cet œuf ? »

Léo et l’œuf

Max : « Il s’est fait dévorer ! IL Y A UN ZANIMO QUI A DÉVORÉ UN ŒUF ! IL FAUT PAS DÉVORER LES ŒUFS LES ZANIMOS ! »

Samuel : « Tu es sûr qu’il a été dévoré ? »

Max : « Mon cher petit Sam, quand le petit zoiso sort de son œuf, il le casse pas au bout comme ça. Il le casse n’importe comment parce qu’il est pressé de sortir. Là, l’œuf a été bien ouvert. »

Samuel : « Tu as un suspect cousin Max ? »

Max : « Un zanimo à pattes… Il a tenu l’œuf entre ses pattes pour l’ouvrir proprement. Bonome, prends les empreintes ! On va enquêter. »

Léo : « Je me demande si tu dis des bêtises exprès Maxou… Mais tu as peut-être raison quand même. »

Max : « Bonome, tu t’y connais en œufs ? »

Le chevalier : « Non Max. »

Max : « Tu pourrais pas trouver un beau livre d’œufs ? Qu’on s’y connaisse un peu en œufs. On est naturalistes et un peu ornithologues. On doit connaître les œufs. »

Le chevalier : « Je vais me renseigner Maxou. »

Léo : « On va derrière les barbelés ? Tu aimes bien aller t’asseoir derrière les barbelés. »

Max : « Tu sais que c’est interdit Léo. »

Léo : « Oui je sais. Mais bonome fait juste quelques pas. »

Max : « Tu ferras attention de pas te barbeler la main ou le front… »

Samuel : « Tu es maladroit quand même ! »

Max : « Comment tu avais fait pour te planter la pointe complète dans la main ? »

Léo : « C’est un mystère 🙂 »

Samuel : « J’avais bien aimé la blessure au front aussi 🙂 Jolie coupure de barbelés sur le front 🙂 »

Le chevalier : « Avez-vous fini de vous moquer de moi ? »

Max : « On se moque même pas ! On raconte nos souvenirs ! »

Léo : « Oh ! C’est qui ? »

Un Ardéidé flou qui s’en va

Max : « Une garzette ? Un garde-bœufs ? »

Samuel : « Avec un peu de jaune sur le dos et les doigts noirs c’est un garde-bœufs. »

Léo : « Encore un ! »

Max : « C’est peut-être celui du Grand Étang qui est venu ici. C’est mieux pour les Ardéidés ici. »

Léo : « Oui. Le Refuge du Pré est tout inondé. C’est marécageux. Il doit y avoir des grenouilles partout. »

Samuel : « Et des Odonates. »

Max : « Il y a la grande aigrette… »

Grande aigrette (Casmerodius albus, Ardéidés)

Léo : « Ça devient vraiment habituel… »

Samuel : « Mais elles nichent pas encore ici les grandes aigrettes. Il me semble qu’elles nichent pas en Île de France. »

Léo : « Les garzettes si ! »

Max : « Tiens, une famille bernache 🙂 »

Une famille bernache (Brenta canadensis, Anséridés)

Léo : « Papa, maman et les bernachons 🙂 »

Samuel : « Encore un code 50 ! Il faudrait faire un bilan. »

Léo : « Ça existe déjà petit Sam. C’est l’Atlas des zoisos nicheurs de France. »

Samuel : « Oui mais ici c’est pas toute la France. »

Max : « J’aimerais bien faire une synthèse un jour. Mais plutôt au Royaume des Tariers. »

Léo : « Pourquoi le Royaume des Tariers ? »

Max : « Il est petit. Il doit pas y avoir trop d’espèces. C’est bien pour commencer. »

Léo : « Le Royaume des Tariers uniquement ou tu tiendrais compte du Royaume des Alouettes ? »

Max : « Les deux. Mais c’est pas très grand quand même. »

Léo : « Rholala ! Qu’est ce qu’elles ont à crier comme ça ? »

Max : « Elles ont le printemps 🙂 »

Samuel : « C’est qui ces grenouilles ? »

Léo : « A l’oreille je dirais des grenouilles rieuses… »

Milan noir (Milvus migrans, Accipitridés)

Milan noir (Milvus migrans, Accipitridés)

Max : « C’est un milan noir qui vient de passer ? »

Léo : « Oui. »

Samuel : « Ils nichent là-bas. »

Léo : « Là-bas ? Pas derrière ? »

Samuel : « Peut-être qu’ils nichent derrière aussi. Mais un couple niche par là-bas. »

Léo : « Il doit y avoir plusieurs couples. On a déjà vu quatre individus plus ceux du Grand Étang… »

Buse variable (Buteo buteo, Accipitridés)

Buse variable (Buteo buteo, Accipitridés)

Léo : « Et les buses ? Elles nichent où les buses ? »

Max : « Aucun idée. »

Samuel : « Ça se dit nicher ? Ou devrait pas dire nidifier ? »

Max : « Si. »

Léo : « Sûrement. »

Max : « On est bien là. »

Samuel : « On entend un coucou gris. »

Léo : « Code 3 : mâle chanteur ! Il doit être perché quelque part. »

Max : « On va pas le voir. Comme d’habitude… »

Le chevalier : « Il est là-bas. Sur l’arbre mort… Regardez. »

Coucou gris (Cuculus canorus, Cuculidés)

Max : « Ah oui 🙂 »

Léo : « On peut s’approcher ? »

Samuel : « Attendez ! Il y a un garde-bœufs ! »

Héron garde-bœufs (Bubulcus ibis, Ardéidés)

Samuel : « On peut y aller ! »

Léo : « Tu vas réussir à repasser les barbelés sans te blesser ? »

Max : « Si tu te tiens aux fils, choisis un endroit sans barbelures. C’est mieux 🙂 »

Samuel : « Arrêtez un peu ! Vous voyez bien qu’il est passé ! »

Le chevalier : « Et il va falloir que je passe dessous plus loin pour pouvoir observer le coucou. »

Max : « C’est trop facile par en-dessous. »

Léo : « C’est quand même comme ça qu’il s’est griffé le front ! »

Le chevalier : « Je pense que je vais vous abandonner ici. »

Max : « Tu ferais ça ? »

Léo : « A nous ? Tes petits machins que tu aimes soit-disant de tout ton cœur ! »

Max : « Tu dois pas avoir beaucoup de cœur alors… »

Coucou gris (Cuculus canorus, Cuculidés)

Coucou gris (Cuculus canorus, Cuculidés)

Max : « Bonome, c’est quoi cette foto ? »

Le chevalier : « La photographie d’un coucou gris… »

Max : « Et pourquoi elle est pas nette ? »

Le chevalier : « Parce que le vent a placé une herbe dans l’axe de la foto au moment où j’ai déclenché. »

Max : « Accuse pas le vent s’il te plaît ! C’est notre ami le vent ! »

Samuel : « Ça fait du bien de le retrouver d’ailleurs. »

Léo : « Il y a des rossignols… Au moins deux. »

Le chevalier : « Tu les localises Léo ? »

Léo : « Sur le chemin, un peu après là où tu passes sous les barbelés. »

Le chevalier : « On va planquer ? »

Max : « Pour des rossignols ? Mais on les voit jamais ! »

Le chevalier : « Quelque chose me dit qu’ils vont se montrer. »

Max : « Pourquoi tu dis ça ? »

Le chevalier : « Léo, ce sont bien deux mâles chanteurs ? »

Léo : « Oui bonome. Écoute… »

Le chevalier : « Et ils sont à quelques mètres l’un de l’autre. »

Max : « Tu crois qu’ils se chamaillent pour le territoire ? »

Le chevalier : « C’est assez vraisemblable. J’ai envie d’essayer… Je vais m’asseoir sur une souche et attendre. Nous verrons bien. »

Samuel : « Bonne idée 🙂 »

Max : « On s’installe à côté de toi. Parle-nous du rossignol en attendant. »

Le chevalier : « Il s’appelle luscinia megarhynchos et appartient à la famille des Muscicapidés. Vous le savez déjà puisque c’est le même genre que la gorgebleue. »

Max : « Tu crois qu’on va la voir un jour dans la région la gorgebleue ? »

Le chevalier : « Je n’en sais rien Max… Il y en a parfois de signaler ici… Revenons au rossignol. Il vit surtout dans les haies, les fourrés. C’est pour cela qu’il est appelé traîne-buissons. Les spécialistes ont identifiés ente 120 et 260 séquences différentes dans ses chants. On dit qu’il gringotte, qu’il quiritte ou qu’il trille… »

Rossignol philomèle (Luscinia megarhynchos, Muscicapidés)

Rossignol philomèle (Luscinia megarhynchos, Muscicapidés)
Les petizours endormis

Le chevalier (observant ses petizours) : « Ils se sont endormis… Zutalor. Ils vont être déçus. Le rossignol s’est posé juste là… »

Léo : « Le rossignol est là ? »

Le chevalier : « Il était là. Mon pauvre Léo… »

Léo : « Max ! Petit Sam ! Réveillez vous ! »

Samuel : « Ondorplu ? »

Max : « J’ai jamais dormi de ma vie moi ! »

Les petizours réveillés 🙂

Léo : « On a raté le rossignol ! »

Max : « Il est venu ? »

Léo : « Ben oui ! »

Max : « Bonome, demande-lui de revenir s’il plaît. »

Le chevalier : « Parce que je parle le zoisos… »

Max : « Mais oui ! Allez ! S’il te plaît ! »

Le chevalier : « Si vous êtes sages il reviendra peut-être. »

Max : « On est sages. »

Le chevalier : « Chut. »

Rossignol philomèle (Luscinia megarhynchos, Muscicapidés)

Rossignol philomèle (Luscinia megarhynchos, Muscicapidés)

Rossignol philomèle (Luscinia megarhynchos, Muscicapidés)

Rossignol philomèle (Luscinia megarhynchos, Muscicapidés)

Max : « Il est revenu ! »

Le chevalier : « Exactement au même endroit 🙂 »

Léo : « Rhooo la chaaance ! »

Samuel : « Un rossignol ! »

Max : « Pourquoi il s’appelle Philomène le rossignol ? »

Léo : « C’est pas Philomène ! C’est philomèle ! »

Max : « Ah d’accord ! Je croyais que c’était Philomène… Ça change rien à la question. En grékancien, le préfixe philo- signifie qu’il aime. C’est quoi le -mèle ? Il aime se mêler de ce qui le regarde pas le rossignol ? »

Le chevalier : « Je ne sais pas Max 🙂 »

Max : « Tu sais pas tout le grékancien ? »

Le chevalier : « Non Max 🙂 »

Max : « Et tu as pas une histoire à raconter ? Du genre avec des meurtres, des parents qui tuent leurs enfants, des incestes… La mythologie grecque quoi. »

Le chevalier : « Philomèle et Procné, filles de Pandion roi d’Athènes et de Zeuxippe. »

Max : « Vas-y bonome ! Raconte tes atrocités. »

Le chevalier : « Je vais essayer de résumer. Procné a épousé Térée, fils d’Arès et roi de Thrace. Tous deux eurent un fils, Itys. Mais Procné souffrait de ne pas voir sa sœur Philomèle restée chez son père Pandion. Son mari, Térée, proposa donc d’aller la chercher chez Pandion qui la lui confia. Térée fut séduit par Philomèle dès qu’il la vit et décida de la séduire. En fait, il abusa d’elle pendant le voyage qui les conduisait chez lui. Pour éviter que Philomèle raconte ce qu’il lui avait fait, Térée lui coupa la langue et l’enferma avec des esclaves. En arrivant chez lui, Térée annonça la mort de Philomèle à Procné. Philomèle, enfermée, se mit alors à tisser une tapisserie pour raconter sa mésaventure. Une fois terminée, la tapisserie fût confiée à une vieille servante qui se chargea de la porter à Procné qui entra dans une colère noire et ne pensa plus qu’à se venger. Elle réussit à faire évader Philomèle. Les deux sœurs se retrouvèrent alors en secret et conçurent un plan pour se venger. Lors des Dionysiaques, des fêtes dédiées à Dionysios, elles découpèrent Itys et le cuisinèrent pour Térée qui désirait manger seul. A la fin du repas, il demanda à voir son fils. Procné lui répondit qu’il était déjà avec lui et Philomèle jeta sa tête sur la table. Térée se mit en colère et chercha à les poursuivre. Les deux sœurs se sauvèrent et se transformèrent. Philomèle en rossignol et Procné en hirondelle. Térée se changea en huppe mais ne put rattraper les deux sœurs. Selon certains auteurs Itys se métamorphosa en chardonneret. »

Max : «  Ah oui ! Tu t’es surpassé là bonome ! »

Le chevalier : « Ce n’est pas moi Max. Je n’ai fait que te raconter un épisode des métamorphoses d’Ovide. »

Léo : « J’arrive pas à comprendre toutes ces histoires moi. Quel est l’intérêt de raconter de telles atrocités ? »

Le chevalier : « Je n’en sais rien mon Léo. Je n’ai jamais aimé la mythologie gréco-latine. »

Samuel : « Mais c’est pour ça que le rossignol est philomèle ? »

Le chevalier : « Oui mon petit Sam. »

Léo : « Alors maintenant on sait que le rossignol philomèle tient son nom des métamorphose d’Ovide. »

Max : « Et tu as réussi à le fotoer. »

Le chevalier : « Si vous le permettez, je vais continuer à le fotoer. »

Max : « On te permet bonome 🙂 »

Rossignol philomèle (Luscinia megarhynchos, Muscicapidés)

Le chevalier : « Voilà… »

Max : « Ça c’est un voilà qui veut dire qu’on va rentrer. »

Le chevalier : « Il le faut bien Max. Tu sais bien que nous ne sommes pas en vacances. »

Max : « Je sais bonome. Je te rappelle que c’est moi qui m’occupe des Cours de Max. »

Le chevalier : « Et je t’en remercie. »

Max : « Je t’en prie bonome:) Comme ça, tu travailles moins et tu peux nous emmener aux zoisos. »

Léo : « C’est quoi la prochaine inspection ? »

Le chevalier : « Pour éviter le monde et ne pas aller trop loin, je propose le Royaume des Tariers. »

Samuel : « Ça me va ! »

Léo : « Moi aussi. »

Max : « Bonome, tes petizours sont d’accord pour le Royaume des Tariers ! »

Le chevalier : « Alors pochez-vous. Nous rentrons. Et si vous dormez pendant le retour, éviter de ronfler 🙂 »

Léo : « D’accord bonome 🙂 »

Continuer la promenade

Mai, le 17 – Le Grand Étang

Dimanche 17 Mai, An VII

Le chevalier : « Les machins ! LES MACHIIIIINS !  Ben ça alors… Ils ne viennent pas… Où sont-ils ? (Le chevalier va dans la chambre). Vous êtes là ! Vous ne m’avez pas entendu ? »

Max : « Si. »

Le chevalier : « Et vous n’êtes pas venus ? »

Léo : « Ben non. »

Samuel : « On savait pas que c’est à nous que tu t’adressais. »

Max : « On est pas des machins nous. »

Samuel : « Nous sommes des petizours ! »

Le chevalier : « Ah… Dommage. Je voulais emmener mes petits machins que j’aime de tout mon cœur au Grand Étang. »

Max : « Au Grand Étang ? On avait dit qu’on irait pas. »

Samuel : « Tu les aimes vraiment de tout ton cœur les petits machins ? »

Le chevalier (à Samuel) : « Oui mon petitours. »

Léo : « Au Grand Étang… Tu resteras à distance des gens qu’on croise ? »

Max : « Ah bah ça ! La distance de sécurité il connaît bonome ! Pas de risque qu’il s’approche des zom