17 Février, An VII – Les inondations

Lundi 17 Février, An VII

Max : « Amis lecteurs bonjour ! »

Léo : « Nous voudrions vous parler de l’eau. »

Max : « Il y en a trop en ce moment ! »

Samuel : « Que d’eau ! Que d’eau ! »

Léo : « 🙂 »

Max : « Nous allons vous montrer ça. Commençons par le Royaume de Rien du Tout. »

L’anse Sud-Est du Grand Lac vu de la phragmitaie.

Léo : « Là c’est le Grand Lac. Mais c’est pas un lac c’est un étang. »

Max : « Peut-être devrions-nous réexpliquer à nos lecteurs la différence entre ces deux types de plans d’eau. »

Samuel : « Contrairement à ce que la plupart des gens pensent, c’est pas une histoire de superficie. »

Léo : « C’est plutôt lié à la profondeur. »

Max : « Bonome dirait que pour parler de lac il faut une thermocline permanente ou presque. »

Léo : « Il ajouterait que si la thermocline s’inverse c’est bien la preuve que c’est un lac ! »

Samuel : « Mais nous on parle pas comme ça. »

Léo : « Imaginons un plan d’eau peu profond. L’eau peut se réchauffer sur toute sa profondeur. »

Max : « Il fait peut-être deux ou trois degrés Celsius de moins au fond mais c’est pas énorme. »

Samuel : « Les endroits ombragés ont une température légèrement plus basse. »

Léo : « Ce qui a d’influence que sur la durée de métamorphose des têtards… »

Max : « Ben oui ! Plus il fait froid dans l’eau, plus les têtards mettent de temps à se métamorphoser ! »

Samuel : « Mais nous nous éloignons du sujet. »

Léo : « Revenons à un plan d’eau imaginaire. Mais cette fois, il doit être profond ! Plusieurs dizaines de mètres ! »

Max : « En été, l’eau de surface se réchauffe. »

Samuel : « Mais pas en profondeur. »

Léo : « Il y a pas une transition lente. En général, la température diminue d’un coup, à une certaine profondeur elle atteint presque sa valeur minimale. »

Samuel : « Ce document va vous permettre de comprendre… »

La thermocline, zone de baisse rapide de température de l’eau située en épilimnion et l’hypolimnion.

Max : « L’hiver, la surface peut geler. La température est proche de 0°C. C’est pas très chaud. »

Léo : « En profondeur, elle conserve à peu près la même valeur que l’été. »

Samuel : « Du coup, la thermocline s’inverse ! Hoplà ! »

Max : « Maintenant que vous savez ça, on veut plus vous entendre confondre un lac et un étang ! »

Léo : « Revenons à notre Grand Lac qui est un étang ! »

Samuel : « Regarder comme l’eau est bleue 🙂 »

Le Grand Lac (vue partielle quand même).

Max : « Si vous cherchez bien, vous trouverez peut-être les grèbes à cou noir 🙂 »

Léo : « Nous, on les a vus ! »

Samuel : « Grâce à superbonome ! »

Max : « Si vous connaissez le Royaume de Rien du Tout, vous savez qu’il y a une petite butte au-delà de l’anse Sud-Est, là où sont les panures quand elles sont là. »

Léo : « Bonome est monté, a jeté un œil et il a vu une tâche claire sur l’eau. Il a fotoé au super-méga-zoom et vlan ! Les grébas ! »

Trois grébas, grèbes à cou noir (Podiceps nigricollis, Podicipédidés)

Max : « Il y en que là dans le secteur en ce moment. »

Léo : « Aucun au Grand Étang. »

Samuel : « Passons au Petit Marais… »

Le Petit Marais est inondé.

Léo : « Le petit bois sur la gauche est pas inondé lui. C’est l’endroit préféré de bonome. Il s’y installe, assis par terre, et il bouge plus. »

Max : « Sauf ses oreilles ! Elles suivent les chants des zoisos ! »

Samuel : « Il en oublie même de fotoer ! »

Max : « La prochaine fois on le grondera ! Sinon, un jour il va redevenir sauvage ! »

Léo : « Je crois qu’il en a envie en ce moment… »

Max : « Oui ben moi je veux pas qu’il se creuse un terrier en cette période d’inondation ! »

Samuel : « Il pourrait se construire un nid dans un arbre ! »

Max : « Il ne creuse ni ne construit ! On reste dans notre cabane ! Elle est très bien notre cabane ! Tout confort et approvisionnée régulièrement en chocolat ! »

Samuel : « Oui cousin Max ! »

Léo : « Passons au Royaume des Milans. »

Max : « On a même pas osé y allé ! C’est inondé partout autour ! Impossible de vous montrer des fotos ! »

Samuel : « Alors on est allés du côté du Royaume des Fauvettes. L’étang déborde lui aussi. »

Max : « Alors bonome nous a emmenés au Trou. »

Léo : « Lui, il peut pas déborder. Il est entouré d’une levée de terre. »

Max : « On y a vu un drôle de ragondin… »

Un ragondin albinos (Myocastor coypus, Myocastoridés)
Un ragondin albinos (Myocastor coypus, Myocastoridés)

Samuel : « C’est un albinos ! »

Léo : « C’est la première fois qu’on en voit un ici ! »

Max : « Rholala ! »

Léo : « Ensuite on a continué un peu sur la route, vers le Pré aux Joncs. Voilà les champs… »

Un champ inondé.

Le même champ sous un autre angle.

Max : « Il y a beaucoup des champs dans cet état… »

Léo : « Les zanimos de la terre vont être tout noyés ! »

Samuel : « Et les cultures ! Rien pourra pousser après toute cette eau ! »

Max : « Ben oui… »

Léo : « Mais on a vu un tarier pâtre ! Le premier de l’an VII ! »

Tarier pâtre (Saxicola rubicola, Muscicapidés)

Tarier pâtre (Saxicola rubicola, Muscicapidés)

Samuel : « J’aime beaucoup les couleurs de ces fotos. »

Max : « Moi aussi. Léo, toi qui connais bien la fotographie, tu peux m’expliquer pourquoi avec une distance focale réelle de 539 mm l’appareil de bonome donne du 3000 mm ? Je comprends pas ça moi. »

Léo : « Moi non plus. Il y a plein de technologie dans l’appareil. Je sais pas tout ça moi. »

Max : « Je me renseignerai… Passons au Petit Royaume Sauvage. Là, c’est le chemin. »

Le chemin du Petit Royaume Sauvage

Léo : « Il arrive fréquemment que ce soit inondé là où se trouve le cygne. Bonome peut passer en ploufant ses chaussures dans la boue. »

Max : « Là, même des bottes suffiraient pas ! »

Samuel : « L’eau du chemin réunit le champ du Marais Boisé à l’étang du Refuge du Pré. »

Le champ du Marais Boisé (à gauche du chemin). Le Marais boisé s.s. se trouve tout à gauche de la foto.
Le Refuge du Pré (à droite du chemin)
Le Refuge du Pré (à droite du chemin)

Max : « Le Marais Boisé est entièrement sous l’eau ! »

Samuel : « Il mérite bien son nom ! »

Léo : « Ensuite on est allés voir le Grand Étang. »

Max : « Inutile de vous dire que le champ du Trou à Lapins est sous l’eau ! »

Le Trou à Lapins

Le Trou à Lapins

Samuel : « On y a vu deux cygnes tuberculés, des centaines de mouettes et même un chevalier guignette ! »

Léo : « Ils devraient être de l’autre côté ces zoisos ! Dans le Grand Étang ! »

Max : « Le Grand Fleuve va encore reconquérir son lit majeur si la pluie cesse pas ! »

Samuel : « Regardez ce que ça donne au Grand Observatoire ! »

Depuis le Grand Observatoire le 12 février.
Depuis le Grand Observatoire le 17 février.

Léo : « Exactement tout pareil que juste avant les grandes inondations de l’an V ! »

Max : « Relisez cet article et vous pourrez comparer les fotos ! Article 185. »

Samuel : « Quand on vous dit qu’il faut que la pluie cesse ! »

Max : « Bon, cette fois le guignette était au bord de l’étang. Mais quand même ! »

Chevalier guignette (Actitis hypoleucos, Scolopacidés)

Léo : « Nous terminerons cet article un peu inquiétant par des images du Grand Fleuve. »

Samuel : « Normalement on le voit pas depuis le chemin. Mais là… »

Max : « Nous vous tiendrons au courant des variations du niveau de l’eau en espérant qu’il monte pas plus ! »

Léo : « Nous vous remercions pour votre attention.

Samuel : « Et nous vous disons : à bientôt ! »

PS : Au moment où nous publions cet article (le 20 février), de grosses pluies ont encore eu lieu…

Continuer la promenade

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.