180 – Le Royaume des Loutres et le coucher de soleil

Jeudi 2 Novembre, An IV

Léo : « Bonjour bonome. »

Le chevalier : « Bonjour mon Léo. Déjà levé ? »

Léo : « Tu sais bien que je suis un lève tôt moi. C’est plus surprenant de te voir debout à cette heure ci. »

Le chevalier : « Mal dormi… »

Léo : « A cause de tes petizours qui ont trop chahuté ? »

Le chevalier : « Non, je dormais à ce moment là… »

Samuel : « Bonjour chevalier. »

Le chevalier : « Bonjour mon petit Sam. Bien chahuté hier soir ? »

Samuel : « J’ai gagné la bagarre 🙂 »

Léo : « Petit Sam gagne toujours à la bagarre. Dis bonome, tu sais où on va aujourd’hui ? »

Le chevalier : « Non, je n’y ai pas encore pensé. »

Léo : « Tu te souviens du Royaume des Loutres ? »

Le chevalier : « Oui Léo. »

Léo : « On avait vu une loutre avec un poisson dans la gueule mais tu avais pas eu le temps de la fotoer. »

Le chevalier : « Je me suis fait surprendre. »

Léo : « Il faut dire que c’est allé très vite. Elle est sortie de l’eau, est venue sur le chemin, nous a vus puis est retournée dans l’eau. »

Samuel : « C’est vrai qu’on y a vu une loutre ?! »

Le chevalier : « Comme vient de le dire Léo, c’est allé très vite. »

Samuel : « Rhooo ! »

Léo : « Le monsieur du Royaume t’a dit que les loutres s’observaient mieux l’hiver. On est pas encore en hiver mais on pourrait y aller. »

Le chevalier : « Merci Léo ! Je n’ai plus à me demander où nous allons. »

Samuel : « Vous privez cousin Max de sa question rituelle… Je me demande comment il va réagir. »

Le chevalier : « Max n’est pas encore levé ? »

Léo : « Il est avec Elvire. »

Max : « Vous parlez de moi ? »

Le chevalier : « Oui. Nous disions du mal d’un petitours à casquette. »

Max : « Impossible ! Je vous rappelle que mon seul défaut est ma perfection ! »

Elvire : « Ma grand-mère aurait dit qu’il vaut mieux entendre ça que d’être sourd 🙂 »

Samuel : « Et vlan cousin Max ! »

Léo : « Bonjour Elvire 🙂 »

Max : « Mon cher bonome, je vois que tu as déjà bu ton café matutinal. »

Léo : « Matutinal ? »

Max : « J’adapte mon langage à l’âge de mon bonome 🙂 Dis, nous avons une invitée et nous devons inspecter. As-tu décidé où nous allons ? »

Le chevalier : « Oui. Léo a choisi. »

Max : « Léo a choisi ? A l’unanimité de lui même ? »

Le chevalier : « Samuel et moi sommes d’accord. »

Max : « D’accord. Je vois. Et moi on me demande pas mon avis ? »

Le chevalier : « Non. Tu suis en silence. »

Max : « Non mais tu vas pas bien toi ! Tu vois comme tu me parles ? »

Le chevalier : « Et je l’assume. »

Max : « Elvire tu es témoin ! Je suis brimé ! On me fait taire ! Je dois suivre en silence ! »

Samuel : « Ah… Je pensais que cousin Max aurait crié… »

Léo : « Il reste plutôt calme. »

Max : « Hé ! Je vous entends ! Mais j’ai pas envie de crier. Je suis fatigué et je sais bien que vous me taquinez 🙂 Bon, on y va ? »

Léo : « On y va ! »

Au Royaume des Loutres…

Max : « C’est étrange que la tonne du Royaume des Échasses soit fermée… »

Léo : « Ben, il y a pas beaucoup d’eau. Il y aurait pas eu des zoisos. »

Max : « On peut pas savoir ! On est pas allés voir ! »

Léo : « C’est pas grave Maxou. »

Le chevalier : « C’est embêtant. Je ne connais pas d’autres Royaumes à proximité. Si nous ne restons pas longtemps ici il nous faudra rentrer tôt… »

Max : « Ben voilà ! »

Samuel : « J’ai vu un zanimo dans l’eau ! »

Max : « Un zanimo dans l’eau ? Bonome, on s’arrête, on s’installe et on observe ! »

Le chevalier : « D’accord. Descendez. »

Max : « C’est toi qui commences Elvire ! »

Elvire : « Ça fait un peu peur de glisser le long de la jambe du chevalier. »

Max : « Au début oui. Mais après c’est rigolo ! Allez, vas-y ! A vous les cousins ! »

Léo : « Bon, on s’installe ! »

Elvire : « Oulala ! Vous allez très près de l’eau ! Max, j’ai un peu peur. Tu veux pas rester un peu en retrait avec moi ? »

Max : « Si tu veux Elvire. Assieds toi là. Si les cousins veulent ploufer et nourrir les brochets… »

L’eau

La tribut

Léo : « Chut ! On va faire peur au zanimo ! »

Elvire : « Il est là ! »

Un rat musqué (Ondatra zibethicus, Cricétidés)

Un rat musqué (Ondatra zibethicus, Cricétidés)

Max : « Bonome, c’est une loutre ? »

Le chevalier : « Hélas non… C’est un rat musqué. »

Léo : « Zoome bonome s’il te plaît. »

Un rat musqué (Ondatra zibethicus, Cricétidés)

Un rat musqué (Ondatra zibethicus, Cricétidés)

Samuel : « Dis chevalier, tu peux nous parler du rat musqué s’il te plaît ? »

Max : « Ce sera la suite du rat gondin 🙂 »

Samuel : « Le rat musqué est un gondin lui aussi ? »

Le chevalier : « Si les gondins sont des animaux dont le pelage est utilisé en chapellerie alors oui. »

Léo : « Pourquoi on l’appelle le rat musqué alors ? »

Le chevalier : « D’abord pour le différencier du rat gondin. Et puis parce qu’il fait partie des animaux qui produisent du musc. »

Max : « Il faut que tu expliques le musc bonome. »

Le chevalier : « Je dois toujours tout expliquer… »

Max : « Il faut bien que tu serves à quelque chose 🙂 »

Elvire : « Max, tu es pas gentil avec le chevalier ! »

Le chevalier : « Je ne m’en formalise pas Elvire. Max joue à me rudoyer parfois mais c’est un gentil petitours. »

Max : « Et vlan Elvire 🙂 »

Léo : « Revenons au musc s’il vous plaît. »

Max : « Il faut faire du sport et après on est plein de musc 🙂 »

Léo : « T’es vraiment bête toi ! »

Samuel : « Les cousins, vous vous dissipez ! »

Le chevalier : « Je reprends. Le musc est produit par un Moschidé, le cerf porte-musc ou chevrotain porte-musc. »

Chevrotain porte-musc (Moschus moschiferus, Moschidés)

Max : « Oserais-je une saproblague sur les Moschidés ? De la famille des moches ? »

Léo : « Pfff ! »

Le chevalier : « A ma connaissance cette famille ne compte qu’un seul genre, le genre Moschus. »

Léo : « Il y a pas qu’un seul genre chez les Moschidés. Il y a Moschus et Maxus ! »

Max : « Oh lui ! Tu t’es vu comme moche ? »

Samuel : « Bon, si vous continuez à interrompre le chevalier je vous mets au coin ! J’écoute le musc moi ! »

Elvire : « Moi aussi ! »

Le chevalier : « Ces animaux, qui ressemblent un peu à des Cervidés, ont une glande située je ne sais où qui produit une substance huileuse appelée musc. »

Samuel : « A quoi ça sert ? »

Le chevalier : « Le musc est surtout produit en période de rut et il contient, entre autre, de l’androstérone, du cholestérol et de la muscone. »

Max : « C’est censé nous aider à comprendre à quoi sert le musc ? »

Le chevalier : « L’androstérone est une hormone sexuelle masculine. La muscone est le principal produit odorant du musc. »

Léo : « Je crois comprendre ! Les zanimos marquent leur territoire, surtout pendant le rut. Le musc avertirait les femelles de la présence d’un mâle prêt à faire des petits ! »

Samuel : « La muscone attire les narines de la femelle et l’androstérone lui indique que le mâle veut faire des bébés ! »

Le chevalier : « Je pense que c’est ça. Les mâles doivent se frotter un peu partout pour laisser cette odeur. »

Léo : « Mais quel rapport avec le rat-musqué ? »

Le chevalier : « Il se trouve que quelques autres animaux produisent du musc. Parmi ces animaux on trouve les civettes, les érismatures à barbillons, les canards musqués, les bœufs musqués et évidemment les rats musqués. »

Max : « C’est étrange ça ! Il y a des mammifères mais aussi des Anatidés ! Le canard musqué on le connaît ! Et il me semble que nous avons vu des érismatures au Royaume des Paons. Elles avaient pas des barbillons mais ça change rien au fait que les érismatures sont des canards ! »

Le chevalier : « Convergence évolutive Maxou ! »

Léo : « Elvire, la convergence évolutive c’est quand des zanimos qui ne sont pas forcément très proches ont des caractères physiques identiques. Par exemple, les requins et les dauphins ont à peu près la même forme hydrodynamique alors qu’ils sont pas du tout pareils ! Comme ils vivent dans les mêmes conditions ils se sont adaptés pareil. »

Max : « Les requins ont un squelette mais en cartilage ! Ils ont pas de l’os eux ! Alors que les dauphins sont des Mammifères ! »

Le chevalier : « Quand deux organes apparaissent indépendamment dans deux groupes différents par convergence évolutive ou parle d’homoplasie et les organes sont dits hétérologues. »

Léo : « Alors les glandes à musc de tous ces zanimos sont des homoplasies et ce sont des organes hétérologues. »

Max : « Qui dit hétérologue dit homologue. Peux-tu nous parler des organes homologues bonome ? »

Le chevalier : « Je l’ai déjà fait à de multiples reprises depuis que nous nous connaissons. « 

Max : « Ah ? »

Le chevalier : « Maxou, je t’ai expliqué la vache et le cheval il me semble. »

Max : « Oui, au tout début. Lors de notre deuxième séjour à la mer. Avec de beaux schémas. Tu m’a parlé du membre chiridien. »

Elvire : « Le membre chiridien ? C’est quoi ? »

Max : « C’est à cause du grékancien. Il doit y avoir chiros dedans et ça veut dire la main. Le membre chiridien c’est le membre qui se termine par une main même si c’est pas une main. »

Léo : « Le membre des Tétrapodes ! Il est constitué de trois segments : le stylopode, le zeugopode et l’autopode ! »

Elvire : « C’est un peu compliqué ! »

Max : « Mais non ! Bonome, fait des schémas pour Elvire s’il te plaît ! »

Le chevalier : « Oui Max. D’abord un membre chiridien schématisé… »

Schéma d’un membre chiridien

Le chevalier : « En cuivré le stylope, en blanc et rouge c’est le zeugopode et ensuite il y a l’autopode. Il est lui même divisé en basipode – que j’ai mis en jaune – le métapode (la paume) et l’acropode (les doigts). »

Max : « Tu vois Elvire, tous les zanimos qui ont quatre membres ont des membres construits comme ça. Dans le détail ça change mais la base est là. »

Léo : « Je précise que les membres sont attachés sur le squelette axial, la colonne vertébrale, par des ceintures. »

Le chevalier : « Ceinture scapulaire ou épaule avec l’omoplate maintenant appelé scapula et ceinture pelvienne avec le bassin. »

Max : « Revenons aux organes homologues ! »

Le chevalier : « Nous sommes en plein dedans ! Le squelette axial, les ceintures, les membres chiridiens… Bien que différents chez les Tétrapodes ils dérivent tous des mêmes structures présentes chez un ancêtre commun. »

Max : « Tu as compris Elvire ? »

Elvire : « Je pense… Mais ça veut dire que l’aile des zoisos, les pattes… Tout ça c’est fait pareil ? »

Max : « En gros oui ! Bonome, schémas ! »

Le chevalier : « En voici deux ! »

Schémas de quelques membres chiridiens
D’autres schémas pour mieux comprendre

Léo : « Alors il y a les organes homologues qui dérivent d’un même organe ancestral, les organes hétérologues qui sont apparus indépendamment par convergence évolutive. C’est tout ? »

Le chevalier : « Il y a les organes analogues aussi. »

Samuel : « Si j’ai bien suivi tu en a déjà parlé ! Les analogies par convergence évolutive donnent des organes hétérologues ! »

Le chevalier : « Mais il existe des analogies qui ne viennent pas de convergences évolutives ! Ce sont les analogies. Prenons les ailes des insectes et celles des oiseaux. »

Max : « Elles sont pas pareilles ! »

Le chevalier : « Non, pas du tout ! Les ailes des insectes sont des productions épidermiques. Ces organes jouent le même rôle mais proviennent de structures de départ totalement différentes ! Les ailes des insectes et les ailes des oiseaux sont des organes analogues. »

Samuel : « J’ai bien compris homologue et analogue mais hétérologue ça reste un peu flou dans ma tête. »

Elvire : « Merci petit Sam ! J’aurais pas osé le dire ! »

Le chevalier : « Le reste est clair ? »

Elvire : « A peu près. Mais il faut pas faire d’interro ! »

Max : « Retiens que tous les membres des Tétrapodes sont fait un peu pareil. Ça suffira. »

Elvire : « Quand je pense qu’au début on regardait un rat musqué. »

Max : « On le regarde encore 🙂 »

Samuel : « Je l’ai bien observé. Il fait des tas d’allers-retours. Au retour, il a des végétos dans la bouche. J’en déduis qu’il va les chercher pour les mettre dans son terrier. »

Max : « Il emménage ? »

Le chevalier : « Il aménage son terrier. Les rats musqués font parfois des huttes aussi. »

Léo : « Il y a pas de loutre… »

Le chevalier : « Je ne pense pas qu’on les verra aujourd’hui… »

Max : « On fait quoi alors ? »

Léo : « On regarde la maman vache s’occuper de son tout petit veau… »

Une maman vache et son veau

Une maman vache et son veau

Elvire : « Vous discourez pas sur la vache. »

Max : « Pas envie… »

Léo : « C’est trop mignon. »

Samuel : « On respecte la beauté nous ! »

Elvire : « Ça fait du bien. »

Max : « On a le temps. »

Léo : « On profite du silence. »

Samuel : « Et si on allait voir la mer ? »

Max : « On regarde la crécerelle avant. »

Faucon crécerelle (Falco tinnunculus, Falconidés)

Faucon crécerelle (Falco tinnunculus, Falconidés)

Faucon crécerelle (Falco tinnunculus, Falconidés)

Faucon crécerelle (Falco tinnunculus, Falconidés)

Léo : « Tu disais petit Sam ? »

Samuel : « On pourrait aller voir la mer ! »

Max : « Bonome, que penses-tu de cette proposition ? »

Le chevalier : « Où voulez-vous allez ? »

Max : « Le plus proche ? Ce serait pas le Petit Royaume des Barges ? »

Le chevalier : « Mmmmm… Peut-être… »

Max : « Alors on va là. »

Au Petit Royaume des Barges…

Max : « Bonome, on peut descendre et cavaler partout ? »

Le chevalier : « Vous serez sages ? »

Max : « Oui bonome 🙂 »

Le chevalier : « Alors allez-y ! »

Max : « Merci bonome ! Viens Elvire, on va voir la mer ! »

Samuel : « Cousin Léo, tu veux bien venir voir s’il te plaît ? Je crois que j’ai trouvé un mamonite. »

Petit Sam et une ammonite

Léo : « Une ammonite petit Sam 🙂 »

Petit Sam, Léo et l’ammonite

Léo : « Bonome, viens voir ! »

Le chevalier : « Belle découverte ! »

Léo : « C’est petit Sam ! »

Le chevalier : « Bravo mon petitours ! Depuis que je viens je n’en ai trouvé qu’une seule ! Tellement en mauvais état que je ne l’ai pas conservée. »

Léo : « Celle-ci est belle non ? »

Le chevalier : « Oui, très belle. »

Samuel : « Tu connais l’espèce ? »

Le chevalier : « Non petit Sam. Et je ne pense pas parvenir à l’identifier. Mais tu as fait là une bien belle découverte. »

Samuel : « Merci chevalier 🙂 »

Léo : « Maxou l’a même pas vue ! Il est déjà en train de regarder le soleil se coucher avec Elvire. »

Samuel : « On lui montrera ce soir ! »

Léo : « Et on expliquera les ammonites à Elvire ! »

Samuel : « On les rejoint ! »

Le chevalier : « Oui mais… ne courez pas… Pourquoi leur dis-je encore de ne pas courir… »

Max : « C’est beau non ? »

Le coucher de soleil

Léo : « C’est pas le plus bel endroit pour regarder le soleil se coucher. »

Max : « Mais c’est ici que le vent m’a parlé pour la première fois ! Il nous a tout raconté la mer depuis le commencement du monde ! »

Samuel : « C’est même pas possible ! Ça aurait pris trop de temps ! »

Max : « Mais il allait le faire ! »

Elvire : « Je l’ai pas remercié… »

Max : « Qui ça ? »

Elvire : « Le vent ! Je l’ai pas remercié ! Pourtant c’est grâce à lui que je suis là ! »

Max : « Souris lui ! Il s’en souviendra comme il se souvient qu’un jour un grand chevalier lui a souri quelque part en Bretagne. »

Elvire : « Merci le vent ! »

Léo : « Et si on l’écoutait nous raconter une histoire ! »

Elvire : « Le vent vous raconte des histoires ? »

Max : « Il raconte des histoires à tout celui qui l’écoute 🙂 Mais personne le sait… »

Léo : « C’est bonome qui nous l’a dit ! Lui est ami avec le vent depuis longtemps maintenant. »

Max : « Mais il y a une condition. Il faut jamais répéter les histoires que te raconte le vent ! Jamais ! Tu entends bien Elvire ? Sinon il te parlerait plus jamais ! »

Léo : « Dites, avant de lancer le vent dans son histoire, on devrait prendre la pose. Bonome va forcément vouloir nous fotoer ! »

Le chevalier : « Déjà fait ! »

Max : « Tu veux pas une foto de groupe ? »

Le chevalier : « Si 🙂 »

La tribu

La tribu

Le chevalier : « Merci à vous mes petizours et à toi Elvire la marmotte. »

Max : « A ton service bonome ! Bon maintenant on écoute le vent alors tu nous embêtes plus ! Va faire des belles fotos au soleil couchant pour mettre dans mon blog. »

Le chevalier : « Je ne peux pas rester avec vous ? »

Max : « Tu vas faire les fotos et tu viens après ! »

Léo : « Maaax ! C’est pas gentil ! »

Max : « Tu sais bien qu’il tient pas en place ce bonome ! Et puis depuis le temps qu’il connaît le vent, il doit connaître toutes les histoires ! »

Le coucher de soleil

Le coucher de soleil
Le coucher de soleil
Le coucher de soleil

On est restés bien sages pendant que le vent nous racontait une belle histoire. Il nous a même caressé le visage en soufflant tout doucement. C’était très agréable. Et puis on a vu des zoisos passer dans le ciel flamboyant. Ils allaient se coucher quelque part par là.

Les zoisos vont se coucher quelque part par là

Alors le vent a arrêté son histoire et nous a dit de prendre soin de notre grand chevalier. Léo lui a demandé de faire une bourrasque pour dépeigner Tante Yvonne. Il l’a fait tout de suite et, en retour, il a fait une bourrasque pour nous faire tomber. Poum les petizours et la marmotte ! C’est sûrement Tante Yvonne qui lui a demandé de le faire. Elvire a demandé au vent de la remercier d’être apparue dans ses rêves et de lui dire qu’elle était bien contente de la connaître cette grande dame. Et elle a ajouté qu’elle était aussi très contente de l’avoir rencontré lui. Elle savait pas qu’elle pouvait l’écouter. Le vent lui a répondu qu’à partir de maintenant il l’accompagnerait partout où elle irait et qu’il lui donnerait de nos nouvelles et de celles de Tante Yvonne. Bonome a fait quelques fotos puis nous a dit de nous pocher.

Le coucher de soleil

Le coucher de soleil

Le soir, comme l’avait proposé Léo, on a présenté les mamonites à Elvire. Bonome dit qu’il y en a pas dans le Massif des Aiguilles Rouges mais peut être quand même quelques unes dans la vallée de Chamonix parce qu’il y a quelques placages jurassiques… Comme c’est pas vraiment un sujet d’étude pour Elvire on a pas été très sérieux. On s’est chatouillés, on s’est chamaillés… et on a bien rigolé 🙂

Voilà pour cette journée Princesse. J’espère que tu vas bien.

Continuer la promenade

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.