Arthur dans la Baie de Somme

Hello les copains ! Merci à Max et au Chevalier qui nous ouvre une fois de plus le Blog de Max 🙂

Quelques nouvelles des zoisos de la Baie de Somme 🙂 Nos flouïdés s’améliorent mais on est pas toujours au point et on n’a pas le super zoom du Chevalier alors on requiert votre indulgence 🙂

Jour 1 : Informations en direct très différé du Parc de la Bouvaque, près d’Abbeville.

60 hectares d’étangs, de plantes aquatiques où nous avons surtout vu des colverts, des cygnes et de nombreuses foulques sur leurs nids.  Bouvaque vient du picard et du latin ancien. Encore des mots anciens que personne ne connaît, dirait Max ! Les paysans venaient en ce lieu marécageux faire paître leurs bœufs (du latin bos) et leurs vaches (du latin vacca, vaque en picard).

Le parc de la Bouvaque

Bonne nouvelle ! Les foulques ont fait des œufs ! On leur a pas dit que leurs bébés seront moches pour ne pas les froisser 😀

Une famille de colverts   Anas platyrhynchos, Anatidés

Jour 2 : Informations en direct encore plus différé de la réserve ornithologique du Marquenterre

La réserve ornithologique du Marquenterre

C’est un gentil monsieur passionné de zoisologie, Michel Jeanson, qui a aménagé ces 1000 hectares il y a 45 ans et en a fait une halte de migration pour des milliers de zoisos. Aujourd’hui, le gentil monsieur est mort et il a sûrement dû rejoindre Tante Yvonne et Chien. Le parc appartient maintenant au Conservatoire du Littoral. Les zoms pourront pas construire des maisons ou des usines et c’est tant mieux. Les zoisos sont tranquilles.

Comme on est des naturalistes amateurs – mais avec sacado s’il vous plaît 🙂 – et qu’on a marché dans le parc 3 jours en une seule journée en se souvenant plus très bien dans quel ordre on a vu les zoisos, on va vous les montrer par ordre alphabétique 🙂

Les aigrettes

Grande aigrette, Ardea alba (ou Casmerodius albus), Ardéidés

Aigrette garzette Egretta garzetta, Ardéidés

Les avocettes élégantes (Recurvirostra avosetta, Récurvirostridés )

Avocettes élégantes (Recurvirostra avosetta, Récurvirostridés ) avec des spatules blanches (Platalea Leurocodia, Threskiornitidés).

Des avocettes élégantes par centaines !  Ça piaillait et s’entendait très loin ! Et toutes en parade nuptiale !

Monsieur avocette fait sa toilette, Madame se penche en avant et étire le cou au ras de l’eau, et hop, ils font des œufs ! Et tant pis si les spatules les regardent, elles s’en fichent, les avocettes 🙂

Bergeronnette grise, Motacilla alba, Motacillidés

Les cigognes (Ciconia ciconia, Ciconiidés)

Dans le parc, il y a une héronnière. Un immense espace inaccessible aux zoms, pour que les zoisos soient tranquilles. Du grand observatoire, on pouvait observer les grands arbres où nichent les cigognes, les spatules blanches et même deux bihoreaux 🙂 Le couple de bihoreaux s’était installé assez bas dans l’immeuble à échassiers, et ses voisins du dessus, les spatules, n’arrêtaient pas de les mater. Il y a des zoisos vraiment mal polis et indiscrets ! Sinon, bonne nouvelle, les cigognes sont toutes en parade amoureuse ou en nidification 🙂

Dans le parc, j’étais tout chiffonné… Pourquoi cette cigogne marchait-elle de droite à gauche ?  Aurait-elle perdu quelque chose? On saura jamais. En tous cas, elle est retournée à son nid, où elle a fait une longue parade amoureuse. On n’a pas pu filmer c’était trop loin. Mais c’était beau d’entendre leurs « clac clac » du bec 🙂

Les grands cormorans (Phalacrocorax carbo, Phalacrocoracidés)

L’un d’eux était tout seul à crier sur son pieu. Peut-être une madame qui criait à son mari « Alors feignant, quand est-ce que tu rentres ? » pendant que son mari n’en avait rien à faire et continuait de se baigner 😀

Cygne tuberculé (Cygnus olor, Anséridés)

Code Atlas 16 pour les cygnes 🙂 et en compagnie de bernaches du Canada (Branta Canadensis, Anatidés)

Faisan de Colchide  (Phasianus colchicus, Phasianidés)

On a rencontré 2 fois monsieur Faisan !  Monsieur Internet dit qu’il présente un fort dimorphisme sexuel ! Ça c’est sûr ! Brindille trouve qu’il se la pétait grave avec ses belles plumes, alors que madame (tellement discrète qu’on a pas pu la fotoer) avait un plumage bien plus modeste !

Fuligule morillon (Aythya fuligula, Anatidés)

Leur huppe derrière le crâne est rigolote. On croirait qu’ils ont trop dormi et qu’ils sont tout mal peignés 🙂

Grèbe huppé dit « Grébu » (Podiceps cristatus, Podicipédidés)

 Grébu était là, mais tout seul. Va-t-il pouvoir faire des œufs ?

Grive musicienne (Turdus philomelos, Turdidés)

Max : « Arthur, on voudrait pas te fâcher parce qu’on t’aime bien et qu’il est vachement bien ton article. Mais ça c’est pas une grive. Ben non. On dirait une linotte mélodieuse, Carduelis cannabina, Fringillidés. Rassure toi, ça arrive de dire des erreurs 🙂  »

Mouettes qui rigolent et mélanocéphales (Chroicocephalus ridibundus et Larus melanocephalus, Laridés )

Mouettes mélanocéphales et rieuses, avec quelques avocettes

Mouettes qui rigolent

On a vu des parades nuptiales et des couples faisant des œufs ! Vous devez le savoir, vous les petizours, mais nous, on a découvert que les mouettes rieuses sont monogames et reviennent chaque année dans le même nid, et que la parade nuptiale se termine quand monsieur mouette régurgite de la nourriture qu’il offre à madame mouette ! Berk !!

Mouettes qui rigolent
in copula

In copula 🙂

Mouflons de Méditerranée (Ovis gmelinii musimon)

On nous a expliqué qu’ils étaient issus d’une hybridation entre des moutons domestiques (Ovis sp.) et le Mouflon de Corse (Ovis gmelini musimon).

Oie cendrée (Anser anser, Anatidés)

Pouillot véloce (Phylloscopus collybita, Phylloscopidés)

Ah ce pouillot ! On l’a cherché longtemps !  On reconnaissait son chant, mais on arrivait pas à le fotoer ! Et d’un seul coup, il a dû avoir pitié de nous et a pris la pose 🙂 Merci petit phylloscopus :- Savez-vous que son nom anglais est « common chiff Chaff » ? Bien vu les grands bretons : c’est exactement son chant : chiff chaff !  🙂

Pouillot véloce Phylloscopus collybita Phylloscopidés

Spatules blanches (Platalea leucordia)

Les spatules blanches dans la héronnière. Fotos médiocres 🙁 Brindille pouvait pas zoomer davantage, elle a bien pensé au Chevalier 🙁

Tadornes de belon (Tadorna tadorna, Anatidés)

Tadornes de belon en compagnie de quelques avocettes.

Linotte mélodieuse (Carduelis cannabina, Fringillidés)

Et là, on demande vraiment l’indulgence du jury…

On a essayé de fotoer un vanneau huppé en vol (Vanellus vanellus, Charadriidés) mais on gagnera pas le prix Pulitzer cette année ! Si vous cherchez bien, vous le verrez qui embête des mouettes qui rigolent (pas) :- Faut chercher en haut ou en bas des fotos 😀

Vanneau en haut 🙂 Vanneau en bas 🙂 Vanneau au milieu 😀

Jour 3 : Informations en pas direct du tout et complètement différé de la Baie d’Authie

Le marais d’Authie, au nord de Fort-Mahon, est une vaste langue de sable qui se forme à l’embouchure de l’Authie, par accumulation de sédiments charriés par les courants marins le long du littoral. Ils se déposent sur l’estran, puis repris par le vent, ils s’accumulent en formant de magnifiques dunes blanches. Les zoms ont planté des graminées pour retenir le sable.

Derrière les dunes, d’immenses prés salés accueillent des centaines de moutons. En Picardie, les prés salés s’appellent des mollières. Y poussent des plantes halophiles, ça signifie qui vivent dans l’eau salée.

A l’horizon, la ville (moche) du Touquet Les mollières

Brindille a mangé à la taverne une plante halophile : des asters maritimes ! On les appelle aussi « oreilles de cochon ».  Leur cueillette est très réglementée, pour éviter de piller la nature. Monsieur Internet nous fournit un lien très intéressant : Délices d’Edith.

A gauche : L’Oyat Gourbet, Ammophila arenaria, Poaceae. Oyat, c’est le nom picard, et Gourbet le nom gascon.

A droite : L’Obione, (Obione portulacoides ou Atriplex portulacoides ou Halimione portulacoides) Les zoms sont pas d’accord entre eux sur le nom à lui donner. De la même famille que la blette, l’épinard, la salicorne ou l’arroche.  Aussi appelée faux pourpier ou chips de prés salés.

Euphorbe des dunes (ou des sables) : Euphorbia paralias,  Euphorbiaceae

Voilà les copains, nos fotos sont loin d’être aussi belles que celles du chevalier, nous sommes des béotiens avec sacado, mais on a été passionnés par notre séjour. Et puis toutes nos connaissances en zoisologie, on vous les doit 🙂 Alors merci les petizours ! Continuez à nous faire découvrir les beautés de la nature 🙂

Arthur

Samuel : « Bravo Arthur ! Bravo ! »

Continuer les promenades d’Arthur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.