Mars, le 17 – Grand Étang et Petit Royaume Sauvage

Max : « Amis lecteurs, bonsoir ! »

Léo : « Nous sommes en direct différé depuis le Grand Étang ! »

Les petizours

Max : « Tout de suite les titres de l’actualité ! »

Léo : « Nous pouvons dire que c’est la tempête ! »

Samuel  : « Mais avant de développer le titre principal, expliquons pourquoi nous sommes tout sales ! »

Léo : « A vrai dire nous sommes pas sales. Nous sommes couverts de café ! »

Max : « C’est à cause de bonome ! Ce grand dadais a renversé sa gourde de café sur nous ! »

Léo : « Nous, ses petizours adorés ! »

Max : « C’est donc couverts de café et les fesses dans les grêlons que nous présentons ce bulletin d’informations ! »

Samuel : « Parce qu’il a grêlé ! »

Léo : « Notre ami le vent s’est déchaîné et il a apporté l’orage et la grêle. »

Max : « Encore ouf qu’on était dans l’observatoire ! »

Léo : « Envoyons les images de la tempête ! »

La tempête

Max : « Sur la foto, on voit pas bien le vent. »

Léo : « Ni les vagues… »

Samuel : « Et encore moins la grêle… »

Max : « Alors peut-être qu’un film… »

Max : « Ça a duré environ vingt minutes. »

Léo : « Les zoisos étaient tout surpris… »

Des mouettes qui rigolent sous la tempête

Max : « Ces jeunes mouettes qui rigolent se demandaient pourquoi le ciel leur tombait sur la tête. Les pauvres… »

Léo : « Mais dès que la tempête cessa, les zoisos reprirent leurs activités. »

Samuel : « Commençons par deux Anatidés que nous vous présentons souvent… »

Monsieur Grobec Madame Grobec

Léo : « Les souchets sont nombreux ici bien que ce soient des visiteurs d’hiver peu fréquents… »

Max : « Comme vous le voyez, ils semblent pas dérangés par la pluie et l’eau coule sur eux comme sur les plumes d’un canard 🙂 « 

Samuel : « Cousin Max, vous faites encore une saproblague ! »

Max : « Parce que je suis rigolo moi, cher petit Sam. »

Léo : « Cela est tout à fait discutable… Les fuligules morillons maintenant. Eux aussi sont nombreux au Grand Étang puisqu’on en compte des dizaines et des dizaines. »

Samuel : « Autant dire des centaines… »

Monsieur Morillon Aythya fuligula, Anatidés

Max : « Là, monsieur fait sa toilette. »

Léo : « Nous vous avons souvent montré des images des fuligules qui ploufent. Sachez, amis lecteurs, que les morillons plongent en général à 4 m de profondeur pour les femelles et environ 5 mètres pour les mâles quand la profondeur le permet. La durée d’un ploufage est d’environ 15 secondes. »

Samuel : « Précisons qu’ils ploufent pour se nourrir au fond de l’eau. »

Max : « Et que dans certains cas ils peuvent atteindre 12 mètres de profondeur ! »

Léo : « Les fuligules morillons sont normalement sédentaires et il est probable qu’ils se reproduisent ici. »

Max : « Mais c’est pas sûr… Oulala Léo, avez-vous vu les Laridés ? « 

Léo : « Bien sûr mon cher Max ! Quels beaux zoisos que les Laridés ! Ceux que vous voyez là sont des goélands leucophées de première année… »

Goélands leucophées Larus michaellis, Laridés

Max : « Il me semble… Il me semble que l’individu dont on aperçoit une patte sur la foto de gauche est bagué ! Chers cousin, avez-vous réussi à lire la bague ? »

Léo : « Absolument pas cher Maxou ! Mais nous étudierons cela dès notre retour et enverrons ces précieuses données à qui de droit ! »

Samuel : « Tabarnak ! Mais que vois-je là ! »

Max : « Que voyez-vous cher petit Sam ? »

Samuel : « Ben… là… »

Chevalier gambette, Tringa totanus, Scolopacidés

Max : « Un chevalier gambette ! »

Léo : « C’est pas la première fois qu’on en voit ici mais quand même ! »

Samuel : « On me signale dans l’oreillette que le chevalier gambette a été signalé 74 fois au Grand Étang. »

Max : « Et nous c’est la deuxième ou troisième fois ! »

Léo : « Cher petit Sam, avez-vous d’autres informations à nous donner sur les zoisos du Grand Etang ? »

Samuel : « Absolument cher cousin Léo. 200 espèces ont été publiées dans Faune IDF pour ce site. »

Max : « On les a pas toutes vues nous… »

Samuel : « Non, c’est vrai mais on me signale qu’il y a qu’une seule observation du bihoreau gris et que nous en avons publié une. »

Léo : »Alors on est les seuls à avoir vu le bihoreau gris ici ? »

Max : « Rhooo la chaaance ! »

Léo : « Euh… Attendez un peu… Vous voyez là… »

Samuel : « Là ? »

Max : « Je vois ! Rhooo ! »

Bécasseau variable Calidris alpina, Scolopacidés

Léo : « Un bécasseau variable ! Rholala ! »

Max : « C’est la deuxième fois aussi ! Mais une première pour le plumage internuptial… »

Samuel : « Lui a été signalé 24 fois ici. »

Max : « Autant dire que c’est pas tous les jours qu’on en voit ! »

Léo : « Le gambette s’approche ! »

Chevalier gambette

Max : « Amis lecteurs nous sommes en direct différé depuis la Scolopacidie qui s’est délocalisée au Grand Étang ! »

Samuel : « On serait en Charentmaritimie je serais pas surpris, mais là… »

Léo : « On me donne quelques informations dans l’oreillette… Oui… Oui… D’accord… Alors les guignettes sont fréquents ici puisqu’ils ont été signalés 174 fois. Puis viennent les gambettes (74x), les aboyeur (62x), les culblancs (37x), les arlequins (11x) et les sylvains (8x). Le combattant varié a également été signalé 11 fois. »

Max : « Alors on a vu les plus rares et les plus fréquents… »

Léo : « Il y a que l’arlequin qu’on a jamais vu ici. »

Max : « Pour terminer cette séquence sur les signalements d’observations j’ajouterai que le courlis corlieu que nous avons déjà observé n’a été signalé que 3 fois et les avocettes élégantes 16 fois. Ce sont deux zoisos qu’il nous a déjà été donné d’observer ici… »

Léo : « Merci cher Max. »

Samuel : « Le bécasseau s’approche… »

Bécasseau variable Calidris alpina, Scolopacidés

Léo : « Et le gambette aussi… »

Chevalier gambette

Max : « Quel spectacle ! Mais quel spectacle ! »

Léo : « Ça valait la peine d’affronter l’orage et la grêle ! »

Samuel : « Et même le café 🙂 « 

Chevalier gambette et … bécasseaux variables

Léo : « Mais en fait il y a deux bécasseaux variables ! »

Max : « Sur la même foto que le gambette ! »

Samuel : « Et vlan les Scolopacidés ! »

Léo : « On me dit que nous avons observé 89 espèces ici. »

Max : « 89 sur 200 ? »

Léo : « Oui Maxou. 89 sur un peu moins de 200 puisque dans les données il y a des observations incertaines comme ‘goéland indéterminé’, ‘mouette indéterminée’… »

Samuel : « Il nous reste quand même du travail d’inspection ! »

Léo : « Des bergeronnettes grises ! Il y en a … 4 ! Quatre bergeronnettes grises se promènent devant nous ! »

Max : « Je dirais plutôt qu’elles paradent ou se chamaillent ! »

Samuel : « Code atlas 6 ! »

Max : « Si on ajoute les trois bergeronnettes des ruisseaux qui sont passées tout à l’heure on peut dire que tout va bien en Motacillidie ! »

Léo : « Et que la Motacillidie s’entend bien avec la Scolopacidie ! »

Chevalier gambette et bergeronnette grise

Max : « Que pouvons-nous ajouter à cela… La suite se passe de commentaires… »

Bécasseaux variables Calidris alpina, Scolopacidés

Bergeronnette grise, Motacilla alba, Motacillidés

Chevalier gambette

Bécasseau variable Calidris alpina, Scolopacidés
Bergeronnette grise Motacilla alba, Motacillidés

Chevalier gambette, Tringa totanus, Scolopacidés

Bergeronnette grise Motacilla alba, Motacillidés

Max : « Bien, nous pourrions rester jusqu’au coucher du soleil à observer ces magnifiques zoisos mais nous devons aller inspecter un peu le Petit Royaume Sauvage. »

Léo : « Avec la pluie qu’il y a eu cette semaine, il va être inondé et je suis presque sûr que notre inspection va se limiter au Refuge du Pré. »

Max : « Amis lecteurs nous vous donnons rendez-vous dans quelques minutes au Refuge du Pré ! »

Quelques minutes plus tard…

Max : « Nous voici en direct différé depuis le Refuge du Pré ! »

Léo : « Nous refusons de nous faire fotoer alors que nous sommes caféinés de la tête aux pattes ! »

Samuel : « On est pas présentables… »

Max : « Commençons par confirmer la supposition de Léo. Effectivement le chemin du Petit Royaume Sauvage est tout inondé et bonome devrait se ploufer les pieds jusqu’aux genoux pour pouvoir avancer. »

Léo : « Nous resterons donc sur le chemin qui borde le Refuge du Pré. »

Samuel : « Notons que ce qui fut un champ il y a quelque temps le long de ce chemin, est une prairie inondée depuis quelques mois et que les foulques et les colverts l’ont colonisée. »

Max : « Comme chaque fois, les geais se sauvent en criant à notre arrivée ! »

Léo : « Ils sont pas très coopératifs ces geais. »

Samuel : « Je tiens également à préciser que le chemin et le Refuge sont deux sites différents dans Faune IDF et d’après les listes que je consulte en ce moment, les observateurs sont pas très rigoureux dans leurs relevés. »

Max : « Ne soyez pas trop sévère avec eux cher petit Sam. Nous mêmes, parfois, ne saisissons pas pas bien nos observations. Mais nous ferons des efforts les prochaines fois. »

Léo : « J’entends de jolies mésanges à longue queue qui se signalent par leur chant caractéristique. »

Samuel : « Elles sont là ! »

Mésange à longue queue Aegithalos caudatus, Aegithalidés

Max : « La progression dans la boue est difficile et notre cher bonome va encore être tout crotté. »

Léo : « Oui ben nous on est caféinés ! Il peut bien être tout crotté ! »

Max : « Je peux pas vous donner tort mon cher Léo. Mon beau gilet de la LPO est tout marron et je peux même pas le montrer à l’antenne. Cher petit Sam, vous nous parliez de listes. Pouvez-vous nous dire combien d’espèces ont été observées ici ? »

Samuel : « Alors il y en a 66 pour le Chemin et 188 pour le Refuge du Pré. Mais comme je vous le disais ces données sont sujettes à caution. »

Léo : « Pardonnez moi de vous interrompre mais… »

Max : « Je vois ! »

Madame garrot à œil d’or Monsieur Garrot à œil d’or

Samuel : « Les garrots à œil d’or sont toujours là ! »

Garrots à oeil d’or, Bucephala clangula, Anatidés

Max : « Cher Léo, pouvez-vous nous parler des garrots à œil d’or. »

Léo : « Nous pouvons dire que ce sont de très beaux zoisos ! »

Max : « Merci cher Léo ! Samuel, avez-vous quelque chose à ajouter. »

Samuel : « Oui cher cousin Max. Les garrots sont des ploufeurs. Comme chez les fuligules morillons c’est monsieur qui va le plus profond : jusqu’à 4 m alors que madame dépasse rarement 1,5 mètre. Les plongées peuvent durer 30 secondes. Les oisillons de trois jours ploufent déjà et peuvent rester jusqu’à 10 secondes sous l’eau ! »

Max : « Merci cher Samuel. »

Léo : « Malheureusement les garrots à œil d’or nichent pas ici et ils vont pas tarder à retourner dans le nord de l’Europe. »

Max : « Espérons que ce charmant petit couple a pas cette information et qu’il restera ici pour faire des œufs. »

Max : « C’est sur ces magnifiques images de monsieur garrot qui ploufe que nous rendons l’antenne. »

Léo : « Nous espérons que ce bulletin d’informations vous a plu ! »

Samuel : « A bientôt amis lecteurs ! »

Continuer la promenade

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.