176 – Le Grand Étang à l’automne

Un jour de janvier de l’an VI

Léo : « Max, qu’est ce que tu fais ? »

Max : « Je rêve… »

Léo : « Ah… Tu veux que je te laisse ? »

Max : « Mmmmm… Non, qu’est ce que tu voulais ? »

Léo : « On a inspecté hier et tu as terminé l’article. On a rien à faire. On pourrait reprendre tes aventures. On en est où ? »

Max : « On a fait le Petit Royaume Sauvage de Septembre. »

Léo : « Ah oui ! Et après ? »

Max : « On est allés plusieurs fois au Grand Étang. Ça va être long à faire… »

Samuel : « Et si on faisait une synthèse cousin Max ? »

Léo : « Bonne idée ! Pas la peine de faire un article pour chaque inspection ! On montre ce qui nous a plu le plus ! »

Max : « D’accord. Ça va aller plus vite. Bon, je rassemble toutes les fotos et je fais un premier tri. Ensuite vous me direz lesquelles on garde. »

Léo : « D’accord. A tout à l’heure. »

Un peu plus tard…

Max : « Léo ! Sam ! Venez voir ! »

Léo : « Tu as fais le tri ? »

Max : « Oui. Mais il y en a encore trop. »

Samuel : « On va en supprimer. »

Léo : « Fais voir… »

Les trois petizours s’installent face à l’ordinateur…

Max : « Dites, si on prenait du chocolat pour regarder les fotos ? »

Léo : « Gourmand ! »

Max : « Si tu en veux pas… »

Samuel : « Des fotos, du chocolat… On pourrait demander au chevalier… »

Max : « Quand est ce que tu vas l’appeler bonome ? »

Samuel : « J’ose pas… »

Léo : « Tu oses pas ? »

Samuel : « Non… C’est un grand chevalier. »

Max : « Pfff ! Je t’ai coupé petit Sam. Tu disais qu’on pourrait demander au chevalier… »

Samuel : « De venir avec nous… »

Max : « Soirée fotos, chocolat, gratouillis ? »

Léo : « On devait graver ! »

Max : « On demande à bonome si il veut bien le faire. Il a plein de doigts lui ! »

Léo : « D’accord. »

Samuel : « D’accord aussi. »

Max : « Je vais le chercher. »

Max : « Bonome, tu corriges ? »

Le chevalier : « Oui… »

Max : « Et tu en as assez… »

Le chevalier : « Oui… »

Max : « J’ai la solution. Tu viens avec nous. On regarde les fotos de l’automne au Grand Étang et tu graves ce qu’on te dicte en mangeant du chocolat. »

Le chevalier : « Bonne idée. »

Max : « Alors viens. Samuel et Léo nous attendent. »

Le chevalier va s’asseoir dans le fauteuil, l’ordinateur sur les genoux. Les petizours s’installent sur lui.

Max : « On commence ! »

Léo : « Première foto ! »

Un héron cendré

Samuel : « Un héron cendré ! »

Léo : « Tu l’as bien recadrée Maxou ! »

Max : « Elle est un peu sombre et pas tout à fait nette. »

Léo : « On s’en fiche. On dit quoi sur le héron ? »

Max : « On a tout dit déjà. »

Samuel : « On précise juste qu’il s’appelle Ardea cinerea, que c’est un Ardéidé et que c’est un très beau zoiso. »

Max : « Ça c’est fait 🙂 »

Une guifette noire

Léo : « La guifette noire ! »

Max : « Ouiiiii 🙂 »

Samuel : « J’avais oublié. »

Léo : « Tu oublies jamais rien et tu as oublié la guifette noire ? »

Samuel : « Ben oui… »

Max : « Chlidonias niger, Laridés. Bonome, tu te souviens des guifettes noires ? »

Le chevalier : « Bien sûr. Six d’un coup… »

Léo : « C’est pas tous les jours qu’on en voit… »

Une mouette qui rigole Chroicocephalus ridibundus

Max : « Les mouettes qui rigolent c’est plus fréquent. »

Léo : « C’est beau quand même. »

Samuel : « Surtout en vol. »

Max : « Vous avez déjà vu les dessins de zoisos de Léonard de Vinci ? »

Léo : « Moi oui ! »

Samuel : « Moi aussi ! »

Max : « Je vais quand même chercher sur Internet pour montrer à nos lecteurs. Vous vous rendez compte qu’il a fait juste en observant ? Il avait pas d’appareil foto lui ! »

Léo : « Il était fort ! »

Samuel : « Moi je sais pas dessiner. »

Max : « Coquelicot fait de beaux dessins de zoisos. J’aimais bien quand elle m’en donnait pour mon blog. J’avais envie de faire une page spéciale. »

Léo : « Pourquoi tu le fais pas ? »

Max : « Elle donne plus de nouvelles… »

Monsieur souchet Madame souchet

Samuel : « Monsieur et madame souchet, Anas clypeata, Anatidés. »

Max : « Monsieur et madame Grobec 🙂 »

Léo : « Il leur va bien leur bec. Il a pas l’air trop grand. »

Samuel : « Il est surtout très efficace pour se nourrir par filtration. »

Max : « Ben oui. »

Léo : « J’aime bien le mâle en train de changer de plumes. »

Max : « Il a pas son beau plumage nuptial. »

Léo : « On en voit toute l’année en fait des souchets. »

Max : « C’est vrai. Mais surtout l’hiver. »

Léo : « Alors que dans Faune IDF ils disent que c’est un hivernant peu fréquent. »

Une guifette noire

Léo : « Encore la guifette noire ! »

Max : « On a pas dit qu’elle est en plumage internuptial. »

Léo : « En habit nuptial elle a la tête toute noire ! »

Samuel : « Là, il y a juste une tâche autour de l’œil. »

Max : « Et une tâche un peu plus en arrière. Ça la distingue de la guifette leucoptère. »

Des Anatidés

Max : « Je me souviens ! Brindille était venue avec nous ! »

Léo : « Et il y avait un ornithologue avec sa lunette ! »

Samuel : « Sur cette foto il y a des souchets, des fuligules milouins, des bernaches du Canada, un colvert et un vanneau. »

Léo : « Tu as gardé les fotos au gros zoom ? »

Max : « Le gros zoom c’est pas le zoom monstrueux 🙂 Oui, je les ai gardées. Bonome, tu avances ? »

Le chevalier : « Voilà ! »

Des bécasseaux qu’on reconnaît pas…

 

Max : « On voit pas bien. Dommage que tu avais pas encore le zoom monstrueux. Vous arrivez à voir, vous ? »

Léo : « A voir, oui. Mais pas à identifier. Et toi bonome ? »

Le chevalier : « Non plus. »

Max : « Mais… Il y avait un ornithologue ! Il a peut-être publié ses obs dans Faune IDF ! On peut faire une recherche d’après la date et le lieu ! »

Le chevalier : « On peut essayer… »

Max : « Zutalor ! Il y a que notre guifette noire ! »

Léo : « Vous vous souvenez de ce qu’avait dit l’ornithologue ? »

Le chevalier : « Bécasseau minute et bécasseau violet. Mais je verrais plutôt un variable. »

Max : « On saura jamais… »

Le chevalier : « Tant pis… »

Des mouettes qui rigolent

Max : « Des mouettes qui rigolent qui se chamaillent ! »

Léo : « Des juvéniles qui se poursuivent pour un morceau de plante aquatique. »

Une grande aigrette

Léo : « Une grande aigrette, Casmerodius albus, Ardéidés. »

Samuel : « C’était au Petit Royaume Sauvage ! »

Max : « Oui, c’est un peu mélangé. »

Léo : « On en voit de plus en plus des grandes aigrettes. »

Max : « C’est parce qu’on inspecte plus. J’en ai vu une au Royaume des Bernaches. »

Samuel : « Comme il y a quinze jours. »

Max : « Oui 🙂 »

Un martin-pêcheur d’Europe

Les petizours : « Martin ! »

Max : « Rholala ! Le Martin du Grand Étang ! Il s’est posé juste là ! »

Léo : « Lui aussi on le voit souvent. »

Samuel : « Pas assez quand même… »

Max : « Vous vous souvenez de ce qu’il a fait au moment où bonome l’a fotoé ? »

Léo : « Non. »

Max : « Montre bonome. Les trois prochaines fotos 🙂 »

Léo : « Martin ! »

Samuel : « Ben d’accord ! »

Max : « 🙂 Après c’est la cigogne blanche. »

Une cigogne blanche

Léo : « C’est encore au Petit Royaume Sauvage ! »

Max : « Ben oui ! On fait les deux endroits à chaque fois ! On l’a déjà dit ! »

Samuel : « Elles vont surtout là les cigognes blanches. On les voit pas au Grand Étang. »

Max : « Si ! Une fois ! Tu te souviens bonome ? »

Le chevalier : « J’étais avec un petitours qui découvrait les zoisos. Il n’en revenait pas de voir une cigogne blanche 🙂 »

Max : « Et son bonome avait l’air tout aussi surpris 🙂 Puis il y a eu le faucon hobereau… »

Léo : « Et là, qu’est ce qu’il y a après ? »

Tarier patre Saxicola rubicola, Muscicapidés

Samuel : « Des tariers patres ! Saxicola rubicola, Muscicapidés. On en voit surtout en Charentmaritimie. »

Max : « Et quelques uns ici. Mais c’est plus rare. Montre la suite bonome. »

Léo : « Le faucon crécerelle en piqué ! »

Max : « Bravo pour les fotos bonome. Il va très vite comme ça. »

Samuel : « Mais elle a pas attrapé de proie la crécerelle. »

Max : « On l’a vu fondre vers une proie quand même ! C’était la première fois. »

Léo : « Avec les ailes repliées dans le dos, comme ça… »

Léo : « La mésange à longue queue. »

Samuel : « Aegithalos caudatus, Agethilidés. »

Max : « C’est mignon les mésanges à longue queue. Tu veux pas en adopter bonome ? Ou alors leur dire de venir à nos restaurant à zoisos. Brindille en a, elle ! »

Le chevalier : « Si j’ai bien compris, elles ne font que passer prendre quelques graines. »

Léo : « Nous, elles viennent pas du tout ! »

Le chevalier : « Nous n’en avons pas jamais vu. »

Léo : « On en a jamais vu dans notre quartier. »

Max : « C’est vrai. Pourtant elles vivent souvent avec les autres mésanges. Et il y a des charbonnières et des bleues. Pourquoi il y a pas de longue queue ? »

Le chevalier : « Je ne sais pas Maxou. »

Max : « Pas grave. Continue les fotos bonome. »

(Remarque : aujourd’hui, et pour la première fois, des mésanges à longue queue sont venues dans le tilleul qui se trouve en face de la chambre. Il suffisait de demander 🙂 )

Léo : « Retour au Grand Étang ! »

Samuel : « Buse variable, Buteo buteo, Accipitridés. »

Une buse variable

Max : « C’est rare qu’elle se pose là. »

Léo : « Mais il y en a souvent dans le secteur. »

Samuel : « Même plusieurs en même temps. »

Max : « Elle aussi elle a… Montre bonome. »

 

Léo : « Mais dites les zoisos, il faut le dire si on vous fait… »

Samuel : « Rholala, cousin Léo, comment tu parles ! »

Léo : « Ben, c’est à cause des zoisos ! Tu as vu ce qu’ils font ? »

Samuel : « C’est pas une raison pour être pas poli ! »

Léo : « J’ai même rien dit ! »

Max : « Bonome, ils commenceraient pas une chamaillerie là ? »

Le chevalier : « Ça y ressemble 🙂 »

Samuel : « Je chamaillais ? »

Max : « C’était bien parti pour. »

Samuel : « Rho la honte ! »

Max : « Mais nooooon ! Ça arrive de chamailler quand on est un juvénile. »

Samuel : « J’ai honte quand même. »

Max : « Bonome, gratouillis pour ton petitours blanc. »

Le chevalier : « Il ne faut pas avoir honte petit Sam. Ça arrive. »

Léo : « Passe à la suite pendant que tu gratouilles petit Sam. »

Monsieur Grobec

Léo : « Encore monsieur Grobec ! »

Max : « Je sais pas si c’est une bonne idée de le surnommer Grobec. Ça existe les gros-becs. Il y a le gros bec casse-noyaux par exemple. »

Léo : « Mais on l’a jamais vu ! »

Max : « Et si on le voit un jour ? Comment on va faire ? »

Léo : « On verra bien. »

Le beau nuage un peu plus tard

Léo : « Le beau nuage ! »

Samuel : « Je m’en souviens ! »

Max : « Il était tout seul dans le ciel. Il avait pas d’amis nuages. »

Léo : « C’était bizarre ce ciel bleu avec son unique nuage. »

Samuel : « Mais c’était très beau. »

Léo : « Ça ressemble un peu à la fin d’une inspection ce genre de fotos… »

Max : « Ben… Quand on regarde le ciel et les nuages, c’est qu’on a déjà vu tous les zoisos. Mais là, il y a les fotos de plusieurs inspections. »

Samuel : « Alors il y a des tas de fotos de fin d’inspection ! Montre chevalier. »

Max : « Samuel… »

Samuel : « Oups ! Montre chevalier, s’il te plaît. »

Max : « Bonome, tu sais que petit Sam ose pas t’appeler bonome ? »

Le chevalier : « Tu n’oses pas ? »

Samuel : « Non. Tu es si gentil. Et puis tu es un grand chevalier. »

Le chevalier : « Ce qui n’empêche ni Max, ni Léo, de m’appeler bonome 🙂 Tu fais comme tu veux mon petitours. Mais ça me plairait bien que tu m’appelles bonome. »

Samuel : « Alors peut-être 🙂 »

Max : « Bon, tu montres la suite ? »

Le chevalier : « Je montre. »

Léo : « Le chardonneret rigolo c’était pas une fin d’inspection ! »

Samuel : « Plutôt un début au Petit Royaume Sauvage. »

Max : « C’est vraiment un beau zoiso le chardonneret rigolo. »

Léo : « Et c’est notre zoiso-gardien de Charentmaritimie. »

Samuel : « On a pas de zoiso-gardien ici. »

Max : « Ici, c’est tous nos zoisos-gardiens. On veille sur eux alors ils veillent sur nous. Passe à la foto suivante bonome. »

Samuel : « Je me souviens. »

Léo : « Tout ça de chardonnerets. »

Max : « Il y en avait beaucoup plus que ça. Là, on a seulement ceux qui étaient sur le fil. »

Léo : « Je pense qu’il y en avait au moins une cinquantaine. »

Max : « Au moins. »

Léo : « Les corbeaux freux ! »

Max : « Oui, sur le chemin du Grand Étang. Il y en a plein les champs. »

Léo : « Mais on les avait jamais vus. »

Max : « On devait pas faire attention et croire que c’étaient des corneilles noires. »

Samuel : « Le corbeau freux s’appelle Corvus frugilegus et c’est un Corvidé. »

Max : « Ça me rappelle les grands corbeaux dans les Alpes. »

Samuel : « Corvus corax, Corvidés aussi 🙂 »

Léo : « Tu as pas une foto qui montre un seul individu pour bien montrer la différence avec la corneille noire ? »

Max : « Si. Bonome… »

Un corbeau freux

Léo : « Ben là, on voit bien ! »

Samuel : « Le bec est gris. Chez la corneille noire et le grand corbeau il est noir. »

Max : « Exact ! Et puis les corbeaux c’est en milieu ouvert. Dans les champs. Alors que pour les corneilles il faut des arbres. Ou des villes. »

Léo : « Tout le monde les confond, les corbeaux freux et les corneilles noires. »

Max : « Oui mais pas nous 🙂 »

Un pic épeiche Dendrocopos major, Picidés

Samuel : « Le pic épeiche ! Je m’en souviens aussi ! »

Max : « On en voit rarement au Grand Étang. »

Léo : « Il abîmait l’arbre ! »

Max : « Il cherchait du manger sous l’écorce. C’est pas pareil. Il faut bien qu’il mange ! »

Samuel : « C’est compliqué la nature. On aime bien les arbres et on voudrait qu’ils soient pas abîmés. Mais on aime aussi les pics épeiches et ils abîment les arbres pour pouvoir manger… »

Max : « Il faut laisser faire. La nature, elle trouve toujours son équilibre si on la dérange pas. »

Léo : « C’est bien ça le problème. Les zoms la laissent pas trouver son équilibre. Ils perturbent tout ! »

Max : « On parle pas des zoms. On s’en fiche ce soir. »

Léo : « On passe à la suite. »

Un beau ciel

Samuel : « Quel beau ciel ! »

Léo : « Oulala oui ! »

Max : « On s’en lasse pas. Quand j’ai choisi les fotos tout à l’heure, je suis resté bloqué devant celle-ci. »

Léo : « Je comprends. Ça fait rêver. »

Samuel : « C’est parce qu’on a de la beauté dans les yeux 🙂 »

Max : « Oui petit Sam. La suite bonome ! »

La lune

Léo : « La lune… »

Max : « Bonome, tu nous expliqueras la lune un jour ? »

Le chevalier : « Vous expliquer la lune ? »

Max : « Oui. S’il te plaît. Je voudrais savoir d’où elle vient. »

Léo : « Et puis pourquoi ça donne le vertige quand on la regarde. Enfin, pas vraiment le vertige… Je sais pas comment dire… »

Samuel : « Je comprends ce que tu veux dire cousin Léo. On se sent tout petit, insignifiant… »

Le chevalier : « Vous voulez que je vous explique tout ça ? »

Max : « S’il te plaît bonome. »

Le chevalier : « Ce soir ? »

Max : « Non, pas ce soir. Ce soir on regarde les fotos en mangeant du chocolat. Au moment de la prochaine pleine lune. Tu feras des fotos de la lune puis tu nous expliqueras. Tu veux bien ? »

Le chevalier : « Je veux bien. »

Max : « Merci bonome. On continue ? »

Le chevalier : « Il y en a encore beaucoup ? »

Max : « Pas trop. Tu verras bien ! »

Samuel : « Rhoooo ! »

Léo : « Le coucher de soleil… »

Max : « Oui. On en a vu plusieurs. Avec de belles images… »

Léo : « La chance qu’on a de voir ça ! »

Léo : « Monsieur Grobec habite là lui. »

Samuel : « Il voit ça tous les jours. »

Max : « Ben non. C’est pas tous les jours comme ça ! »

Max : « Ça me rappelle notre première sortie Là Où Le Soleil Se Couche. Tu t’en souviens bonome ? »

Le chevalier : « Je m’en souviens Maxou. »

Max : « Tu te souviens de tout ? »

Le chevalier : « Je ne l’affirmerais pas Maxou. Mais je pense, oui. »

Max : « 🙂 Alors passe les deux fotos suivantes… »

Un grébu en vol

Léo : « Grébu en vol sur fond de coucher de soleil ! »

Samuel : « C’est rare qu’on le voit voler ! »

Max : « Il devait aller se coucher… »

Léo : « On devrait y aller nous aussi… »

Samuel : « Il y a encore des fotos ? »

Max : « Pas du Grand Étang. J’ai ajouté une scène observée lors de notre seule sortie au Royaume des Grèbes. »

Léo : « Laquelle ? »

Max : « Celle-là ! »

Samuel : « Ce sont des corneilles noires qui se sont alliées pour pourchasser une buse variable ! »

Léo : « On sait pas ce qu’elles lui reprochaient à la buse variable, mais elles voulaient pas qu’elle traîne dans le coin. »

Samuel : « C’est fini ? »

Max : « Oui, pour cette fois. »

Léo : « Tu as bien choisi les fotos Maxou. »

Max : « Merci Léo. »

Samuel : « Bravo cousin Max ! Bravo ! »

Max : « Merci public adoré 🙂 »

Léo : « Bonome, il est l’heure d’aller au lit. Tu veux bien nous porter dans notre lit ? »

Le chevalier : « Je veux bien vous porter dans la salle de bains pour vous débarbouiller. Vous êtes couverts de chocolat. »

Max : « Je vois pas le problème ! On sent le chocolat 🙂 »

Le chevalier : « Les petizours ça fait pas souvent sa toilette… »

Max : « Bon, d’accord, porte nous jusque là. »

On a fait sa toilette et puis on s’est aspergés et on s’est chamaillés. On a bien rigolé. Puis bonome nous a essuyés et nous a portés dans le lit. Voilà pour le Grand Etang en ce début d’automne…

Continuer la promenade

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.