Un autre beau dessin

Jeudi 14 Décembre, An IV

Dans la cabane du chevalier…

Max : « Bonjour bonome, tu es rentré de la schola ? »

Le chevalier : « Max, tu devrais le savoir puisque tu es venu avec moi 🙂 »

Max : « Ah oui ! Je suis bête dans ma tête moi… C’est parce que je pensais à autre chose… Viens voir bonome… »

Le chevalier : « Qu’y a t’il mon petitours ? »

Max : « Rien de grave. Pas la peine de t’inquiéter 🙂 Regarde… »

Le chevalier : « Oh ! Bravo ! C’est toi qui l’as fait ? »

Max : « Ben non, je dessine pas moi. C’est Coquelicot. Elle me l’a donné. Elle est gentille non ? »

Le chevalier : « Oui Maxou. Il est très beau ce dessin. »

Max : « Ben oui 🙂 Tu reconnais la scène ? »

Le chevalier : « Évidemment 🙂 »

Max : « Là Où Les Cailloux Sont Tout Cassés… Le jour où on a donné le sacado à Léo, le coucher de soleil au bord de l’eau avec les embruns sur la truffe… »

Le chevalier : « De beaux souvenirs… As-tu montré ce dessin à tes cousins ? »

Max : « Pas encore. Je voulais te le montrer d’abord. Je les appelle. »

Le chevalier : « STOP ! Tu ne cries pas ! Je vais les chercher… »

Le chevalier part dans la chambre et revient avec les Léo et Samuel.

Max : « Léo ! Samuel ! Regardez un peu ça ! »

Samuel : « Tabarnak ! C’est vous ! »

Léo : « Rholala ! C’est toi qui l’as fait ? »

Max : « Non, c’est Coquelicot ! »

Samuel : « Ça c’est un beau dessin ! Vous êtes rigolo tous les deux 🙂 »

Max : « C’est le jour où Léo a reçu son sacado 🙂 Dis bonome, tu peux me retrouver la foto s’il te plaît ? »

Le chevalier : « Bien sûr Maxou. »

Max : « Et… Est-ce que tu as un cadre ? Je voudrais l’encadrer et le mettre dans la chambre. »

Le chevalier : « Je vais voir… Mais tu pourrais demander à Léo et Samuel. »

Max : « Vous voulez bien ? »

Samuel : « Moi je suis d’accord. »

Léo : « Un dessin de moi ?… Mais il y a plus de place dans notre chambre. Avec le lit, nos beaux livres de zoisos, ton premier cadre, notre penderie… »

Max : « Bonome, il faut agrandir notre chambre. Elle a été conçue quand j’étais seul. Nous sommes trois maintenant. Tu pourrais pousser les murs… »

Le chevalier : « Je vais voir ce que je peux faire… »

Max : « Et il faudrait faire un cadeau à Coquelicot. Tu peux t’en occuper ? »

Le chevalier : Non. »

Max : « Non ? »

Le chevalier : « Non ! »

Max : « Et pourquoi, s’il te plaît ? »

Le chevalier : « Parce que je ne fais pas de cadeau à Coquelicot. Tu te débrouilles… »

Max : « Et comment je fais sans argent de poche ? »

Le chevalier : « Et voilà ! C’est reparti… »

Max : « Non, d’accord, je vois bien que je t’embête avec l’argent de poche. Bonome, il faut que je te parle. »

Le chevalier : « Je t’écoute Maxou. »

Max : « Bonome, cela fait quelques mois maintenant que je travaille pour toi. Les cours de Max, ça te dit quelque chose ? »

Le chevalier : « Oui mon petitours. »

Max : « Tu te rends compte du travail que ça me demande ? »

Le chevalier : « Oui. Et je suis très fier de toi. J’aime beaucoup tes cours. »

Max : « Merci mon bonome. Tu dois savoir qu’il est écrit : ‘Toute peine mérite salaire.’ C’est dans la Bible. Tu connais la Bible ? »

Le chevalier : « Je connais 🙂 »

Max : « Bien. Peut-être pourrions nous parler de mon salaire alors… »

Le chevalier : « Mon petitours, je suis ravi que tu cites la Bible. C’est digne d’un bon petit disciple de Jésus. »

Max : « Merci bonome. On parle du salaire alors ? »

Le chevalier : «  Remettons d’abord ce verset dans son contexte c’est-à-dire dans l’évangile de Luc, chapitre 10 verset 7 : ‘Demeurez dans cette maison-là, mangeant et buvant ce qu’on vous donnera ; car l’ouvrier mérite son salaire.’ Matthieu dit, lui, au chapitre 10, versets 9 et 10 : ‘Ne prenez ni or, ni argent, ni monnaie dans vos ceintures ; ni sac pour le voyage, ni deux tuniques, ni souliers, ni bâton ; car l’ouvrier mérite son salaire.’ Les évangélistes ne parlent pas d’argent mais de la nourriture et du lit. »

Max : « Ils disent ça ? Tu es sûr ? »

Léo : « Mon Maxou, je crois que tu t’es fait moucher ! »

Samuel : « Et vlan ! »

Léo : « Parce qu’on a un beau lit nous. »

Samuel : « Dans une belle chambre. »

Léo : « Et du chocolat à volonté. »

Samuel : « Alors tu mérites ton salaire, toi. »

Léo : « La chance ! »

Samuel : « Tu reçois gratuitement et tu donnes gratuitement. »

Léo : « Tu vis pleinement l’idéal évangélique. »

Samuel : « Grâce à ton travail. »

Max : « Alors pas de salaire ? »

Léo : « Ben non ! »

Samuel : « Tu gagnes le paradis cousin Max ! »

Léo : « Et tu penses à l’argent… »

Max : « M’en fiche de l’argent moi. C’est pour faire un cadeau à Coquelicot. Elle est gentille Coquelicot. Elle m’a fait un beau dessin et je peux même pas la remercier en lui faisant un cadeau et en plus mes cousins se moquent de moi… »

Le chevalier : « Max, que dirais-tu d’encadrer ton beau dessin et d’aller pousser les murs de la chambre ? »

Max : « C’est pas un cadeau pour Coquelicot ça… »

Léo : « Allez, viens Maxou. On va encadrer ton beau dessin. »

Léo : « Voilà ! Bonome, tu fotoes ? »

Le chevalier : « Évidemment ! »

Léo : « Bon, on va pousser les murs de la chambre maintenant ! Allez ! Au travail ! »

Léo : « Pousse un peu Max ! »

Samuel : « Allez cousin Max ! Le mur va pas se pousser tout seul ! »

Max : « Pfff… »

Léo : « Encore un peu… Voilà ! Samuel, tu remets les beaux livres de zoisos. Max, tu mets le cadre en place ! Et moi je déplace la carte de Brindille et je pousse un peu le lit… »

Samuel : « Fait ! »

Max : « Il est bien là ? »

Léo : « Oui ! Très bien ! Et sinon on le déplacera plus tard… »

Samuel : « On verra à l’usage 🙂 »

Léo : « Bien. C’est fait. Bonome… »

Le chevalier : « Oui mon petitours, je vous fotoe 🙂 Installez vous dans votre lit. »

Léo : « On y va ! »

Léo : « Dites, puisqu’on est au lit, bonome pourrait nous raconter une histoire ! »

Samuel : « Oh oui ! Une histoire ! »

Le chevalier : « Si vous voulez. Mais d’abord, vous allez vous débarbouiller et vous déshabiller. Pas de pantalon dans le lit ! »

Léo a vu que j’étais triste encore à cause que je peux même pas faire un cadeau à Coquelicot alors, pendant qu’on se débarbouillait, il a lancé une bataille d’eau. On s’est tout aspergés et on a bien rigolé. On a mis de l’eau partout et bonome nous a même pas grondés. Il est gentil bonome. Il a tout essuyé pendant qu’on allait au lit en se chamaillant. On s’est couchés et il est venu nous raconter une belle histoire sur la mer des temps passés. Mais on a pas entendu la fin 🙂

Coquelicot, je te remercie pour ce beau dessin 🙂

Continuer la promenade

4 réflexions au sujet de « Un autre beau dessin »

  1. Bonjour Coquelicot,
    je suis ravi que ça te plaise. Finalement, tu l’as eu ton cadeau 🙂 Oups, je me suis mal exprimé, pardon. Finalement j’ai pu te le faire le cadeau 🙂
    A bientôt 🙂

  2. Salutations les petizours bonjour Chevalier.
    Que nenni ! Je ne m’en fiche pas de vous, je pense à vous moi, ben oui 🙂
    Je suis contente que le dessin vous plaise. C’est rare que je dessine des petizours 🙂
    Arthur, merci de tes compliments, tu salueras Brindille de ma part 🙂
    Vous savez, pour moi, c’est un très beau cadeau que vous l’ayez encadré 😉 bien à vous,
    Coquelicot.

  3. Bonjour Arthur,
    Effectivement nous avons une très belle chambre 🙂 Avec de très beaux dessins… mais il nous manque des fauteuils à bascule. Bonome il a un fauteuil à bascule lui…
    Coquelicot a même pas mis de commentaire. Peut-être qu’elle s’en fiche de nous. Il y a déjà Princesse qui s’en fiche de nous… Pfff…
    Nous te gratouillons amicalement le front 🙂

  4. Coucou les zamis petizours !

    Vous avez la plus belle chambre du monde, avec ce nouveau dessin magnifique de Coquelicot ! Quand vous la verrez, félicitez la pour moi 🙂
    Je n’ai pas de doigts non plus, comme vous, et serais incapable de dessiner, mais elle, elle a un réel talent et arriverait à faire de splendides dessins même sans doigts 🙂
    Serrage de pattes amical et mes respectueuses salutations au grand chevalier 🙂
    Arthur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.