137 – Le Royaume des Chevaliers

Samedi 24 Décembre, An III

Les trois petizours grimpent dans le lit du chevalier alors qu’il dort encore…

Max : « Bonome ! Réveille toi ! »

Léo : « C’est la fin décembre ! Les jours sont courts. Si on part tard on aura le temps de rien du tout ! »

Samuel : « Debout chevalier ! »

Max : « Ou on te chatouille ! »

Le chevalier : « Mmmmm… Çédéjaleur ? »

Max : « Oui c’est l’heure ! Allez, debout ! »

Le chevalier : « Bonjour mes petizours 🙂 Avez-vous bien dormi ? »

Léo : « Oui, merci chevalier 🙂 »

Samuel : « Et toi ? »

Le chevalier : « Je resterais bien au lit… »

Max : « Ah non ! On a pas tout chevauché hier pour rester au lit aujourd’hui ! »

Léo : « Max, va préparer le café ! »

Max : « J’y vais de ce pas. Vous, le laissez pas se rendormir ! »

Léo : « Oulala non ! On va le chatouiller 🙂 »

Le chevalier : « Non ! S’il vous plaît ! Je suis réveillé 🙂 »

Léo : « Bonome, je sais bien que normalement c’est la question de Max qui clôt l’introduction de ses articles mais… On va où aujourd’hui ? »

Samuel : « Moi je sais ! »

Léo : « Tu sais ? Bonome te l’a dit ? »

Samuel : « Non, pas la peine. Je sais 🙂 »

Léo : « Comment tu sais ? »

Samuel : « On va aller au Royaume des Chevaliers. Parce que le chevalier sait jamais où aller, qu’il a pas envie de réfléchir parce qu’il est en vacances, que c’est pas trop loin et qu’on y voit de beaux zoisos. »

Léo : « C’est vrai bonome ? »

Le chevalier : « Oui. Je suis démasqué par un tout petitours 🙂 »

Max revient après s’être acquitté de sa tâche…

Max : « Ah, c’est bien, la grosse marmotte est pas endormie 🙂 Bon, bonome, on va où aujourd’hui ? »

Léo et Samuel : « Au Royaume des Chevaliers ! »

Au Royaume des Chevaliers…

Léo : « Bonome, petit Sam va mieux connaître la Charentmaritimie que les Royaumes de chez nous 🙂 »

Le chevalier : « C’est vrai mon Léo. »

Max : « Ben oui ! On a presque pas inspecté entre les deux petites vacances. »

Léo : « Le chevalier a du travail Maxou. Et on avait décidé de réduire nos sorties pour que tu rattrapes un peu le retard que tu as dans ton blog. »

Max : « Deux petites sorties ! En dans le même Royaume en plus. »

Samuel : « Elles m’ont plu ces sorties. Et j’ai pu étudier avec vous. C’est bien d’étudier avant d’aller sur le terrain. Comme ça on comprend et on retient mieux. Et puis je devais réviser les 80 espèces de zoisos que j’ai vues, la géologie compliquée de Vendée…»

Max : « Samuel, je préfère que tu insistes pas trop sur l’intérêt de pas inspecter. Bonome pourrait s’en resservir contre nous… »

Léo : « Et si nous commencions l’inspection ? »

Max : « D’accord ! Bonome, fotoe le paysage pour montrer à Princesse ! »

Samuel : « Vous voyez le nuage de zoisos ? C’est qui ces zoisos ? »

Max : « Un nuage de zoisos ? En cette saison ? Probablement des vanneaux huppés… Bo… »

Le chevalier : « Oui, je fotoe et je vous montre 🙂 »

Léo : « Ce sont bien des vanneaux huppés. Bravo Maxou ! »

Samuel : « Vanellus vanellus, Charadriidés. Il y en a vraiment beaucoup…»

Max : « Ils vivent en bandes les vanneaux. On en voit souvent comme ça. Surtout ici. Quelque fois on voit que des vanneaux. Mais c’est un beau zoiso le vanneau. »

Léo : « Zutalor ! On a fait fuir les canards ! »

Max : « Léo, as tu eu le temps de les identifier ? »

Léo : « Pas tous… Chevalier, as-tu fotoé ? »

Le chevalier : « J’ai 🙂 »

Léo : « C’est bien ça… Ce sont de sarcelles d’hiver qui se sont envolées pour aller loin de nous. On les voit prêtes à ahétanhir. A droite, qui regardent vers la droite, ce sont des canards siffleurs. Et il y a des colverts. »

Max : « Anas crecca, Anas penelope et Anas platyrhynchos. »

Samuel : « Trois espèces d’Anatidés d’un coup ! Hopla ! »

Max : « Les siffleurs on les voit jamais de près… »

Léo : « Mais les aigrettes, si 🙂 »

Samuel : « Egretta garzetta, Ardéidés ! »

Léo : « Oui petit Sam. Et là, des avocettes élégantes… »

Samuel : « Recurvirostra avosetta, Récurvirostridés. »

Max : « Tu as bien révisé petit Sam. »

Samuel : « Je veux pas vous faire honte, moi. Vous êtes de grands ornithologues alors je voudrais être à la hauteur. »

Max : « Je crois que tu nous as rattrapés en zoisologie 🙂 »

Samuel : « Ben non, quand même pas. Mais je progresse 🙂 Par exemple, je reconnais bien les tadornes de belon et je sais qu’ils s’appellent Tadorna tadorna

Max : « Bien vu petit Sam ! »

Léo : « Il y a un souchet parmi eux. Ou plutôt juste devant eux. A gauche… »

Samuel : « Tu vois cousin Max, je l’avais pas remarqué moi, le canard souchet. »

Max : « Il y a que Léo qui peut. Et bonome aussi. Ils sont pas comme nous, eux. Ils ont des détecteurs de zoisos dans la tête… »

Léo : « Les oies cendrées ! Rhoooo ! »

Samuel : « Elles sont passées juste au-dessus de nous ! »

Max : « Léo, tu es sûr que c’étaient bien des cendrées ? »

Léo : « D’après le motif de la queue, la couleur des ailes… Mais en vol c’est pas facile… C’est jamais facile les oies grises. »

Samuel : « Il y a beaucoup des Anatidés et des Anséridés. »

Max : « Ou alors des Anatidés seulement. Auquel cas, nous aurions vu trois sous-familles : Les Anatidés, les Tadorninés et les Ansérinés… »

Léo : « On refera des recherches Maxou. J’ai vu que ton beau livre de zoisos parle des Anatidés… »

Max : « Et si on s’est trompés jusque maintenant je vais devoir tout corriger mon blog ! Pfff ! »

Léo : « Il faudrait trouver quelqu’un qui accepte de le corriger… »

Max : « Personne voudra lire les aventures de petizours au Pays des Zoisos ! Et puis les ornithologues lisent pas la géologie et l’insectologie. Ni la botanique… »

Samuel : « Cousin Max, on va le relire tous les trois et on fera des corrections. Et puis on notera nos questions et on ira voir le gentil spécialiste en zoisos que vous connaissez. On lui demandera son avis. »

Léo : « Il aime beaucoup les Laridés. On pourra lui demander pour les sternes ! Sont-ce des Laridés ou sont-ce des Sternidés ? »

Max : « Et vous pensez qu’il va accepter de corriger près de 200 articles écrits par des petizours ? Vous rêvez les cousins ! »

Léo : « Il va pas tout corriger ! On va demander à bonome de lui poser des questions précises. »

Samuel : « Les oies grises se sont posées ici. Avec des tadornes et des colverts. Cousin Léo, vois-tu d’autres zoisos ? »

Léo : « Mmmmm… Non, rien d’autre… »

Max : On avance alors… »

Samuel : « Des canards qui s’envolent ! »

Max : « Forcément, les arbres ont plus beaucoup de feuilles alors on est pas cachés ! Les zoisos nous voient venir. »

Léo : « Ce sont des sarcelles d’hiver et un souchet qui s’envolent. »

Samuel : « Il s’appelle comment le souchet en scientifique ? »

Max : « Anas clypeata Petit Sam. »

Samuel : « Ah oui ! J’arrive pas à le retenir celui-là. Souchet-clypeata ; souchet-clypeata ; souchet-clypeata ; souchet-clypeata… »

Léo (à Max) : « Tu le laisses répéter ? »

Max : « Il faut bien qu’il apprenne… »

Léo : « Merci Maxou. »

Max : « On est déjà au bout du Royaume… »

Léo : « On va voir le fleuve ? »

Max : « Ben oui, on va toujours voir le fleuve 🙂 »

Léo : « C’est marée haute… »

Max : « Oh ! C’est quoi ces empreintes ? Bonome, tu fotoes et tu zoomes ! S’il te plaît mon bonome ! »

Max : « Alors… C’est du renard ça… J’en suis presque sûr. Un renard est passé par là ! Bonome, il faut trouver ce renard ! Tu te mets en chasse ! »

Léo : « Vous avez vu sur la dernière foto ? On voit les petits reliefs qu’il y a sur les coussinets du renard. »

Samuel : « J’aimerais bien voir un renard moi. »

Max : « Bonome va le trouver. »

Le chevalier : « Ce n’est pas évident Maxou. Je n’ai pas le droit de suivre les traces dans la réserve, tu sais bien. »

Max : « Alors on trouve pas le renard ? »

Le chevalier : « Nous le verrons seulement s’il veut bien se montrer. »

Max : « Tu parles le renard bonome. Tu veux bien lancer un appel en disant que c’est pour ton nouveau petitours. Imagine un peu la déception de Samuel si nous le voyions pas… »

Samuel : « Le chevalier parle le renard ? »

Max : « Le renard, le chevreuil… Tout le mammifère ! Et le zoiso aussi ! Bonome, il est polyglotte du zanimo 🙂 »

Léo : « Mais il veut pas le reconnaître… »

Max : « Il fait comme si c’était pas vrai. »

Le chevalier : « Dites mes petizours, que diriez-vous de faire une pause ici ? »

Max : « Tu vas pétuner et te caféiner 🙂 »

Léo : « Bonome il a besoin de rien d’autre que son herbe à pétun, son café et ses petizours pour être heureux dans la nature. »

Max : « Si ! Il lui faut son appareil à fotoer. »

Léo : « C’est vrai. Imagine qu’il voit un beau zoiso et qu’il puisse pas le fotoer ! »

Max : « Dis bonome, ça m’étonne de toi, ça. Le simple souvenir te suffit pas ? Il te faut une trace ? »

Le chevalier : « Le souvenir pourrait me suffire. Mais j’aime avoir les fotos. C’est vrai. »

Max : « Pourtant tu les montres à personne. A part Brindille quelque fois. »

Le chevalier : « Mais je les regarde régulièrement. Ça prolonge l’inspection. »

Max : « Et quand tu les regardes, tu revis ces beaux moments. »

Le chevalier : « Oui, quand je les regarde dans notre cabane, après une longue journée de travail, je me retrouve un peu au Pays des Zoisos. »

Max : « Je comprends. Ça nous le fait aussi. »

Le chevalier : « Et depuis que mon petitours grave un blog je m’en voudrais beaucoup de ne pas fotoer un beau zanimo 🙂 »

Max : « Merci mon bonome. Léo, qu’est ce qu’il t’arrive ? Tu tiens pas en place. »

Léo : « J’ai entendu un zoiso… Venez, mais discrètement. »

Max : « On furtive Léo 🙂 »

Léo : « Il est là… »

Max : « Bruant des roseaux ? »

Léo : « Oui oui… Peut-être une femelle en plumage nuptial… »

Max : « En cette saison ? »

Léo : « Le mâle internuptial a du clair sur la joue et un cercle orbitaire blanc… »

Max : « Il faudra vérifier alors… »

Léo : « Elle est partie… Tu as bien observé petit Sam? »

Samuel : « De tous mes yeux 🙂 »

Max : « Le bruant des roseaux s’appelle Emberiza schoeniclus et c’est un embérizidés. »

Samuel : « Des cygnes ! »

Léo : « Ils n’ont fait que passer 🙂 »

Max : « J’aime beaucoup le bruit qu’ils font en volant. »

Léo : « Il faudrait l’enregistrer un jour pour ton blog. »

Max : « C’est difficile. Le temps de les voir… et l’appareil de bonome y arriverait pas forcément. Je préfère qu’il les fotoe. »

Samuel : « Il y a un autre bruant des roseaux ! »

Max : « Alors Léo ? Mâle ? Femelle ? »

Léo : « Je dirais mâle internuptial… »

Max : « On étudiera tout ça dans la cabane. Bonome, on avance vers la Charmante Petite Ville ou on fait demi-tour ? »

Le chevalier : « Avançons un peu… J’aime beaucoup ce paysage. Et ce temps… »

Max : « Il fait tout gris, froid et humide et tu aimes ? »

Le chevalier : « Oui 🙂 Je suis bien couvert et je n’ai pas froid. Sauf aux mains. »

Max : « Pourquoi ne portes-tu pas tes gants ? »

Le chevalier : « Pour être prêt à fotoer. Tiens, justement… »

Léo : « C’est qui ce zoiso ? Je le reconnais pas de loin… »

Le chevalier : « Regardez moi ça 🙂 »

Léo : « C’est un Strigiforme ! »

Max : « Un Strigiforme ? »

Léo : « Les rapaces nocturnes… »

Max : « Nocturnes ? Mais les zanimos nocturnes sont actifs la nuit ! On les voit pas le jour ! »

Le chevalier : « Ce Strigiforme est pourtant diurne 🙂 »

Léo : « Alors c’est… Nooon ? C’est le hibou des marais ? Bonome ? »

Le chevalier : « Nous verrons mieux ce soir sur l’ordinateur mais il me semble bien 🙂 »

Léo : « Le hibou des marais ! Rhoo la chaaance ! »

Max : « Oulala ! Un hibou des marais ! »

Léo : « Asio flammeus, Strigidés ! »

Max : « C’est notre premier Strigiforme ! »

Léo : « Ben oui, à part le hibou des marais et la chevêchette d’Europe ils sont nocturnes. On peut pas les voir. »

Max : « On a eu raison d’avancer un peu 🙂 »

Léo : « On peut rentrer maintenant. Ça m’étonnerait qu’on voit d’autres zoisos extraordinaires. »

Max : « Ça c’est une bonne journée. Parce que déjà les bruants des roseaux c’est pas tous les jours qu’on en voit ! »

Samuel : « On voit de beaux zoisos avec vous. Quelle aventures ! Je suis bien content d’être venu ! »

Le chevalier : « Maxou, imagine que je n’aie pas eu mon appareil… »

Max : « Oulala non ! Comment j’aurais montré le hibou des marais à Princesse moi ? »

Le chevalier : « 🙂 Bon, demi-tour. »

Léo : « On a vu un hibou des marais… »

Max : « C’est pas tous les jours 🙂 »

Léo : « Ben non. C’est la première fois ! Un hibou des marais… »

Samuel : « Rholala un hibou des marais ! Rhooo la chance ! C’est pas tous les jours 🙂 »

Max : « Je crois que notre petit cousin nous parodie. »

Léo : « Il aime bien nous parodier. »

Samuel : « Vous êtes rigolos tous les deux. Vous rholalaez, vous oulalaez, vous patouléjourez… »

Max : « Nous nous réjouissons de nos observations. »

Léo : « Nos sommes admiratifs devant tant de beauté. »

Max : « Et de diversité. »

Samuel : « Je comprends. »

Léo : « Il y a un petit zoiso dans les tamaris. Bonome, pourrais-tu nous approcher afin que nous l’observassions à notre aise. »

Le chevalier : « Je peux 🙂 »

Max : « Aïe ! »

Samuel : « Tu t’es fait mal cousin Max ? »

Léo : « Non, il aïe parce que c’est un pouillot. »

Max : « Et on connait rien du tout aux pouillots. On fait même pas de progrès. »

Léo : « Max, j’ai une mauvaise nouvelle pour toi. »

Max : « Une mauvaise nouvelle ? »

Léo : « Très mauvaise. »

Max : « Ouille ! »

Léo : « Ben oui. Tu sais déjà qu’on connaît rien aux pouillots. »

Max : « Je m’en suis rendu-compte… »

Léo : « Et bien il y a pire ! Il y a les hypolaïs, genre Hippolais. Tu sais quoi ? Ils ressemblent aux pouillots les hypolaïs. Et on peut les confondre… »

Max : « Oh non ! Alors déjà on sait pas qui c’est ce pouillot mais peut-être que c’est même pas un pouillot mais un hypolaïs. Et je suppose qu’il y a plusieurs espèces d’hypolaïs et qu’elles se ressemblent en plus. »

Léo : « Bien oui. Tout à fait… »

Max : « Alors on sait encore pire moins qu’avant… »

Léo : « Et oui… »

Max : « Pfff ! Bonome, as-tu entendu Léo ? »

Le chevalier : « Oui. »

Max : « Tu pourrais pas nous trouver une formation en pouillots, hypolaïs et autres zoisos qu’on connaît pas ? »

Le chevalier : « J’aimerais bien Maxou. »

Léo : « On va étudier ça dans la cabane. On demandera à monsieur Internet. »

Samuel : « Peut-être qu’en demandant au gentil spécialiste en zoisos que vous connaissez… »

Max : « On le connaît pas tant que ça. On le croise parfois et on a eu l’occasion de lui montrer des fotos deux ou trois fois… »

Léo : « Bon, on va préparer des fotos problématiques et on tentera de prendre rendez-vous. On verra bien. »

Samuel : « L’aigrette garzette on la connaît bien. On a pas besoin de formation d’aigrette garzette. »

Max : « Ben non, on connait bien les Ardéidés. »

Léo : « On a quand même jamais vu le crabier chevelu… »

Max : « Oui… Tu vas où bonome ? »

Le chevalier : « Là… M’appuyer sur la barrière et observer… »

Max : « Toi, tu fais durer l’inspection 🙂 »

Léo : « Bonne idée 🙂 »

Max : « BONOME ! BONOME ! LE RENARD ! IL EST LÀ ! FOTOE BONOME ! FOTOE ! »

Le chevalier : « Oui Max… »

Max : « Change d’appareil ! Prends le gros zoom ! Le rate pas bonome ! »

Max : « Rholala ! Bonome, reprends l’autre appareil ! Il fait pas des belles fotos le gros zoom ! Assure avec l’autre ! Le renard ! Rhoooo… »

Max : « Il nous a repère ! Zutalor ! »

Max : « Oh non ! Il se sauve ! Il est tout là-bas maintenant ! Il nous regarde encore ! »

Max : « Rholala ! On a vu le renard ! Bravo bonome ! »

Samuel : « Dis chevalier, tu parles vraiment le renard alors ? »

Léo : « Il va pas te répondre petit Sam. Il va regarder dans le vide, comme ça, et il va te sourire. Tu vois 🙂 »

Samuel : « Merci Chevalier 🙂 Je peux grimper me serrer contre toi ? »

Le chevalier : « Tu peux mon petitours. »

Samuel grimpe et se serre contre le torse du chevalier.

Samuel : « Merci Chevalier. Grâce à toi j’ai vu un beau renard. »

Max : « Un hibou des marais, un renard… Rholala ! Quelle belle journée ! »

Léo : « Oh ça oui alors ! »

Samuel : « C’est beau un renard. Cousin Max, tu as pas donné le nom du renard en scientifique. »

Max : « J’ai oublié ! J’étais trop focalisé sur l’observation… Le renard s’appelle Vulpes vulpe et c’est un Canidé, de la famille du chien. Parfois on lit qu’il s’appelle Canis vulpes tellement il ressemble à un chien. C’est très beau un renard. J’en ai déjà vu plusieurs moi. »

Léo : « Moi aussi j’en ai déjà vu ! »

Samuel : « La chaaance ! Vous voulez bien m’expliquer le renard s’il vous plaît ? »

Max : « Oulala ! D’habitude c’est bonome qui explique les zanimos ! »

Léo : « On peut essayer Maxou. On connaît un peu quand même ! »

Max : « Le renard que nous avons vu est le renard roux. Il faut préciser parce qu’il existe plusieurs espèces de renards. Mais on les connaît pas. »

Léo : « Les zoms pensent toujours que le renard mange des lapins ou qu’il vole des poules dans les poulaillers. Mais c’est même pas vrai ! Et c’est injuste ! »

Max : « Le renard a bien une denture de carnivore. Avec des canines pointues, des molaires tranchantes appelées carnassières et des petites incisives qui servent pas beaucoup. Mais il est pas toujours carnivore le renard. »

Léo : « Max, il faut pas dire carnivore ! »

Max : « Ah oui ! Le renard est zoophage. Mais pas toujours. En été il se goinfre de fruits rouges. Ça se voit à ses excréments. Pour le renard, on dit les laissées. Et oui ! En été, les laissées du renard sont toutes rouges à cause des fruits qu’il mange. Il mange presque que des fruits. »

Léo : « Il est donc phytophage. »

Max : « On doit donc dire que le renard est phyto-zoophage. Ou omnivore. »

Léo : « C’est surtout l’hiver qu’il mange des zanimos. »

Max : « Il va les chercher dans leur terrier quand ils hibernent. Ils se sauvent beaucoup moins vite quand ils hibernent 🙂 »

Léo : « Et ils se défendent pas ! Parce que j’ai déjà vu, dans un documentaire, un renard qui voulait manger un lièvre. Et le lièvre était pas d’accord ! Il voulait pas se faire manger tout cru ! Alors il a attaqué le renard à coup de pattes arrières et le renard s’est sauvé tout de suite ! »

Max : « N’empêche qu’on a vu aussi un renard qui attrapait des bernachons. Il en attrapait plein ! Et il allait les enterrer pour les manger plus tard. »

Léo : « Il faut dire qu’il y avait des milliers de bernachons. »

Samuel : « Tabarnak ! Vous connaissez bien le renard roux vous ! »

Max : « Toi aussi maintenant. Veux-tu faire la conclusion petit Sam ? »

Samuel : « Oui 🙂 En conclusion, nous pouvons dire que le renard roux est un très beau zanimo. »

Léo : « Bravo petit Sam ! »

Max : « Oh ! J’avais pas vu les oies grises ! »

Léo : « Moi non plus ! »

Max : « Aloraloralor… Pas de barre sombre sur le ventre, pointe du bec claire… Ce sont des oies cendrées. »

Samuel : « Anser anser, Anséridés ! »

Max : « A mon avis le renard va les éviter… »

Léo : « Il pourrait se faire agresser à coups de bec… »

Samuel : « Pauvre renard… »

Max : « Bon, il faut avancer ! »

Léo : « Tu es pressé de rentrer Maxou ? »

Max : « Non, mais si on traîne pas trop ici on pourra peut-être faire des arrêts imprévus pendant la chevauchée de retour 🙂 »

Léo : « Le bord de mer… »

Samuel : « L’Observatoire… »

Max : « Ouiiiii ! »

Samuel : « Il faudrait peut-être demander au chevalier… »

Max : « Bonome ? Il a jamais envie de rentrer ! On a pas à lui demander. Il va les faire ces arrêts imprévus. N’est ce pas bonome ? »

Le chevalier : « Ce n’est pas exclu 🙂 »

Léo : « Ben voilà ! On parle, on parle… Et on fait fuir les zoisos ! »

Max : « Vous les avez identifiés ? »

Léo : « Canards souchets… »

Samuel : « Sarcelles d’hiver… »

Léo : « Canards colverts… »

Samuel : « Avocettes élégantes… »

Max : « Ah oui ! Quand même ! Ils sont forts mes cousins 🙂 Dis bonome, puisqu’on fait fuir les zoisos d’eau, on pourrait chercher des passereaux dans les arbres. Tu veux bien ? »

Le chevalier : « Des passereaux dans les arbres… Tu sais bien qu’ils se cachent et qu’ils se déplacent beaucoup. Et vite. »

Max : « Mon bonomou, ne te sous-estime pas. Tu vas très bien t’en tirer. On commence ? »

Léo : « On joue aux zoisos ? »

Max : « Tu veux jouer ? Je croyais que tu aimais pas jouer… »

Léo : « J’aime jouer et je m’en fiche de gagner. »

Max : « Depuis que Samuel est là, c’est toujours lui qui gagne… C’est pour ça que tu veux jouer aux zoisos mon Léo 🙂 »

Léo : « Aegithalos caudatus, Aegithalidés ! »

Max : « La mésange à longue queue ! Samuel, bonome dit que ce zoiso ressemble à un petitours… »

Samuel : « C’est un zoisours ? »

Léo : « Un zoisours ! 😀 »

Samuel : « Cousin Léo a marqué un point. Oh ! Rougegorge ! »

Max : « Erithacus rubecula, Muscicapidés ! »

Léo : « Maaax ! »

Max : « Quoi ? »

Léo : « Tu l’as même pas vu ! »

Max : « Mon Léo, dois-je te rappeler LA règle du jeu des zoisos ? C’est le premier qui donne le nom en scientifique qui marque le point. C’est écrit nul part qu’il faut l’avoir vu 🙂 »

Samuel : « Cousin Max marque un point lui aussi ! »

Le chevalier : « Mes petizours, il y a un pouillot… »

Max : « Un pouillot ? Ou un hypolaïs qu’on sait même pas qui c’est ? »

Léo : « Regardons la foto… »

Léo : « On dirait bien un pouillot… »

Max : « Il a les pattes sombres… Si je me souviens bien ce serait un pouillot véloce… »

Léo : « Phylloscopus collybita, Phylloscopidés… »

Samuel : « Léo : 2 points ! »

Max : « Mais… On est même pas sûrs ! »

Samuel : « Cousin Max, où est-il écrit qu’on doit être sûrs ? »

Léo : « C’est vrai ça ! »

Max : « Ben quand même ! On joue aux zoisos ! Il faut donner le nom quand on est sûrs ! Bonome ? »

Le chevalier : « Il n’y a qu’une seule règle Maxou… »

Max : « Alors ça ! Voilà qu’ils se mettent tous à tricher ! Tout ça pour que je perde… C’est vraiment trop injuste ! Alors que c’est moi qui ai inventé ce jeu… »

Le chevalier : « Max, si tu jouais au lieu de ronchonner ? »

Max : « JE RONCHONNE PAS ! JE CONSTATE QUE VOUS TRICHEZ ENCORE ! Ce qui prouve que c’est moi le meilleur à ce jeu sinon vous auriez pas besoin de tricher pour me battre ! Aegithalos caudatus, Aegithalidés ! Et hopla ! Max : 2 points ! »

Samuel : « Bravo cousin Max ! Bravo ! »

Léo : « Deux partout ! »

Max : « Pfff ! Et on sort des arbres ! »

Léo : « On peut continuer avec d’autres zoisos ! On est pas obligés de se limiter aux passereaux. »

Max : « Ardea cinerea, Ardéidés ! »

Léo : « Bien vu ! Il est bôôô ! Et c’est un patapon ! »

Samuel : « Un patapon ? Pourquoi un patapon ? »

Max : « A cause d’un sapro-blague de bonome. ‘Héron, héron petit patapon !’ »

Léo : « Alors depuis, les jeunes hérons on les appelle des patapons. »

Max : « Ils ont la calotte grise et non blanche comme chez les adultes. »

Léo : « Ce petit héron date de ce printemps. »

Max : « Il est tout neuf. »

Léo : « Il découvre l’hiver. »

Max : « Ça doit le surprendre tout ce froid… »

Samuel : « Cousin Max a trois points ! »

Max : « Et oui 🙂 Oh ! Là ! Bonome ! »

Max : « C’est Martin ! Il est tout timide Martin. Il reste derrière les herbes sèches. Il vient même pas nous voir ! »

Léo : « J’aime bien ta foto chevalier. Je l’intitulerai : ‘Impressions de Martin’. »

Samuel : « Elle est étrange cette foto… »

Max : « Oula ! Bonome repousse souvent l’étrange aux limites du bizarre 🙂 »

Samuel : « Elle est floue. On voit presque pas Martin. Il y a rien de particulier. Mais je l’aime bien moi aussi. »

Léo : « Et le regard est attiré par Martin, derrière ses herbes sèches… »

Samuel : « Je devrais peut-être essayer de fotoer un jour… »

Max : « Tu demanderas des conseils à cousin Léo. Léo, il sait bien fotoer. Et il connaît le vocabulaire technique lui. La focale, l’exposition, le temps de pause… Moi, je comprends rien du tout à tout ça. »

Léo : « Mais tu fais de belles fotos toi aussi Maxou. »

Max : « Ben, je suis Max quand même 🙂 Alors bien sûr que je fais des belles fotos ! Mais, en fait, j’aime pas trop fotoer. C’est rigolo parfois mais je préfère observer. »

Samuel : « Je comprends. »

Max : « N’empêche que Martin est pas venu papoter. En Charentmaritimie les Martins viennent pas beaucoup nous voir… »

Léo : « C’est l’hiver Max. Martin il a des trucs de Martin à faire. »

Max : « Ben oui ! Mais quand même ! Il pourrait se poser en face de nous, dire bonjour et se sauver. »

Léo : « Martin c’est un zoiso sauvage. Il peut pas faire ça. »

Samuel : « Alcedo atthis, Alcédinidés 🙂 »

Léo : « Bien joué Sam ! Samuel : 1 point ! »

Max : « On compte Martin dans le jeu ? Mais c’est plus un zoiso Martin ! C’est notre ami ! »

Léo : « Un ami mais un zoiso aussi ! Alors il compte. Samuel marque le point. »

Max : « D’accord. M’en fiche, j’ai 3 🙂 Bonomou, le plus grand de tous les chevaliers, Prince des naturalistes, Merveille des zoisoteurs… »

Le chevalier : « Oui, votre sublimité 🙂 »

Max : « 🙂 Accepterais-tu de nous emmener sur la plate-forme de la Ferme Des T. ? »

Le chevalier : « Je ne comprends même pas pourquoi tu poses cette question. »

Max : « Je le savais ! Allez, grimpe bonome ! »

Léo : « Alors… »

Max : « Là ! Un rapace ! »

Samuel : « C’est qui ce rapace ? »

Max : « Rapasus marronnus, Rapacidés. »

Samuel : « Comment tu dis ? On a étudié les rapaces avec cousin Léo et j’ai pas vu ce nom là… »

Léo : « Max dit des erreurs exprès ! »

Samuel : « Pourquoi tu dis des erreurs cousin Max ? »

Max : « Pour rigoler ! »

Léo : « C’est parce qu’un jour on a vu un rapace au Royaume des Écureuils et bonome arrivait pas à l’identifier alors Max l’avait appelé Rapasus griseus, Rapacidés. »

Samuel : « Je vois. Cousin Max est un petit plaisantin 🙂 Mais c’est qui ce rapace ? »

Léo : « Probablement une buse variable, Buteo buteo, Accipitridés. »

Samuel : « Oui ! On l’a vu dans ton beau livre de zoisos ! »

Max : « Elle est fréquente la buse variable. Mais moins que les faucons crécerelles, Falco tinnunculus, Falconidés. »

Samuel : « Tu as vu des faucons crécerelles ? »

Max : « Ben oui ! Dans le nid de cigogne ! »

Samuel : « Cousin Max : 4 points ! »

Léo : « C’est la première fois qu’on voit le couple réuni… »

Max : « C’est monsieur et madame ? »

Léo : « Ben oui ! A gauche, c’est monsieur, avec sa tête grise. Samuel, observe bien parce qu’on le voit pas toujours aussi bien. Tu vois les ailes sont noir uni. Et entre les ailes il y a les plumes de la queue. Elles sont grises avec juste une bande noire. Tu vois petit Sam. »

Samuel : « Oui cousin Léo. »

Max : « Et à droite c’est madame. Tu remarqueras qu’elle est toute marron avec une queue rayée. »

Samuel : « Oui cousin Max. »

Max : « Bonome, c’est qui les zoisos là-bas, parmi les vanneaux ? »

Le chevalier : « Où ça mon petitours ? »

Max : « A gauche du poteau des cigognes… »

Le chevalier : « Oui, je vois… Tu veux voir ? »

Max : « Oui bonome. Et tu montreras à Léo et Samuel aussi. S’il te plaît. »

Max : « Tu les connais Léo ? »

Léo : « On voit pas bien… Je sais pas. Et toi bonome ? »

Le chevalier : « Je pense à des pluviers dorés, Pluvialis apricaria, Charadriidés. »

Max : « Des pluviers dorés ? On a jamais vu les pluviers dorés ! »

Léo : « On était pas assez riches. On a vu que les pluviers argentés. C’est moins cher 🙂 »

Max : « T’es trop bête Léo ! »

Samuel : « Cousin Léo est rigolo 🙂 »

Max : « Les pluviers dorés viennent ici l’hiver ? »

Le chevalier : « Ceux qui viennent d’Europe du nord. Ils prennent leur plumage internuptial avant la migration d’automne. Ils vivent en bandes de 50 à 5 000 individus et il n’est pas rare de les observer parmi les vanneaux. »

Max : « Merci bonome. Chouette alors ! On a vu une nouvelle espèce ! »

Léo : « C’était une belle journée ! »

Max : « Et c’est pas fini ! Il y a encore les arrêts imprévus 🙂 On retourne à notre monture ? »

Le chevalier : « Oui mon petitours. »

On y est allés et on a fait des arrêts imprévus. Samuel voulait aller à l’Observatoire et on y est allés. En cheminant sur le chemin, on a dérangé un jeune cygne qui s’est envolé. Mais on l’a pas fait exprès.

Depuis la poche de notre bonome on admirait le paysage.

Bonome s’est moqué de moi en louant la beauté du paysage tel qu’en lui même toujours il change… Léo a bien rigolé mais il a dû expliquer pourquoi à Samuel.

A l’observatoire on a pas vu des zoisos. Mais on était pas déçus parce qu’on avait déjà vu le hibou des marais et les pluviers dorés. Et le renard ! Rholala !

Puis on a croisé un bruant des roseaux.

Il était rigolo avec ses plumes grises autour du coup. On aurait dit qu’il avait mis son écharpe 🙂 Il a eu bien raison parce qu’il faisait pas chaud…

Puis on est arrivés à la monture.

Un peu plus loin Léo a demandé tout timidement si on pouvait aller voir la mer même si on connaissait pas la marée. Juste comme ça, pour lui dire bonjour. Bonome a bien voulu. Il s’est arrêté quelque part où il nous avait jamais emmenés. On s’est promenés un peu dans le marais. C’était très beau.

On cherchait même plus des zoisos. On se laissait bercer, tranquillement, serrés les uns contre les autres. Les petits yeux de petit Sam se fermaient tout seuls. Mais il se forçait à pas dormir pour profiter de la promenade. Il a tenu jusque la mer.

Au retour, il pouvait plus lutter contre la fatigue. Alors il s’est serré contre Léo et il s’est endormi. Léo a souri. Ça l’arrange pas du tout que Samuel se serre toujours contre lui mais il dit rien. Il laisse faire. C’est un gentil petitours Léo. Après, on est rentrés tout fatigués mais la journée était pas terminée 🙂

Voilà Princesse, une autre journée à la mer. Je t’embrasse Princesse et j’espère que tu vas bien.

Continuer la promenade

2 réflexions au sujet de « 137 – Le Royaume des Chevaliers »

  1. Bonjour Arthur 🙂
    On a regardé le film et on connait la plupart de ces beaux zoisos. Et c’est vrai qu’il y en a beaucoup dont la population diminue. C’est très triste. Nous, on est devenus adhérents de la Ligue de Protection des Zoisos. Les zoms disent la LPO :)Comme ça on protège les zoisos. Et on est abonnés aux magazines. Tous les magazines 🙂 On te les prêtera si tu veux 🙂
    Merci pour le lien et à bientôt.

    https://www.lpo.fr/
    Il y a un article sur comment aider les zoisos l’hiver…

  2. Bonjour les amis petizours 🙂

    J’ai vu une belle vidéo d’un monsieur fotoeur qui prévient qu’il faut prendre soin des zoisos car le nombre de zoisos est en baisse catastrophique… Princesse a raison de vous envoyer en inspection. J’espère qu’elle fera quelque chose pour inciter les zoms à protéger les zoisos !
    Serrage de pattes amical !
    Arthur
    https://www.nhphoto.fr/tendances/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.