60 – Le Petit Royaume Sauvage : la découverte

Dimanche 6 Décembre, An II

Max : « Bonome, je peux t’interrompre dans ton travail ? Je voudrais te parler ? »

Le chevalier : « Bien sûr Maxou. Que se passe t-il ? »

Max : « On est dimanche. Il est déjà tard et le soleil commence à baisser sur l’horizon. Et Léo est inquiet. Il se dit qu’on ne va pas aller à se promener et il est triste. »

Le chevalier : « Léo est triste ? »

Max : « Oui, il a même pas envie de lire mon beau livre de zoisos. Il dit que ça sert à rien parce qu’on voit pas de zoisos. Il veut même plus jouer avec moi. »

Le chevalier : « Il est déjà tard. Si nous allons nous promener nous ne pourrons pas rester très longtemps. Et j’ai besoin de faire une pause. Si nous allions faire une petite inspection ? Nous pourrions aller là où le soleil se couche. Penses-tu que ça plairait à Léo ? »

Max : « Oh oui ! Merci mon bonome. Je cours lui annoncer … Léo ! Léo ! Mets ton pantalon ! On va aux zoisos ! »

Il a retrouvé le sourire d’un coup, mon cousin. Il a sauté dans son pantalon et on a tout chevauché.

Là où le soleil se couche, c’est en fait l’un des deux observatoires du Grand Étang de T. Mais le soleil se couche là qu’en été. En automne, il va se coucher ailleurs. C’est embêtant parce que j’ai plus de sable qui fait dormir. C’est quand même pas trop grave que j’ai plus de ce sable parce que Léo dort bien. Il se couche toujours tôt et il est le premier levé. En attendant que le chevalier se réveille, il lit mon livre. Il le lit beaucoup. Il va être tout usé mon beau livre. Des fois, il étudie les livres d’insectes aussi. Mais moins. Et je crois qu’il aimerait bien un livre de mammifères. Il y a pas les petizours dans les livres de mammifères. Bonome dit que c’est parce que les petizours sont des Peluchiformes et que cet ordre de zanimos est négligé par les naturalistes.

Bon, quand on est arrivés là où se soleil se couche, tous les zoisos partaient. On a vu un grébu qui avait pêché un gros poisson. Grébu, c’est le grèbe huppé (Podiceps cristatus, Podicipédidés).

60 01 Grèbe huppé C’est un grand pêcheur grébu. Là, il se promenait avec son poisson dans le bec. Peut être pour montrer aux autres zanimos sa belle capture. Il est un peu frimeur grébu 🙂

Et puis, il y a eu des canards souchets (Anas clypeata, Anatidés).

On a d’abord vu le mâle avec ses belles couleurs. Lui aussi il a de beaux yeux jaunes. Je dis lui aussi parce qu’il y a les fuligules morillons qui ont de beaux yeux jaunes (Aythya fuligula, Anatidés). Et j’aime bien son gros bec plat et élargi au canard souchet. 60 02 Canard souchet mâle
60 03 Canard souchet mâle 60 04 Canard souchet femelle

Après, on a vu une femelle souchet. On pourrait dire une souchette 🙂 Elle aussi s’en allait. Les zoisos, ils avaient pas envie de nous voir 🙁 On est restés un peu là, à regarder la beauté du paysage. Mais on voulait voir des zoisos alors on a tout marché pour aller à l’autre observatoire. Mais on a pas vu de zoisos 🙁 Sauf une cane, tout loin.

Il y a que superzieux qui peut reconnaître une chipeaute à cette distance. La chipeaute, c’est la femelle de canard chipeau (Anas strepera, Anatidés). Elle s’est pas éloignée la chipeaute. Elle était déjà loin.

60 05 Canard souchet femelle

Bonome était très contrarié. Il avait arrêté de travailler pour montrer des zoisos à ses petizours et il y avait pas des zoisos. Alors il a décidé d’explorer le secteur. On a un peu chevauché et il a arrêté d’un coup notre monture : il avait vu un chemin qu’il ne connaissait pas. Et c’est comme ça qu’on l’a découvert, ce Royaume. Il le connaissait pas du tout et on l’a exploré alors que le soleil se couchait. Il est magnifique, ce Petit Royaume Sauvage.

Il commence par une allée bordée d’arbres et dans ces arbres, on a pu observer un pic épeiche (Dendrocopos major, Picidés). Il était tout là-haut, le long du tronc. Il avait pas l’air inquiet du tout de nous voir. Et on a pu le fotoer.

60 06 Pic épeiche
60 07 Pic épeiche 60 08 Pic épeiche

Mais, sans éclairement et avec le gros zoom, les fotos sont pas exceptionnelles. N’empêche que Léo était ravi de voir ce pic épeiche.

Et on a poursuivi l’exploration de ce Royaume. Qu’est ce qu’il est beau ! Et sauvage ! On voyait pas de zanimos. Il était trop tard. Et puis c’était plus possible de faire des fotos. Mais on avançait, on avançait. Léo n’avait jamais rien vu d’aussi beau.

60 09 Le Petit Royaume Sauvage 60 10 Le Petit Royaume Sauvage
60 11 Le Petit Royaume Sauvage 60 12 Le Petit Royaume Sauvage

Mais il était très tard. La nuit tombait et il fallait rentrer.

De retour à la cabane, bonome s’est remis au travail. Léo est allé s’installer sur ses genoux, sans le déranger, et lui a fait un gros câlin. C’était sa façon à lui de dire merci. Et je l’ai rejoint parce que, moi aussi, je voulais le remercier. Il a continué à travailler. Il s’est couché tard. Très tard même. J’ai compris pourquoi tout de suite. Il voulait finir son travail ce soir, cette nuit même, pour pouvoir nous emmener au Petit Royaume Sauvage dès demain.

Voilà Princesse. C’était une toute petite promenade. Mais elle était magnifique et le Pays des Zoisos a un nouveau Royaume.

Je t’embrasse Princesse.

Continuer la promenade

Une réflexion sur « 60 – Le Petit Royaume Sauvage : la découverte »

  1. Bonjour toi,
    je comprends pas bien ‘surkif’. Ça existe pas en petitoursien. Je connais surfer. Mais c’est pas ça. Je suppose que ton message est gentil et bienveillant. Alors je te remercie.
    Bonne lecture 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.